Descriptif

Ce DUT a une double vocation, former l’étudiant aux fonctions de technicien supérieur dans les métiers du GEII et le préparer à la réussite de ses poursuites d’études.

Bien que le programme d’un DUT soit défini nationalement, la formation pédagogique au département GEII de Nîmes est colorée selon les 2 axes suivants :

Le DUT GEII est également accessible en apprentissage. L’apprentissage offre la possibilité d’allier la formation théorique et pratique dispensée à l’IUT à une formation professionnelle au sein d’une entreprise. L’étudiant/apprenti alterne alors toutes les 2 ou 3 semaines des sessions de formation à l’IUT avec des sessions chez son employeur. Ce type de formation permet d’acquérir des compétences professionnelles très recherchées sur le marché du travail. Sur la dernière promotion de 12 apprentis, il y a eu 5 CDI de signés, 3 écoles d’ingénieurs et 3 Licences professionnelles toutes par alternance et une poursuite d’étude en Angleterre.
Débouchés

Du fait des enseignements reçus, le jeune titulaire du DUT GEII possède un niveau théorique et technique ainsi que des qualités humaines qui font de lui un technicien très recherché pour ses multiples compétences. Les PME comme les grandes entreprises recrutent de nombreux DUT GEII dans des secteurs aussi divers que l’automobile (réseaux embarqués), l’énergie (production, acheminement, énergies renouvelables), la domotique (le département GEII est centre de formation KNX), l’aéronautique, l’automatique, l’électronique et l’électronique de puissance, l’informatique et l’informatique industrielle, les automatismes et la supervision ainsi que le bâtiment dans le cadre de bureaux d’études électriques. Au sein de l’entreprise, le jeune diplômé a pour vocation de progresser vers des fonctions d’ingénieur par la voie de la promotion interne ou de la formation continue.

 

Poursuites d’études

Après obtention du DUT, 4 étudiants sur 5 choisissent de poursuivre leurs études dans le domaine de l’ingénierie électrique :

Descriptif

Ce DUT a pour vocation de former des techniciens supérieurs ou cadres moyens appelés à exercer des fonctions polyvalentes dans le domaine de la construction, qu’il s’agisse des métiers du bâtiment ou des travaux publics.

 

Débouchés

Le DUT Génie Civil – Construction Durable permet d’entrer directement dans la vie active dans les différents secteurs liés au bâtiment et aux travaux publics, à l’énergie, aux transports et dans les organismes d’Etat (Direction Départementale de l’Equipement, collectivités territoriales,…). Il permet de travailler en tant que technicien supérieur polyvalent ayant des aptitudes à la prise de responsabilité et à l’exercice des fonctions de direction : aide conducteur ou conducteur de travaux sur chantier avec des dispositions particulières pour le travail en équipe, dessinateur projeteur en bureaux d’études assurant la conception, la réalisation de plans d’ouvrages, etc.

 

Poursuites d’études

Possibilité pour la majeure partie des étudiants de poursuivre des études : en Ecoles d’Ingénieurs en Licence puis en Master en Licences professionnelles dans diverses spécialisations post-DUT

Objectifs

Cette formation se caractérise par un encadrement scientifique et pratique personnalisé.

Objectifs généraux : Savoir mener une recherche documentaire, connaître l’histoire du livre, savoir écrire, lire, rédiger en français et en anglais. Connaître le code de la propriété intellectuelle et la gestion de projets.

 

M1

Semestre 7

UE1 Techniques de l’édition 6 crédits 6h
UE2 Texte, langue et littérature 6 crédits 6h
UE3 Compétences numériques et conférences 3 crédits 24h
UE4 Anglais 3 crédits 24h
UE5 Clés pour l’insertion professionnelle 3 crédits 24h
UE6 Maison d’édition fictive 6 crédits 2h
UE7 R&D Métiers du livre 3 crédits 2h

Semestre 8

UE1 Techniques de l’édition 6 crédits 6h
UE2 Texte, langue et littérature 6 crédits 6h
UE3 Compétences numériques et conférences 3 crédits 24h
UE4 Anglais 3 crédits 24h
UE5 Professionnalisation 3 crédits 24h
UE6 Maison d’édition fictive 6 crédits 2h
UE7 R&D Métiers du livre 3 crédits 2h

M2

Semestre 9

UE1 Mise en place du projet éditorial 6 crédits 6h
UE2 humanités numériques 6 crédits 6h
UE3 Compétences numériques et conférences 3 crédits 24h
UE4 Anglais 3 crédits 24h
UE5 Clés pour l’insertion professionnelle 3 crédits 24h
UE6 Mémoire de Master PEA 6 crédits 2h
UE7 R&D Métiers du livre 3 crédits 2h

Semestre 10

UE1 Mise en place du projet éditorial 6 crédits 6h
UE2 Communication et gestion de l’entreprise éditoriale 6 crédits 6h
UE3 Compétences numériques et conférences 3 crédits 36h
UE4 Anglais 3 crédits 24h
UE5 Stage en entreprise 3 crédits
UE6 Mémoire de Master Métier de l’édition 6 crédits 2h
UE7 R&D Métiers du livre 3 crédits 2h

 

 

Poursuite d’études

Doctorat

Insertion professionnelle

En concertation avec les partenaires socio-économiques, la formation ne transmet pas seulement des compétences éditoriales techniques, mais aussi le fonctionnement même de la chaîne du livre qui fait interagir de nombreux corps de métiers. Cela permet aux diplômés d’intégrer différents métiers de l’édition et de s’adapter aux fonctions variées auxquelles ils peuvent prétendre, notamment dans la conception et la réalisation de projets éditoriaux et l’indispensable suivi informatique. Ainsi, les diplômés disposent d’un profil généraliste solide (multicompétences) qui séduit les maisons d’édition. Ils occupent aussi des postes dans les domaines de la librairie, de la presse, de l’information et de la communication. Ils exercent comme assistant d’édition, secrétaire d’édition, correcteur, maquettiste, illustrateur, directeur de collection, rewriter, délégué commercial, libraire.

Présentation

Cette licence vise à former en un an un/une professionnel de la culture qui exercera ses fonctions dans le cadre des collectivités territoriales (où il/elle pourra entrer par voie de concours ou par contrat), des centres culturels, des associations, des cabinets d’études ou entreprises culturelles, des structures diverses qui organisent des festivals… Sous la tutelle du responsable de la structure, il/elle participera à la conception et au montage de projets dont il sera l’opérateur sur le terrain. Généraliste, son champ de compétences pourra couvrir la programmation, la communication, la médiation, la gestion ainsi qu’une large étendue de domaines artistiques (théâtre, danse, musique, cinéma, arts visuels…).

 

Objectifs

La formation vise à faire acquérir les compétences suivantes :

Principaux partenaires professionnels et institutionnels :

 

Savoir-faire et compétences

Ce professionnel participe à la conception et au montage de projets ainsi qu’à la création de produits culturels. Dans un premier temps, il analyse des besoins et identifie les demandes des publics concernés. Il repère les coopérations éventuelles et évalue les moyens humains, matériels et organisationnels nécessaires. Il met ensuite ces projets en oeuvre sur le terrain et les anime dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire. Il peut également participer au développement d’un support multimédia. Il assure aussi le suivi administratif, technique et financier du projet. Il évalue régulièrement les actions et adapte les projets en fonction du résultat.

 

Poursuite d’études

La licence professionnelle permet d’obtenir rapidement une qualification professionnelle pour une insertion directe dans la vie active.

La licence professionnelle n’est pas un diplôme donnant en accès de plein droit en master. La recevabilité des dossiers de candidature sera examinée par le jury de recrutement qui pourra imposer des compléments de formation.

 

Insertion professionnelle

Cette licence vise à former en un an un professionnel de la culture qui exercera ses fonctions dans le cadre des collectivités territoriales (où il pourra entrer par voie de concours ou par contrat), des centres culturels, des associations, des cabinets d’études ou entreprises culturelles, des structures diverses qui organisent des festivals. Sous la tutelle du responsable de la structure, il participera à la conception et au montage de projets dont il sera l’opérateur sur le terrain. Généraliste, son champ de compétences pourra couvrir la programmation, la communication, la médiation, la gestion ainsi qu’une large étendue de domaines artistiques (théâtre, danse, musique, cinéma, arts visuels).

Types d’emplois :

Ce professionnel exerce le métier de chargé d’action culturelle dans les collectivités territoriales, les centres culturels et les associations, de chargé de programmation d’établissement culturel territorial, de gestionnaire de produits culturels (festivals, expositions, musées), de collaborateur d’un directeur de théâtre, de cinéma ou d’animateur de politique culturelle dans une entreprise privée, publique ou une collectivité.

 

Plusieurs motifs sont à l’origine de la conjonction de la sociologie et de l’anthropologie dans l’intitulé de la mention : la première procède de la proximité de ces disciplines et de la tendance actuelle des pratiques de recherches qui en articulent les concepts et les méthodes. La seconde tient à la composition de l’équipe pédagogique de la mention principalement constituée de sociologues et d’anthropologues.

 

Compétences

L’objectif de la mention Sociologie et anthropologie est de former des étudiants capables de s’inscrire dans une tradition de pensée qui dépasse les clivages disciplinaires pour organiser la réflexion et l’action sur le monde contemporain.
Les compétences acquises par les étudiants peuvent se décliner comme suit :

Une solide formation de base est donnée en première année de manière à garantir l’orientation en seconde année dans l’une des spécialités proposées soit :

 

 

Après le master

A l’issue de la première année les étudiants peuvent s’orienter vers un autre master, la préparation à un concours ou l’entrée dans la vie active.
A l’issue de la seconde année et s’ils ont satisfait aux épreuves, les étudiants se voient délivrer par le jury le diplôme de Master, mention sociologie et anthropologie assorti de la spécialité professionnelle ou recherche qu’ils auront choisie. Les titulaires d’un master recherche peuvent s’engager dans la préparation d’un doctorat, la préparation d’un concours, ou entrer dans la vie active. Les titulaires d’un master professionnel peuvent s’engager dans la vie active, la préparation d’un concours ou, le cas échéant, demander à bénéficier d’une équivalence pour s’engager dans la préparation d’un doctorat. Les débouchés professionnels sont les métiers de l’enseignement et de la recherche, les métiers de la fonction publique, les métiers de la culture, les métiers de l’intervention sociale.

Présentation

Le master « journalisme » de l’université de Cergy-Pontoise est une formation professionnelle pour devenir journaliste.

Dès la première année, une orientation est donnée vers le journalisme web, nécessitant une maîtrise des techniques de presse écrite, de radio et de télévision.

 

 

Objectifs

Le master a pour objectif de former des journalistes capables de s’adapter et d’évoluer dans un secteur professionnel bouleversé par une triple révolution : l’émergence des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les mutations sociologiques de la profession et l’obsolescence des modèles économiques. Il propose une formation aux techniques du journalisme, poussée et innovante, répondant aux exigences du numérique et à sa croissance rapide.

 

La formation vise l’acquisition d’une solide culture générale en phase avec les enjeux et les défis du monde du 21e siècle (connaissances historiques, économiques, politiques, sociales, technologiques, juridiques), d’une maîtrise de la pratique journalistique (reportage, écriture journalistique sur différents supports) et de compétences variées et approfondies dans le domaine du « web».

 

 

Savoir-faire et compétences

 

Compétences Thèmes
1 Rechercher et sélectionner l’information, la vérifier et la hiérarchiser, montrer de la distance critique. information
2 Analyser, synthétiser et traiter l’information information
3 Mobiliser ses connaissances dans le respect de l’éthique et de la déontologie éthique
4 Maîtriser le droit de l’information, le droit à l’image et le droit de la presse droit
5 Connaître l’actualité et  avoir une culture générale importante culture générale
6 Mobiliser ses connaissances historiques adaptées à la diversité de l’information culture historique
7 Mettre en scène l’information en intégrant l’angle juste  et en faisant preuve de créativité créativité journalistique
8 Rechercher des interlocuteurs en développant son réseau,  préparer et structurer des questions information
9 Rédiger et mettre en forme l’information en mobilisant ses qualités et aptitudes rédactionnelles (vocabulaire juste, orthographe/liaisons, expression écrite/style, construction et formats, aptitude à raconter une histoire et à s’adapter au public visé) communication écrite
10 Communiquer, présenter et commenter l’information en mobilisant ses qualités liées à l’expression orale (maîtrise de la voix, ton et rythme, maîtrise du direct, prestance à l’image) communication orale
11  Animer des débats, des interviews et des conférences de presse communication orale
12 Maîtriser l’environnement audiovisuel, la production audiovisuelle, la mise en image ( tournage, prise de son, prise de vue, montage, mise en forme finale / réalisation ) audiovisuel
13 Animer une équipe et gérer les conflits management
14 Communiquer à l’écrit et à l’oral en aglais, dans un contexte national et international langues

–  Compréhension des enjeux sociaux et politiques du web
–  Compréhension du web et des algorithmes
–  Informations et réseaux sociaux
–  Open data et journalisme
–   Infographie
–   Sécurité des informations

 

Contenu de la formation

Le cursus dure deux ans (M1 et M2), soit 4 semestres. Il repose sur un enseignement pluridisciplinaire, dispensé par des universitaires, des journalistes et des professionnels du web. La formation est constituée d’enseignements académiques et d’enseignements professionnels.

La formation en alternance (contrat de professionnalisation) est possible en 2e année.

La première année du master (M1) propose une formation composée de cours magistraux théoriques dispensés par des enseignants-chercheurs abordant des thématiques variées (justice, économie, politique, questions sociales, connaissance des médias) et de nombreux ateliers pratiques (écriture de dépêches, articles de presse, radio, télévision, web), assurés par des journalistes et des professionnels des médias.

La deuxième année est organisée avec un fil rouge hebdomadaire donnant lieu à production (presse écrite, radio,  télévision, web et web-doc) accompagnée de cours académiques.

Les étudiants doivent faire un stage de 10 semaines minimum dans une entreprise de média, en France ou à l’étranger.

Des locaux neufs et agréables en banlieue parisienne

La scolarité se déroule sur le site de Gennevilliers : l’espace dédié au master en journalisme est localisé dans un bâtiment neuf.

Les étudiants disposent d’équipements professionnels : salle de rédaction équipée de postes informatiques et de logiciels professionnels, studios de radio et de télévision.

Le site est doté d’une bibliothèque universitaire permettant l’acquisition et l’utilisation de moyens documentaires.

Sur place, un restaurant universitaire permet aux étudiants de se restaurer dans un cadre agréable et économique.

C’est sur un vrai campus, ouvert sur la ville, permettant les échanges avec la société civile, que s’est installé en 2012 cette nouvelle formation aux métiers du journalisme

Localisation

Le site de Gennevilliers est facilement accessible par la ligne C du RER (station Gennevilliers, à 15 mn de la Porte Maillot), le tramway T1 dessert la station Gare de Gennevilliers, la ligne 13 du métro, la voie rapide (A86), et l’autoroute (A15). Un parking existe sur le site.

 

 

Diplôme délivré

La formation débouche sur l’obtention d’un Master en journalisme, délivré par l’université de Cergy-Pontoise. Il s’agit d’un diplôme du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche bénéficiant d’une reconnaissance nationale et internationale. Outre une insertion sur le marché du travail, ce diplôme permet de poursuivre sa formation en s’inscrivant en doctorat.

Ce diplôme est inscrit également au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Présentation

Le master projets européens est un master professionnel de niveau bac + 5 ouvert à la formation initiale, à la formation continue (M1 et M2) et à l’apprentissage en alternance (M2). Il s’agit d’un master de sciences humaines et sociales (SHS), mention études européennes et relations internationales (EERI), délivré en cohabilitation par l’université de Cergy-Pontoise et l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialité professionnelle « projets européens ».

Il est organisé sur deux années en quatre semestres : un S1 d’introduction, un S2 pré-professionnel, un S3 de professionnalisation, un S4 de stage de 6 mois (ou cours spécifiques pour les apprentis).

Les séminaires sont dispensés par des universitaires, des professionnels, et des experts des politiques européennes et des projets européens.

 

Objectifs

Le Master professionnel E.E.I. « Projets européens » propose une formation pluridisciplinaire.

Depuis plus de dix ans, il offre une formule complète mêlant une formation universitaire poussée, des outils spécifiques et des connaissances techniques et opérationnelles.

Un voyage d’étude d’une semaine dans un pays membre ou partenaire de l’UE vient compléter le cursus universitaire, ainsi qu’un séjour plus court à Bruxelles.

Le Master « Projets européens » offre une formation en apprentissage par alternance, avec un volume horaire de formation élevé (plus de 600 heures) et un temps de présence en entreprise très important (plus de 1200 heures), ce qui représente une combinaison fortement professionnalisante et très attractive, à la fois pour les étudiants et pour les futurs employeurs.

Le rythme est intense et la quantité de travail à fournir importante, mais l’expérience de l’apprentissage favorise une insertion professionnelle rapide et s’avère en général très satisfaisante pour les étudiants.

Les séminaires sont dispensés par des universitaires, des professionnels et des experts des politiques européennes et des projets européens.

 

Contenu de la formation

Le Master « Projets européens » propose une formation professionnalisante en deux ans avec possibilité d’apprentissage en M1 et M2.

Il est organisé en quatre semestres :

. S1 d’introduction (consolidation des connaissances, initiation à la veille
et à la communication, réalisation d’un projet d’étude),
. S2 pré-professionnel,
. S3 de professionnalisation,
. S4 consacré à un stage de 6 mois, ou en alternance spécifique aux
apprentis.

Tous les semestres sont communs aux apprentis et aux autres étudiants, hormis le S4 spécialisé pour les apprentis.

Les stages tiennent une place privilégiée dans ce master. Ils figurent à deux reprises dans le cursus :

. en M1 à temps partiel, à partir de février-mars (3 mois minimum)
. en M2 à temps plein, lors du dernier semestre de formation (au
minimum 6 mois à partir de début mars). Il s’effectuera en France, en
Europe ou à l’étranger.

Ils donnent lieu à un petit mémoire de stage en M1, et à un mémoire professionnel plus ambitieux articulé autour d’une réflexion en profondeur sur les politiques et programmes européens en fin de M2. Le mémoire fait l’objet d’une soutenance en juin ou septembre en M1, et en octobre-novembre en M2, à l’issue de la formation.

L’apprentissage en alternance :

Les étudiants apprentis signent un contrat d’apprentissage avec une entreprise, une collectivité publique ou une association déclarée sur le territoire français.

Ils sont salariés, avec les droits et devoirs qui en découlent. Ils perçoivent entre 53% et 73 % du SMIC en M1, entre 61 % et 81 % du SMIC en M2 selon la nature de leur employeur, sont exemptés de charges salariales et non imposables. Le coût de la formation est pris en charge par l’employeur et les apprentis sont exonérés de droits d’inscription à l’université.

Les cours et examens sont les mêmes que pour les étudiants en formation initiale, et leur diplôme est le même que pour les non-apprenti(e)s. Des cours ont lieu en plus pour les apprentis au 2nd semestre, et un encadrement spécifique est fourni par l’université et par le CFA (coordonnées dans rubrique « contacts »).

Les candidats au master en apprentissage sont recrutés sur les mêmes critères académiques que les autres. Ils doivent en plus faire preuve de leur motivation et de leur capacité à s’insérer rapidement dans un milieu professionnel. Leur dossier est donc examiné conjointement avec le CFA SACEF, partenaire de l’université pour l’apprentissage.

La licence MIASHS (mathématiques et  informatique appliquées aux sciences humaines  et sociales) s’adresse à des étudiants  désirant acquérir une formation mathématique  et informatique solide, accompagnée d’une  formation en économie ou en démographie.  En mathématiques, une attention particulière  est portée sur les thématiques et les domaines  utiles en sciences sociales, comme  l’optimisation et les statistiques.

 

 

PRÉ-REQUIS

La formation est essentiellement destinée aux diplômés du baccalauréat S, très exceptionnellement aux bac ES ayant un très bon niveau en mathématiques.

• Licence MIASHS  Les 2 premières années sont communes. Puis 2 parcours sont proposés en L3 :   > L3 Parcours économie (accès de droit) > L3 Parcours MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises)  (sur dossier)

Par ailleurs, un double cursus est proposé en partenariat avec Science Po Paris, de  L1 à L3: • Licence MIASHS parcours IEP (recrutement spécifique)

 

 

ORGANISATION / VOLUME HORAIRE

Le cursus licence se déroule sur 3 ans ; à l’issue de la 2e année validée il est délivré un DEUG.  Le volume horaire comporte de 20 à 25 heures par semaine réparties en cours magistraux et travaux dirigés auxquels s’ajoute le travail personnel. Généralement, chaque séance de TD nécessite le double d’heures de préparation.  Tutorat : des tuteurs pédagogiques assurent des permanences et apportent leurs conseils en cas de difficultés d’adaptation ou de méthodologie. Extrait du règlement du contrôle des connaissances adopté par la CFVU le 20/3/2014 : « Le nombre  d’inscriptions sur l’ensemble du cycle de licence est limité à cinq. Deux redoublements sont possibles dans deux années distinctes. Le Président de l’université a la possibilité d’accorder une ou plusieurs inscriptions supplémentaires dans le cas de situations particulières. Pour les années d’étude à accès sélectif, le redoublement n’est pas de droit. Il est subordonné à un avis favorable du jury. »

 

 

POURSUITES D’ÉTUDES / PASSERELLES
A la fin du premier semestre de L1 : réorientation possible (sous réserve du respect de l’obligation d’assiduité) vers une autre licence de Paris 1 ou d’une autre université ou vers une filière professionnelle : section de BTS, de DUT, écoles de commerce…

En fin de L2, selon le renforcement choisi, vous pouvez :

– poursuivre en L3 MIASHS parcours économie ou parcours MIAGE (sur dossier) ou L3 Sciences sociales parcours Démographie.

–  à Paris 1, accéder aux magistère d’économie ou au magistère finance (accès sélectif) ; accéder aux 3 parcours sélectifs de la L3 Gestion (en gestion, finance ou comptabilité) ou dans des filières équivalentes d’autres universités. – intégrer une licence professionnelle, par ex. à Paris 1 : métiers du tourisme à l’IREST, Commerce à l’IAE, ou dans une autre université – intégrer  à bac+2/+3 une école de journalisme, de commerce, d’ingénieurs (sur concours)

A l’issue de L 3, selon le cursus suivi, vous pouvez choisir de poursuivre, à Paris 1, en master 1 MAEF (mathématiques appliquées à la finance), MIAGE,  Démographie à l’IDUP ; sous certaines conditions en master 1 d’économie, de Gestion, à l’IAE, l’IEDES ou l’IREST , ou des masters d’autres universités; intégrer des écoles de statistiques (ISUP, ENSAI) ou d’actuariat (ISFA, CNAM), de commerce, d’ingénieurs ou de journalisme ; ou préparer et présenter les concours administratifs ou les concours de l’enseignement après un master (CRPE, CAPES, agrégation).

 

LES DÉBOUCHÉS DE LA FILIÈRE

Quelques exemples de débouchés… (liste non exhaustive)

• Métiers de la statistique (chargé d’études statistiques, chargé d’études prévisionniste, analyste statistiques, chargé de projet, ingénieur recherche et développement, ingénieur calcul, ingénieur modélisation, démographe, enquêteur).

• Métiers de l’assurance, de la banque et de la finance (actuaire, rédacteur assurances, gestionnaire trésorerie, analyste financier, analyste crédit, chargé de clientèle de banque, gestionnaire de portefeuille, gestionnaire d’opérations de bourse, manager du risque, opérateur en salle de marché, trader, analyste de bases de données, chargé d’études financières).

• Métiers du commerce, marketing (attaché commercial, acheteur, responsable des ventes, responsable de réseau, assistant  marketing, chargé d’études marketing, consultant en études de marché, logisticien, gestionnaire d’approvisionnement).

• Métiers d’études et conseils aux entreprises (chargé d’affaires, consultant).

• Métiers de l’humanitaire (administrateur de mission, collecteur de fonds, spécialiste en microcrédit).

• Métiers de la fonction publique, de l’enseignement et de la recherche (emplois de la fonction publique nationale ou territoriale – enseignants) et de la gestion administrative.  D’autres débouchés sont également possibles dans les secteurs de l’immobilier, de la communication, de la formation.

• La mention MIAGE propose des débouchés dans : Métiers de l’informatique (chef de projet, ingénieur logiciel, administrateur réseau, analyste programmeur, gestionnaire d’applications, administrateur de bases de données, expert méthodes et outils).

 

 

Diplôme ouvert en formation initiale, en apprentissage ou en formation continue.

OBJECTIFS

La formation, ouverte aux titulaires d’une L2, vise à associer des compétences techniques en communication et information à des compétences en gestion et management d’équipe :

 

INSERTION PROFESSIONNELLE

Chefs de projets, Chargés de communication externe et interne responsables de projets opérationnels : projets d’édition institutionnelle, organisation de manifestations, création d’événements.

CAPACITÉS D’ACCUEIL : 25 étudiants en formation initiale classique et continue, 25 étudiants en apprentissage

ORGANISATION

Volume des enseignements : 450 h de cours, 200 heures de projet tuteuré et 15 semaines de stage

Objectifs de la formation

Ce diplôme répond au souci d’assurer sur le plan universitaire une formation complémentaire de niveau bac + 3 comprenant à la fois une initiation à l’arabe littéraire moderne en tant que langue de communication et des enseignements portant sur les différents aspects de la société et de l’économie arabes contemporaines.

Public concerné

• Étudiants de Sciences Po Lyon.
• Étudiants titulaires d’un Bac + 1 (validé), en inscription complémentaire, soumise à l’examen du dossier de candidature et à un entretien organisé par Sciences Po Lyon dans la première quinzaine du mois de septembre.

Contenu de la formation

Un peu plus de 300 heures sur deux ans :

Langue arabe :
Enseignements obligatoires :
• Arabe niveau 1 (72 h),
• Arabe niveau 2 (72 h).

Économie et société :
• Cours fondamentaux (24 h chacun) : Histoire du monde arabe contemporain – Géographie du monde arabe – Systèmes politiques du monde arabe
• Cours d’ouverture obligatoires (24 h chacun) : Islam et politique – Géopolitique et conflits dans le monde arabe.
• Deux conférences de méthode (22 h) : Anthropologie et sociologie du monde arabe contemporain (22 h) – Mutations socio-économiques et territoriales dans le monde arabe (22 h).

PERSPECTIVES D’EMPLOI

Le DEMAC est une formation complémentaire autorisant une spécificité professionnelle non négligeable dans des domaines divers : banque, commerce, journalisme, recherche.

Effectif

40 environ par année.

Objectifs du Master

L’objectif de la mention est de fournir aux étudiants la maîtrise des théories et instruments développés dans le cadre des sciences économiques et sociales. Les théories et pratiques économiques y sont appréhendées comme des savoirs encastrés dans des logiques historiques ou sociales.
Grâce aux différents modules d’enseignement proposés, nos ambitions sont de transmettre aux étudiants la capacité de mobiliser une solide base de connaissances relative aux faits économiques et sociaux, à l’histoire des théories et des institutions économiques ; d’analyser des données qualitatives et quantitatives, de produire des données, des concepts et des indicateurs, de porter un regard critique et réflexif sur leurs conditions d’élaboration, et de les analyser au moyen de différentes approches.
Ces compétences peuvent être acquises soit au travers d’un parcours de préparation au concours de l’agrégation de sciences économiques et sociales, soit au travers d’un parcours de préparation aux métiers de la recherche (publique ou privée), aux professions de chargées d’étude socio-économiques, et plus largement, aux professions rédactionnelles relatives aux discours économiques ou socio-économiques (information et communication économique).

 

Organisation du master

La mention est co-accréditée par l’Université Lyon 2 et par l’ENS de Lyon. Le parcours de préparation à l’agrégation de SES a lieu à l’ENS, au sein du département SHS. Le parcours THESE (Théories et Histoire de l’Economie dans la Société) est organisé par l’UFR de sciences économiques et de gestion, et animé par des enseignants chercheurs en poste dans différents établissements lyonnais, membres du laboratoire Triangle (http://triangle.ens-lyon.fr/).
Le choix d’un parcours s’opère dès la première année. La première année vise une harmonisation et un développement des connaissances sur les objets théoriques et les méthodes d’analyse. Elle vise également une première appropriation de ces connaissances par la réalisation de « projets étudiants » individuels suivis tout au long de l’année (réalisation d’une enquête et réalisation d’un mémoire de stage ou de recherche). Partiellement mutualisée avec d’autres mentions de l’UFR, elle offre également des compétences techniques propres au domaine Droit Economie gestion.
La deuxième année vise un approfondissement de ces compétences, par une spécialisation en accord avec les domaines de publication des membres de l’équipe pédagogique et par le poids important laissé à la réalisation du mémoire et à l’accueil de l’étudiant dans une structure de stage (laboratoire ou organisme de recherche public, services de recherche ou de veille informationnelle d’entreprises privées, de fondations, ou d’ONG).

