Objectifs :

 Cette formation vise à développer chez l’étudiant diverses compétences :
Scientifiques
Histoire
Littérature
Territoire
Langues : acquérir un niveau C1 Européen, soit :

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

Cette formation n’a pas pour vocation la poursuite d’études compte tenu de la spécificité du diplôme. Cependant, un étudiant peut candidater dans des Masters professionnels en rapport avec l’Histoire de l’Art, l’Histoire, l’Aménagement, le Patrimoine, ou le Tourisme.

Le métier de guide-conférencier fait partie des professions réglementées régies par le code du Tourisme. Pour exercer ce métier, il faut être titulaire d’une carte professionnelle de guides-conférenciers. Cette carte est délivrée aux personnes titulaires d’une certification que sanctionne la Licence Professionnelle de guide-conférencier.

Emplois et métiers possibles :les structures publiques : les villes et Pays d’Art et d’Histoire, les collectivités territoriales : les Offices de Tourisme et Syndicats d’Initiative, les entreprises privées : les agences réceptives ou les tour-opérateurs

 

 

Objectifs :

Le Diplôme d’Université en Droit International Humanitaire est délivré par l’Université de Nice.

Ses enseignements sont assurés conjointement par l’Institut du Droit de la Paix et du Développement de l’Université de Nice-Sophia Antipolis et par l’Institut International de Droit Humanitaire de San Remo.

Présentation des Institutions :

L’Institut du Droit de la Paix et du Développement (IDPD) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis a développé depuis longtemps une expertise dans les domaines du droit international humanitaire (DIH) et de la sécurité internationale. Il délivre plusieurs Masters en droit international, européen et sécurité internationale.

L’Institut International de Droit Humanitaire de San Remo (IIDH) dispense depuis 1976 des cours internationaux dans différents domaines du DIH, suivis à ce jour par plus de 4 000 personnes, venant de plus de 170 Etats. Les cours de l’IIDH ont été recommandés par plusieurs résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies, il s’agit d’une ONG habilitée par l’Organisation des Nations Unis à délivrer une formation hautement spécialisée en DIH.

Savoir-faire et Compétences :

Former un personnel spécialisé sur les aspects juridiques en matière d’assistance humanitaire, afin de répondre aux demandes du secteur privé et public local, national ou international.

Programme :Le volume global horaire pour l’ensemble de la formation est de 205 heures (45 ECTS)

Enseignements :

Equipes pédagogiques:

Institut du Droit de la Paix et du Développement :
– A.-S. MILLET-DEVALLE, Maître de Conférences (HDR) à l’Université Nice Sophia Antipolis
– L. BALMOND, Professeur à l’Université de Toulon
– I. MOULIER, Maître de Conférences à l’Université d’Auvergne

Institut International de Doirt Humanitaire :
– M. VEUTHEY, Professeur associé, Université Nice Sophia Antipolis; Vice-Président, IIDH
– E. GREPPI, Professeur, Université de Turin; Vice-Président, IIDH
– J.-F. DURIEUX, Coordinateur des cours sur le Droit des Réfugiés et le Droit des Migrations de l’IIDH; Membre IIDH
– C. DEL FABRO, Ancien Assistant au Représentant de l’HCR pour la protection au Liban, Membre IIDH
– M. Di FILIPPO, Professeur associé, Université de Pise; Coordinateur de l’observatoire du droit européen de la migration; Membre IIDH
– G. BERUTO, Assistant du Secrétaire-Général de l’IIDH; Chef des projets et relations extérieures

Supports pédagogiques :

Les travaux relatifs à la thématique du DU se concrétisent par l’organisation d’un colloque international chaque année, à San Remo, en septembre, associant étudiants, enseignants et acteurs majeurs du secteur humanitaire.
Les étudiants bénéficient dans chaque Institut d’un centre de documentation spécialisé et de l’envoi d’une importante documentation électronique (ouvrages, articles, conventions…).Rythme de la formation :

La formation commence en septembre et s’étend sur une année.
Le DU couvre les différents aspects du DIH, des plus généraux aux plus spécialisés, des plus théoriques aux plus opérationnels (exercices, cas pratiques relatifs à la mise en oeuvre du DIH et du droit des réfugiés).
Poursuite d’études :
Le développement depuis les années quatre-vingt dix d’opérations humanitaires a suscité une forte professionnalisation de ce secteur désormais porteur de nombreux emplois, tant dans le secteur privé et les organisations non gouvernementales que dans le secteur public et les organisations internationales.
En matière juridique, les spécificités des pratiques humanitaires impliquent une formation dépassant une approche généraliste de droit international pour privilégier des enseignements hautement spécialisés offrant une insertion des diplômés dans un secteur d’activité émergent.
Il s’agit aussi de former un personnel spécialisé sur les aspects juridiques en matière d’assistance humanitaire, afin de répondre aux demandes du secteur privé et public local, national ou international.

Emplois et métiers possibles :Assistance humanitaire dans les organisations non gouvernementales ou internationales

 

Objectifs de la formation

Cette formation professionnalisante, pluridisciplinaire bénéficiant d’un fort ancrage dans la filière viti-vinicole (acteurs locaux, IFV, INAO, Chambre d’agriculture, OIV, Chaire UNESCO « Culture et tradition du vin ») et de haut niveau, vise à répondre à la demande croissante de cadres et spécialistes viti-vinicoles, à l’échelon national et international.
Plusieurs objectifs ont été définis :

- Former des cadres de la filière flexibles et innovants ayant acquis des compétences solides leur permettant d’appréhender les problèmes auxquels ils pourront être confrontés et de s’adapter aux évolutions du secteur, y compris à l’étranger
- Garantir aux étudiants un contact privilégié avec le monde professionnel et les préparer à leur future insertion : nombreux intervenants du secteur permettant une confrontation aux problématiques actuelles de la filière viti-vinicole, stage, visites de terrain, de domaines, d’entreprises.

Le master « Vigne, vin, terroir » remplace le master « vigne et terroir » depuis la rentrée 2012

 

MODALITÉS DE RECRUTEMENT

Master 1 :

- De plein droit : Aux étudiants titulaires d’une Licence (180 ECTS) ou autre diplôme correspondant à une validation de 180 ECTS.

Les candidats étrangers doivent justifier de diplômes équivalents aux précédents et avoir acquis un niveau minimum de connaissance de la langue française (Diplôme Supérieur d’Eudes Françaises ou équivalent).

- Par validation d’acquis ou équivalence de diplôme :
En formation initiale : s’adresser à la scolarité organisatrice de la formation
En formation continue : s’adresser au service de formation continue de l’université (03.80.39.51.80)

Master 2 :
L’effectif de cette 2e année de master sera limité. Cette formation est ouverte aux titulaires de la 1re année (60 crédits européens) du master Sciences, Technologie, Santé mention « Environnement, Terre, Evolution, Climat » (plus particulièrement aux titulaires de la 1ère année master Vigne et terroir), et aux étudiants ayant effectué la 1re année d’un autre master à condition que le parcours de l’étudiant reste cohérent. Ce diplôme est également ouvert à des étudiants étrangers ayant un niveau minimum de connaissance de la langue française (Diplôme Supérieur d’Eudes Françaises ou équivalent).

Cette spécialité pourra accueillir, sur validation d’acquis, des candidats en formation continue.

Sélection sur dossier réalisée par la commission pédagogique

ATTENTION : les étudiants étrangers non titulaires de diplômes obtenus en France doivent IMPERATIVEMENT postuler par l’intermédiaire du site Relations Internationales à l’adresse suivante : http: //www.u-bourgogne.fr/-Etudiants-internationaux-.html
Tout dossier envoyé directement à notre Secrétariat sera rejeté.

 

ORGANISATION DE LA FORMATION

Site de localisation de la formation : Dijon

Présentation des UE

1ère année Master Vigne, Vin, Terroir

SEMESTRE 1
- UE 1 Structure et fonctionnement des sols viticoles
- UE 2 Outils analytiques
- UE 3 Aide à l’insertion professionnelle
- UE 4 Technologie des vinifications
- UE 5 Nutrition carbonée et métabolisme de la vigne

SEMESTRE 2
- UE 6 Agronomie viticole
- UE 7 Exploration des ressources génétiques de la vigne
- UE 8 Droit, réglementation et économie de la filière
- UE 9 Découverte de la filière (conduite de projet et suivi méthodologique – Stage dans un domaine viticole (3 semaines)
- UE 10 Option (viticulture ou pathologie de la vigne ou dynamique des sols et micropolluants ou interactions plante-microorganisme)

2ème année de Master Vigne, Vin, Terroir

SEMESTRE 3
- UE 1 – Viticulture durable
- UE 2 – Aspects biophysiques des terroirs viticoles
- UE 3 – Histoire, économie et sociétés des mondes de la vigne et du vin
- UE 4 – Aide à l’insertion professionnelle
- UE 5 – Stratégie commerciale

SEMESTRE 4
- UE 6 – Régions, terroirs et vins
- UE 7 – Projet professionnel et stage

Stage

Acquisition d’une expérience professionnelle au sein de la filière viti-vinicole d’au moins 4 mois.

DÉBOUCHÉS

Le master professionnel spécialité Vigne, Vin et Terroir permet aux diplômés de prétendre à une large gamme de postes à responsabilités offerts dans les secteurs public et privé, industriel et tertiaire : les organismes spécialisés de la filière viti-vinicole (INRA, IFV, INAO, FranceAgrimer, chambres d’agriculture, bureaux et organismes interprofessionnels, …), les distributeurs de produits viti-vinicoles, les pépinières, domaines, négoces, cabinets d’experts. Certains étudiants ont aussi la possibilité de s’orienter vers l’enseignement dans les organismes de formation viti-vinicole.
Enfin, cette formation permet aux étudiants étrangers qui l’ont suivie de s’insérer facilement dans le secteur viti-vinicole de leur pays (domaines, unités de production, distribution…) et à des étudiants français d’acquérir une expérience professionnelle à court ou moyen terme à l’étranger.

