M6 a décidément senti le bon coup avec NCIS : enquêtes spéciales. La série d’investigations américaine a toujours réalisé de bonnes audiences, même cette année avec la rude concurrence

Le succès de NCIS commence dès la première saison. Avec une moyenne de 3,8 millions de téléspectateurs, puis 4,1 millions pour la seconde saison, la série s’impose doucement chez les ménages français. Dès la saison suivante, c’est l’explosion. Les enquêteurs de la Navy séduisent 2 millions de téléspectateurs en plus pendant la diffusion de la saison 3. Avec une pointe à presque 7 millions pour le dernier épisode, le premier record d’audience de NCIS.

M6 écrase alors tous ses concurrents du vendredi soir. La saison 2 de Prison Break d’abord, battue par les rediffusions d’anciens épisodes de NCIS. Puis c’est au tour de la Star Academy de se faire largement dépasser par la saison 4 de la Naval Criminal Investigative Service. C’est sûrement ce qui a précipité la fin de la Star Ac’. La série a même réalisé de meilleures audiences qu’un match de l’équipe de France de football, réalisant le meilleur résultat de M6 de l’année 2007 !  Même les rediffusions de trois épisodes à « thème » organisées durant l’été 2008 par M6 attireront les inconditionnels de la série.

Cette année, TF1 a sorti l’artillerie lourde pour lutter contre le bourreau des programmes. Tous les vendredis soirs, c’est un combat de géants entre Koh-Lanta à ma droite et N.C.I.S. saison 7 à ma gauche. M6 arrive toujours en seconde position des audiences derrière le jeu de TF1, avec environ un million de téléspectateurs en moins. Il faut tout de même souligner la belle performance face à un programme phare de TF1.

En deuxième partie de soirée, les rediffusions de NCIS permettent toujours de réaliser de bons scores d’audience. Malgré la concurrence de Numb3rs (nouvelle saison) ou Secret Story. D’ailleurs, à ce propos, NCIS a écrasé la demi-finale de la téléréalité de TF1.

La prochaine adaptation au cinéma de la saga Twilight sera plus chaude que les précédentes. Le couple phare de la série devrait enfin passer à l’acte…

Twilight Chapitre 4 : Révélation Première partie ne sortira que dans un an, mais on sait déjà que le scénario sera différent des trois premiers épisodes. Les deux amoureux Bella et Edward (incarnés respectivement par Kristen Stewart et Robert Pattinson) passeraient enfin aux « choses sérieuses » dans leur relation.

« Les scènes de sexe sont inexistantes dans le livre, il y a un peu plus de sexe dans le film et plus de dialogues relatifs au sexe. Le script est vraiment bon », a déclaré une source qui aurait vu le scénario de Twilight 4. Elle ajoute que « le scénario aura un caractère plus sexuel pour tous les personnages. Pas seulement pour Edward et Bella ». De quoi ravir les fans de la série.

Et de quoi également ravir Robert Pattinson lui-même, qui aurait fait une crise de jalousie à sa prétendue partenaire Kristen Stewart. L’objet du débat : les scènes de sexe de l’actrice dans le film On the Road.  A noter que les deux acteurs n’ont jamais confirmé leur relation ou alors  entretiennent le doute

Bill Condon, le réalisateur du quatrième film est d’ailleurs très motivé pour tourner des scènes de sexe, et les studios de production estiment que c’est ce que les fans recherchent. Il y a donc de grandes chances de voir les deux tourtereaux en plein(s) ébat(s) amoureux.

Fans de vampires, vous avez rendez-vous dans les salles obscures le 16 novembre 2011 puis le 14 novembre 2012 pour les deux parties de Twilight 4.

On peut résumer La Rafle en un mot : émotions. Impossible de rester impassible devant cette première vraie adaptation au cinéma d’un sombre évènement.

Nous sommes en juillet 1942 à Paris. Nous suivons la situation des juifs de France, récemment surnommés « les Indésirables », avec appréhension et angoisse. Jusqu’au 16 juillet, où 13.000 juifs sont arrêtés par les forces de l’ordre, direction le Vélodrome d’Hiver.

La réalisatrice Roselyne Bosch a disposé de beaucoup de moyens, et ça se voit. Enormément de figurants dans des costumes d’époque accompagnent certaines stars du cinéma. Jean Reno incarnant un médecin juif ou Mélanie Laurent (qui a également joué dans Inglourious Basterds) en infirmière. Le spectateur prend plaisir à voir évoluer Gad Elmaleh dans un registre dramatique, bien loin des comédies comme Chouchou.

Bien que La Rafle ne nous apprenne rien de plus sur l’évènement, son but éducatif est tout de même atteint. Il relate fidèlement l’histoire, grâce à un travail de documentation très bien réalisé. Cependant, il tombe trop facilement dans certains clichés (la boulangère antisémite) et dans le spectaculaire. On retiendra principalement la scène qui surplombe un Vel d’Hiv’ surpeuplé.

Indignation, dégout, honte ; voilà ce que l’on ressent en visionnant La Rafle. Mais vous ne pleurerez peut-être pas, malgré l’omniprésence d’enfants qui rappellent celui de La Vie Est Belle. Etes-vous pour autant un nazi sans compassion ? (en référence aux récents propos de Roselyne Bosch). Non, certaines personnes ne trouveront pas ce film assez émouvant. Et c’est leur droit.

Sorti en DVD.

On en sait désormais un peu plus sur le scénario du prochain film de la saga Twilight, Twilight Chapitre 4 : Révélation 1ere partie. Deux acteurs de la série ont commencé à « dévoiler » certains éléments de l’histoire de la quatrième adaptation. Mais ils en disent trop, ou pas assez…

« Je viens juste de lire les scénarios de Breaking Dawn. Je dois dire…. ENORME ! Très excité ». C’est ce qu’on pouvait lire sur le Twitter de Peter Fascinelli, l’acteur qui incarne Carlisle Cullen dans la saga Twilight. Forcément, cela doit donner l’eau à la bouche à tous les fans de la série. Malheureusement pour eux, ils devront attendre le 16 novembre 2011, date de la sortie du film, pour en savoir plus.

Mais une autre actrice s’est exprimée à ce sujet : Nikki Reed, qui joue le rôle de Rosalie Hale. Devant les caméras de MTV, elle a indiqué que les acteurs venaient de recevoir le scénario, et que celui-ci ne s’éloignera pas du roman original de Stephenie Meyer.  « Ils ont vraiment réussi à capturer l’essence même du livre et de l’histoire. Ils y sont très fidèles. Et je crois que les studios – tout comme les acteurs et la scénariste – ont tous réalisé que c’est ce qui en faisait le succès de la saga. Le support original est, bien évidemment, à la source de ce succès. Nous serions donc quelque peu stupides de nous en éloigner…Je dois dire que dans Breaking Dawn, Jacob et Rosalie sont très… ils ont des échanges vraiment uniques. C’est assez amusant ». Les fans assidus de Twilight doivent certainement voir de quoi elle parle. Pour les autres, réponse en 2011.

Le tournage du quatrième volet devrait commencer dans les prochaines semaines. En attendant, vous avez largement le temps de relire toute la saga et de revoir tous les films !

Les nuits d\’une demoiselleColette Renard est décédée hier (mercredi 6 octobre), à l’âge de 86 ans. Chanteuse, comédienne, actrice, elle incarnait le personnage de Rachel dans la série marseillaise à succès « Plus Belle La Vie« .

Frédéric Mitterrand, l’actuel ministre de la culture, lui a rendu hier un hommage en la saluant comme « l’une des interprètes les plus originales, les plus audacieuses, parfois les plus impertinentes» de la chanson française. Elle avait enregistré plus de 52 albums et de très nombreux 45 tours, versée dans la chanson française, dite « à texte », puis dans la chanson grivoise.

En tant que comédienne, on se souvient d’elle notamment pour son rôle d’«Irma la Douce» sur scène, qu’elle interprétait divinement.

Dans la série télévisée, elle interprétait Rachel, une grand-mère juive ayant survécu aux camps de concentration. Elle resta dans « Plus belle la vie » de 2004 à 2009, après quoi elle quitta la série, car elle considérait son personnage redondant, qu’elle « connaissait par cœur ».

Colette Renard avait été décoré comme Chevalier de la légion d’Honneur, Officier des Arts et des Lettres, et récompensée par le Grand Prix de l’Académie Charles Cros.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x7hyzp_plus-belle-la-vie-colette-renard-et_news[/dailymotion]

– Voir les dernières actus de la série « Plus Belle La Vie » en ligne et en direct ! –

Les séries américaines font les beaux jours des chaines françaises, ce n’est pas un scoop. Les trois chaines principales que sont Canal+, M6 et TF1 multiplient les découvertes, qui sont bien souvent des énormes succès. Planète Campus vous propose un gros plan sur ces séries qui marchent, et vous pourrez retrouver toutes les semaines des chroniques sur quelques-unes d’entre-elles.

Comment ne pas parler de l’une des séries (si ce n’est LA série) qui cartonnent le plus en France, à savoir Dr House. Le célèbre docteur ultra sarcastique (pour notre plus grand bonheur) enchaine les saisons et les succès : entre sept et neuf millions de téléspectateurs sont devant TF1 à chaque épisode de House. Et on attend impatiemment la sixième saison, qui devrait arriver au printemps 2011. Eh oui, malheureusement, la France est très en retard, surtout que la saison 7 est diffusée par la FOX depuis le 20 septembre.

Autre mastodonte de l’audimat, c’est la série policière NCIS : enquêtes spéciales qui fait le bonheur de M6 tous les vendredis à 20h40. Pour les retardataires : dépêchez-vous car la diffusion de la septième saison a déjà commencé depuis début fin-aout ! Tous les agents sont au rendez-vous dans cette nouvelle saison pour vous faire vivre des enquêtes toujours plus compliquées et dangereuses. La saison 8 est attendue en France pour la fin de l’été 2011, toujours sur M6.

TF1 a également décroché le jackpot avec Mentalist, la révélation de l’année dernière et la série du moment. Vous ferez la connaissance d’un mentaliste (personne qui maitrise l’art de vous manipuler) plutôt beau gosse, qui met ses compétences au service de la police. La saison 2 est diffusée en France depuis septembre 2010, alors foncez découvrir cette série qui mêle humour et enquêtes ! Rendez-vous tous les mercredis à 20h40 sur TF1.

Ce sont les femmes au foyer américaines les plus connues dans le monde, je parle bien sûr des Desperate Housewives. La série américaine n’en finit plus de vous peindre les relations compliquées entre voisin(e)s dans le quartier de Wisteria Lane. Si vous avez raté la diffusion de la saison 6 sur Canal+ au printemps dernier, vous pourrez vous rattraper grâce à M6. La chaine (re)diffuse cette sixième saison depuis le 14 septembre 2010 tous les mardis à 20h40.

Impossible de ne pas avoir entendu parler de Bones, la série anthropologue basée sur l’étude des os humains pour résoudre des enquêtes. C’est une série plutôt agréable à regarder. M6 diffuse actuellement la cinquième saison de l’experte anthropologue Temperance Brennan, surnommée « Bones » (ce qui signifie « ossements »). Découvrez-la tous les jeudis à partir de 20h40 sur M6.

Il s’appelle Jack Bauer, c’est un agent fédéral américain, et il lutte contre le terrorisme en 24 heures chrono. Cette série est très célèbre grâce à son format : chaque épisode correspond à une heure en temps réel, et comme il y a 24 épisodes dans chaque saison, ils forment au final une journée de 24 heures. La saison 8 est actuellement diffusée tous les jeudis sur Canal+ à 20h40.

Fans de la série Twilight, vous avez peut-être vu le sondage lancé par Stephenie Meyer, l’auteur de la saga, qui demandait aux internautes de voter pour définir le nom des deux derniers films.

Comme pour Harry Potter, le dernier tome de la série dont le titre original est Breaking Dawn (aube naissante), sera adapté au cinéma en deux parties. Les fans étaient appelés à voter pour leur deux titres préférés pour les deux dernières adaptations. Il y avait, au choix, Obsession, Décision, Révélation, Passion, et Union.

Et les grands gagnants sont…. Twilight Chapitre 4 : Révélation 1ère partie et Twilight Chapitre 5 : Révélation 2ème partie. On aurait pu faire plus original, tout de même. Mais au moins, les lecteurs sauront comment appeler deux films tirés du quatrième volume de Stephenie Meyer. Ils suivront les trois précédents épisodes : Twilight Chapitre 1 : Fascination, Chapitre 2 : Tentation et Chapitre 3 : Hésitation.

Le quatrième film sortira le 16 novembre 2011 (le tournage devrait commencer prochainement), tandis que le cinquième sortira le 14 novembre 2012. On devrait voir apparaître les premières images de la partie 1 au début de l’année 2011.

A noter que le DVD de Twilight Chapitre 3 : Hésitation est prévu pour le 3 décembre 2010, ça vous donne déjà une idée de cadeau à mettre sous le sapin.

[poll id= »45″]

En ce moment a lieu la 15ieme édtion du Festival du cinéma allemand à Paris.

A L’Arlequin se sont donnés rendez-vous avant-premières, courts métrages et nuit du cinéma allemand, du 29 Septembre au 05 Octobre.

Dimanche 3 Octobre a eu lieu la projection du très beau film Berlin, 1936 qui raconte l’histoire méconnue de Gretel Bergmann. Cette jeune athlète juive a été rapatriée par les nazis afin qu’elle… représente l’Allemagne aux Jeux Olympiques de Berlin ! Les Etats-Unis menaçaient en effet de boycotter les J.O. si aucun athlète de confession juive ne figurait dans l’équipe allemande…
Berlin 1936 n’est pas encore vendu à la distribution en France, espérons que cette projection y ait changé quelque chose… (Et oui, ça sert aussi à cela les festivals de films!)

En cloture, Sous toi la ville (présenté au festival de Cannes 2010 dans la catégorie Un certain regard, ainsi qu’au festival du film de Munich 2010), qui propose la vision d’une société affairiste rattrapée par ses propres agissements…

Programmation complète : http://www.festivalcineallemand.com/editions/spip.php?rubrique2

Au cinéma l’Arlequin
76 rue de Rennes – 75005
Metro : Sant Sulpice

Prix des places : 6 euros
Groupe, scolaire : 5 euros

Plus d’infos : http://www.festivalcineallemand.com

couv-2010-300dpi

Canal+ lance ce soir à 20h50 sa nouvelle série française sur les maisons closes. Réaliste et parfois dérangeante, elle peint avec brio le quotidien des prostituées forcées de se vendre aux clients.

Bienvenue au Paradis, un bordel haut de gamme à Paris. Nous sommes au XIXe siècle. La première scène montre une femme brune s’accrochant aux barreaux de son lit pendant qu’un homme la chevauche. Le réalisateur, Mabrouk El Mechri, explique que « commencer la série par une scène de sexe, c’est provocant. Mais cela montre avant tout en quoi consistait ce métier où tout était tarifé. »

Cette série de huit épisodes de cinquante minutes chacun, interdite au moins de 12 ans, vous présentera les destins de six pensionnaires du Paradis qui ne rêvent que d’en sortir. De nombreux sujets y sont abordés : l’hygiène, la police, les violences sur les prostituées, et l’argent qui relie toutes les filles (elles doivent payer leur dette à la gérante de l’établissement en vendant leur corps).

Fermées en 1946 par Marthe Richard, la réouverture des maisons de joie fait toujours débat 60 ans plus tard. Et ce débat pourrait être relancé suite au lancement de Maison Close. D’ailleurs, Chantal Brunel (députée UMP), proposait au printemps dernier de rouvrir les lupanars. Les français semblent être pours, mais ce n’est pas du tout le cas des associations. « Le vrai sujet, ce sont des femmes qui tentent d’exister dans un monde régi par les hommes » a déclaré Mabrouk El Mechri.

Les maisons closes suscitent donc toujours autant les fantasmes et les désirs.

Film d’épouvante français de Franck Richard,
avec Yolande Moreau, Emilie Dequenne, Benjamin Biolay, Philippe Nahon…

Une jeune fille se retrouve piégée dans une auberge. Son destin : finir en pâture pour la Meute…
Petit film de genre français rehaussé par un beau casting mais qui met quand même un peu trop longtemps à démarrer.

L’occasion de rencontrer Benjamin Biolay, célèbre auteur-compositeur français enchaînant les récompenses, et qui continue avec ce film son expérience cinématographique… Expérience qui lui a déjà valu une nomination aux César.

Comment es-tu arrivé sur le projet ?
J’ai toujours adoré les films d’horreur et j’en ai parlé une fois lors d’une interview. Les producteurs du film, qui avaient bien aimé ma façon de jouer dans Stella, ont entendu cela et m’ont donc contacté. A ma lecture du scénario, Yolande Moreau était déjà dans le projet, donc je pouvais visualiser certaines séquences…

Se retrouver face à des poids lourds du cinéma français, cela a du être impressionnant…
Ca commence à m’arriver souvent et j’essaie de ne pas perdre mes moyens, mais c’est clair que c’est toujours impressionnant. Voir Yolande Moreau c’est déjà géant, mais alors Philippe Nahon, pour ceux qui aiment bien les films de genre, c’est mythique !

Justement n’avais-tu pas d’appréhension avant de tourner pour un film d’épouvante ?
J’avais juste envie de me ‘faire un kiffe’ et de faire un film d’horreur ! (Rires…)
Cela ne s’inscrit pas trop dans un projet à long terme. Dans le film je suis simplement un mec qui est en conflit avec sa mère. Ce n’est pas lui qui est à l’origine de l’horreur… Même s’il admet l’atrocité de la situation, il ne l’aime pas plus que ça. On a beaucoup travaillé avec Yolande sur les regards que se portent la mère et le fils en rébellion.

Il n’y a pas de couleur rouge dans le film (à part le sang), cela a du plonger le tournage dans une ambiance particulière…
Le tournage était tellement difficile qu’en théorie tout le monde aurait du s’entretuer ! (Rires…) Mais cela fut une super ambiance jusqu’au bout. Il y a même eu un cheval qui a failli me tuer avec Yolande, pour après se jeter dans un lac. Il faut quand même saluer le directeur de production qui est parti le sauver avec un quatre-quatre par moins dix…
Ca a été épuisant mais tout le monde a été solidaire. A la fin on a cramé le décor et on a fait une fête sur les ruines !

Cinéma, musique… Ton cœur balance ?
Je ne conçois pas l’un sans l’autre…
L’important c’est d’être zen avant d’aborder un projet et ensuite de le faire à fond !

La meute, aujourd’hui en salles.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xeqb3u_la-meute-bande-annonce_shortfilms[/dailymotion]
lameute

Dans une galaxie lointaine, très lointaine…. Désormais en 3D ! La société de production Lucasfilm a annoncé que la mythique saga sera convertie en 3 dimensions.

Le premier film transformé sera « La menace fantôme » sorti initialement en 1999. Les fans devront attendre 2012 pour voir la nouvelle version de ce premier épisode.

Quant aux cinq autres volets de La Guerre des Etoiles, il faudra attendre les années suivantes. Comme tous ces films n’ont pas été tournés avec des caméras 3D, le processus de conversion est long. Le porte-parole de Lucasfilm a expliqué que la société « [veut s’assurer] que chacun des films reçoive l’attention dont il a besoin. Nous ne sommes donc pas en mesure de parler des autres épisodes ». Fans des Jedis, clones ou Dark Vador, prenez votre mal en patience. Que la Force soit avec vous!

La conversion en 3D oblige de recréer l’impression de profondeur par ordinateur. Cela nécessite de scanner chaque image, puis de la modifier pour créer deux images. Et c’est en projetant ces deux images sur un écran que le relief est donné.

Plus d’explications sur la conversion en 3D avec ce petit programme diffusé sur Arte en 2008 :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x6ybt7_3d_shortfilms?start=0#from=embed[/dailymotion]

Le nouveau long-métrage de Rachid Bouchareb sort aujourd’hui dans les salles obscures. Mais depuis sa diffusion au dernier festival de Cannes, ce film enchaine les polémiques et les accusations.

Après Indigènes, Rachid Bouchareb revient avec Hors-la-loi. L’histoire se passe dans les années 50 et 60, le spectateur suit le parcours de trois frères algériens partis de leur pays pour vivre en France, sur fond de guerre civile algérienne. Abdelkader (Sami Bouajila) devient un idéologue du Front de Libération Nationale (parti socialiste algérien prônant l’indépendance nationale), Messaoud (Roschdy Zem) s’engage également avec le FLN. Quant au troisième frère, Saïd, incarné par Jamel Debbouze, il fait fortune dans le banditisme, les combats de boxe et les nuits de Pigalle.

Ce long-métrage a entrainé lors de son avant-première lundi soir à Marseille des échauffourées entre des pieds-noirs, des membres du Front National et le public. Ils accusent ce film d’être clairement pro-algérien, et d’être « un film révisionniste antifrançais ». Rachid Bouchareb se défend : « J’ai raconté l’histoire de ma famille de la façon la plus objective possible ». Avant d’ajouter « Je voulais avant tout que le public éprouve des émotions ».

Et ce n’est pas tout. Deux scénaristes, Farid Afiri et Philippe Roques, ont accusé la semaine dernière le réalisateur franco-algérien de plagiat. Ils estiment avoir été volés, car leur scénario Sparring Partners présenterait de nombreuses similitudes avec celui de Hors-la-loi. Verdict le 12 octobre, date du jugement pour contrefaçon.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xedbqw_hors-la-loi-bande-annonce-hd-festiv_shortfilms?start=26#from=embed[/dailymotion]

Autres sorties cinéma de ce mercredi :

Resident Evil: AfterLife 3D

Mange, prie, aime

Yves Saint Laurent – Pierre Bergé, l’amour fou

Twilight 4 est sujet à bien des cachotteries. Alors que des extraits des précédents épisodes avaient été diffusés sur YouTube, Breaking Dawn s’annonce secret défense.

Rien de filtre, les acteurs sont muets comme des tombes. Aucune info à se mettre sous la dent. Breaking Dawn, le dernier volet de la saga Twilight, dont le tournage ne commence que le mois prochain, est un secret bien gardé.

Kristen Steward, Robert Pattinson et Taylor Lautner (les trois stars les plus médiatisées) auraient reçu des consignes de discrétion de la part des producteurs. Selon un forum bien informé, les acteurs auraient signé un contrat de confidentialité.

La raison ? Créer une buzz énorme pardi! Alimenter les spéculations des Twilighters pour créer un réel effet de surprise dans les salles obscures. Ce 4e épisode est scindé en 2 parties, la première sortira seulement le 16 novembre 2011 et la seconde le 14 novembre 2012. Autant dire qu’en un an, on n’est pas à l’abri des fuites.

Tout ce que l’on sait, c’est que les deux scènes les plus attendues, à savoir la scène d’amour entre Edward Cullen et Bella Swan et  surtout l’accouchement de celle-ci devraient être aussi « intenses » que dans le livre selon la scénariste du film Melissa Rosenberg.

Devenus célèbres grâce à leur rôle de Chouchou et Loulou dans Un gars, une fille, Alexandra Lamy et Jean Dujardin ne ratent pas une occasion d’être associés au cinéma ou au théâtre. Prochain projet cinéma pour les deux amoureux : Mari et Femme, une comédie fantastique, inspirée du roman de Régis de Sa Moreira.

Unis dans la vie, ils essayent de l’être le plus souvent possible dans leur métier, puisqu’ils font le même. Dans Brice de Nice, on se souvient du passage de la sirène, jouée par Alexandra Lamy, alors que son mari incarnait le surfeur niçois, arrogant et débile. Plus récemment c’est dans Lucky Luke qu’ils étaient associés au cinéma. Elle jouait une chanteuse de saloon qui faisait tourner la tête au personnage principal joué par son mari. Et quand ils ne se donnent pas la réplique au cinéma c’est sur les planches du théâtre qu’ils se retrouvent. C’était le cas dans Deux sur la balançoire, une pièce jouée à guichet fermé pendant 5 mois, plus de 80 000 spectateurs et 180 représentations triomphales.

Depuis 2004 Jean Dujardin enchaine les succès cinématographiques (Mariages, Le convoyeur, OSS 117, Brice de Nice, Lucky Luke) pour devenir l’acteur le plus « bankable » du cinéma français. En revanche sa tourne moins bien pour sa Chouchou. Actuellement à l’affiche du Bruit des Glaçons de Bertrand Blier, son comédien de mari regrettait récemment sur Voici.fr le manque d’imagination des metteurs en scène en estimant que son épouse n’était pas assez employée dans le cinéma. Et il ne manquait pas l’occasion de raviver la flamme : « Si je perdais Alexandra, ce serait le début de la chute. Elle m’a rendu plus sociable, plus confiant. Plus beau aussi », reconnaissait l’acteur.

Les deux tourtereaux se sont mariés l’année dernière dans le civil…et Chouchou et Loulou remettront ça au cinéma dans Mari et femme, une comédie loufoque adaptée du roman éponyme de Régis de Sa Moreira. Le film racontera le divorce pas banal d’un couple. En effet, un matin, ils se réveillent chacun dans le corps de l’autre. « Un épuisant cauchemar » précise le porte parole de la société Nord-Ouest, qui produit le film. L’écriture du scénario a été confiée à Serge Frydamn, le réalisateur de Mon Ange (avec Vanessa Paradis). Le début du tournage est prévu pour l’année prochaine.

Clear Blue Tuesday, un film qui retrace en musique les attentats terroristes du World Trade Center pour 11 New-Yorkais.

Il y a eu des chansons, il y a eu des films sur les attaques du World Trade Center, il y aura à partir de demain la comédie musicale. Mais seulement dans quelques cinémas new-yorkais.

« Clear Blue Tuesday » un film musical d’indie rock sur la tragédie du 11 septembre à New York qui a causé la mort de plus de 3000 personnes.

Le film ne traite pas seulement de l’attaque en elle-même, mais s’intéresse davantage à 11 protagonistes qui verront leur vie bouleversée à jamais. Le film fait un bilan de leur vie à chaque anniversaire de l’attentat. On y découvre « l’amour, le désir, l’art, l’ambition, la rage, la douleur, la foi la peur et l’espérance ».

En pleine polémique sur le devenir du site de Ground Zero, cette sorte de représentation artistique de l’attaque du World Trade Center est supposé être drôle et léger mais pas sûr que le pari soit tenu. La question du 11 septembre étant toujours un sujet délicat, à huit jours de la 11e commémoration de l’attaque des tours jumelles, il risque de raviver beaucoup de blessures.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9twv5-OFJ2o[/youtube]

Les deux derniers volets de la saga Twilight voient apparaitre plusieurs nouveaux personnages. Comme celui de Garrett qui sera interpreté par Lee Pace. Le rôle de Benjamin, le vampire égyptien capable de contrôler les éléments sera joué par Rami Malek.

Vous ne le connaissez pas ? Une petite bio express s’impose.

Rami (appelons-le par son prénom) est un jeune acteur de 29 ans que l’on a pu voir dans La Nuit au Musée 1 et 2 au coté de Ben Stiller. Il a également fait une apparition dans The Pacific et 24h chrono. Et tout comme Benjamin, il est d’origine égyptienne. Quelle coïncidence !

Il est certain que ce nouveau rôle va donner un petit coup de fouet à sa carrière. L’acteur s’est dit très « excité » à l’idée d’incarner ce personnage.

Fan de Twilight que vous êtes, pensez-vous que le jeune homme qui ne manque pas de sex-appeal pourra faire de l’ombre aux tombeurs que sont Robert Pattinson et Taylor Lautner ?

Twilight 4 sortira en deux volets, le 18 novembre 2011 et le 16 novembre 2012.

Une petite bagarre cinématographique commence aujourd’hui. Deux films en 3D sortent sur les écrans : Piranha 3D, un film d’horreur aquatique et Avatar édition spéciale, une version allongée de neuf minutes par rapport à l’original.

Piranha 3dD est le remake  d’un film de Joe Dante sorti en 1978. Le spitch est simpliste: lors du Spring Break tant attendu, des milliers d’étudiants au corps de rêve viennent passer leurs vacances dédiées à la fête au Lake Victoria en Arizona. C’est alors qu’un tremblement de terre provoque l’ouverture d’une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent, au risque de menacer…les implants en silicone des étudiantes en bikini.

Un film sensé être d’horreur mais qui s’apparente davantage à une comédie teinté de gore, de sexe et d’humour noir. A l’affiche notamment deux stars du petit écran, Jessica Szohr de Gossip Girl et Jerry O’Connell de Sliders.

De l’autre coté, un autre film 3D donc, le géantissime block-buster de James Cameron Avatar, le film le plus cher de tous les temps avec plus d’un milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial. Pour ceux qui auraient vécu en ermite depuis un an, très bref résumé. L’action se déroule sur l’exo-planète Pandora où les Na’vis (ses habitants) sont en lutte contre des méchants humains, avides de leur minerai précieux.

Cette ressortie, rallongée le film de neuf petites minutes, est agrémentée de quatre nouvelles scènes dont une pseudo scène de sexe entre Jake Sully et Neytiri.

Quand les réalisateurs s’attaquent par médias interposés.

Piranha 3D ne trouve pas grâce aux yeux de James Cameron. Dans une interview accordée sur le site de Vanity Fair, le réalisateur du 2e plus gros succès de l’histoire n’y est pas allé avec le dos de la cuillère.