 

Débouchés

A l’issue des deux parcours, les étudiants pourront poursuivre avec un doctorat en sciences économiques en mobilisant une perspective pluridisciplinaire (confortée par des codirections). Les objets empiriques étudiés permettent de négocier des conventions CIFRE avec des grandes entreprises (notamment de l’économie sociale), des fondations, des collectivités.

Les étudiants issus du parcours THESE ne souhaitant pas continuer en doctorat auront acquis un degré d’analyse et de réflexivité leur permettant de postuler à des emplois de chargés de mission auprès d’organisations internationales publiques (comme différentes agences des Nations unies), de collectivités publiques (régions, communautés d’agglomérations) ou d’organisations privées (fondations, ONG, think tanks, grandes entreprises…) axant leur activité sur des problématiques socio-économiques, ou sur le traitement de l’information socio-économique. Plus largement, les étudiants pourront accéder aux professions rédactionnelles relatives aux discours économiques ou socio-économiques (information et communication économique).

A l’issue du parcours de formation à l’agrégation de Sciences Economiques et Sociales, les étudiants pourront poursuivre dans le domaine de l’enseignement.

 

 

 

 

 

Licence professionnelle Techniques du son et de l’image parcours Concepteur audiovisuel et nouveaux médias

 

 

Présentation

La licence professionnelle Concepteur audiovisuel et nouveaux médias propose une formation approfondie des techniques de conception de produits audiovisuels numériques et la mise en place de stratégies de diffusion multi-supports (internet, tablettes tactiles, smartphones…).

Elle s’inscrit dans la perspective globale d’une évolution des métiers de l’audiovisuel et du multimédia sous l’effet de nombreuses et récentes mutations technologiques (transition numérique, développement des plateformes de diffusion sous l’impulsion du web, diversité des formats et des supports…).

Son objectif principal est de former des profils polyvalents et autonomes capables de s’intégrer dans le secteur audiovisuel en y assumant des responsabilités aussi bien techniques qu’artistiques dans le domaine des nouveaux médias et des nouvelles formes d’écritures audiovisuelles (fictions interactives, webdocumentaires, serious games, expériences participatives sur Internet, application de second écran, projets transmédia…).

À l’issue de la formation, les étudiants, futurs concepteurs / réalisateurs audiovisuels numériques doivent être en mesure de créer entièrement un produit audiovisuel de qualité, de son écriture et sa réalisation jusqu’à sa mise en ligne.

 

 

Savoir-faire et compétences

– Savoir utiliser l’ensemble du matériel de tournage ainsi qu’un certain nombre de logiciels de post-production,

– Utiliser des langages adaptés au web,

– Acquérir les bases du droit de l’audiovisuel pour être en mesure de gérer une carrière faite de contrats multiples dans le respect de la propriété intellectuelle,

– Connaître le marché actuel de l’audiovisuel et du multimédia afin de s’y insérer rapidement en proposant des projets créatifs, originaux et cohérents en phase avec la demande (multiplication des supports et canaux de diffusion),

– Comprendre à la fois la spécificité des médias audiovisuels numériques et les logiques pluridisciplinaires mises en jeu par les phénomènes de cross-média et transmédia,

– Animer un réseau de compétences diversifiées (création audiovisuelle, diffusion sur réseau, webdesign, production interactive…),

– Savoir adapter ses modes de production pour correspondre aux contraintes et à l’exigence de réactivité du marché des nouveaux médias.

 

 

Insertion professionnelle

– Les métiers de l’audiovisuel et du multimédia (réalisateur/réalisatrice audiovisuel et multimédia, documentariste, vidéographiste, technicien/technicienne multimédia…).

Présentation

La licence professionnelle Métiers du jeu vidéo  vise à former des professionnels en coordination d’équipe et conception de projets pilotes dans l’édition des jeux vidéo et des divertissements médiatiques en réseau.

Cette formation associe culture générale, spécificités technologiques et analyse d’usages de l’industrie des jeux vidéo. Elle permet en outre aux étudiants d’acquérir une bonne culture du milieu professionnel de l’édition des jeux électroniques et des divertissements sur Internet.

L’emploi dans ces secteurs repose sur des qualifications stratégiques :

– savoir imaginer des récits interactifs,

– savoir les mettre en images,

– savoir communiquer dans une situation pluridisciplinaire,

– maîtriser des techniques d’écritures interactives et collaboratives.

Un stage pratique de 6 mois en organisation est obligatoire au cours de la formation.

 

 

Savoir-faire et compétences

– Être capable de coordonner une production vidéo ludique,

– Être capable d’initier et de favoriser des processus d’innovation en production,

– Acquérir la connaissance organisationnelle de l’industrie des jeux vidéo,

– Connaître la culture de l’informatique, de l’infographie  et des savoirs associés,

– Être capable d’assurer la gestion de projets à forts indices créatifs,

– Savoir communiquer et dialoguer dans une organisation high tech.

 

 

Poursuite d’études

La licence professionnelle a vocation à déboucher directement sur la vie active.

Néanmoins, pour les étudiants le désirant, une poursuite d’études vers un Master Professionnel est envisageable au sein de l’université Paul-Valéry Montpellier 3.

 

 

Insertion professionnelle

– Les métiers de l’édition, du multimédia et des jeux vidéo (Assistant-coordonnateur du chef de produit, assistant-coordonnateur chef de projet, assistant game designer, level designer, assistant qualité, GUI (Graphic User Interface), ergonome, testeur…).

Le Master CCI est une formation complète d’un an qui forme les étudiants non informaticiens à la conception et au développement d’applications informatiques.

Miser sur les fondamentaux

Cette formation de haut niveau (Bac+5) permet aux personnes issues d’autres domaines (Chimie, Biologie, Maths, Physique, Gestion, …) d’acquérir et de maitriser les connaissances théoriques et pratiques en informatique à l’heure où la double compétence informatique est de plus en plus recherchée par les entreprises.
Le master CCI est une formation en informatique qui permet aux étudiants soit de changer de cap professionnel soit d’élargir leur domaine de compétence. Cette formation diplômante bac+5 se déroule en une seule année.

Organisation

Une partie de la formation du premier semestre correspond au tronc commun et permet aux étudiants d’acquérir une formation générale solide, leur permettant d’évoluer vers tous les métiers de l’informatique dans le futur.
De janvier à mars, les étudiants suivent les enseignements de l’UE6 (Unité d’Enseignement). Cette unité propose plusieurs EP (Elements Pédagogiques) optionnels : l’étudiant doit en choisir 3 parmi les 5 proposés.
Les options permettent aux étudiants de se spécialiser en conception et développement d’applications classiques ou Web, ou les réseaux ou les bases de données. Ce qui permet de couvrir toutes les offres d’emploi du marché.

 

Les débouchés

A l’issue de cette formation, les étudiants peuvent être recrutés en tant que :

Le Master Informatique, spécialité « Systèmes d’Information pour l’Aide à la Décision », vise à former des spécialistes en informatique décisionnelle, c’est à dire des informaticiens spécialistes des systèmes d’information qui comprennent et aident au développement des stratégies des responsables d’entreprises et des décideurs.

Des ingénieurs pour accompagner la stratégie de développement des entreprises

L’informatique décisionnelle (Business Intelligence, BI) est un secteur de l’informatique voué à l’organisation de la capacité de collecte et d’analyse de gros volumes de données, en vue de générer de la connaissance et de la valeur ajoutée, en fournissant des services d’aide à la décision aux niveaux stratégique, tactique et opérationnel. Depuis sa création il y a 20 ans, la BI est devenue un immense domaine industriel et un moteur important de l’économie, peu affectée par la crise économique, et est encore un secteur en croissance rapide, constamment mentionné parmi les priorités des Chief Information Officers à travers le monde, comme en témoigne les analyses des cabinets d’analystes Forrester, IDC et Gartner.
L’informatique décisionnelle couvre un domaine scientifique et technique large (bases de données, intégration et qualité des données, technologies du web, construction des systèmes d’information, analyse et fouille de données, recherche d’information). Le programme est conçu pour apporter les connaissances, savoir-faire et compétences dans ces secteurs particuliers de l’informatique nécessaires aux décideurs.

Concrétiser les compétences

Un part significative des enseignements (entre 30% et 40%) est assurée par des professionnels de l’informatique issus de grandes entreprises comme de PME locales: Atos, Umanis, Apside, Talend….

Les aspects professionnels sont abordés au travers :

Un adossement à la recherche

L’informatique décisionnelle est la spécialité des enseignants chercheurs du Département Informatique de Blois, dont les thèmes de recherche sont directement liés aux programmes (entrepôts de données, fouille de données, technologies du Web).

 

Les débouchés

Métiers de consultants décisionnels, ingénieurs étude et développement

Objectifs de la formation

La formation est articulée autour de 3 domaines : marketing, web et logistique.
L’étudiant intègre cette formation avec une spécialité validée par son BAC+2.

Atouts de la formation

  • Chaque étudiant est accompagné par un enseignant référent qui dispense des cours dans la formation.
  • Les enseignements sont, pour la plupart, assurés par des professionnels qui transmettent directement leurs expériences, les outils et méthodes mis en œuvre sur le terrain.
  • L’expertise professionnelle garantit l’adéquation des contenus de formation aux réalités du monde du travail.
  • Le centre de formation Promotrans, basé sur la plate-forme multimodale Delat3 à Dourges, assure les enseignements du pôle logistique.

 

Compétences acquises

Marketing
Savoir mettre en ?uvre les actions et les leviers marketing sur le web (les phases de création d’un site web marchand, les outils d’analyses, les techniques de référencement, construire un contenu rédactionnel adapté au réseau social choisi).Web
Savoir mettre en place et gérer un site de e-commerce, alimenter son contenu (texte, image et vidéo produit), exploiter les données collectées, connaître la législation relative à la vente en ligne et connaître les risques liés au web et aux réseaux sociaux.

Logistique

Savoir adapter les solutions de transport et logistique en fonction des besoins, connaître les procédés d’acheminement, de visualisation des produits et le suivi jusqu’au client. Maîtriser les éléments qui concourent à la gestion administrative et documentaire entourant une opération de transport hors Union Européenne.

Débouchés Professionnels

La LP C-MarkNum forme aux métiers de :

  • gestionnaire de sites web orientés e-commerce, gestionnaire de marchandises d’un site web marchand, responsable e-marketing/ trafic manager ;
  • commercial (prospection, communication, gestion site web marchand, community management) ;
  • commercial sur plate-forme logistique ou pour prestataire e-logistique.

Objectifs de la formation

La formation vise à former des professionnels dans le domaine de la muséologie, compris au sens large. Ce secteur recouvre tous les métiers de l’exposition en structure ou hors structure muséale. Il s’agit de savoir concevoir et administrer un projet d’exposition, en connaissant les impératifs de la conservation et les attendus des publics pour favoriser les médiations culturelles opérantes.

Atouts de la formation

FORMATION ITINÉRANTE EN NORD-PAS DE CALAIS

La formation MEM se déroule en alternance entre l’université et les institutions muséales du Nord-Pas de Calais pour permettre une immersion complète dans le milieu professionnel.
De nombreuses conventions de partenariats permettent de déployer une formation apportant à la fois une solide connaissance des problématiques muséologiques, des connaissances
pratiques sur le plan muséographique et des réseaux au niveau régional, national, et international. La formation se déroule dans les musées de la région et de l’EuroRégion et implique de ce fait des déplacements.

Organisation des études

Semestre 1 :
– Culture générale
– Gestion Comptabilité
– Administration de projets
– Sociologie et Histoire des politiques culturelles
– Droit de la culture
– Méthodologie de la recherche
– Histoire des musées et du patrimoine
– Anglais appliqué à la muséologieSemestre 2 :
– Muséologie générale et muséographie
– Connaissance de l’action culturelle
– Médiation culturelle et relation aux publics
– Patrimoine immatériel et ethnologie
– Préparation au concours de la fonction publique
– Connaissance des grandes institutions
– Montage d’événement
– Préparation et accompagnement des projets et des stages

Semestre 3 :
– Mode de gestion et d’administration du musée
– Gestion des ressources humaines
– Mécénat et sponsoring
– Conservation préventive
– Pratique de l’inventaire et régie des collections
– Projet scientifique et culturel, programmation muséographique
– Écriture du scénario d’exposition
– Écriture des textes d’exposition
– Accrochage et art contemporain
– Nouvelles technologies et musées
– Travailler avec les publics éloignés
– Conception des médiations
– Évaluation des expositions

Semestre 4 :
– Approche internationale
– Muséologie des sciences
– Expositions d’interprétations et expositions thématiques
– Musée et société
– Mémoire de recherche
– Accompagnement des projets et des stages

Débouchés Professionnels

Les musées, mais aussi les lieux du patrimoine, les syndicats et communautés de communes, les collectivités, et même les entreprises
développent des projets d’exposition.
Les cabinets d’ingénierie culturelle, de muséographie, de scénographie sont également des débouchés possibles pour les étudiants formés en ce domaine.- Régie et Métiers de la conservation
– Administration de projets
– Conception des expositions
– Médiation et travail auprès des publics

Contenu de la formation :

La mention Relations Internationales repose sur une 1ère année de Master permettant d’acquérir la culture politique indispensable dans les domaines des relations internationales, de la sécurité internationale, de la défense, de la politique étrangère et de la diplomatie, de la gestion des crises, de l’économie politique internationale, de la diversité culturelle et de la francophonie, ainsi que la maîtrise de l’anglais.

La 2ème année de la mention Relations Internationales voit la spécialisation en neuf Parcours. Le Parcours Sécurité internationale et défense (SID) correspond au volet sécuritaire et militaire du Master. Il approfondit, développe et précise les enseignements de sécurité et de défense de la 1ère année. Il ouvre à la recherche d’un stage, à la réalisation d’un stage de recherche à l’IHEDN (Paris), à l’organisation d’un Colloque « Défense » et à la rédaction d’un mémoire de recherche.

Compétences visés

L’objectif du Parcours est de fournir les connaissances et les compétences en géopolitique, sécurité internationale, défense, stratégie, formes non conventionnelles de violence politique, droit des conflits armés, économie de la défense, politiques et marchés énergétiques… Le Parcours vise à l’acquisition d’un savoir-faire dans l’analyse, la synthèse, l’exposé et l’argumentation de tout dossier en sécurité et défense. Il prépare à la méthodologie et à la valorisation de la recherche, outre la professionnalisation.

Débouchés professionnels

Le Master Relations internationales – Parcours SID prépare aux concours ou métiers de la fonction publique, de la sécurité, de la défense, du renseignement, de la presse, de l’enseignement et de la recherche, ainsi que consultant. Plus précisément : la carrière d’officier, après intégration à l’Ecole supérieure militaire de Saint-Cyr ; la gendarmerie ; juriste aux armées ; analyse dans les cabinets de conseil en stratégie orientés BITDS (Base industrielle et technologique de défense et de sécurité) ; analyste rédacteur dans les services de Business Intelligence orientés Défense et sécurité des groupes de l’armement et de l’aéronautique ; commercial junior à l’export et chargé d’affaires ou de clientèle dans les secteurs de la défense et de la sécurité ; chargé de communication dans les groupements d’intérêts ou les groupements commerciaux des industries orientées Défense et sécurité ; postes de civils de la Défense dans le domaine de la communication et du renseignement.

Objectifs

L’objectif de la formation :

 

Cette formation incluant un stage en milieu professionnel favorise largement l’apprentissage de la mise en oeuvre des connaissances.
Différentes entreprises du secteur cosmétique travaillent avec cette licence professionnelle (Parfum Christian Dior, l’Oréal, Lever-Fabergé,…) et acceptent nombre de stagiaires.

Organisation générale des études


Le cursus de la licence professionnelle intègre :


Stage :

Le stage à pour objectif l’apprentissage de la mise en oeuvre des connaissances. Il est d’une durée de 3 mois à partir d’avril. A la demande de l’industriel la durée pourra être prolongée. Cette prolongation ne pourra excéder 3 mois supplémentaires.

Enseignements

 

Poursuites d’études


L’étudiant titulaire d’une licence peut :

Débouchés

Secteurs d’activité :

 

Métiers :

Objectifs

Au sein des entreprises, grandes ou petites, dans le secteur privé ou public, la fonction RH est en plein développement. Aussi l’objectif principal de cette licence est-il de répondre à ce besoin et de préparer à l’exercice des différents métiers des secteurs de la formation.
Les diplômés s’inséreront dans toutes formes d’organisations comme les PME, les grandes entreprises, les associations mais aussi les organismes de formation et les OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé).

Il s’agit notamment de proposer aux entreprises des diplômés aptes à répondre aux nouvelles obligations législatives en matière de formation comme la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience), le DIF (Droit Individuel à la Formation), le plan de formation ainsi qu’aux responsabilités générales en matière de GRH.

 

Organisation générale des études

L’employabilité des étudiants constituant l’objectif principal de cette formation, celle-ci a été organisée selon 3 axes :

Semestre 5 (30 ECTS)

Semestre 6 (30 ECTS)

 

Et après ?


La formation vise à donner aux étudiants des compétences et un diplôme leur permettant de participer à la mise en oeuvre des politiques et procédures de gestion des ressources humaines notamment dans le domaine de la formation, du recrutement, de la gestion des carrières ou du conseil en orientation professionnelle.

C’est ainsi que les diplômés pourront être embauchés au titre de :

  • responsable ou assistant

    • du recrutement
    • de la formation
    • dans un service Ressources Humaines
  • responsable adjoint en administration du personnel
  • conseiller en formation
  • conseiller en orientation professionnelle
  • conseiller emploi

Le Master 2 Scénario et écritures audiovisuelles s’adresse à des étudiants issus de toute discipline, titulaires d’un Master 1, ayant des connaissances dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel et un intérêt avéré pour l’écriture de scénarios.

Ce parcours de Master 2 Scénario et écritures audiovisuelles vise à offrir une formation d’excellence à de futurs scénaristes ou de futurs professionnels de l’écriture audiovisuelle. Il s’agit d’une formation unique en son genre dans un cadre universitaire, dont le but est de faire acquérir aux étudiants les techniques narratives et dramaturgiques propres à l’écriture du scénario pour le cinéma et la télévision. La formation est prioritairement orientée vers la pratique, sous la forme d’ateliers d’écritures animés par des scénaristes professionnels, des théoriciens du scénario et des script doctors. Les étudiants doivent élaborer le scénario d’une fiction longue (long-métrage pour le cinéma ou unitaire pour la télévision), de niveau professionnel, encadrés dans l’écriture par un spécialiste du scénario reconnu.

Des enseignements théoriques et analytiques sur le récit de fiction, sur le récit documentaire et sur les genres cinématographiques et télévisuels sont assurés par des universitaires spécialistes de ces questions. Des rencontres régulières, sous la forme de séminaires, avec des producteurs, des diffuseurs, des scénaristes en exercice, etc., ainsi que des stages dans des maisons de production viennent parfaire la formation.

Spécificités

Structuration générale de la Mention « Cinéma et audiovisuel » :

En M1 : 2 parcours vous permettent de commencer la spécialisation qui sera parachevée dans un des parcours de M2 :

1/ « Cinéma, arts, histoire et société »
2/ « Cinéma et mondes contemporains (programme international) »

En M2 : Vous pouvez, au sein de la mention, vous spécialiser dans un des 4 parcours suivants :

1/ « Scénarios et écritures audiovisuelles » (parcours décrit sur la fiche)
2/ « Cinéma anthropologique et documentaire »
3/ « Cinéma, arts, histoire et société »
4/ « Cinéma et mondes contemporains (programme international) »

 

Débouchés professionnels

Secteurs d’activité :
Le titulaire peut exercer dans les domaines de la scénarisation d’une histoire (cinéma, télévision, animation, jeu vidéo), dans des entreprises de production audiovisuelles, dans les unités de fiction des chaines de télévision, dans les secteurs d’activités nécessitant des directeurs littéraire et des lecteurs de scénario.Métiers :
Scénariste // Directeur / directrice de collection (cinéma et audiovisuel) // Script-doctor // Lecteur / lectrice (cinéma et audiovisuel)

Objectifs et compétences

La licence professionnelle “entrepreneuriat” est portée par le département Tech de Co de l’IUT Bordeaux Montesquieu. Elle a pour objectif de former des futurs créateurs ou repreneurs d’entreprise.

L’entrepreneuriat fait l’objet d’une triple demande :

• Sociale tout d’abord, la création d’entreprise et la reprise d’entreprise étant vues comme créatrices de valeur pour les individus s’y engageant et demandant d’y être préparés,

• Politique ensuite, puisqu’il s’agit de développer les compétences entrepreneuriales des individus composant un territoire,

• Académique enfin, puisque, la recherche dans ce domaine s’intensifie et que les formations se multiplient, signes dénotant ainsi l’intérêt que perçoit le système éducatif à inculquer l’esprit d’entreprise auprès des étudiants qui composeront plus tard les effectifs de nos entreprises.

La licence professionnelle “entrepreneuriat” s’adresse à des porteurs de projets quel que soit le domaine (commercial, artisanal, culturel, artistique, industriel, économie sociale et solidaire…). Les apprentissages professionnels sont au cœur de la formation, plus de 40%des enseignements sont assurés par des professionnels.

 

Organisation des études

Les enseignements sont répartis sur deux semestres et représentent 450 heures de formation, le projet personnel et professionnel de chaque étudiant fait partie de l’évaluation finale.

PREMIER SEMESTRE

UE 1 – Conception du modèle d’affaires (business model).

UE 2 – Conception du plan d’affaires (business plan).

SECOND SEMESTRE

UE 1 – De l’entrepreneur au manager.

UE 2 – Développer ou reprendre une entreprise

UE – Projet professionnel.

Projets tutorés

Stages (durée 4 mois)

Projet Personnel et Professionnel

Objectifs et compétences

La mention « Science politique» vise à dispenser une formation initiale et générale dans les grands domaines de la discipline : Gouvernements comparés, Sociologie politique, Pensée et théorie politique, Relations internationales, etc. A partir d’un tronc commun (semestre 1) destiné à donner un langage commun à un public hétérogène, elle gagne en spécialisation dès le second semestre. Privilégiant l’approche comparatiste, elle offre aux étudiants une méthodologie les rendant aptes à comprendre les enjeux de la politique internationale et à saisir l’articulation entre les idées politiques et les logiques de fonctionnement des principaux types de régimes politiques.

Les semestres 3 et 4 visent à délivrer les connaissances indispensables pour réussir d’une part dans les métiers du politique, du conseil, de la médiation internationale, de la diplomatie, du journalisme, de la communication et d’autre part à former des professionnels aptes à s’insérer dans toutes les structures (privées ou publiques) confrontées aux défis de la sécurité globale. La mention « science politique » doit permettre par ailleurs à ceux qui le souhaitent de poursuivre dans l’enseignement et la recherche.

 

Le DU repose sur la conviction qu’une formation rhétorique solide conserve toute sa pertinence au XXIe siècle. La rhétorique est ici conçue non pas comme l’étude des « figures de style », mais au sens d’une théorie et d’une pratique cohérentes destinées à maîtriser la parole. Il s’agit de repartir de la théorie antique et d’en actualiser les exercices pour proposer aux étudiants une solide formation conciliant travail argumentatif et stylistique.

Il peut intéresser notamment :
– les étudiants inscrits dans une troisième année de Licence, à l’Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense ou dans une autre Université. Il est conçu comme un complément à leur formation principale de Licence, le plus souvent mono- ou bi-disciplinaire, la L3 étant par excellence l’année de spécialisation.
– les étudiants inscrits en Master et souhaitant un complément de formation pluridisciplinaire.
– toutes les personnes qui souhaitent, à titre personnel ou dans le cadre du DIF (120h capitalisées), s’enrichir d’une découverte de la rhétorique antique et d’un entraînement à l’argumentation et à l’expression.

 

Conditions d’admission

 

Ce D.U. est accessible aux candidats titulaires d’une deuxième année de Licence validée, ou d’un diplôme équivalent ou supérieur.

Le Master 2 Cinéma anthropologique et documentaire s’adresse à des étudiants issus des sciences humaines (Anthropologie, Sociologie, Psychologie, Histoire, Géographie…) ou d’autres disciplines (Études cinématographiques, Études théâtrales, Lettres, Philosophie, Histoire de l’Art…) souhaitant s’initier à la recherche par la réalisation de films documentaires à base d’enquêtes de terrain.

Le Parcours s’inscrit dans le double esprit d’un apprentissage pratique de la réalisation documentaire et d’une réflexion sur l’outil audiovisuel, la mise en scène, les méthodes d’enquête filmique en sciences humaines. Il s’agit de transformer l’étudiant en chercheurcinéaste documentariste, pleinement maître de son outil de recherche à chaque étape de la réalisation, en lui apprenant à filmer lui-même à la main ce qu’il étudie sur le terrain, à l’aide de techniques légères d’enregistrement ; à monter son propre film ; à commenter oralement et par écrit ses stratégies de mise en scène. Il s’agit de sensibiliser le futur cinéaste aux actions de la vie sociale, quotidienne ou cérémonielle, afin que le film devienne pour lui un instrument de découverte et d’exposition des résultats, un moyen d’expression et le support d’une réflexion sur le monde contemporain.

La grande originalité de ce parcours est de proposer une formation à la recherche associant pratique de la réalisation filmique en sciences humaines et réflexion sur cette pratique, comme sur son objet d’étude, les sociétés contemporaines.

 

1ère ANNEE – Semestre 1

UE Enseignements fondamentaux – (15.5 ects)

Méthodologies du cinéma et mémoire
• Théories et méthodologies de la recherche cinématographiques et audiovisuelles
• Oral préparatoire

Séminaires de recherche
3 EC à choisir
• Théorie/histoire de l’art et esthétique du cinéma 1 Aura été : le futur antérieur, un temps pour le cinéma
• Patrimoine, archive et histoire du cinéma 1 Cinéma et politique
• Culture visuelle et anthropologie des images 1 Documentaire et anthropologie
• Pratiques contemporaines de l’image et du son (domaine européen) Philosophie et cinéma
• Patrimoine, archive et histoire du cinéma 2 Propos de cinéaste et approches de son œuvre : dynamiques d’une confrontation.

UE Enseignements complémentaires – (5 ects)

Complément interdisciplinaire
• 1 EC à choisir dans l’UFR Phillia en lettres ou en philosophie
• Ou stage intégré

1ère ANNEE – Semestre 2

UE Enseignements fondamentaux – (8 ects)

Séminaires de recherche
3 EC à choisir
• Théorie/histoire de l’art et esthétique du cinéma 2 Classicisme hollywoodien : Broadway/Hollywood
• Pratiques contemporaines de l’image et du son (domaine anglophone)
• Sociologie, économie, droit et technologie du cinéma et de l’audiovisuel 2 Immagine e violenza
• Culture visuelle et anthropologie des images 2 Cinéma documentaire et création filmique
• Pratiques contemporaines de l’image et du son 2 Ecritures de la fiction.

UE Enseignements complémentaires – (2 ects)

Méthodologie et mémoire de recherche
• Mémoire

2ème ANNEE – Semestre 3

UE Enseignements fondamentaux – (12 ects)

Les méthodes de l’anthropologie filmique
• L’enquête filmique de terrain et l’analyse des images
• Réflexion sur une expérience d’insertion

UE Enseignements complémentaires – (15 ects)

Outils de recherche filmique
• Initiation à la réalisation
• Essais filmiques
• Techniques corporelles du tournage à la main

UE Préprofessionnalisation (3 ects)

Réalisation documentaire numérique 1
• Initiation au montage numérique

2ème ANNEE – Semestre 4

UE Enseignements fondamentaux – (19.5 ects)

Séminaire théorique et œuvre de recherche
• La shoah : le cinéma aux limites de la représentation.
• Œuvre de recherche

UE Enseignements complémentaires – (6 ects)

• Travaux de réalisation

UE Préprofessionnalisation (4.5 ects)

Réalisation documentaire numérique 2
• Pratiques du montage numérique

 

 

Débouchés professionnels

Secteurs d’activité :
Réalisation filmique documentaire (du tournage à la présentation du film à des publics variés) // Production, postproductionMétiers :
Réalisateur / réalisatrice de film documentaire // Réalisateur / réalisatrice service du patrimoine // Monteur // Opérateur / opératrice de prises de vue // Concepteur / conceptrice de projet audiovisuel

RÉSUMÉ DE LA FORMATION

La licence Lettres parcours Lettres modernes vous apporte une formation approfondie en littérature dans toute sa diversité (littératures de langue française et en langues étrangères, y compris anciennes). Elle vous apporte également une bonne maîtrise de la langue française (grammaire, sémantique, linguistique…). Elle développe votre culture, vos capacités rédactionnelles, votre réflexion personnelle et votre rigueur intellectuelle. La licence Lettres parcours Lettres modernes vous permet d’envisager une poursuite d’études vers les métiers de l’enseignement (primaire, secondaire et supérieur), du français langue étrangère, de l’édition, du journalisme, de la communication…

SPÉCIFICITÉS

Plusieurs options sont proposées :

Dès la première année, vous pouvez :

Dès la seconde année, vous pouvez choisir une option d’ouverture pour préciser ou élargir votre projet d’études et/ou professionnel : Professorat des écoles, Langue des Signes Française, Français Langues étrangère, Documentation, etc.