Les fonctions susceptibles d’être occupées par les titulaires du diplôme sont :
- Directeur d’entreprises viti-vinicoles
- Cadre technique production
- Conseiller dans la filière viticole
- Gestionnaire de domaine, de cave coopérative ou de cave particulière
- Œnologue
- Responsable commercial
- Expert
- Animateur-formateur
- Responsable d »approvisionnement
- Conseiller technique d’organismes professionnels ou interprofessionnels

Objectifs


PERMET DE FORMER :

COMPETENCES ACQUISES :

 

 

Poursuites d’études


L’étudiant titulaire d’un MASTER 2 peut :

Débouchés

Parcours professionnel

Secteurs d’activité :

 

Métiers :

Parcours Recherche

Présentation

Description :

La Licence 3 « Administration Publique » a pour objectif la préparation aux concours de catégorie A de la fonction publique. Elle se fonde sur un certain nombre de particularités :

Plus généralement, l’étudiant formé en L3 doit être en mesure pour l’essentiel de réussir un concours de catégorie A des 3 fonctions publiques et éventuellement de prolonger sa formation en master 1 afin d’affiner sa démarche vers l’obtention d’un concours plus ciblé (en cas de non obtention en L3) ou de niveau plus élevé (catégorie A + : par exemple : directeur d’hôpital, inspecteur des douanes) ou à référents eux aussi plus élevés (détention d’une maîtrise obligatoire : ainsi, E.N.M, E.N.A, Administrateur territorial, etc…)

Objectifs

Objectifs (pédagogiques scientifiques, professionnels) :

Contenu de la formation

Semestre 1:

UE1 : DROIT PUBLIC (8 crédits)

– Droit administratif générale (4 crédits)

– Finances publiques (2 crédits)

– Droit public général (2 crédits)

UE 2 :  ENSEIGNEMENTS SPECIALISES (8 crédits)

– Histoire contemporaine (2 crédits)

– Économie politique (2 crédits)

– Droit e la fonction publique (2 crédits)

– Questions européennes (2 crédits)

UE3 : TECHNIQUES D’EXPRESSION ECRITE (8 crédits)

– Culture générale / Actualité contemporaine (4 crédits)

– Culture générale (2 crédits)

– Note de synthèse (2 crédits)

UE4 : TECHNIQUES D’EXPRESSION ORALE (6 crédits)

– Langues vivantes (3 crédits)

– Exposé discussion (3 crédits)

Semestre 2 :

UE1 : DROIT PUBLIC (8 crédits)

– Droit administratif approfondi (4 crédits)

– Finances publiques (2 crédits)

– Droit public générale (2 crédits)

UE2 : ENSEIGNEMENTS SPECIALISES (8 crédits)

– Histoire contemporaine (2 crédits)

– Économie politique (2 crédits)

– Droit constitutionnel (2 crédits)

– Institutions administratives (2 crédits)

UE3 : TECHNIQUES D’EXPRESSION ECRITE (8 crédits)

– Culture générale / Actualité contemporaine (4 crédits)

– Culture générale (2 crédits)

– Note de synthèse (2 crédits)

UE4 : TECHNIQUES D’EXPRESSION ORALE (6 crédits)

– Langues vivantes (3 crédits)

– Exposé-discussion (3 crédits)

Public cible

Bassin de recrutement :

Nécessité d’avoir validé 120 crédits ECTS dans un parcours L1 et L2 en Droit, Administration, mais également en Économie, Histoire ou Géographie. Appréciation des dossiers établis par les candidats.

Insertion professionnelle

Débouchés :

Fonction Publique Territoriale :

– Attaché territorial

– Rédacteur principal

– Rédacteur territorial

Fonction Publique de l’État :

– IRA

– Inspecteur et contrôleur DGFIP

– Inspecteur et contrôleur DGCCRF

– Inspecteur du travail

– Directeurs des services pénitentiaires

– DPIP

– Directeurs des services de la PJJ

– Banque de France

– Greffiers des services judiciaires

– Secrétaire administratif

– SAENES

– CPIP

– Sous-officier de gendarmerie

– Gardien de la paix

Fonction publique hospitalière et secteur santé-social :

– Directeur d’hôpital

– Directeur d’établissement sanitaire, social et médico-social

– Directeurs de soins

– Directeur de caisse de sécurité sociale (EN3S)

– Inspecteur des affaires sanitaires et sociales

– Attaché d’administration hospitalière

La mention de ce master est composée de 3 parcours :

– Histoire, sciences sociales (HSS)

– Relations internationales, mondialisations et interculturalités (RIMI)

– Médiation du patrimoine et de l’histoire en Europe (MPHE)
 
Objectifs et débouchés 
 
Pour les trois parcours, la formation combine trois objectifs : ⋅ la construction d’un projet personnel de recherche, en lien étroit avec un(e) directeur/trice de recherche et    dans le cadre du laboratoire concerné. ⋅ l’apprentissage des méthodes de la recherche historique et la découverte de leur environnement     scientifique. ⋅ la réflexion sur les relations entre l’histoire et les autres sciences sociales et sur les situations     d’interculturalité.
Par son caractère à la fois disciplinaire et généraliste, et du fait de l’acquisition de compétences réflexives et rédactionnelles, la formation permet aux étudiants, soit de s’engager ensuite dans un projet de thèse, soit de s’insérer professionnellement à la fin de leur master dans divers secteurs des activités de service, liées ou non à l’histoire. Elle peut donc préparer les étudiants aux débouchés suivants :
Débouchés transversaux : métiers de l’enseignement secondaire et supérieur ; métiers de la recherche ; métiers du patrimoine ; métiers de l’administration nationale ou internationale ; métiers de l’information et de la communication ; métiers liés à la vulgarisation et à la valorisation des connaissances scientifiques ; métiers de la documentation ; métiers de la médiation et des échanges interculturels.
Débouchés professionnels « RIMI » : certains métiers ci-dessus dans le cadre de l’aire géographique étudiée ; direction de projet ONG et OIG.
Débouchés professionnels spécifiques du « MPHE » : médiateur du patrimoine ; guide conférencier ; animateur du patrimoine; chargé de mission patrimoine ; ingénierie de l’histoire.

Compétences visées 

Ces trois spécialités mobilisent connaissances et compétences communes :
⋅ soit spécifiques au champ (initiation à la recherche historique ; maitrise des outils d’investigation et d’analyse ; mise en oeuvre et valorisation de la recherche ; ouverture sur les environnements scientifiques internationaux), ⋅ soit transversales (traitement critique et diffusion de l’information ; capacités de réflexion, d’expression et de communication).

Département d’Histoire / SUIO-IP                                                                       2                                                       Février 2017 (document non contractuel)
Organisation de la formation Organisation de la formation Organisation de la formation Organisation de la formation

Le master Histoire est organisé autour de trois parcours. Le master 1 est majoritairement commun et comprend quelques cours où le choix peut se faire en fonction du parcours prévu pour le master 2. Au M2, les trois parcours sont autonomes. Cette architecture permet aux étudiants de confirmer ou de modifier leur choix à la fin du M1 grâce à des passerelles entre HSS, MPHE et RIMI.

• Master 1 :
Chaque étudiant(e) doit suivre les enseignements suivants chaque semestre : deux séminaires de recherche, l’un de tronc commun à l’ensemble de la promotion (centré sur le lien de l’histoire avec les sciences sociales et la question des interculturalités) et l’autre, de spécialité (2h chacun) ; deux outils de l’histoire, spécialisés ou transversaux (1h30 chacun) que l’étudiant choisit en fonction de l’orientation de son projet personnel et de ses centres d’intérêt ; un cours de langue (2h). L’étudiant(e) doit présenter en fin de première année un mémoire d’étape, dont le rôle est essentiel, car il pose les bases de son travail de recherche (sources, historiographie, problématiques, plan). Ce mémoire peut prendre une forme aboutie si l’étudiant souhaite ne faire qu’un M1 dans ce master. En « MPHE », le mémoire est prioritairement en lien avec les enjeux du patrimoine et/ou de la médiation.

• Master 2 :
Pour HSS et RIMI, priorité au traitement des données, à la mise au point et à la rédaction d’un mémoire de recherche totalement abouti, souvent assez volumineux (fréquemment plus de 150 pages, hors annexes), reflet d’un important investissement des étudiant(e)s dans leur formation ; les enseignements complémentaires sont réduits : – HSS : un séminaire (1h) et une ou deux journées mastériales ; un outil de l’histoire (1h30) ; un enseignement de pré-professionnalisation orienté, au choix, vers la pratique de la recherche (1h) ou vers celle de l’enseignement (suivi d’une question au programme des concours). Les deux derniers éléments ne concernent que le premier semestre. – RIMI : un cours sur les relations internationales depuis 1945 et 2 séminaires de 3h (histoire globale/histoire comparée ; mondialisations et interculturalité), assurés par une équipe pluridisciplinaire (histoire, sciences politiques, ethnologie, civilisations). – MPHE (M2 professionnel) : priorité à la mise en œuvre collective de projets de médiation sous la direction d’un médiateur. Le stage de 4 à 6 mois fait partie intégrante de la formation. A partir de cette expérience, rédaction d’un mémoire de stage donnant lieu à une soutenance.

Nb : En suivant un module de langues spécialisé et une formation au guidage, les étudiants en parcours MPHE peuvent en outre obtenir la certification de guide-conférencier qui permet ensuite l’obtention de la carte nationale.
Remarque : les parcours « HSS » et « MPHE » comportent plusieurs mutualisations, entre eux d’une part et, d’autre part, avec les masters MEEF Histoire-Géo, Humanités numériques, Arts de la scène et du spectacle vivant.

Présentation et objectifs

Connaissances en matière de Responsabilité sociale de l’entreprise, de développement durable et de droits fondamentaux en droit social. Prise de conscience de la réalité socio-économique de l’entreprise moderne comme un lieu de communication et de coordination entre les différentes communautés qui la composent et des communautés externes dont émanent à la fois la demande pour les produits et les services et le savoir et les compétences qui sont les conditions mêmes de l’innovation. La sensibilisation à la dimension éthique des rapports sociaux au sein de l’entreprise a pour objectif de rendre ses responsables toujours plus attentifs à l’écoute des besoins, des demandes mais également des propositions et des offres en termes de savoir en provenance du monde extérieur. Une formation éthique est également indispensable pour développer la responsabilité de l’entreprise au regard des enjeux environnementaux.

 

Savoir-faire et compétences

Capacité de synthèse

Capacité à analyser au plan juridique et éthique une situation au sein de l’entreprise tant par rapport au personnel que par rapport au monde extérieur.

Acquisition des instruments théoriques et pratiques permettant une analyse approfondie du rapport spécifique de l’homme moderne au travail

Capacité d’analyse et de maîtrise du processus complexe d’innovation au sein de l’entreprise en intégrant la dimension éthique.

Capacité d’acquérir le langage spécifique des communautés en interaction avec l’entreprise, en particulier des communautés de création du savoir et des compétences théoriques.

Capacités rédactionnelles

 

Insertion professionnelle

Les débouchés s’avèrent aussi multiples que les filières d’origine. Outre la recherche proprement dite et les carrières attenantes, toute profession peut trouver une plus-value notoire à se spécialiser en éthique, et cela d’autant plus que certaines instances dans certains métiers requièrent une telle spécialisation. On peut penser aux Comités d’Ethique, à la médiation, aux formations visant des jeunes… Possibilité d’accéder aux concours de la fonction publique.

Présentation et objectifs

Cette formation a pour ambition de faire appréhender aux étudiants l’ensemble des dimensions de la propriété intellectuelle, telles qu’elles sont saisies par le droit français, les droits étrangers et surtout le droit communautaire et le droit international. La formation propose de répondre aux impératifs d’ouverture vers l’Europe et l’international. A cet égard, les étudiants pourront notamment bénéficier des activités proposées par le réseau européen EIPIN (Universités Queen Mary de Londres , Munich (MIPLC) , Alicante et Strasbourg (CEIPI)). Les enseignements théoriques et pratiques se font sous la forme de cours et séminaires en langues française et anglaise.

Le Master ouvre des perspectives professionnelles dans les métiers publics et privés de la propriété intellectuelle ainsi que dans les institutions communautaires et internationales mais également vers la recherche.

Enfin, il est à noter que le Master 2 mention droit de la propriété intellectuelle s’appuie sur les fonds de la bibliothèque du CEIPI et des bibliothèques de l’ Institut Max-Planck pour le droit de la propriété intellectuelle et le droit de la concurrence de Munich.