« Nous sommes face au parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire en 3D. Cela ne fait que baisser sa moyenne qualitative et vous rappelle les mauvais films d’horreur en 3D des années 70 et 80, comme Vendredi 13 3D par exemple. Quand leur niveau de créativité était au plus bas et qu’on sentait leur dernier souffle, ils faisaient une version 3D pour récupérer les dernières gouttes de sang du navet. Et c’est ce qu’il se passe maintenant avec la 3D. »

Des critiques acérées auxquelles le réalisateur Mark Canton a bien évidemment répondu.

« Ces commentaires sont ridicules, intéressés et insultants envers ceux qui ne servent pas son ego et sa rhétorique. Permettez-moi de vous rappeler, Jim, que vous n’avez pas inventé la 3D. Vous étiez chanceux et inspirés pour l’emmener plus loin […] Pour être honnête, je trouve la 3D d’Avatar inégale mais pionnière à bien des égards, parfois, j’ai cru qu’elle écrasait l’histoire. Et technologie mise à part, j’espérais qu’Avatar soit plus original dans son histoire ».

Le réalisateur de Titanic a remis la 3D au goût du jour. Il ne peut pas s’étonner que d’autres tentent de surfer sur la vague qu’il a créée. Et n’est-ce pas ce que lui-même fait en sortant cette version qui ne diffère pas tant que cela du 1e volet ?

Voici les bandes annonces pour vous faire une idée.

Piranha 3D

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ULkO4HqMqE4[/youtube]

et avatar 2

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=sae3DsGKAFM[/youtube]

Les chiffres du « box-office chinois » parlent d’eux-mêmes. 5,5 millions d’euros ! C’est le montant des recettes récoltées par Les aventures d’Adèle Blanc-Sec en Chine. Et cela ne fait que deux semaines, que la réalisation de Luc Besson est diffusée dans les salles de cinéma chinoises.

Selon le magazine Le Film Français, «Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec», dont l’héroïne est incarnée par l’ex miss météo du Grand Journal, Louise Bourgoin, rencontre un énorme succès en Chine. Le long-métrage signé Luc Besson a déjà attiré 1,5 millions de spectateurs dans les salles.

Alors est-ce l’effet du célèbre réalisateur français ou alors le public chinois a-t-il été conquis par la prestation de la charmante actrice ? A priori les Chinois ont un faible pour Luc Besson. Puisque figurez vous que jusqu’à présent, le film français qui avait séduit la Chine et attiré le plus de spectateurs en salle était Le transporteur 3. Un scénario et une production signés…Luc Besson via le studio EuropaCorp !

Cela-dit, la contribution de l’actrice rennaise, qui joue une journaliste intrépide, prête à tout pour arriver à ses fins, allant même jusqu’à affronter des momies, y est sûrement pour beaucoup. Adèle Blanc-Sec reste tout de même une belle surprise. N’ayant pas réalisé d’excellents chiffres en France, les pronostics de China Film estimaient moins de 3 millions de recettes pour la belle Adèle. Et désormais les aventures de Louise Bourgoin sont sur le point de détrôner Le Transporteur 3 et l’acteur Jason Stratham.

Adèle en images:

Jusqu’ici ce n’était que des suppositions mais désormais c’est connu ! Production Weekly, qui se charge de mettre à jour les informations sur la production de films à venir, a posté les dates exactes du tournage de Twilight 4 sur Twitter il y a quelques jours. Une nouvelle qui devrait réjouir les millions de fans.

L’attente sera définitivement longue pour voir les deux derniers films de la saga Twilight. Mais comme à son habitude et fort de son expérience des trois premiers chapitres, Summit Entertainment saura maintenir les Twilighters en haleine. On commence à rassembler les fragments d’informations qui vont déboucher sur l’éclosion du quatrième et dernier opus de Twilight. La sortie  de Breaking Dawn  en salles est prévue pour le 18 Novembre 2011 et les dates du tournage sont désormais connues…pour la plus grande joie des fans. Les acteurs commenceront à tourner les deux parties de ce dernier chapitre de la saga à partir du 1er novembre 2010 et jusqu’au 15 mars 2011. Ces dates, surtout celle du 15 mars 2011, restent approximatives et dépendantes des aléas du tournage.

Summit Entertainment confirme également que les essais costumes, coiffure, maquillage, lumière et son ont été programmés pour le mois d’octobre. A savoir également qu’une première équipe de tournage s’installera à Vancouver pendant qu’une deuxième équipe sera à Batôn-Rouge en Louisiane. Si certains affirment que ce choix a été motivé par le boom économique que connaît cet Etat du sud des Etats-Unis, d’autres préfèrent attribuer ce choix à la diversité des décors et les faibles coûts de production. Mais pour le moment aucune certitude et le mystère reste intacte sur les scènes qui seront tournées là-bas.

Ce qui est certain c’est que Twilight 4 est définitivement en route et les twilighters déjà en ébullition.

Le Cinéma en plein air fête sa vingtième édition ![dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdvhrg_sandrine-bonnaire-les-20ans-du-cine_news[/dailymotion]

Avoir 20 ans, le thème allait de soi pour cette 20e édition du Cinéma en plein air de la Villette, qui n’a pas pris une ride !

Parmi les milliers de films qui ont jalonné ce dernier demi-siècle de cinéma, on pourra retrouver quelques-uns de ceux qui ont offert à la jeunesse de leur temps un miroir complice, et non complaisant.

Au programme : Jim Jarmusch, Bertrand Blier, Cédric Clapisch, Milos Forman…

Tous ces films nous permettront de vérifier, peut-être, que si 20 ans n’est pas le plus bel âge de la vie, il n’y en a guère d’autre que l’on ne regrette autant !

http://www.villette.com/fr/parc-villette-agenda/spectacles-tous/cinema-plein-air-a-la-villette-2010.htm

INFOS PRATIQUES

Du 17 juillet au 22 août 2010

Prairie du Triangle

Séances du mardi au dimanche à la tombée de la nuit.

Accès libre et gratuit

Location de transats et couvertures (sur place)

Plein tarif : 7 €

Forfait 5 transats : 20 €

Carte Villette : transat gratuit tous les soirs !

Consultez le 01 40 03 76 92 à partir de 20h le soir même pour savoir si la séance est maintenue.

Retrouvez toutes les infos sur le site Internet de la Villette >>>
Consulter le plan d’accès
Restez connectés avec MySpace et Facebook

C’est le grand retour à l’écran des deux stars les plus convoitées d’Hollywood. Cameron Diaz et Tom Cruise se retrouvent une nouvelle fois dans les salles obscures pour le film Night and Day.

Après Inception, c’est sans aucun doute le film le plus attendu de l’été. Night and Day, le nouveau film de James Mangold qui allie action et comédie, marque le grand retour au cinéma de deux stars planétaires : Cameron Diaz et Tom Cruise. Ces deux acteurs ne s’étaient pas retrouvés face à face à l’écran depuis le célèbre Vanilla Sky de Cameron Crowe.

C’est l’histoire de June et Roy. Ou autrement dit, Cameron Diaz et Tom Cruise. On pourrait penser à une énième comédie romantique, mais en réalité, c’est beaucoup plus compliqué que ça.  June croit enfin avoir trouvé l’amour avec un grand A en la personne de Roy, qui n’est autre qu’un espion. Une course poursuite à travers le monde commence alors.

Il est encore trop tôt pour savoir si ce « remake » de Mr and Mrs Smith sera à la hauteur des autres films d’actions à succès. Mais ce qui est certain, c’est que ce film fera sûrement redécoller la carrière de Tom Cruise qui n’a vécu que des échecs commerciaux, ces derniers temps. En effet, Lions et agneaux ainsi que Walkyrie n’ont pas explosé le Box-Office.

En attendant de le revoir « en haut de l’affiche », vous pourrez déjà le voir au cinéma le 28 juillet prochain pour la sortie de Night and Day ainsi que dans Mission impossible : 4, sortie prévue en mai 2011.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=vQTUTqpWkdc

Carl Jones, ancien assistant de la série à succès Docteur House, licencié en mars dernier, se confie et décrit l’ambiance pénible qu’il a ressenti auprès de l’équipe de tournage.

Docteur House, Greg House ou encore « Docteur Maison ». Autant de petits noms et surnoms que vous avez pris l’habitude de donner au médecin préféré des Français, adulé pour ses côtés cyniques, non conventionnels, ainsi que légèrement torturés. Mais voyez-vous, Docteur House n’a pas l’air de tant se mortifier que ça.

Au contraire, Hugh Laurie, l’interprète du célèbre diagnosticien de l’hôpital Plainsboro, sait combler ses heures perdues entre deux tournages en alliant l’inutile à l’agréable.

Carl Jones, un assistant de la série viré en mars dernier, se vengerait de son licenciement en dévoilant l’ambiance dévergondée des coulisses. « J’ai refusé des virées dans des bars à striptease, de prendre de la drogue et autres conduites dangereuses » confie-t-il. Ses superviseurs l’auraient insulté de divers et nombreux noms d’oiseaux tels que « tapette », « pétasse », « idiot », « attardé », « esclave ». Selon ses dires, des armes auraient même été amenées sur le tournage.

Son congédiement serait justement causé, entre autres, par son refus de suivre ses collègues dans cette ambiance très Rock’n Roll. Jones aurait alors porté plainte et demanderait 1 million d’euros en compensation. La cour suprême de Los Angeles a pris en charge ce dossier qui s’avère plus que salé.

Il faut alors croire que l’homme n’a pas lâché son costume d’acteur et s’est même laissé prendre à son propre jeu de dépravé.

Après Fight Club, Panic Room ou encore L’Etrange histoire de Benjamin Button, le réalisateur David Fincher s’attaque cette fois-ci au réseau social Facebook, avec The Social Network

Qui ne connait pas Facebook ? Vous savez le réseau social datant de 2004 aux 500 millions d’inscrits à travers le monde. Le site où vous faites part à vos « amis » (ou simples connaissances) de vos états d’âmes, où vous dévoilez votre intimité au travers de photos, sur lesquelles vous êtres « marquées » et que vous « aimez ».

C’est justement l’histoire de ce « livre des visages » que le réalisateur à succès David Fincher veut retranscrire au cinéma. En commençant, bien évidemment, par le début : comment cette idée de site internet est venue à l’esprit d’un jeune étudiant de Harvard, comment est-il parvenu à faire de son idée un succès planétaire.

Avant d’être l’histoire d’un site internet, c’est avant toute chose une histoire d’étudiants à la fac qui pourrait presque paraître un peu cliché : entre les fêtes, les beuveries, les filles et les garçons populaires, et pour finir, les intellos auxquels personne ne s’intéresse.

Et c’est justement à cette dernière catégorie que les internautes doivent le réseau social qui accapare tout leur temps (et ce même au travail !). Effectivement, c’est Mark Zuckerberg, le plus jeune milliardaire du monde, qu’il faut remercier. Tout commence après que l’étudiant mal-aimé se prenne une énième « veste » de la part d’une jeune fille. Le jeune homme décide alors de faire une méchante blague en créant le site « Facemash » (Tête à claques). Après une succession de divers sites crées correspondant plus ou moins au futur Facebook, son meilleur ami de l’époque, Eduardo Saverin, accepte de lui prêter la somme nécessaire pour créer le fameux site communautaire. Le chiffre d’affaire s’élèverait actuellement à 350 millions de dollars. Le jeune intello d’Harvard  a bien touché le jackpot !

Fincher a donc pour ambition de faire connaître cette histoire au grand public avec The Social Network, qui comptera notamment Justin Timberlake dans le casting, et qui verra le jour dans les salles obscures en octobre 2010.

Il faudrait presque bénir cette jeune fille qui a eu la merveilleuse idée « d’envoyer balader » ce jeune geek. Cette histoire montre bien que le quotidien de millions de personnes ne tiendrait qu’à un évènement insignifiant. Et si Facebook n’existait pas ?

Inception, le nouveau film de Christopher Nolan est présenté comme LE film à succès de l’été. Avec un prestigieux casting rassemblant, entre autres, Léonardo Dicaprio et Marion Cotillard, le box-office pourrait bien s’enflammer à nouveau.

 Le nouveau film de Christopher Nolan, Inception est annoncé comme l’évènement au cinématographique de l’été. Entre les affiches dans les métros, les bus, les avant-premières dans le monde entier, le duo le plus glamour de cette saison pourrait bien être la nouvelle star française d’Hollywood et le héros de Titanic : Marion Cotillard et Léonardo Dicaprio.

Dans ce long-métrage, le poids lourd du cinéma américain jouerait le rôle de Dom Cobb, un voleur expérimenté traqué dans le monde entier et qui a perdu tout ce qui lui est cher. Il ne lui reste plus qu’une ultime mission, l’inception. Cobb et son équipe doivent implanter une idée dans l’esprit d’un individu pour commettre le plus parfait des crimes. « Cet été, votre esprit se transforme en scène de crime. » Le slogan lui-même appelle à la curiosité du spectateur.

Les premières critiques américaines sont des plus favorables face à ce film qui présente une intrigue particulièrement originale et surprenante. « Au cœur d’un été où règnent reboots, remakes et sequels, Inception est de loin l’idée de cinéma la plus originale depuis des lustres », affirme Kirk Honeycutt, très célèbre critique de Hollywood Reporter. « Il y a des thèmes à explorer (le film suscitera plus de théories que l’assassinat de JFK) », ajoute même Nev Pierce de Empire online.

Un casting exceptionnel

Malgré la présence de grands noms du cinéma américain comme Cillian Murphy( Batman Begins, Retour à Cold Mountain) ou encore Ellen Page (Hard Candy, Juno),Léonardo Dicaprio éblouirait bien le public par ses incroyables performances d’acteur et ferait ainsi de l’ombre aux autres personnalités. Nev Pierce dirait qu’il est « d’une profondeur qui ne rivalise qu’avec son travail sur Shutter Island ». Quant à Marion Cotillard, cette actrice montrerait bien tous les signes d’une star montante. Elle qui était surtout connue dans l’hexagone et qui s’est fait connaître internationalement grâce à son rôle phare de la Môme. Elle fait saliver d’envie toute la gente féminine en s’attaquant maintenant à des géants du cinéma américains, tels que Johnny Depp, ou encore prochainement, Woody Allen.

Le couple phare de l’été au grand écran serait en promotion un peu partout à travers la planète. Il ne reste plus qu’à attendre patiemment la sortie française d’Inception prévue le 21 juillet.

Alors que le 3è opus de la saga Twilight marque le meilleur démarrage francais de 2010 , la scénariste Mélissa Rosenberg réfléchit déjà à l’adaptation de Révélation, le 4è et dernier volet de la série à succès de Stephenie Meyer.

Le chapitre 4 de Twilight s’intitulera Révélation. Mélissa Rosenberg aurait-elle eu LA révélation qui lui donnerait accès à la recette du succès ? Saura t-elle maintenir le triomphe de cette saga qui à le doux son du jackpot ?

Ce qui est sûr, c’est qu’elle a déjà des idées bien précises en ce qui concerne l’adaptation de ce chapitre 4. Certaines scènes de sexe ou de violence présentes dans le livre, jugées très crues, s’accommoderont en fonction du public qui devra avoir l’âge minimum requis  de 13 ans. Elle déclare même que « Révélation sera plus sexy que ses prédécesseurs. Je pense que nous pouvons faire quelque chose d’extrêmement sexy, même pour un film avec accord parental souhaité pour les enfants de moins de 13 ans, je ne suis pas inquiète

Certains fans désireraient que ce dernier opus soit interdit aux mineurs pour que les scènes les plus « gores » y soient reproduites.          Cependant, la scénariste a sans aucun doute compris que les plus fervents fans de Twilight se situent dans une tranche d’âge allant de 12 à 15 ans et qu’ en défendant  l’entrée à ces ados, un important manque à gagner se ferait ressentir. « Beaucoup de fans veulent qu’il soit interdit aux mineurs, pour reproduire parfaitement les moments gores du livre, mais je ne suis pas d’accord. » explique t-elle.

Twilight, qui a souvent été la cible des critiques pour avoir la maladresse d’avoir un style trop « gentil » ou encore trop « niais » va sûrement plaire par le côté plus adulte de ce Chapitre dont la sortie est prévue pour 2011, dans les salles obscures .

Après Gladiator ou encore le dernier Robins des bois sorti en mai dernier, Ridley Scott ne s’attaque pas seulement à un casting Hollywoodien mais au monde entier ! Le cinéaste a un projet fou: réaliser un documentaire de 24 heures de la vie sur Terre avec un casting totalement anonyme.

Ridley Scott, plus habitué à filmer Rusell Crowe  ou Léonardo Dicaprio que l’épicier du coin, va tenter de prouver le contraire en invitant les internautes du monde entier à filmer un moment instantané de leur vie le 24 juillet prochain. Attention, pas de retard possible, le cinéma n’attend pas !

Vous pourrez mettre ainsi vos vidéos sur You Tube. « Vous pouvez filmer l’ordinaire. Un lever de soleil, le trajet pour aller au travail, un match de foot dans le quartier, ou l’extraordinaire. Les pas d’un enfant, votre réaction au décès d’un proche, même un mariage. », explique le célèbre moteur de recherche Google, partenaire de ce projet et propriétaire du site de vidéos.

Les séquences choisies auront le privilège d’apparaitre et de constituer le long-métrage de Ridley Scott qui sera présenté au prestigieux festival de Sundance, en janvier prochain.  Les internautes des clips retenus seront promus co-réalisateurs et vingt d’entre eux auront la chance d’assister à la première. « C’est un moyen unique d’aborder le cinéma social, c’est une expérience, et quel lieu de tournage est meilleur qu’un terrain sans limite tel qu’internet ?  » explique  le réalisateur.

Il existe cependant certaines conditions à respecter pour y participer: avoir plus de 13 ans, posséder un compte You Tube, respecter les conditions du site communautaire et ne pas envoyer de vidéo d ‘un pays boycotté par les USA ( Iran, Syrie, Cuba, Soudan, Corée du Nord et Birmanie).

Par ce projet original, Ridley Scott prouve bien qu’il n’y a pas qu’à Hollywood où le quotidien est assez intéressant pour être filmé et laisse ainsi la possibilité d’être la propre vedette de son histoire…

Après des mois d’attente, les fans français de Twilight 3 Hésitation n’ont pas loupé leur rendez-vous avec les vampires de Stephenie Meyer et surtout avec les désormais célèbres acteurs Robert Pattinson, Kristen Stewart et Taylor Lautner.

Véritable phénomène chez les adolescents (es), la saga Twilight continue d’affoler les compteurs. Après les records réalisés aux Etats-Unis mercredi dernier pour son premier jour au box-office américain et lors du weekend, voilà que la fièvre s’empare de la France.

Pas véritablement une surprise, diriez-vous vu l’engouement que suscite la saga depuis 2009. Pour son premier jour en France, Hésitation prend en effet la troisième place des meilleurs démarrages de l’année avec 6941 spectateurs présents lors de la première séance parisienne. Le troisième volet des aventures d’Edward, Bella et Jacob devancent Shrek 4 et Alice au Pays des Merveilles. Avec ce démarrage en trombe, Twilight 3, version David Slade, fait mieux que ses prédécesseurs. En janvier 2009, Fascination avait réalisé 3281 entrées alors que Tentation en novembre 2009 faisait fort avec 6778 entrées.

Twilight 3 écrasent ses adversaires du jour. Copacabana enregistre 884 billets vendus alors que Petits meurtres à l’anglaise arrive en troisième position avec 463 entrées.

Avec les vacances d’été, ce troisième opus des histoires de Stephenie Meyer au cinéma pourrait faire un véritable carton. Dès aujourd’hui ce sont presque 800 salles de cinéma en France qui diffuseront Hésitation pour le plus grand bonheur des Twilighters français.

 Le vingt-troisième James Bond est officiellement annulé après la suspension de son tournage en avril dernier. Serait-ce la fin d’une série culte et incontournable ?

Fini les strasses et les paillettes, le champagne et le caviar ! Il faut croire que les problèmes financiers et les dettes parviennent à atteindre la bulle dorée d’Hollywood !

Effectivement, la société de production et de distribution de films MGM (Metro-Goldwyn-Mayer) semble avoir d’importants problèmes financiers et serait endettée de trois milliards de dollars, ce qui aurait contraint l’illustre société américaine d’annuler officiellement le tournage du vingt-troisième James Bond qui était alors suspendu depuis avril dernier.

« Les membres de la production ont été avertis ce week-end de l’annulation », informe The Mirror. « Il y a pas mal de colère, parce que beaucoup de temps, d’argent et d’énergie ont déjà été dépensés dans ce projet », explique le quotidien britannique.

 Le réalisateur en charge de ce projet avorté, Sam Mendès voit donc un projet tomber à l’eau mais tant que la MGM ne trouvera pas d’acheteurs qui leur viendrait en aide, la société ne sera pas en mesure de revenir sur sa décision. Quant à Daniel Craig, après le résultat des recettes  des deux derniers James Bond qui s’élèvent à 596 et 576 millions d’euros  il est alors envisageable de le revoir au plus vite. Cela ne marque cependant pas pour autant la fin de la série qui aura tant marqué les générations, il n’y a rien donc de définitif pour l’instant.

Aujourd’hui marque la sortie de l’un des films les plus attendu de l’année : Twilight Chapitre 3 : Hésitation. Zoom sur une saga devenue culte.

Après 9 mois d’attente qui ont pu paraitre insupportables pour certains fans, twilight 3 a enfin vu le jour aujourd’hui dans les salles obscures. Le titre, Twilight Chapitre 3 : Hésitation parle de lui-même. Bella sera effectivement face à un choix des plus cornéliens: Edward Cullen, le beau vampire ou Jacob Black, le vaillant loup-garou? Après le succès international des deux premiers opus, l’intrigue a su se renouveler et promet de nous étonner davantage avec de nouveaux obstacles à affronter, de nouveaux ennemis. De nombreux morts à Seattle éveillent les soupçons des Cullen qui redoutent d’autre part la création de nouveaux vampires tandis que Victoria crée une armée de vampires dans le but de tuer Bella et d’ainsi se venger de la mort de James. Contre toute attente, les Cullen et les Quileutes vont s’unir pour la protéger.

Les salles risquent d’être combles aujourd’hui ! Les fans étant impatients de retrouver leurs idoles telles que Robert Pattinson, Kristen Stewart ou encore Taylor Lautner pour qui ils vouent un culte sans modération. Comme nous l’avions annoncé précédemment, le 3è opus de la saga écrite par Stephenie Meyer caracole déjà dans le Box-office américain, à savoir maintenant si cette suite marquera un record d’entrées dans l’hexagone .

                                                                                                                Twilight Chapitre 3: Hésitation

Si certains cinéphiles attendent avec impatience la sortie ultra-médiatisée du troisième volet de la saga Twilight (Hésitation), d’autres attendent la sortie en salles, ce mercredi, de l’œuvre d’Olivier Assayas sur le terroriste vénézuélien Carlos.

L’ambitieux projet d’Olivier Assayas livre le portrait d’un des plus célèbres terroristes de la planète, Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, connu pour divers attentats menés en Europe et son habileté à rester en clandestinité. Le réalisateur s’attaque à un mythe du terrorisme international et retrace le parcours du ‘chacal’ de son apparition dans les années 70 à son arrestation au Soudan en 1994. « Le choix était d’être factuel, de suivre Carlos sans complaisance, mais sans en faire un épouvantail, » précise Oliver Assayas. Qui était Carlos? Comment ses identités entrecroisées, superposées, s’articulent-elles, qui était-il avant de s’engager dans sa lutte sans fin ? C’est autour de ces questions que la fiction s’est construite.

Mais de sa prison de Poissy dans les Yvelines, Carlos a tout tenté pour faire interdire le film. Il avait attaqué la chaine Canal + qui avait diffusé le film en trois parties en mai dernier avant d’envoyer une lettre à l’autre Carlos, l’acteur Edgar Ramirez, qui l’incarne au cinéma. Une lettre dans laquelle il lui demande ceci : « Pourquoi, Edgar, acceptes-tu de travestir la vérité historique ? Pourquoi te prêtes-tu à une œuvre de propagande contre-révolutionnaire diffamant le plus connu des Ramírez ? » Visiblement mécontent du scénario retraçant une partie de sa vie, Carlos, le terroriste, conseille Edgar, l’acteur. « Ne laisse pas la gloire éphémère à la sauce Hollywood te faire tourner la tête », lui conseille-t-il, avant de souligner que lui, Carlos, « droit, intransigeant », a toujours « refusé de (se) vendre à l’empire décadent. »

Malgré ses 60 ans et ses 15 ans de prison en France, le terroriste vénézuélien n’a rien perdu de sa fâcheuse tendance à intimider les autres.

Au delà du portrait, c’est toute une page du terrorisme des années 70 et 80 en Europe et au Moyen-Orient que les auteurs ont retracé. « La trajectoire même de Carlos raconte une époque, celle d’avant la chute du mur de Berlin. Il a coagulé les visions de l’Est, du Proche et du Moyen-Orient avec les illusions de la génération post-soixante-huitarde », commente Daniel Leconte, le producteur du film.

Résumé :

Véritable mythe, Carlos a frayé avec l’ensemble du réseau terroriste mondial des années 1970 et 1980, de l’activisme pro-palestinien à l’Armée rouge japonaise. Il s’est imposé à la fois comme une figure de proue de l’extrême gauche romantique qu’en tant que mercenaire opportuniste. Manipulé aussi bien par les services secrets de pays arabes que par les pays occidentaux, il a construit sa propre organisation terroriste. Personnage complexe, il a « travaillé » pour tout le monde : le Front populaire de libération de la Palestine, la Syrie, la Libye, l’Irak et la Roumanie de Ceausescu.

Sortie au cinéma : le 7 juillet 2010

Regardez la bande annonce:

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdpf29_carlos-le-film-bande-annonce-traile_shortfilms[/dailymotion]

Les vampires de Twilight font un nouveau carton au cinéma. Le troisième volet intitulé Hésitation a récolté 69 millions de dollars pour son premier weekend au box-office américain.

Sorti mercredi dernier dans les salles américaines, le troisième opus de la saga Twilight, a comme prévu, commencé très fort. Pas de record mais Twilight 3 caracole déjà en tête du box-office. En cinq jours d’exploitation, l’adaptation cinématographique du troisième volet des histoires de Stephenie Meyer, a rapporté environ 161 millions de dollars de recettes et 69 millions de dollars rien que pendant le weekend écoulé.

Un succès annoncé par la production qui avait décidé de reconduire les mêmes acteurs, désormais très célèbres, des deux premiers chapitres malgré l’arrivée du nouveau réalisateur David Slade aux manettes. Un casting de stars composé de Robert Pattinson, Kristen Stewart, Taylor Lautner, Ashley Greene et Billy Burke, tous adulés par les nombreux fans de la saga.

A noter que les chiffres définitifs du weekend ne seront connus que demain car ce lundi est férié outre-Atlantique.

Les ‘Twilighters’ français quant à eux pourront voir Twilight 3 à partir de ce mercredi et, à priori, la France ne devrait pas déroger à la règle et confirmer ce nouveau succès.

Au palmarès du box-office américain Twilight 3 devance Le Dernier Maître de l’Air (The Last Airbender), le film de Night Shyamalan, qui amasse 40,7 millions de dollars. Un film dans lequel un étrange et irresponsable personnage, successeur d’une longue lignée d’Avatars, est chargé d’empêcher la nation du Feu de conquérir celles de l’Eau, de la Terre et de l’Air.

Toy Story 3 réalise également une très bonne performance en engrangeant 30, 2 millions de dollars de vendredi à dimanche. Le film d’animation totalise déjà 289 millions de dollars de recettes en 17 jours.

Un Oscar, deux Golden Globes, deux Screen Actor Guild Award, cinq Empire Award, un European Film Award, deux BAFTA, des dizaines de nominations dans ces diverses catégories. La carrière de Kate Winslet n’est plus à refaire, ni même à contester. Un parcours aux allures d’exemplaire.

Le monde entier l’a connu pour son rôle d’aristocrate frileuse, sans mauvais jeu de mots, et débauchée par le jeune Leornado DiCaprio. Titanic, de James – Avatar – Cameron, avait, en son temps, révolutionné le genre cinématographique et la superproduction prenait tout son sens. On attendait la reformation du couple refroidit, avec mauvais jeu de mots, avec impatience. Et même si Les noces rebelles n’a pas transcendé la critique ni les publics, le film est honorable.

Il y a eu Lydia Gouardo, découverte en 1999, qui a été séquestrée, torturée et violée pendant 28 ans. Il y a eu Elisabeht Fritzl, emprisonnée, violée et agressée pendant 24 ans, découverte en 2008. Découverte en 2009, Jayce Lee Dugard avait eu à subir pendant 18 ans l’isolement total.

Le monde entier l’a connu pour son histoire, tout comme ces jeunes femmes avant elle. Natascha Kampuch a été retenue prisonnière par Wolfgang Prilkopil durant huit ans. C’est à l’âge de dix ans que Natascha se fait enlever sur le chemin de l’école. C’était en mars 1998. S’en suivent alors de longues années de captivité, sans violences sexuelles avérées mais ponctuée d’agressions brutales, dans près de cinq mètres carrés. Un quotidien rythmé par la peur, l’isolement, l’angoisse de finir sa vie entre les murs du logement de l’ingénieur électricien. Malgré plusieurs sorties en ville ou en station de sports d’hiver, Natascha n’a jamais trouvé l’opportunité de s’échapper, jusqu’à ce jour d’août 2006, où elle profite d’aspirer la voiture de Wolfgang Prilkopil et de l’éloignement de ce dernier pour s’enfuir. Les privations, comme la famine, imposées ont sérieusement altéré la santé de la jeune femme, souvent dangereusement. Le ravisseur s’est suicidé quelques jours après la fuite de Natascha en se jetant sous un train de banlieue, près de Vienne.