Tout au long de votre licence, L’Université Lille 3 vous encourage à valoriser, en plus de votre formation disciplinaire, des expériences qu’elles soient associatives, civiques, artistiques, culturelles, sportives, de mobilité ou d’entreprenariat et à les faire reconnaître au sein de l’UE 10 appelée  » Projet de l’étudiant « . Prenez connaissance de tous les choix d’ UE 10 en consultant la page www.univ-lille3.fr/etudes/formations/cursus-licence/organisation/ue10/

COMPÉTENCES ET SAVOIRS ENSEIGNÉS

SAVOIRS THÉORIQUES

SAVOIR-FAIRE

SAVOIR – ÊTRE

COMPÉTENCES ADDITIONNELLES

 

POURSUITE D’ÉTUDES

Après la licence Lettres parcours LETTRES MODERNES, vous pouvez :

Formation à l’enseignement primaire et secondaire

L’Université Lille 3 contribue à la formation des professeurs de l’enseignement primaire et secondaire :

En lien avec les offres de l’ESPE, vous pouvez ainsi vous préparer aux différents métiers de l’enseignement et  concours :

NB 1 : En ce qui concerne les masters, les inscriptions se prennent à l’ESPE, les cours se déroulent en partie à l’université Lille 3
NB 2 : La préparation aux agrégations de Lettres (classiques et modernes) est également assurée à Lille 3.

AIDE À L’INSERTION PROFESSIONNELLE

SECTEURS D’ACTIVITÉ ET MÉTIERS VISÉS

ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE

COMMUNICATION – JOURNALISME – PUBLICITÉ

LIVRE-ÉDITION (y compris le secteur de la littérature de jeunesse)

DOCUMENTATION – BIBLIOTHÈQUE

INTERPRÉTARIAT – LEXICOGRAPHIE

 

PRÉREQUIS RECOMMANDÉS

La Licence Lettres parcours Lettres modernes est faite pour vous !

Conseils pour bien préparer votre entrée en Licence 1

 

MODALITÉS D’ADMISSION

EN LICENCE 1

VOUS ÊTES TITULAIRE DU BACCALAURÉAT OU D’UN DIPLÔME D’ACCÈS AUX ÉTUDES SUPÉRIEURES (DAEU) (voire d’autres diplômes de l’enseignement supérieur)
VOUS AVEZ MOINS DE 26 ANS

VOUS AVEZ PLUS DE 26 ANS

VOUS N’ÊTES PAS TITULAIRES DU BACCALAURÉAT OU DU DAEU

EN LICENCE 2 OU 3

VOUS AVEZ VALIDÉ UNE LICENCE 1 OU 2 LETTRES PARCOURS LETTRES MODERNES

VOUS ÊTES TITULAIRE D’AUTRES DIPLOMES

FORMALITÉS D’INSCRIPTION

RÉSUMÉ DE LA FORMATION

L’objectif de cette licence professionnelle est de former en un an de jeunes journalistes opérationnels, polyvalents, dotés d’une bonne culture sportive et générale, d’une bonne maîtrise de la langue, et d’une fine connaissance du milieu sportif.

Ce cursus permet d’obtenir un certificat d’aptitude aux fonctions de journaliste de sport, délivré par l’ESJ Lille et un diplôme de licence professionnelle attribué par l’Université de Lille SHS.

Les étudiants sont formés sur tous les médias : presse écrite, radio, télévision, agence, web et nouveaux médias.

Modalités d’inscriptions et cours à l’ESJ Lille. Adresse ci-contre.

 

ORGANISATION DE LA FORMATION

 

Présentation

 

Parcours

La licence comprend 30 unités, l’obtention de chacun donne 6 points ECTS. Elle est divisée en semestres, chacun comprenant un parcours de 3 unités de philosophie, d’une unité ouvertes choisie dans les disciplines de la faculté des lettres (ce qui fait que l’étudiant peut obtenir au bout des 6 semestres 6 unités d’une autre licence), et d’une unité transversale (langues, outils informatiques, culture générale) sur les 5 premiers semestres.

Objectifs

 

Compétences

 

Poursuite d’études

 

Métiers

Objectifs

La licence AES propose une formation pluridisciplinaire de qualité, qui permet de se forger une solide culture générale dans les disciplines qui sont nécessairement mobilisées par les responsables dans le fonctionnement des organisations socio-économiques.

Compétences

 

Poursuite d’études

 

Métiers

Objectifs

Les métiers ciblés sont ceux de techniciens supérieurs assistants-ingénieurs et chargés d’affaire, capable d’intégrer une équipe en charge de projets relevant de l’évaluation, la prévention et la gestion des risques naturels et technologiques majeurs, dans le domaine des risques « inondation », « incendie » et « pollution » atmosphérique, des eaux de surface et des eaux souterraines.

Savoir-faire et compétences

Les compétences acquises portent sur les domaines suivants :

 

Insertion professionnelle

Les métiers ciblés sont ceux de techniciens supérieurs assistants-ingénieurs et de chargés d’affaire, capable d’intégrer une équipe en charge de projets de :

Et d’intégrer des postes de :

Présentation

Créée en 2001, la licence professionnelle 3D+ est une formation dispensée en partenariat avec l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (INSTN). Elle a pour but de donner une formation spécialisée de niveau bac+3, dans les domaines :

 

Objectifs

Cette formation permet d’intégrer une équipe en charge d’un projet et d’y assister l’ingénieur responsable dans les domaines  suivants :

Savoir-faire et compétences

 

Insertion professionnelle

Les chargés d’affaire issus de cette formation sont capables de :

Présentation et objectifs

L’enseignement privilégie l’étude de la langue turque, telle qu’elle est parlée et écrite dans la Turquie d’aujourd’hui ainsi que de la littérature moderne. Parallèlement, les étudiants se familiarisent avec la Turquie contemporaine (histoire, vie politique, économique et culturelle).

Le cursus comprend aussi des éléments consacrés à la langue et à la civilisation ottomanes, ainsi qu’à la présentation des patrimoines linguistiques et culturels des autres peuples turcophones (turcophones d’Eurasie et migrations contemporaines).

Ces enseignements visent à la formation de spécialistes du monde turc, appréhendé dans sa diversité et dans son épaisseur historique.

 

 

Savoir-faire et compétences

Analyser, synthétiser, argumenter en turc. Analyser et comprendre la Turquie contemporaine et son histoire.

Pratique raisonnée de la langue écrite et orale. Compétences d’expression.

Analyse de façon autonome les manifestations littéraires, linguistiques, politiques et culturelles.

 

 

Poursuite d’études

Sous réserve d’admission : Master Etudes méditerranéennes, orientales et slaves, Parcours Etudes turques

 

 

Débouchés

Dans le secteur public : fonction publique d’Etat (dont enseignement, recherche), territoriale (bibliothèques, municipalité…), hospitalière et internationale (dont institutions européennes). Dans le secteur privé : métiers des langues (traducteur, interprète, enseignant…) ou métiers avec des langues (attaché commercial bilingue, guide-interprète, chargé de communication, de relations publiques, guide-interprète, métiers du journalisme et de l’édition ….). Tous ces métiers ont en commun une pratique intensive des langues.

Présentation et objectifs

Licence pluridisciplinaire (littérature, histoire, philosophie, langues étrangères) fondée sur l’idée de culture générale, elle-même acquise par la fréquentation des textes classiques et contemporains, la pratique de la réflexion écrite et orale, ainsi que l’approfondissement d’une langue par l’étude de sa littérature et sa civilisation. L’étude d’une langue ancienne ou d’une seconde langue étrangère est également proposée.

Licence complémentaire de l’offre des classes préparatoires puisqu’elle n’ouvre pas directement aux concours de l’ENS, mais valorise les atouts de l’université comme lieu de recherche, avec un public large, une multiplicité des réorientations possibles dans chacune des licences de spécialité, une ouverture aux concours et à d’autres orientations possibles…

 

 

Savoir-faire et compétences

– une bonne connaissance de l’histoire, de la littérature française et des spécificités du texte littéraire (en français et dans d’autres langues) et philosophique, associée à la capacité de poser les problèmes en termes généraux ;

– une capacité à comparer des textes issus de pays ou de civilisations différentes ;

– une bonne connaissance de l’histoire des idées, de leur évolution

– une solide culture historique

– une capacité de mettre en place une problématique à propos d’une question, de bâtir une argumentation, de faire la synthèse d’une recherche et d’en exposer les résultats d’une manière organisée;

– une capacité de composer un texte écrit et de présenter un exposé à l’oral ;

– une pratique courante de deux langues vivantes étrangères (ou d’une langue étrangère et d’une langue ancienne), et la bonne connaissance de la littérature et de la civilisation de leurs aires linguistiques.

 

 

Poursuite d’études

Ouvertures sur tous les masters proposés par la faculté des lettres, de langues vivantes, de philosophie, de science historiques :

– masters recherche

– masters métiers de l’enseignement : préparation au CAPES ou à l’agrégation dans les masters MEEF (ESPE)

– autres masters professionnalisants comme le master « métiers de l’édition », porté par la faculté des lettres

Ouvertures à d’autres masters présents à l’Unistra (domaines ALL et SHS, et au-delà), sur dossier.

 

 

Débouchés

– masters de lettres et des sciences humaines

– métiers de l’enseignement

– métiers du journalisme et de la communication

– concours de la fonction publique nationale et territoriale

– ressources humaines

– métiers du livre et de la documentation

Objectifs

Il s’agit pour les étudiants de consolider leur connaissance écrite et parlée du breton, mais aussi de découvrir et de maîtriser des techniques d’analyse et de recherche dans les domaines de la géolinguistique, de la sociolinguistique, de la littérature et de la civilisation liées au breton et autres langues celtiques.


Compétences acquises

 

Poursuites d’études

Accès en master, en licence professionnelle à l’issue de la 2ème année, ou en école.

Master Mention « Identités, Patrimoines, Histoire », Spécialité « Dynamiques identitaires », UBO.

Masters de l’enseignement, mention professorat des écoles ou professorat des collèges et lycées.

Possibilité en M1 de passer un ou deux semestres aux universités de Galway (Irlande) ou Aberystwyth (Pays de Galles) dans le cadre des échanges ERASMUS.

Autres masters (UBO ou autres universités).

Autres formations : journalisme, bibliothécaire, métiers du livre et de l’édition, informatique appliquée à l’édition, gestion des entreprises culturelles, métiers de l’animation, gestion du patrimoine…

 


Insertion professionnelle

Ce professionnel peut exercer dans les métiers de l’enseignement bilingue (1er et second degré).

Il peut exercer les emplois suivants :

Parcours spécifiques de préparation à l’entrée dans un Master Métiers de l’enseignement (premier et second degré).

Secrétariat et édition.

Médias (radio, télévision, presse écrite).

Animation culturelle (patrimoine, tourisme).

Administration, commerce, hôpitaux…

 


Secteurs d’activités

Objectifs

L’objectif de la formation est de former des juristes experts en droit de la mer, du littoral, de la pêche, de l’environnement marin et en droit des activités maritimes commerciales.


Compétences acquises

Les titulaires de ce diplôme sont des professionnels qui peuvent se charger ou être chargé de détecter, analyser et traiter les problèmes juridiques relatifs aux divers domaines des activités maritimes et du droit de la mer; en établissant les pièces des dossiers litigieux, en assurant le suivi des affaires contentieuses, en définissant, concevant et rédigeant les documents, actes juridiques et réglementations utiles.

A l’issue de la formation du master, dans le domaine du droit maritime, le diplômé est capable de conseiller les divers opérateurs des activités maritimes (armement, agence, chargeur, transitaire, commissionnaire, NVOCC, assureur, remorqueur, manutentionnaire…) dans la mise en œuvre de leurs responsabilités administratives et commerciales, de négocier et élaborer des contrats et conventions, de traiter le contentieux découlant de l’exercice des activités. Il conseille les opérateurs sur l’utilisation des instruments juridiques spécifiques à l’occupation et à l’exploitation du domaine public, sur les règles d’urbanisme relatives à la construction sur le domaine littoral ; sur les instruments relatifs aux régimes d’autorisation, de gestion et d’exploitation des ressources. Il les aide à prévenir les risques de dommages à l’environnement et, le cas échéant, à en traiter les conséquences juridiques.

Dans le domaine du droit international de la mer, le diplômé interprète et déduit les conséquences des actes internationaux relatifs à la mise en œuvre de ce droit spécifique, à ceux de la protection de l’environnement, de la sécurité et de la sûreté maritime et portuaire. Il conseille les opérateurs sur la compétence et la juridiction des Etats en mer, sur les procédures relatives à la recherche et la poursuite des infractions ; sur les risques judiciaires encourus.

 


Insertion professionnelle

Le diplômé peut exercer dans le domaine de l’assurance, de la banque, des secteurs d’activité couverts par l’ensemble des opérateurs (entreprises privées ou publiques) du secteur maritime (transports,…) ; dans le domaine du conseil, de l’étude et de l’expertise juridiques ; dans les organismes professionnels et syndicaux, les organismes de prestations sociales maritimes, les coopératives maritimes ; dans l’administration territoriale ou nationale interne et l’administration communautaire (après concours).

Il peut exercer les emplois de Juriste (terminologie générale recouvrant une grande diversité de fonctions) : Chargé d’affaires, Chargé du contentieux, Courtier, Conseiller juridique, Consultant, Chargé d’études, Expert, Secrétaire de comité (organismes professionnels et syndicaux), Juriste d’administration (après concours) territoriale, nationale, communautaire, Journaliste.

Voir UE outils d’insertion professionnelle du semestre 9.


Secteurs d’activités

Présentation et Objectifs du Master

Le master Tourisme et Développement Durable des Territoires (Master TDDT) revendique et soutient une démarche inscrite dans une problématique de valorisation des patrimoines et de développement durable des territoires . Il vise à réfléchir et appliquer les principes à toutes échelles, tant dans la définition de plans stratégiques que dans la gestion de programmes en cours ou la préparation de nouveaux projets au sein d’entreprises et de collectivités investissant dans la pratique touristique.

Le master TDDT a pour objectif de former des acteurs professionnels de l’aménagement autonomes et responsables . Ils sont aptes à conduire, partout dans le monde, dans des conditions satisfaisantes pour les populations d’accueil, des stratégies d’acheminement et de réception de touristes, à organiser la promotion de lieux . La formation développe la capacité à travailler à l’international partout dans le monde . Cela implique des intérêts et du respect pour les pratiques culturelles, ethno-historique, linguistiques mais aussi privilégier le souci et la reconnaissance de l’Autre et de ses identités collectives. Enfin cela implique une bonne maîtrise de l’anglais et des langues.

 

Valeurs

Le master TDDT a une triple ambition :

A vocation professionnelle, le master TDDT décline donc :

dans une démarche réfléchie, soucieuse des dimensions sociales, environnementales et culturelles de la pratique touristique. Le master TDDT insiste sur la coopération, co-développement, développement solidaire, tourisme « équitable », tant au Nord qu’au Sud.

 

Finalités professionnelles

Secteurs d’activités ou types d’emplois visés

Le master TDDT Mention DDA a une vocation de préparation à la fonction de « manager » pour les marchés français ou étrangers : gérant d’entreprise touristique, chef d’un service de collectivité territoriale ou d’un office du tourisme.

La formation du master TDDT Mention DDA vise quatre orientations professionnelles :

  • La production de parcours de découverte naturaliste, sportive ou culturelle (y compris la dégustation gastronomique et œnologique) dans le cadre d’offices du tourisme ou de services publics intercommunaux,
  • La gestion de résidences hôtelières, de villages de vacances ou d’ecolodge,
  • L’événementiel et la publication de médias spécialisés dans la promotion des territoires, le développement du tourisme, des activités sportives de pleine nature et des loisirs.

 

Quelques exemples de débouchés professionnels d’anciens étudiants (2004-2011)

  • Directeur/ directrice d’office de tourisme
  • Chargé(e) d’ingénierie sociale (développement local)
  • Consultant secteur sport, loisirs, tourisme (bureaux d’études)
  • Directeur/directrice de centre de vacances et de loisirs, de résidence de tourisme
  • Inspecteur/inspectrice de la jeunesse, des sports et des loisirs (tourisme sportif)
  • Chargé(e) d’ingénierie sociale (responsable de structure, France ou étranger)
  • Chef de projet ingénierie (tourisme durable, écotourisme, tourisme sportif, événementiel, développement)
  • Les intervenants professionnels (la moitié de l’horaire annuel) travaillent dans ces secteurs d’emplois.

Présentation générale du parcours

Le parcours « Relations Publiques » est constitué d’enseignements de tronc commun, principalement au premier semestre, et d’enseignements spécialisés, au second semestre, en Master 1, puis en Master 2.

Les enseignements de tronc commun, en Master 1 et en Master 2, donnent aux étudiants les moyens de s’approprier les outils conceptuels, méthodologiques et technologiques, nécessaires à l’exercice, en responsabilité, de métiers dont les pratiques sont en mutation permanente. Ils entretiennent les liens entre pratique et théorie, situations professionnelles et recherche fondamentale selon un rapport réciproque dynamique.

Objectifs du parcours Relations Publiques

Le parcours « Relations Publiques » est né, d’une part, comme réponse à la demande de formations spécialisées et spécifiques pour les sites-antenne et, d’autre part, à la demande croissante des organisations, des étudiants aux niveaux local, régional, national et même international, et d’autres publics intéressés par une professionnalisation ciblée aux métiers de la communication. Ce parcours a comme mission la formation des compétences professionnelles dans le domaine des relations publiques en lien étroit avec les milieux professionnels locaux, régionaux, nationaux et internationaux dans les secteurs de la communication sociale et du marketing afin de donner aux étudiants une approche globale du domaine et une bonne compréhension du contexte professionnel. Les cours magistraux seront dispensés par des enseignants-chercheurs qui ont une expérience avérée, nationale et internationale, dans ce domaine. Des intervenants professionnels assureront les TD et tout enseignement qui nécessite de manière directe et même indirecte la mise en situation professionnelle. Les collaborations existantes avec les universités étrangères qui ont l’expérience des formations licence et master en relations publiques depuis des années (Université de Timisoara, Université de Bucarest, Université Babes Bolyai de Cluj) constituent une base solide pour les échanges d’étudiants, d’enseignants, la réalisation des stages à l’étranger, etc.

Le parcours s’attache à tous les champs des relations publiques en conjuguant la théorie et la pratique, les interventions universitaires ainsi que celles des professionnels. Les relations publiques seront abordées dans leurs formes classiques et dans leurs formes évoluées spécifiques au développement des NTIC.

Ce parcours a pour objectif de former les étudiants à travailler dans le domaine des relations publiques dans les institutions publiques (ministères, agglomérations, mairies…), les entreprises, les agences de communication, régies publicitaires, services de communication  ou services commerciaux et d’autres organisations. Le but du parcours consiste à offrir une large compréhension de l’industrie des relations publiques et du rôle de la communication dans la société contemporaine. Le parcours se focalise également sur l’approfondissement des relations publiques classiques et 2.0, du marketing et du branding, du management des relations publiques, de la communication de crise et de la recherche en relations publiques.

Pour la poursuite d’études en doctorat, le parcours accorde une attention particulière à la recherche en R.P et branding dans la perspective de la communication symbolique, notamment dans le cadre de l’EA Corhis, axe communication et transformation sociale.

 

 

Conditions d’accès

En Master 1

Les étudiants ayant obtenu la licence information communication, à l’université Paul-Valéry Montpellier et à l’antenne Du Guesclin à Béziers, sont admis de droit en Master 1 information Communication de cette même université. Peut par ailleurs postuler en Master 1, tout étudiant venant d’une formation Sciences Humaines, sur validation d’acquis. Un dossier comportant un ensemble de critères est demandé en vue d’être examiné par la commission pédagogique dans les conditions prévues aux articles D613-38 et suivants du code de l’Éducation. Le dossier de candidature sera constitué des justificatifs de diplômes et de niveaux requis et sera accompagné d’une lettre de motivation expliquant le projet, les compétences et les motivations.

Le parcours R.P s’adresse à des étudiants disposant des connaissances solides et vastes en sciences de l’information et de la communication, pouvant justifier de connaissances théoriques et pratiques sur les nouvelles technologies.

Le parcours est ouvert aux candidatures internationales et à tous programmes d’échanges internationaux (Erasmus+, Crepuq, programmes anglophones, etc.).

 

Compétences attendues en fin de Master 1

Compétences transversales

Compétences spécialisées du parcours R.P

Objectifs


PERMET DE FORMER :

COMPETENCES ACQUISES :

 

Poursuites d’études


L’étudiant titulaire d’un MASTER 2 peut :

Débouchés

Ce master débouche principalement sur les métiers de l’assistance à la décision publique, de la consultance et de l’ingénierie d’études dans des secteurs d’activité très divers : social, culture, environnement, économie solidaire, insertion par l’économie, tourisme, développement local et territorial, politique de la ville, éducation, culture…Secteurs d’activité :

  • les administrations (communes, établissements publics de coopération intercommunale région, département, mais aussi Etat ou administrations internationales…)
  • les agences de développement local et d’urbanisme,
  • les observatoires,
  • les sociétés d’économie mixte,
  • les consultants ou bureaux d’études
  • les associations
  • les organismes concernés par l’élaboration et l’évaluation de l’action publique

Métiers :

  • assistant à la décision publique
  • consultant
  • ingénieur d’études.

Objectifs


PERMET DE FORMER :

COMPETENCES ACQUISES :

 

 

Poursuites d’études


L’étudiant titulaire d’un MASTER 2 peut :

Débouchés


Secteurs d’activités :

 

Métiers :

Objectifs


PERMET DE FORMER :

 

COMPETENCES ACQUISES :

 

Enseignements

 

Poursuites d’études


L’étudiant titulaire d’un MASTER 2 peut :

Débouchés

Secteurs d’activité :

Métiers :

 

Objectifs de la formation

Vous souhaitez concevoir des projets touristiques dans un cadre international ? Le master LEA parcours management de projets touristiques vous sensibilise aux spécificités de l’industrie touristique et de ses formes alternatives. Dans le cadre de votre activité, vous serez amené(e) à monter des projets touristiques, à mobiliser les acteurs impliqués et identifier leurs attentes, à trouver des financements, nouer les partenariats utiles et les inscrire dans la durée dans le but de valoriser un territoire et de participer à son développement, à sa dynamisation et à son attractivité. Cette formation vous permet également de vous former à la recherche dans les domaines des services,  de la culture, du tourisme, des comportements de loisirs, de l’évaluation et de l’aménagement.

 

Compétences visées    

Mettre en œuvre et gérer des projets et missions touristiques

Mener des négociations avec des partenaires internationaux dans des formes collaboratives de négociation

Appréhender les dernières tendances du marché de l’industrie touristique et de ses alternatives et les attentes des populations

Diagnostiquer le potentiel touristique d’un territoire et en favoriser les retombées économiques

Gérer les risques inhérents au secteur de l’industrie touristique et de ses formes alternatives

Utiliser les modes de distribution multi-canaux pour optimiser la promotion et la diffusion de l’offre touristique

Travailler et s’intégrer dans un contexte international par la connaissance des cultures et des représentations

Maîtriser plusieurs langues étrangères et les utiliser dans un contexte professionnel

Utiliser les outils liés aux technologies de l’information et de la communication
Conditions d’accès
 En Master 1

Vous êtes titulaire d’une Licence LEA, Tourisme, Hôtellerie, Commerce international ou équivalent et vous maîtrisez deux langues étrangères dont l’anglais.

Vous pouvez poser votre candidature pour entrer en master 1 LEA parcours management de projets touristiques.

Vous avez des diplômes différents, une solide expérience personnelle ou professionnelle en lien avec le tourisme.

Vous pouvez poser votre candidature pour entrer en master 1 LEA parcours management de projets touristiques en incluant le formulaire de validation des acquis.

 

En Master 2   

Vous êtes titulaire du Master 1 LEA parcours Management de projets touristiques de Lille 3.

Vous pouvez accéder en master 2 LEA parcours management de projets touristiques sous réserve de l’accord de la commission de sélection.

Vous êtes titulaire d’un Master 1 ou équivalent et vous avez une bonne maîtrise de deux langues étrangères.

Vous pouvez poser votre candidature en master 2 LEA parcours management de projets touristiques.

Vous avez des diplômes différents, une solide expérience personnelle ou professionnelle en lien avec le tourisme.

Vous pouvez poser votre candidature pour entrer en master 2 LEA parcours management de projets touristiques en incluant le formulaire de validation des acquis.

 

Métiers

Concepteur-trice de produits touristiques

Responsable de programmation touristique

Chargé-e de mission de développement (France, étranger)

Responsable d’office de tourisme / syndicat d’initiative

Responsable qualité/service relations clientèles    Responsable management

Responsable Recherche et Développement marketing de produits touristiques

Responsable de la communication et de la promotion touristiques

 

Admission :
L’accès au M2 PPC est soumis à sélection, il est ouvert :

 

Organisation des études :
Le M2 PPC comporte 2 options :

– Psychopathologie et Neuropsychologie de l’adulte
– Psychopathologie et Neuropsychologie de l’enfant et de l’adolescent

Il est dispensé sur une année. Il comporte 2 semestres, de 30 ECTS chacun.

Débouchés : Accès au titre de psychologue pour les titulaires d’une Licence et d’une Maîtrise/Master 1 en psychologie !

 

Pour les deux options :

 

Pour l’option « adulte » :

 

Pour l’option « enfant et adolescent » :

Un diplôme national de master

Le master « Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » (MEEF) est un diplôme national de master délivré par les universités. Il répond au cahier des charges du diplôme national de master précisé par l’arrêté du 25 avril 2002.

Le master MEEF intègre dans son cursus une préparation aux concours et réintroduit une véritable formation en alternance en deuxième année de cursus : celle-ci se déroule à temps partiel en situation professionnelle dans une école ou un établissement.

Cette alternance favorise l’entrée progressive dans le métier. La formation repose sur un équilibre entre enseignements et stages. Ces formations intègrent une ouverture sur l’international et la recherche.

Outre la préparation du concours, ce master vise :
• la construction des compétences professionnelles sur l’enseignement et l’apprentissage ;
• la maîtrise de connaissances disciplinaires et didactiques ;
• la connaissance du système éducatif ;
• la prise en compte des relations éducatives, du contexte d’exercice participant à l’élaboration d’une posture professionnelle ;
• la familiarisation des étudiants avec les recherches en éducation pour une utilisation professionnelle critique ainsi
que la construction de compétences qui peuvent être réinvesties dans d’autres formations ou métiers de la formation et de l’éducation ;
• la construction d’outils d’analyse de l’activité des élèves et des enseignants à des fins d’adaptation et de remédiation aux difficultés ;
• la construction de connaissances ouvrant vers la polyvalence indispensable pour enseigner dans le premier degré.

Équipe pédagogique

L’équipe pédagogique du master s’appuie sur des enseignants multi-catégoriels.
Ainsi, les équipes de formation sur l’ensemble des six centres de foration sont composées de : Professeurs d’université (PU), Maîtres de conférences (MCF), Professeurs agrégés (PRAG), Professeurs

Descriptif pédagogique

Cette licence professionnelle, fonctionnant avec le CFA « Métiers de la scène lyrique » (Opéra national de Lorraine)

Ce projet vise à répondre à une forte attente des établissements et entreprises culturelles. Proposées en alternance, ces formations constituent une réponse adaptée aux besoins spécifiques des jeunes artistes et professionnels du spectacle vivant, facilitant ainsi leur insertion professionnelle.

Objectifs professionnels

L’objectif de la licence est de former non seulement des professionnels de la musique dans les carrières instrumentales et vocales, mais pouvant encore et plus précisément exercer dans les domaines suivants :

Compétences

Les compétences visées sont au nombre de trois essentiellement :

compétences en matière des métiers musicaux spécifiques au théâtre lyrique :

les compétences dans les domaines de responsabilités et d’encadrement des institutions musicales :

 

Poursuite d’études possibles

Cette licence à pour vocation d’intégrer directement la vie professionnelle.

Débouchés

La LP, conjointement avec le CFA, prépare aux métiers suivants :

Ainsi qu’à tous les métiers de l’opéra : chanteur, choriste, instrumentiste, régisseur de scène, régisseur d’orchestre, machiniste, éclairagiste, maquilleuse, accessoiriste, costumier, administration, bibliothécaire de partothèque, etc.