 

Savoir-faire et compétences

Faire appréhender aux étudiants l’ensemble des dimensions de la propriété intellectuelle, telles qu’elles sont saisies par le droit français, les droits étrangers et surtout le droit communautaire et le droit international.

 

Insertion professionnelle

A l’issue de leur formation, les étudiants pourront embrasser les professions de la propriété intellectuelle :

– enseignant chercheur
– professions libérales (avocat, conseil en propriété industrielle, littéraire ou artistique)
– fonctionaire des administrations nationales de la propriété industrielle ou des organsiations internationales

La formation AQUACAEN est un Master Professionnel et Recherche qui vise à fournir aux étudiants les connaissances, les outils, et les méthodes relatifs aux métiers liés à l’espace « Mer – Littoral » dans son ensemble. Cette spécialité s’inscrit dans la mention de master « Sciences des Ecosystèmes et des Environnements Continentaux et Côtiers – S2E2C ». La formation du Master Pro AQUACAEN, l’une des plus anciennes en France dans ce domaine, a su évoluer de façon à maintenir une large polyvalence sur l’ensemble de la filière des produits de la mer pour une gestion durable des ressources marines. Cette formation prépare les étudiants à des emplois de cadre dans le domaine de l’exploitation des ressources marines, depuis la production (aquaculture, pêche) jusqu’à la valorisation (agro-alimentaire, aquariologie, biotechnologie) en passant par la recherche & développement et le secteur administratif. La formation du Master recherche Aquacaen vise à former des chercheurs et des ingénieurs dans deux grands domaines scientifiques : les  écosystèmes côtiers et la physiologie des organismes marins, en s’appuyant sur la recherche de pointe menée dans ces domaines à l’Université de Caen Basse-Normandie.

Cette formation est rattachée à l’IBFA (Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée). Les enseignements thématiques (Ecosystèmes littoraux, Biodiversité et Ecologie côtière, Physiologie des organismes marins), pratiques (plateformes techniques, stages de terrain, élevages, cultures) reposent sur l’UMR FRE CNRS BIOMEA – CNRS INEE de l’UCBN (Biologie des Mollusques marins et Ecosystèmes Associés), la SRF (Structure Fédérative de Recherche) ICORE et ses plateaux techniques (génomique, protéomique notamment), le CREC (Centre de Recherche en Environnement Côtier de Luc/mer, avec les moyens à la mer et les structures d’élevage), l’écloserie expérimentale IFREMER d’Argenton, le CEVPM et CFPM (Hall technologique et Centre de formation) de Boulogne/Mer, et le SUAPS pour l’initiation à la plongée. Tout un ensemble d’enseignements plus personnalisés, sous la responsabilité d’un tuteur universitaire (Revues de presse professionnelle ou rapport bibliographique ;  projets de mise en application d’élevages, d’algoculture ou mini projets recherche avec les plateformes de la SFR ICORE) permettent aux étudiants d’affiner leur formation en fonction de leur projet professionnel et d’acquérir une grande autonomie. La découverte du monde professionnel (visites d’entreprises pour la partie professionnelle, ou stages laboratoire de recherche, et initiation aux outils de la recherche pour le parcours recherche) viennent renforcer la formation.

Par ailleurs, ce diplôme qui associe très largement les professionnels est ouvert à la formation continue (avec validation des acquis professionnels). De plus l’association Aquacaen (réseau d’anciens étudiants) permet une excellente synergie avec le milieu professionnel, qu’il s’agisse des stages de 6 mois ou de l’insertion professionnelle. L’un des atouts de cette formation concerne également son ouverture vers l’international (chaque année 2 stages en moyenne réalisés à l’étranger).

Définition

Les neurosciences concernent l’étude du système nerveux, dont le cerveau, d’une manière interdisciplinaire (biologie, médecine, psychologie, informatique). Elles s’intéressent aussi bien aux aspects développementaux que comparatifs (évolution) ou pathologiques. Les Neurosciences intègrent des approches d’une grande diversité telles que la biologie cellulaire et moléculaire, la physiologie, la biologie des comportements, l’imagerie cérébrale, la neurologie, la psychologie cognitive et la neuropsychologie. Ce parcours Neurosciences  est axé sur les approches biologiques de la discipline.

 

Débouchés et Poursuite d’étude

La licence Neurosciences permet un accès aux concours d’assistant ingénieur et de technicien de laboratoire.

La licence Neurosciences apporte des compétences qui ouvrent aux différents masters européens relatifs aux Neurosciences et aux Sciences des comportements, dont le Master de la mention « Biologie Santé » de l’Université de Caen (spécialités Neurosciences ou Sciences du Comportement).

 

Conditions d’accès

Licence 2 de Biologie, BTS & DUT (équivalence après examen du dossier).

Objectifs

L’objectif de la licence professionnelle hôtellerie et restauration est la formation de directeurs et chefs de service trilingues (deux langues étrangères) opérationnels d’encadrement (hébergement, restauration, hôtellerie-restauration spécialisée) capables d’intégrer des groupes hôteliers et de restauration d’envergure européenne et internationale.

La demande au niveau européen
 : il existe au niveau européen dans le secteur d’activité de l’hôtellerie-restauration une demande de postes à responsabilité au niveau bac+3. La licence professionnelle permettra de répondre aux attentes des professionnels dans ce secteur.

Double exigence de la formation
 : acquisition de compétences techniques orientées vers le domaine de la restauration et acquisitions linguistiques spécialisées.

La finalité professionnelle :
Apporter une dimension professionnelle et internationale qui permettra aux titulaires de la licence professionnelle d’intégrer des structures hôtelières dans des grands groupes.

Les compétences recherchées
pour les titulaires de la licence professionnelle sont les suivantes :
– la conception, l’organisation de la production, les approvisionnements, la mise au point de produits de restauration, la conception, l’organisation de la commercialisation de produits de restauration, la conception, l’organisation de service d’hébergement, la gestion des ressources humaines, l’animation de l’équipe.

Il est à préciser que ces compétences devront être maîtrisées aussi bien en français qu’en anglais ou dans la LV2 du titulaire.

Activités visées

Diriger une équipe internationale, coordonner l’activité des équipes d’un établissement hôtelier para-hôtelier avec ou sans restauration
Commercialiser des produits d’hôtellerie et de restauration
Animer, diriger des équipes de la réception ou des autres services d’hébergement
Contrôler la qualité des services
Suivre et optimiser l’activité quotidienne des services d’hébergement et de restauration
Mettre en oeuvre des politiques d’accueil adaptés aux différents segments de clientèle
Fidéliser la clientèle nationale et internationale
Organiser des séminaires
Participer au recrutement du personnel, les former et les encadrer

Compétences attestées

Maîtriser deux langues en situation professionnelle
Appréhender les attentes d’une clientèle étrangère et cosmopolite
Travailler en équipe dans un environnement international
Identifier les différents domaines et activités d’un établissement en hôtellerie-restauration
Maîtriser les techniques d’accueil, de management et d’évaluation de la qualité
Maîtriser les techniques de management et gestion des RH appliquées à l’hébergement
Adapter son comportement à l’environnement, notamment à l’international : Vis-à-vis du personnel en prenant en compte ses spécificités ; Vis-à-vis des clients en adaptant la démarche commerciale aux spécificités de négociation de leurs cultures et nationalités.
Maîtrise des nouvelles technologies de l’information (site web et logiciel professionnel dédié)

Objectifs :

Le Département de philosophie et le Département de psychologie de l’Université Nice Sophia-Antipolis proposent, depuis la rentrée universitaire 2015, un parcours de Double Licence Philosophie & Psychologie. Ce parcours permet d’obtenir en trois années les deux diplômes de licence suivants :

Ce parcours de double Licence Philosophie & Psychologie constitue un parcours unique et original qui n’existe, à l’heure actuelle, dans aucune autre université française.

En plus des objectifs pédagogiques respectifs de la Licence de Philosophie et de la Licence de Psychologique, la double Licence Philosophie & Psychologie  a pour objectif spécifique :

Savoir-faire et Compétences :La Double Licence Philosophie & Psychologie constitue une formation innovante de haut niveau qui s’adresse à des candidats motivés. Une mention aux baccalauréats ES, L ou S est fortement recommandée.

 

Poursuite d’études :

Métiers et débouchés :

Emplois et métiers possibles :

Conseiller Principal d’Éducation, Professeur des écoles, Psychologue du travail, Conseiller d’orientation-psychologue

 

 

 

Accessible après un DUT, BTS, L2  ou tout autre diplôme de niveau  bac + 2
obtenu dans le domaine de la communication, du commerce ou de la culture.
Formation ouverte à la formation continue.

– Organisation du monde de la musique, booking, marketing culturel, communication, droit des associations, relations presse, découverte du monde du théâtre, etc.
Approche d’outils spécifiques : réseaux sociaux, site internet, création de fichiers, audiovisuel, chaîne graphique, etc.

Stage au sein d’une structure culturelle ou d’un service culturel, d’une administration publique :
– Festivals (Printemps de Bourges, Les Eurockéennes de Belfort…),
– Agence de tournées (Betty book, Cartel concert…),
– Labels (Warp record, Blue Line Production…),
– Conseils Généraux, etc.
Missions autour de la communication et de la diffusion : relations avec les partenaires privés dans le cadre d’un festival, communication web, assistant relations presse, développement d’artistes ou de spectacles, booking…

 

Et après…

Intégration immédiate en milieu professionnel
Véritable tremplin vers l’emploi, le stage associé à la LP CCPC permet à l’étudiant d’occuper à l’issue de sa formation un poste d’assistant de communication, de chargé de diffusion, d’assistant en charge du mécénat ou encore de chargé de développement culturel.
La LP CCPC prépare également, pour certains étudiants, une poursuite d’études en master professionnel.

Les métiers exercés par les diplômés :
– Chargé de communication au sein d’une SMAC ou dans une société de production en musiques et spectacles
– Assistant relations presse
– Manager / attaché de presse d’un artiste
– Chargé d’actions culturelles
– Chargé de mission en charge de l’élaboration d’une communication ciblée à destination des publics éloignés
– Assistant de production

Quelques partenaires :
Scène Nationale Equinoxe, ADAM Communication & Media, MLC Belle-Isle, Ville d’Issoudun, Festival DARC, F2F Music,…

 

Objectifs

La licence pro. Management et gestion des organisations vise une approche équilibrée du management des organisations : Intelligence économique, management des ressources humaines et gestion de projets.

Le management des organisations est une démarche à la fois globale et spécifique au sein de l’entreprise.

En pratique, c’est la mise en synergie des compétences, des situations, de l’environnement et des technologies, en vue d’atteindre les objectifs concurrentiels par l’innovation dans un contexte de mondialisation des marchés.

Il s’agit par conséquent de former des cadres moyens capables de faire la synthèse entre plusieurs fonctions de l’organisation, de gérer les ressources humaines, de piloter un projet et de développer une culture d’intelligence économique au sein de l’entreprise.

 

Poursuite d’études

La finalité de la licence est l’insertion professionnelle. Elle permet également de présenter les concours accessibles à un niveau Bac+3.

Débouchés professionnels

Ils s’articulent autour des métiers de la gestion de projet et des ressources humaines.