C’est le réalisateur de La Chute ou du Nom de la rose, Bernd Eichinger, qui illustrera ce cauchemar dans un long métrage. Les avancées du projet sont conséquentes puisque le réalisateur en est déjà à la phase de casting avec quelques idées déjà bien précises.

En effet, Bernd Eichinger a confié au Daily Express qu’il souhaiterait voir Kate Winslet incarner la jeune Autrichienne, aujourd’hui âgée de 22 ans. L’actrice n’a pas encore donné de réponse  négative ou positive mais l’on peut imaginer qu’elle se laisserait tenter par un rôle fort et riche d’interprétation.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Il y a une maison d’édition américaine : Marvel. Un genre de bande-dessinées : les comics. En associant les deux, il y a Marvel Comics ; et les superproductions qui s’en suivent. Les comics, publiés sous forme de magazine aux attraits de reliques aujourd’hui, sont une sorte de Journal de Mickey. En nettement plus sanglant. Chaque numéro mensuel ou trimestriel relatait les aventures d’un super-héros ou d’un groupe allié. Mais pas en France où chaque revue illustrait le récit de plusieurs personnages. Pour rendre cela plus accessible, il y a eu les films.

Daredevil, Elektra, Hulk, Iron Man, Les Quatre Fantastiques, X-Men, Ghost Rider, Spider-Man, Wolverine, … Ce sont là quelques noms qui constituent la liste non-exhaustive de ce qu’est le groupe Marvel adapté au grand écran, plus ou moins brillamment d’ailleurs. Comment ça ? Il n’y a pas Superman ni Batman ? Eux, c’est DC Comics. Voyez ?

Concernant Marvel, de nouveaux venus font parler d’eux et secouent le groupe d’une  nouvelle déferlante de dollars à investir mais, assurément, à engranger :

Captain America: Personnage principal interprété par Chris Evans, déjà vu dans le rôle de La Torche des Quatre Fantastiques. Réalisé par Joe Johnston, le film comptera aussi sur Samuel Lee Jackson et Hugo Weaving, par exemple. La sortie est prévue pour juillet 2011.

Thor: Kenneth Branagh s’attaque au monument et ne se laisse pas démonter. Avec Chris Hemsworth, apparu dans le récent Star Trek, pour tenir le marteau divin, Natalie Portman devrait rejoindre les rangs. Sortie prévue pour mai 2011.

The Avengers: L’alliance de ces justiciers prendra forme sur les écrans en mai 2012, on y retrouvera Robert Downey Jr en Iron Man, Samuel L. Jackson en Nick Fury, Chris Evans en Captain America, et bien d’autres comme Scarlett Johansson. La réalisation sera menée tambour battant par Joss – Buffy – Whedon.

Sinon, dans le réchauffé, il y a :

Un préquel intitulé X-Men : First Class retraçant la jeunesse du groupe, prévu pour juin 2011 outre-Atlantique, avec Matthew Vaughn derrière la caméra.

Et Spider-Man reboot, quatrième volet de la franchise. Tobey Maguire ayant rendu le costume, c’est le jeune Jamie – Billy Elliot – Tintin – Bell qui est pressenti pour tisser sa toile. Avec Le Lézard en super-vilain. Sortie : Juillet 2012.

Littéralement, on aura tout vu.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Plus que trois petites semaines. Dix-neuf jours très exactement avant la sortie de Twilight 3 Eclipse dans les salles de cinéma françaises, alors que les américains n’ont plus que 12 jours d’attente. Depuis quelques semaines que la promo a commencé, la production Summit Entertainment se lache et divulgue, extraits du film , photos et interviews des acteurs à tout va. Et ce n’est pas pour déplaire à tous les fans de la saga !

Aujourd’hui, pas moins de deux nouveaux spots TV sont à découvrir. Les images saccadées montrent tout à tour Bella et Edward, les Cullen, Jacob et sa team (les loups-garous), l’armée de vampires, Victoria… Bref un petit tour général de tous les personnages à retrouver dans ce troisième opus. Ces spots n’annoncent pas seulement « le meilleur Twilight » jusqu’à présent mais aussi « un des meilleurs films de cet été »!

Le chapitre 2, Tentation, a déjà été nommé Meilleur film de l’année le 6 juin dernier aux MTV Movie Awards. Plus « sombre » que les précédents, Twilight 3 promet une qualité cinématographique qui dépasse les volets précédents. Tout comme Robert Pattinson l’avait déjà déclaré. Les acteurs auraient été soumis à une préparation spécifique pour le tournage, avec entrainements physiques intensifs au programme ! On a hâte de voir le résultat !

 [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=3N0I4kptzLI&feature=player_embedded[/youtube]

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=1AXYKRWAdmg&feature=player_embedded[/youtube]

 

Rien à dire, Summit Entertainment sait comment s’y prendre pour attiser la curiosité de ses fans !

Vivement le 7 juillet, et en attendant vous pouvez toujours patienter avec le Guide Officiel du film !

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Peyo, dessinateur de talent et reconnu, une fois n’est pas coutume, auteur de Johan et Pirlouit, Benoît Brisefer, Poussy et des Shtroumpfs. Ces petits lutins bleus publiés pour la première fois en 1958 ont réussi à trouver leur public et se sont déclinés par la suite en une trentaine d’aventures dessinées. Et puis, inévitablement, il y a eu le dessin-animé. Soit. Nouveau coup dur.

Il fallait que ça arrive. Non content de ne plus trouver d’idées originales depuis des lustres, autant recycler les vieilles industries et tenter de leur donner un coup de neuf. Voyez avec Garfield comme cela a marché…

Vous allez me dire mais quel rapport entre les Shtroumpfs et l’awesome Barney Stinson ? Si ce n’est la couleur de ses yeux, l’acteur incroyable d’How I Met Your Mother, Neil Patrick Harris, figure au casting du prochain film d’animation : Les Shtroumpfs.

Alors que la série est reconduite pour une sixième saison, et probablement d’avantage, l’acteur viendra se joindre à Hank Azaria (La nuit au musée 2, Les Simpsons, Friends, Godzilla, …) dans cette adaptation 3D de l’œuvre de Peyo.

Pour l’histoire, Gargamel Azaria a enfin réussi à mettre la main sur le village de ses ennemis jurés. A défaut de les capturer tous, il se fait une joie de les chasser vers de plus vastes prairies…bétonnées. C’est donc à New-York qu’atterrissent les Shtroumpfs, complètement perdus et désorientés. Toujours pourchassés par la colère de Gargamel et l’estomac d’Azraël, ils devront parvenir, par tous les moyens, à regagner leur village et à survivre dans la jungle urbaine. Heureusement, Neil Patrick Harris sera là pour leur venir en aide, tenant le rôle principal.

Nous voilà rassurés.

Alors bonne surprise ou mauvaise nouvelle ? Les paris sont lancés quant au bien fondé d’un tel projet. A l’heure où les Marvel ne cessent plus de se développer et de s’adapter au septième art, qui, du coup, perd de son « art », ce sont ces petits anti-héros qui y passent.

Tandis que la sortie est prévue pour août 2011 dans les salles de cinémas françaises, les premières images sont dévoilées dans ce teaser :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=jj2ZLofJar4&feature=related[/youtube]

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

La talentueuse réalisatrice Sofia Coppola revient enfin, quatre ans après son dernier film. Elle présente la bande-annonce de son quatrième long métrage : Somewhere.

Après Virgin Suicides (1999), Lost in Translation (2003) et Marie-Antoinette (2006), Sofia Coppola revient enfin avec Somewhere. Dans ce nouveau film, la réalisatrice suit le quotidien d’un homme. Un acteur très connu (interprété par Stephen Dorff) qui vit reclus dans le luxueux château Marmont. Il enchaine les soirées de débauche jusqu’au jour où sa fille de 11 ans (Elle Fanning, la sœur de Dakota, aperçue notamment dans Benjamin Button) débarque dans sa vie. Il va devoir s’en occuper et redécouvrira le monde à ses côtés.

Bande-annonce :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=vvSspY7WU10&feature=player_embedded[/youtube]

Sofia Coppola a une nouvelle fois fait appel à son chanteur de mari (Thomas Mars de groupe Phoenix) pour la musique de son film. Dans cet extrait on peut apprécier le titre Love Like a Sunset (part 2) du boys band. La réalisatrice réaffirme également son penchant pour la musique de The Strokes avec I’ll Try Anything Once de Julian Casabalancas – version alternative de You only live Once de The Strokes. En 2006, ce second groupe occupait déjà une place majeure dans la BO de Marie-Antoinette.

Avec ce nouveau long métrage, Sofia Coppola ne change pas d’univers. Elle reste fidèle à son identité cinématographique qui a fait son succès ces dernières années.

Polyvalente, elle cumule les talents d’actrice, scénariste, réalisatrice et productrice. Tombée dans l’univers du cinéma depuis sa petite enfance grâce à son père, le réalisateur Francis Ford Coppola, elle passera pour la première fois devant ses caméras à un an. En 1998 elle se lance dans la rédaction de scenarii et la réalisation de films, avec comme premier essai Lick the Star, un court métrage de 14 minutes. Pour son troisième film, Lost in Translation (2003), Sofia Coppola a reçu l’Oscar du Meilleur scenario original.

Personnage désormais respecté et reconnu de l’industrie du cinéma, sa nouvelle production est très attendue. Il y a fort à parier que Somewhere sera un nouveau succès. Le film devrait sortir à la fin de l’année 2010 aux Etats-Unis. 

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

« Souquez les artimuses ! » Et refourguez aussi un peu de blockbusters. On aurait pu penser qu’une œuvre comme Pirates des Caraïbes aurait su s’arrêter. Mais Walt Disney reste fidèle à $a religion. Trois volets. Soit. Pas trop mauvais, qui plus est. Un quatrième ? On commence à serrer les dents. Pourtant, c’est bel et bien sur le point d’arriver. Voguons.

Après moult rumeurs plus improbables les unes que les autres dont la plus incroyable était Tim Burton à la réalisation (peut-être aurait-il dû plutôt que de faire Alice..), Pirates des Caraïbes : On Stranger Tides – Sur des mers plus étranges – est prévu pour l’été 2011 mais sortira probablement plus tard. Comme une évidence, ce nouveau volet sera tourné en 3D.

C’est officiel, le tournage va commencer dans quelques jours du côté d’Hawaï pour Johnny Depp et Geoffrey Rush qui retrouvent les mousquets et les chicots de Jack Sparrow et Hector Barbossa. Plus de William – Orlando – Legolas – Turner ni d’Elizabeth – Keira – Domino – Swann, donc. Point de Tim Burton non plus, ce sera Rob Marshall (Nine, Chicago) qui mènera la barque.

Pour la petite histoire, Jack Sparrow part à la recherche de la supposée Fontaine de Jouvence grâce à la carte de Sao Feng (le moustachu chauve des volets précédents). Bien entendu, ce ne sera pas aussi simple et il devra tâter du sabre face à une équipe qui gère la mécanique et la vapeur, menée par un certain Barbe-Noire.

Pour incarner les nouveaux personnages qui s’annoncent ce seront Penelope Cruz en Barbe-Noire fille, Ian McShane en Barbe-Noire père, Astrid Berges-Frisbey en sirène ou encore le top-model australien Gemma Ward qui viendront compléter le casting.

A noter également la présence toujours étonnante de Keith Richards en papa du petit impertinent pirate Sparrow. Et, oh surprise, Mick Jagger devrait rentrer dans les bottes d’un vieux pirate.

Une autre constante est la présence de Jerry – Prince of Persia – Bruckheimer à la production.

Certains clichés du majestueux bateau sont d’ores et déjà disponibles ici.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Producteur, scénariste, réalisateur, comédien, animateur. La Cité de la peur, RRRrrrr !!!, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Didier. Burger Quizz, La grosse émission. Les nuls. Alain Chabat a joué des coudes et a acquis une légitimité à grands coups de productions originales, de créations surprenantes, dans le milieu artistique. Il revient aujourd’hui avec un film plutôt étonnant. Zoom.

On connaissait La marche de l’empereur, Le peuple migrateur, Microcosmos, Océans, autant de documentaires pourtant époustouflants mais moyennement distribués. Des reportages animaliers traitant du sujet sous toutes ses formes : animaux marins, volants, minuscules, mais il y a bien un animal qui n’avait pas été analysé de cet œil. Terrestre. Terrien. L’Homme.

Bébés sort aujourd’hui dans les salles françaises, l’occasion de savoir un peu mieux de quoi il s’agit.

L’idée était de filmer des bébés du monde entier et de les suivre pendant plusieurs mois, jusqu’à ce qu’ils prennent conscience de la présence de la caméra et cessent alors un naturel total, en commençant à jouer avec celle là.

Comme un conte de fées pour adultes, Bébés est un « documentaire animalier sur les bébés » d’après Alain Chabat. S’offrant les services de Thomas Balmès, réalisateur, les deux hommes ont collé aux couches de Ponijao la Namibienne, Mari la Japonaise, Hattie l’Américaine et Bayarjagal le Mongol.

«  C’était le tour du monde en permanence. Je filmais jusqu’à douze heures par jour pendant deux semaines, je rentrais chez moi trois ou quatre jours et je repartais pour un autre fuseau horaire » explique Thomas Balmès.

Le résultat de ces deux ans de tournage se retrouve en 1h16 durant laquelle on assiste à l’éveil de ces enfants. A leur découverte du monde alentour. Ce pas-tout-à-fait long métrage se contente d’exposer la simplicité et l’innocence, ce rapport au Monde encore vierge qu’ont les nouveau-nés. Même la caméra semble s’effacer tout à fait pour laisser place aux interactions qu’effectuent les enfants au sein du milieu dans lequel ils évoluent. Aucun commentaire, aucune voix-off ne vient entacher ce moment suspendu.

Alain Chabat déclare d’ailleurs que le but du film n’était pas « de faire une enquête sociologique ou géopolitique, mais de regarder humblement les humains grandir ».

Sorti pour la fête des mères aux Etats-Unis, le 7 mai, Bébés a déjà attiré plus d’un million de spectateurs et est aujourd’hui sur grand écran français.

Bande annonce:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=UrPWtPPp954&feature=player_embedded[/youtube]

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

La convention officielle de Twilight 3 se tiendra en France du 2 au 4 juin prochain. La présence d’aucun des trois personnages principaux n’a été annoncée mais il y aura un invité surprise … Qui sera cette personne mystère ?

Les 11, 12 et 13 juin derniers, Taylor Lautner (Jacob), Kristen Stewart (Bella) et Robert Pattinson (Edward) étaient à la convention officielle aux USA, organisée au Hyatt Regency Century Plaza à Los Angeles. Les fans de la saga ont pu voir leur star préférées et leur poser des questions. En France, la convention officielle se tiendra le 2, 3 et 4 juin prochains (soit quelques jours à peine avant la sortie du troisième opus dans les salles de cinéma françaises). Elle se déroulera au Palais d’Issy les Moulineaux (92), seulement les trois invités confirmés ne sont pas ceux que les fans français attendent le plus. Alex Mera (un loup-garou), Michael Welch (Mike, l’ami de Bella) et Daniel Cudmore (Felix du clan Volturi) seront présents pour répondre aux questions des « twilighters ». Uniquement des rôles secondaires pour représenter le film, pas sûr que les fans soient ravis.

En revanche, respectant toujours sa stratégie de suspense, la production n’a pas dévoilé l’identité du quatrième acteur présent… Un invité mystère dont le nom sera révélé un peu plus tard. Alors Kristen Stewart, Robert Pattinson ou Taylor Lautner? Tous les espoirs sont encore permis ! Au programme de cette convention officielle : Diffusions et spectacles surprises, questions réponses avec les invités, conférences, photos, jeux ou encore activités scéniques. Les tarifs varient de 39 euros pour une journée à 199 euros pour les trois jours. (Plus d’infos : www.twilight-convention.m6.fr)

Si d’ici là, les fans français peuvent encore rêver, à moins d’une grosse surprise de dernière minute, leurs héros ne seront pas présents lors de l’avant-première le 24 juin prochain. Ils devront certainement se contenter d’un message de ceux-ci qui leur sera adressé. Alors que la tournée mondiale de promo pour Twilight chapitre 3, a débuté il y a plusieurs semaines, le calendrier des trois superstars que tous les fans réclament, est bien rempli ! Taylor Lautner (Jacob), Kristen Stewart (Bella) et, entre deux tournages, Robert Pattinson enchainent les pays, les avant-premières et les interviews officiels.

Leur absence supposée représenterait donc grande déception, alors que l’année dernière, pour la sortie de Twilight 2 : Tentation, d’énormes moyens avaient été mobilisés pour la France. Les trois acteurs principaux avaient fait le déplacement spécialement pour la promo et l’avant-première. Conférence de presse, interviews pour la télé, Robert Pattinson au JT de 20h et des centaines de fans réunis devant l’hotel Crillon de Paris… Une promo réussie pour la saga.

Les fans français ont beau être nombreux et fidèles, ce n’est pas pour autant qu’il faut oublier de les chouchouter ! En attendant, le suspense demeure concernant l’identité de l’invité mystère… D’après vous ?

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés ! 

Neuf nouveaux teasers du chapitre 3, Hésitation, ont été dévoilés ce weekend. Un nombre de vidéos inespérés pour les fans de Twilight que la production avait habitués à obtenir informations, photos et extraits exclusifs du troisième épisode au compte gouttes.

A 23 jours de la sortie française (et seulement dix jours de l’avant première) Summit Entertainment a décidé de gâter ses fans ! Neuf nouvelles vidéos, de quoi attiser encore plus leur excitation et leur impatience. D’autant plus que cette fois-ci, Bella, Edward et Jacob ne sont pas les seuls présents. Les vidéos dévoilent aussi des scènes où l’on peut apercevoir Victoria , les Volturi, Bree Tanner ou encore l’ensemble de la famille Cullen.

Le troisième opus de la saga de Stephenie Meyer sera, comme promis, plus sombre et plus violent que les épisodes précédents. Preuve en images avec ces nouveaux extraits.

–  Ravin Chase, en français, « poursuite jusqu’au ravin », met en scène une course poursuite de vampires. Il s’agit en fait de Victoria, interprétée par Bryce Dallas Howard poursuivit par la famille Cullen.

– Dans le deuxième  extrait, on y découvre Bella (Kristen Stewart) en train d’embrasser Edward (Robert Pattinson) devant Jacob (Taylor Lautner), avant de partir avec ce dernier.

– Les Volturi n’ont pas été oubliés, on peut les apercevoir dans cette vidéo. Inquiétés ils délibèrent : vont-ils intervenir ou non ?

-On en apprend également un peu plus sur Bree Tanner, jeune adolescente transformée en vampire.

– Découvrez aussi les coulisses du tournages.

– Dans cet extrait on voit les Cullen et Bella en pleine reflexion, inquiets par rapport à Victoria et les Volturi.

– Ecoutez Rosalie  qui avoue être jalouse de Bella :

 

Et enfin, voici Edward et Jacob qui se dipsutent au sujet de Bella.

 

Pour visionner toutes les vidéos officielles de Twilight, rendez-vous sur la chaîne de  Official Twilight 3.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés ! 

Le Festival International du Film d’Animation a eu lieu du 7 au 12 juin 2010, à Annecy. L’occasion de faire un point sur la nouvelle déferlante des films animés à venir et ceux qui ont transcendé le genre.

L’animation visuelle a su s’imposer doucement mais surement dans le paysage cinématographique international. Si au-delà de l’atlantique, on a su l’intégrer depuis longtemps, la France a toujours eu ce petit temps de retard aujourd’hui nettement rattrapé. Et il fallait bien un festival pour rendre honneur à cette entreprise malgré tout toujours trop peu reconnue.

Si la 3D a frappé de plein fouet le tout Hollywood et ses blockbusters, il reste certains trésors qui garde le charme et la magie de l’ancien. Sylvain Chomet, réalisateur des géniales Triplettes, et son Illusionniste déclare : « La 3D est un piège : vous travaillez sur des machines de plus en plus intelligentes, qui bientôt n’auront plus besoin d’humains. Les personnages seront animés d’après une base de données. C’est dans la logique des gros studios. »

Lui qui apprivoise malgré tout cette technique n’en reste pas moins distant quant aux dérives possibles qu’elle permet : « Si Pixar fait des films en 3D magnifiques, tout le monde n’est pas Pixar. Aujourd’hui, on voit déjà de vraies cochonneries. »

D’aucuns pensaient qu’ils s’arrêteraient (peut-être aurait-il mieux fallu ?) et pourtant non, ce sont bien Shrek 4 et Toy Story 3 qui arrivent en France, respectivement le 30 juin et le 14 juillet.

Contestables mais efficaces, ce sont ce genre de monstres de l’animation qui ont participé l’an dernier au bond d’entrées de 66% qu’a effectué le cinéma animé.

Malgré tout, il reste quelques perles que le public sait encore apprécier à leurs justes valeurs. Fantastic Mister Fox, de l’américain Wes Anderson, a reçu le Cristal du long métrage ainsi que le Prix du public. Sorti le 17 février en France, et plutôt sous silence, Fantastic Mister Fox est l’adaptation de l’œuvre de Roald Dahl (Charlie et la Chocolaterie, Matilda) intitulée Fantastique Maître Renard.

En attendant la prochaine vague, profitons de cet instant de répit pour découvrir les bandes-annonces de Mister Fox et de l’Illusionniste, dans nos salles ce mercredi :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xbmdm9_fantastic-mr-fox-bande-annonce-fr_shortfilms#from=embed?start=0[/dailymotion]

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdebmp_l-illusioniste-bande-annonce-hd_shortfilms#from=embed?start=1[/dailymotion]

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Mettons les choses au point : Il y a une saga étrangement traduite de l’anglais par La Saga du désir interdit. C’est Twilight. Il y a quatre romans connus et publiés. Plus deux extras : L’appel du sang – La seconde vie de Bree Tanner, sorti le 05 juin 2010, et Midnight Sun, basé sur le récit d’Edward lorsqu’il quitte Bella, toujours en cours. Sur ces six romans, deux sont déjà sortis sur grand écran et le troisième – Hésitation/Eclipse – débarque le 07 juillet dans les salles françaises. Mais voilà qu’il y a déjà du nouveau pour la conclusion à cette « saga du désir interdit » (et ça, c’est vendeur ?).

Qu’ouï-je ? Que vis-je ? On copie Harry Potter ! J’en étais sûr, de toute façon Edward a tout piqué à Harry.

La rumeur courait déjà depuis plusieurs semaines mais Summit Entertainment, la société de production de la franchise, vient de lui donner raison : le quatrième volet de la saga intitulé Révélation – Breaking Dawn, en anglais dans le texte – sera bel et bien divisée en deux pour le septième art.

Afin de sortir magistralement et aussi parce que tout ce petit monde reste cupide, la dernière œuvre de Stephenie Meyer romançant l’histoire impossible d’Edward Cullen et de Bella Swan s’orchestrera à deux reprises.

Non pas que les romans débordaient de détails indispensables et regrettés dans les films mais cela reste une bonne nouvelle pour les fans qui auront donc un peu plus de temps pour faire leurs adieux à Robert Pattinson.

Bill Condon à la mise en scène, un casting intact malgré le bruit qui courrait sur d’hypothétiques remplacements d’Ashley – Alice – Greene ou Kellan – Emmett – Lutz. En effet, chacun des acteurs mènera son personnage jusqu’au bout de l’aventure, comme prévu.

Hésitation n’est même pas encore sur les écrans et l’on parle déjà de la date de sortie du premier volet de Révélation : il devrait illuminer les salles américaines le 18 novembre 2011.

Toute l’équipe se mettra en marche pour promouvoir les deux dernières parties dès l’automne prochain.

Twilight, ou l’expression : « Battre le fer tant qu’il est chaud. »

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Certains le croyaient éternellement installé dans son fauteuil de champion. D’autres redoutaient que Christophe s’en aille un jour. C’est ce qui s’est produit ce midi. Le sympathique champion belge de Tout le monde veut prendre sa place s’est avoué vaincu.

Les inconditionnels du rendez-vous quotidien Tout le monde veut prendre sa place sur France 2 n’en reviennent toujours pas. Le brillant candidat qui était tous les midis aux côtés de Nagui a perdu sa place de champion. Complices, les deux hommes formaient presqu’un duo et faisaient bien rire le public.

Ce midi, Christophe s’est incliné face à une candidate, nommée Corinne. Il avait choisi un questionnaire sur Keanu Reeves alors que son adversaire s’attaquait à des insectes. Et c’est là que l’incroyable se produit. Le cinéma est pourtant son domaine de prédilection mais le belge butte sur l’acteur américain et ne marque que 15 points. Corinne, elle, en compte 16. C’est la consternation, le champion a perdu.

Installé depuis des mois dans le fauteuil de champion du jeu TV, Christophe Bourdon, était devenu un personnage héroïque du petit écran. Le belge de 35 ans avait enchainé 130 victoires pour 133 participations et un total de 157 700 euros de gains. Une performance qui lui permet de rentrer dans le livre des records.

Christophe régnait en maître dans son fauteuil de champion depuis le 10 janvier 2010. Adieu champion!

Moins de dix ans d’années créatives mais une puissance qui se répercute encore aujourd’hui et dont de nombreux groupes s’inspirent toujours. Éclipsés par un leader charismatique et habité, les autres membres des Doors reconnaissent eux-mêmes la superbe qu’incarnait Jim Morrison. Tom DiCillo livre avec When you’re strange un rockumentaire sur ce groupe devenu culte. The end.

The Doors est un groupe icône, symbole d’une génération et d’un style musical bien spécifique. Fauché en pleine gloire, tout coordonne pour faire de ce groupe – et principalement de son chanteur – une référence absolue. Des travers liés aux drogues et à l’alcool, en passant par l’ascension fulgurante de la formation, aux conditions toujours mystérieuses de la disparition de Morrison ; tout est source d’adaptations, de créations et de réalisations parallèles.

C’est Oliver Stone qui se lancera dans une entreprise loin d’être gagnée d’avance. Inspiré de la biographie de Jim Morrison et en tant que fan inconditionnel du groupe, c’est un défi qu’il se fait un plaisir de relever en livrant un film au titre éponyme ; The Doors relate l’histoire du groupe de manière romancée. Val Kilmer en chevelu sous acides. Et à l’heure où les Stones, ACDC, Deep Purple remontent sur scène pour des tournées quelques peu inquiétantes, c’est le réalisateur Tom DiCillo qui livre une œuvre inédite sur les quatre américains.

Si l’entente entre les membres restants n’a pas toujours été au beau fixe – John Densmore accusant Robby Krieger et Ray Manzanerek d’utiliser abusivement le nom du groupe pour leur nouvelle formation – les tensions semblent s’être calmées et chacun a approuvé la sortie de ce film.

Sans interviews comme l’on peut voir dans Shine a light de Martin Scorcese sur The Rolling stones, When you’re strange est un montage de différentes images qui donne un coup de fouet au mythe qui commençait à se nécroser. L’utilisation délicate des archives commentées par Johnny Depp se mêle au court métrage réalisé par Morrison plus jeune, intitulé HWY An American Pastoral. Densmore de déclarer : « J’ai toujours connu ce road-movie mais je n’ai jamais été convaincu qu’il était très intéressant. Pourtant il trouve sa place dans ce récit. »

Ce documentaire ne délivre rien d’exclusif sur l’existence des Doors, tout ce qui y est montré est connu mais l’originalité réside dans certaines scènes totalement inédites qui permettent de raviver le mystère du chaman et de ses sorciers. C’est la première œuvre de ce genre.

La majeure partie de ce long-métrage est consacrée au concert du premier mars 1969 qui marquera déjà la chute du groupe et les envies de Morrison d’échapper à tout ce qu’il a créé.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Alors oui, il a nettement moins de charisme, il est nettement plus jeune aussi, ses cheveux sont souvent bien peignés et son air trop sage ne l’a pas aidé à être crédible lors des premiers films. Harry Potter n’est pas Edward Cullen, c’est certain. Et le fait que Robert – Diggory – Pattinson soit venu jouer sur le terrain même de Daniel Radcliffe pour ensuite voler de ses propres ailes dans une franchise qui marche mieux que la saga du sorcier ne doit pas aider ce dernier à se mettre en confiance. Mais moi, j’aime bien les vilains petits canards et ceux qu’on délaisse.

Les récents MTV Awards qui se sont déroulés dimanche soir à Los Angeles ont été l’occasion de dévoiler, côté vampire, certains éléments de moins en moins nouveaux. Ouais, ouais, on applaudit et on ovationne les deux acteurs qui se pavanent dans des ensembles somptueux.

Mais on en vient à oublier Daniel, Rupert et Emma. C’est pas glamour ça ?