Descriptif pédagogique

Résolument pluridisciplinaire, le DUT forme en au niveau bac+2 des techniciens supérieurs polyvalents dans les domaines

Objectifs professionnels

Métiers du multimédia et de l’Internet :

Compétences

Il permet d’acquérir de multiples compétences dans les champs

 

 

Poursuite d’études possibles

Débouchés

Les titulaires du DUT sont formés pour intégrer des entreprises ou collectivités dans des secteurs professionnels très variés :

Objectifs

Le Master Management Spécialité Ingénierie et Management des Organisations Sportives est un diplôme de haut niveau en 2 ans (4 semestres) qui propose une formation aux fonctions d’encadrement et d’expertise dans les institutions privées ou publiques dédiées à la pratique sportive ou à la commercialisation de produits ou de services sportifs..

Cette formation est cohabilitée et organisée dans le cadre d’une convention entre l’Université Toulouse 1 Capitole (UT1) et l’Université Paul Sabatier (UT3). Elle accueille chaque année des sportifs de bon niveau soucieux de conforter leur excellence sportive par une formation de qualité qui facilitera leur insertion dans le monde professionnel.

Le Master IMOS dispense chaque année :

une formation générale en gestion, droit et gouvernance des organisations ; une formation spécialisée en management des organisations sportives ; une formation professionnelle s’appuyant sur la réalisation :

–  de projets tutorés : participation à des opérations sportives d’envergure : Course de l’EDHEC, 4L Trophy ; Colloques : Sport et responsabilité, Sport au féminin, Opération secourisme avec la Croix Rouge française ; manifestations d’intérêt régional : Organisation Journée Neige IAE, Organisation de matchs amicaux et internationaux, Organisation d’événements et de spectacles sportifs…

et de stages : TFC, Stade toulousain, Club pro Rugby Nouvelle Zélande…., Décathlon, Quicksilver, Newsport,…. collectivités territoriales (Grand Toulouse…)…, ligue professionnelle de basket, fédération suédoise de rugby, fédération française de cyclisme…

 

La première année M1 (60 crédits) propose les connaissances fondamentales du droit et du management en approfondissant les spécificités du monde sportif.

La seconde année M2 (60 crédits) offre des parcours différenciés aux étudiants à travers une spécialité professionnelle : Manager d’organisations sportives et un Parcours Recherche.

 

Poursuites d’études

La seconde année M2 (60 crédits) offre des parcours différenciés aux étudiants à travers une spécialité professionnelle.

 

Débouchés professionnels

Le Master Management Ingénierie et Management des Organisations Sportives vise à former des étudiants aptes à exercer des fonctions d’encadrement et d’expertise dans trois grands types de métiers :
Les métiers du sport dans le secteur public ou para-public : fédérations et ligues sportives, clubs sportifs, associations, État, collectivités territoriales…
Les métiers du sport dans le secteur privé du sport et des loisirs : production et distribution de produits et services sportifs, fabrication d’équipements et d’articles de sport, gestion de clubs sportifs professionnels, création et organisation d’événementiel sportif, consulting, …
Les métiers du sport et de la santé : tourisme sportif et médical, secteur de la mise en forme, des organismes gérés par les assurances, les mutuelles ou les caisses de retraites,…

 

Objectifs et compétences

La création de cette formation répond à un besoin croissant exprimé par les chefs d’entreprise, les professionnels du droit ainsi que les responsables juridiques des secteurs public et para-public.

Il s’agit de proposer aux étudiants titulaires d’une formation juridique de niveau bac+2 une formation professionnalisante leur permettant d’accéder directement au marché de l’emploi de manière opérationnelle.

Formés pour être des assistants d’un bon niveau, les titulaires de cette licence pourront assurer la recherche documentaire nécessaire à l’analyse d’un problème juridique, connaîtront les procédures juridique et judiciaire, sauront rédiger des actes en autonomie, seront formés à l’usage des technologies de l’information et de la communication, rédigeront avec un bon niveau de maîtrise de la langue française et s’exprimeront avec aisance et courtoisie.
En savoir plus :
Site du département Carrières juridiques : cliquez ici
Compétences à acquérir :

Recherche

Les enseignants-chercheurs de l’équipe pédagogique assurent les cours de l’UE « Maîtrise du champ législatif » dans leur domaine de compétences.

 

 

Résumé

La mention de master « droit de l’immobilier » est proposée sur le site de Narbonne dans le cadre du département Urbanisme et Immobilier implanté depuis de nombreuses années en partenariat avec des professionnels locaux et nationaux.

L’équipe pédagogique est constituée de professeurs et maîtres de conférences des universités et de professionnels de haut niveau, qui sont avocats, experts judiciaires, notaires, urbanistes, cadres nationaux, responsables de bureaux d’études, hauts fonctionnaires, élus…

La formation est dispensée sur le site de Narbonne en formation initiale et à l’École supérieure de l’immobilier (FNAIM) située à Paris en formation par alternance.

Objectifs

Le diplôme a pour objet de donner aux étudiants les connaissances juridiques spécialisées dans les secteurs professionnels liés à la règlementation du foncier, et des qualifications juridiques et managériales essentielles au niveau des méthodes et des concepts spécialisés de la promotion immobilière.

Savoir-faire et compétences

 

Poursuites d’études

Inscription en doctorat
Contact : suzanne.girardot@univ-perp.com

Débouchés professionnels

Résumé

Depuis la rentrée 2010 la formation aux Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation, requiert un niveau bac+5. Aujourd’hui l’UPVD, dans le cadre de l’ESPE LR propose deux mentions de Master MEEF visant la maîtrise des savoirs disciplinaires voire pluridisciplinaires et la maîtrise des compétences didactiques et pédagogiques :

Les étudiant(e)s intéressé(e)s ont connaissance des réalités de l’enseignement dans le primaire ou le secondaire grâce aux stages effectués durant leur cursus. Ces stages assurent la dimension professionnelle de ce master et permettent la pratique des savoirs et du savoir-faire pendant la formation universitaire.

Objectifs

Ce master vise à former les futurs enseignants en 2 années.
La première année (M1) est consacrée essentiellement à l’acquisition des connaissances disciplinaires et à la préparation aux concours. Elle comporte une part de formation au métier, notamment autour du stage d’observation et de pratique accompagnée.
La deuxième année (M2) se fait pour les lauréats du concours sous le statut rémunéré de fonctionnaire stagiaire (avec un mi-temps d’enseignement) et une formation qui accompagne le développement des compétences professionnelles.

Savoir-faire et compétences :

Les enseignements dispensés ont donc une vocation professionnelle et s’articulent autour de quatre composantes principales :

Quel que soit le degré d’enseignement auxquels ils se destinent ; il s’agira notamment d’une approche générale de la pédagogie et de la didactique, d’enseignements relatifs à la vie de l’établissement (travail en équipe, relations avec la communauté éducative, gestion de crise), etc.

Débouchés professionnels

La formation en M1 a pour objectif essentiel la préparation des concours de recrutement d’enseignants dans le 2nd degré des établissements scolaires.
Le concours de recrutement des professeurs des collèges et lycées (CAPES/ CAPLP) se déroule pendant l’année de M1 :

L’inscription au concours est indépendante de l’inscription en Master.
Lien vers les concours du 2nd degré : Voir les informations sur les CAPES et concours 2nd degré

Objectifs

La spécialité Cartographie des espaces à risques se positionne clairement et de façon originale dans l’analyse et la représentation spatiale des risques de nature et de société ainsi que dans l’approche résolument spatialisée de la gestion des espaces à risques, c’est-à-dire aussi bien les espaces anthropisés que les espaces naturels. Il répond bien à l’approche systémique du risque ainsi qu’à la dialectique interaction nature/société génératrice de risques.

Il vise ainsi à la fois à former des étudiants ayant déjà un parcours disciplinaire solide (géographie, aménagement, urbanisme, environnement) et une expérience en traitement numérique de l’information géographique, à la problématique des risques, et aux méthodologies qui doivent être mises en œuvre pour une approche spatialisée : analyse des données de divers types (télédétection, lidar terrain), Systèmes d’Information Géographique (SIG), modélisation, structuration et exploitation des bases de données spatiales, construction cartographique et production de documents présentant, au-delà de la superposition de la spatialisation de l’aléa et des enjeux, les risques estimés et les mesures de prévention.

Les titulaires de ce Master sont des cadres scientifiques des entreprises ou des organismes de recherche disposant d’applications ou de services de développement ayant des implications territoriales ou spatiales.

Secteurs d’activité visés à l’issue du diplôme

L’objectif général de cette Spécialité du Master Géographie n’est pas de former des spécialistes des SIG mais des professionnels à double compétence, disciplinaire (géographie, aménagement) et méthodologique (télédétection, SIG, systèmes de gestion de bases de données, cartographie) capables de s’insérer dans des bureaux d’étude et de gestion des espaces et territoires urbains ou naturels que ce soit des sociétés privées ou des collectivités territoriales.

Les secteurs visé par cette formation sont les bureaux d’étude, les bureaux de consultants, les établissements publics (chambres de commerce et d’industrie, des métiers, d’agriculture, etc.), la fonction publique d’État (administrations du type DDE, DDA, DDASS ou DIREN, etc.) ou locale (collectivités locales), le secteur associatif, les universités, les organismes de recherche et d’enseignement.

Emplois, métiers possibles à l’issue du diplôme

Codes métiers (ROME) les plus proches

Sous réserve de l’obtention d’un doctorat ou d’un concours pour certains emplois visés :

– Enseignement supérieur
– Recherche en Sciences de l’Homme et de la Société

Objectifs

La logique fondamentale de cette formation associe le management culturel et les études européennes (l’espace européen, naturellement privilégié, n’étant pas conçu comme un espace clos); les enseignements s’articulent autour d’un pôle dominant, qui sera décliné en plusieurs options (franco-allemand, franco-italien, franco-espagnol, etc…), un certain nombre de cours devenant ainsi transversaux. L’objectif est de proposer aux étudiants une filière professionnalisante de type LLCEr débouchant sur autre chose que l’enseignement institutionnel.

 

Secteurs d’activité visés à l’issue du diplôme

– champs professionnels liés à la culture et à son économie d’une part, et aux relations internationales d’autre part.
Le secteur visé peut être défini comme gestion des affaires culturelles et des relations internationales dans les collectivités locales et territoriales, les institutions et fondations à vocation culturelle, les entreprises à vocation culturelle ou de communication.Offres d’emploi identifiées :
Chargé de mission aux affaires culturelles, Chargé de mission aux relations internationales, Responsable de centre culturel ou de service culturel en entreprise, Responsable de projet culturel/d’action culturelle, Attaché de communication, Postes de responsabilité dans des organismes binationaux ou internationaux.

Poursuites d’études

– Poursuite d’études en master 2 spécialité : « Médiation culturelle et communication internationale »

Objectifs :

La finalité de ce master est la recherche dans le domaine des sciences du langage, de la linguistique d’une langue particulière ou des sciences cognitives. La diversité des parcours permet de devenir spécialiste d’un domaine particulier tout en bénéficiant d’une formation avancée en linguistique. Plusieurs orientations sont proposées dont l’analyse du discours, la variation linguistique, la diachronie ou les sciences cognitives.

Le parcours interdisciplinaire « Langage et Sciences Cognitives » croise ainsi la linguistique, la psychologie, l’anthropologie, la sociologie, la neurobiologie et l’informatique avec, en perspective, la recherche sur la faculté du langage elle-même.

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

Master 2
Le dossier de candidature en M2 est disponible à l’adresse suivante :
http://unice.fr/faculte-des-lettres-arts-sciences-humaines/inscriptions/dossiers-de-candidature-en-master

Emplois et métiers possibles :Enseignement des langues – terminologie – ingénierie linguistique – orthophonie – domaines connexes tels que la publicité, la traduction, la politologie, certains métiers du patrimoine, etc. – sciences cognitives : http://fondation-cognition.org/?q=node/178

 

Objectifs

PERMET DE FORMER :

COMPETENCES ACQUISES :

> Le parcours Stratégie et Ingénierie en Formation d’Adultes (S.I.F.A.) :

 

> Le parcours Ingénierie et Fonctions d’Accompagnement en Formation (I.F.AC.) :

 

 

Débouchés

> Parcours Stratégie et ingénierie en formation d’adultes

Secteurs d’activité :

Métiers :

 


> Parcours Ingénierie Fonction d’accompagnement en formation

Secteurs d’activité :

Métiers :

Objectifs de la formation

Le Master Finance vise à former des étudiants spécialisés dans les domaines de la Comptabilité, la Finance et la Gestion bancaire. Afin de répondre aux besoins du milieu professionnel de la Finance, il offre deux parcours :  le parcours Finance d’Entreprise et des Marchés qui adopte une position généraliste dans la discipline et conduit à des fonctions d’encadrement dans le domaine de la Finance  le parcours Chargé d’Affaires Entreprise qui propose une formation approfondie et professionnalisante pour les étudiants se destinant aux métiers de cadres bancaires

 

MODALITÉS DE RECRUTEMENT

Pré-requis :

La 1ère année de Master Finance est accessible aux titulaires :
- de la Licence de Sciences de Gestion de l’IAE DIJON (180 crédits ECTS),

- d’autres Licences de Sciences de Gestion ou d’autres disciplines jugées compatibles (180 crédits ECTS).

La sélection pédagogique s’opère sur dossier (voir encart « candidature » à droite). Elle se fait en fonction des capacités d’accueil dans le Master (30 étudiants).

La 2ème année de Master Finance est accessible aux titulaires :

- de la 1ère année de Master Finance (60 crédits ECTS)
- d’un autre Master de l’IAE DIJON, ou d’un autre Master dans le domaine des Sciences de Gestion ou dans d’autres disciplines jugées compatibles (Sciences Economiques…), (60 crédits ECTS)

La sélection pédagogique s’opère sur dossier (voir encart « candidature » à droite) et entretien. Elle se fait en fonction des capacités d’accueil dans le Master (30 étudiants).

Le dossier de candidature peut éventuellement être retiré au secrétariat pédagogique de l’IAE DIJON.
Les entretiens du Master 2 se déroulent :
- durant le deuxième quinzaine de juin pour la session 1
- début septembre pour la session 2
L’admission est prononcée par le Chef d’Etablissement sur proposition du Responsable du Master.

Le Master 2 Finance est accessible en alternance (contrat de professionnalisation, contrat d’apprentissage).

Le Master est également accessible par Validation d’acquis pour les candidats ne disposant pas des pré-requis mais justifiant d’une expérience professionnelle avérée dans le domaine financier : contacter le SEFCA (Service commun de formations continue et par alternance)

 

 

ORGANISATION DE LA FORMATION

Organisation générale de la formation

Site de localisation de la formation : Dijon

La formation accueille chaque année une trentaine de personnes. La promotion est composée :
-  d’alternants sous contrat de professionnalisation ou d’apprentissage (nombre de places limité en apprentissage) ou de salariés dans le cadre d’une période de professionnalisation – uniquement pour la deuxième année de Master,
-  de salariés en formation continue (CIF, plan de formation…),
-  de demandeurs d’emploi en reprise d’études,
-  d’étudiants…

Durant le Master 2, le rythme de l’alternance est en moyenne de deux semaines en entreprise et deux semaines à l’Université de Bourgogne.

 

Présentation des Unités d’Enseignement

1ère année de Master Finance

SEMESTRE 1
- UE 1 Contrôle et gestion financière
- UE 2 Langue, stratégie et insertion professionnelle
- UE 3 Environnements juridiques
- UE 4 Analyse et gestion des organisations
- UE 5 Aide à la décision

SEMESTRE 2
- UE 6 Finance et Contrôle de Gestion
- UE 7 Langue, langage et environnement juridique
- UE 8 Valeur et risques financiers
- UE 9 Environnement institutionnel et de la recherche
- UE 10 Professionnalisation

2ème année de Master Finance parcours Finance d’Entreprise et des Marchés

SEMESTRE 3
- UE 1 Gestion d’entreprise et de patrimoine
- UE 2 Gestion d’actifs
- UE 3 Langues et langages
- UE 4 Pilotage et gouvernance des organisations

SEMESTRE 4
- UE 5 Fiscalité, droit et finance
- UE 6 Gestion des risques
- UE 7 Professionnalisation

2ème année de Master Finance parcours Banque : Chargé d’Affaires Entreprise

SEMESTRE 3
- UE 1 Gestion d’entreprise et de patrimoine
- UE 2 Banque
- UE 3 Gestion d’actifs
- UE 4 Fiscalité, droit et finance
- UE 5 Financement de la firme (CFPB)

SEMESTRE 4
- UE 6 Relations clients (CFPB)
- UE 7 Evaluation et gestion des risques (CFPB)
- UE 8 Environnement de la banque et de l’entreprise (CFPB)
- UE 9 Langues et langages
- UE 10 Professionnalisation

La taille de chaque promotion du Master Finance étant limitée, la pédagogie développée est dynamique et interactive. Elle repose notamment sur la conduite d’études de cas, de simulations et de projets, ainsi que sur la réalisation d’études et de dossiers impliquant ou ayant impliqué des sociétés et institutions financières (fusions et acquisitions, introduction en bourse, gestion des risques…).

Le fonctionnement du Master spécialité « Finance » s’appuie aussi sur un tissu d’organisations financières partenaires qui accueillent des alternants ou des stagiaires en leur confiant des missions opérationnelles ou stratégiques. Des banquiers et cadres financiers interviennent dans les enseignements de première et seconde année de Master et des conférences dispensées par des praticiens de haut niveau viennent compléter le dispositif de formation.

 

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE (Alternance et Stages)

L’étudiant réalise un stage d’une durée minimale d’un mois durant la première année de master. Ce stage peut être effectué au sein d’une direction financière d’entreprise, dans une banque ou une institution financière.

Pendant la deuxième année de Master :
-  l’alternant assure une mission sur une année
-  l’étudiant ou le stagiaire de formation continue effectue un stage (entre 3 et 6 mois) au cours du semestre 4 (début avril).

Il s’agit de réaliser une mission « Finance – Contrôle » d’étude ou opérationnelle.

Le choix de la structure d’accueil est libre en fonction du projet professionnel (sous réserve de validation pédagogique). Un suivi est assuré par un tuteur universitaire (enseignant de l’équipe pédagogique) et un tuteur désigné en entreprise.

La période de stage ou d’alternance donne lieu à la rédaction d’un mémoire professionnel dont la forme et le fond sont définis par le responsable du Master. Ce mémoire est soutenu devant jury composé du tuteur universitaire et du tuteur entreprise.

COMPÉTENCES ACQUISES

Les compétences visées sont de trois ordres :
- compétences analytiques : capacité à analyser un problème financier en le reliant à des modèles théoriques afin d’alimenter la prise de décision ;
- compétences opérationnelles : capacité à mobiliser et à appliquer les connaissances acquises, à mettre en place les plans d’actions et à mobiliser des moyens, à motiver des équipes ;
- compétences techniques, par la connaissance des méthodes et des outils de décision utilisés en finance.

DÉBOUCHÉS

 

Les diplômés du parcours Finance d’Entreprise et des Marchés sont appelés à exercer leur activité professionnelle dans les entreprises industrielles et commerciales, les institutions financières ainsi que dans des cabinets d’audit et de consulting. Sont particulièrement visées les directions régionales et principalement les services fonctionnels (back et middle-office, fusions & acquisitions, L.B.O., financement structuré, financement de projets, contrôle de la trésorerie…) des directions des banques et sociétés financières, ainsi que la direction administrative et financière des entreprises (direction financière, gestion de trésorerie, contrôle de gestion…)

La vocation principale du parcours Chargé d’Affaires Entreprise est de répondre à un besoin de cadres en banque (Chargés d’Affaires Entreprise) en vue de diriger une équipe, une agence puis un groupe d’agences.

Selon une étude récente menée par le CFPB, 86 % des jeunes diplômés du Master Chargé d’Affaires Entreprise obtiennent un poste dans le secteur Finance/Banque à l’issue de leur formation.

Objectif de la formation

La Licence de Sciences de Gestion (LSG) offre une formation complète, polyvalente et opérationnelle en gestion.

Elle vise à donner aux étudiants une solide formation à la gestion et au management des entreprises et des organisations, à leur faire acquérir  des connaissances techniques fonctionnelles fondamentales tout en leur permettant de développer l’approche pluridisciplinaire qu’exige l’appréhension efficace de tout problème de gestion ; à renforcer leur culture générale en relation avec le monde de l’entreprise ; à les conduire à une maîtrise avancée des outils bureautiques et des NTIC.

La possession d’une LSG permet aux diplômés, issus de formations d’origine variées, de bénéficier d’un sérieux potentiel d’évolution universitaire ou professionnelle.

La formation est fondée sur une pédagogie active alliant apports conceptuels et opérationnels par des cours et travaux dirigés (études de cas), mais aussi des simulations de gestion et des projets (travail en équipes) favorisant l’initiative et le développement de potentiels. Un stage professionnel de deux mois minimum (en France ou à l’étranger) ponctue la formation.

En raison de l’hétérogénéité des promotions, les enseignements sont conçus pour que les étudiants, quel que soit leur origine, puissent acquérir rapidement un socle commun de connaissances et de savoir-faire en management. La formation est organisée autour de quatre unités d’enseignement (UE) qui regroupent des éléments constitutifs (EC) dont les objectifs et contenus sont complémentaires :

Les disciplines fonctionnelles en gestion permettent de comprendre le fonctionnement des organisations et des principales fonctions des entreprises : Stratégie, Marketing et communication, Gestion financière, Contrôle de gestion, Ressources humaines, Production…

Les disciplines de support en gestion s’intéressent à des outils utilisés par les gestionnaires pour les aider à prendre des décisions : Informatique, Statistiques et probabilités, Techniques d’enquête, Comptabilité financière…

L’environnement des affaires permet d’appréhender le contexte complexe et incertain dans lequel évoluent les organisations : anglais des affaires, droit, économie, RSE…

Les projets de valorisation personnelle ont pour objectif d’encourager les étudiants à s’engager dans une démarche volontaire d’orientation et d’insertion professionnelle : conférences, forum et tables rondes métiers et emploi, atelier CV et lettres de motivation, atelier Entretien de recrutement concours, un élément pédagogique (EP) d’ouverture chaque semestre…

Télécharger le livret pédagogique de la Licence de Sciences de Gestion de Tours

Débouchés

La LSG offre un accès de droit au Master 1 FCA (Finance Comptabilité Contrôle) et au Master 1 MSHO (Management Stratégique des Hommes et des Organisations) de l’IAE de Tours qui constituent une année d’approfondissement et de pré-spécialisation afin d’intégrer dans de bonnes conditions un Master 2 spécialisé à vocation professionnelle ou de recherche.

Les atouts liés aux caractères polyvalents et opérationnels de la formation, offrent également de vastes débouchés professionnels :

Objectifs de la formation

L’objectif de la formation, qui s’adresse à des étudiants ou des stagiaires motivés par les milieux de la culture, est de permettre la construction d’un projet professionnel dans le champ de l’administration, de la gestion et de la médiation culturelle. Il s’agit, en combinant différentes disciplines allant du Droit à l’Histoire de l’Art en passant par la Gestion et la Sociologie, de développer la capacité d’accompagner la production, la diffusion et la médiation des œuvres ou du patrimoine. Différentes approches facilitent cette assimilation : visites de terrain, analyses de site, conférences de professionnels… La pédagogie s’appuie sur une véritable alternance avec les différents milieux et les différents acteurs culturels. Donner des compétences d’administration et de gestion adaptées au champ professionnel de la culture afin de permettre la conception et la réalisation de projets culturels ou de valorisation patrimonial, par des collectivités territoriales et/ou des partenaires privés.
Les objectifs professionnels sont :
– L’administration d’une structure et de projets culturels
– La conception de projets culturels ou de développement du patrimoine
– La conduite d’études de faisabilité (évaluation des publics, des coûts, sécurité et risques)
– La mise en œuvre et la gestion de l’avancement du projet avec les partenaires et l’évaluation des opérations et bilan prospectif.
– La médiation culturelle

ORGANISATION DE LA FORMATION

Site de localisation de la formation : Dijon

Pour les semestres 1 et 2, se renseigner auprès des scolarités correspondantes (cf. modaliés de recrutement)2ème année de master professionnel Ingénierie des projets interculturels et internationaux

SEMESTRE 3

- UE 1 : La place de l’interculturel dans le développement culturel
- UE 2 : Les concepts de l’interculturalité
- UE 3 : L’émergence du projet interculturel
- UE 4 : Outils de gestion de projet interculturel
- UE 5 : Langages et outils

SEMESTRE 4

- UE 6 : Recherche
- UE 7 : Cadre général de l’action culturelle
- UE 8 : Outils spécifiques
- UE 9 : Expérimentation
- UE 10 : Pratiques professionnelles

Stage

Stage en entreprise au minimum de 16 semaines

COMPÉTENCES ACQUISES

Les principales compétences délivrées sont :
- élaborer un projet culture, (analyser sa faisabilité d’un projet, rédiger et définir les phases d’un projet, définir le calendrier de mise en œuvre, définir les moyens de mise en œuvre, concevoir et exécuter un cahier des charges,coordonner la conduite d’un projet,
- établir un bilan d’activité, une convention, des contrats,
- animer une équipe de travail, gérer les relations avec les artistes, élaborer un système de tarification, organiser une billetterie,
- constituer un fichier, argumenter un projet de diffusion, organiser une tournée et gérer une tournée, concevoir un projet de lieu culturel
- élaborer et évaluer un budget détaillé d’un projet culturel, d’une structure, trouver des financements, établir des dossiers de financement, contrôler l’évolution des dépenses, tenir une comptabilité, établir un plan d’amortissement, établir un bilan financier et un compte de résultat, établir une déclaration de droits d’auteur, définir les supports de communication
- concevoir un plan de communication, faire une synthèse de documents, appliquer les techniques d’inventaire du patrimoine, concevoir un questionnaire d’enquête pour le public
- conduire des entretiens d’enquête, aménagement du territoire anthropologie / fonctionnement des collectivités locales, droit des biens culturels, économie de la culture,
- concevoir la programmation d’un festival ou d’un évènement, d’une exposition,
- concevoir un cycle de conférences, concevoir un programme d’animation.

DÉBOUCHÉS

Les métiers visés sont situés dans tous types de structures de production artistique et d’action culturelle : secteur privé, secteur subventionné, industries culturelles, collectivités territoriales.
Les fonctions susceptibles d’être occupées par les titulaires du diplôme sont :
- responsables et coordinateurs de projets d’échange,
- chargés de production et de programmation,
- agents d’accompagnement des artistes,
- secrétaires généraux,
- administrateurs,
- responsables de communication ou de relations publiques dans collectivités ou entreprises,
- concepteurs et évaluateurs de projets artistiques et culturels,
- chargés des relations avec les médias,
- médiateurs,
- responsables de services éducatifs…

Objectifs

La formation a une double finalité

En fin de première année les étudiants vont devoir choisir entre ces trois modules complémentaires  (insertion professionnelle, insertion licence professionnelle, poursuite d’études) qu’ils suivront selon leur choix en deuxième année, en plus d’un tronc commun.

De par son rattachement à l’Université Jean Moulin Lyon 3, les poursuites d’études sont favorisées : il existe de nombreuses voies envisageables au sein de l’IUT même via les licences professionnelles de l’IUT.

Spécificités

La formation permet aux diplômés de s’adapter rapidement aux exigences de l’entreprise, offrant leurs compétences dans les secteurs de l’industrie,de la distribution, des services et de l’administration. L’encadrement est assuré par des universitaires et des professionnels : cadres, chefs d’entreprises, professions libérales.

En seconde année le stage dure 8 semaines et clôt la scolarité. L’étudiant est alors en situation de collaborateur d’entreprise et travaille sur des missions réelles.
Il est aidé dans sa tâche par un tuteur en entreprise et un maître de stage issu de l’I.U.T.

Contenu de la formation :

Résumé :

Au sein de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et de son IUT, le Diplôme Universitaire de Technologie GACO (Gestion Administrative et Commerciale des Organisations) est un DUT demanagement et gestion polyvalent destiné à étudier le fonctionnement de l’entreprise sur ses marchés, tant du point de vue interne (flux, processus, gestion comptable et financière…), qu’externe (marketing, vente).

Il a été créé en 1993,  pour faire face aux besoins croissants des entreprises en collaborateurs de gestion polyvalents capables de comprendre et gérer ces différents aspects. En deux ans, nos étudiants acquièrent ainsi de solides compétences pluridisciplinaires en marketing, comptabilité, gestion, GRH, supply chain management, stratégie….

C’est un diplôme d’Etat professionnalisant de niveau BAC + 2,  à mi-chemin entre le DUT Tech de Co et le DUT GEA, qui offre donc une compétence à la fois gestionnaire, administrative et commerciale.
Il est notamment  très adapté aux étudiants souhaitant travailler en entreprise mais ne sachant pas tout à fait vers quel métier ou secteur  s’orienter : de par sa polyvalence, il permet d’élargir la réflexion et laisse deux années suppémentaires pour préciser son choix.
Il est très apprécié des entreprises qui en 2009 mettent une note de satisfaction moyenne de 18/20 aux étudiants Gaco ayant effectué un stage chez elles.