Secteurs

Métiers

En Master 1, l’étudiant suit un tronc commun qui lui permet d’acquérir les compétences et savoirs des différents domaines de la gestion y compris des cours de spécialité en finance.

En Master 2, l’étudiant se spécialise en Finance.

Le parcours Financement de Projet, Financements structurés a pour objectif de former des professionnels dans le domaine du financement de projet et des secteurs connexes au financement de projet comme les financements structurés.

Le financement de projet est un montage utilisé pour des projets de grande ampleur (infrastructures) mais aussi pour des projets de taille moyenne, notamment dans les secteurs de l’énergie, des communications, du pétrole et du gaz, de l’eau, etc.

Les financements structurés (titrisation, crédit bail, immobilier, venture capital) sont des montages légèrement différents mais qui utilisent des techniques proches et sont un complément naturel au financement de projet. Leur introduction dans l’enseignement offre des opportunités professionnelles supplémentaires

Ces types de montage nécessitent l’intégration de compétences provenant de nombreux domaines comme la finance, le droit, les études économiques, les assurances, dispensés dans le Master 2.

Spécificités


Structuration générale de la Mention Finance :
En M1 : 2 parcours vous permettent de commencer la spécialisation qui sera parachevée dans un des parcours de M2 :
1/ « Finance » (formation initiale classique / apprentissage)
2/ « Business and management » (formation initiale classique avec cours en anglais)
En M2 : Vous pouvez, au sein de la mention, vous spécialiser dans un des 4 parcours suivants :
1/ « Financements de projet – financements structurés »
2/ « Finance d’entreprise (Finance corporate) »
3/ « Sciences de l’immobilier »
4/ « Banque Finance Assurance – Ingénieur d’affaires »

Programme

1ère ANNEE – Semestre 1

UE Finance-contrôle (9 ects)
• Contrôle de gestion
• Politique financière

UE Marketing et TQG (9 ects)
• Initiation à la recherche 1 – Techniques quantitatives
• Marketing stratégique et Plan marketing

UE Environnement de l’entreprise 1 (6 ects)
• Droit et fiscalité des sociétés
• Stratégie et politique générale

UE Enseignements spécifiques 1 (3 ects)

• Trésorerie d’entreprise

UE Langue S1 (3 ects)

• Anglais économique et financier

1ère ANNEE – Semestre 2

UE Management (9 ects)

• Management de la Supply Chain
• Management des Ressources Humaines
• Management des SI et gestion de projets

UE Environnement de l’entreprise 2 (6 ects)

• Droit des contrats, droit de la concurrence
• Entrepreneuriat

UE Enseignements spécifiques 2 (6 ects)
• Banque et marchés financiers
• Consolidation

UE Langue S2 (3 ects)

• Anglais économique S2

UE Stage (6 ects)
• Professionnalisation, stage et mémoire

2ème ANNEE – Semestre 3

UE Acteurs du financement de projet (6 ects)
• Introduction au financement de projet
• Développement durable
• Conférence sur les différents secteurs du financement de projet

UE Aspects financiers du financement de projet (6 ects)
• Rappels fondamentaux de finance et de financement bancaire
• Techniques avancées de financement
• Analyse financière

UE Analyse et couverture des risques  (6 ects)
• Aspects contractuels du financement de projet
• Assurances
• Finance internationale

UE Modélisation  (9 ects)
• Modélisation financière
• Prévisions de recettes
• Comptabilité et fiscalité
• Méthode de Monte Carlo

UE Techniques de communication   (3 ects)
• Technique de communication orale
• Technique de présentation

2ème ANNEE – Semestre 4

UE Titrisation et autres financements  (6 ects)
• Titrisation et crédit bail
• Finance islamique et fonds souverains
• Acteurs et marchés immobiliers

UE Techniques de remise d’offre PPP (6 ects)
• Présentation et organisation du consortium
• Cadre juridique
• Cadre financier
• Coordination des groupes d’appel offres

UE Insertion professionnelle  (18 ects)
• Mémoire de théorie appliquée
• Stage en entreprise

Débouchés professionnels

Secteurs d’activité :
Les diplômés sont embauchés dans des banques, des institutions financières internationales, dans les services spécialisés de compagnies d’assurances, dans les cabinets de conseils financiers et juridiques, des fonds d’investissements, les entreprises concessionnaires et les autorités concédantes.Métiers :
Les métiers incluent les activités de conseil juridique (analyse et suivi des contrats), financier (analyse, modélisation, structuration, suivi, et gestion de fonds), et des activités opérationnelles de financement de projet dans les entreprises concessionnaires et les autorités concédantes.

OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES VISEES

La licence d’Administration Economique et Sociale sanctionne une formation pluridisciplinaire. Les quatre disciplines principales sont : l’économie, la gestion, le droit et la sociologie. Les deux premières années de la formation visent à assurer une culture générale dans ces différents domaines, la maîtrise de l’anglais et d’outils informatiques de base sont également au cœur des enseignements. Les deuxième et troisième années assurent une spécialisation progressive à travers les cursus des deux spécialisations :

 

POURSUITES D’ETUDES ET DEBOUCHES PROFESSIONNELS

Les étudiants de la licence AES peuvent poursuivre leur parcours d’étude au sein de l’UFR AES-Economie et Gestion en s’inscrivant dans l’un des master proposés, notamment :

Bien sûr, les étudiants peuvent aussi poursuivre par un master d’économie, de gestion, de droit, de sociologie ou de sciences politiques (après examen du dossier).

Grâce à la pluridisciplinarité de notre formation, les emplois possibles sont très variés et s’inscrivent pour la plupart dans les domaines suivants : administrations territoriales et secteur associatif, gestion commerciale, gestion administrative, communication, gestion des ressources humaines etc. Les emplois les plus cités sont : chargés de clientèle, conseiller commercial, assistant ressources humaines assistant de gestion, employé de back office.

Ces emplois sont généralement offerts par :

CONDITIONS D’ACCES

Peuvent être admis en licence les étudiants titulaires :

L2 : L1 AES ou L1 autre discipline avec pré requis et validation d’acquis universitaires – validation d’acquis professionnels. BTS et DUT sous conditions (examen du dossier)

L3 : L2 ou DEUG AES ou L2 ou DEUG autre discipline avec pré requis et validation d’acquis universitaires – validation d’acquis professionnels. BTS et DUT sous conditions (examen du dossier)

Nombre de places : L 1 : 250 – L2 : 120 – L3 : 120 (spécialisation AGE : 90 – spécialisation CT et ESS : 30)

ORGANISATION ET CONTENU DE L’ENSEIGNEMENT

La licence AES comporte 1 479 heures/étudiants pour la spécialisation CT et ESS et 1 473 heures/étudiants pour la spécialisation AGE.

Elle comporte 45 EC plus un stage (180 ECTS) décomposés de la façon suivante : 20 EC (108 ECTS) pour les UE majeures, 13 EC (36 ECTS) pour les UE mineures et 12 EC (36 ECTS) pour les UE transversales.

  1. La spécialisation Administration et Gestion des Entreprises spécialité RH et Marketing (AGE) est centrée sur les problématiques de l’économie et de la gestion des grandes entreprises. Elle comporte une orientation plus marquée vers le secteur privé. Elle a pour objectif de former des étudiants capables de s’insérer dans les entreprises privées et de participer à leur administration notamment dans les domaines de la Gestion des Ressources Humaines et du Marketing.
  2. La spécialisation Collectivités Territoriales et Economie Sociale et Solidaire (CT et ESS) est tournée vers les questions d’économie publique, de développement local, les collectivités territoriales (concours administratifs) et vers l’économie sociale et solidaire. Elle a pour objectif de former des étudiants capables de s’intégrer aux administrations publiques et territoriales ainsi que dans les organisations de l’économie sociale et solidaire (associations, PME)

En L2, le stage d’un mois minimum est optionnel et fait partie des EC au choix de l’étudiant figurant dans l’UE Projet professionnel. Il s’agit d’un stage de découverte qui donne lieu à un rapport de stage sans soutenance.

En L3, le stage obligatoire de six semaines (minimum) à temps plein est obligatoire et il donne lieu à la rédaction d’un rapport de stage avec soutenance devant un jury. Pour celui-ci un intervalle de temps est réservé lors du semestre 6. Au semestre 5, l’EC Projet professionnel 3 détaillé dans le paragraphe précédent est destiné à accompagner les étudiants dans leur recherche de stage et à leur indiquer la méthodologie du rapport de stage

Le stage de L3 a pour objectif :

Présentation

La Licence Professionnelle Mention Intervention Sociale: Accompagnement de Publics Spécfiques, parcours Justice et Jeunesse en Difficulté est une licence de droit qui offre une formation pluridisciplinaire de 450 heures de cours en droit, en politiques publiques, en psychologie, en sociologie et autres sciences de la gestion de projet pédagogique et de l’intervention éducative. L’objectif est de former des cadres intermédiaires spécialisés dans les aspects juridiques et pratiques du domaine de la Protection de l’Enfance, de l’Aide Sociale à l’Enfance, et la Protection Judiciaire de la Jeunesse , en relation avec l’enfance et l’adolescence en difficulté, de la prévention et de la mise en oeuvre des décisions administratives ou judiciaires en passant par l’évaluation des situations. Adossement au laboratoire EQUIPPE EA4018 (Lille1, 2, 3).
Objectifs

Les politiques publiques à destination des enfants et adolescents sont mises en oeuvre à de multiples niveaux. Les missions et les services concernant la protection de l’enfance, les droits de l’enfant et la protection judiciaire de la jeunesse sont pris en charge par la politique de la ville, les centres communaux d’action sociale, les départements, les régions, plusieurs ministères de l’Etat et par un ensemble de structures de l’économie sociale et
solidaire. La région Nord-Pas-de-Calais est celle qui compte le plus de ces projets. Conçus avec les professionnels de terrain (acteurs privés et publics) de manière à répondre aux besoins des secteurs professionnels concernés tout en conservant un haut niveau de compétences académiques, la licence prépare aux fonctions: – de chargé de mission, de porteur de projet; elle s’adresse aux cadres intermédiaires et aux éducateurs et personnels dans une perspective d’évolution de carrière. – de coordinateur d’équipe, assistant la direction de la structure dans les missions d’encadrements.
Principales matières enseignées

Droit de la famille – droit de l’enfant – droit pénal des mineurs – droit de la responsabilté – droit des libertés fondamentales – politiques publiques   intervention sociale dans un schéma partenarial.
Insertion professionnelle

Tous secteurs, privé et public: ASE, PJJ, structures de l’économie sociale et solidaire ville, CCAS, Conseil Régional et Départemental – intervention sociale, services à la personne et aux collectivités.Types d’emplois accessibles: Chargé de mission – de projet de développement local – social – intervenant spécialisé dans la protection juridique de la jeunesse – intervenant spécialisé dans la délinquance juvénile coordinateur de projet de jeunesse – personnel éducatif – assistant d’éducation – assistant du responsable d’une structure.
Poursuite d’études

La licence a une vocation professionnalisante; néanmoins, les titulaires peuvent poursuivre en étude de master (Droit, AES, sciences sociales).

Description

La mention Innovation, réseau, numérique fait partie du Groupe de Formation et de Recherche (GFR) en Management & Organisation. Elle comprend deux parcours. Ses responsables sont Eric Brousseau et Albert David.