Jusqu’à présent seuls quelques teasers et montages vidéo avaient été distribués pour promouvoir la venue le 24 novembre prochain du dernier film mettant en scène Harry Potter. Oui, c’est un peu triste. La cérémonie des MTV Awards a délivré la bande-annonce officielle. Restant fidèle aux bandes-annonces passées, ce sont toujours de sombres images et peu explicites qui sont offertes pour patienter. Si ce trailer ne dévoile rien de conséquent, il permet de (re)commencer à s’immerger dans l’univers de JK.Rowling.

C’est ici que tout se joue, Voldemort est revenu plus en forme que jamais, le crâne luisant, la narine fourbe et a bien décidé d’en finir avec cet impertinent aux lunettes. Contraints de se cacher dans le monde des humains pour poursuivre leur quête dans celui des sorciers, les trois fantastiques vont user de finesse et d’un peu de maturité pour arriver à leurs fins.

Il semblait difficile pour l’auteur de satisfaire les millions de lecteurs qui attendaient le dénouement de six livres passés. D’aucuns, pendus à la moindre ligne de cet ouvrage, ont pu assister au duel tant attendu entre les deux sorciers.

Harry Potter et les reliques de la mort sera découpé en deux parties, un peu pour amortir au maximum les investissements et beaucoup pour éviter d’évincer la moitié du livre.

La seconde partie, et ultime, devrait sortir en juillet 2011.

Pour l’instant, c’est ici.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

La soirée des MTV Movie Awards a été un véritable succès pour Twilight dimanche 6 juin. Le film tiré du best seller de Stephenie Meyer a récolté cinq récompenses. Un réel plébiscite pour la saga. Un nouvel extrait du prochain opus Twilight 3 : Hésitations a également été dévoilé.

Meilleur long métrage, superstar internationale, meilleure actrice, meilleur acteur et meilleur baisé de cinéma, les héros de Twilight étaient à l’honneur hier soir. Ils ont raflé pas moins de  cinq prix lors de la cérémonie.

Twilight 2 : Tentation, a été élu meilleur long métrage de l’année, dépassant Harry Potter. Robert Pattinson, a reçu le prix du meilleur acteur devant Taylor Lautner, Daniel Radcliffe, Channing Tatum et Zac Efron pour son rôle d’Edward Cullen, le vampire sexy. Le jeune homme qui cette fois a pu faire le déplacement (il est actuellement en tournage pour Water for elephant), a également été sacré superstar internationale. Il devance ainsi  Daniel Radcliffe, Johnny Depp et ses acolytes, Kristen Stewart et Taylor Lautner, nominés pour te titre.

Si Kristen Stewart n’est pas la plus grande star du cinéma, elle récolte tout de même le prix de la meilleure actrice pour son interprétation de Bella.  La jeune fille qui a fait sensation dans une petite robe dorée Dolce & Gabanna a ainsi battue Sandra Bullock, Zoe Saldana, Amanda Seyfried et Emma Watson pour cette reconnaissance.

Les deux partenaires ont également été récompensés pour le meilleur baisé de cinéma. En allant récupérer leur trophée (un saut de pop-corn doré), le couple fait preuve d’humour et de glamour en faisant semblant de s’embrasser. (voir vidéo ci-dessous).

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tKeJ9ciPmjo&feature=player_embedded[/youtube]

Cette soirée était également l’occasion pour Summit Entertainment de gâter encore ses fans. La production du film a dévoilé un nouveau teaser du troisième opus qui sortira en France dans un mois jour pour jour. Découvrez  tout de suite ce nouvel extrait.

Pour ce qui est des autres récompenses, Harry Potter, se console avec le prix du meilleur méchant avec Tom Felton. Anna Kandrick a été sacrée meilleure espoir féminin dans Up in the air. La meilleure baston de cette année aura été entre Beyoncé et Ali larter dans Obsessed. Sandra Bullock a été récompensée pour sa contribution « passionnante et diversifiée » à l’industrie du cinéma.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

de Michael Patrick King avec Sarah Jessica Parker, Kim Cattrall, Kristin Davis, Cynthia Nixon…

Moins de sexe et plus de robe.

On avait quitté nos quatre new-yorkaises préférées mariées, heureuses et croquants la vie à pleine dents à la fin du premier film. Pour le second épisode, Carry, Samantha, Charlotte et Miranda ne sont plus si heureuse avec problèmes de mariage, bébé, travail et ménopause. Pour oublier leurs problèmes du quotidien elles décident de partir pour Abou Dhabi (alias Marrakech) pour des vacances bien méritées mais le passé ne va être que des plus présents.

Déjà que l’idée d’un deux ne nous étaient pas spécialement favorable (la fin du 1 aurait très bien pu être la fin avec un grand F), mais les meilleurs aspects de la série (réflexion sur la question de la femme dans notre monde actuel et les relations homme/femme sans tabou) sont transformés en vague farce burlesque. Et oui on ne peut pas faire l’amour sur une plage à Abou Dhabi mais heureusement au « pays de la liberté » tout est permis.

Néanmoins, le scénario a réussi à ne pas se transformer en une suite de rebondissement sans intérêt. Il réussi a instauré une certaine réalité qui était un des aspects non négligeables de la série, mais il est vite noyé sous un flot de cliché de comparaison entre les femmes occidentales et orientales. L’idée est souvent bonne mais le gag pas très réussi et souvent ridicule (nos quatre new-yorkaises débarquent en plein désert habillées comme pour une soirée mondaine mais heureusement on leur a emmené des vêtements de rechange Dior qui sont en fait exactement les même mais orientalisé).

Le film nous donne surtout envie de revoir la série qui était de qualité contrairement au film. Ce n’est plus Sex and the city mais Fashion and the city.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=yK18HY13OwA[/youtube]

Michaël Youn, l’animateur bien connu de l’émission qui réveillait nos voisins pendant près de deux ans, a su relativement bien se reconvertir. Une carrière au cinéma toujours satisfaisante avec des films jamais sensationnels mais qui plaisent au plus grand nombre, des one-man show décalés et irritant les médias qui n’hésitent pas à lui tirer dans les pattes. Il faut dire que le garçon s’est bâti un empire sur l’autel de la déraison et du sale. Ne laissant rien au hasard, il supervise le moindre détail de ses multiples projets. Son film axé sur son dernier personnage en date, Fatal, sortira dans les salles le 16 juin 2010. L’occasion de découvrir le nouveau clip du rappeur, issu de la bande originale du film.

Fous ta cagoule, Mauvaise foi nocturne, J’aime trop ton boule, Trankillement, Parle à ma main, autant de tubes créés par le groupe de rap parodique mené par Michaël Youn. Le jeune homme délivre un univers bien rodé dans lequel il incarne le rôle d’un personnage né au cours de l’émission, le Morning Live, et qui a, depuis, prit bien d’importance. Fatal – Benayoun – Bazooka s’amuse sur la vague des rappeurs égocentriques, bling-bling, et tire des boulets de canons en tous sens.

La nouvelle pièce sur la vie de Fatal est le film qui sortira très prochainement et qui mettra en scène l’artiste si, à la place des 500 000 albums vendus réellement, il en avait vendu quinze millions. La reconnaissance et le succès sont interplanétaires pour l’interprète de tous ces singles. Menant de front plusieurs projets, il doit faire face à un cas de conscience lorsqu’il est confronté à la dure réalité des choses. Il est né au cœur des Alpes, dans un petit village de Savoie. Et ça, ce n’est pas vraiment hardcore.

Un film qui s’annonce alors dans la même veine que les précédents métrages de l’équipe et qui dévoile aujourd’hui son premier clip, issu de la bande originale du film, intitulé « Ce matin va être une pure soirée. »

Largement inspiré de la création des Black Eyed Peas, « I gotta feeling », ce nouveau titre a été réalisé en collaboration avec Big Ali, le groupe de pré-pubères PZK, Dogg SoSo et DJ Chris Prolls (interprété par le comique Stéphane Rousseau).

C’est à découvrir sans plus tarder ici :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=AS4GlgkW5Fc&feature=player_embedded#![/youtube]

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Six saisons laissant les fans tristes et esseulés. C’est un syndrome commun à nombre de séries américaines, sollicitant la fidélisation pendant des années et abandonnant leurs protégés quand sonne l’heure de la retraite. Mais peu d’entre elles les retrouve, en franchissant le pas du long métrage, au risque de décevoir, bien souvent. Sex & the City : Le film a divisé un public heureux de retrouver ses héroïnes mais décontenancé par l’absence d’une trame de fond. Pour pallier cette erreur, l’équipe rempile pour un second volet. Assagies, les quatre femmes se vengent sur les dépenses. La carie s’infecte.

Peu légitime dans le bien fondé d’une suite à la série à succès, le premier film a tout de même su convaincre et attirer les foules de curieux. Alors que sort aujourd’hui le second volet des aventures de Carrie, Samantha, Miranda et Charlotte dans les salles obscures françaises, c’est l’occasion de faire part des premiers échos en dents de scie.

La mode, le sexe et l’argent ont été les maitres mots de la série, lui conférant ainsi une originalité par rapport à ses consœurs de la même époque. En véritable phénomène, il semblait naturel que son adaptation au cinéma soit risquée.

Le premier volet surprend, l’univers attendu est bien présent malgré le fait que le mouvement perde de sa superbe. L’accueil est chaleureux mais l’enthousiasme peine à durer. Sans véritable consistance ni objectif si ce n’est celui de faire le point, quatre ans après l’arrêt de la série.

On prend les même et on recommence pour une seconde exhibition de luxe et de démesure. Mais point – en tout cas, moins – de sexe pour The City 2 qui a ouvert ses portes à un public plus large. Alors que la série se faisait agressive, mordante, proche de la cause féminine, c’est tout cet univers qui se fait la malle lorsqu’il ne reste, au final, que quatre couguars en mal de leurs plus jeunes années.

Seul le personnage interprété par Kim Cattral reste fidèle à celle connue jusqu’à présent.

Les tenues ont coutées plus de huit million d’euros et l’on sent que le réalisateur veut le faire savoir en envoyant ses poulains du côté des Emirats Arabes laissant glisser la réalisation dans un festival de l’excès.

La force d’antan est devenue déraisonnée et maladroite.

La franchise de la série n’est plus qu’un prétexte pour une réunion entre vieilles copines.

On ne peut s’empêcher de penser aux six amis de Friends, toujours rediffusés sur petit écran mais dont le succès reste aujourd’hui encore incontesté ; le bon pensé de ne pas avoir  – encore – fait de film est louable.

Sex & the City 2 part mal au box-office américain pourtant, il se parle déjà d’un troisième volet londonien.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Prévu pour 2011, l’univers de Tolkien restructuré dans les prequels de la saga le Seigneur des Anneaux connait de sombres heures. Tournage reporté, réalisateur quittant le navire, budget très serré. Autant de contretemps qui viennent compromettre le projet basé sur l’œuvre interminable de J.R.R Tolkien. Épique.

Des millions de fans, plusieurs versions différentes, une quantité astronomique d’argent engrangée par une franchise titanesque, la trilogie du Seigneur des Anneaux pourrait se résumer à ça, si l’entreprise était terminée. Seulement voilà, surfant sur la vague du très controversé Avatar de James Cameron, les producteurs de la trilogie fantastique ont décidé de passer l’ouvrage à la troisième dimension. Un projet toujours en phase de réflexion car démesurément conséquent.

Par contre, un projet que l’on savait largement amorcé et que beaucoup d’elfes et de trolls en tous genres attendaient avec impatience, c’était celui de réaliser un dytique sur la vie de Bilbo le Hobbit. Celui à cause de qui Sam Gamegi est allé se cramer les pieds à l’autre bout de la Terre du Milieu en pourtant sur son dos le boulet aux yeux bleus azote Frodon Sacquet.

Choix judicieux ou irréfléchi ? Les réponses seront à découvrir en salle. Si salle il y a. Parce que si la machine de Peter Jackson semblait finement rodée et lancée à toute allure, déclassant toutes les autres adaptations tentées à l’époque, il n’en va pas de même pour les aventures de Bilbo.

En effet, Peter – Kong – Jackson ayant su tirer le bon comme le mauvais d’une telle expérience, n’a pas souhaité renouveler l’expérience deux autres fois. C’était donc le réalisateur Guillermo – Hellboy – del Toro qui semblait pressentit pour occuper ce poste. Et puis non. Des tensions avec la MGM et un budget très restreint ont conduit le réalisateur à se limiter à la responsabilité de co-réalisateur, alors qu’il travaille sur le projet depuis maintenant deux ans.

Coup de théâtre de la part du futur M. Tintin, second volet, qui paraitrait avoir trouvé la motivation nécessaire pour éventuellement réaliser lesdits films. Assurément, il contribuera financièrement et constituerait une valeur sure lors de la sortie des longs métrages.

Les dates de sortie, bien qu’inconnues, sont donc repoussées et le projet en latence.

Et dire que l’on a failli, c’était à deux poils de pieds de Hobbit, connaitre les raisons pour lesquelles nous aurions pu être tous trouvés, gouvernés, et dans les ténèbres emmenés pour y être liés. Sympa.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

09 juin 2009. Soan remporte la septième édition de la Nouvelle Star face à Leïla. C’est cette chaude soirée d’été qui a marqué l’achèvement d’un parcours parsemé de dérapages et de ratés. A l’heure où l’heureux vainqueur est invité sur le prime de la nouvelle saison de l’émission, retour sur cet itinéraire atypique.

Pourtant discret lors des premières épreuves – certaines de ses prestations n’étant même pas filmées – le jeune parisien marque les esprits par son attitude clairement anti-conformiste. Il est le seul candidat qui semble alors se détacher visuellement des autres. Un peu comme perdu au milieu de la foule, il passe malgré tout chaque étape avec brio. Fort d’un caractère bien à lui et d’un charisme effarant, il arrive à se hisser à la hauteur de ses concurrents qui, eux, ont été clairement retenus pour leurs voix et leurs maitrises des styles.
Passons l’impitoyable épreuve des trios qui s’avère être un véritable fiasco pour Soan et ses acolytes.

Puis vint Baltard, la consécration de tant d’éliminations, où l’on retrouve la meilleure quinzaine des candidats sélectionnés. Si le jeune homme a su faire l’unanimité au cours de ses premières représentations, sur des styles qui semblaient lui coller merveilleusement à la jupe, l’engouement pour cet O.V.N.I sorti tout droit des couloirs du métro parisien est rapidement retombé. Jouant de provocations et glissant sur la vague de l’impertinence, Soan allume une cigarette, en direct, en interprétant Requiem pour un con de Serge Gainsbourg, adresse des gestes très explicites aux caméras sur My Way arrangé par Sid Vicious. Ce ne sont là que quelques exemples d’une romance qui semblait se prolonger en coulisses.

Qu’il dérange ou qu’il détonne, il faisait parler de lui, tentant même une fausse paparazzade avec son amie finaliste.
Alors que Camélia-Jordana se voit chuter aux portes de la finale, la consternation envahit un jury bien trop confiant et un public apeuré à la vue de celui qui a su passer entre les gouttes.

S’en suivent alors une joute verbale par médias interposés, un album amèrement critiqué par un jury encore abattu par la victoire du jeune homme. Seul Philippe Manoeuvre semble plus réservé, lui accordant même certains compliments de chanteur populaire, d’indispensable à la chanson française. Mais les louanges s’arrêteront là lorsque Soan fera pleuvoir une pluie de reproches envers ses jurés passés. Le ton était donné, le mariage consommé.

Seulement voilà, la nouvelle surprend autant qu’elle intrigue: Soan sera présent le 09 juin 2010 sur la scène illuminée de Baltard, comme pour souffler sa bougie, et y interprétera un titre de son album intitulé Tant pis, en fin de soirée.
Autant dire que chacun sera à l’affût du moindre propos déplacé, du moindre geste suspicieux.
Il n’y a plus qu’à espérer que chacun saura mettre ses vieilles rancunes de côtés pour passer la meilleure soirée possible.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Dans ses yeux de Juan José Campanella avec Ricardo Darin, Soledad Vilamil, Pablo Rago…

Titre original: El Secreto de sus ojos

Un film poignant doté d’une réalisation magnifique. Un bonheur pour les yeux.

1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le viol et le meurtre d’une jeune femme.
25 ans plus tard, à la retraite Esposito décide d’écrire un livre sur cette sinistre affaire « classée ». Cette histoire va le ramener au meurtre mais aussi à l’amour inavoué qu’il portait pour sa patronne de l’époque. Il va replonger dans cette période sombre de l’Argentine.
En remuant le passé, Esposito va trouver des secrets inavoués

Tantôt triller, tantôt comédie romantique, Juan José Campanella mêle grandes et petites histoires. Avec ce film il réussit l’équilibre entre la grande histoire de fond, critique de la politique et de la justice argentréenne de l’époque et la petite histoire d’amour et de meurtre.

Habitué aux séries hollywoodienne (House, 30 rock), Juan José Campanella trouve l’inspiration de ses films dans son pays (le fils de la marié). Pour ce film, il nous offre une réalisation très travaillée sur la forme (importance de la profondeur de champ, du regard).

Sans artifice, les acteurs sont parfaitement crédibles dans leurs personnages jeunes et vieux.
Le Georges Clooney argentin, Ricardo Darin nous livre une interprétation tout dans la retenue et la justesse.

Dans tes yeux
a réussi à détrôner Le prophète et Le ruban blanc pour l’oscar du meilleur film étranger de manière tout a fait mérité.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=eNfys5yW1sw[/youtube]


Prince of Persia

Adaptation pour ados du fameux jeu-vidéo dans lequel Dastan, un jeune prince de la Perse du VIe siècle, fera équipe avec une princesse rebelle afin de récupérer « Les sables des temps », tombés entre des mains ennemies.
En jeu, le sort de la planète.

Rencontre avec la belle Gemma Arterton, ex James Bond girl, également au générique du «  Choc des titans », et qui campe ici le rôle de la Princesse Tamina…

test


Connaissais-tu le jeu « Prince of Persia » avant de lire le scénario ?

Non… Je suis vraiment la fille typique, je n’ai jamais joué à des jeux vidéo. Lorsque j’ai obtenu l’audition pour le film, mes amis sont devenus dingues : « Mais c’est l’un des meilleurs jeux vidéo ! » (Rires). D’un autre coté, même si le film est basé sur le jeu, mon rôle y est vraiment différent, je n’étais donc pas trop figé dans mon interprétation.

Comment es-tu arrivé sur ce projet ?

J’étais assez méconnue à l’époque du casting (je n’avais pas encore eu de grands rôles), je ne pensais donc pas être prise… J’ai rencontré  Mike (Leigh, le réalisateur), et on a vraiment accroché. Il m’a dit qu’il me voulait pour le rôle de la princesse. J’ai ensuite rencontré Jerry Bruckheimer, et comme je n’y croyais pas une seconde, j’ai juste été moi-même ! J’ai été très étonnée d’avoir le rôle, mais j’avais quand même deux ans pour m’y préparer…

Etre une princesse, un rêve de jeune fille ?

Bien sur, surtout une princesse de Disney ! J’aime bien cette idée, c’est assez amusant !

Il y a eu de nombreuses ‘premières fois’ sur le plateau : première fois au Maroc, première fois sur un cheval… Le tournage a du être une expérience personnelle enrichissante !

Oui… C’est aussi la première fois où je me retrouve sur une très grosse production ! Le Maroc est vraiment un pays formidable… Effectivement je n’étais jamais monté sur un cheval avant, j’ai donc pris des cours, il fallait ensuite jouer sur le cheval, et face à des acteurs mondialement connus ! J’avais beau être en plein milieu du tournage, je n’y croyais toujours pas !

Raconte-nous ton travail avec Jake Gyllenhaal…

Lorsque j’ai entendu qu’il jouerait le rôle du prince, j’ai été impressionné car j’ai toujours apprécié son travail. C’est un acteur très intéressant, il n’est pas vraiment l’acteur typique de films d’actions… J’étais nerveuse avant de le rencontrer car on partait pour 6 mois de tournage, j’espérais que je lui plairais et que ça se passerait bien. Mais une fois sur le plateau, il est venu vers moi en disant « Gemma, j’ai tellement entendu parler de toi ! »… De moi ? J’étais vraiment surprise ! (Rires). On a vraiment ben travaillé ensemble et c’est important de pouvoir compter sur son partenaire, surtout s’il a un bon sens de l’humour…

Ton personnage dans le film fuit un mariage arrangé, et il existe encore de trop nombreux mariages forcés à travers le monde… As-tu l’espoir que ce type de film puisse convaincre des jeunes filles de ne pas se laisser faire ?

D’un point de vue culturel, c’est quelque chose d’énorme à travers le monde. En Angleterre aussi il y a encore de trop nombreux mariages forcés. La puissance des films réside dans le fait que le monde entier puisse les voir… Et qui sait ? Peut être que certaines jeunes filles vont s’inspirer de mon personnage et ne plus se laisser faire ? C’est ce que j’espère en tout cas.
                    
Film d’aventure réalisé par Mike Newell, avec Jake Gyllenhaal, Gemma Arterton, Sir Ben Kingsley.
Le 26 Mai au cinéma.

01_120x160_POP:01_120x160_POP

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xba5td_prince-of-persia-teaser-hd-vf-les-s_shortfilms[/dailymotion]

« Talents Cannes »

L’Association artistique de l’Adami (société de gestion collective des droits de propriété intellectuelle des artistes-interprètes) renouvelle son opération phare de promotion de jeunes comédiens, en s’associant avec les sociétés de production Calzonne et Bonne Pioche.

Louis Chédid, Flavia Coste, Etienne Labroue, Christophe Lioud, Alice Mitterrand, Pierre Stine et Fred Scotlande ont choisi 22 jeunes comédiens parmi les 655 candidatures reçues.

Ils ont chacun écrit et réalisé un court métrage dans un cadre de travail unique et imposé : un jour de tournage par film, une durée de sept minutes, une trame scénaristique commune et le parti pris de la comédie. L’écriture des scénarios est dirigée par Arnold Boiseau, auteur pour Les nuls, les Guignols de l’info

Les films ont été projetés au festival de Cannes aujourd’hui, le 17 mai. 

Deux autres projections auront lieu dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs et de l’Acid (Association du Cinéma Indépendant pour la diffusion), puis au Cinéma des Cinéastes à Paris en septembre 2010. Ils seront également proposés dans les  festivals et  les  rencontres professionnelles nationales.

Les partenaires de l’opération, France 4 et Orange Cinema Series assurent leur diffusion à la télévision :

France 4 : Mercredi 19 mai à 23 h
Orange cinéma séries : Vendredi 21 mai à 21 h

L’opération Talents Cannes, qui sert ainsi à promouvoir les jeunes talents du cinéma français, en est déjà à sa 17ème édition.

Sont à Cannes les jeunes comédiens suivants : Ophélie Bazillou, RenaudCestre, Julie Muzard, Julie Rodrigue, Thomas Arnaud, Hugo Becker, Aurore Paris, Pierre Nisse, Vincent Marie, Esther Comar, Bastien Bernini, Charles Templon, Marion Amiaud, Anouk Féral, Alexandre Ruby, Yoann Moëss, Elodie Huber, Alexandre Guansé, Yoli Fuller, Héloïse Godet, Julien Sitbon, David Geselson…

Souhaitons leur bonne chance et en attendant, ne manquez pas la diffusion TV de leur oeuvre !

Plus d’infos sur : http://festival-cannes.canalplus.fr/news-cannes/talents-cannes-adami-17eme-edition.html

Site Adami : http://www.adami.fr

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdbn9f_l-adami-revele-les-jeunes-talents_shortfilms[/dailymotion]

cannes

Sorti le 5 mai, L’amour c’est mieux à deux présente deux amis d’enfance qui ont une vision de l’amour pour le moins différentes…

Michel (Clovis Cornillac) rêve d’enfin trouver la femme de sa vie. Convaincu qu’une relation durable ne peut se baser que sur le hasard, il rêve de la rencontre parfaite, comme l’ont vécue ses parents et ses grand parents. A l’opposé de ce romantisme, Vincent (Manu Payet), lui, applique à la lettre l’adage qui prétend que les hommes pensent avec leur sexe. Pourtant, leurs convictions vont rapidement changer à la rencontre de deux femmes, Angèle (Virginie Efira) et Nathalie (Annelise Hesme).

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=5kzwykwdPaM[/youtube]

 

Réalisé par Dominique Farrugia, L’amour c’est mieux à deux est une comédie de laquelle on ressort de bonne humeur. Chapeau bas pour l’ancien Nul qui réussi son passage derrière la caméra.

Comique, tout en légèreté et dérision, le film est un classique de la comédie française, pourtant l’humour fonctionne. Les personnages sont attachants, les situations cocasses, et pas tellement d’impression de déjà vu, de déjà fait. A noter que pour une fois tous les passages comiques du film ne se trouvent pas déjà dans la bande annonce.

Les spectateurs y découvrent une Virginie Efira plutôt douée en tant qu’actrice. Belle performance également pour la belle Laurence Arne dans le rôle de Claudine.

Des acteurs de talent, une histoire drôle, pas de prise au sérieux… Pour sûr, L’amour c’est mieux à deux  sera un succès. Un moment agréable dans les salles obscures, dont on ressort léger, content, et avec le sourire !

 

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Michael C. Hall, le héros Dexter dans la série du même nom a vaincu la maladie ! Alors qu’on apprenait en janvier dernier qu’il était atteint d’un cancer du système lymphatique, sa femme Jennifer Carpenter vient d’annoncer qu’il était complètement guéri…

Souvenez-vous… En janvier dernier Michael C. Hall recevait le Golden Globe du meilleur acteur de série dramatique pour sa prestation dans Dexter. Il avait soulevé une grande émotion chez ses fans. Arrivé en bonnet, il avait profité de l’occasion pour rendre publique sa maladie. Certaines mauvaises langues avaient même été jusqu’à dire que si l’acteur avait reçu ce prix prestigieux, c’était grâce à son cancer !

Après des mois de traitements, l’acteur est enfin guéri ! C’est sa femme qui  n’est autre que sa sœur dans la série qui l’a annoncé la semaine dernière en précisant que son mari avait été « incroyablement courageux depuis la découverte de son cancer ».

Avis à ses fans, Michael C. Hall est donc de retour sur les plateaux de tournage. On le retrouvera bien sûr dans la saison 5 de la série qui a fait son succès mais également au cinéma aux côtés de la belle Lucy Liu dans le film East Fifth Bliss!

de Matthew Vaughn avec Aaron Johnsons, Chloé Moretz, Nicolas Cage…

Kick Ass met un coup où ca fait mal aux films de super héros hollywoodiens.

Dave est un adolescent des plus banals, pas le plus sportif ni le plus intelligent, il est juste invisible avec les filles. Après avoir été une fois de plus racketté, il décide de faire justice soit même en devenant Kick Ass. Le seul hic c’est qu’il n’a aucun pouvoir à part savoir encaisser les coups plus facilement. Il va alors faire la connaissance d’autres super héros mieux équipés : Big Daddy et Hit Girl.

Qu’on ne pense pas que Kick Ass soit un film de plus sur les super héros tout droit sorti des grands studios hollywoodiens. Adapté du comic du même nous, le film remplit parfaitement sa mission du bon divertissement mêlant humour et action.

Matthew Vaughn avait déjà expérimenté le style de la parodie, avec celle des films fantaisies avec Stardust, le mystère de l’étoile (2007). Pour son troisième film, il garde le même humour et le même grain de folie pour nous en mettre plein la vue avec des scènes d’action très bien maitrisées.

Particulièrement à l’aise dans son rôle de looser en collant vert et jaune complètement ridicule, Aaron Johnsons se fait tout de même voler la vedette par Hit Girl (Chloé Moretz, petite mais joue déjà dans la cour des grands). Gamine de 12 ans qui maitrise aussi bien les couteaux que Rambo et a appris à se battre avec Neo, rien que ça.

Kick Ass est réjouissant pour son politiquement incorrecte, son scénario bien travaillé (surtout au début, la fin est un clin d’œil aux films de super héros) et personnages plus hallucinant les uns que les autres.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JraDfXHUD74[/youtube]

A la sortie du film événement de l’année 2009, le réalisateur James Cameron avait annoncé qu’il songeait à un Avatar 2 voire même un 3. On en sait un peu plus sur le 2. Le réalisateur a décidé de replonger dans un univers qu’il maîtrise et affectionne si bien: l’environnement aquatique.

Alors que le premier opus est disponible dans les bacs depuis hier en version DVD et Blu Ray, c’est lors d’une interview accordée au Los Angeles Times que James Cameron a dévoilé les grandes lignes du volet 2 d’Avatar, qui pourrait s’intituler Na’vi. Après Abyss, Titanic et le documentaire Aliens of the Deep, le réalisateur replongera dans l’univers aquatique. Pour les cinéphiles qui s’attendaient à l’exploration d’un univers autre que Pandora, ils devront prendre leur mal en patience puisque Cameron a décidé, pour ce deuxième volet, d’y rester tout en créant un environnement différent autour des océans. Mais pas de panique! Cameron rassure, le spectacle sera tout aussi riche, varié, fou et imaginatif:  « Nous avons créé une toile de fond, un canevas pour l’environnement du film. Non seulement pour Pandora, mais pour tout le système planétaire Alpha Centari AB. Et nous explorerons ce système, qui fera partie d’une nouvelle histoire. Pas nécessairement dans le deuxième film, mais plutôt dans le troisième. Je l’ai déjà annoncé, mais je le répète: une partie de mon objectif pour Avatar 2 est de créer un environnement différent, mais au sein de Pandora. Alors je vais me concentrer sur l’océan de pandora, qui sera tout aussi riche, varié, fou et imaginatif. Mais ce ne sera pas juste une forêt tropicale. Malgré tout, je ne dis pas que nous ne verrons pas ce que nous avons déjà vu ».