Face aux défis actuels, il s’oriente de plus en plus vers des formations associées ou complémentaires à l’international (dont le Dueti)  ou vers des liens renforcés avec le milieu professionnel lyonnais.

 

Débouchés

Débouchés professionnels

L’insertion professionnelle et le type de poursuites d’études correspondent aux débouchés naturels de la spécialité GACO : ils couvrent en entreprise toutes les « fonctions » de gestion administrative (GRH, droit, audit, stratégie, fonctions support …), financière(contrôle de gestion, comptabilité, analyse financière, …) et commerciale (assistant chef produit, analystes, manageur de la Gestion de la Relation Client, e-marketing, …).

Description et Objectifs

Offrir une formation tenant compte des multiples implications de la chimie organique et analytique aux frontières des domaines de la santé, des matériaux et de l’analyse.
Les enseignements visent à apporter des connaissances théoriques, méthodologiques et techniques de chimie organique et analytique permettant aux étudiants d’aborder la recherche dans des conditions favorables au développement de l’imagination , de l’autonomie et des sens critique et pratique

Compétences visées

Une culture scientifique générale en chimie organique et analytique, en particulier dans le domaine des réactions stéréosélectives et catalytiques, des hétéroréactifs et hétérocycles, des substances naturelles et des molécules d’intérêt biologique et industriel, des méthodes spécifiques (spectroscopies analyses).
L’initiative et l’autonomie grâce à la réalisation d’un projet de recherche
La rigueur intellectuelle et la méthode grâce à un projet effectué tout au long de l’année, et pendant lequel l’étudiant se familiarise avec les techniques et appareillages.
Les capacités d’expression tant orale qu’écrite par la présentation écrite et la soutenance d’un mémoire. L’aptitude à utiliser des connaissances par des questions de chimie organique et analytique générale au cours de la présentation orale du mémoire.

Contenu de la formation

 

 

Poursuites d’études

Pour l’essentiel, les diplômés du master poursuivent leurs études par la préparation d’un doctorat en Europe, dans les domaines de chimie fondamentale ou appliquée. Les étudiants peuvent ainsi effectuer une thèse de doctorat dans le domaine académique ou industriel en bénéficiant de financements variés (allocations régionales ou ministérielles, bourse industrielle…)

Par ailleurs les établissements qui proposent cette formation sont partenaires et associés à un programme INTERREG IV A financé par l’union européenne, ce qui offre des possibilités de relations internationales et présentent un avantage important pour l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.

Débouchés professionnels

En savoir plus sur l’insertion professionnelle : les enquêtes de l’OVEFIP

Présentation 

Vous êtes passionné.e par l’Asie orientale ? Vous souhaitez après le bac vous lancer dans l’apprentissage de la langue et de la civilisation de la Chine, de la Corée, du Japon ou du Vietnam ? Nos Licences LLCER sont faites pour vous.
L’UFR Langues et civilisations de l’Asie orientale (LCAO) vous propose un cycle complet de formation (licence, master, doctorat) en chinois, coréen, japonais et vietnamien. Ces formations sont ouvertes aux étudiant.e.s qui n’ont aucune connaissance préalable des langues orientales. Quelle que soit la langue choisie, la licence est centrée sur l’apprentissage intensif de la langue et la découverte de multiples facettes de la civilisation choisie.
L’objectif de ces formations généralistes et pluri-disciplinaires est d’amener des étudiant.e.s grand.e.s débutant.e.s à un niveau satisfaisant en langue et en civilisation dans la spécialité choisie.
Dans ce but, les formations comportent un tronc commun important composé de cours de langue et de civilisation, permettant l’acquisition des connaissances fondamentales dans ces domaines. Afin de compléter le cursus, des accords européens (programmes Erasmus) et des conventions avec des universités d’Asie permettront à l’étudiant.e de partir étudier à l’étranger.
Enseignements

La licence LLCER en langues d’Asie orientale propose des différents types de parcours accessibles dès la première année de licence.

Les parcours monodisciplinaires en chinois, coréen, japonais et vietnamien permettent à l’étudiant.e de se concentrer sur la langue et la civilisation choisie.

Les parcours bi-disciplinaires associent une langue d’Asie orientale et une formation en Français langues étrangères (FLE). Montés en collaboration avec l’UFR Linguistique, ils permettent à des étudiant.e.s en langue d’Asie orientale de se spécialiser en 3e année (L3), et à des étudiant.e.s en linguistique de le faire dès la première année de licence dans la langue d’Asie orientale de leur choix. Ce type de parcours est conseillé aux étudiant.e.s qui ont l’ambition d’exercer l’enseignement de français dans un pays d’Asie orientale.

Les parcours bilingues encouragent l’étudiant.e de suivre des enseignements en études anglophones et dans une des langues d’Asie orientale proposées. Elaborés en partenariat avec l’UFR Etudes anglophones, ils s’adressent aux étudiant.e.s grand.e.s débutant.e.s en langue asiatique, mais déjà spécialisés en langue anglaise.

Ces parcours sont conçus de manière à favoriser la progression linguistique de l’étudiant.e qui met l’accent sur l’acquisition de la langue asiatique en 1ère année (L1), puis évolue vers un rééquilibrage des deux langues au terme de la 3e année (L3).
Ce type de parcours sélectif peut se révéler judicieux en cas de choix d’une poursuite d’étude ou d’une insertion professionnelle dans le domaine de la médiation culturelle, des sciences politiques, du commerce international.

La double licence Aster s’adresse aux étudiant.e.s en licence Science de la Terre qui souhaitent combiner les enseignements fondamentaux en sciences de la Terre, de l’environnement et des planètes avec une formation solide en langues et en civilisations de la Chine et du Japon. Cette formation s’adresse aux étudiant.e.s qui visent une insertion professionnelle dans leur spécialité en Asie ou à poursuivre en master recherche.

La formation des étudiant.e.s est complétée par des cours optionnels « modules libres », des cours d’informatique-outil (C2i), des cours de langue pour non spécialistes (LANSAD) et de pré-professionalisation (PPP).

Les licences proposées par l’UFR LCAO permettent à l’étudiant.e. d’effectuer une mobilité en Europe (programme Erasmus), en Asie (conventions entre l’université Paris Diderot et des universités asiatiques) ou dans des établissements nord-américains.

Et après ? 

Poursuite d’études en Master
master recherche « Asie orientale et Sciences humaines » dans la spécialité correspondante (sortie à Bac+5, avec une sortie possible à Bac+4)
Ce master recherche a pour vocation de former des chercheurs, des experts, des acteurs de la vie professionnelle ayant une connaissance approfondie de la langue et de la culture du pays choisi. Le programme comprend des cours de perfectionnement linguistique de haut niveau et un grand choix de séminaires qui permettent de maîtriser les outils propres à chaque discipline en fonction
du sujet de recherche choisi. Il est également possible de valider son master par un stage professionnalisant.

masters de linguistique, pour les étudiant.e.s spécialisé.e.s en FLE

master enseignement (MEEF) en chinois

D’autres formations à l’issue de la licence
Pour les métiers de l’enseignement (après préparation aux concours de recrutement du secondaire, Capes et Agrégation de chinois, Agrégation de japonais)
Pour devenir traducteur ou interprète

 

Secteurs d’activité
Tourisme, édition, commerce international, etc.
Pour élargir ses perspectives, il est conseillé de compléter son parcours par une autre formation, en commerce ou en sciences politiques, par exemple.

Présentation

Ce double cursus en partenariat avec l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) est un parcours de la licence en droit pour les étudiants inscrits à l’université Panthéon-Assas.
A l’issue des trois années de la formation, les étudiants obtiennent la licence en droit de l’Université Panthéon-Assas et la licence d’histoire de l’université Paris-Sorbonne.

Objectifs

L’objectif est de mettre à la disposition des étudiants une formation d’excellence s’adressant à des étudiants dotés d’une grande capacité de travail et d’une faculté d’adaptation les rendant aptes à développer, de façon simultanée, des moyens et des champs différents de réflexion.
Il vise à leur apporter une solide culture dans les deux disciplines juridique et historique, des outils de compréhension et de réflexion sur les évolutions de nos sociétés, et les compétences nécessaires pour faire d’eux des témoins lucides et actifs de ces évolutions.
De telles études exigent, outre une parfaite maîtrise de la langue française (expression écrite et orale), un très bon niveau préalable dans certaines matières telles que l’histoire, la philosophie, une langue étrangère, ainsi qu’une bonne aptitude au raisonnement logique.

Organisation des études

Le cursus s’articulera autour de deux UE regroupant les principales matières de chaque spécialité :

  • Au sein de chaque semestre d’enseignement, une UE « fondamentaux Histoire » regroupe, en première année, quatre cours avec travaux dirigés, cet ensemble devant obligatoirement couvrir les quatre grandes périodes de l’histoire (ancienne, médiévale, moderne, contemporaine) et, dans les autres années, trois cours avec TD couvrant obligatoirement trois périodes de son choix. En première année, l’étudiant peut, en raison d’incompatibilité, dûment justifiée, entre emplois du temps, bénéficier de l’allègement d’un TD.

 

  • Au sein de chaque semestre d’enseignement, une UE « fondamentaux droit » regroupe trois matières imposées (exception faite des semestres de 3e année qui offrent une capacité de choix pour l’une des trois matières), deux d’entre elles étant assorties de travaux dirigés.

 

  • Enfin, chaque semestre d’enseignement inclut une troisième UE regroupant des matières dites « complémentaires ou transversales » : outre l’enseignement de la langue vivante, on y trouve des enseignements qui peuvent fort bien relever d’une discipline plutôt que de l’autre, mais qui ont été jugés aptes à offrir à l’étudiant un moyen d’approfondir sa culture dans le cadre de ce qui deviendra sa discipline dominante (on imagine ainsi qu’un enseignement d’histoire du droit de la famille puisse être un utile approfondissement pour tout historien qui choisira de se spécialiser en histoire sociale). L’étudiant a de même la possibilité de suivre, uniquement s’il le souhaite, un enseignement de latin et de latin juridique (très utile pour une éventuelle spécialisation dans l’histoire – ou l’histoire du droit – des époques ancienne et médiévale, et pour une véritable intelligence du droit français comme des droits occidentaux forgés à partir de termes, de règles et de concepts hérités du corpus juris civilis de Justinien et de son exégèse médiévale).

 

Structure du diplôme

 

SEMESTRE I : 3 UE

 

UEH1 fondamentaux Histoire 1 (13 semaines d’enseignement) : 130h 12 ECTS

  • Histoire ancienne 2h30 /semaine (1+1,5 TD) note/20
  • Histoire médiévale 2h30/semaine (1+1,5 TD) note/20
  • Histoire moderne 2h30/semaine (1+1,5 TD) note/20
  • Histoire contemporaine 2h30/semaine (1+1,5 TD) note/20

Moyenne UE/20

 

UED1 fondamentaux Droit 1 (12 sem. cours de 3h, 10 sem. de TD de 1h30) : 142h30 12 ECTS

Moyenne UE/20

 

UEC1 complémentaires et transversaux 1 : 52h30 6 ECTS

Moyenne UE/20

 

 

SEMESTRE II : 3 UE

 

UEH2 Fondamentaux Histoire 2 (13 semaines d’enseignements) : 130h 12 ECTS

  • Les quatre périodes, mêmes durées cours/td Moyenne UE/20

 

UED2 Fondamentaux Droit 2 (11 ou 13 semaines de cours, 10 de TD) : 142h30 12 ECTS

Moyenne UE/20

 

UEC2 complémentaires et transversaux 2 : 90h 6 ECTS

Moyenne UE/20

 

Enseignements facultatifs (jusqu’à 3 points supplémentaires en UEC)

  • Latin et latin juridique (1h cours/s. annuel) ou 2e langue vivante (1h 30 TD/s. annuel) (points rattachés à UEC2)
  • Atelier de professionnalisation juridique (10 séances de TD d’1 h30 sur toute l’année) (points rattachés à UEC2)
  • Sport (points rattachés à UEC1) Total ECTS : 60

 

Volume horaire par étudiant L1 : 687h30 + enseignements facultatifs

 

 

SEMESTRE III : 3 UE

 

UEH3 Fondamentaux Histoire 1 (13 semaines de cours et TD) : 117h 12 ECTS

  • Trois périodes parmi : ancienne, médiévale, moderne, contemporaine note/30 par mat.

(1h cours, 2h td soit 3h/sem. par matière)

Moyenne UE/20

 

UED3 Fondamentaux Droit 1 (12 semaines cours + 10 semaines TD) : 142h30 12 ECTS

Moyenne UE/20

 

UEC3 complémentaires et transversaux 1 : 52h30 6 ECTS

Ou Histoire du droit des obligations

  • Anglais 1h30 TD note/10

Moyenne UE/20

 

 

SEMESTRE IV : 3 UE

 

UEH4 Fondamentaux Histoire 2 (13 semaines cours et TD) :117h 12 ECTS

  • trois périodes parmi : ancienne, médiévale, moderne, contemporaine note/30 par mat.

(1h cours, 2h td/Sem. par matière)

Moyenne UE/20

 

UED4 Fondamentaux Droit 2 (13 semaines cours + 10 semaines TD) : 142h30 12 ECTS

Moyenne UE/20

 

UEC4 complémentaires et transversaux 2 : 52h30 6 ECTS

Ou

Finances publiques

  • Anglais 1h30 TD note/10

Moyenne UE/20

 

Enseignement facultatif (jusqu’à 3 points en UEC)

  • latin et latin juridique (1h cours/s. annuel) ou 2e langue vivante (1h30 TD/s. annuel)(points rattachés à UEC4)
  • Atelier d’informatique (points rattachés à UEC4)
  • Sport (points rattachés à UEC3) Total ECTS : 60

 

Volume horaire par étudiant L2 : 624h + enseignements facultatifs

 

 

SEMESTRE V : 3 UE

 

UEH5 fondamentaux Histoire 1 (13 semaines cours et TD) : 117h 12 ECTS

  • Trois périodes parmi : ancienne, médiévale, moderne, contemp. note /30 dans chaque matière Moyenne UE/20

 

UED5 fondamentaux Droit 1 (12 semaines cours, 10 semaines TD) : 142h30 12 ECTS

ou

  • Droit communautaire 1 (Droit institutionnel)

ou

Moyenne UE/20

 

UEC5 complémentaires et transversaux 1 : 52h30 6 ECTS

ou

Histoire du droit des affaires

ou

Histoire du droit administratif

ou

L’une des deux matières non prises en fondamentaux 1 UED5

ou

Droit du travail 1 (relations individuelles de travail) 3h CM note/10

Moyenne UE/20

 

 

SEMESTRE VI : 3 UE

 

UEH6 fondamentaux Histoire 2 (13 semaines cours et TD) : 117h 12 ECTS

  • Trois périodes parmi : ancienne, médiévale, moderne, contemp. note /30 dans chaque mat. Moyenne UE/20

 

UED6 fondamentaux droit 2 (13 semaines cours, 10 semaines TD) : 142h30 12 ECTS

ou

Droit des affaires 2**

ou

Droit des libertés fondamentales

ou

Contentieux administratif Moyenne UE/20

 

UEC6 complémentaires et transversaux 2 : 90h 6 ECTS

ou

l’une des matières non prises en fondamentaux 2 UED6 3h CM note/10

Si cette matière a été prise en UED6

l’une des matières restantes des fondamentaux 2 UED6

ou Droit fiscal

ou Droit du travail 2 (relations collectives)** 3h CM note /10

Moyenne UE/20

 

 

Enseignements facultatifs (jusqu’à 3 points suppl. en UEC)

  • latin et latin juridique (1h cours/s. annuel) ou 2e langue vivante (1h30 TD/s. annuel)

(points rattachés à UEC6)

  • Atelier de professionnalisation juridique (1h30 TD/s. 2e semestre) (points rattachés à UEC6)
  • Sport (points rattachés à UEC5)

 

** cours ouverts aux seuls étudiants qui ont choisi les cours ayant le même intitulé au premier semestre

 

Total ECTS : 60

Volume horaire par étudiant L3 : 661h30 + enseignements facultatifs

 

 

Poursuites d’études

Les étudiants diplômés de la double licence peuvent poursuivre leurs études dans le double master droit-histoire ou au sein d’un master 1 de l’une ou l’autre des universités partenaires en fonction de leurs acquis et de leur choix.
L’obtention de la double licence doit permettre un large choix, dans la poursuite du cursus, entre les divers parcours recherches ou professionnels des deux disciplines – Masters à dominante juridique, Masters à dominante historique, formations susceptibles de déboucher sur les métiers du patrimoine – voire la possibilité de suivre simultanément un Master de droit et un Master d’histoire.

Débouchés

La Licence Professionnelle Services à la personne – Parcours : Ingénierie des services à domicile, vise par l’association d’enseignements théoriques et de mises en situation professionnelle, à apporter les connaissances et les compétences relatives à la fonction d’encadrement et de coordination d’une part et à l’accompagnement social et médicosocial d’autre part.

A l’issue de la licence professionnelle, les compétences acquises par les stagiaires sont :

 

Objectifs

Disposer de l’ensemble des compétences et des méthodes d’intervention attendues par les structures du secteur en matière d’encadrement intermédiaire et d’accompagnement social et médico­social.

 

Compétences visées

•Conduire un projet et travailler en réseau et en partenariat

•Maîtriser le cadre juridique et les outils de gestion des structures du secteur

•Connaître les dispositifs de l’accompagnement social et médico­social

•Maîtriser les problématiques spécifiques aux personnes  accompagnées

•Faire preuve de l’éthique et de la déontologie exigées par la relation d’accompagnement

 

Perspectives professionnelles

•Responsable de secteur d’un service d’aide à domicile •Responsable d’unité de service à la personne •Responsable de service d’un pôle d’action sociale •Coordonnateur d’un service social •Responsable d’unité de vie •Responsable d’association à caractère social •Coordonnateur de service de soins à domicile •Responsable d’association caritative •Responsable d’un secteur de maisons de retraite •Responsable d’un secteur d’établissement médico­social

Description

Objectifs

Former des spécialistes de la gestion de patrimoine capables de conseiller leurs clients dans la constitution, le suivi et la transmission de leur patrimoine, en termes d’optimisation et d’arbitrage au sujet de leurs actifs et de leurs structures patrimoniales.
Le Master Gestion du patrimoine et Banque privée assure aux futurs diplômés une double compétence, en droit et fiscalité et en économie et finance. Ils seront ainsi à même de décrypter et simplifier pour leurs clients l’environnement financier, juridique et fiscal tout en les guidant dans l’univers des placements.
Les métiers visés sont ceux de conseiller en gestion privée, gestion de fortune, familly Office, etc.

Compétences à acquérir

 

Conditions d’admission

Accès en M1 : étudiants français ou étrangers titulaires d’une Licence (Bac+3 – 180 ECTS) en gestion, économie appliquée, droit de l’université Paris-Dauphine, d’une autre université, d’un diplôme d’Ecole de commerce ou de management, de Grand Etablissement reconnu équivalent.
Tous les étudiants doivent passer par la procédure e-candidat, y compris les étudiants issus de L3 en gestion de Dauphine. Les étudiants ayant validé leur Licence 3 Gestion de patrimoine sont admis de droit en M1 Gestion de patrimoine et banque privée.

Master 1 en formation initiale ou en apprentissage :
Recrutement sur examen du dossier de candidature (sauf pour les étudiants issus de la L3 Gestion de patrimoine de Dauphine). Le dossier de candidature doit comporter une lettre de motivation et exprimer un choix pour l’apprentissage ou pour une formation initiale sans apprentissage (admissibilité), puis entretien (admission).
Qualités attendues du dossier : expérience, stage dans le domaine, disciplines étudiées : droit, économie, mathématiques, anglais.
L’expérience professionnelle sous-forme de stages est fortement recommandée pour l’entrée en Master 1, particulièrement en Master 1 en apprentissage.
En Master 1 en apprentissage, les droits de scolarité sont pris en charge par l’entreprise.

Master 1 en formation continue :
Recrutement sur examen du dossier de candidature (admissibilité), puis entretien (admission).
Qualité attendues du dossier : expérience (au moins 3 ans), stage dans le domaine, disciplines étudiées : droit, économie, mathématiques, anglais.

Le cursus en formation continue s’adresse à des cadres ou techniciens supérieurs en activité, des candidats en recherche d’un contrat de professionnalisation ou des demandeurs d’emploi
Il est accessible à toute personne disposant d’un Bac+3 dans le domaine du droit, de la finance, de la gestion ou de l’économie et de 3 ans d’expérience professionnelle sauf exception. Les candiats ayant au moins trois années d’expérience professionnelle et un diplôme de niveau 2 dans le domaine de la gestion de patrimoine pourront accéder directement en M2. Les autres candidats pourront bénéficier de parcours aménagés réduisant la durée totale de la formation en utilisant la procédure à la Validation des Acquis de l’Expérience.
Accès en M2 : étudiants français ou étrangers après validation des 60 crédits ECTS du M1  » Finance – majeure Gestion du patrimoine  » ou d’un autre M1 (Bac+4), en gestion, économie, sociologie, droit, psychologies, sciences politiques de l’université Paris-Dauphine, d’une autre université, d’un diplôme d’IEP, de Grande Ecole ou de Grand Etablissement reconnu équivalent.
Recrutement sur lettre de motivation, dossier déposé sur e-candidat (admissibilité) puis sur entretien oral (admission).

Description

La Dauphine licence (grade) Sciences des organisations est le tronc commun en première et deuxième année de la Dauphine licence – Sciences sociales

La Dauphine licence Sciences sociales (D-L3 Sciences sociales) propose une formation pluridisciplinaire. Dans ce but, elle associe méthodes quantitatives et qualitatives dans le cadre d’enseignements de sociologie, de science politique, d’économie et de droit. Dans un environnement dans lequel les métiers sont de moins en moins monodisciplinaires, la Dauphine licence Sciences sociales offre une formation diversifiée, préparant à la professionnalisation tout en étant ouverte sur le monde de la recherche.

Cette 3ème année de spécialisation accueille une centaine d’étudiants, essentiellement issus du cycle de Dauphine licence de Dauphine, de Khâgne AL et BL. En partenariat avec L’ENS Ulm, ce cycle accueille également les élèves normaliens et des étudiants admis à préparer le diplôme de Sciences sociales de l’ENS. En partenariat avec PSL, la D-L3 Sciences sociales accueille également des étudiants du CyPES qui y suivent une partie de leur scolarité. En contrepartie, les étudiants sont admis à suivre certains enseignements délivrés par le Département de Sciences Sociales de l’ENS et par le CyPES.

La D-L3 Science sociales propose trois parcours :

L’objectif de la licence Sciences sociales est de former des étudiants aux compétences diversifiées susceptibles d’intégrer des formations de master qui requièrent à la fois des compétences en sociologie, en science politique et en économie.
L’équipe enseignante est composée de sociologues, de politistes, d’économistes enseignants et chercheurs à l’Université Paris-Dauphine (notamment dans le cadre du laboratoire IRISSO)

Objectifs

Compétences à acquérir

La licence n’est pas à Paris Dauphine un diplôme terminal ni un diplôme professionnalisant. 95 % des étudiants valident leur année, 5 % redoublent. 80 % s’inscrivent dans la Mention Action Publique et Régulations Sociales. Les 20 % restants s’inscrivent dans un autre Master de Dauphine par exemple le Master de Journalisme, le Master d’Economie Internationale … ou dans d’autres établissements universitaires comme l’Université de Paris 1 ou l’IEP de Paris.

Description générale du programme

Le Dauphine licence (grade) Sciences des Organisations (D-L1/D-L2), diplôme d’établissement, représente les deux premières années du cycle de licence. Ce parcours a été conçu de manière pluri-disciplinaire de sorte à ne pas figer les choix des étudiants durant les quatre premiers semestres en leur permettant d’acquérir les fondamentaux dans chacune des grandes orientations proposées en 3ème année.
Ce diplôme constitue le socle fondamental d’acquisition des connaissances à l’issue duquel les étudiants doivent être en mesure de choisir la 3ème année correspondant à leur spécialisation.

Les étudiants peuvent parallèlement s’inscrire à un certificat :
– Langues et Enjeux contemporains
– Certificat d’études juridiques (voir détail des certificats dans les parcours de 1ère année et de 2ème année)

En outre les options proposées en D-L1 et D-L2 permettent aux étudiants de compléter leur cursus, notamment avec l’obtention possible du C2i (Informatique et Internet) dès la première année.

Depuis la rentrée universitaire 2014, Paris-Dauphine propose aux étudiants sportifs de haut niveau, artistes (musique, danse, arts, art dramatique) et aux étudiants entrepreneurs de suivre leur cursus des deux premières années du cycle de licence au sein d’un parcours aménagé : étalement des cours sur six semestres au lieu de quatre (volume horaire total équivalent), options fléchées permettant un renforcement du niveau d’anglais et une valorisation des talents sportifs ou artistiques.

Depuis la rentrée universitaire 2014, Paris-Dauphine propose ses deux premières années de licence Economie, Gestion, Droit et Sciences sociales à Londres. Le cursus est similaire à celui des 1ère et 2ème années de Paris-Dauphine avec des enseignements majoritairement dispensés en anglais par des professeurs anglophones et francophones issus de l’enseignement supérieur. Il est adapté à l’environnement britannique et propose de nombreuses activités extra-scolaires assurées par des professionnels locaux et l’appui du réseau des alumni de Paris-Dauphine à Londres.

A partir de la rentrée 2016, Paris-Dauphine propose ses deux premières années de licence Economie, Gestion, Droit et Sciences sociales à Madrid. Le cursus est similaire à celui des premières et deuxièmes années de Paris-Dauphine avec des enseignements majoritairement dispensés en anglais par des professeur issus de l’enseignement supérieur.
Le programme, fondé sur un partenariat académique avec la Universidad Carlos III de madrid (UC3M), s’adapte au contexte ibéro-américain.

A partir de la rentrée 2016, Paris-Dauphine propose une double licence franco-allemande avec la Duale Hochschule Baden-Wûrttemberg (DHBW) grâce à un parcours original combinant apprentissage et expérience à l’international. Les cours seront donnés en anglais. Un soutien sera apporté à la recherche du contrat d’apprentissage qui sera signé pour les trois années du cycle de la licence.

– Parcours Sciences de la Société
– Parcours Sciences Economiques et Sociales
– Parcours Action Publique

 

Poursuite d’étude et débouchés professionnels

• Le master Action publique et régulation sociale de l’Université Paris Dauphine PSL (renvoyer au site). Ce master prépare aux métiers : de la fonction publique, du conseil et de la régulation sociale des entreprises, de l’évaluation des politiques publiques, des sondages et des études d’opinion, de la recherche en sociologie et en science politique.
• Le Master de Journalisme IPJ Dauphine. Les étudiants peuvent suivre parallèlement à la licence un certificat Médias et journalisme dont la validation peut, sous certaines conditions, les dispenser des épreuves d’admissibilité à IPJ Paris-Dauphine (http://www.ipj.eu/Certificat-medias-et-journalisme-en-L3-a-Paris-Dauphine_a115.html).
• Les masters d’Economie et de Gestion de l’Université Paris Dauphine (sous réserve de certains pré-requis concernant les matières validées en licence)

 

Objectifs

L’objectif de la formation :

 

Cette formation incluant un stage en milieu professionnel favorise largement l’apprentissage de la mise en oeuvre des connaissances.
Différentes entreprises du secteur cosmétique travaillent avec cette licence professionnelle (Parfum Christian Dior, l’Oréal, Lever-Fabergé,…) et acceptent nombre de stagiaires.

Organisation générale des études


Le cursus de la licence professionnelle intègre :


Stage :

Le stage à pour objectif l’apprentissage de la mise en oeuvre des connaissances. Il est d’une durée de 3 mois à partir d’avril. A la demande de l’industriel la durée pourra être prolongée. Cette prolongation ne pourra excéder 3 mois supplémentaires.

Enseignements

 

Poursuites d’études


L’étudiant titulaire d’une licence peut :

 

Débouchés

Secteurs d’activité :

 

Métiers :

Pour réussir son projet professionnel :

Qu’il s’agisse d’une poursuite d’études ou d’un premier emploi, la Maison de l’Orientation et de l’Insertion Professionnelle (M.O.I.P.) est à votre disposition pour vous accompagner dans votre recherche.

Objectifs du programme

Le M2 M.E.E.S. propose une formation axée sur le management et l’approfondissement de la connaissance de la gestion des entreprises de l’économie sociale.
Il a pour objectif de former les futurs cadres des entreprises de l’économie sociale : associations, coopératives et mutuelles.
Il fournit aux étudiants des outils innovants de gestion dans le respect de certaines valeurs (primauté de la personne sur le capital, gestion démocratique et désintéressée, bénéfices réinjectés dans le projet, primauté du service rendu sur la marchandise).
Le M2 est organisé en alternance (stage ou contrat de professionnalisation) à raison de 3 jours par semaine en entreprise (du lundi au mercredi inclus) et 2 jours 1/2 de formation à l’université (du jeudi au samedi matin).