Pour tous renseignements et contacts par M1 et par M2, se rendre dans l’onglet PROGRAMME et cliquer sur le M1 ou M2 de votre choix, puis sur « cliquez ici pour afficher la description du parcours »

Objectifs

Former des cadres et des experts spécialistes de l’innovation, de l’économie du numérique et du management des secteurs à forte intensité technologique. L’objectif est de donner des clés pour comprendre de manière approfondie les logiques de l’innovation et de la concurrence fondée sur l’innovation afin de mener des carrières opérationnelles en entreprise, dans le conseil, au sein des pouvoirs publics ou dans la recherche.
Le Master Innovation, réseaux et numérique (IRN) répond aux besoins des entreprises industrielles et de service comme des organismes publics. Elle assure une maîtrise des outils économiques et de gestion en même temps qu’elle cherche à assurer une familiarité avec les perspectives scientifiques et technologiques.
Le Master apporte des compétences pluridisciplinaires et poursuit ainsi trois perspectives :

Compétences à acquérir

Adossement à la recherche
Le Master IRN s’appuie sur les enseignants-chercheurs des laboratoires auxquels il est adossé : l’UMR CNRS Dauphine Recherches en Management et, pour les institutions qui co-habilitent les parcours, l’UMR CNRS I3 (Mines ParisTech & Ecole Polytechnique), le laboratoire RITM de l’université Paris-Sud, et les chercheurs des départements économie et management de CentraleSupélec, de Télécom ParisTech.
Ces laboratoires sont en contact permanent avec les entreprises et organismes clés, ce qui favorise l’adéquation entre enseignements et compétences des diplômés.

Adossement aux milieux socio-économiques
Une forte intégration avec le milieu professionnel assure à la quasi-totalité des étudiants diplômés du Master une insertion rapide sur le marché du travail. De nombreuses entreprises et administrations sont liées à la formation, à travers l’accueil d’étudiants en stage, la participation de ces derniers à des missions (business plan, prospective technologique, atelier de conception innovante) et bien entendu à travers la présence de nombreux intervenants professionnels dans les cursus. Par ailleurs, à l’issue du M2, des étudiants ont la possibilité de s’engager dans des thèses de doctorat, réalisées en coopération avec des entreprises. Dans cet esprit sont développées des collaborations étroites et continues avec les directions de l’innovation ou des affaires institutionnelles de grandes entreprises, les sociétés de conseil en innovation, stratégie et organisation, les milieux de la création d’entreprise et notamment les incubateurs, les entreprises et organismes professionnels des télécommunications, des médias, du numérique.

 

 

 

Présentation de la formation

L’objectif du parcours banque et marchés financiers est de donner aux étudiants les connaissances et les techniques nécessaires à l’exercice de nombreux métiers de la banque, de la finance et de l’ingénierie immobilière.
S’appuyant sur des connaissances approfondies en analyse économique et en finance et sur l’initiation aux techniques mobilisées par les professionnels de la finance, ce parcours offre une formation qui associe enseignements fondamentaux et enseignements spécialisés. Les étudiants acquièrent, ainsi, le socle de connaissances qui leur permet de candidater aux spécialités de deuxième année de ce master.

 Les + de la formation
• articulation entre une formation technique poussée dispensée par des universitaires et une approche plus appliquée basée notamment sur l’intervention de professionnels

• large choix d’options (dont certaines enseignées en anglais) permettant de se spécialiser soit dans les métiers de la banque et de la finance, soit dans le domaine de l’ingénierie immobilière

• stage obligatoire co-encadré par un professionnel et par un enseignant du master.
 

Compétence(s) visée(s)

Les diplômés de ce master doivent pouvoir exercer rapidement des professions de responsabilité. Les compétences visées par la première année de Master s’inscrivent dans cette perspective.
L’acquisition des connaissances théoriques fondamentales leur permettra d’évoluer dans leur carrière. L’initiation aux techniques financières les plus utilisées favorisera leur insertion dans la vie active. La rédaction d’un mémoire professionnel,  sous la forme d’un rapport de stage, à développer leur autonomie dans le travail.

Poursuite d’études

La première année conduit à l’une des spécialités de deuxième année offertes par la mention monnaie, banque, finance, assurance, ou tout autre Master 2 exigeant une maîtrise approfondie de l’analyse économique et de la finance.

Débouchés professionnels

A l’issue de la deuxième année de formation, la mention monnaie, banque, finance, assurance conduit aux métiers suivants :
• métiers de la banque de réseau ou de la banque de marché – Analyse de performance
• gestion des risques – Middle-office bancaire et des opérations de marché – Analyste de crédit
• Marketing des produits financiers et bancaires
• Conseiller en investissement – Gérant et portefeuille – Conseiller de clientèle professionnel et chargés d’affaires entreprises
• métiers de l’immobilier :
– Expert immobilier,
– Responsable de programmes promotion immobilière
– Gestionnaire d’actifs immobiliers, gestionnaire de patrimoine immobilier
– Conseil en investissement et transaction immobilière
– Financement des professionnels de l’immobilier

Environnement de recherche

La formation de Master est principalement adossée au laboratoire de recherche ERUDITE (EA 437). Les débouchées naturelles du Master 1 sont à vocation professionnelle. Cela n’exclut en rien une formation à la recherche et par la recherche. En effet, les enseignants-chercheurs du Master peuvent faire bénéficier les étudiants de leur savoir-faire en termes de recherche en proposant aux meilleurs d’entre eux d’effectuer un stage orienté étude et recherche. Par ailleurs, notre réseau de professionnels dans la bancassurance et l’immobilier nous permet de placer quelques doctorants en contrats CIFRE.

RÉSUMÉ DE LA FORMATION

Vous souhaitez orienter votre carrière vers les métiers de la traduction technique, la localisation ou encore la gestion de projets de traduction ?

Le Master Traduction, Interprétation parcours Traduction Spécialisée Multilingue (TSM)

Dans le cadre de votre activité, vous pouvez être amené-e à :

SPÉCIFICITÉS

LE LABEL EMT « EUROPEAN MASTER’S IN TRANSLATION ¿

L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES FORMATIONS UNIVERSITAIRES AUX METIERS DE LA TRADUCTION (AFFUMT)

COMPÉTENCES ET SAVOIRS ENSEIGNÉS

 

 

SECTEURS D’ACTIVITÉ ET MÉTIERS VISÉS

SECTEURS D’ACTIVITÉ

MÉTIERS

RÉSUMÉ DE LA FORMATION

Vous souhaitez devenir un professionnel polyvalent de la communication interne et externe ?

Le Master Information Communication parcours Communication Interne et Externe (CIE ) vous forme à la conception, la coordination et à la mise en oeuvre des politiques et stratégies de communication des entreprises et des organisations.

SPÉCIFICITÉS

Cette formation vous prépare aux métiers actuels de la communication et favorise votre adaptation à leur évolution future.

La polyvalence de votre profil représente un atout pour votre insertion professionnelle et votre évolution de carrière.

COMPÉTENCES ET SAVOIRS ENSEIGNÉS

 

SECTEURS D’ACTIVITÉ ET MÉTIERS VISÉS

Secteurs d’activité

Métiers visés

La Licence Professionnelle Technico-commerciale est un diplôme de niveau Bac+3. La formation proposée à l’IUT de Tours est accessible en formation initiale, en apprentissage et en formation continue. Elle se déroule en un an.

 

Objectifs

Depuis plusieurs années, les entreprises trouvent difficilement des collaborateurs qui bénéficient de compétences techniques et commerciales de qualité :

La formation licence professionnelle commerce, option technico-commerciale comble cette lacune en formant, en un an, des personnes déjà dotées d’une compétence technique ou scientifique aux techniques commerciales, marketing et de gestion.
Contenu

Semestre 5


Semestre 6

 

Et après ?

Riches d’une double compétence, les titulaires de cette licence pourront postuler à des postes très variés : chargé de clientèle, chargé de marketing opérationnel, responsable technico-commerciaux, chef de secteurs, responsable avant vente, responsable de service après-vente ou responsable d’agence.

Les secteurs d’activités dépendront de la formation antérieure des diplômés :

MOISE, Management des Organisations Innovations Solidaires et Entrepreneuriales :
Entrepreneuriat et Tiers Secteur Economie Solidaire

Accessible après un bac + 2 ou équivalent
Formation initiale, continue ou VAE,
formation ouverte à l’apprentissage (18 semaines IUT et 34 semaines entreprise)

Parcours Entrepreneuriat (ENT) :
Développer l’esprit d’entreprendre et acquérir les outils nécessaires la création, reprise ou au développement d’entreprise (intrapreneuriat)

Parcours Tiers Secteur, Économie Solidaire (TSES) :
A travers ses valeurs, donner du sens à son métier par le management de projets ou d’organisations, d’utilité sociale, vivier d’innovation.

Pour les 2 parcours :

 Nos plus + :

– Management de projet innovant
– Des intervenants engagés dans leur secteur en création d’entreprise et économie solidaire
– Recrutement sur dossier jusqu’en septembre

Et après…

La LP MOISE vise à former des managers capables de mettre en place des démarches innovantes afin de :
– créer ou reprendre une entreprise, accompagner des dirigeants, des créateurs/repreneurs, développer de nouveaux produits ou secteurs dans une entreprise. (parcours ENT)
– manager des structures de l’Economie Sociale et Solidaire ou développer une dynamique solidaire au sein de collectivités ou entreprises classiques. (parcours TSES) L’ESS est un secteur qui recrute.

Exemples de métier
Entrepreneuriat :

– Gérant-créateur
– repreneur d’entreprise,
– chef de projet,
– responsable de développement…

Tiers Secteur, Economie Solidaire :
Animateur (PMO-ESS),
-coordinateur, responsable de secteur,
-chargé de mission,
-entrepreneur social…

Conditions d’admission :

– Sélection sur dossier et entretien
– Candidature du 30 janvier au 30 juin 2017 sur https://ecandidat.univ-orleans.fr/
Une commission de sélection se prononce tous les 2 mois jusqu’à fin août.
*Sous réserve d’admission au bac+2

Objectifs de la formation

Cette formation, Métiers de la recherche en éducation : difficultés et réussites scolaires, est proposée en présentiel mais également à distance (ouverture du M2 à distance depuis la rentrée 2010), dans la continuité du M1 de Sciences de l’éducation, proposé lui aussi en présence et à distance.
L’objectif essentiel du master Métiers de la recherche en éducation : difficultés et réussites scolaires est de former des chercheurs et des spécialistes de l’enseignement.