Autres infos, le tournage ne prendra pas autant de temps que le premier et devrait coûter moins cher : « Le challenge du prochain Avatar sera de faire ce que nous avons fait pour un coût moindre et avec une durée de moitié moins. En vérité c’est un objectif impossible, mais si nous arrivons à réduire environ 25% du temps et d’argent, nous aurons réellement réussi quelque chose » confie James Cameron.

Ce qui est certain c’est que les recettes vont continuer à grimper et Cameron, après Titanic, aura réussi un grand coup avec un film venu d’ailleurs que certains osent même qualifier de film-ovni.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Attention! Ne croyez pas à tout ce qu’on vous montre à la télé. Les gestes pratiqués par vos personnages préférés qui jouent les médecins dans les séries américaines ne sont pas toujours appropriés. C’est ce que révèle une étude canadienne.

Une équipe de chercheurs de l’université de Dalhousie au Canada a enquêté sur ce qu’on montre aux téléspectateurs dans les séries TV médicales quand il est question d’administrer des soins. Andrew Moeller, étudiant en neurologie et faisant partie de l’équipe de chercheurs, a analysé 364 émissions des séries télévisées Urgences, Grey’s Anatomy, Dr House et Private Practice afin de décortiquer ces pratiques.

Ce que l’étude révèle:

Andrew Moeller a recensé 59 scènes où un personnage se retrouve en état de crise. Dans près de la moitié de ces scènes (46%), la prise en charge d’urgence était inadaptée. Il a repéré ici des cas où les acteurs tentent, par exemple, de porter la personne en crise, de le maintenir au sol pour tenter de stopper ses convulsions ou bien de lui mettre quelque chose dans la bouche. Ces actions ne sont pourtant pas les bonnes. Un comportement correct n’a été mis en oeuvre que pour 17 crises, soit dans 29% des cas. Le reste est inclassable en raison de leur brève apparition à l’écran.

Dr House et ses collègues jouent un rôle certes, mais ces gestes sont vus par des millions de téléspectateurs et constituent pour la plupart des images de référence en matière d’interventions médicales. Pour Andrew Moeller, « les personnes qui les regardent peuvent penser que cela est la manière appropriée d’agir en cas de crise » et seraient donc capables de les reproduire dans la vie réelle.

Les conclusions de l’étude ont été récemment présentées à Toronto au Canada. Les chercheurs déplorent ce constat car ils estiment que les séries télé sont « l’instrument idéal » pour apprendre au grand public les bases des premiers secours à porter en cas de crise d’épilepsie. Réagissant aux résultats de l’étude, une association américaine de neurologie déplore le manque d’une pédagogie qui permettrait aux spectateurs d’acquérir quelques notions de secourisme utiles dans la vie réelle.

Donc si vos seules références en la matière sont ce que vous avez vu dans ces séries, un conseil : s’abstenir!

Voilà un moment qu’on en parle de la dernière réalisation de Luc Besson. Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec, avec Louise Bourgoin dans le premier rôle, sort aujourd’hui au cinéma.

Après Arthur et les Minimoys, Luc Besson signe une deuxième réalisation dans le domaine de la trilogie. Inspiré de l’oeuvre dessinée de Jacques Tardi, le réalisateur français signe une nouvelle superproduction à la française de 31 millions d’euros tout en rendant hommage au feuilleton populaire fantastique du début du XXe siècle. Synopsis: en 1912, Adèle Blanc-Sec, jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Egypte et se retrouver aux prises avec des momies et des monstres en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique! Un oeuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du jardin des plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d’autres surprises extra-ordinaires…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=d0389lPZdGU&feature=channel[/youtube]

On y retrouve du fantastique, de la fantaisie, de l’humour et surtout de l’aventure. Ces éléments étaient déjà présents dans les bandes dessinées de Tardi. La plus-value, chose que confirme le réalisateur lui-même, c’est ce petit côté Indiana Jones que possède l’héroïne. Louise Bourgoin, que le grand public a connu comme miss météo à Canal, continue son aventure cinématographique aux côtés d’autres grands noms du cinéma français: Gilles Lellouche, Jean-Paul Rouve et Mathieu Amalric.

Le film sera en compétition avec Le chasseur de primes, réalisé par Andy Tennant et avec Jennifer Aniston, et New-York, I love you, sortis également le 14 avril.

Attention les filles, vous l’avez connu chanteur lorsqu’il vous a séduit avec son ukulélé, le voilà acteur. Et oui, monsieur Julien Doré ne se contente pas de ses qualités de chanteur et a choisi d’élargir sa palette de compétences en s’improvisant acteur dans le film de Pascal Thomas intitulé « Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour ».

A l’affiche depuis le 7 avril, le gagnant de la Nouvelle star 2007 a abandonné son ukulélé pour une paire de ciseaux. En effet Julien doré incarne Nicolas, coiffeur timide et nostalgique de la coupe des Beatles, qui tombe amoureux de Dorothée, interprétée par Marina Hands. Lors d’une réunion annuelle de groupes folkloriques, c’est le coup de foudre entre ces deux personnages qui sont persuadés de vivre une très grande histoire d’amour. Rattrapés par la réalité de la vie, tout ne se passe pas comme prévu pour les deux tourtereaux. De malentendus en disputes, de serments en trahisons, de vrais départs en fausses trouvailles, l’histoire d’amour à l’eau de rose tant convoitée tourne au vinaigre.

S’inscrivant dans un registre comico-romantique plutôt décalé, le scénario, même si critiqué, colle parfaitement avec le profil du jeune acteur. Avant de faire de la musique, Julien doré a toujours rêvé d’être comédien et Pascal Thomas lui a tendu une perche qu’il était difficile de repousser. Il l’admet dans un récent entretien accordé au Parisien: « j’avais envie de cinéma depuis longtemps, mais j’avais emprunté une autre voie avec les Beaux-Arts et la musique. Quand Pascal Thomas m’a contacté, j’ai immédiatement accroché avec son univers complètement décalé ».

L’avenir nous dira si le jeune homme aura autant de succès au septième art que dans la musique. Il semblerait que là où il ait déjà fait son trou, ce serait dans le domaine de la séduction…auprès des demoiselles.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Un conte mythique revisité par Tim Burton version 3D et qui met en scène Johnny Depp … L’idée part déjà bien. Et le résultat est plutôt satisfaisait. Tim Burton nous (re)plonge dans l’univers fou d’Alices aux pays des merveilles , qui semble d’ailleurs plaire au réalisateur.
L’histoire est adaptée aux volontés de Tim Bruton et de Walt Disney, un remix assez innovant du conte originel.

Dans la version Tim Burton, l’intrigue se déroule sur fond de querelle entre soeurs. La terrifiante reine Rouge (Helena Bonham Carter) à la grosse tête – au sens propre comme au sens figuré – veut a à tout prix conserver la couronne, jugeant sa soeur (Anne Hathaway) illégitime au titre, car elle est sa cadette.

Reste tout de même l’histoire de base avec les doutes de la jeune Alice (Mia Wasikowska), son manque d’assurance, et la certitude que les aventures qu’elle vit n’ont lieu que dans son imaginaire.


« c’est impossible… », « seulement si tu crois que ça l’est ! »

Voilà le mot d’ordre! Au pays des merveilles rien n’est logique et tout est possible il suffit d’y croire. Au delà de l’histoire elle-même, l’originalité de l’interprétation séduit. Le personnage du chapelier fou ne pouvait être attribué à un autre que Johnny Depp, qui offre une très bonne performance comme à son habitude.

Petit bémol cependant, si la 3D rend les images plus belles et forcément un peu plus vivantes, le réalisateur aurait gagné a en jouer un peu plus. On cherche parfois l’utilité de ces grosses lunettes qui fond mal au nez…

C’est loin d’être le meilleur Tim Burton de l’histoire cinématographique, mais on est content que se soit lui qui se charge d’une reprise originale du conte.

alice-au-pays-des-merveilles02

« Suis-je fou? »
« Je le crains, vous êtes complètement déboussolé. Mais je vais vous dire un secret, des gens très bien le sont… ».

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

de Allen Coulter avec Robert Pattinson, Emilie De Ravin, Pierce Brosnan…

Tyler (Robert Pattinson) est un jeune New-yorkais de 22 ans en rébellion contre sa famille et la société suite à un drame familial. Après une altercation avec un policier, il décide de se venger en séduisant la fille de celui-ci. Mais Ally (Emilie De Ravin) se révèle être une jeune fille fragile et imprévisible dont il va tomber fou amoureux. Ce qui ne devait être qu’une plaisanterie cruelle se transforme vite en une histoire qui les marquera à jamais.

Au départ, Remember me ressemble à une comédie romantique basique pour adolescents en manque d‘amour (idée du pari caché à la fille qui va forcement vouloir rompre quand elle va le découvrir puis elle finira par pardonner) mais l’intéressant du film n’est pas dans l’histoire d’amour mais plutôt dans les personnages écorchés vif avec un passé familiale lourd et des blessures pas réellement cicatrisées. La tournure plus dramatique que romantique rend le film plus réaliste et plus touchant.

En choisissant ce drame comme premier film post Twilight, Robert Pattinson commence bien sa reconversion en évitant les rôles pré fabriqués que l’on peut trouver dans la plupart des comédies romantiques hollywoodienne. Allen Coulter (Hollywoodland, Soprano, Sex in the city) offre au héros de Twilight et à Emilie de Ravin (Lost) assez de matière pour rendre l’histoire crédible. Le fin rend le film encore plus captivant et va vous glacer le sang, à coup sûr.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=d6pEMQQwx90[/youtube]

Sorti hier, « Gardien de l’Ordre », le dernier film de Nicolas Boukhrief offre un premier grand rôle de composition au grand écran à Fred Testot, l’un des deux trublions du Service Après Vente (SAV) des émissions de Canal+.

Vous êtes peut-être habitués à le voir faire le pitre aux côtés de son acolyte Omar Sy du SAV de Canal mais cette fois c’est sous un tout autre registre qu’on découvre Fred Testot. Il a délaissé son compère Omar et le petit écran, le temps d’un thriller au cinéma aux côtés de la comédienne Belge Cécile de France. Changement radical pour celui qui excelle comme comique en temps normal puisqu’il endosse ici l’uniforme d’un agent de police épaulant une femme-flic volontaire et déterminée dans une drôle d’affaire. Afin d’élucider le mystère, ils tentent de retracer le labyrinthe.

Lors d’une ronde de nuit qui tourne mal, Simon (Fred Testot) et Julie (Cécile de France), deux simples gardiens de la paix, blessent un jeune cadre qui a abattu sans raison un des policiers de la patrouille. Accusés à tort de bavure et lâchés par leur hiérarchie, ils décident de prouver leur innocence en enquêtant sur la drogue responsable du coup de folie de leur agresseur. Celui-ci, fils de député, était shooté à une nouvelle drogue extrêmement puissante. Simon et Julie vont remonter la piste de ces petites pilules jaunes, connues sous le nom de Sphinx et qui semblent inonder Paris, faisant des ravages dans le milieu de la nuit et chez les jeunes de la haute bourgeoisie. Les deux policiers vont bousculer les codes de déontologie de leur profession, en prennant tous les risques et allant même jusqu’à défier leur hiérarchie pour justifier leur défense.

Réalisateur du Convoyeur (2003) et Cortex (2006), Nicolas Boukhrief signe ici un thriller français plutôt exaltant mêlant actions et suspense et dévoilant le talent de deux comédiens n’évoluant pas toujours dans leur registre habituel.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés!

Depuis lundi  Arte propose une rétrospective de l’oeuvre de Hayao Miyazaki. Pour la première fois une grande chaine française va diffuser les dessins animés Japonnais qui ont eu tant de succès.

Si vous n’avez encore jamais vu les dessins animés de Mayazaki, il n’est pas trop tard pour vous rattraper ! Arte consacre six soirées à leur diffusion. Une première en France pour l’artiste réalisateur Miyazaki.

Surtout ne vous fiez pas à l’appellation « dessins animés ». L’oeuvre de Miyazaki s’adresse tant aux petits qu’aux grands. Plus qu’un réalisateur Miyazaki est un réel artiste qui plonge les spectateurs dans un univers inédit, dont lui seul a le secret. Il a déjà réussi à séduire des milliers de personnes, même les plus sceptiques.
Des enfants et adolescents attachants qui vivent voyages et aventures extraordinaires. Dessins esthétiques, couleurs longuement méditées, paysage, nature et féerie vous attendent. L’artiste nippons arrive à créer une atmosphère agréable grâce à ses dessins accompagnés de musiques splendides.

Bien qu’ils soient dotés d’une morale, ces films n’ont rien de sermonts ! Miyazaki se contente d’y faire passer les principes et valeurs auxquelles il est attaché. Allergiques des fables de La Fontaines et autres histoire moralisatrices vous pouvez y allez sans craintes. Quant aux fans déjà passionnés ils ne vous restent plus qu’à profiter de ce petit cadeaux qu’offre Arte.

Six des ces films emblématiques sont prévus à la diffusion les lundis et jeudis du 5 au 22 avril à 20h35. Hier si vous l’avez raté, c’était Le voyage de Chihiro.
Pour la suite de la programmation : Mon voisin Totoro jeudi 8 , La château ambulant lundi 12, Nausicaä de la vallée du vent le jeudi 15, Princesse Mononoke le lundi 19 et enfin Le château dans le ciel le jeudi 22 avril.

Inédit également : le reportage d’Yves Montmayer le jeudi 8 avril à 22h. Un documentaire qui revient sur le rôle et l’importance de Miyazaki au Japon ainsi que dans les coulisses de la réalisation de ses films. A ne pas manquer.

Depuis quelques jours, plusieurs blogs se sont amusés à publier sur internet les noms des 15 finalistes de l’édition 2010 de « La Nouvelle Star ». Info ou intox ? Les mêmes noms reviennent en tout cas sur plusieurs blogs, de quoi alimenter la rumeur… Alors, qui sont les finalistes ?

D’après plusieurs blogs, les 15 candidats qui ont passé les épreuves du théâtre avec succès seraient : Ambre, Anna, Annabelle, Benjamin, Dave, François, Luce, Lussi, Lussia, Manon, Marine, Ramon, Sacha, Siegfried et Stéphanie. Sur les blogs « Tictacflo » ou encore « Sansure », ces 15 candidats se retrouveront donc à Baltard, dès le 14 avril prochain, face au jury, qu’on ne présente plus et au public qui décidera d’éliminer chaque soir, un ou plusieurs apprentis chanteurs.

Virginie Guilhaume, qui s’est confiée au magazine Télé 7 Jours, en kiosque dès lundi prochain, semble emballée par le cru 2010 : « J’ai repéré de candidats charismatiques et bluffants par leur maîtrise musicale ». Véritables enfants de la télé, les candidats semblent être très à l’aise avec les codes du petit écran : « Ils savent chercher les caméras, accrocher les regards. La télé n’a aucun secret pour eux ». Peu épargnée par les critiques l’année dernière, l’animatrice fait fi des mauvaises langues, et se sent prête à affronter l’arène de Baltard. Après des débuts un peu hésitants, elle a à présent pour elle l’expérience, qui ne pourra que lui faire gagner en assurance. Les nostalgiques de la piquante et irremplaçable Virginie Effira auront beau dire qu’elle ne fait pas la poids, la deuxième Virginie respire tout de même la fraîcheur et le naturel, des atouts non négligeables. Elle revient malgré tout sur les difficultés de présentation d’une émission comme la Nouvelle Star : « Le bruit, le stress des candidats, le jury impossible à tenir. Sans parler des spectateurs capables de vous tirer la jupe ou de vous toucher les pieds » !

Petite nouveauté au célèbre pavillon Baltard, la nouvelle promo évoluera dans un nouveau décor! Un cylindre remplacera en effet la forme cubique qui occupait la scène les années précédentes. L’on retrouvera aussi, avec plaisir, des anciens qui viendront donner de la voix sur le plateau qui les a révélés : sont attendus entre autres Amel Bent, Camélia-Jordana ou encore le dernier gagnant en date, le sombre Soan (dont on ne comprend d’ailleurs toujours pas la victoire, face à des talents comme Leïla ou Camélia Jordana… M’enfin…).

Plus que quelques jours, patience!!

En attendant, voici quelques vidéos pour vous faire une opinion..

Dave, François et Benjamin

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JsmwbnC9c94[/youtube]

Annabelle

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=ZPYNZVocFrQ[/youtube]

Romance historique espagnole réaliséé par Menno Meyjes
Avec Adrien Brody, pénélope Cruz, Nacho Aldeguer…

Dans les années 40, en Espagne, Manuel Rodríguez Sánchez, dit  » Manolete « , est le plus célèbre des matadors. Toujours sur les routes, il partage sa vie entre les arènes et les chambres d’hôtel solitaires. Malgré son immense célébrité, c’est un homme sobre et réservé. Lorsqu’il rencontre Lupe Sino, une femme sublime et mystérieuse, sa vie bascule.
Lui qui n’a vécu jusque-là que pour monter toujours plus haut, va désormais entamer une autre quête. Voici la bouleversante histoire d’amour d’un homme qui flirte avec la mort et d’une femme qui aime la vie…
Le film, qui sort au cinéma le 31 Mars, possède une bande-annonce hyper alléchante et un casting de rêve. Les premières images reflètent une réalisation soignée et des acteurs aux diapason. Ca sent bon !

120x160 Bandidas def.

Le poème de Voltaire, « Jean qui pleure et qui rit », convient à merveille à Fatih Akin, cinéaste de la douleur qui nous a gratifié des sublimes Head-On (Ours d’Or de Berlin en 2004) et De l’autre côté, deux premiers volets de sa trilogie sur l’amour, la mort et le diable. Et qui nous offre, en cette fin d’hiver, le délicieux Soul Kitchen, comédie gentiment farfelue.

« Mais dans ce monde-ci l’âme est un peu machine.
La nature change à nos yeux ;
Et le plus triste Héraclite,
Quand ses affaires vont mieux,
Redevient un Démocrite. »

Comment vous est venue l’idée de Soul Kitchen ?
Pour le personnage principal, je me suis inspiré d’un de mes amis, Adam Bousdoukos, qui tenait un restaurant. J’étais son meilleur client ! J’ai pensé que ce serait facile à faire vu que l’histoire se passe dans Hambourg, mon quartier, et à propos de gens que je connais. Mais c’est devenu plus difficile à faire que n’importe quoi d’autre.

C’est donc plus difficile de réaliser une comédie qu’un drame ?
Oui, car il y a des règles selon les genres. Dans les purs films d’auteur (même si Soul Kitchen est un film d’auteur puisque je l’ai écrit), tu es plus libre. Maintenant que je connais les règles de la comédie, je me rends compte que c’est difficile à écrire. Par exemple, après quinze minutes, on doit savoir de quoi il s’agit, au milieu du film, on doit avoir un tournant, etc.

Pourquoi vous infliger de telles contraintes ?
Je voulais apprendre car j’aime les différents aspects du cinéma. Je peux regarder un film de Michael Haneke le lundi, un film de Jackie Chan le mardi, un film turc le mercredi. Et le lendemain, regarder Avatar. J’apprends de tout.

Comment pouvez-vous réaliser des films aussi durs que Head-On et des comédies aussi légères que Soul Kitchen ?
J’ai une personnalité très riche ! Je plaisante. La vie, le temps est multiple : un jour il fait beau, le lendemain il pleut. L’homme est comme la météo : parfois il rit, parfois il pleure. Quand j’ai réalisé Head-On, j’étais en colère. Quand j’ai fait De l’autre côté, j’étais mélancolique. Cette fois, j’avais envie de faire quelque chose de vif, de lumineux et d’un peu bête parce que c’est aussi une partie de moi.

Mais alors, est-il possible de mélanger ces deux versants de votre personnalité au sein d’un même film ?
Je pense que c’est possible mais très difficile à faire. Head-On est un peu comme cela : parfois c’est drôle, notamment lorsqu’ils vont dans la famille de la jeune femme avec du chocolat. Je pense que dans De l’autre côté, il n’y avait pas une seule scène drôle. Il y en avait une mais je l’ai coupée au montage. C’était avec Adam Bousdoukos, il était trop drôle, il cassait tout le film donc je l’ai coupé ! (Il rit.) Bien sûr, j’aurais pu donner un côté mélancolique à Soul Kitchen mais je voulais être sans compromis, avec un happy end de film hollywoodien.

La musique est omniprésente dans Soul Kitchen. Pourquoi ?
En fait, j’aurais aimé faire une comédie musicale. Cela fait partie de ma personnalité, de mon style de vie. J’ai passé plus de vingt ans de ma vie dans les bars et les discothèques et la musique est la couleur de ce monde. Et, comme c’est un film sur ce monde…

Donc, vous avez été Dj Superdjango. D’où vient ce pseudonyme ?
Il y a « super » et « Dj » et ce pseudonyme vient d’une chanson de Manu Chao « Lagrimas de oro » de l’album Clandestino. (Il chante.) Parfois, je compare les films que j’ai fait avec la musique de Manu Chao : être nulle part chez soi, prendre des morceaux de partout, les mélanger et en faire quelque chose de nouveau. Je ne l’ai jamais rencontré mais j’aime sa philosophie, que j’ai en commun avec lui.

Vous parlez de gentrification dans ce film…
C’est un phénomène qui est vraiment très présent dans ma ville natale. Le quartier a beaucoup changé en vingt ans. Maintenant, dans ma ville, les quartiers ouvriers sont devenus des endroits de riches. Ce phénomène affecte même les grosses villes : je suis allé à Brooklyn en 1998 et quand j’y suis revenu l’année dernière pour tourner, ça avait beaucoup changé. Les changements des villes expriment les changements de la société, qui expriment les changements des individus. Je m’intéresse beaucoup aux être humains et aux connections sociales. J’ai essayé de traiter ce sujet, même s’il est sérieux, de manière drôle. J’aurais pu faire un film sérieux, sur les ghettos d’Istanbul, par exemple, qui se forment lorsque les pauvres sont obligés de quitter leurs quartiers. Vous savez, j’aime beaucoup Docteur Folamour : c’est un sujet sérieux, sur la bombe atomique, et Kubrick raconte l’histoire de manière complètement folle. Je préfère la lumière…quelque part.

Vos personnages sont très typiques. Comment faites-vous pour ne pas tomber dans la caricature ?
Mais ils sont caricaturaux. Presque.

Oui, mais ce ne sont pas que des images, que des représentations. Ils sont aussi très « humains »…
La plupart des acteurs dans le film sont des personnes que je connais et dont les personnages sont basés sur de vraies personnes : des amis, qui ont changé, qui sont devenus un peu superficiels, intéressés par les montres, les femmes et les voitures. Quand on les observe bien, voire quand on essaie de comprendre ce qu’ils sont, on peut peut-être créer le résultat que vous décrivez.

Des idées pour la dernière partie de votre trilogie sur « l’amour, la mort, le diable » ?
Je suis en train de l’écrire. C’est à propos de la peur. La peur est le diable.

Mystique ?
Non, humaniste. Connaissez-vous Erich Fromm ? C’était un philosophe, freudien à sa manière, qui écrivit sur la façon dont les sociétés fascistes sont basées sur la peur.

J’espère que faire Soul Kitchen vous a un peu détendu avant que vous vous attaquiez à un tel sujet…
C’était l’idée. Après deux films aussi sombres, il me fallait une pause. Plutôt que de ne rien faire, j’ai fait Soul Kitchen !

de Tim Burton avec Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham Carter…

Tim Burton fait des merveilles avec son Alice

En fuyant une demande en mariage qu’elle ne veut pas, Alice, âgée de 19 ans, retourne aux pays des merveilles, qu’elle avait découvert lors de son enfance.

Qui d’autre que Tim Burton à l’esprit aussi déjanté, pouvait se permettre une adaptation du conte de Lewis Caroll ? Certes, Alice au pays des merveilles reste tout de même un Disney avec son lot de victoire contre le mal (aspect du film ressentit surtout à la fin, avec une bataille qui arrive dont ne sait où), mais le réalisateur aux mains d’argent réussit à mettre son grain de folie dans cette adaptation du livre de Lewis Caroll (Alice marchant avec aisance et sans gêne sur des têtes humaines pour traverser une rivière). Le réalisateur a su rester fidèle à l’ambiance de l’écrivain tout en écrivant sa propre version. Il fait une suite du livre avec une Alice sortit de l’adolescence et refusant de rentrer trop vite dans le monde des adultes.

La 3D sert les décors mais elle sanctionne le jeu des acteurs. Même si ces derniers s’en sortent plutôt bien, la 3D a tendance à rendre leur jeu plus impersonnel. On retiendra tout de même les interprétations des méconnaissables Johnny Depp et Helena Bonham Carter en reine rouge (on adore la détester). Dans le rôle d’Alice, on découvre une perle en la personne de la quasi inconnu Mia Wasikowska, qui interprète une Alice perdue dans le monde des merveilles comme dans sa vie.

En rendant son monde des merveilles plus obscur, plus complexe, plus burtonien, Tim Burton réussit d’un coup de maître cette histoire mille fois adaptées.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=-iH4W-VbU7w[/youtube]

La sublime espagnole retrouve Johnny Depp pour un rôle dans le quatrième opus de la saga Pirates des Caraïbes, dix après avoir tourné avec le déjanté Jack Sparrow dans Blow.

La superproduction des Studio Disney a embauché une recrue quatre étoiles pour son casting du quatrième volet des aventures de Jack Sparrow, Pirates des Caraïbes 4 : On stranger tides. Pénélope Cruz, l’actrice la plus caliente du moment, jouera en effet aux côtés de l’excellent et indéboulonnable Johnny Depp. Alors que Orando Bloom et Keira Knightley, qui avaient participé aux trois premiers films, ont refusé d’embarquer pour un quatrième opus, l’interprète de l’excentrique capitaine du Black Pearl semble ne pas vouloir lâcher son personnage pour le moment. Johnny Depp avait confié beaucoup s’amuser en jouant ce rôle, et il aurait lui-même exprimé son désir d’endosser les habits de Jack Sparrow une nouvelle fois. Sa nouvelle partenaire remplacera dignement Keira Knightley dans cet univers masculin de la piraterie. Pénélope Cruz jouera la fille de Barbe Noire, le méchant de l’histoire. Le producteur Jerry Bruckheimer a précisé qu’une romance naitrait entre le capitaine Sparrow et la jolie progéniture de Barbe Noire. Par ailleurs, le personnage du capitaine Barbossa (interprété par Geoffrey Rush) fera son retour dans les aventures de nos amis pirates.

Ce n’est pas la première fois que Pénélope Cruz et Johnny Depp se retrouvent à l’écran. Il y a dix ans, la belle espagnole qui se faisait tout juste un nom à Hollywood, interprétait l’épouse d’un trafiquant de drogues américain, campé par Johnny Depp, dans le thriller Blow, inspiré d’une histoire vraie. Aujourd’hui ils joueront à nouveau un couple, sous la houlette du réalisateur Rob Marshall, avec qui l’actrice a récemment tourné dans la comédie musicale Nine. Gore Verbinski, qui était aux commandes pour les trois premiers volets a en effet refusé de reprendre la caméra une quatrième fois.

On attend donc avec impatience de voir ce duo de choc sur nos écrans. Il nous faudra sans doute patienter un peu, le film n’étant pas prévu avant le printemps 2011.

C’est la bonne nouvelle qui accompagne les premiers rayons de soleil : la onzième session du printemps du cinéma aura lieu cette année du 21 au 23 Mars !

Partout en France durant ces 3 jours, l’ensemble des cinémas participants à l’opération offre aux spectateurs la place à 3,50 euros. Organisé par la Fédération Nationale des Cinémas Français avec BNP Paribas, cet événement a réuni plus de 2,8 millions de cinéphiles l’année passée.

L’occasion de (re)voir les meilleurs films du moment comme le rafraîchissant « Arnacoeur », l’envoutant « Soul Kitchen » ou l’incontournable « Rafle »… Que du bon !

Plus d’infos sur www.printempsducinema.com

PRNTEMPS

Ces derniers mois feront décidément date dans l’histoire du cinéma. Après la folie Avatar et ses prouesses techniques rendant possible des Na’vis sur une planète Pandora plus vrais que nature, le septième art inaugure avec Last Call un autre tournant dans la manière d’appréhender un film.