Compétences à acquérir

Compétences de base
– Caractéristiques socioculturelles/ socio- économiques des publics
– Conduite de projet
– Psychosociologie
– Techniques de conduite de réunion
– Techniques de communication
– Techniques de prévention et de gestion de conflits
– Techniques de médiation
Compétences spécifiques :
– Marketing associatif ;
– Gestion des ressources humaines ;
– Gestion budgétaire ;
– Techniques pédagogiques ;
– Techniques d’animation d’équipe ;
– Droit des entreprises de l’économie sociale ;
– Management de projet ;
– Anglais.

 

Pré-requis recommandés

Le M1 est accessible :

 

Pré-requis obligatoires

Le M2 est accessible aux titulaires d’un M1 ou d’un diplôme équivalent.

 

Débouchés

 

 

PUBLIC EN FORMATION CONTINUE
Salariés ou personnes en recherche d’emploi : c’est l’acquisition d’une compétence complémentaire à sa formation initiale ou à son expérience professionnelle (plan de formation ou CIF).

Étudiants en poursuite d’études : c’est une valorisation professionnelle du cursus de formation initiale destinée aux titulaires d’un :
– BTS profession immobilière ;
– BTS notariat ;
– BTS tertiaires (communication, MUC, NRC) ;
– DUT tertiaires (TC, GEA, GACO) ;
– L2 tertiaires (économie, gestion, AES, droit).

 

OBJECTIFS, COMPÉTENCES DÉVELOPPÉES
– Répondre aux attentes des professionnels de l’immobilier dans les domaines de promotion, transaction et gestion immobilière.
– Obtenir des connaissances juridiques et comptables, en plus des compétences commerciales.
– Acquérir une double compétence commerciale et technique essentielle à l’évolution des métiers de l’immobilier.

 

PROGRAMME
Environnement économique et juridique de l’immobilier :
– droit de la transaction ;
– gestion immobilière ;
– droit de la promotion ;
– droit de la copropriété : loi du 10 juillet 1965/marché/acteurs/missions et engagement de responsabilité ;
– droit pénal : obligations de l’agent/notions d’abus de confiance, de recel, d’escroquerie/contrôle ;
– le marché de l’immobilier : environnement immobilier/loi hoguet/cartes professionnelles ;
– les baux commerciaux.Urbanisme, architecture, pathologie du bâtiment :
– urbanisme : règles générales d’aménagement et d’urbanisme/outils d’aménagement ;
– architecture et techniques construction : matériaux et éléments de construction ;
– pathologie du bâtiment et diagnostics : conformité/pathologies/diagnostics.

Pratique en assurances, fiscalité, financement, comptabilité :
– fiscalité : fiscalité lors de la mutation/fiscalité européenne/approche patrimoniale (régimes et droits de succession) ;
– défiscalisation : investissement immobilier et autres supports de placement ;
– pratique de l’assurance : assurance habitation/assurance construction ;
– comptabilité financière et financement : initiation à la comptabilité/financement et plan de financement/rentabilité des investissements.

Pratique de la communication immobilière :
– communication écrite, compte-rendu et rapport ;
– communication interpersonnelle ;
– conception supports de communication : publicités/book de prospection ;
– anglais professionnel : vocabulaire de l’immobilier ;
– création de sites internet.

Pratiques commerciales de l’immobilier :
– introduction au marketing ;
– marketing stratégique et direct de l’immobilier ;
– négociation immobilière : techniques et stratégies de prospection/négociation/gestion de la relation client (acquéreur, vendeur) ;
– pratique de l’évaluation : les différents types d’expertise/recours à l’expertise/l’évaluation ;
– expertise.

Spécialisation projet tuteuré :
– chargé de promotion ;
– négociateur fonds de commerce ;
– syndic de copropriétés ;
– gestion locative.

Activité salariée en entreprise

 

DÉBOUCHÉS
Les diplômés pourront prétendre exercer des fonctions très diverses dans le secteur immobilier : chargé de gestion en immobilier, négociateur immobilier, commercial immobilier, commercial en promotion immobilière, vendeur en maisons individuelles, prospecteur ou chargé de recherche foncière, chargé du service de gérance locative, chargé de copropriété, conseiller en immobilier d’entreprise, responsable des ventes de programmes immobiliers…

Objectifs

L’objectif est de transmettre aux étudiant-e-s une connaissance approfondie du contexte politico-administratif des différentes collectivités territoriales, de leur inscription dans l’espace européen (avec une attention portée à la question des financements européens), des modalités de gouvernance des territoires, des instruments de l’action publique locale (instruments financiers, mais aussi politiques comme les dispositifs participatifs, etc.)

Pour ce faire, les étudiant-e-s se forment aux concepts et méthodes des différents horizons disciplinaires qui permettent d’appréhender les territoires, dans une conception qui ne soit pas que spatiale ou liée à la seule question de l’aménagement du territoire : droit de la décentralisation, droit de l’environnement, économie régionale, fiscalité locale, sociologie économique.

Ces savoirs fondamentaux s’appuient également sur l’appropriation des méthodes (diagnostic territorial, analyse des réseaux, démarche systémique) et instruments (débat public, contrats locaux, etc.) du développement territorial.

 

Organisation générale des études

SEMESTRE 1

UE1 – 17 crédits
• Economie des ressources territoriales – CM 18h / TD 9h
• Politique économique et
développement territorial – CM 15h / TD 9h
• Sociologie économique – CM 18h / TD 9h
• Démographie mobilité et développement
• Analyse structurale des réseaux appliqués – TD 15h

UE2 – 9 crédits
• Droit de la décentralisation – CM 15h / TD 9h
• Droit de l’environnement – CM 15h
• Fiscalité locale – CM 15h
• Europe et développement des territoires – CM 9h

UE3 – 4 crédits
• Méthode de la recherche SHS – TD 10,5h
• Module professionnel
(selon si stage ou mémoire choisi au semestre 2 )
• Langue vivante 1– TD 15h
Activité sportive : facultatif (bonification)

SEMESTRE 2

UE4 – 12 crédits
• Economie de la connaissance – CM 18h
• Système et complexité sociale – CM 18h
• Participation, délibération et débats – CM 15h
• Acteurs et politiques publiques – CM 15h
Au choix :
• Innovations et territoires – CM 15h
OU Droit des ressources humaines – CM 15h

UE5 – 6 crédits
• Diagnostic territorial – CM 15h
• SIG / Cartographie – TD 12h
• Mesure et pilotage de l’activité territoriale – TD 12h

UE6 – 12 crédits
Au choix :
• Mémoire
OU Stage (minimum 1 mois)

Programmes internationaux d’échanges :
Dans le cadre de programmes d’échanges, il est possible de réaliser une partie du cursus universitaire à l’étranger. Les candidatures et la sélection se font au cours de l’année précédant la mobilité. Contacter le Service Commun des Relations Européennes et Internationales.

 

Poursuites d’études

L’accès en 2ème année de Master (M2) recherche ou professionnel est soumis à l’obtention des 60 crédits validant la 1ère année de Master (M1) et à l’étude du dossier.

Poursuites d’études possibles :
– Principalement vers le M2 SES parcours « Ingénierie du Développement des territoires » (UT1)
– Eventuellement vers d’autres M2 développement local, aménagement du territoire,
– Autres M2 juridiques ou pluridisciplinaires.

Débouchés professionnels

Métiers du développement territorial/local, de l’accompagnement des projets de territoires

 

L’Université de Perpignan Via Domitia se situe en région Languedoc Roussillon. De ce fait, elle offre certaines formations qui sont aussi proposées à l’Université de Montpellier 1, notamment dans le cadre de la mention STAPS (EM, APAS). Cependant, l’offre de formation de Master de l’UPVD se situe au Département STAPS de Font-Romeu. Le site de Font-Romeu / Sud de France promu « Cité de l’excellence sportive et de l’éducation » vise à promouvoir la recherche associée à l’expertise pour l’optimisation de la performance sportive, comme élément fondamental d’amélioration des pratiques de terrain en liaison avec les pôles haut niveau du site, le CNEA de Font Romeu (CREPS Montpellier) et le laboratoire Européen Performance, Santé, Altitude (LEPSA). Ainsi le site de Font-Romeu, de par ses spécificités liées à sa situation géographique, permet d’offrir aux étudiants des formations de pointe axées sur l’entraînement et l’optimisation de la performance en altitude.

Les sports de montagne comme le trail-running (course à pied en montagne) et le ski alpinisme sont en plein essor. Les évènements de ce type fleurissent un peu partout. L’objectif de ce master consiste à former des spécialistes de la préparation physique et de l’optimisation de la performance afin de proposer de nouveaux services d’accompagnement aux sportifs pratiquant des activités d’endurance en montagne (prévention-entraînement-nutrition-comportement à risque).

Objectifs

Cette formation indifférenciée de MASTER Recherche et Professionnel en ALTITUDE ET PERFORMANCE vise l’acquisition de compétences scientifiques, professionnelles et sportives, permettant d’assurer la conception, le pilotage et l’expertise de programmes d’entraînement, d’optimisation de la performance sportive et de ré-athlétisation dans le contexte particulier de l’altitude modérée. Un stage en définit la finalité.

L’objectif de la formation du MASTER STAPS (recherche ou professionnel) en ALTITUDE ET PERFORMANCE réside dans l’acquisition de compétences scientifiques, professionnelles et sportives, lui permettant d’assurer la conception, le pilotage et l’expertise de programmes d’entraînement, d’optimisation de la performance sportive et de ré-athlétisation dans le contexte particulier de l’altitude modérée. Une place privilégiée sera accordée à l’entraînement des pratiques sportives de nature et de montagne (Ski-Alpinisme, Trail Running, VTT).
Il s’agira de former des cadres, professionnels de la préparation physique, des futurs conseillers techniques régionaux et nationaux, des directeurs de fédérations sportives, des dirigeants de clubs, des préparateurs physiques…

Savoir-faire et compétences

Compétences en termes de connaissances scientifiques à acquérir

Compétences en termes de compétences professionnelles à acquérir
Le futur cadre diplômé sera capable de :

 

Organisation générale des études

Semestre 1

UE1 – Connaissances générales

UE2 – Compétences transverses

UE3 – Enseignements de Spécialisation

Semestre 2

UE1 – Connaissances approfondies

UE2 – Méthodologie de spécialisation

UE3 – Spécialisation et ouverture

Semestre 3

UE1 – Enseignements fondamentaux relatifs aux spécialités

UE2 – Enseignements spécialisés

UE3 – Enseignements de préprofessionnalisation

Semestre 4

UE1 – Projet R & P

 

 

Débouchés professionnels

L’objectif de la formation «ALTITUDE ET PERFORMANCE» consiste à former des professionnels de l’entraînement des pratiques sportives mais également des futurs conseillers techniques régionaux et nationaux, des directeurs de fédérations sportives, des dirigeants de clubs, des préparateurs physiques, etc. La formation sera donc orientée vers l’acquisition de connaissances liées à la physiologie des adaptations à l’exercice et à l’altitude, à la psychosociologie des motivations, au dopage, à la planification de l’entraînement, aux comportements à risque et pratique de montagne, aux effets psychosociologiques de l’immersion en montagne. L’accent sera mis essentiellement sur la construction du projet professionnel de chacun et l’aide à l’insertion dans le milieu sportif en relation avec le Bureau d’Aide à l’Insertion Professionnelle (BAIP) et la Direction de l’orientation, des stages et de l’insertion professionnelle (DOSIP) de l’UPVD.

Le Master Droit comparé et droit international des échanges dans les espaces francophones permet aux étudiants de Perpignan et d’autres universités françaises ou étrangères de parachever leur cursus grâce à une formation originale sur les droits d’Afrique francophone. Il s’agit du seul Master délivré en France ouvert sur le droit africain et le droit musulman dans une démarche comparée. Il tend ainsi à répondre à un besoin non couvert, ou incomplètement couvert, par les autres formations de 2ème cycle.

Cette formation est transversale, croisant les connaissances théoriques liées aux exigences de la recherche et celles liées aux attentes du milieu professionnel. Mais, elle est aussi transversale car elle intègre, dans une approche globale, le droit privé, le droit public, l’histoire du droit et le droit international.

De façon générale le Master est indissociable de l’ensemble des recherches réalisées et de l’expérience acquise dans le cadre du du CDED (Centre de Droit Economique et de Développement) et du CRESEM (Centre de Recherche sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée). La démarche comparative, appliquée de façon systématique à l’ensemble des domaines enseignés, permet de saisir les dynamiques d’évolution juridique, d’en mesurer les enjeux et de prendre connaissance de l’état des droits positifs tout en mettant en lumière les ingénieries mises en œuvre afin d’anticiper, dans une démarche prospective, les mutations à venir. Quant à la finalité professionnelle, son objectif est de fournir une formation professionnalisante de haut niveau en droit comparé aux étudiants devant exercer dans les entreprises implantées dans les pays d’Afrique francophone ou en relations d’affaires avec eux.

Objectifs

Ce master vise à former, d’une part, des enseignants-chercheurs et des techniciens de haut niveau, aptes à faire face aux problèmes particuliers de sociétés peu intégrées et, d’autre part, des professionnels spécialistes du droit comparé des affaires des pays africains francophones susceptibles d’être recrutés par les entreprises publiques et privées de ces pays ou par les entreprises françaises ayant des relations d’affaires avec ces pays.

Il est pleinement adapté aux futurs universitaires, cadres et dirigeants des secteurs publics et privés des pays francophones. Ainsi, l’enseignement supérieur, l’avocature, la magistrature et les postes de cadres dans les administrations et les entreprises publiques et privées des pays africains et maghrébins francophones constituent les débouchés naturels de ce cursus.

Savoir-faire et compétences

L’étudiant du Master 2 Droit comparé et droit international des échanges dans les espaces francophones acquiert des compétences grâce à une formation tant théorique que pratique. Les enseignements sont dispensés par des universitaires de haut niveau et des professionnels reconnus. Le master étant indifférencié, les savoir-faire et compétences acquis au cours de la formation dépendront des options choisies :

Pour les étudiants désireux d’entrer dans la vie active rapidement, ayant choisi l’option 1 « environnement financier » de l’UE3 du semestre 3, les compétences acquises sont mises en application lors du stage du semestre 4 qui peut être réalisé en France ou à l’étranger.

A l’issue de leur formation, ces diplômés doivent être capables d’appréhender la problématique du pluralisme juridique qui caractérise aujourd’hui les pays d’Afrique subsaharienne et le pourtour méditerranéen, de même que le processus d’harmonisation du droit des affaires (OHADA). Ils sont aussi aptes à maîtriser :

Les étudiants visant à poursuivre leur cursus dans le cadre d’un doctorat, ceux qui, pour renforcer leurs connaissances théoriques auront choisi l’option 2 « Histoire, société et cultures », mettront en œuvre les méthodes et connaissances acquises dans le cadre de la rédaction d’un mémoire de recherche.

A l’issue de leur formation, ces diplômés doivent être capables de maîtriser :

 

Organisation générale des études

Semestre 1

UE1- Initiation aux exigences de la recherche en droit comparé

UE2 – Dynamiques internationales

UE3 – Séminaires d’Ingénieries des rapports de droit privé

Semestre 2

UE1 – Transformation des cadres de l’action publique

UE2 – Transformation des relations conventionnelles

UE3 – Unité de recherche

Semestre 3

UE1- Cadres méthodologiques

UE2 – Séminaires sur les nouveaux cadres des échanges

UE3 – Enseignements complémentaires

Option 1 : Environnement financier

Option 2 : Histoire, Sociétés et Cultures

Semestre 4

UE1- Acteurs et action économique

UE2 – Séminaires Dynamiques de l’action publique et privée

UE3 – Mémoire/Projet Professionnalisant Partenaires-Université

 

 

Le master EEI par ses parcours offre aux étudiants des perspectives de formation à la fois actée sur la recherche et le professionnel leur permettant de s’insérer sur le territoire catalan .

Le parcours Recherche Etudes Catalanes et Européennes (ECE), qui n’a pas d’homologue depuis 1985 dans aucune autre formation des universités de la région, a sa place dans la carte régionale et nationale des formations. En particulier dans la perspective des relations universitaires et économiques croissantes avec la Catalogne.

Le parcours professionnel Relations transfrontalières (RT) est créé depuis 1999. Il a été la première formation de ce type en France. Il constitue un des volets opérationnels dans l’Espace Catalan Transfrontalier.

La formation dure deux ans et conduit soit au doctorat d’Etudes catalanes, soit aux métiers du transfrontalier.

Objectifs

A l’issue de la formation en master EEI, les étudiants bilingues de master Recherche ECE sont capables d’accéder au doctorat, aux métiers des medias, de la traduction et interprétariat. Ils ont la possibilité d’exercer également en Catalogne et en Andorre.

Ceux issus du Master 2 professionnel RT sont capables de maîtriser par les connaissances acquises et par leur pratique en stage ce qui concerne la coopération territoriale européenne et transfrontalière dans l’Espace Catalan et au-delà.

Savoir-faire et compétences

Ce diplôme vise à amorcer une spécialisation des étudiants dans les divers champs de la recherche en Études catalanes et européennes et à leur permettre de s’engager ensuite dans une seconde année de Master avec de bonnes bases sans obérer leur réorientation éventuelle vers d’autre voies, qu’il s’agisse de la recherche, de la professionnalisation ou des concours pour l’enseignement.

Etre au moins bilingue (français-catalan)

Connaissance aussi de l’anglais pour les master Pro RT.

Organisation générale des études

Semestre 1

UE1 – Recherche et documentation des Pays catalans

UE2 – Domaine catalan et européen

Semestre 2

UE1 – Economie et frontière

UE2 – Méthodologie de la recherche

UE3 – Mémoire intermédiaire

 

Relations transfrontalières

Semestre 3

UE1 – Tronc commun

UE2 – Frontières européennes

UE3 – Option : 2 matières au choix

Semestre 4

UE1 – Coopération territoriale européenne

UE2 – Approche juridique de coopération territoriale euro

UE3 – Projet Professionnalisant Partenaires- Université

Stage obligatoire en M2 professionnel Relations transfrontalières à la frontière franco-espagnole (durée 4 mois)

Etudes catalanes et européennes

Semestre 3

UE1 – Tronc commun

UE2 – Langue, culture et société 1

Semestre 4

UE1 – Langue, culture et société 2

UE2 – Mémoire

 

Débouchés professionnels

Objectifs

L’objectif du Master est de former des spécialistes dans les domaines de l’électronique, de l’électrotechnique, de l’automatique, de l’informatique industrielle et du traitement du signal en donnant aux diplômés les compétences pour analyser, concevoir, mettre en œuvre et exploiter les systèmes et leurs composants constitutifs présents dans ces domaines

Les équipes de formation constituées d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de grands laboratoires de recherche et d’acteurs du secteur industriel  permettent l’intégration dans le Master des dernières avancées du domaine de la recherche en cohérence avec les besoins industriels. Environ 20% du volume horaire de M2 est assuré par des industriels, 80% par des enseignants-chercheurs et chercheurs.

Domaine de formation

 

Electronique, Micro-ondes, Optoélectronique, Microsystèmes, Micro et nanotechnologies, Télécommunications, Electrotechnique, Génie électrique, Electronique de puissance, Energies renouvelables, Gestion et conversion d’énergie, Plasma, Automatique, Informatique Industrielle, Systèmes embarqués, Systèmes temps-réel, Systèmes de production, Robotique, Ingénierie système, Sureté de fonctionnement, Intelligence artificielle, Traitement du signal, Télédétection, Traitement des signaux audio et vidéo, Imagerie numérique, Imagerie médicale, Radiophysique médicale.

 

Objectifs :

Cette première année de Master a pour objectif de former les étudiants au management sportif en axant le programme sur des problématiques juridiques et de gestion. Il apporte une première approche du Management du Sport afin de permettre aux étudiants de postuler pour des M2 spécialisés dans ce domaine.

Le Master 1 vise à professionnaliser les étudiants au travers d’un stage d’une durée de 4 mois et par le montage et la mise en œuvre de projets à caractère sportif.
Savoir-faire et Compétences :

Le diplômé est un cadre qui travaille au sein d’organisations sportives, de tourisme ou de loisirs sportifs diversifiées appartenant aux secteurs public (Etat, collectivités territoriales, établissements publics de coopération intercommunale), privé non marchand (fédérations, groupements et clubs sportifs,  associations, coopératives, entreprises du secteur de l’économie sociale, sociétés d’économie mixte), privé marchand (distribution sportive, sociétés commerciales, entreprises).

Compétences :

 

Poursuite d’études :

Le Master 1 débouche naturellement sur un Master 2 diplômant, la poursuite d’études est donc vivement conseillée. Les étudiants peuvent s’orienter vers le Master 2 Management du Sport – Entrepreneuriat et Evénementiel Sportif de l’IAE. Ils peuvent également s’orienter vers un des Masters 2 en Management de l’IAE ou dans un autre établissement.

Ils peuvent aussi s’orienter vers un Master 2 Recherche en Sciences de Gestion, pour ceux souhaitant continuer vers le Doctorat en Sciences de Gestion, la Recherche et l’Enseignement Supérieur.

 

Emplois et métiers possibles :

D1504 – Direction de magasin de grande distribution ; D1509 – Management de département en grande distribution ; E1107 – Organisation d’évènementiel ; E1103 – Communication ; K1705 – Marketing ; M1302 – Direction de PME ; M1704 – Management relation clientèle ; M1705 – Marketing

 

 

Objectifs :

Le parcours CPE vise à l’acquisition d’une culture commune et de compétences professionnelles rattachées aux exigences de la préparation aux épreuves écrites et     orales du concours externe de Conseiller Principal d’Education. Il prépare les étudiants à être évalués sur leurs capacités réflexives sur des situations éducatives au regard des dimensions scientifiques, techniques et professionnelles.

Le Master mention Encadrement Educatif (EE) du parcours CPE prépare :
–             les étudiants à une culture commune rattachée aux métiers de   l’encadrement éducatif en milieu scolaire ;
–             les futurs professionnels de terrain à  être en mesure d’analyser les    questions d’éducation en phase avec les orientations de la recherche  en éducation ;
–             à construire un parcours professionnel ajusté aux publics des élèves   et des personnels, dans le contexte global des EPLE et de leur environnement.

 

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

L’ouverture théorique aux Sciences humaines et sociales des enseignements du Master (EE) parcours CPE permet aux étudiants de poursuivre leurs études en doctorat par la préparation d’une thèse sur les enjeux de la recherche en éducation.
Mais, de par le caractère tourné vers les enjeux des politiques éducatives de la formation, cette préparation offre la possibilité aux étudiants de s’orienter vers les métiers de la formation en milieux éducatifs connexes à l’Education Nationale. Les titulaires d’un Master EE (Parcours CPE) peuvent ainsi se spécialiser en M2 sur les Pratiques et ingénierie de la formation.

 

Emplois et métiers possibles :

Métiers de l’enseignement et de l’éducation principalement mais également secteur de l’animation ou de la formation d’adultes après réorientation en fin de M1.

 

 

Objectifs :

Le diplômé de la LPSIL DAM est capable d’assurer un travail d’assistant ingénieur dans le domaine des systèmes d’information et de développement logiciel, en particulier dans la programmation d’applications pour les terminaux mobiles (smartphones, tablettes numériques, assistants numériques) en utilisant les principales technologies (iOS, Android et Windows Phone). En plus des compétences informatiques générales (programmation web, gestion de bases de données, systèmes et réseaux), il est capable de mettre en œuvre les spécificités de ces nouveaux supports (écrans tactiles multipoint, accéléromètres, caméras, géo localisation, connectique sans fil, accès aux réseaux sociaux) pour développer des produits innovants au niveau des standards commerciaux.

Associé au processus de conception et de développement, formé au travail en équipe et à l’utilisation des outils de travail collaboratif :

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

La LP est conçue dans l’objectif d’insertion professionnelle immédiate.

 

Emplois et métiers possibles :

Les intitulés des emplois accessibles aux diplômés sont : développeur d’applications mobiles, développeur iOS, développeur Android, développeur WindowsPhone, responsable des solutions mobilité ; • analyste développeur, analyste d’application, analyste concepteur informatique, analyste responsable d’application informatique, analyste-programmeur informatique, développeur d’application, développeur informatique, informaticien analyste, informaticien d’application, informaticien de développement, informaticien chargé d’études, programmeur informatique, concepteur d’application informatique, concepteur logiciel informatique ; • programmeur web, développeur web, web designer, web master développeur, concepteur de site web ; • administrateur de site internet, administrateur de système informatique. Le diplômé a pour vocation d’intégrer un poste de cadre opérationnel dans une Société de Services en Ingénierie Informatique (SS2I) ou bien dans une agence de communication web, il interviendra en tant que responsable Plateformes Mobiles. Enfin, au sein du Service Informatique d’une grande Entreprise il intervient pour mettre en œuvre la mobilité et la convergence des différents supports électroniques des salariés.

 

Objectifs :

Les sciences du langage n’ont pas d’existence propre dans l’enseignement secondaire. Peu d’étudiants connaissent suffisamment les caractéristiques de cette discipline pour s’y engager d’emblée de manière sûre. Il a donc paru nécessaire de mettre en place un enseignement qui esquisse les bases de la discipline en général mais qui autorise une réorientation aisée, tant dans le sens Sciences du langage / autres disciplines que dans le sens inverse. L’organisation des enseignements est donc conçue de telle sorte qu’elle ménage une période initiale d’information, d’initiation et d’orientation et de multiples passerelles vers des Licences et mentions connexes.

En année 3, cela se traduira par une formation fondamentale relativement aux modes de fonctionnement du langage et aux techniques d’analyse des langues vivantes. L’objectif ici est de mettre à la disposition des étudiants des outils conceptuels et méthodologiques qu’ils seront susceptibles d’utiliser par la suite en fonction à la fois de leurs parcours propres et de leurs projets spécifiques : ouvertures sur la recherche, sur la didactique (enseignement primaire), sur le Français langue étrangère, sur le secteur paramédical (orthophonie notamment), sur le secteur de la communication, sur le secteur de l’ingénierie linguistique. Signalons aussi la présence du parcours « enseignement du 1er degré » en L3 dédié en particulier à la préparation aux concours de recrutement nationaux dans le domaine de l’enseignement.

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

Tout étudiant titulaire du diplôme de Licence peut s’inscrire en Master de Sciences du langage et poursuivre ensuite en Doctorat de linguistique.

Emplois et métiers possibles :

J1406 Orthophonie, E1108 Traduction, Interprétariat, K2401 Recherche en linguistique K2106, K2107, K2108 Enseignement (écoles, second degré, supérieur)

 

 

Objectifs

Le master Villes et territoires prépare à la diversité des métiers de l’urbanisme : extension et renouvellement urbains, gestion dynamique et durable des ensembles existants. Autant d’approches de la ville qui ne peuvent être envisagées que sous la forme d’un travail d’équipe. Pour cela il propose :

 

Compétences attestées

Dans le domaine de l’analyse et de la prospective territoriale:
– créer et alimenter des bases de données dans le cadre d’outils de veille et d’observatoires;
– analyser les grandes tendances d’évolution et de transformation des territoires ;
– évaluer scénarios, actions et projets dans leurs dimensions environnementale, sociale et économique et de piloter des démarches d’aide à la décision et de préparation des politiques locales.
– rédiger et présenter des documents de synthèse et de communicationDans le domaine de la conception urbaine :
– conduire des études de programmation et de composition urbaine prenant en compte et articulant les différentes composantes des territoires ;

Dans le domaine de la production d’opérations :
– identifier les contraintes humaines, procédurales et réglementaires, foncières et financières ;
– piloter les démarches conduisant à la concrétisation matérielle des projets.
– gérer un plan d’action et un échéancier
– participer à, et animer, des équipes de travail pluridisciplinaires;

Dans le domaine de la gestion urbaine :
– maîtriser la gestion du droit des sols, et les aspects du droit de l’environnement et des collectivités directement liés à l’urbanisme opérationnel et à la conduite des procédures et opérations urbaines ;
– gérer au quotidien des politiques, opérations et projets sur des thèmes (logement, transport, vie sociale) et sous-ensembles territoriaux ;

Secteurs d’activité visés à l’issue du diplôme

Il ouvre aux divers métiers de l’urbanisme et de l’aménagement, la diversité des formations initiales des étudiants permettant de répondre à des demandes très différenciées. L’expérience du DESS « Villes et territoires », confirmée par les premières années de fonctionnement du Master 2, montre ainsi la grande réussite de l’insertion des étudiants sur le marché du travail, dans les :

– services d’urbanisme des communes et EPCI,
– agences d’architecture et d’urbanisme privées,
– sociétés d’aménagement
– sociétés de transports urbains
– autres organismes liés à l’urbanisme et à l’environnement

Ce master constitue également une efficace préparation aux concours d’attaché territorial et d’ingénieur territorial.