MODALITÉS DE RECRUTEMENT

Sur autorisation du responsable pédagogique de la formation :

Sur dossier :

Pour les étudiants ayant validé le parcours « Analyse des systèmes éducatifs » de la première année du master SHS, mention Sciences de l’éducation et formation, avec une note supérieure ou égale à 10/20 à leur mémoire (parcours présentiel, parcours à distance)

Retrait et dépôt des candidatures :

Les demandes d’admission pour les étudiants ayant validé la 1ère année du master « Education Formation / Métiers de la recherche en éducation : difficultés et réussites scolaires » ainsi que les dossiers de candidature que doivent constituer les étudiants issus d’autres formations sont à retourner au :
Pascal LECOMTE – Service formation (ESPE)- Tél : 03.80.39.37.88

Par validation d’acquis ou équivalence de diplôme

Les acquis professionnels peuvent être validés pour accéder au master au niveau M1 et exceptionnellement au niveau M2.
Les dossiers de validation d’acquis sont constitués auprès du service de formation continue de l’Université de Bourgogne (SEFCA – Tél : 03.80.39.51.80)

ORGANISATION DE LA FORMATION

Site de localisation de la formation : Dijon

1ère année de Master Recherche Métiers de la recherche en éducation : difficultés et réussites scolaires

Présentation des UE

SEMESTRE 1
- UE 1 Sociologie de l’éducation 1
- UE 2 Economie de l’éducation
- UE 3 Méthodologie de la recherche en sciences humaines 1 (revue de littérature, problématisation d’un objet de recherche, rédaction de mémoire)
- UE 4 Méthodologie de la recherche 2 (outils de la recherche, recueil de données)
- UE 5 Anglais – Analyse comparée des systèmes éducatifs

SEMESTRE 2
- UE 6 Sociologie de l’éducation 2 (socialisation juvénile et climat scolaire) + option
- UE 7 Economie de l’éducation 2 + Option
- UE 8 Ethique de la recherche et de l’expertise + Stage
- UE 9 Traitement des données + option
- UE 10 Travail de recherche

2ème année de Master Recherche Métiers de la recherche en éducation : difficultés et réussites scolaires

SEMESTRE 3
- UE 1 Economie de l’éducation
- UE 2 Méthodologie de la recherche – méthodologie de la recherche comparée – UE 3 Langue vivante : anglais – Séminaire de sociologie en anglais
- UE 4 Analyse des politiques publiques en éducation – Ethique de la recherche et de l’expertise
- UE 5 Approche pratique de la recherche

SEMESTRE 4
- UE 6 Sociologie de l’éducation
- UE 7 Analyse des données et modélisation (approches quantitatives, approches qualitatives)
- UE 8 Evaluation des apprentissages et des acquisitions
- UE 9 Séminaires de recherche
- UE 10 Mémoire

DÉBOUCHÉS

Les débouchés potentiels des étudiants titulaires du Master ne sont pas uniquement dans la poursuite en thèse et l’accès à l’enseignement supérieur et la recherche publique. Ils peuvent prendre la forme des postes de chargés d’études dans les services (centraux mais aussi académiques) spécialisés dans l’évaluation et les études du Ministère de l’Education Nationale, mais aussi dans les autres ministères qui ont en charge des activités de formation, en particulier le Ministère de l’Agriculture.
Les diplômés peuvent aussi prétendre à des emplois d’étude et d’expertise dans les organismes internationaux et de coopération ou dans les ministères de l’Education de pays étrangers.

Objectifs de la formation

Les objectifs de cette spécialité de master visent la formation de professionnels de l’aménagement et de la gouvernance des territoires amenés à travailler dans l’une des multiples situations professionnelles de ce domaine en pleine croissance. Le parcours professionnel prépare très directement l’insertion dans l’un des postes correspondants, dans les domaines publics et privés, alors que le parcours recherche prépare essentiellement à une poursuite d’étude en formation doctorale, c’est-à-dire pour atteindre une expertise de très haut niveau dans le champ de l’économie des territoires.

 

MODALITES DE RECRUTEMENT

En formation initiale :
La formation est ouverte à tous les étudiants ayant validé une première année de Master ou titulaire d’un diplôme de niveau équivalent ; les disciplines suivantes étant toutefois plus appropriées : Economie, Sciences de gestion, Administration économique et sociale, Droit, Histoire, Sociologie…

En formation continue :
La deuxième année est accessible sur le principe de la validation des acquis. La formation est ouverte aux agents du secteur public, aux cadres du secteur associatif privé ou du secteur privé en fonction de leur expérience professionnelle. L’intégration des personnes en formation continue est facilitée par une période d’enseignement réduite (six mois maximum d’octobre à mars) à raison de 3 jours hebdomadaires (lundi, mardi et mercredi). Un suivi personnalisé est prévu et des modalités particulières, telles que le suivi d’une partie seulement de la formation ou le suivi de la formation complète sur deux années, sont possibles en fonction de l’expérience du candidat (Renseignements : SEFCA « Service commun des formations continue et par alternance » :Sylvie GILBERT Tél : 03.80.39.51.89 ).
La formation est ouverte aux étudiants des Ecoles d’ingénieurs pour lesquels elle représente un complément de formation. Elle est accessible sur le principe de la validation des acquis et de la validation de leurs études supérieures (VES) en fonction des parcours antérieurs des étudiants.
- Pour les étudiants salariés, la formation peut être suivie sur 2 années
- Le recrutement se fait à partir d’une présélection sur dossier suivie éventuellement d’un entretien devant une commission composée d’enseignants et de professionnels. Seront pris en compte, le dossier universitaire, l’expérience professionnelle acquise, la motivation et le projet professionnel du candidat. Il peut être demandé au candidat admis dans la formation de suivre des cours supplémentaires. Les sélections ont lieu début juillet (1ère session) ou en septembre (2ème session). La capacité d’accueil est fixée à 25 étudiants.
Dans tous les cas, le vivier de recrutement est national et international. L’origine des étudiants de 2ème année, par exemple, est souvent extérieure à la Bourgogne.
Le développement de collaborations internationales vers les institutions et organismes de formation des Pays d’Europe Centrale et Orientale (l’Académie Economique de Poznan (Pologne), l’Académie roumaine et l’Université de Craiova (Roumanie)) et des pays Méditerranéens vise par ailleurs à offrir la possibilité d’accueillir des étudiants étrangers au sein du Master.

ORGANISATION DE LA FORMATION

Site de localisation de la formation : Dijon

Présentation des UE

Pour les semestres 1 et 2, se renseigner auprès des scolarités correspondantes (cf. modalités de recrutement)

2ème année de Master Economie et gouvernance des territoires

Parcours professionnel :

SEMESTRE 3
- UE 1 : Connaissance des territoires
- UE 2 : Politiques publiques et territoriales
- UE 3 : Acteurs et enjeux territoriaux
- UE 4 : Outils de diagnostic territorial
- UE 5 : Aide à la décision

SEMESTRE 4
- UE 1 : Environnement
- UE 2 : Développement et aménagement des territoires
- UE 3 : Etude professionnelle
- UE 4 : Intégration professionnelle stage

Parcours recherche :

SEMESTRE 3 :
- UE 1 : Fondamentaux de l’analyse économique spatiale
- UE 2 : Action publique territoriale
- UE 3 : Economie et développement des territoires
- UE 4 : Production et analyse des données spatiales
- UE 5 : Méthodologie de la recherche en économie des territoires 1

SEMESTRE 4 :
- UE 1 : Développement et aménagement des territoires
- UE 2 : Méthodologie de la recherche en économie des territoires 2
- UE 3 : Mémoire de recherche

STAGE

Le stage professionnel est d’une durée minimale de 3 mois (13 semaines) à partir d’avril. Chaque étudiant bénéficie de l’aide et de l’encadrement d’un tuteur professionnel et d’un tuteur pédagogique.

POURSUITES D’ÉTUDES

La poursuite des études dans le cadre d’une formation doctorale est l’objectif du parcours recherche, mais elle est aussi envisageable à l’issue du parcours professionnel. Dans ce second cas, une adaptation du stage en contexte de recherche sera un préalable indispensable pour pouvoir postuler à une inscription en thèse.
Par ailleurs, la mise en place du système LMD permet d’envisager de suivre une partie du cursus à l’étranger ou la poursuite des études à l’étranger.

COMPÉTENCES ACQUISES

La spécialité Economie et Gouvernance des Territoires est construite pour répondre aux besoins grandissants dans le domaine de l’action territoriale. Ils concernent les questions de diagnostic économique, d’élaboration et de mise en oeuvre des politiques territoriales et d’évaluation de leurs impacts dans le sens d’une gestion plus efficace et équitable des mutations économiques et sociales des territoires.
La formation a pour objectifs de développer 4 types de compétences :

- des compétences analytiques : capacités à analyser des problèmes, à les relier à des modèles économiques théoriques et au contexte institutionnel afin d’éclairer les mécanismes d’organisation et d’évolution des territoires et d’élaborer les politiques territoriales,
- des compétences techniques : capacités à mobiliser les méthodes et les outils de traitement de l’information tels que les techniques d’analyses de données, les Systèmes d’Information Géographique, les logiciels de statistiques, les logiciels d’enquêtes…
- des compétences opérationnelles : capacité à mobiliser et à appliquer les connaissances acquises dans le domaine de l’expertise des territoires, de l’aménagement et de l’évaluation des politiques.
- des compétences en communication : capacités à produire des documents écrits, à présenter oralement des travaux, à conduire des entretiens… Tout un ensemble de compétences sont communes aux parcours professionnel et recherche, dans la mesure où la connaissance du contexte de l’action territoriale et l’analyse des mécanismes de développement régional, mais aussi la maîtrise des outils de traitement d’informations géoréférencées et des techniques de communication sont impératives pour tout expert de haut niveau dans ce domaine professionnel. Toutefois, dans le cas du parcours professionnel, l’accent est mis sur l’opérationnalisation des savoirs et savoir-faire, alors qu’il est mis sur les compétences analytiques dans le cas du parcours recherche.

DÉBOUCHÉS

Les débouchés principaux se trouvent dans les bureaux d’études et d’expertises des politiques territoriales, dans les organismes d’études statistiques, dans les agences de développement territorial, au sein des collectivités territoriales, dans le milieu para-public et associatif.
Les fonctions correspondant aux postes visés sont des fonctions d’étude, d’évaluation et de conseil, de conduite de projet ou de politique, de management de structure ou de dispositif, de consulting. Elles correspondent à des emplois de :
- Coordinateur de dispositif d’action publique,
- Chargé d’étude pour l’élaboration et le suivi de l’action publique territoriale
- Chef de projet dans le domaine de l’équipement ou de l’aménagement concernant des circonscriptions territoriales ;
- Chargé de mission pour les questions de développement économique
- Chargé d’étude pour la mise en place d’observatoires liés aux actions publiques territoriales
- Responsable d’agence de développement ou de structure de planification spatiale, en contexte urbain, périurbain ou rural.
- Chef de service dans une entreprise ou un organisme chargé de missions territorialisées de service public.

Présentation

La licence Arts plastiques combine à la fois des enseignements autour des pratiques artistiques classiques et contemporaines et des cours théoriques portant sur les sciences de l’art (esthétique, philosophie de l’art, histoire des arts).

Ces enseignements, plus généralistes que ceux dispensés par les écoles d’art spécialisées (Beaux-Arts, Arts appliqués et Arts décoratifs) doivent permettre aux étudiants d’acquérir une solide culture générale artistique, de maîtriser les techniques plastiques et de développer chez eux leur esprit d’analyse et leur sens critique.

Destinée plus particulièrement à des étudiants ayant un goût certain pour toutes les formes d’art et pratiquant déjà la discipline, cette formation privilégie la réflexion théorique sur les nouveaux médias (communication visuelle, jeux vidéo, photographie, art numérique) et la mise en pratique des nouvelles technologies.