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’être immergé passivement dans un décor en 3 dimensions, mais bien de participer activement au bon déroulement d’un film. Last Call, premier film d’horreur interactif, est un court-métrage promotionnel qui a été testé au cinéma sur un principe très simple : des publicitaires allemands ont créé un logiciel de reconnaissance vocale qui permet à un spectateur d’interagir avec l’héroïne du film par le biais d’un coup de téléphone. Pour les intéressés, il suffit de laisser son numéro à l’entrée, et le logiciel en choisira un au hasard. L’heureux tiré au sort sera appelé par l’héroïne à un moment-clé où elle lui demandera de l’aide en lui soumettant deux choix à chaque fois : monter ou descendre ? à gauche ou à droite ? etc. Le but étant évidemment de l’aider à échapper à un vilain tueur en série qui la poursuit dans un endroit clos et sombre…

Les codes du genre sont assurés, et ce système permet 20 montages différents, selon les directives du spectateur appelé. De quoi entretenir un vrai suspense et de ne pas s’attendre à ce que la toujours charmante actrice principale aille se jeter dans la gueule du loup au moment le plus fort de la musique toujours angoissante dans un lieu toujours très glauque en criant de manière toujours sexy. En somme, à chaque séance, un film différent…

Et en attendant le premier long-métrage interactif, voici un aperçu en images de ce que ça pourrait donner. Pour que, bientôt, on n’oublie pas de laisser nos téléphones allumés pendant un film…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=BRMNfwndtok&feature=player_embedded[/youtube]

Retrouvez-nous sur Facebook et sur Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

Pour sa première expérience derrière la caméra, Pascal Elbé signe « Tête de Turc », un vrai film de genre. Un polar sombre et très réaliste mêlant violences des cités, injustices sociales et immigration sur fond d’enquête à suspense. Pour Campus, l’acteur-réalisateur-scénariste livre sa vision des choses, de son travail, de son œuvre et de la société actuelle.

La forme narrative de « Tête de Turc » est en puzzle, c’est très audacieux pour un premier film. Etait-ce un défi personnel ou l’histoire imposait-elle cette construction ?

J’avais un scénario qui était bien apprécié en lecture. Après pour mon premier film, j’avais aussi envie de me faire plaisir. J’aurais pu le filmer façon « frères Dardenne », chronique sociale mais comme c’est un film de genre, j’ai voulu soigner la forme. En fait, c’est le rassemblement de toutes mes influences en tant que cinéphile qui a abouti à cette forme narrative.

Quelles ont été ces influences ?
Pour la structure, j’ai clairement été inspiré par Paul Haggis (Collision), Inarritu. Quand il a fallut faire vivre les personnages par contre, j’ai plus puisé dans le cinéma espagnol, israélien avec ces personnages qui parlent avec un gros débit, de façon très crue. En fait, je me suis nourri de beaucoup d’influences mais très peu, dans le cinéma français.

Le jeune Samir Makhlouf est très convaincant dans le premier rôle, comment l’avez-vous découvert ?

J’ai passé un gros casting. Assez classique, je suis passé dans pas mal d’écoles. Samir a répondu à l’annonce comme plein de jeunes. C’est lui qui est sorti du lot. Il avait une écoute, une envie, une envie d’apprendre. Je me suis dis « avec lui, on va pouvoir travailler. » Je ne voulais pas d’acteur professionnel car à cet âge-là, je ne trouve pas que cela veuille dire grand-chose. Je voulais quelqu’un qui soit dans le même état d’urgence que le personnage. Samir était tout à fait dans cet esprit-là.

« J’ai fais ce film comme je suis dans la vie. Curieux et en colère. »

Le film donne une impression très travaillée, méticuleuse. Cela contraste avec votre image d’acteur plutôt cool. Pascal Elbé-réalisateur est-il différent de Pascal Elbé-acteur ?

Quand je suis acteur, je dégage cette image qui est en fait un vrai travail. Derrière la caméra, l’ambition est la même. En tant que réalisateur, on n’a pas du tout la même approche. On a tout en tête, beaucoup d’avance sur le comédien qui vient lui, réciter son texte. On doit tout gérer. Surtout « Tête de Turc » s’est tourné en six semaines, c’est très court. Il fallait donc que tout soit bien calé. Cette précision était obligatoire. Comme acteur, j’ai exactement la même démarche seulement, ça se voit moins.

Le polar est assez rare dans le cinéma français. Etait-ce une volonté de se détacher de tout ce qui sort en ce moment ?

J’ai fais ce film comme je suis dans la vie. C’est-à-dire curieux et en même temps en colère. Il y a des choses que je trouve un peu plates et fades dans le cinéma français ou alors, on essaye de recopier le cinéma américain. Des fois, je suis un peu déçu. Quand je passe derrière la caméra, c’est moi qui prend la parole donc je vais essayer de raconter ce que je ressens. C’est une démarche naturelle et c’est exactement ce que je suis.

Lors d’un entretien, Roschdy Zem explique qu’il a voulu vous tester en tant que réalisateur au début mais que vous n’aviez pas laissé place au doute et l’aviez gentiment recalé…

Je dirige en parlant énormément avec mes acteurs. Avec Roschdy, c’était pareil. Il a voulu tester, il a rapidement vu que je savais parfaitement où je voulais aller. Je suis précis mais je ne suis pas non plus dirigiste. Sur mon plateau, je n’ai pas fais de « cadavres. » On peut faire les choses avec intensité sans se comporter comme un âne. Je souhaitais que ce film soit une vraie aventure humaine mais surtout, une belle aventure. Pas un joli film avec des gens qui se disputent. J’ai essayé de faire ça avec beaucoup de passion mais aussi, beaucoup de douceur. Comme je suis acteur, je suis peut-être plus habile pour parler à mes acteurs.

Au niveau de l’histoire, il y a une vraie critique sociale sur l’état actuel de la France. Vous êtes-vous beaucoup documenté ?

Oui complètement. J’ai réalisé un très gros travail de recherches. J’ai parlé à énormément de monde. Des urgentistes, des flics, des médecins, des éducateurs sociaux, des grands-frères, des délinquants… J’ai tenté d’avoir tous les points de vue.

« La cité, c’est à la fois un ghetto et un cocon »

Cela donne une impression très réaliste de la vie dans une cité…

Je ne voulais pas reproduire les clichés habituels. Le rap, les tags, etc… Je voulais prendre le contre-pied avec de la musique plus classique, des plans moins violents. Je pense bien connaitre le sujet car j’ai beaucoup écouté. Je ne voulais pas juger les personnages.

Ce côté très réaliste donne un message très pessimiste au final. On a l’impression que la vie dans la cité est tellement éloignée de celle de la société, que le rapprochement est devenu impossible…

Je ne pense pas que ce soit pessimiste car dans le même temps, il y a des choses magnifiques dans les cités. Quand ils regardent tous le match de foot sur la même télé par exemple. Il y a cette forme de solidarité. La cité, c’est à la fois un ghetto et un cocon.

C’est plus l’écart entre la cité et la société dite « classique » qui est très marqué…
C’est aussi la différence entre le monde adolescent et le monde adulte. Quand on est adolescent, on a des prises de conscience qui sont lointaines, qu’on n’applique pas. Surtout, la cité est un milieu qui exacerbe un peu plus. C’est vrai que ce n’est pas très optimiste mais ce film veut montrer qu’il faut reprendre le dialogue, faire confiance au verbe. C’est ça le propos. Si je faisais un film sur les gens heureux, on s’emmerderait vite (rires).

Il y a aussi clairement un conflit générationnel –entre les parents et les enfants – de la cité. Les jeunes ne croient plus du tout au système français…

C’est vrai mais c’est plus nuancé. Le personnage principal fait une connerie au début du film mais, il le regrette tout de suite. Il s’occupe de son petit frère aussi, il a de vraies responsabilités. Ce ne sont pas justes des jeunes qui n’ont plus rien à perdre. Après quand il dit « ça ne sert à rien de faire des études pour des gens comme nous », c’est une réalité. A diplôme équivalent, on n’a pas le même poste, voire pas le poste du tout. Ce n’est pas un documentaire, mais un polar. On est aussi obligé d’accentuer certains traits, de les souligner pour que les personnages ne soient pas plats.

Mais c’est vrai que j’ai vu beaucoup de désolation dans les cités, pas beaucoup de regards. C’est quand même triste. C’est dur, il y a des quartiers vraiment abandonnés. Là où on a tourné, il n’y a plus d’école, plus de pharmacie, plus de commerces…

Dans le film, les valeurs et les principes des personnages immigrés ou d’origines immigrés –turques, arméniens entre autres – sont mis en valeur très positivement. C’était un message que vous vouliez faire passer ?

Oui, c’est un hommage aux générations venues s’installer ici. On a une richesse culturelle en France très importante et on ne s’en sert pas. Aussi, d’un point de vue cinéma, le poids des traditions rappelle Scorsese ou « les Soprano ». C’est très riche en émotion.

de Grégoire Vigneron avec Benoit Magimel, François-Xavier Demaison, Julie Gayet, Léa Seydoux…

Un thriller à la française bien ficelé et mener avec brio par un duo sur mesure.

A bientôt quarante ans, Etienne (Benoit Magimel, Nid de guêpes, Truands), sur le point de prendre la présidence de son groupe, veut soulager sa conscience d’une injustice qu’il a commise au début de sa carrière et qui l’a lancée. Convaincu par un ami d’enfance (François Xavier Demaison, Coluche, l’histoire d’un mec), il se rend chez l’homme qu’il a trompé à l’époque pour le dédommager. Mais les choses tournent vite mal et l’homme est tué par son ami. Etienne tente alors de reprendre le cours de sa vie, mais celle-ci vire peu à peu au cauchemar. Harcelé par son ami tel un double maléfique ne lui laissant aucun repos, rattrapé par l’enquête de police, Etienne réalise qui ne lui reste plus qu’une solution…

Scénariste à succès (Mensonges, Trahisons et plus si affinités, Prête moi ta main, Le petit Nicolas), Grégoire Vigneron signe avec Sans laisser de trace son premier long métrage. Avec sa mise en scène forte, sans temps morts et son esthétique pleine de noirceur (lumière très contrastée), le film reste dans la lignée des thrillers français de ces dernières années (Le Serpent, Secret Défense…). L’intérêt du film porte surtout sur la complexité des personnages d’Etienne et de Patrick, interprétés par un Benoit Magimel complexe et tout en retenu, et un François Xavier De Maison au jeu nuancé.

affiche-sans-laisser-de-traces

Un scénario accrocheur, des acteurs à coupés le souffle, le film laissera son empreinte dans le cinéma de genre.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=3xwi812uuKM[/youtube]

On ne critique pas la Rafle comme on critique un film. Tout simplement parce que la Rafle n’est pas un film. C’est un témoignage.

Les spectateurs sont prévenus : tous les évènements, « même les plus extrêmes », ont bien eu lieu. Tous les personnages ont existé. Ces faits et ces personnes sont dévoilés à travers le regard de Joseph Weismann, qui avait 11 ans à l’époque, qui est vivant aujourd’hui. Un des rares, très rares rescapés de la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942.
Tous les points de vue sont présents, sans parti pris. Ceux qui ont orchestré. Ceux qui ont eu confiance. Ceux qui ont fui. Ceux qui se sont opposés.
A chacun de voir. Et de juger.

Montrer ce film au plus grand nombre et le voir, absolument, n’est pas seulement se renseigner, s’instruire, s’informer.

C’est un devoir.

La Rafle, écrit et réalisé par Rosesyle Bosch, avec Jean Reno, Mélanie Laurent, Gad Elmaleh, Hugo Leverdez. Sorti le le 10 mars 2010.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qXOmq3tcmnw[/youtube]

Bonjour à tous voici pour vous chers fans de TWILIGHT , les premières images du film twilight 3 :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=k33DEEI-15c[/youtube]

On y voit Edward parler avec Bella de sa potentielle transformation , Jacob avouant son amour à Bella

Vivement Juin , on a hâte d’y être ! Découvrez dés demain l’intégralité de la bande annonce sur planetecampus.com

Retrouvez tous les autres articles de Planete Campus sur la saga Twilight :

Les événements Twilight :

Spoliers et révélations sur Twilight 3 et 4 ;

Toutes les dernières  photos de la saga Twilight :

Robert Pattinson et  Kristen Stewart :

Les extraits et bandes annonces de Twilight :

Et si vous avez une âme de journaliste et que vous désirez vous aussi apporter votre point de vue, les exlus… alors  Devenez rédacteur pour Planecampus en cliquant ici

La Saga Twilight en DVD au meilleur prix !
TWILIGHT (Chapitre 1 – Fascination) : 19,99 € 13,49 €

Fans inconditionnels, ces infos sont pour vous! Le site Allociné.fr révèle les premiers scoops concernant le début de la saison 5 de votre série préférée! Pour ceux qui veulent ménager le suspense, et qui n’ont pas encore vu le final absolument fou de la saison 4, un conseil, abstenez-vous…

Nous sommes encore tous sous le choc des terribles images qui sont venues clore la trépidante saison 4 de Dexter, actuellement diffusée sur canal + tous les jeudis. La douce femme de Dexter, Rita, s’est faite assassiner sous ses yeux. De quoi rappeler à notre serial killer préféré des souvenirs pour le moins douloureux… L’équilibre familial que Dexter avait su créer autour de lui vole en éclats, le deuil et la douleur viennent remplacer les joies de la paternité. D’après les révélations d’Allociné, l’on assistera à la réaction de Dexter face à cette tragédie. Deuil, funérailles, Dexter empruntera pour une fois les mêmes chemins que ses congénères. Le connaissant, il va être intéressant de voir comment cet être unique et décidément pas comme les autres va réagir au malheur. Le premier meurtre auquel il a assisté, celui de sa mère, a fait de lui un assassin en quête de sang, un tueur barbare et minutieux, accro à l’hémoglobine. Quels changements ce nouveau meurtre d’un proche vont-ils provoquer en lui ? C’est là-dessus que les scénaristes ont décidé de travailler.

Cette saison 5 se concentrera moins sur le côté tueur et un peu dingue de Dexter pour s’intéresser à ce qui se cache derrière cette personnalité hors du commun, ses faiblesses et ses failles. Attention, sa personnalité de tueur infatigable ne va pas pour autant changer du tout au tout! Ce serait trop dommage… Mais lui qui se pensait insensible à toute forme de sentimentalisme, lui qui se pensait hermétique à toute sensibilité va se découvrir plus affecté par ce drame qu’il ne l’aurait été dans les premières saisons.

Il vous faudra patienter jusqu’au mois de septembre pour découvrir tous ces bouleversements de taille auxquels Dexter va être confronté…

En attendant, vous pouvez découvrir une interview inédite de Michael C. Hall sur le site de Canal +.

N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter!

La cérémonie des Oscars a eu lieu dimanche soir à Los Angeles. Avatar était fort attendu après son succès retentissant du film au box office.

Démineurs VS Avatar

Démineurs a terrassé Avatar dimanche soir lors de la remise des Oscars. En remportant 6 trophées, le film de Kathryn Bigelow s’est imposé comme grand gagnant de cette 82ème cérémonie des Oscars. Il remporte les trophées des meilleurs films, réalisation, montage, scénario original, son et mixage. La réalisatrice a dédié ce prix « aux militaires qui risquent leur vie en Irak et en Afghanistan ».

Considéré comme un échec commercial, Démineurs est bien loin des budgets Hollywoodiens: 11 millions de dollars de budget pour 16 millions de profits. La machine Avatar est tout autre: 500 millions de dollars de budget pour 2,5 milliards de bénéfices ! Pourtant ce dernier n’a pas séduit le jury des Oscars se contentant des prix techniques: pour les effets spéciaux, la direction artistique et la meilleure photographie. Le film le plus lucratif de l’histoire et réalisé par l’ex mari de Kathryn Bigelow, James Cameron, n’a pas réitéré le triomphe des Golden Globes.

Meilleurs acteurs et actrices

L’oscar de la meilleure actrice a été remporté sans surprise par Sandra Bullock pour son rôle dans The Blind Side. « Ai-je vraiment mérité cet Oscar, où l’ai-je eu à l’usure? », a-t-elle demandé, provoquant les rires de la salle.

Après cinq nominations, Jeff Bridges, a reçu l’Oscar du meilleur acteur devant une salle acquis à sa cause qui l’a ovationné. Son rôle de chanteur de country raté dans Crazy Heart récompense l’acteur Américain  qui a levé les yeux vers le ciel en remerciant ses parents comédiens aujourd’hui décédés pour « l’avoir introduit dans ce milieu sensationnel ».

Les meilleurs seconds rôles reviennent à l’Autrichien Christophe Waltz pour sa prestation de nazi très réussie dans le film Inglorious Basterd ainsi qu’à Mo’nique dans le film Precious.

Les Français nominés

L’Oscar du meilleur court métrage d’animation revient à des français pour Logaram, un film montrant une ville de Los Angeles livrée à la publicité et aux marques.

Le film de Jacques Audiard Un prophète rentre bredouille, sélectionné dans la catégorie « meilleur film en langue étrangère », c’est Dans ses yeux, de Juan José Campanella (Argentine) qui remporte l’Oscar de la catégorie.

Moundir nous fait encore rêver avec ce nouvel épisode, cette fois ci toute l’action se déroule à Las Vegas :

Comme dit le proverbe  tout ce qui se passe à Vegas reste à Vegas , sauf pour Moundir et ses moundettes . L’aventurier a laissé parler ses pulsions d’hommes avec Sabrina ( pourquoi ? c’est un mystère) , ce qui ne semble pas être du gout de toute les filles en particulier Cynda , qui veut presque quitter l’aventure, et il se permet en plus de crier les filles pour avoir dansé avec des chipendeals… C’est un peu fort . C’est finalement Cécile qui est éliminée ( c’est pas très très grave ).

Le meilleur reste à venir dans le prochain épisode de moundi, l’aventurier de l’amour, la maison devient le théâtre des rivalitéset des disputes avec Sabrina. Elle  les nargue en parlant de sa folle nuit d’amour avec Moundir, qui ne s’est plus quoi faire face à cette situation .  Heuresement le grand TONY ,( personnage mythique de l’émission  Koh Lanta ) vient porter secour à Moundir sur les bons choix à faire .  La plus grande des madeleine ( sabrina ) décide d’avouer le subterfuge à Moundir : l’amour ou 15 000 euros ( MAIS POURQUOI SONT ELLES TOUTES SI CORROMPUES ) . Cette revelation va provoquer la colére de Laurence Buccolini ( tous au abris ), qui décide de banir la jeune femme de la maison, elle ne peut plus revoir Moundir ( que va t-on faire de tous ces mouchoirs ?) . Le meilleur reste  vraiment à venir …

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xc64kc_moundir-pour-l-aventurier-de-l-amou_news[/dailymotion]

Pour lire plus d’information sur moundir l’aventurier de l’amour

Nicolas Chartier, co-producteur français de Démineurs, a été interdit de cérémonie suite à un mail envoyé aux membres de l’Académie.

Nicolas Chartier, le producteur français du film Démineurs, aurait dû réfléchir à deux fois avant d’appuyer sur le bouton « envoi » de sa boîte mail. Ce simple clic lui vaut une interdiction pure et simple d’assister à la cérémonie des Oscars, où son film est nominé dans pas moins de 9 catégories au total, dont celle du « Meilleur Film » .

Un mail maladroit
La semaine dernière, Nicolas Chartier, co-producteur de Démineurs, s’est fendu d’un mail aux membres de l’Académie des Arts et des Sciences du Cinéma pour leur demander de voter pour son film, et « non pour un film à 500 millions de dollars ». Il pensait s’attirer les bonnes grâces des éminents membres, il s’attire plutôt des ennuis. En effet, il est stipulé dans le règlement qu’il est interdit de porter de manière explicite un jugement négatif sur un film en compétition : sans le nommer, c’est bien Avatar qui est visé dans son mail.

Scandale et mea culpa
Révélé il y a quelques jours, le mail de Nicolas Chartier a fait scandale. Le producteur a d’ailleurs dû s’excuser publiquement samedi dernier : « Mon message était déplacé et étranger à l’esprit de célébration du cinéma que suppose cette remise de prix. C’était une erreur plus grande encore, personnelle et professionnelle, de vous demander de voter pour le film et de faire des commentaires sur un autre. » Il a ensuite jugé son courriel d’ « inopportun et stupide », avant de continuer : « Ma naïveté, mon ignorance des règles et ma complète stupidité, alors que je suis nommé pour la première fois, ne justifient pas mon comportement, que je regrette profondément. »

Sanctions
Selon des spécialistes, les sanctions auraient pu être très lourdes, allant jusqu’au retrait de Démineurs de la compétition. Finalement, les membres de l’Académie auront été plutôt cléments : le film reste, mais le producteur n’est plus la bienvenue à la cérémonie. Il devra donc regarder la prestigieuse remise des prix de chez lui, sans avoir le droit de fouler le tapis rouge du Kodak Theater d’Hollywood où se déroulera la soirée.

Un film maintes fois primé
Démineurs a notamment raflé six récompenses le 21 février dernier aux Bafta de Londres (British Academy of Film and Television Arts), dont celle de la meilleure réalisatrice pour Kathryn Bigelow. Cette dernière est également l’ex-femme de James Cameron, réalisateur d’Avatar, principal film concurrent de Démineurs pour les Oscars qui se dérouleront le 7 mars prochain.

Polémique
Au-delà du mail maladroit envoyé par Nicolas Chartier, une polémique commence à enfler : Jeffrey S. Sarver, un sergent de l’armée américaine, aurait affirmé que l’histoire racontée dans Démineurs serait la sienne. Il donnerait pour preuve que le surnom donné au personnage, Blaster One, aurait également été le sien pendant son service en Irak. L’équipe du film a nié une quelconque inspiration basée sur des faits réels, confirmant que le scénario n’était tiré que de l’imagination de Marck Boal.

Deux scandales en quelques jours, une semaine avant la cérémonie des Oscars. Il en faudrait moins pour compromettre les chances de Démineurs d’emporter plusieurs statuettes. Et si Avatar (re)devenait favori ? Réponse le 7 mars.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=mH-6A7pF7Bs[/youtube]

Le cinéma français avait rendez-vous samedi soir au théâtre du Châtelet pour fêter la 35e cérémonie des César. Les grands noms du septième art hexagonal ont répondu présent, en tenue de gala, pour venir applaudir à tout rompre Un Prophète, de Jacques Audiard, grand favori et grand gagnant de cette fête, reparti avec neuf trophées dont meilleur film et meilleur réalisateur.

Il était le grand favori de ce 35e anniversaire des César, et il n’a pas déçu. Après avoir remporté le Grand Prix au Festival de Cannes, le Bafta du meilleur film étranger et en attendant une possible récompense aux Oscars, Un Prophète était incontestablement au sommet hier soir. Outre les deux plus grosses récompenses, celles de meilleur film et de meilleur réalisateur, le film qui a déjà remporté un franc succès en salles avec 1,2 million de spectateurs, a également révélé l’acteur Tahar Rahim qui s’est vu remettre le César du meilleur espoir masculin et du meilleur acteur! Le jeune interprète a lui aussi fait l’unanimité cette année en étant distingué pour sa performance à plusieurs reprises. Niels Arestrup a pu brandir le célèbre trophée pour le second rôle masculin. Un Prophète a également remporté le prix du meilleur scénario original, des décors mais aussi du montage. Un succès incontestable pour Jacques Audiard.

Mais il y a eu d’autres gagnants et d’autres visages qui ont défilé lors de cette soirée présentée par Gad Elmaleh et Valérie Lemercier, en joyeux maîtres de cérémonie et présidée par Marion Cotillard. C’est avec une émotion palpable qu’Isabelle Adjani a reçu des mains de Gérard Depardieu le César de la meilleure actrice pour son rôle de professeur dans La journée de la jupe de Jean-Paul Lilienfeld, que vous avez particulièrement aimé chers lecteurs, puisqu’il arrive en tête des votes du meilleur film de l’année. Déjà récompensée aux Globes de Cristal, Isabelle Adjani a confirmé son grand retour sur les écrans et rappelé qu’avec ses cinq César remportés depuis le début de sa carrière, elle était une grande dame du septième art. La majestueuse actrice a particulièrement goûté ce prix pour ce film qui comptait énormément pour elle et pour lequel elle a dû bataillé ferme. La récompense n’en est que plus belle.

Mélanie Thierry a remporté le César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans Le Dernier pour la route et c’est les yeux embués de larmes que la jeune maman est venue chercher sa première récompense, remerciant au passage François Cluzet avec qui elle partage l’affiche du film, ainsi que son compagnon le chanteur Raphaël.

Clint Eastwood, le grand Clint, a lui empoché le César du meilleur film étranger pour son excellent Gran Torino. Welcome, pourtant nominé dans plusieurs catégories et l’un des favoris de cette cérémonie aux côtés d’Un Prophète est reparti bredouille. Un Concert, A l’origine et Coco avant Chanel n’ont écopé que des « miettes », après le formidable casse du film de Jacques Audiard.

A noter enfin la belle récompense du film de Riad Sattouf, Les Beaux Gosses, qui est reparti avec le César du meilleur premier film.

Le Palmarès complet :

Meilleur film : «Un Prophète» de Jacques Audiard
Meilleur acteur : Tahar Rahim pour «Un Prophète»
Meilleure actrice : Isabelle Adjani dans «La journée de la jupe»
Meilleur réalisateur : Jacques Audiard pour «Un Prophète»
Meilleur acteur dans un second rôle : Niels Arestrup pour «Un Prophète»
Meilleure actrice dans un second rôle : Emmanuelle Devos pour «A L’Origine »
Meilleur espoir masculin : Tahar Rahim pour «Un Prophète»
Meilleur espoir féminin : Melanie Thierry dans «Le dernier pour la route»
Meilleur scénario original : Jacques Audiard , Abdel Raouf Dafri , Nicolas Peufaillit et Thomas Bidegain pour «Un Prophète»
Meilleure adaptation : Stéphane Brizé et Florence Vignon pour «Mademoiselle Chambon »
Meilleure musique : Armand Amar pour «Le Concert»
Meilleur son : Bruno Tarrière, Pierre Excoffier et Selim Azzazi pour «Le Concert»
Meilleurs décors : Michel Barthélémy pour «Un Prophète»
Meilleurs costumes : Catherine Leterrier pour «Coco avant Chanel»
Meilleure photo : Stéphane Fontaine pour «Un Prophète»
Meilleur montage : Juliette Welfing pour «Un Prophète»
Meilleur court-métrage : «C’est gratuit pour les filles» de Claire Burger et Marie Amachoukeli
Meilleur premier film : «Les beaux gosses»
Meilleur film documentaire : «L’enfer d’Henri-Georges Clouzot» de Serge Bromberg
Meilleur film étranger : «Gran Torino» de Clint Eastwood

Soul Kitchen, dernier long-métrage du cinéaste allemand Fatih Akin, est une comédie funky où l’anecdotique de la vie l’emporte sur les grandes considérations. Et c’est tant mieux.

Soul Kitchen a de quoi désarçonner ceux qui ont frémi devant les somptueux Head On ou De l’autre côté. Le cinéaste de l’exil et de la douleur s’essaie à la comédie, avec une légèreté qui, on l’espère, lui permettra de reprendre son souffle avant de s’attaquer au dernier volet de sa trilogie « l’amour, la mort et le diable ». Soul Kitchen représente un film métaphore où les âmes se cherchent tout en mélangeant les ingrédients de la vie.

« Ça m’ennuyait de voir depuis que Head On et De l’autre côté, je semblais être abonné aux sujets sérieux. Je suis sorti exténué [de ces deux tournages]. Soul Kitchen devait me permettre de récupérer. Avec ce projet, j’étais censé faire quelques gammes et me rappeler que la vie n’est pas faite que de douleur et d’introspection. » (Fatih Akin)

Soul Kitchen ou la cuisine de l’âme
Soul Kitchen, comédie branquignole, doit sa force à la puissance émotionnelle de ses personnages taillés dans le marbre, irréfutables, sans demi-mesure.
Le personnage principal, Zinos Kazantsakis, tient un restaurant aménagé dans un hangar paumé en pleine zone industrielle : le « Soul Kitchen ». Dans cet immense espace aux allures arty inexploitées, les honnêtes gens viennent se sustenter d’une nourriture sans prétention. Plus Zinos est suivi de près par ses amis du fisc, plus sa compagne s’éloigne, partant vivre d’insoupçonnées aventures en terre lointaine. Cerise sur le gâteau, Zinos écope d’un mal de dos. Afin de redresser sa petite entreprise, à défaut de son dos, l’homme courbé en deux fait appel au chef Shayn Weiss, cuisinier caractériel et caricatural. Interprété par Birol Ünel avec un brio colérique digne d’un Jack Nicholson sous ecstasy pour un Shining hallucinatoire, le cuisinier, ne sachant s’exprimer autrement que par le lancer impromptu de couteaux, va révolutionner la cuisine du «Soul Kitchen». De sympathique boui-boui, le « Soul Kitchen » devient restaurant gastronomique. Se servant des ingrédients habituels mais les mettant en scène (les poissons panés surgelés, une fois leur panure ôtée, deviennent par exemple de délicats filets…), l’homme se targue de savoir vendre ce qui est invendable : « la cuisine de l’âme ». À l’instar, ajoute-t-il, de l’amour, du sexe et de la tradition que, en ces temps de dévergondage et de surconsommation, l’on essaie de nous vendre. Restant en suspens (la « cuisine de l’âme » désigne-t-elle l’illusion de bien manger ou est-elle une métaphore désignant le lieu où les âmes se croisent et se mélangent ?), la question ne sera pas développée par Fatih Akin de manière franche, évitant ainsi la philosophie de comptoir. Le cinéaste privilégie plutôt l’esquisse de personnages truculents et drolatiques, sur fond sérieux de gentrification des quartiers industriels allemands.