Emplois, métiers possibles à l’issue du diplôme

Codes métiers (ROME) les plus proches

  • Architecture du BTP
  • Ingénierie et études du BTP
  • Développement local
  • Mise en œuvre et pilotage de la politique des pouvoirs publics

Carte d’identité de la formation

Domaine : Droit, Economie, Gestion
Mention : Master MENTION : Economie, banque et finance internationales
Spécialité : Métiers de la banque
Discipline : Économie
Public concerné : Autre
Niveau de sortie : Master
Crédits : 60 crédits ECTS
Collège : Collège Droit et Science Politique, Economie, Gestion
Composante : UFR ECONOMIE AES GESTION
Site de formation : Campus Pessac
Responsable(s) de la formation : Jean-Marc FIGUET

Débouchés professionnels / Métiers

Le métier de conseiller clientèle de professionnels

Le conseiller clientèle de professionnels gère, conseille et développe sa clientèle. Celle-ci est composée de commerçants, artisans, professions libérales et entrepreneurs individuels, dont le chiffre d’affaires peut atteindre 2 à 3 millions d’euros.

Il est à la fois conseiller, gestionnaire et technicien.

Ses missions sont :

Le métier de conseiller patrimonial agence

Le conseiller patrimonial agence délivre des conseils adaptés et personnalisés à des clients (personnes physiques) « bonne gamme » pour la constitution et l’optimisation de leur patrimoine. Il les conseille et les suit également dans ces autres opérations bancaires de toute nature. Ses fonctions, de plus en plus techniques, nécessitent des savoir-faire particuliers (connaissances juridiques, financières, fiscales, stratégiques…).

Spécialisé dans le conseil patrimonial et les opérations financières, ses missions sont principalement :

De plus en plus souvent, le conseiller en gestion de patrimoine est aussi amené à rechercher de nouveaux clients, et à former des chargés de clientèle (particuliers et entreprises).

Objectifs
La licence forme en 3 ans aux fondamentaux en sciences de l’éducation en dispensant une formation aux thématiques éducatives et formatives : histoire de l’éducation, psychologie de l’éducation, philosophie de l’éducation, approche des courants pédagogiques, éducation et famille et offre une ouverture progressive aux terrains et champs de l’éducation et de la formation. Découverte de dispositifs pédagogiques variés, connaissance et usages des environnements numériques, ethnographie et observations des situations éducatives, la formation hors l’école… dans le cadre d’un développement du projet personnel et professionnel.
Elle propose, également, une ouverture disciplinaire en Licence 1 et Licence 2 avec une unité d’enseignement par semestre  en Géographie, Lettres modernes ou Sciences du langage.
En Licence 3 trois parcours sont possibles :

– Éducation et environnements scolaires
– Lien social, éducation et médiation
– Intervention collective et territoires : logiques d’acteurs

Compétences
– Maîtriser et développer son discours écrit et oral
– Travailler de manière collaborative et développer les capacités d’entraide
– Savoir synthétiser des apports et des contenus
– Compte-rendu d’observations et analyse de pratiques
– Utilisation des supports numériques et réalisation de travaux
– Activité de recherche et de synthèse documentaire

 

Organisation des études
L’offre de formation comporte à chaque semestre en  L1 et L2 une ouverture disciplinaire au choix (Géographie, Sciences du langage, Lettres) afin de développer des connaissances et  compétences dans les disciplines partenaires.  Une UE Sciences de l’éducation : apports théoriques et approfondissements progressifs, objets et méthodes des sciences de l’éducation. Une UE d’apports transversaux : langues, C2i, et TD d’accueil et d’accompagnement méthodologique des étudiants. En L3 enseignements fondamentaux en sciences de l’éducation( Histoire de l’éducation, Théories et pratiques des apprentissages, Institutions et acteurs du système éducatif…) des enseignements dédiés en fonction des parcours,  des enseignements méthodologiques et de langues.
Poursuite des études

Master Diversité, Cultures, Formation
Master MEEF
Écoles spécialisées

Insertion professionnelle

Métiers de l’enseignement, de la formation d’adultes, de l’éducation  du secteur sanitaire et social

Objectifs

Pour saisir ruptures et continuités dans une perspective comparative, des textes fondateurs de l’Antiquité aux récits circulants de la culture médiatique contemporaine, la formation parie sur la complémentarité et la convergence de diverses démarches : poétique des textes, sémiologie de l’image, histoire culturelle et littéraire, philologie et grammaire comparée, théories de l’énonciation et de l’argumentation, géocritique, sociocritique et sociologie de la littérature, théorie de l’interculturalité… Elle vise donc à doter l’étudiant d’outils variés d’intellection du monde contemporain et de ses héritages culturels.
Dans le même temps elle s’attache à développer une véritable autonomie intellectuelle et une forte polyvalence rédactionnelle et communicationnelle sur des supports multiples, pré-requis professionnalisants pour un large spectre de métiers.

Compétences
– Savoir élaborer une bibliographie et une webographie, en exploitant ressources imprimées et ressources électroniques.
– Savoir concevoir et rédiger un mémoire de recherche argumenté, fondé sur une analyse critique de documents imprimés ou audiovisuels.
– Savoir mobiliser sa culture générale et différents outils théoriques pour expliquer et interpréter une large gamme de productions esthétiques et de pratiques culturelles.
– Savoir présenter un exposé de synthèse à l’écrit comme à l’oral.
– Savoir produire des documents normés et rédigés de manière élégante et correcte.
– Savoir analyser sa démarche de chercheur et sa pratique professionnelle.
– Savoir lire, converser et rédiger dans une langue vivante étrangère en contexte courant.

 

Organisation des études

La spécialité propose des enseignements de formation disciplinaire (Littératures modernes, anciennes et comparées, Langue française, Cultures médiatiques) et des enseignements de langue vivante ou ancienne. L’étudiant bénéficie en M1 comme en M2 d’unités d’enseignement dédiées à la méthodologie de la recherche et d’un accompagnement personnalisé par un directeur.
Liste indicative de sujets de TER soutenus en 2010 et 2011, à titre d’exemples:
– Les réécritures et les continuations littéraires des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.
– Le loup-garou dans la littérature contemporaine : de l’imaginaire fictionnel aux mises en scène sociales (Stephen King, Viktor Pelevine, Fred Vargas).
– Les devoirs du citoyen dans l’œuvre de Démosthène et d’Isocrate : deux orateurs face à la décadence d’Athènes.
– La faction : un genre trouble et troublant (d’après De Sang froid de Truman Capote et L’Adversaire d’Emmanuel Carrère).

Poursuite des études

Doctorat de Lettres, Agrégation.

Insertion professionnelle

Secteur d’activité : Enseignement supérieur et recherche, Fonctions publiques (Etat, Collectivités territoriales), Industries culturelles (Edition, Médias), Entreprises (Communication interne et externe).

Métiers visés : enseignants-chercheurs, chercheurs, assistants de recherche, journalistes, assistants et consultants en communication, chargés information-communication, chargés et attachés de presse, assistants et cadres d’édition.

1) Objectifs généraux

Les objectifs généraux de la Licence Professionnelle Activités et Techniques de Communication – Spécialité Chargé de communication sont d’offrir une formation professionnelle ouverte dans les domaines ayant trait aux Sciences de l’Information et la Communication. Les métiers de la communication et de l’information notamment en raison du « numérique » ré-agencent des métiers anciens. Réciproquement des métiers anciens donnent sens et bases techniques aux nouveaux métiers. Dans l’hybridation en cours, la LP associe communication interne/communication externe, information numérique et non numérique, approches de publicisation (médias) et réseaux sociaux.

La licence professionnelle répond aux besoins exprimés par les entreprises de disposer de spécialistes polyvalents possédant une bonne connaissance en stratégie et enjeux de la communication, ainsi qu’en conception et réalisation de dispositifs et d’outils d’information et de communication. Ces compétences réunies dans la qualification d’une seule et même personne répondent à une demande de plus en plus forte de la part notamment des TPE, des PME et des composantes des grandes entreprises qui gèrent elles-mêmes leurs ressources dans le domaine de la communication et ont besoin de professionnels combinant polyvalence et efficacité.

 

2) Compétences acquises par l’étudiant

Les étudiants formés sauront appréhender et gérer l’information au sein des organisations et mettre en place des stratégies de communication sur différents supports. Bien formés à la communication et à ses outils, ils seront capables de mesurer les enjeux des contenus et de les mettre en forme (de l’élaboration du plan de communication et sa déclinaison en étapes opérationnelles à son évaluation).

Les « Chargé de communication » sont capables de concevoir et organiser la communication d’une organisation vers ses publics externes et internes visant à faciliter les relations de l’entreprise avec son environnement

Les compétences développées sont les suivantes :

– communicationnelles et éditoriales,
– informationnelles et organisationnelles,
– managériales et commerciales,
– techniques.

Pour développer ces compétences, la formation propose un panel d’enseignements diversifiés, permettant d’acquérir un socle de connaissances et d’aptitudes solide. La formation est proposée à temps plein par apprentissage (450 heures de formation, 16 semaines (minimum) en alternance, 130 heures projet tutoré). Elle est essentiellement ancrée dans le domaine de la communication. Elle est complémentairement axée sur le numérique et le commercial.

Le cursus conduit principalement les étudiants à l’emploi.

 

Présentation de la formation

La Licence de Musicologie se déroule sur trois années et  comprend 3 parcours :

Elle doit permettre à tous les étudiants d’acquérir une solide culture musicale, adaptée à leur profil et à leurs objectifs professionnels.

Le parcours Métiers du Son propose une triple formation :

Les cours sont dispensés par des enseignants issus des Départements de Physique et de Musicologie de l’Université de Rouen.
Un professionnel associé est chargé des matières techniques et du suivi des expériences professionnelles qui jalonnent le parcours des étudiants.

L’Université s’est dotée d’une station de mixage (environnement Pro Tools) installée dans les studios de la Maison de l’Université.
Située à proximité du Département de Musicologie, elle accueille également les étudiants en stage; elle est aussi la structure d’accueil de la Radio Universitaire R2R à laquelle les étudiants sont invités à participer.

La première année associe des matières musicales (histoire de la musique, formation de l’oreille, commentaire d’écoute et écriture), scientifiques et générales (langues vivantes, expression écrite et cinéma).
Les matières techniques (prise de son, sonorisation, mixage) ne sont dispensées qu’à partir de la seconde année au cours de laquelle les étudiants doivent effectuer deux stages de courte durée. La troisième année est plus spécialement consacrée à la préparation aux concours des grandes écoles. Elle s’achève par un stage de 4 semaines.

 

Compétences acquises

L’étudiant titulaire d’une Licence de Musicologie, parcours Métiers du Son, sera capable :

– de se situer dans l’histoire et dans l’espace européens des événements, des œuvres, des biographies, des institutions dans le domaine de la musique ;

– d’ accomplir des recherches documentaires sur la musique ;
– d’harmoniser, d’arranger, et d’accompagner des textes musicaux simples ;
– d’utiliser des logiciels de gravure musicale avec une interface MIDI ;
– de chanter dans un chœur et de le diriger.

Présentation et objectifs

Cette Licence est proposée en formation initiale ou en alternance (sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation).

La formation se déroule sur un an. Tous les étudiants en formation initiale réalisent un stage de 12 semaines en fin d’année d’avril à juin. Pour ceux qui ont choisi l’alternance, le travail en entreprise commence en septembre et fini en août avec un rythme de 1semaine à l’université toutes les 3 semaines. Certains enseignements sont explorés en entreprise pour les alternants.

Tous les étudiants de Licence Professionnelle bénéficient d’un enseignement de langue de spécialité en communication.

L’architecture générale de la mention a vocation à être organisée en 4 blocs principaux : information communication, techniques web, gestion éditoriale et réalisation de projet.

 

INFORMATION ET COMMUNICATION

Les formats et formes des écrits numériques
Liens entre acteurs du web et publics
Le numérique dans les organisations
Les droits de l’Internet
Les processus de production de sens et fonctionnement des signes
Méthodologie de la recherche d’information
La stratégie des organisations

Enseignements théoriques communs aux étudiants en formation initiale et en alternance, à part deux matières (Liens entre acteurs du web et public, ainsi que Pratique du numérique dans les organisations) qui sont explorées en entreprise.

GESTION EDITORIALE

La Rédaction de contenus destinés au web
Les médias-sociaux, outils et bonnes pratiques
Les techniques et outils de webmarketing

Enseignements d’ouverture à la rédaction web permettant à l’étudiant de poursuivre sa spécialisation dans les métiers du numérique en construisant son projet professionnel et personnel.

TECHNIQUES WEB

La composition graphique pour le web
La conception et la mise en page web (html-css)
La prise en main de CMS
La notoriété et la sécurité réseau

Enseignements spécifiques à la professionnalisation.

PROJET WEB

Réalisation d’un dossier de conception pour un projet d’un commanditaire extérieur pour les étudiants en formation initiale, et pour un projet de l’entreprise accueillant les étudiants en alternance : gestion de projet, rédaction d’un cahier des charges, rédaction d’un dossier de réalisation, réflexion sur l’ergonomie orienté utilisateur, approche graphique d’un projet, rédaction des contenus d’un projet web, gestion et production avec le CMS WordPress.

Enseignements spécifiques à la professionnalisation.

L’objectif de cette Licence Professionnelle mention Métiers du numérique est de former de futurs professionnels à l’univers du web, à la gestion, la mise en forme, l’agencement et la production de contenus écrits, graphiques et visuels pour différents supports (sites web, réseaux…) en respectant des normes communicationnelles, éditoriales, techniques et organisationnelles.

Métiers à la convergence de la communication en ligne, de l’administration des sites Web et du marketing sur le média Internet :

 

 

 

Les objectifs
Science des territoires des sociétés humaines, la géographie forme les étudiants à la maîtrise de savoirs et de savoir-faire polyvalents, au cœur des problématiques contemporaines de notre monde (développement durable, urbanisation, prévention des risques…). Inscrite à la croisée des sciences humaines et sociales (sociologie, économie, histoire, anthropologie, psychologie…) et des sciences de la terre (géologie, climatologie…), la géographie dispense deux ensembles de compétences : d’une part une aptitude à la synthèse et à l’analyse (diagnostic territorial, analyse spatiale, traitement de données qualitatives et quantitatives, conduite et exploitation d’enquêtes et d’entretiens…), nécessaires à la compréhension de nos sociétés ; d’autre part une capacité de gestion, d’organisation et d’action, associées aux métiers du développement territorial (développement durable, urbanisme et aménagement du territoire, développement rural, touristique, démarche de projet…). Enfin la maîtrise des savoirs techniques, liés à la cartographie et à la géomatique (association de la carte et du traitement numérique de données, via l’ordinateur), constituent des objectifs importants de nos formations.

 

Poursuites d’études
A l’université d’Orléans

En 3e année :

– Licence professionnelle cartographie-topographie-SIG (sur dossier)

En master :

– « recherche » et « professionnel », Eau-Cartographie-Géomatique – « recherche » et « professionnel », Développement Durable et Local dans les Territoires Emergents

– Master « Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation » (MEEF).
Hors de l’université d’Orléans

– Masters professionnels liés au domaine du développement territorial (aménagement,
urbanisme, environnement…)

– Masters professionnels liés à la géomatique cartographie

– Masters liés à l’enseignement et à la recherche.
Les métiers
Les métiers de la géographie se rattachent à trois domaines :

• les métiers du développement territorial. Ils concernent : les agents de la fonction publique territoriale (collectivités territoriales, établissements publics de coopération intercommunale -EPCI) ; les animateurs de territoires (agents de développement territorial, chargés de mission dans les entreprises, les ONG, les établissements publics tels que les PNR ou les Parcs Nationaux) ; les spécialistes de l’aménagement et du développement territorial (aménageurs, urbanistes, experts de l’environnement, du développement touristique…) ;

• les métiers de la cartographie et de la géomatique au sein de collectivités publiques, d’entreprises privées et de bureaux d’étude ;

• les métiers de l’enseignement et de la recherche, sous réserve de poursuivre un master enseignement pour les futurs enseignants, ou un doctorat pour les futurs enseignants-chercheurs.

 

OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES VISEES
Alliant théorie et pratique (cours magistraux et TP), la licence professionnelle « Droit social et ressources humaines » donne tous les outils nécessaires à la gestion des hommes au sein de l’entreprise.

En effet, les postes en GRH, de plus en plus techniques et juridiques, exigent désormais une connaissance approfondie non seulement dans ce domaine, mais également en droit social (droit du travail et de la sécurité sociale). Ce fort apport juridique fait l’originalité du diplôme en permettant aux étudiants d’obtenir une solide qualification professionnelle supplémentaire en matière de conseil en droit social.

Enfin, cette Licence Professionnelle s’inscrit clairement dans la démarche de favoriser l’insertion des étudiants dans le monde du travail.

Grâce aux périodes importantes consacrées à l’immersion en entreprise, les étudiants bénéficient d’une pratique leur permettant d’appréhender les problématiques spécifiques aux ressources humaines.

L’objectif est la maîtrise des éléments fondamentaux du Droit social (Droit du travail et Droit de la sécurité sociale) permettant l’analyse des documents à caractère juridique (textes et jurisprudence), la rédaction de synthèses argumentées sur des questions juridiques. Par ailleurs, l’étudiant aura acquis une bonne culture générale en ressources humaines, une connaissance de « l’anglais professionnel » écrit et oral et la maîtrise de l’outil informatique (C2i niveau 2 « Métiers du droit »).

Les compétences visées par le diplôme sont les suivantes :

superviser, conduire et contrôler la gestion administrative du personnel,
assurer l’établissement et le contrôle des bulletins de paie,
tenir à jour les registres obligatoires et les déclarations sociales,
interpréter et appliquer le droit social,
assurer la veille juridique et sociale,
mettre en œuvre la politique de recrutement ou assister dans cette tâche le responsable du recrutement,
élaborer les tableaux de bord sociaux,
appréhender les enjeux du bilan social (statistiques et indicateurs).

 

FORMATION CONTINUE
Quel que soit votre statut (salarié, demandeur d’emploi, professionnel libéral…) ce diplôme peut être suivi en formation continue.

Conseils pour le financement, devis et suivi administratif auprès du service Formation permanente au 01 49 40 70 70 – info-df@univ-paris8.fr ou sur www.fp.univ-paris8.fr

 

ALTERNANCE
Vous avez moins de 26 ans ou êtes demandeur d’emploi de plus de 26 ans ? Ce diplôme peut être suivi en contrat de professionnalisation avec le rythme suivant : 2 jours/semaine (jeudi, vendredi) + 1 semaine tous les 2 mois.

Plus d’informations sur l’alternance en consultant le site www.fp.univ-paris8.fr ou au 01 49 40 70 70 et info-df@univ-paris8.fr

L’organisme de formation spécialisé AKOR assure le placement des étudiants en entreprise et leur accompagnement tout au long de leur immersion dans le monde professionnel.

L’alternance privilégie des périodes relativement courtes en formation (2 jours de cours et 3 jours en entreprise ou 3 jours de cours et 2 jours en entreprise par semaine) afin d’éviter que l’étudiant ne soit déconnecté de l’actualité de l’entreprise et conserver de la sorte un dynamisme global sur la durée de l’année de formation.

Les journées de cours sont de 7 heures.
POURSUITES D’ETUDES ET DEBOUCHES PROFESSIONNELS
La licence professionnelle a pour vocation de permettre aux étudiants d’accéder directement au marché du travail.

Toutefois, les étudiants titulaires de la licence « Droit social et RH » ont la possibilité de poursuivre leurs études dans le cadre d’un master de droit ou de ressources humaines préparé dans toute université française, sous réserve des critères d’admission, ou dans des universités étrangères.

Le gestionnaire ressources humaines exerce dans tous les types de structures (entreprises privées, publiques, cabinets conseil, collectivités territoriales, associations, etc.) et dans tous les secteurs d’activités.

Ses activités varient en fonction de la taille de l’entreprise :

dans les PME, il est la plupart du temps polyvalent ;
dans les structures de grande taille, ses activités seront plus spécialisées à un domaine spécifique de la gestion RH (relations sociales, gestion administrative du personnel, formation, etc.).
Ce professionnel garantit la conformité des différentes pratiques des ressources humaines avec l’environnement juridique et social de l’entreprise. Il applique le droit du travail et assiste le DRH dans toutes les étapes de la gestion des ressources humaines (recrutement, embauche, négociation sociale, gestion administrative et formation du personnel, rupture du contrat de travail).

 

 

CONDITIONS D’ACCES
Les étudiants en formation initiale doivent être titulaires de l’un des diplômes suivants :

Licence 2 en droit, université Paris 8 (120 ECTS) ;
Licence 2 en AES, gestion, économie, université Paris 8 (120 ECTS) ;
DUT carrières juridiques, GEA, GACO ;
BTS tertiaires.
Les adultes en reprise d’études peuvent accéder à la formation, à condition d’être salariés ou demandeurs d’emplois titulaires d’un bac + 2 en droit, gestion ou économie ; ou après validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) suite à 3 ans d’expérience dans le secteur des ressources humaines.

Nombre de places : 40
ORGANISATION ET CONTENU DE L’ENSEIGNEMENT
La Licence comporte 595 heures d’enseignements, dont 140 heures seront consacrées au projet tutoré. La formation est ouverte principalement aux contrats de professionnalisation mais aussi en formation initiale et en formation continue. Pour le public non alternant, il faudra effectuer un stage professionnalisant d’une durée de 560 heures.
Au-delà des enseignements théoriques indispensables, la formation s’appuie sur une équipe d’intervenants issus du secteur des RH et de juristes (avocats spécialisés en droit du travail) qui appuient leurs cours sur leur expérience du terrain.

Des travaux pratiques et dirigés permettent aux étudiants de mettre en pratique les connaissances acquises en droit de la sécurité sociale, en droit du travail et en gestion des ressources humaines. Ils comprennent des études de cas et des mises en situation en sous-groupes :

simulation d’entretiens de recrutement ;
simulation de réunions du comité d’entreprise (+ rédaction d’un ordre du jour du CE) et de réponses aux délégués du personnel ;
qualification d’un licenciement (cause réelle et sérieuse, faute grave, faute lourde) à partir d’exemples de comportements ;
simulation de calcul de la paye des heures supplémentaires en cas d’annualisation ;
calcul des congés payés (10e et maintien de salaire).

Objectifs

Proposer aux étudiants une formation (L3) permettant d’acquérir les fondamentaux de la science politique et des connaissances générales en matière de sciences sociales et juridiques, afin d’accéder, dans des conditions optimales, au niveau supérieur du master et/ou aux cycles de préparation des concours administratifs.

Conditions d’accès


Accès direct :

 

Organisation générale des études

Semestre 5
Unité d’enseignement 1:

• Méthodes des sciences sociales (30h + 13h30 TD) (7 crédits)
• Droit des libertés fondamentales (33h) (4 crédits)
• Droit des institutions de l’UE (30h) (4 crédits cours)
Unité d’enseignement 2:
• Institutions internationales (30h + 13h30 TD) (7 crédits)
• Concepts fondamentaux de la sociologie (30h) (4 crédits)
• Sociologie des organisations (33h) (4 crédits)
Activité sportive : facultatif (bonification)
Semestre 6
Unité d’enseignement 3:
• Sociologie politique (30h + 13h30 TD) (7 crédits)
• Droit international public (33h) (4 crédits)
• Histoire des théories économiques (33h) (4 crédits)
Unité d’enseignement 4:
• Histoire du droit public (33h) (4 crédits)
• Histoire des idées politiques (33h) (4 crédits)
• Langue vivante (21h TD) : anglais ou espagnol (3 crédits)
• Dossier d’étude (sous la direction d’un enseignant de la licence) (13h30 TD) (4 crédits)
Activité sportive : facultatif (bonification)

 

Objectifs

La spécialité GBI  est une formation pluridisciplinaire qui vise un secteur d’activités en pleine expansion, en réponse aux engagements de la Convention de Rio et du Grenelle de l’Environnement : La gestion intégrée des milieux naturels et anthropisés. Elle vise un réseau très dense de structures professionnelles : Etat, associations, bureaux d’étude et entreprises privés et collectivités. Nous nous proposons de former des futurs écologues généralistes qui se doivent d’être non seulement conscients des enjeux de la biodiversité mais surtout capables de : maîtriser les outils tant méthodologiques que juridiques et organisationnels de la gestion des espèces et des espaces naturels ; analyser la complexité des écosystèmes et des habitats dans une approche scientifique rigoureuse ; proposer des démarches dans une perspective de développement durable et soutenable.

Résumé

Deux parcours sont proposés :

Descriptif pédagogique

Le périmètre de la mention Droit de l’entreprise reflète la cohérence qui existe en pratique entre d’une part le Droit des affaires entendu au sens étroit et, d’autre part, le Droit du travail et de la protection sociale. Nous considérons tant les relations internes à l’entreprise (gouvernance et droit des sociétés, droit social) que ses relations externes (Contrats, position sur le marché, relations avec l’administration fiscale et les organismes de protection sociale).

 Objectifs propres à la mention :

En M1 trois parcours sont proposées :

En M2 cinq spécialités sont proposées :

Objectifs professionnels

Objectifs en termes de compétences attendues à l’issue de la formation

Les objectifs professionnels se différencient en fonction des spécialités de la mention. Voir rubrique « Objectifs professionnels » pour chaque spécialité.

 

Programme

 

Descriptif pédagogique

 

Programme

 

 

Descriptif pédagogique

De manière globale, l’objectif est de former au mieux des spécialistes dans le domaine de la chimie qui devront assurer rapidement un renouvellement important des cadres tant dans l’industrie que dans l’enseignement supérieur et la recherche (Universités, EPST….).

Objectifs professionnels

 

 

Présentation de a formation 

L’économie sociale et solidaire (ESS) représente plus de 10% des effectifs salariés en France, le secteur associatif en est le pilier : environ 8 salarié-e-s de l’ESS sur 10 sont employé-e-s par les associations, le secteur coopératif arrivant en deuxième.
La loi sur l’économie sociale et solidaire, adoptée en juillet 2014, donne un cadre juridique au secteur, reconnait sa singularité et ses valeurs et fournit une nouvelle impulsion à son dynamisme.La licence professionnelle Gestion des Organisations de l’Economie Sociale et Solidaire parcours Associations et Coopératives a pour but de former des gestionnaires du secteur de l’économie sociale et solidaire capables de :
– comprendre les enjeux et spécificités du secteur,
– mobiliser des compétences multiples, aussi bien transversales que techniques, pour répondre aux demandes d’efficacité et d’innovation sociale des parties prenantes.

Par sa pluri-disciplinarité et son organisation centrée sur le terrain, elle répond aux attentes du secteur. Elle remplace la licence professionnelle Métiers de la Gestion des Associations, créée en 2003.

Spécificités

Cette L3 professionnelle s’adresse aux candidats titulaires d’un diplôme de niveau bac+2, en particulier :
Un diplôme de L2 (2e année de licence) tertiaire : Administration économique et sociale, Economie et Gestion, Sociologie, Géographie, LEA, Droit, Lettres, Psychologie…

• Un diplôme de DUT, DEUST, BTS tertiaires (DUT GEA, Carrières sociales, Carrières juridiques, BTS Assistant de Gestion PMEI, Assistant manager, BTS Comptabilité-Gestion, BTS Communication, BTS Commerce international, BTS SP3S, BTS ESF, DEUST Animation…)

• Un autre diplôme de Bac +2 et ayant une forte motivation pour le secteur de l’économie sociale et solidaire.

 

Programme

 

SEMESTRE 1

UE 1 Harmonisation des acquis (1,5 ECTS)
• Mise à niveau en Comptabilité et en Droit
• Mise à niveau en Informatique
• Pré-professionnalisation

UE 2 Contexte du secteur (6 ECTS)
• Economie Sociale et Solidaire – Innovation sociale
• Politiques publiques
• Sociologie et Conférences sur les enjeux actuels de l’Economie Sociale et Solidaire

UE 3 Gestion organisationnelle, juridique et comptable (10,5 ECTS)
• Organisation, conduite du changement et gestion de projets
• Droit des groupements de personnes
• Fiscalité
• Comptabilité et contrôle interne

UE 4 Communication (7,5 ECTS)
• Marketing solidaire
• Gestion du système d’information et des réseaux sociaux
• Anglais professionnel

UE 5 Conduite de projets d’Economie Sociale et Solidaire (4,5 ECTS)
• Montage de projets en entrepreneuriat social
• Partenariats

SEMESTRE 2

UE 1 Pilotage des performances (6 ECTS)
• Pilotage financier : analyse financière et gestion prévisionnelle
• Contrôle de gestion et évaluation des performances

UE 2 Gestion des Ressources Humaines (9 ECTS)
• Animation d’équipes et gestion des conflits
• Gestion du personnel, des bénévoles et des volontaires
• Droit social

UE 3 Insertion professionnelle (15 ECTS)
• Projet tuteuré collectif
• Atelier d’insertion professionnelle
• Expérience professionnelle
• Mémoire professionnel
• Soutenance du mémoire

Stage obligatoire
• 12 semaines minimum – 24 semaines maximum.