 

Savoir-faire et compétences

– Acquérir une bonne culture générale artistique,
– Maîtriser les techniques plastiques et numériques,
– Développer son autonomie et sa créativité en pratique artistique,
– Acquérir des compétences de réflexion critique et d’analyse sur les sciences de l’art,
– Maîtriser l’expression écrite et orale.

 

Poursuite d’études

Poursuite d’études possible à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 :

Réforme du recrutement en master en cours

– Mention Arts plastiques parcours Arts plastiques

– Mention Esthétique parcours Esthétique

– Mention MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) second degré parcours Arts plastiques

– Mention Études culturelles

 

Insertion professionnelle

La licence générale n’apporte pas toujours toutes les compétences nécessaires à l’exercice d’un métier. C’est pourquoi, vous pouvez faire le choix de postuler pour une troisième année professionnelle (licence professionnelle sur sélection) ou opter après l’obtention de votre licence pour une poursuite d’études en master (recherche, enseignement ou professionnel) selon votre projet professionnel.

Domaines professionnels accessibles après une spécialisation ou une formation complémentaire :

– Métiers de l’enseignement et de la recherche,
– Métiers de la culture (gestion culturelle, muséologie, médiation culturelle…),
– Métiers de la création artistique (arts appliqués, arts numériques, arts vidéo, arts graphiques),
– Métiers de la fonction publique (filière culturelle).

Description

Cette formation prépare à des métiers variés, dans les domaines de la communication, de la culture, de l’enseignement, des métiers du livre et de l’écrit. Elle offre pour compétences fondamentales la maîtrise de la langue française et une solide culture générale.

Spécialisation progressive sous forme de parcours types :
Pour mieux répondre aux exigences des différents débouchés professionnels possibles et permettre une poursuite d’étude variée, la licence de Lettres propose deux parcours distincts :
• « Lettres » (anciennement  « Lettres modernes »)
• « Lettres classiques »

Vous voulez faire une licence de lettres ?

Deux formations de Lettres seront dispensées à partir de septembre 2016 . Découvrez comment bien distinguer ces 2 parcours.

Le parcours Lettres a vocation à former des étudiants en langue et littérature françaises et en littératures étrangères, avec une ouverture sur des disciplines adjacentes (arts, cinéma, ou des spécialisations vers divers métiers).

Ce parcours Lettres se scinde en deux parcours en troisième année :
• parcours « Métiers de l’enseignement »
• parcours « Métiers de l’écrit et intermédialité »

Le parcours Lettres « Métiers de l’écrit et de l’intermédialité » vise à préparer à toutes les formations menant aux métiers liés à l’écriture, à la culture et aux métiers du livre.

Il est également possible d’intégrer la licence «Cultures modernes et contemporaines» (troisième année, sous conditions).

Objectifs

La licence de Lettres permet ainsi d’acquérir des savoirs et des compétences variés, qui conduisent à une vraie formation spécialisée mais vont également bien au-delà du simple cadre disciplinaire.

Choisir les Lettres, c’est acquérir :
Un savoir-lire, en apprenant à lire des textes d’époques, de niveaux de langue, de difficulté, et de genres variés ; en devenant capable d’analyser les discours et les textes de toute nature.
Un savoir-écrire, par l’accession à une maîtrise fine et à une bonne connaissance de la langue française, écrite et orale ; par la maîtrise des méthodes et des exercices propres aux Lettres (dissertation, explication et commentaire, synthèse, résumé, essai).
Un savoir-penser : en bénéficiant d’une formation intellectuelle solide et de grande qualité, ce qui implique l’acquisition de savoirs divers, le développement d’une bonne capacité de mise à distance et de recul critique, ainsi que la familiarisation avec la dimension interculturelle des études de lettres (connaissance de langues anciennes, d’une langue étrangère, étude comparée des littératures).
Une culture littéraire et générale, par l’ouverture à d’autres disciplines (arts, histoire, philosophie, histoire de l’art, littérature et civilisation étrangères) susceptibles d’entrer en liaison avec le texte littéraire. Cette culture générale s’acquiert aussi bien dans les cours de Lettres proprement dits que grâce au choix d’une « mineure », qui permet de renforcer ses compétences dans un domaine autre que les Lettres.
La maîtrise d’une langue vivante.

Résumé

Depuis la rentrée 2010 la formation aux Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation, requiert un niveau bac+5. Aujourd’hui l’UPVD, dans le cadre de l’ESPE LR propose deux mentions de Master MEEF visant la maîtrise des savoirs disciplinaires voire pluridisciplinaires et la maîtrise des compétences didactiques et pédagogiques :

Les étudiant(e)s intéressé(e)s ont connaissance des réalités de l’enseignement dans le primaire ou le secondaire grâce aux stages effectués durant leur cursus. Ces stages assurent la dimension professionnelle de ce master et permettent la pratique des savoirs et du savoir-faire pendant la formation universitaire.

Objectifs

Ce master vise à former les futurs enseignants en 2 années.
La première année (M1) est consacrée essentiellement à l’acquisition des connaissances disciplinaires et à la préparation aux concours. Elle comporte une part de formation au métier, notamment autour du stage d’observation et de pratique accompagnée.
La deuxième année (M2) se fait pour les lauréats du concours sous le statut rémunéré de fonctionnaire stagiaire (avec un mi-temps d’enseignement) et une formation qui accompagne le développement des compétences professionnelles.

Savoir-faire et compétences :

Les enseignements dispensés ont donc une vocation professionnelle et s’articulent autour de quatre composantes principales :

Quel que soit le degré d’enseignement auxquels ils se destinent ; il s’agira notamment d’une approche générale de la pédagogie et de la didactique, d’enseignements relatifs à la vie de l’établissement (travail en équipe, relations avec la communauté éducative, gestion de crise), etc.

Débouchés professionnels

La formation en M1 a pour objectif essentiel la préparation des concours de recrutement d’enseignants dans le 2nd degré des établissements scolaires.
Le concours de recrutement des professeurs des collèges et lycées (CAPES/ CAPLP) se déroule pendant l’année de M1 :

L’inscription au concours est indépendante de l’inscription en Master.
Lien vers les concours du 2nd degré : Voir les informations sur les CAPES et concours 2nd degré

Résumé

Formation co-accréditée entre Institut polytechnique de Grenoble (Grenoble INP), Université Grenoble 1 (UJF/UGA) et Université Grenoble 2 (UPMF/UGA) et en partenariat fort avec l’Université Grenoble 3 (Stendhal/UGA).

L’originalité de la mention est de coupler des théories et techniques des sciences de l’ingénieur et du traitement de l’information avec des connaissances et des problématiques relevant des sciences humaines et sociales.

Ce master offre 2 parcours :

Objectifs

Fort de sa pluridisciplinarité, cette mention a pour objectif d’offrir des débouchés professionnels variés dans les secteurs des sciences et technologies de l’information, de la modélisation, des métiers de neurosciences et neuro-imagerie, de la communication et de la cognition, de la création artistique, de l’interaction homme-machine, de la robotique cognitive, des interfaces, et des environnements informatiques et conceptuels pour la création, la formation et l’enseignement.

Spécificités

Les parcours AST et CNA sont majoritairement suivis en formation initiale. Cependant des aménagements de scolarité sur 2 années sont régulièrement proposés à des personnes salariées qui demandent soit un congé formation ou qui continuent d’exercer leur profession { mi-temps en parallèle (1 à 2 étudiants par an, enseignants, médecins, orthophonistes, etc.).

Présentation

La formation propose un cycle classique M1-M2. Le M1 puise ses enseignements dans des matières des autres M1 de droit de l’UFR. Ainsi la formation en M1 relève du droit général mais orienté vers le numérique, le droit international et économique.

Objectifs

Les objectifs pédagogiques répondent à ces exigences. Ils permettront de former en un an des professionnels de l’intelligence économique, de la cyberdéfense et de la cybersécurité parmi les étudiants issus des filières des sciences juridiques. Du fait de l’origine des étudiants, il apparaît clairement que le cursus doit autant insister sur la spécialisation en intelligence économique, sécurité et renseignement que sur la formation de base aux problématiques cybernétiques telles que la connaissance des réseaux, des systèmes et l’étude de leur fonctionnement. Une part importante de la scolarité sera dévolue à l’étude de cas, par l’analyse des mécanismes techniques à l’œuvre et des réponses apportées par les différents acteurs.

Compétences

Le Master 2 Intelligence économique, cyberdéfense et cybersécurité répond au besoin croissant de spécialistes capables de répondre aux menaces économiques et numériques dans un monde globalisé et interconnecté. Les attaques informatiques doivent être évitées et sinon pouvoir être réparées.

Une partie des enseignements traitera des aspects juridiques, économiques, sociologiques de la matière. L’autre partie sera consacrée à l’étude et à la compréhension des problèmes cybernétiques en insistant sur leurs aspects défensifs et offensifs.

 

Métiers

Expert support technique et système d’informations/ Expert support et réseaux, Défense et conseil juridique, conseiller en menaces économiques et numériques, spécialiste « cyber »

 

 

L’objectif de la licence Histoire Géographie est de développer chez les étudiants des connaissances de plus en plus pointues pour ces disciplines au fil des 3 années de formation.

L’apprentissage porte également sur les méthodes pour comprendre, expliquer et critiquer tous types de supports documentaires, pour rechercher et organiser des informations sur une thématique particulière, pour synthétiser de manière claire, argumentée et hiérarchisée, dans un français soutenu à l’écrit comme à l’oral.

Les + de la formation :

COURS DISPENSES EN FRANCAIS (NIVEAU B2 REQUIS)

Compétences et savoirs enseignés

Compétences ou capacités évaluées spécifiques au parcours Histoire-géographie

Activités en entreprise

Obligatoire à partir de septembre 2015

Durée du stage : 1 mois

 

Débouchés professionnels

Les diplômés ont accès aux métiers de l’enseignement, de la documentation, de la culture, du patrimoine, de l’information et de l’aménagement du territoire au sein des collectivités territoriales.

Métiers visés

Ces métiers nécessitent généralement après la licence une poursuite d’étude (en master ou école) ou la réussite d’un concours.

Secteurs d’activités

Objectifs :

Parcours Géologie (Carole PETIT) :
le parcours Géologie a pour but de former des spécialistes en tectonique et géologie structurale avec des compétences pointues en géologie de terrain et géologie quantitative. Leur expertise ira de l’acquisition des données de terrain dans des contextes géologiques variés (déformations actives ou passées) au traitement et à l’intégration de ces données. Ils seront pour cela formés aux méthodes quantitatives modernes de datations (Ar/Ar notamment) et de reconstructions cinématiques.Parcours Géophysique (Frédéric CAPPA) :
Ce parcours a pour vocation de former des géophysiciens de haut niveau spécialisés dans l’étude du fonctionnement de notre planète et des aléas géologiques par l’observation, l’imagerie et la modélisation. Les étudiants recevront une formation spécialisée dans les domaines de la Géophysique théorique et appliquée, la Mécanique de la lithosphère, la Sismologie, la Géodésie ainsi que des enseignements sur les méthodes numériques.

Parcours Géoingénierie – Géotechnique (Christophe RENAC) :
Ce parcours a pour vocation de former des praticiens de la géotechnique en entreprise. Les étudiants recevront une formation spécialisée dans les domaines de la Géologie appliquée, de la Géophysique de surface, de la mécanique des roches et de l’hydrologie théorique et appliquée.