Surréaliste Soul Kitchen
Le « Soul Kitchen », café d’artiste au potentiel inexploité, ne va pas tarder à se muer en lieu de la nuit in, joyeux foutoir convoquant la folie des seventies et ses orgies improvisées. La richesse du film de Fatih Akin provient de ce subtil mélange entre scènes surréalistes et enlevées et incursions dans un cinéma plus réaliste. Cette mixture appétissante louvoie ainsi entre tous les manichéismes et toutes les caricatures dont elle use à doses homéopathiques. La galerie de personnages est ainsi jouissive, de la serveuse mystérieuse, paumée et attachante, parfait archétype de la nonchalance de la jeunesse de la nuit, au frère, Illias, repris de justice repris de justesse par son frère tentant de l’apprivoiser, jusqu’au promoteur véreux tentant de racheter le restaurant. Un vieux matelot adorable, personnage en point d’interrogation, parfait le décor de sa surréaliste présence, dansant gauchement entre de somptueuses filles lors des soirées de plus en plus hot du « Soul Kitchen » ou mangeant sereinement, indifférent à l’agitation nerveuse de rockeurs échauffés.

Une utilisation des clichés revigorante
Ecorchés vifs, un peu tocards, souvent ridicules à l’instar de Zinos qui trottine la main aux reins pendant une bonne partie du film, les personnages de Soul Kitchen sont diantrement attachants. Le comique de situation figure un des ressorts principaux du film. Tandis qu’un rigide chiropracteur affectueusement surnommé « briseur d’os » calme les tours de reins en un violent tour de corde autour des hanches, le cuisinier hurle des insanités, affute ses couteaux le regard malveillant ou, sous la colère, les plante dans la première porte venue. Un humour qui n’est pas sans rappeler celui des films muets, de Charlie Chaplin à Buster Keaton. L’autre spécificité de Soul Kitchen provient de l’utilisation de clichés, clins d’œil malicieux à l’histoire du cinéma. Il y a les surnoms ridicules et les personnages à la gaucherie émouvante. Mais il y a aussi les scènes stéréotypées où le maître cuistot initie l’élève incapable à l’art de la cuisine ou les amoureux dînent aux bougies, alors que la neige tombe, drue, dehors…Toute une mythologie cinématographique est ainsi invoquée, qui rappellera, selon la culture de chacun, d’autres moments d’autres films aimés.

Le « Soul Kitchen », espace de liberté utopique et foyer des âmes
Le « Soul Kitchen », endroit double, campe à la fois un espace de liberté où l’on s’aime et où l’on danse et à la fois un endroit typique de la mainmise des intellectuels et des bobos sur les quartiers populaires. Le film a été tourné à Hambourg dans ces lieux en friche qui ferment et constitue un « Heimatfilm », c’est-à-dire un film « typique de l’Allemagne des années 1950, où l’on parle d’amour, d’amitié, et de la vie dans une petite communauté quasi villageoise » (Fatih Akin).
Lieu ambivalent, bon et mauvais, le « Soul Kitchen » est donc parfait pour abriter ces âmes qui se cherchent.

La musique est la nourriture de l’âme
Traité de manière graphique, vif et surmené, ce film se distingue également par sa bande originale aussi légère et sautillante que la caméra qui prend des libertés salvatrices (panoramiques inopportuns, ralentis romantiques, etc.). Jeu sur le mot « Soul » signifiant à la fois âme et désignant également un type de musique, Soul Kitchen est servi par une musique funky et soul bien sûr, finalement très entrainante, de Kool and the Gang à Quincy Jones en passant par Syl Johnson.

Nous ayant habitué aux contes noirs, Fatih Akin narre avec Soul Kitchen un joli conte pour grands enfants dévoyés.

Crédits photo : © Pyramide Distribution

Nous sommes mardi. Cela signifie donc que demain, mercredi, débute une nouvelle semaine de cinéma. Qui dit nouvelle semaine, dit nouveaux films. Et ceux qui sortent demain dans les salles françaises ont de quoi nous réjouir. La météo de demain annonce de la grisaille? Tant mieux! Rien de tel qu’un temps morose pour se ruer dans les salles obscures, se caler avec délice dans un de ces fauteuils en velours rouge pour oublier, le temps d’une séance, les tracas de la vie quotidienne et le boulot qui nous attend le lendemain. Alors, qu’y a t-il au menu cette semaine?

En entrée, nous vous proposons, pour vous ouvrir l’appétit, le dernier film du grand Martin Scorsese, Shutter Island. Il signe une nouvelle collaboration avec son acteur fétiche, Léonardo DiCaprio, qui offre à nouveau une performance à la hauteur de son talent et qui confirme ce que l’on savait déjà : le héros de Titanic est un des acteurs les plus doués de sa génération. Scorsese nous embarque avec brio dans son univers noir pour nous livrer un thriller psychiatrique des plus sombres où frissons, suspense et tensions sont garantis. En 1954, le marshal Teddy Daniels (DiCaprio) et son coéquipier Chuck Aule (l’excellent Mark Ruffalo) sont envoyés enquêter sur l’île de Shutter Island, dans un hôpital psychiatrique où sont internés de dangereux criminels. L’une des patientes, Rachel Solando (Michelle Williams), a mystérieusement disparu. Alors que la cellule est fermée de l’extérieur, et que personne ne l’a vue s’enfuir, la meurtrière semble s’être évaporée.. Le seul indice laissé derrière elle est une feuille sur laquelle sont inscrits une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. En essayant de résoudre le mystère, les deux marshals vont découvrir une vérité autrement plus troublante…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Zbzd9RtWu-Y[/youtube]

Après cet amuse-gueule conséquent, nous vous proposons de passer au plat de résistance, en découvrant un des films les plus attendus du mois, pour la prestation magnifique qu’en offre son acteur principal, Colin Firth : A Single Man, de Tom Ford. Dans ce mélodrame situé dans le Los Angeles des années 60, Colin Firth campe George Falconer, un professeur d’université britannique anéanti par la mort de son compagnon. Solitaire et en retrait, George n’envisage plus sa vie sans l’être aimé, malgré le soutien de son amie, la magnifique Charley (Julianne Moor, touchante de fragilité). Mais le destin en a décidé autrement et va tirer de son enfermement cet homme qui, après tout, a peut-être droit à une seconde vie. Récompensé aux Bafta (l’équivalent britannique des Oscars) dans la catégorie meilleur acteur, Colin Firth donne toute la mesure de son immense talent dans un rôle que certains décrivent déjà comme le rôle de sa vie…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=aypyJtHzC70[/youtube]

Vous avez encore une petite place pour un dessert ? Tant mieux, parce que nous vous avons réservé le meilleur pour la fin, et plus qu’une petite sucrerie. Après le suspense de l’entrée, la classe et l’élégance du plat principal, voici un peu de légèreté pour clore ce repas gastronomique. Nous vous proposons de déguster, sans modération, Une éducation, de Lone Scherfig, chronique sentimentale et féministe pleine de fraîcheur et de justesse, qui révèle une actrice extraordinaire, nommée aux Oscars, la jeune Carey Mulligan. Dans l’Angleterre du début des années 1960, Jenny, lycéenne brillante de 16 ans rêve (ou croit rêver) d’intégrer la prestigieuse université d’Oxford. Mais sa rencontre avec David (Peter Sarsgaard) un homme plus âgé qu’elle va chambouler le chemin tout tracé de cette jeune ingénue qui refuse brusquement les carcans dans lesquels son milieu tente de l’étouffer pour mieux vivre la folie et l’enthousiasme des années 60… Carey Mulligan est étonnante de fraîcheur et de sincérité dans cette critique de l’Angleterre conservatrice, où les femmes doivent choisir entre carrière et mariage, se plier aux règles ou faire leurs propres choix. Bon appétit !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9mrRg27cWjA[/youtube]

TV Film Comédie France

De Joyce Bunuel Avec Victoria Abril, Jérôme Anger, Lucie Lucas…

Lundi 22 février sur TF1, puis en streaming sur TF1.fr

Clem (pour Clémentine), 16 ans, a une vie facile, avec des parents aimants et ouverts d’esprit, une petite sœur avec laquelle elle s’entend bien et un petit ami avec qui elle est sur le point de franchir le pas et perdre sa virginité pour fêter le début de l’été… Mais Clem est une ado typique, avec son lot d’actes manqués et de bêtises… La première fois sera la fois de trop… Elle tombe enceinte. Comment le dire à son entourage, comment l’assumer face à la famille, les amis ou les études, que faire du bébé, comment le futur père assumera cette paternité à venir… Durant les 9 mois qui viennent, ces questions et bien d’autres vont se poser, et la famille de Clem sera chamboulée comme jamais par cette grossesse, au risque même d’éclater corps et biens si elle ne parviens pas à se souder derrière l’adolescente.

A mi-chemin de L.O.L. et Juno, Clem est un très sympathique téléfilm, drôle et émouvant, mené tambour battant par un casting aux petits oignons : Victoria Abril et Jérôme Anger ont une véritable alchimie à l’écran, et Lucie Lucas est une Clem tout en émotions et en rebellions.

Bref, un sujet fort et d’actualité, pour une réussite télévisuelle à découvrir et qui aurait presque mérité une sortie en salles.

A noter que, si le succès (mérité) est au rendez-vous, une suite pourrait rapidement voir le jour, faisant de Clem et sa famille de nouveaux (et modernes) héros récurrents de TF1.

voir la bande-annonce sur:

http://www.wat.tv/video/clem-bande-annonce-lundi-22-27fuh_gaf8_.html

La cérémonie des Bafta, l’équivalent britannique des Oscars, s’est tenue hier soir à Londres. Démineurs, le film de Kathryn Bigelow, a été le grand gagnant de la soirée, puisqu’il a raflé six récompenses sur ses huit nominations. Kristen Stewart, la perle de Twilight s’est vue remettre le Bafta de la Révélation pour son rôle dans le plus glamour des films de vampires, une jolie récompense qui promet à la jeune actrice une belle carrière !

C’est donc Démineurs qui a raflé la mise hier, au grand dam d’Avatar, qui n’est reparti de Londres qu’avec deux prix techniques, de moindre importance par rapport aux Baftas de meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original remportés par Kathryn Bigelow, qui a savouré sa victoire et pu faire un joli pied de nom à son ex-mari… James Cameron lui-même! Ah, l’amour vache..

Pour notre fierté toute française, on note la belle victoire d’Un prophète de Jacques Audiard, meilleur film étranger, qui s’annonce comme un sérieux concurrent et de bonne augure pour les Oscars! L’excellent dessin-animé Là-haut a empoché le Bafta du meilleur film d’animation, après avoir été récompensé aux Golden Globes.

Côté acteur, l’élégant Colin Firth l’a remporté pour son rôle dans A Single Man, qu’on annonce déjà comme le rôle de sa vie. L’acteur, inoubliable dans la version originale de la BBC de Pride and Prejudice en 1995, a déjà été récompensé à la Mostra de Venise pour sa très belle performance. Le désormais incontournable Christoph Waltz, après son prix d’interprétation à Cannes et son Golden globe, a été à nouveau distingué dans un second rôle pour son incroyable interprétation dans Inglourious Basterds.

Chez les femmes, c’est l’excellente Carey Mulligan, pour son rôle dans Une Education, nommé aux Oscars, qui est repartie avec le prix.

Pour les fans de Twilight, cette cérémonie a été riche en émotions puisque la jeune Kristen Stewart, éternelle Bella, remarquée pour son rôle dans la saga au succès planétaire, est devenue la nouvelle Révélation de l’année.  Un joli trophée qui devrait ouvrir de nombreuses portes à la jolie actrice, après la fin de l’aventure Twilight…

Retrouvez tous les autres articles de Planete Campus sur la saga Twilight :

Les événements Twilight :

Spoliers et révélations sur Twilight 3 et 4 ;

Toutes les dernières  photos de la saga Twilight :

Robert Pattinson et  Kristen Stewart :

Les extraits et bandes annonces de Twilight :

Et si vous avez une âme de journaliste et que vous désirez vous aussi apporter votre point de vue, les exlus… alors  Devenez rédacteur pour Planecampus en cliquant ici

La Saga Twilight en DVD au meilleur prix !
TWILIGHT (Chapitre 1 – Fascination) : 19,99 € 13,49 €

de Léa Frazer avec Nathalie Baye, Pierre Arditi, Jocelyn Quivrin, Aïssa Maïga…

Une comédie dans l’air du temps et drôle comme il le faut

Apres avoir découvert que son mari la trompait, Maire France (Nathalie Baye) va s’installer dans l’appartement de son fils (Jocelyn Quivrin) et de sa belle fille (Aïssa Maïga). Face à une mère un peu trop envahissante, Sébastien ne sait plus comment gérer son travail et ses deux filles.

Pour son troisième long métrage Léa Fazer (Notre univers impitoyable, Bienvenue en Suisse) étudie les différences de génération entre les anciens soixante huitard et les jeunes d’aujourd’hui (la génération de nos parents avait elle plus de faciliter que nous maintenant, alors qu’ils avaient moins de liberté que nous ?)

Ensemble c’est trop est une comédie agréable où l’on passe un bon moment. Les acteurs prennent du plaisir à s’envoyer la réplique et nous on prend du plaisir à les voir. Le film est aussi le dernier de Jocelyn Quivrin (mort récemment dans un accident de voiture), un acteur remarquable parti beaucoup trop vite.

Le film joue sur le comique de situation sans que cela ne devienne trop ridicule et l’exagérer. Elle ne franchit pas la limite du grotesque.

Plusieurs comédie sorte cette semaine et celle-ci est peut être celle qui nous parle le mieux des problèmes sociaux actuels (société qui n’arrête pas de travailler pour peu et moins à l’écoute des autres).

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=m4UgVb7ou1k[/youtube]

Roms, Gitans, Bohémiens, Gens du voyage, Nomades, Tsiganes, autant de noms tentant de faire oublier que, durant la seconde guerre mondiale, ce sont bien des citoyens français qui ont été persécutés. Alors que le débat sur l’identité nationale divise toujours, Tony Gatlif sort le 24 février Liberté, un film sensible, sans manichéisme, qui revient sur cette période occultée de l’histoire française.  Pour que, par-delà les faux clivages, l’on construise une mémoire commune.


Le point de départ de Liberté, avez-vous dit, sont les discussions récurrentes que vous avez eu avec des Roms à propos de la persécution, oubliée, de leur peuple durant la seconde guerre mondiale ainsi que votre rencontre avec l’écrivain tsigane Matéo Maximov. Quelles formes a pris cette persécution ?
Les autorités ont tout fait pour les sédentariser, leur enlever leur culture, les assimiler. Ils les ont dotés de carnets anthropométriques obligatoires, sortes de visas de 400 pages où on notait les départs et arrivées. Ils étaient fichés. Puis, les Nomades ont été astreints à résidence. Ils devaient rester sur place, mais où ? Sur les terrains, à côté de la mairie, de la gendarmerie ? C’était alors très facile de venir réquisitionner leurs chevaux et de les arrêter pour les emmener dans l’un des 40 camps qui ont été construits dans toute la France. Ces camps n’étaient pas mieux que les camps de concentration allemands mais au moins il n’y avait pas la mort au bout. Pour parler de cette histoire oubliée, il fallait avoir un tout petit peu d’humanité et un tout petit peu de reconnaissance envers ce peuple, qui est un peuple de France. Comme on ne les considère pas comme des citoyens français, personne n’a parlé de leur histoire.

Les Roms sont pacifiques et pourtant ont été persécutés depuis des siècles. À quoi est-ce dû ?
Il faut retourner aux origines, quand, venant d’Inde et arrivant en Europe à l’époque du Moyen-âge, ils étaient considérés comme des diables. Arrivés en terre « blanche », ils avaient les cheveux longs, des habits bizarres et étaient noirs, comme les indiens originaires du Rajasthan. On leur a collé tous les préjugés sur le dos (jeteurs de sorts, sorciers, etc.) car ils lisaient déjà les lignes de la main. Aujourd’hui encore ils sont diabolisés.

Vous avez choisi de narrer cette histoire par le prisme des Justes. Est-ce pour éviter le misérabilisme ?
Moi, j’en ai marre du cinéma de voyeur, du cinéma qui se gratte comme on dit. Nous sommes dans une histoire sérieuse, où 250 000 personnes ont péri. Les survivants et leurs enfants ont été humiliés pendant 70 ans. Il fallait y aller, d’une façon claire, dire « il y a eu ça ». Et puis, le meilleur, ce sont les Justes. Ce sont des gens qui ont aidé cette population diabolisée, dont personne ne voulait. Ces Justes-là, c’est un trésor d’humanité. Le film traite cette histoire par le côté positif de l’humain, même si ce n’est rien, même si c’est quatre personnes, ça vaut le coup d’en parler. Heureusement qu’il y a cela. Sinon c’est dégueulasse. C’est une humanité, franchement, à ne plus vivre sur la Terre.

Donc c’est un film sérieux mais pas seulement…
Pas seulement, car les Roms ont une façon de vivre tellement surréaliste que ça en devient comique.

À ce propos, la figure de l’enfant est très présente dans votre film avec Taloche, qui est un grand enfant, et P’tit Claude qui veut devenir Bohémien…
La communauté tsigane a une véritable joie de vivre. Pour continuer à vivre et à croire pendant près de neuf siècles en ayant connu toutes les guerres, en ayant subi toutes les misères, il faut aimer la vie, la fête, le rire, la fantaisie, la famille.

Dans l’une des scènes de Liberté, Taloche joue à la manière tsigane « Maréchal, nous voilà ». C’est une scène à la fois drôle et cruelle. Quel message avez-vous voulu faire passer ?
Cette scène montre que les Tsiganes ne savaient pas ce que c’était que la guerre. Ils connaissaient la haine, savaient qu’on les pourchassait parce qu’on ne les aimait pas. Mais ils ne savaient pas ce qu’était la guerre. Pour le savoir, il fallait avoir étudié, avoir fait de la politique ou avoir lu Machiavel. Mais eux, leur vie, c’est la vie de tous les jours. Ils comprennent que si quelqu’un t’insulte, tu l’insultes en retour. Mais si quelqu’un ne t’insulte pas, pourquoi tu l’insulterais ? Ils ne comprenaient pas non plus le processus de la guerre, qui était celui de l’invasion.

Taloche, personnage interprété par James Thiérrée, incarne la liberté…
Taloche n’est pas du tout un attardé mental, c’est plus quelqu’un qui n’a pas voulu vieillir. Il a une trentaine d’années et reste à l’état de gamin entre 8 et 10 ans. C’est un symbole. Il possède la liberté, la transe, l’intuition qui fait que quand arrive le danger, il le sent. Un peu comme les oiseaux quand ils sentent arriver l’orage.

Ce contact avec la nature, n’est-ce pas quelque chose de commun aux Tsiganes ? Par exemple, dans une scène l’on voit les Tsiganes soigner l’instituteur (Théodore, interprété par Marc Lavoine) d’une morsure de cheval en lui appliquant une sorte de pansement de terre et d’œuf…
Ils ont compris avant tout le monde. Ils ont soigné Théodore avec une sorte d’antibiotique naturel, pour éviter que cela ne se gangrène. Je le sais, parce que j’ai été soigné de la même façon.

Donc ça marche ?
Oui. Avec un œuf et… je n’en dirais pas plus !

Et si j’en ai besoin un jour ?
Non mais attendez. Il ne faut plus le faire car le monde a changé. À l’époque, l’herbe était pure. Les vaches aujourd’hui mangent de la merde. Quelqu’un qui fait ça de nos jours, perd son bras. Ah ben dis donc, c’est gai votre interview, c’est un peu scato !

Dans quelle mesure vous servez-vous de votre vécu pour faire vos films ?
Je me sers de ce que m’a donné le hasard de la vie. Parfois, le hasard de la vie est plus metteur en scène que le cinéma. Quand vous revoyez votre vie, vous vous apercevez que celui qui en a fait la mise en scène est plus doué que le cinéma. C’est quand même incroyable qu’une vieille dame de 86 ans puisse vivre 15 jours sous les décombres, à Haïti. C’est génial, incompréhensible. Vous écrivez ça dans un scénario, on vous dit « non, franchement, ce n’est pas crédible ! » La vie nous fait échec et mat tout le temps parce qu’on réfléchit, mais on réfléchit mal, on essaie d’être plus malin qu’elle.

J’allais vous demander si l’histoire et sa rigueur avaient été contraignantes pour élaborer votre film Liberté. Mais finalement vous venez de me répondre puisque c’est votre cinéma qui imite la vie…
Oui. Je ne pourrais jamais faire un film si je n’ai pas un exemple de la vie. Je ne pourrais jamais inventer quelque chose qui n’existe pas. Là, en ce moment je suis en train d’écrire un scénario, c’est une histoire que j’ai vécue.

C’est un projet sur…
Non, non, je ne vous dirais pas parce que je suis très superstitieux !

Ce sont les Roms qui donnent cette joie de vivre à vos films, non ? Car vous avez fait des films plus durs, comme par exemple Exils ?
Mes films, comme Gadjodilo, Exils, sont pensés comme pensent les enfants de 5 ou 7 ans qui sont là, silencieux, en train de jouer, et qui, tout d’un coup, deviennent hystériques. Il y a un moment où on a besoin de sortir de ses gonds, de sortir de son corps, d’hurler. Et il y a un moment pour jouer. Je conçois la vie comme dans une fête, même quand il y a de l’injustice. Je n’imagine pas la vie monotone, froide, la vie cérébrale.

Dans Liberté, quelle est la scène que vous avez préféré tourner ?
Toutes. La seule scène où j’ai eu le plus de peine, parce qu’elle me faisait peur, c’est la scène des camps. J’ai essayé de ne pas être voyeur. Par respect pour ceux qui ont survécu et pour ceux qui sont décédés dans ces camps. Je pense que ceux qui étaient derrière les barbelés n’auraient pas aimé être photographiés ou filmés, même par un regard ami. Parce que quand ils sont sortis des camps, ils étaient humiliés. C’est pour cela qu’ils ne parlaient pas. Je m’excuse mais quand vous faites vos besoins devant tout le monde, vous ressemblez à un chien, vous n’avez donc pas envie de le raconter ni que l’on vous prenne en photo. Même les animaux ne font pas devant tout le monde, ils se cachent. Ils les ont forcés à être pires que des animaux. Quand ils sont sortis de là, ils avaient honte de leur état physique et c’est pour ça qu’un film n’a pas le droit de les filmer n’importe comment. Il doit respecter leurs souffrances.

Liberté, c’est aussi une volonté de construire une mémoire collective, là où elle manque. Comment désirez-vous le faire, exactement ?
Sans haine. Nous sommes en train de montrer le film aux rectorats, aux professeurs, aux instituteurs, un peu partout en France. C’est scandaleux qu’il n’y ait rien sur cette histoire. Qu’on ne dise pas qu’en France, il y a eu 40 camps de concentration. Que les Tsiganes étaient entre 500 et 2000 par camp. Ce n’était quand même pas rien. De toutes façons, il ne faut pas nous amener à faire de la comptabilité des souffrances. Même s’il y avait eu deux personnes, ça valait aussi les 5 millions de morts. Il n’y a pas de challenge dans l’horreur.

Tony Gatlif est parrain du projet « Une mémoire française, les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946 », projet à l’initiative de plusieurs associations proposant divers évènements culturels dans toute la France.

http://memoires-tsiganes1939-1946.fr

Crédits photos : © Marina Obradovic

Impossible de louper les affiches XXL dans le métro! La captivante et inédite saison 4 de notre tueur en série préféré débarque ce soir sur Canal +. Et il va y avoir de l’hémoglobine!

Expert scientifique le jour, Dexter Morgan se mue la nuit en un dangereux justicier qui traque sans relâche les tueurs qui échappent encore à la justice. Jusqu’ici, tout va bien, ou presque. Mais le gentil scientifique au visage innocent, qui tue pour la bonne cause et débarrasse notre planète de vilains meurtriers, cache en fait un violent tueur qui se fait un plaisir de massacrer ses victimes dans un bain de sang en ne se contentant pas de leur loger une balle dans la tête. Un peu dérangé ? Mais diablement efficace!

Mais le cynique et pourtant attachant Dexter a une personnalité plus complexe qu’il n’y parait, et sa part d’ombre est autrement plus fascinante que son apparente vie bien rangée. Pourtant, en ce début de saison 4, Dexter semble avoir trouvé la paix et l’équilibre en se mariant. Le sanguinolent justicier est même devenu papa! Comblé, l’heureux père pense un temps que la vie peut finalement être belle. Stop! Sa gentille petite vie d’homme rangé va rapidement être bousculée, et le Dexter de la nuit reprend vite le dessus. Ouf!

A nouveau, on retrouve l’angoissante atmosphère qui nous avait accrochés dès la première saison. Alliée à une intrigue toujours plus dramatique et à des séquences parfois violentes, cette saison est à la hauteur de ce qu’on en attendait. Bâches en plastiques, cellophane, table opératoire, gants et tablier sont toujours les accessoires préférés de ce maniaque au sang-froid éprouvé. Mais cette fois-ci, malgré ses rituels toujours bien huilés et sa mécanique opératoire minutée, Dexter trébuche, et éveille les soupçons. Peinant à concilier sa double vie, des failles s’immiscent entre ses pulsions meutrières, son rôle de père et mari aimant, et son boulot à la brigade criminelle de Miami. Ses collègues commencent à se poser des questions tandis que Dexter s’acharne dans sa traque du tueur de la Trinité. Et sa famille, exposée, n’en ressortira pas indemne… Le suspense est à son comble.

Et pour ceux qui ont loupé le coche, c’est le moment de vous y mettre ! TF1 est tombé sous le charme du serial-killer le plus troublant de la télévision, et diffuse à partir de ce soir, la saison 1 en deuxième partie de soirée. Vous ne le regretterez pas…

Dexter saison 4 inédite. Ce soir sur Canal +, à partir de 20h45…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hWaP0JtwJgQ[/youtube]

de Garry Marshall avec Julia Roberts, Jessica Alba, Jennifer Garner…

Une comédie sympathique, enrobé de bon sentiment et d’humour.

Los Angeles, le jour de la Saint Valentin. Tout le monde voit des petits cœurs partout et des cupidons en veux-tu en voilà. On va suivre les aventures romantiques : rencontre, séparation, réconciliation des habitants de la ville.

Quelle grande originalité de sortir une comédie romantique pendant la période de la Saint Valentin et avec en plus un casting qui réunit les acteurs les plus bankables et les rois de la comédie romantique (Julia Roberts, Patrick Dempsey, Ashton Kutcher). Mais voila le réalisateur de cette comédie n’est autre que Garry Marshall, un maître en la matière (Pretty Woman). Alors que l’on s’attendait à un film niais et sans grand intérêt, le film crée une petite surprise. Le réalisateur réussi à rendre le film divertissant. Valentine’s Day est fait pour tout le monde de 7 à 77 ans, certaines histoires donne le sourire (Anna Hathaway qui fait du téléphone rose au noir pour pouvoir payer son loyer) d’autres moins (les lycéens stéréotypées avec le couple de la danseuse et du sportif)

L’aspect choral du film permet de ne pas être trop lourd en bon sentiments et en niaiserie.

Loin d’être comparable à son compatriote britannique Love Actually, Valentine’s Day fait passer tout de même un agréable moment.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=RDN3DCuzep4[/youtube]

De Glen Ficarra et John Requa avec Jim Carrey, Ewan McGregor, Leslie Mann…

Une comédie à consommer sans modération

Steven Russel (Jim Carrey), mari et policier, décide après avoir frôlé la mort, d’assumer totalement son homosexualité. Mais voila le problème c’est qu’être gay, ça coûte cher, et pour subvenir à ses besoins Steven devient arnaqueur en assurance à mi-temps. Mais ne devient pas arnaqueur qui veut, et au bout de quelque temps, il se fait incarcérer et tombe amoureux de son codétenu, Phillip Morris (Ewan MacGregor). Par la suite, il fera tout pour le libérer : usurpation d’identité, détournement de fond…
Jim Carey et Ewan McGregor aurait pu former le couple le plus improbable du cinéma pourtant on tombe sous le charme de ces deux hommes qui sont à croquer. Jim Carrey en homo qui s’assume est tout simplement réjouissant. Il est comme à son habitude, un acteur plastique qui ne sur joue pas son personnage, qui se l’approprie. Il en fait un homme attachant qui arnaque par amour.

La réalisation de Glenn Ficarra et John Requa (scénariste du politiquement incorrect Bad Santa) est souvent inspiré d’Arrete moi si tu peux (les changements de vies et d’identité de l’avocat au policier rappelle ceux de Leonardo Dicaprio en professeur d’espagnol et en commandant de bord).