 

Débouchés professionnels
Secteurs d’activité
Secteur de l’économie sociale et solidaire
Administration (collectivités territoriales ou Etat)
Eventuellement secteur privé lucratif (autre qu’ESS)

 

Métiers
Adjoint-e de direction
Assistant-e administratif-ve et financier-ère
Chef de projet – Chargé-e de mission – Chargé-e de développement
Responsable partenariats – Responsable bénévolat et volontariat
Responsable de petite structure

OBJECTIFS DE LA FORMATION

  • Acquérir des connaissances théoriques fondamentales en didactique du FLE
  • Acquérir des savoir-faire en didactique du FLE
  • Mettre en œuvre les savoir-faire sur le terrain : stages et ateliers pédagogiques
  • Apprendre à adapter ses pratiques au public et au contexte d’enseignement à l’aide d’outils d’analyse en didactique du FLE
  • Mieux connaître le marché du travail et préparer son insertion dans le monde professionnel (conférences de professionnels du FLE et de l’action culturelle)
  • Compléter sa formation par l’acquisition de compétences générales (anglais, informatique-EAO)
  • Compléter sa formation par une ouverture à d’autres disciplines (sciences du langage, sciences de l’éducation, sociologie)
  • Effectuer un travail de réflexion et de recherche en autonomie (rapport de stage, mémoire)
  •  Se doter d’un profil particulier. Deux domaines d’approfondissement au choix (en 2e année) :
    – Interculturalité
    – Analphabétisme / illettrisme / publics en difficulté

 DÉBOUCHÉS

Les étudiants en possession de ce master seront capables d’enseigner le français oral et écrit à tous les niveaux, à des enfants aussi bien qu’à des adultes, et qu’il s’agisse du français général ou du français de spécialité. Ils peuvent aussi exercer une activité de conseillers pédagogiques et d’encadrement de formateurs, de responsables de programmes de cours ou d’écoles de langues, poursuivre une carrière dans la médiation culturelle et/ou intervenir dans la préparation de publics universitaires ou professionnels à des séjours à l’étranger.

Sur le plan national :

Sur le plan international :

Le diplôme prépare également à une activité dans la construction de matériel pédagogique (sur support papier ou multimédia) ou encore à une activité éditoriale dans le même secteur, en France ou à l’étranger.

 

Publics concernés

 

 

 

OBJECTIFS DE LA FORMATION

La spécialité SDMC étant orientée vers la recherche, de nombreux étudiants poursuivront leurs études en doctorat, notamment dans les domaines de la sociolinguistique, de l’analyse du discours et de la sémiologie. Mais cette formation a également pour objet de préparer les étudiants à toutes les professions ayant à traiter des pratiques langagières, orales, écrites ou non verbales : outre les métiers de la communication, cette formation prépare à l’appréhension des discours (analyse, conseil et aide à la décision) dans les domaines des médias, des institutions régionales, nationales et internationales, de l’éducation et de l’enseignement, de la psychologie, de la médecine, de l’expertise en sciences humaines et sociales, des organisations non gouvernementales et des associations, des départements « digital et social » des entreprises, etc. Plus précisément, dans les entreprises, l’expertise discursive, sociolinguistique et sémiologique de chargés d’étude peut être mise à profit dans le cadre de la gestion des ressources humaines (lutte contre la discrimination dans le discours, soutien de la parité et de l’égalité plus généralement, « critical incident research and management », etc.). Dans le domaine des institutions, les savoirs et savoir-faire acquis peuvent être exploités dans le cadre d’études de politique et de planification linguistiques, apporter des réponses à des questions liées aux apprentissages scolaires, à l’enseignement des langues, ou à la traduction et l’interprétation de documents et à la médiation linguistique et culturelle. Cette formation peut également mener vers les métiers de la documentation (travail en centre de documentation, information documentaire).

DÉBOUCHÉS

Ce Master vise donc à former des chercheurs en sciences du langage, des linguistes, des experts ou consultants dans le domaine de la politique linguistique, des enseignants en FLM/FLS/FLE, des interprètes médiateurs, des orthophonistes…

 Secteurs :

 

Organisation des études et programme

Niveau requis en entrée : BAC+3 ou équivalent
Niveau validé à la sortie : BAC+5 ou équivalent
Durée de la formation : 2 ans
Modalité de la formation : Formation initiale. Formation continue.
Forme de l’enseignement : Enseignement en présentiel

Titre requis en M1

Licence de sciences du langage de l’université Paris Descartes ou d’une autre université française

Titre requis pour entrer en M2

M1 spécialité Signes, Discours, Monde Contemporain (venant d’une université française)
L’inscription à ce diplôme est aussi accessible par validation des études, des expériences professionnelles et des acquis personnels (VAP décret n° 1985-906 du 23 Août 1985). Contacter le service de la scolarité de l’UFR, de la faculté ou de l’institut concerné.

Formalités d’inscription

Modalités d’admission en M1 : Pré candidature https://aria.univ-paris5.fr/  

Sur dossier + examen écrit + entretien

Modalités d’admission en M2 :

Pour les étudiants n’ayant pas suivi le M1 de la spécialité Signes, Discours, Monde Contemporain : sur dossier + examen écrit + entretien
Pour plus d’informations sur les modalités d’inscription au diplôme, veuillez prendre contact avec le service de la scolarité de l’UFR, de la faculté ou de l’institut concerné.
L’inscription est assurée pour les détenteurs d’une licence en sciences du langage à Paris Descartes ou ailleurs en France.

 

 

Objectifs pédagogiques

Sur le plan scientifique, la spécialité vise à développer une thématique originale autour de milieux naturels et anthropisés, considérés comme sensibles : zones humides continentales et domaine marin littoral et côtier. L’adéquation, déjà forte avec les nombreux engagements du Grenelle de l’environnement (biodiversité, qualité de l’eau), est renforcée par le récent lancement du plan d’action national pour les zones humides par le ministère de l’écologie et du développement durable.

Sur le plan professionnel, il s’agit de répondre à des besoins un besoin forts en termes d’inventaire et de gestion des zones humides, d’expertise des milieux naturels, de diagnostic écologique et d’évaluation de l’impact des différents aménagements et infrastructures. En raison d’une demande sociale grandissante l’objectif est aussi de former des cadres de services déconcentrés, de collectivités territoriales, d’entreprises ou d’associations contribuant à l’établissement et au suivi des politiques environnementales et assurant une médiation en environnement.

Ainsi, la formation vise à fournir une compétence professionnelle permettant aux étudiants :

1) d’identifier la diversité biologique tant au niveau des populations que des écosystèmes des zones humides continentales et littorales,

2) de maîtriser la dynamique de fonctionnement de ces zones vulnérables,

3) de diagnostiquer les problèmes spécifiques (biologique, hydrologique et socio-économique) liés à l’existence des zones humides et milieux marins côtiers.

4) d’acquérir une connaissance en matière d’aide à la décision des modes de gestion agri-environnementaux et d’aménagement respectueux de l’environnement, de l’accompagnement de projets au sein d’entreprises ou de structures publiques, ainsi que de l’animation scientifique et de la médiation environnementale.

Pour les étudiants orientés vers la recherche, et suivant leur parcours, la formation insiste plus particulièrement sur la biologie des populations, volet complémentaire à celui sur la gestion des milieux naturels, ainsi que sur des connaissances fondamentales en paléoclimatologie, micropaléontologie marine et bio-indicateurs marins.

 

Métiers actuels et futurs visés

Objectifs

Inscrire son activité dans une démarche réglementaire et/ou de certification du conseil.

Compétences visées

Compétences transversales

Compétences scientifiques et techniques

Compétences disciplinaires spécifiques

 

Formation requise

Diplôme Bac + 2, en particulier en Géographie, ainsi que le BTSA Technico-commercial en agriculture

Conditions d’admission

La licence professionnelle « Agronomie spécialité conseil et développement agricole, gestion d’exploitation agricole » s’adresse à trois types de publics suivant la demande des entreprises :

 

Objectifs

Cette formation constitue pour les étudiants titulaires d’un diplôme bac + 2, une sortie professionnelle à Bac + 3 (diplôme national de niveau II).

Elle a pour objectifs de répondre à un besoin actuel en termes de professionnalisation:
le développement des emplois sociaux de proximité amène les différentes collectivités territoriales, conseils généraux, municipalités, maisons de quartier ainsi que les associations d’insertion et d’aide humanitaire à recruter des professionnels pour accompagner sur le terrain ou en institution les personnes en situations difficiles : difficultés économiques, sociales, professionnelles, situations de handicap, conduites addictives, maladie, personnes âgées, demandeurs d’asile, personnes sans domicile fixe, etc.

Compétences visées

La formation développe des compétences donnant une polyvalence au diplômé, cette polyvalence facilitant son adaptation à la demande de son employeur. Si le rôle final de l’accompagnateur social est de favoriser l’insertion sociale, économique et culturelle des personnes, ses fonctions passent par :

 

Conditions d’admission

Le niveau bac +2 est le minimum requis pour intégrer cette formation.

Les formations initiales BAC +2 privilégiées sont :

Dans tous les cas, une expérience préalable conséquente et diversifiée dans le champ de l’action sociale (associatif, service civique, bénévolat, etc.) est un des critères importants de sélection.
La formation s’adresse à un public en formation initiale ou en formation continue.

L’accès à la licence est ouvert aux candidats passant par la VAP ou la VAE.

Objectif :

La Licence Professionnelle «Gestion de l’Environnement : Métiers des Déchets» (GEMD) a pour objectif de donner aux étudiants les connaissances scientifiques et techniques leur permettant d’appréhender les problématiques liés à la gestion des filières de collecte, de traitement et de valorisation des déchets dans les collectivités et les entreprises privées. Ce diplôme Bac +3 doit leur permettre de se situer dans l’entreprise à un niveau de cadre moyen.

 

Contenu :

Organisation générale des études

Durée de la formation : 1 an avec 450 heures de cours, travaux dirigés et pratiques et avec 150 heures de projet tuteuré. Les enseignements sont organisés en modules regroupés en unités d’enseignement (UE).

Les effectifs sont au maximum de : 

Stage de 14 semaines minimum en entreprise pour la filière initiale et 31 semaines en entreprise pour l’apprentissage.

 

Débouchés :

La finalité des LP est l’insertion professionnelle. Les étudiants titulaires d’une LP GEMD peuvent s’intégrer directement dans les domaines :


Ils pourront prétendre aux métiers suivants :

 

La Licence Professionnelle Technico-commerciale est un diplôme de niveau Bac+3. La formation proposée à l’IUT de Tours est accessible en formation initiale, en apprentissage et en formation continue. Elle se déroule en un an.

 

Objectif :

Depuis plusieurs années, les entreprises trouvent difficilement des collaborateurs qui bénéficient de compétences techniques et commerciales de qualité :

La formation licence professionnelle commerce, option technico-commerciale comble cette lacune en formant, en un an, des personnes déjà dotées d’une compétence technique ou scientifique aux techniques commerciales, marketing et de gestion.
Contenu :

Semestre 5


Semestre 6

 

Débouchés :

Riches d’une double compétence, les titulaires de cette licence pourront postuler à des postes très variés : chargé de clientèle, chargé de marketing opérationnel, responsable technico-commerciaux, chef de secteurs, responsable avant vente, responsable de service après-vente ou responsable d’agence.

Les secteurs d’activités dépendront de la formation antérieure des diplômés :

 

Objectifs :

Les études de musique proposent une formation complète et transversale dans de nombreux domaines de compétences (histoire, théorie, analyse, ethnomusicologie, pratique musicale) visant à donner aux futurs titulaires du diplôme les meilleures conditions pour leur intégration professionnelle et la poursuite de leurs études. La formation admet toutes les pratiques de la musique quelque soit le genre, l’époque et l’horizon stylistique.

Savoir-faire et Compétences :

La mention Musicologie inclut les enseignements permettant d’acquérir des compétences dans le domaine de l’écoute, de l’écriture musicale, de la rédaction de textes musicaux et de la création artistique, ainsi qu’une spécialisation dans le domaine de l’ethnologie des arts vivants ou de la pratique musicale professionnelle (à travers ses deux parcours spécifiques).

Les parcours Musique et Ethnologie des arts vivants sont ouverts à tous les étudiants de niveau bac ou assimilé. Toutefois, il est recommandé d’avoir une pratique musicale. On remarquera enfin que la bonne maîtrise de la technique musicale, de l’expression et de la rédaction en langue française constitueront des atouts plus qu’appréciables.

Le parcours Pratiques musicales professionnelles est ouvert sur dossier d’inscription à retirer au CNRR de Nice (http://www.crr-nice.org), avec une audition devant un jury qui se réunit à la fin du mois de juin. Il requiert, en plus du niveau bac, l’obtention préalable d’un DEM en instrument ou en Formation Musicale, ou d’un niveau assimilé au DEM.

Programme :

Le parcours Musique propose les enseignements traditionnels regroupant tous les savoirs de la musique. Il offre la possibilité d’acquérir des fondamentaux dans cette discipline en offrant une certaine polyvalence. Il prépare au master enseignement et au master recherche en musicologie, et offre la possibilité de s’inscrire également dans des filières professionnelles (gestion culturelle, métiers de la culture, bibliothécaire).

Le parcours Ethnologie des arts vivants spécialité musique (ou spécialité arts du spectacle selon le choix) est unique en France et permet d’obtenir une double diplomation, une licence mention musique (pour la filière musique) et une  licence en ethnologie du département de sociologie-ethnologie. En contrepartie, ce cursus possède un volume d’heures plus important (1700 heures sur trois ans) et demande un investissement personnel conséquent.

Enfin le parcours Pratiques musicales professionnelles est établi en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Régional de Nice. Il s’adapte au rythme des étudiants de niveau DEM qui veulent garantir dans leurs études universitaires une exigence élevée de pratique instrumentale, tout en développant le sens d’une interprétation scientifiquement et historiquement informée. Ce parcours admet quatre spécialités : « Musicien interprète », « Direction d’orchestre et Direction de chœur », « Composition », et enfin « Enseignant en Formation Musicale ». Ce parcours est en outre compatible avec des inscriptions complémentaires dans d’autres structures (de type CEFEDEM par exemple).

Rythme de la formation :

Les cours théoriques sont concentrés sur le lundi, ainsi que sur deux demi-journées supplémentaires (du mercredi au vendredi). Les cours techniques (écoute et écriture de la musique) ont lieu le mardi et le jeudi matin au Conservatoire de Nice.
Poursuite d’études :

Les parcours Musique et Pratiques musicales professionnelles permettent l’inscription en Master Théorie et pratique des arts vivants parcours études musicales. Ils ouvrent la voie soit à l’option recherche, soit à l’option Enseignement Musical qui prépare aux concours de recrutement des enseignants de musique de l’Éducation Nationale. Ils permettent également d’obtenir le niveau requis pour l’entrée dans les nombreux Masters de pratiques ou de musicologie en Europe.

Le parcours Ethnologie des arts vivants permet l’inscription dans trois masters de l’UFR LASH (deux en Anthropologie et Ethnologie, l’un en Arts).

Emplois et métiers possibles :

Carrière professorale, domaine de la recherche, de la culture, dans la fonction territoriale ou dans les associations, dans le domaine de l’édition, de la direction artistique, dans le domaine du journalisme, professions de l’animation socio-culturelle ou à caractère patrimonial : postes de chargés de mission en « musiques et danses traditionnelles » (associations et institutions), métiers relevant du patrimoine (collectivités territoriales, institutions, associations), de l’édition, de la vente de disques, du journalisme spécialisé.

Objectifs :

La Licence en Sciences de l’Information et de la Communication a pour objectif d’offrir un cursus généraliste et ouvert sur les savoirs et savoirs-faire, liés aux Sciences de l’Information et de la Communication, tout en ménageant une perspective professionnalisante par des parcours soit au sein de la formation, soit dans d’autres Licences, permettant de garantir de réelles possibilités d’orientation ou de réorientation de l’étudiant, notamment au cours des quatre premiers semestres.
La Licence demeure généraliste mais ouverte ; l’étudiant pourra en Licence 1 acquérir une partie de ses ECTS en Sociologie/Ethnologie, soit pour poursuivre son parcours en en Sciences de l’Information et de la Communication, soit pour se réorienter vers cette section de socio-ethnologie.La Licence a aussi pour caractéristique principale d’être professionnalisante, grâce à un dispositif efficace et complet d’ateliers techniques et pratiques, de stages de moyenne et longue durée, qui favorise l’insertion professionnelle dès la fin de Licence.
Cette Licence de l’Université Nice- Sophia Antipolis se présente comme une formation originale en raison de la dynamique de son organisation interne et de son approche des Sciences de l’Information et de la Communication. Son approche se fonde en effet sur un double refus : « soit la réduction de la communication à une simple idéologie sans pratiques liées à des techniques, soit la réduction de la communication à de simples outils, sans lien avec des représentations sociales qui les engendrent et dont elles sont la cristallisation ». En d’autres termes, elle se situe à juste titre dans cet entre-deux que Georges Balandier désignait comme techno-imaginaire, et qui est ni plus ni moins l’équivalent de la technologie, entendue à la fois comme production de techniques et production de discours ou de représentations sociales et imaginaires de la technique.

Savoir-faire et Compétences :

Acquérir à la fois un regard critique (théories de l’information et de la communication, esthétique, anthropologique, sémiologique, critique des médias, histoire de l’art, nouvelles technologies), des savoirs stratégiques (marketing, communication des organisations, technologie de  l’information et de la communication, management culturel et médiation, journalisme 2.0, collectivités territoriales, développement durable), des compétences techniques (informatiques, infographiques, expressives, audiovisuelles, événementiels, médiations culturelles) selon les parcours choisis :

 

Programme :

L1 : renforcement de l’ancrage dans la discipline de l’information et de la communication, avec une ouverture vers d’autres Licences pour permettre des réorientations.
Elle se compose d’enseignements théoriques (12 ECTS) et d’acquisitions pratiques, technologiques et méthodologiques
(8 ECTS)L2 : approfondissement de la discipline et suivi de parcours (l’image et la communication visuelle, l’éciture et ses mutations à l’âge du numérique, la communication des organisations).
Ces parcours offrent l’opportunité de compléter leur formation en fonction de leur projet professionnel ou personnel.

L3 : nous proposons un approfondissement du caractère généraliste et professionnalisant de la Licence qui ouvre sur des masters prolongeant ces cursus.

Rythme de la formation :

La formation se déroule sur tous les jours de la semaine et toute l’année.
L’étudiant doit aussi obligatoirement valider un stage d’observation découverte d’une durée de trois semaines.
Le caractère professionnalisant de la licence 3 repose sur l’obligation pour l’étudiant de réaliser un stage en responsabilité d’une durée de trois mois, qui lui permet une insertion professionnelle après la licence dans de bonnes conditions.

Contrôle de connaissance :

Le contrôle des connaissances se déroule pour le contrôle continu sous la forme de devoirs écrits ou de dossier à la fin des TD, ateliers et certains cours durant les deux dernières semaines du mois de décembre, puis sous forme d’examens écrits en amphithéâtres pour certains cours magistraux durant le mois de janvier.

Poursuite d’études :

« Ingénierie de la création multimédia et direction artistique de projets »
« Professionnel Médiation et ingénierie culturelle : muséologie, arts actuels et patrimoine »
« Communication écocitoyenne, patrimoines et développement durable »
« Communications, cultures, organisations, Stratégies d’images et Internet »

Emplois et métiers possibles :

E1101 – Animation de site multimédia E1102 – Écriture d’ouvrages, de livres E1103 – Communication E1104 – Conception de contenus multimédias E1105 – Coordination d’édition E1106 – Journalisme et information média E1107 – Organisation d’évènementiel E1205 – Réalisation de contenus multimédias E1402 – Élaboration de plan média E1401 – Développement et promotion publicitaire

Contenu de la formation :

Devenir un manager international, créatif et entrepreneur, doté d’une véritable expertise

L’objectif de cette Licence Professionnelle, organisée en partenariat avec l’Institut Paul Bocuse, est de former les futurs managers et responsables de service de l’hôtellerie et de la restauration internationale, capables de démontrer leur esprit intra et entrepreneurial, de mettre en oeuvre les innovations managériales et technologiques liées aux métiers, dans un objectif de résultat qualitatif et économique.

 

ORGANISATION DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA LICENCE

SEMESTRE 5 (266 H)
UE 1 – Management général et appliqué 1 :  Hospitality  Finance – Marketing des services – Information Management  Technology – Management Interculturel – Economics –  Sustainable Facilities Management – Langue étrangère 2  (Espagnol) – Culture et Beaux-Arts – Hotel Architecture –  Développement de carrière
UE 2 – Projet tuteuré – Mémoire professionnel :  Méthode  de recherche – Accompagnement au mémoire – Réalisation  autonome et soutenance

SEMESTRE 6 (267 H)
UE 3 –  Management général et appliqué 2  :  Management du  changement – Éthique et Management – Droit International –  Langue étrangère 2 (Espagnol) – E-Marketing et Distribution –  Management de l’hébergement – Revenue Management –  Meeting and Events Management – Séminaire international
UE 4 –  Projet tuteuré – Projet hôtelier :  Hospitality Business  Model / Méthodologie du Business plan – Entrepreneurship and  Business Planning – Accompagnement au montage du Business  Plan – Réalisation autonome du projet et soutenance
UE 5 –  Stage de 12 à 16 semaine

 

Débouchés professionnels

Secteur de la restauration :
Directeur, directeur d’exploitation dans la restauration d’hôtel, traditionnelle, commerciale, collective, catering aérien, ferroviaire et maritime, agro-alimentaire
Secteur de l’hôtellerie :
Directeur d’unité, directeur de l’hébergement, gouvernante générale, revenue manager, responsable des ventes, assistant de direction en RH, responsable marketing, consultant junior…
  • Quand Monsieur Fraize se glisse dans la peau d’une femme… - 17 octobre 2022

    …Cela donne Madame Fraize, son nouveau spectacle, tout aussi déconcertant, à l’humour décalé et parfois absurde. On le reconnaît bien Marc Fraize, même s’il a quitté son pantalon trop court et son polo rouge trop serré pour « flotter dans une robe verte et fendue ». Une manière de rendre hommage à la gente féminine ou de […]

    >> Lire la suite

  • Agnès Jaoui vous invite dans son salon ! - 11 octobre 2022

    Avec ce titre,  Dans mon salon, la scénariste, réalisatrice et chanteuse Agnès Jaoui propose un concert festif, intime et dépaysant autour des musiques qu’elle affectionne , de la chanson française à des mélodies classiques en passant par des thèmes latino-américains. Elle mêlera sa voix chatoyante à celles des artistes lyriques de l’Ensemble Canto Allegre et […]

    >> Lire la suite

  • Berlin, Berlin : une comédie virevoltante des deux côtés du mur! - 11 octobre 2022

    C’est la nouvelle comédie de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleras, déjà récompensée (2 Molières meilleure comédie 2022), aussi rythmée et burlesque que leurs précédentes pièces comme « t’es à la menthe ou thé citron ». C’est le talentueux José Paul qui assure la mise en scène. Berlin Est. Emma et Ludwig veulent s’enfuir et passer à l’Ouest. […]

    >> Lire la suite

  • BÉRÉNICE de Jean Racine à la Scala Paris - 28 septembre 2022

    La tragédie de Racine est proposée dans une mise en scène de  Muriel Mayette-Holtz, telle que créée au Théâtre National de Nice la saison dernière. Avec Carole Bouquet dans le rôle de Bérénice,  Frédéric De Goldfiem dans celui de Titus et   Jacky Ido dans celui d’Anthiochus. Titus et Bérénice sont amoureux de longue date. Titus […]

    >> Lire la suite

  • pandémie

    Pandémie : prendre soin de soi malgré les circonstances - 10 janvier 2022

    A l’aube d’un cinquième confinement, il est important de savoir prendre du recul, et ne pas s’oublier. En effet, la pandémie de la Covid-19 a eu de nombreuses conséquences sur nos vies. Il est donc important de prendre soin de soi, pour supporter au mieux la situation ! Alors que tout le monde attend la […]

    >> Lire la suite

  • Parcoursup

    Parcoursup : c’est l’heure des inscriptions ! - 20 janvier 2021

    Bien que la plateforme soit accessible depuis le mois de décembre dernier, c’est aujourd’hui que les choses sérieuses commencent : la phase d’inscription Parcoursup est lancée, et se déroulera jusqu’au 8 avril prochain. Ça y est, nous y sommes : l’heure des inscriptions a sonné, et vous avez jusqu’au 8 avril pour compléter votre dossier. Si tout […]

    >> Lire la suite

  • recettes de pâtes

    Recettes de pâtes : comment varier les plaisirs ? - 13 janvier 2021

    Les pâtes, c’est la vie. Surtout quand on est étudiant ! Mais à toujours les cuisiner de la même façon, on finit par se lasser. Afin de savourer chacun de vos repas, voici donc 4 recettes de pâtes à tester absolument ! Vous ne serez pas déçus. Cette année, vous avez pris comme résolution de cuisiner davantage […]

    >> Lire la suite

  • bonnes résolutions

    Les meilleures résolutions à prendre en 2021 - 6 janvier 2021

    Chaque année, vous n’y coupez pas ! Fin décembre ou début janvier, vous devez y passer et dresser la liste de vos bonnes résolutions. L’année précédente ayant été plus que particulière, voici quelques idées pour prendre les meilleures résolutions qui soient pour l’année 2021. Coutume de la civilisation occidentale, les bonnes résolutions consistent à prendre un […]

    >> Lire la suite

  • thym

    Le thym : un allié à ne pas négliger ! - 18 décembre 2020

    Bien qu’il soit arrivé tardivement, l’hiver est bel est bien présent. Et, comme tous les ans, il a amené avec lui toute une panoplie de maladies… Il existe heureusement des trucs et astuces pour passer au travers, et le thym en fait partie. Explications ! Bien que la covid-19 soit le centre des conversations, les autres […]

    >> Lire la suite

  • économiser pendant les fêtes

    Budget : comment économiser pendant les fêtes ? - 15 décembre 2020

    Noël est bientôt là, et il ne vous reste que peu de temps pour trouver vos cadeaux. Problème, vous avez un budget limité. Solution : nos conseils pour économiser pendant les fêtes ! Suivez le guide… Il n’est pas toujours facile de faire de beaux cadeaux quand on a un budget serré. Sauf si vous mettez en […]

    >> Lire la suite

  • pain d'épices maison

    Pain d’épices maison : la recette facile - 3 décembre 2020

    Bien que la situation soit un peu particulière, ça commence à sentir Noël un peu partout. Et à l’approche du jour J, vous aimeriez vous mettre un peu plus dans l’ambiance. Pour cela, rien de tel que de se mettre aux fourneaux pour préparer un délicieux pain d’épices maison ! En cette période, rien de tel […]

    >> Lire la suite

  • cours à distance

    Cours à distance : prendre soin de son corps - 25 novembre 2020

    S’il n’est pas facile de travailler de chez soi, ça l’est encore moins pour notre corps qui a tendance à s’avachir sur la chaise ou le canapé au fil de la journée. Afin de vous soulager, voici donc quelques exercices faciles à réaliser, pour que les cours à distance ne deviennent pas un calvaire ! Que […]

    >> Lire la suite

  • survivre au confinement

    Survivre au confinement dans un petit espace - 18 novembre 2020

    En ce moment, tout le monde trouve le temps long. Et c’est encore plus vrai quand on est confiné dans un petit appartement ou un studio. Afin de vous aider à survivre au confinement, voici donc quelques astuces pour rendre votre petit espace plus vivable. Pas facile d’être confiné, encore moins dans un tout petit […]

    >> Lire la suite

  • activités pendant le confinement

    Confinement : les activités créatives pour s’occuper - 12 novembre 2020

    Voilà maintenant plus de deux semaines que nous sommes de nouveau confinés chez nous. Et pour certains, le temps commence à être long ! Nous vous avons donc sélectionné plusieurs activités créatives pour vous occuper pendant ce second confinement. Rien de tel que de se retrouver enfermé(e) chez soi pour tester de nouvelles activités ! Après tout, […]

    >> Lire la suite

  • shampoing solide

    Shampoing solide : comment le faire soi-même ? - 9 novembre 2020

    Facile, rapide et pas chère, la recette du shampoing solide est à la portée de tous. Pourquoi ne pas mettre votre temps libre à profit pour vous lancer ? De quoi prendre un peu plus soin de vous et de la planète, tout en respectant votre budget serré ! Et si vous profitiez de ce second confinement […]

    >> Lire la suite

© 2022 Planete Campus. Tous droits réservés