Une comédie digne des meilleurs Jim Carrey

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=SfuJqqPqnBU[/youtube]

Dans ce drame romantique, Robert Pattinson interprète Tyler, un jeune new-yorkais de 22 ans en rébellion contre la société et contre sa famille à la suite d’un drame familial. En conflit avec son père (Pierce Brosnan), et s’isolant de plus en plus, Tyler perd pied. Après être intervenu dans une bagarre de rue, il est arrêté et subit les foudres d’un policier. Furieux, il décide de se venger de lui en séduisant sa fille. Mais il se retrouve pris à son propre piège en tombant amoureux d’Ally, interprétée par Emilie de Ravin, qu’on a découvert dans Lost. La vengeance se transforme alors en histoire d’amour passionnée, qui doit faire face aux obstacles que représentent leur famille respective…

Robert Pattinson en bad boy branché et bagarreur? On a hâte de voir ça! Dans le film, Tyler est un jeune homme emporté, imprévisible et rebelle. Mais sa rage cache une sensibilité et une fragilité on ne peut plus touchante. Ce film qui semble être un joli mélo est le premier grand test de Robert Pattinson dans ce qui sera pour lui « l’après Twilight ». Et d’après les déclarations de son partenaire et père dans le film, Pierce Brosnan, ce début de carrière est plus que prometteur… L’ex-James Bond s’est dit impressionné par le jeune acteur de 23 ans et la façon dont celui-ci gère sa carrière. Décidemment, personne n’est insensible au charme du plus glamour des vampires…

Découvrez vite la bande-annonce du film, dont la sortie en France est prévue le 7 avril… Patience !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=vvg1jcvYuj4[/youtube]

Et voici les dernières photos !

remember-me

Robert, alias Tyler, et sa petite soeur..

remember me 2

Robert Pattinson et Emilie de Ravin, amoureux dans le film

rob

Aucun doute, c’est bien l’homme le plus sexy du moment!!

Robert_Pattinson

Un rebelle très très séduisant…

Retrouvez tous les autres articles de Planete Campus sur la saga Twilight :

Les événements Twilight :

Spoliers et révélations sur Twilight 3 et 4 ;

Toutes les dernières  photos de la saga Twilight :

Robert Pattinson et  Kristen Stewart :

Les extraits et bandes annonces de Twilight :

Et si vous avez une âme de journaliste et que vous désirez vous aussi apporter votre point de vue, les exlus… alors  Devenez rédacteur pour Planecampus en cliquant ici

La Saga Twilight en DVD au meilleur prix !
TWILIGHT (Chapitre 1 – Fascination) : 19,99 € 13,49 €

La rédaction de planète campus vous fait découvrir en exclusivité les dernières photos de twilight 3 :

Merci pour votre contribution et pour tous les fans de twilight , d’ici peu de temps nous vous dévoilerons les premières images de twilight 3 :

Retrouvez tous les autres articles de Planete Campus sur la saga Twilight :

Les événements Twilight :

Spoliers et révélations sur Twilight 3 et 4 ;

Toutes les dernières  photos de la saga Twilight :

Robert Pattinson et  Kristen Stewart :

Les extraits et bandes annonces de Twilight :

Et si vous avez une âme de journaliste et que vous désirez vous aussi apporter votre point de vue, les exlus… alors  Devenez rédacteur pour Planecampus en cliquant ici

La Saga Twilight en DVD au meilleur prix !
TWILIGHT (Chapitre 1 – Fascination) : 19,99 € 13,49 €

Par ce que la rédaction de Planete campus a beaucoup aimé ce commentaire nous avons décidé d’en faire un article :

Par Lefaivre :

Dans Révélation, Bella tombe enceinte d’une petite hybride(mi-humaine, mi-vampire)qu’ils nommeront Renesmée Carlie Cullen, alias Nessie.

Famille: Bella Swan(mère), Edward Cullen(père), Carlisle Culen(grand-père), Esmée Cullen(grand mère), Rosalie Hale et Alice Cullen(tantes), Emmett Cullen et Jasper Hale(oncles),Charlie Swan(grand-père), Renée Dwyer(grand-mère)

Caractéristiques: Elle peut transmettre ses pensées en touchant la joue de la personne avec qui elle veut les partager.

Renesmée est une hybride, c’est-à-dire moitié humaine et moitié vampire. Elle a été conçue lors de la lune de miel de Bella et d’ Edward alors que Bella était encore humaine. La grossesse fut particulièrement pénible pour cette dernière car Renesmée grandissait extrêmement vite et pompait les forces de sa mère de manière involontaire.Bella a du boire du sang humain pendant sa grossesse pour que son bébé survive et pour qu’elle même reprenne des forces.

Avant sa naissance, Edward était contre sa venue au monde car il s’inquiétait pour Bella qui dépérissait à vue d’œil. C’est en percevant pour la première fois les pensées de l’embryon qu’il changea d’avis et prit son rôle de père à cœur. En ce qui concerne Bella, celle-ci n’a jamais arrêté d’aimer son bébé en dépit du mal qu’il lui faisait. Renesmée aimait déjà sa mère alors qu’elle était encore dans son ventre et avait une certaine perception de ce qu’elle lui faisait subir

Renesmée est née en perçant l’utérus de sa mère. Bella serait probablement morte si Edward ne l’avait pas transformée directement après. D’ailleurs, c’est ce qu’il arrive lors de la plupart des naissances d’hybride. Ce fut Rosalie et Jacob qui prirent soin de la petite jusqu’à ce que sa mère soit remise de sa transformation.

Dès sa naissance, Renesmée possède le don de transmettre par le toucher ses pensées aux autres. C’est de cette manière qu’elle communique étant petite. En grandissant, la transmition de pensée reste sa méthode de communication favorite.

Sa mère la nomma ainsi à cause de sa propre mère, Renée, et de sa belle-mère, Esmée. Son deuxième prénom est également une contraction du nom de son père, Charlie, et de son beau-père, Carlisle (dont les prénoms commencent par un C, comme Carlie).

Tout le monde la surnomme Nessie. Ce fut d’abord Jacob qui l’appelait ainsi car il trouvait « Renesmée » trop compliqué. Ce qui lui valu une bagarre avec la mère de l’intéressée, Bella, qui ne supporte pas que l’on surnomme sa fille d’après le nom du monstre du Loch Ness. A la fin du roman, Bella finit par l’appeler aussi ainsi.

Son régime alimentaire consiste à boire du sang animal comme tous les membres de la famille Cullen et des Denali (bien qu’elle préfère le sang humain). Elle peut également manger la nourriture des humains. Toute jeune, elle doit subir les différents défilés de mode de ses tantes, Alice et Rosalie. Cela est causé par sa croissance accélérée de 4 centimètres par jour. Malheureusement pour ses tantes, cela est diminué car vers 2 mois (presque 6 ans physiquement)elle ne grandit que de 1 centimètre par jour. Elle n’est pas venimeuse et ne peut donc pas empoisonner Jacob Black, car en effet elle passe ses journées à le mordre (voir tome 4). Mais, étant à demi-humaine, elle respire et son cœur bat. Elle possède également une température un peu plus élevée que celle d’un être humain « normal ». À l’âge de 7 ou 8 ans, elle deviendra parfaitement adulte. Elle est également semi-immortelle.

caractéristique physique Elle possède les yeux noisette de sa mère et les cheveux bruns aux reflets de bronze de son père. Sur son visage, elle a de petites taches de rousseur. Elle a une croissance accélérée et est très intelligente pour son âge. On l’a décrit comme irrésistible car personne n’a su résister à son charme, pas même Aro ( voir tome 4 ).
Lors d’une chasse en forêt, Irina du clan des Denali croise Bella et sa fille encore très jeune. Sautant aux conclusions, Elle en déduit qu’il s’agit d’une enfant immortelle. Elle quitta Forks au plus vite , sans laisser le temps aux Cullen de s’expliquer, pour rejoindre Volterra, la capitale du monde des vampires. Elle donna sans le vouloir une raison supplémentaire aux Volturi de partir pour l’Amérique. Un mois plus tard, les Volturi, leurs épouses et la garde arrivent à Forks pour éliminer Renesmée. Cependant, cela s’avère plus complexe que prévu : les Cullen ont pris des dispositions en réunissant tous les témoins qu’ils pouvaient pour que ces derniers fassent part de leur constatations. Les Volturi se rendent bien compte que si un combat éclataient, ils risqueraient de perdre car les Cullen ont su réunir des vampires dotés de talents extraordinaires comme Benjamin qui maîtrise les quatre éléments, Kate qui électrocute ses ennemis par le toucher et d’autres encore. La mère de Renesmée, Bella, possède le pouvoir de protéger les autres des attaques psychiques grâce à un bouclier. Les tentatives des Volturi se soldent par un échec. Mais, c’est Alice qui viendra un fois de plus sauver la situation en amenant un dernier témoin, un hybride. Les Volturi reconnaissent que les hybrides ne sont pas une menace pour leur monde et rentrent en Italie.

Merci pour votre contribution et pour tous les fans de twilight , d’ici peu de temps nous vous dévoilerons les premières images de twilight 3 :

Retrouvez tous les autres articles de Planete Campus sur la saga Twilight :

Les événements Twilight :

Spoliers et révélations sur Twilight 3 et 4 ;

Toutes les dernières  photos de la saga Twilight :

Robert Pattinson et  Kristen Stewart :

Les extraits et bandes annonces de Twilight :

Et si vous avez une âme de journaliste et que vous désirez vous aussi apporter votre point de vue, les exlus… alors  Devenez rédacteur pour Planecampus en cliquant ici

La Saga Twilight en DVD au meilleur prix !
TWILIGHT (Chapitre 1 – Fascination) : 19,99 € 13,49 €

de Peter Jackson avec Saoirse Ronan, Rachel Weisz, Mark Wahlberg…

Un soupçon de merveilleux dans ce monde de brute.

Susie Salmon, 14 ans est assassinée, mais au lieu de passer dans l’au-delà, elle va rester dans l’entre deux mondes, entre ciel et terre. De là, elle va observer l’enquête de son meurtre, comment ses parents arrivent à surmonter le drame et la vie de son meurtrier.

Peter Jackson a abandonné pendant quelques temps elfes et hobbits pour se consacrer au scénario complexe de Lovely Bones. Entre le merveilleux de l’onirique et la dureté de la réalité, le réalisateur du Seigneur des anneaux trouve un équilibre parfait. Il bouscule les codes du genre policier (pas la peine de se tracasser pendant deux heures pour connaître le meurtrier, il apparaît dès le début du film) pour se l’approprier de manière originale.

Au niveau casting, on retiendra Susan Sarandon en grand-mère excentrique qui aime autant alcool et cigarettes que ses petits enfants, mais aussi la surprenante Saoirse Ronan que l’on avait déjà pu croiser dans Reviens-moi.

Une réalisation magnifique, toute en finesse et discrétion (que ce soit l’assassinat ou le deuil des parents). Peter Jackson nous surprend encore avec son nouveau chef d’œuvre, et nous montre que le roi est de retour.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=3SXilylaCd4[/youtube]

Le 2 mars 2010, à 20h40, aura lieu le lancement de la Nouvelle Star sur M6, télé-crochet au succès incontesté. Premières casseroles, premières révélations, premières cruautés, Planetecampus vous dévoile tout…en vidéo.

30 000 personnes se sont déjà présentées sous les paires d’yeux impitoyables du jury de la Nouvelle Star pour avoir la chance, peut-être, de participer à l’émission de télé-crochet la plus regardée en France. Cette année, le jury de la Nouvelle Star est composé de la chanteuse Lio, du compositeur-interprète Marco Prince et des irréductibles Philippe Manœuvre et André Manoukian. Comment Marco Prince a-t-il été intégré au jury de la Nouvelle Star ? Interrogé par le magazine Première, celui-ci répond avec candeur : « on me l’a demandé gentiment et quand on me demande les choses gentiment, je ne sais pas dire non. » Bon à savoir…

Les premières casseroles
Ne soyons pas hypocrites : être ému par un artiste c’est une chose mais rire aux éclats devant une casserole en est une autre. Voilà un début prometteur…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xc6c2a_nouvelle-star-2010-%E7a-promet_fun[/dailymotion]

Les premières révélations
Le jury, en sélection à  Marseille, semble être sous le charme de ce jeune homme et de sa guitare acoustique…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xc61zj_nouvelle-star-in%C3%A9dit-un-vrai-talen_music[/dailymotion]

Les premières cruautés
Alors qu’ils l’ont poussé jusqu’à la finale, les membres du jury de la Nouvelle Star ne sont pas tendres avec Soan. Ils auraient déclaré, à propos de la sortie de son prochain album : Lio : « Soan a raté son premier album, ce qui ne veut pas dire qu’il ratera le second », Philippe Manœuvre « Aucune radio ne va passer ça ! »

Ça commence fort !

L’agenda culturel des débuts d’année est traditionnellement chargé. 2010 n’échappe pas à la règle. Après les Golden Globes, les Grammy Awards, les Razzie Awards et en attendant les César et les Oscars, la cinquième édition des Globes de Cristal s’est tenue hier au Lido, présentée par Anne Roumanoff et Patrick Poivre d’Arvor.

Cette cérémonie récompense depuis cinq ans les meilleures créations de l’année, quel que soit le domaine culturel. Parmi les heureux élus, la magnifique Isabelle Adjani a été désignée meilleure actrice pour sa prestation remarquée dans le film La journée de la jupe, que les lecteurs de Planetecampus ont d’ailleurs désigné meilleur film de l’année! Rayonnante, l’actrice était présente pour recevoir son trophée. Chez les femmes toujours, la rigolote Florence Foresti, toute mimi dans une petite robe noire a remporté le titre du meilleur one man show pour son spectacle Motherfucker tour. La jolie Olivia Ruiz a quant à elle arrêté de manger du chocolat et s’est vue remettre le Globe de Cristal de la meilleure interprète musicale de l’année pour son album Miss Météor.

Côté garçon, le jeune Tahar Rahim, nouvelle révélation du cinéma français et interprète bouleversant dans le film de Jacques Audiard, Un Prophète, a reçu le trophée du meilleur acteur. En attendant le César ? Le film, primé à Cannes et nominé onze fois aux César a été désigné sans surprise meilleur film de l’année. Le Globe de Cristal du meilleur interprète musical masculin a été remis à Benjamin Biolay, dont l’album La superbe, remporte un joli succès.

La comédie musicale qui nous a tous fait chanter petits et qui s’est jouée à guichet fermé au Théâtre du Châtelet, La mélodie du bonheur, a remporté le titre de meilleure comédie musicale. Enfin, la belle Zabou Breitman a été récompensée pour son adaptation réussie de la pièce Des gens, au théâtre du Petit Montparnasse.

Pour retrouverez le palmarès complet de cette cinquième édition sur le site des Globes de Cristal

vous pouvez aussi retrouver les nominations des César 2010 et celles des Oscars 2010

de Sacha Gervasi avec Steve Kudlow, Robb Reiner…

Touchant, drôle et rock and roll

Le groupe de heavy metal Anvil va influencer de nombreux groupes tels que Metallica, Slayer et Anthrax. En 1982, les membres du groupe Anvil sont considérés comme « les demi-dieux du heavy metal canadien ». Mais le triomphe est éphémère. Plus de 25 ans après cet épisode, le chanteur Steve « Lips » Ludlow et le batteur Robb Reiner continuent de nourrir des espoirs de gloire et de fortune. Entre la famille et les petits boulots, ils multiplient les concerts dans les bars, tentent une tournée en Europe, qui s’avère désastreuse, et enregistrent un treizième album sans le soutien d’une compagnie de disques.

Pour son premier long métrage comme réalisateur, Sacha Gervasi nous signe un documentaire intéressant sur ce groupe qui, même reconnu par ces pairs (notamment Metallica et Gun’s and rose, en bref du lourd), n’arrive pas à percer auprès du public. Le documentaire n’essaye pas de nous prouver à quel point c’est injuste que ce groupe, qui a inspiré les plus grand, n’est pas connu un réel succès, mais plutôt nous montre comment ces deux membres essayent de continuer à vivre leur rêves mêmes si cela veut dire faire des petits boulots pour payer les factures et faire la tournée des bars d’Europe.

Avec ce film, la boucle est comme qui dirait bouclée, car Anvil avait connu le succès lors d’une tournée au Japon et il retrouve une partie de son succès lors d’une autre tournée, 20 ans plus tard dans le pays du soleil levant.

Bien que fan du groupe, Sacha Gervasi ne tombe pas dans un portrait trop embellie du groupe, il arrive à garder une distance avec le spectateur tout en arrivant à nous toucher avec les portraits de ces deux rockeurs quinquagénaire.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hqlktQaWdUo[/youtube]

Alors que la diffusion de la sixième et dernière saison de Lost a commencé il y a dix jours aux Etats-Unis, on connaît déjà la date fatidique qui verra cette incroyable série prendre fin : le dimanche 23 mai au soir, sortez vos mouchoirs…

Une soirée spéciale Lost sera consacrée aux derniers moments des aventures de Jack, Kate et les autres et s’annonce déjà comme d’anthologie.  Avant le grand final, la chaîne ABC diffusera un épisode spécial qui récapitulera l’histoire de la série ! Si vous avez sautez quelques épisodes, voilà qui devrait vous rafraîchir la mémoire et vous mettre à jour, pour savourer pleinement les dernières minutes des épisodes les plus attendus de l’année ! La bonne nouvelle, c’est que vous pourrez suivre ce grand événement, de chez vous, grâce à iTunes, la plateforme d’Apple, qui diffuse en direct tous les épisodes de votre série préférée ! L’épisode est facturé 2,99 €, alors on n’hésite pas longtemps à mettre la main au porte-monnaie, pour la fin d’une série qui a fait des adeptes dans le monde entier!

Les spéculations vont bon train sur l’issue finale des aventures rocambolesques de nos « disparus ». Débats, théories, hypothèses, espoirs, les internautes se passionnent déjà pour la mystérieuse fin qui promet de rassembler un taux d’audience record pour ABC ! Les commentaires et les rumeurs sont à la hauteur des immenses attentes des spectateurs. La curiosité ronge déjà les plus fans d’entre nous, mais le supplice ne prendra fin que le 23 mai… Meme si l’impatience nous agite, nous n’avons pas forcément tant hâte que cela que tout se termine ! Pour l’instant, aucune information n’a filtré, et les scénaristes ont jalousement gardé le secret de leur script, afin de préserver jusqu’au bout le suspense…

Que nous réservent-ils ? Quelle conclusion spectaculaire vont-ils inventer pour satisfaire les attentes de millions de téléspectateurs ? Mystère, mais espérons que cela soit grandiose pour finir cette série comme elle avait commencé, en apothéose !

Si Titanic ne peut sombrer deux fois, rien n’interdit en revanche à James Cameron d’offrir une suite à son à son blockbuster en passe de rafler un maximum de récompenses aux Oscars : Avatar. Le film que l’on ne présente plus.

La rumeur commence à enfler et à prendre forme : James Cameron aurait déclaré sur CNN qu’il pourrait faire une suite à Avatar. Le web s’enflamme. Soutenu par Robert Murdoch, dirigeant de 20th Century Fox, James Cameron va-t-il créer un deuxième évènement avec Avatar 2 ?
A ce jour, et c’est visiblement loin d’être fini puisque le film vient de battre le record du box-office américain, Avatar aurait rapporté plus de 2.05 milliards de dollars. C’est officiellement le film aux recettes les plus importantes de toute l’histoire du cinéma. Même James Cameron est étonné « Nous savions que ce serait un film commercial, mais nous ne pensions pas qu’il allait ferait la moitié de ce qu’il a fait » a-t-il déclaré.

James Cameron pourrait ainsi « se laisser persuader ». Tu m’étonnes…

Visiblement, c’est depuis quelques jours chose faite, puisque selon le patron des studios 20th Century Fox, lui et le réalisateur canadien discutent déjà de ce projet. Cependant, il faudra être patient puisqu’Avatar 2 ne verra pas le jour avant 4 ans.

Les rumeurs sur l’histoire

Difficile de garder le secret sur un tel projet. Puisque James Cameron a entamé la discussion avec le patron de la 20th Century Fox, des bruits de couloir circulent sur les quelques idée du réalisateur quant à l’histoire du prochain Avatar… Ainsi, Avatar 2 ne se déroulerait pas sur Pandora mais dans un univers futuriste, inspiré du manga Gunnm ou encore de The Last Train of Hiroshima. Tout un programme !

Mini-reportage sur Avatar

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=geNv6FUK0HU&feature=player_profilepage[/youtube]

4ème édition du  2 au 13  mars 2010 « Stars de l’âge d ‘or »

Pour cette quatrième édition, la Cinémathèque de Toulouse reçoit Maggie Cheung, invitée d’honneur et présidente du festival. Une ambassadrice rêvée pour une programmation consacrée aux stars de cinéma.

Maggie Cheung sera présente à la Cinémathèque de Toulouse du 5 au 7 mars 2010 pour rencontrer le public : master class exceptionnelle le 6 mars à 11h, présentation de ses films, « Métier de

cinéma » avec des invités parmi lesquels Anne Fontaine et Jacques Fieschi le 6 mars à 20h, séance culte In the Mood for Love le 7 mars à 18h.

STARS, L’AGE D’OR

En 2010, Zoom Arrière met à l’honneur les stars de l’âge d’or du

cinéma hollywoodien et invite le public à une véritable immersion

au cœur du star system hollywoodien.

Ces stars qui ont fait la grandeur d’Hollywood sont aussi et

avant tout des stars entièrement façonnées, modelées, archétypées,

par ce même Hollywood, celui de l’âge d’or et de la toute puissance

des studios, les Majors. Celui des années 20, 30, 40, du muet

jusqu’au début des années 50, avant l’arrivée de l’Actors Studio et

de sa méthode qui allaient inventer un autre modèle de star.

Lauren Bacall, Louise Brooks, Joan Crawford, Bette Davis,

Marlene Dietrich, Greta Garbo, Ava Gardner, Lillian Gish,

Rita Hayworth, Mary Pickford, Gloria Swanson, Gene Tierney,

Lara Turner, Gary Cooper, Douglas Fairbanks, Errol Flynn,

Clark Gable, Tyrone Power, Rudolph Valentino

Des stars mythiques, pour certaines en voie d’être oubliées, alors

qu’en leur temps on se serait tué pour elles.

LES INVITES

Anne Fontaine, cinéaste

Christophe Danchaud, make-up artist

Tonie Marshall, Sabine Haudepin, Judith Magre,

Jacques Bonnaffé et Michel Gautier, les acteurs de

La Campagne de Cicéron, film perdu et oublié,

aujourd’hui restauré, ainsi que Guy Cavagnac

(producteur) et Bruno Coulais (compositeur), seront

présents lors d’une soirée hommage à Jacques Davila.

Micheline Presle viendra quant à elle présenter

Certaines nouvelles de Jacques Davila (1979) dont elle

est l’une des actrices principales.

INFOS PRATIQUES

LES LIEUX DU FESTIVAL

Le cœur du festival

La Cinémathèque de Toulouse

69, rue du Taur – 31000 Toulouse

contact@lacinemathequedetoulouse.com

Les autres lieux à Toulouse, dans le département de la Haute-

Garonne, la Région Midi-Pyrénées et en France

Des séances de projection à Muret, Auch, Cahors, Rieupeyroux,

Anères

Des reprises du festival dans d’autres cinémathèques en France

(Nice, Perpignan, Grenoble)

Fabienne Prevot

  • Berlin, Berlin : une comédie virevoltante des deux côtés du mur! - 11 octobre 2022

    C’est la nouvelle comédie de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleras, déjà récompensée (2 Molières meilleure comédie 2022), aussi rythmée et burlesque que leurs précédentes pièces comme « t’es à la menthe ou thé citron ». C’est le talentueux José Paul qui assure la mise en scène. Berlin Est. Emma et Ludwig veulent s’enfuir et passer à l’Ouest. […]

    >> Lire la suite

  • BÉRÉNICE de Jean Racine à la Scala Paris - 28 septembre 2022

    La tragédie de Racine est proposée dans une mise en scène de  Muriel Mayette-Holtz, telle que créée au Théâtre National de Nice la saison dernière. Avec Carole Bouquet dans le rôle de Bérénice,  Frédéric De Goldfiem dans celui de Titus et   Jacky Ido dans celui d’Anthiochus. Titus et Bérénice sont amoureux de longue date. Titus […]

    >> Lire la suite

  • pandémie

    Pandémie : prendre soin de soi malgré les circonstances - 10 janvier 2022

    A l’aube d’un cinquième confinement, il est important de savoir prendre du recul, et ne pas s’oublier. En effet, la pandémie de la Covid-19 a eu de nombreuses conséquences sur nos vies. Il est donc important de prendre soin de soi, pour supporter au mieux la situation ! Alors que tout le monde attend la […]

    >> Lire la suite

  • Parcoursup

    Parcoursup : c’est l’heure des inscriptions ! - 20 janvier 2021

    Bien que la plateforme soit accessible depuis le mois de décembre dernier, c’est aujourd’hui que les choses sérieuses commencent : la phase d’inscription Parcoursup est lancée, et se déroulera jusqu’au 8 avril prochain. Ça y est, nous y sommes : l’heure des inscriptions a sonné, et vous avez jusqu’au 8 avril pour compléter votre dossier. Si tout […]

    >> Lire la suite

  • recettes de pâtes

    Recettes de pâtes : comment varier les plaisirs ? - 13 janvier 2021

    Les pâtes, c’est la vie. Surtout quand on est étudiant ! Mais à toujours les cuisiner de la même façon, on finit par se lasser. Afin de savourer chacun de vos repas, voici donc 4 recettes de pâtes à tester absolument ! Vous ne serez pas déçus. Cette année, vous avez pris comme résolution de cuisiner davantage […]

    >> Lire la suite

  • bonnes résolutions

    Les meilleures résolutions à prendre en 2021 - 6 janvier 2021

    Chaque année, vous n’y coupez pas ! Fin décembre ou début janvier, vous devez y passer et dresser la liste de vos bonnes résolutions. L’année précédente ayant été plus que particulière, voici quelques idées pour prendre les meilleures résolutions qui soient pour l’année 2021. Coutume de la civilisation occidentale, les bonnes résolutions consistent à prendre un […]

    >> Lire la suite

  • thym

    Le thym : un allié à ne pas négliger ! - 18 décembre 2020

    Bien qu’il soit arrivé tardivement, l’hiver est bel est bien présent. Et, comme tous les ans, il a amené avec lui toute une panoplie de maladies… Il existe heureusement des trucs et astuces pour passer au travers, et le thym en fait partie. Explications ! Bien que la covid-19 soit le centre des conversations, les autres […]

    >> Lire la suite

  • économiser pendant les fêtes

    Budget : comment économiser pendant les fêtes ? - 15 décembre 2020

    Noël est bientôt là, et il ne vous reste que peu de temps pour trouver vos cadeaux. Problème, vous avez un budget limité. Solution : nos conseils pour économiser pendant les fêtes ! Suivez le guide… Il n’est pas toujours facile de faire de beaux cadeaux quand on a un budget serré. Sauf si vous mettez en […]

    >> Lire la suite

  • pain d'épices maison

    Pain d’épices maison : la recette facile - 3 décembre 2020

    Bien que la situation soit un peu particulière, ça commence à sentir Noël un peu partout. Et à l’approche du jour J, vous aimeriez vous mettre un peu plus dans l’ambiance. Pour cela, rien de tel que de se mettre aux fourneaux pour préparer un délicieux pain d’épices maison ! En cette période, rien de tel […]

    >> Lire la suite

  • cours à distance

    Cours à distance : prendre soin de son corps - 25 novembre 2020

    S’il n’est pas facile de travailler de chez soi, ça l’est encore moins pour notre corps qui a tendance à s’avachir sur la chaise ou le canapé au fil de la journée. Afin de vous soulager, voici donc quelques exercices faciles à réaliser, pour que les cours à distance ne deviennent pas un calvaire ! Que […]

    >> Lire la suite

  • survivre au confinement

    Survivre au confinement dans un petit espace - 18 novembre 2020

    En ce moment, tout le monde trouve le temps long. Et c’est encore plus vrai quand on est confiné dans un petit appartement ou un studio. Afin de vous aider à survivre au confinement, voici donc quelques astuces pour rendre votre petit espace plus vivable. Pas facile d’être confiné, encore moins dans un tout petit […]

    >> Lire la suite

  • activités pendant le confinement

    Confinement : les activités créatives pour s’occuper - 12 novembre 2020

    Voilà maintenant plus de deux semaines que nous sommes de nouveau confinés chez nous. Et pour certains, le temps commence à être long ! Nous vous avons donc sélectionné plusieurs activités créatives pour vous occuper pendant ce second confinement. Rien de tel que de se retrouver enfermé(e) chez soi pour tester de nouvelles activités ! Après tout, […]

    >> Lire la suite

  • shampoing solide

    Shampoing solide : comment le faire soi-même ? - 9 novembre 2020

    Facile, rapide et pas chère, la recette du shampoing solide est à la portée de tous. Pourquoi ne pas mettre votre temps libre à profit pour vous lancer ? De quoi prendre un peu plus soin de vous et de la planète, tout en respectant votre budget serré ! Et si vous profitiez de ce second confinement […]

    >> Lire la suite

  • reconfinement

    Reconfinement : comment garder le moral en cette période ? - 29 octobre 2020

    L’annonce est tombée : l’heure est au reconfinement. Bien que l’on s’y attendait un peu (beaucoup), la nouvelle ne fait pas franchement du bien au moral… Un mal une fois de plus nécessaire, que nous allons vous aider à traverser en vous donnant quelques astuces pour garder la pêche en cette période compliquée ! La faute […]

    >> Lire la suite

  • masques

    Santé : éviter l’acné causée par les masques - 20 octobre 2020

    Au-delà de l’inconfort provoqué par le port du masque barrière, il n’est pas rare d’être touché par un autre désagrément : l’acné. Beaucoup de personnes ont en effet vu apparaître nombre de petits boutons sur leur visage, après avoir mis un masque. Fort heureusement, il est tout à fait possible de minimiser ce phénomène plutôt indésirable, […]

    >> Lire la suite

© 2022 Planete Campus. Tous droits réservés