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

Doctorat en recherche fondamentale ou appliquée.Emplois et métiers possibles :Recherche fondamentale ou appliquée en milieu académique ou industriel; Entreprise de la Géotechnique, de l’Aménagement et de la Géo-Ingénierie.

 

Objectifs :

 

Savoir-faire et Compétences :

Auprès de stations, hébergements, opérateurs touristiques, acteurs publics… le Master offre quatre débouchés professionnels principaux :

  1. Développement et aménagement des stations et territoires
  2. Fabrication de produits touristiques (destination, événementiel, congrès, etc.)
  3. Exploitation d’hébergements
  4. Création et gestion d’événements

 

Poursuite d’études :

Doctorat de recherche en géographie/tourisme (BAC+8)

Emplois et métiers possibles :

Chef de Projet / Consultant (ingénierie touristique, hôtellerie, patrimoine), Directeur d’opération aménagement / projet d’évènem ent touristique, Chargé d’études, Chef produit, Direction et Exploitation

 

 

Objectifs :

 

Savoir-faire et Compétences :

Auprès de stations, hébergements, opérateurs touristiques, acteurs publics… le Master offre quatre débouchés professionnels principaux :

  1. Développement et aménagement des stations et territoires
  2. Fabrication de produits touristiques (destination, événementiel, congrès, etc.)
  3. Exploitation d’hébergements
  4. Création et gestion d’événements

 

Poursuite d’études :

Le Master 1 Tourisme conduit aux Masters 2 spécialisés dans le même domaine comme le Master 2 Hôtellerie Internationale à Nice.

Emplois et métiers possibles :

Chef de Projet / Consultant (ingénierie touristique , hôtellerie, patrimoine), Directeur d’opération aménagement / projet d’évènem ent touristique, Chargé d’études, Chef produit, Direction et Exploitation

 

 

OBJECTIFS DE LA LICENCE PROFESSIONNELLE CAI

30 crédits ECTS minimum peuvent être validés dans le cadre de la licence professionnelle CAI (cours en anglais),  parmi les cours suivants :

La licence professionnelle CAI peut se préparer à temps plein ou en alternance (contrat de professionnalisation) ou en formation continue.

La majorité des cours de licence CAI est dispensée en anglais afin de permettre aux étudiants étrangers de s’intégrer dans la formation et de la valider. Une partie des cours en anglais est également dispensée aux étudiants français inscrits en licence CAI.

Compétences et savoirs enseignés

Ces professionnels assurent le bon déroulement des activités internationales sur le plan administratif ou commercial. Ils sont capables de traiter tous les problèmes administratifs (Fiscal, Comptable, Juridique, Logistique,…). Ils prospectent de nouveaux marchés et recherchent des clients potentiels. Ils connaissent les habitudes des consommateurs et adaptent l’offre commerciale et les plans d’actions marketing. Ils assurent également le suivi des commandes au plan international grâce à leurs compétences en gestion internationale.

Ces professionnels sont destinés en priorité pour les PME soumises à une pression internationale de plus en plus forte, mais également pour les groupes ou leurs filiales (en France ou à l’étranger).

Capacités évaluées

Les capacités sont évaluées au travers de 5 pôles :

Compétences :

Activités en entreprise

12 semaines minimum d’activités de synthèse en entreprise (stage de préférence à l’étranger)

Période du stage

Objectifs

PERMET DE FORMER :

Le parcours « Territoires et dynamiques sociales » :

Le parcours « Analyse et évaluation de l’action publique » :

 

COMPETENCES ACQUISES :

 

 

Débouchés

Secteur d’activité :

Métiers :

Objectifs pédagogiques

Le Design est une discipline visant à rendre concrète une idée, une pensée ou un concept pour créer des objets à la fois fonctionnels et esthétiques, conformes aux impératifs de la production, et répondant aux besoins des entreprises de proposer des produits concurrentiels, désirables, voire innovants.

Cette formation s’articule autour de 5 pôles :

Connaissance de l’histoire du design, de l’esthétique, sémiologie.

Méthodologie de projet : démarche de conception, analyse de la valeur.

Maîtrise des codes, des modes de représentation et des outils infographiques, 2D et 3D.

Connaissance des matériaux et de leur mise en oeuvre.

Connaissance des techniques de marketing en lien avec la stratégie d’innovation de l’entreprise.

La formation a pour but d’amener l’étudiant à créer des objets, en s’assurant de réduire l’impact environnemental dans l’intégralité de son cycle de vie.

Qualités requises :

Goût pour l’innovation

Sens de la créativité

Sensibilité esthétique

Intérêt pour les nouvelles technologies et l’éco-conception

Etablissements partenaires du projet :

ESAD : Ecole supérieure d’art et de design d’Amiens

Lycée des métiers du design et des technologies : Edouard Branly

IUT d’Amiens : départements Techniques de Commercialisation et Génie mécanique et productique

Admission

Régime d’inscription : Alternance

Diplome requis :

Elle s’adresse aux titulaires d’un diplôme Bac+2 ou supérieur :

– DUT : Génie civil (GC), Génie électrique et informatique industrielle (GEII), Génie mécanique et productique (GMP), Génie de l’emballage et du conditionnement (GEC), Techniques de commercialisation (TC)

– BTS Design graphique, Design de produits, Technico commercial, ….

– L2 Sciences et Technologie .

– DEUST dans les domaines industriels

Ou tout diplôme ou parcours compatible avec la formation

L’admissibilité est prononcée sur dossier et entretien individuel de motivation. Le dossier est accessible ici

L’admission est définitive après la signature d’un contrat de professionnalisation.

Elle repose sur 14 semaines de formation et 38 semaines en entreprise. Le calendrier de l’alternance est défini chaque année.

Débouchés

Les métiers :

Le professionnel du design et de l’eco-packaging est notamment capable de :

Déterminer le cycle de vie d’un produit en faisant des choix pour diminuer l’empreinte écologique.

Créer un nouveau concept et le décliner en gamme de produits.

Formaliser ses idées au travers de croquis et de maquettes.

Gérer un projet de développement packaging (Organiser la mise en oeuvre du produit.)

Assurer la veille et de transfert d’innovation.

Le designer packaging peut exercer dans les secteurs suivants :

– Fabricants et transformateurs d’emballage : plasturgie, verrerie, cartonnerie, etc

– Fabricants d’accessoires d’emballages

– Les secteurs qui conditionnent leurs produits (c’est-à-dire qui utilisent des emballages) : agroalimentaire, pharmaceutique, cosmétique, luxe, mécanique, automobile, électroménager, aéronautique, etc.

– Les agences de design (salarié et indépendant)

Organisation

Les enseignements sont répartis en six unités d’enseignements (UE).

490 heures pour l’ensemble des trois unités UE1, UE2, UE3, UE4 et UE5 qui correspondent à la formation universitaire.

Les projets tutorés sont réalisés en entreprise avec un double suivi, tuteur entreprise et tuteur universitaire.

Description

Le master orientation recherche mention Histoire de l’art comprend des enseignements théoriques, méthodologiques et appliqués, tout en mettant l’accent sur une pratique effective de la recherche.

Le master s’appuie en priorité sur les activités scientifiques des enseignants-chercheurs et des enseignants des trois équipes participant à la formation.

Objectifs

Le master Histoire de l’Art de l’Université Bordeaux Montaigne est le seul offert en Aquitaine. À l’échelle nationale, il offre une formation complète à tous les aspects de la recherche et de sa diffusion, de l’Antiquité à la période contemporaine.

 Savoir mener une recherche bibliographique, webographique, archivistique et iconographique, présenter les fruits de celle-ci, tant à l’écrit qu’à l’oral, faire la synthèse et l’analyse critique de cet ensemble documentaire en prenant en compte l’évolution de la discipline, sont autant de compétences indispensables au chercheur comme à tous ceux qui se destinent aux métiers de la culture.

Le master orientation recherche en Histoire de l’Art est adossé aux laboratoires : IRAMAT–CRP2A (UMR 5060), Ausonius (UMR 5607) pour l’art antique et médiéval et le Centre François-Georges Pariset (EA-538) pour l’art médiéval, moderne et contemporain.

Les axes de recherche concernés portent sur :

Le master est fort de plusieurs partenariats avec des musées et des institutions patrimoniales  notamment Arc en rêve architecture, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux et le Service du patrimoine et de l’Inventaire.

 Le master offre des possibilités de séjours à l’Ecole d’Athènes et à l’Ecole de Rome.

Organisation de la formation

Contenu de la formation

Le master 1 est constitué d’un seul parcours au sein duquel chaque étudiant est appelé à donner une coloration à son cursus par le choix d’un séminaire de spécialité dans une des quatre grandes périodes de l’histoire de l’art. Le master 2 offre quatre parcours, chacun spécialisé dans une de ces quatre grandes périodes.

Master 1

En master 1, le tronc commun est composé de quatre cours d’approfondissement en Histoire de l’art portant sur les quatre grandes périodes d’histoire de l’art. Il constitue un complément indispensable au socle de formation à la Licence. Chaque étudiant choisit trois cours au sein de cette offre qu’il complète par le choix d’un parcours recherche spécifique dans l’une des quatre périodes proposées. C’est au sein de ce parcours recherche, orientant progressivement l’étudiant vers une spécialisation, que l’étudiant engage et poursuit jusqu’à son terme son travail de mémoire. La répartition des coefficients est établie afin de valoriser la pratique de la recherche et la rédaction du mémoire. L’enseignement des langues est dispensé au sein d’un cours d’histoire de l’art conduit en anglais par deux enseignants, un historien de l’art et un anglophone. La formation s’enrichit également d’une ouverture à la recherche au sein d’un séminaire à choisir parmi ceux proposés par l’École doctorale.

Master 2

Le master 2 comprend quatre parcoursAntique, Médiéval, Moderne, Contemporain – structurés de manière identique. Le tronc commun, proposé à l’ensemble des quatre parcours, offre une ouverture sur les métiers de la recherche et de la culture par le double biais d’un enseignement de l’Histoire des politiques culturelles mutualisé avec le master mention Musées et patrimoine et de la valorisation de la recherche. Il s’enrichit enfin d’un séminaire transversal sur un thème choisi par l’ensemble des enseignants du master ; chaque année, les étudiants sont invités à y présenter leurs travaux de recherche dans des conditions semblables à celles d’un colloque (appel à contributions, sélection, présentation).

Le mémoire, premier travail de recherche complet et concret auquel l’étudiant est confronté, est situé au cœur de l’enseignement de ce master.

Résumé

Le diplôme de Master Management parcours Administration des Entreprises forme des cadres de haut niveau dans le domaine du management en général, et plus spécifiquement dans celui du management des organisations, du contrôle de gestion et de la finance, de la création ou de la reprise d’entreprise, ainsi que des ressources humaines.

Organisé autour de 4 options, le parcours de Master 2 Administration des Entreprises propose aux étudiants un tronc commun au semestre 3 et une spécialisation à partir du semestre 4.

Ainsi, l’étudiant en Master 2 Administration des Entreprises pourra choisir de se spécialiser dans l’un des quatre domaines suivants en fonction de son objectif professionnel :

Le Master 2 Management, Administration des entreprises, est porté par l’IAE, École Universitaire de Management de l’Université de Perpignan Via Domitia, membre du Réseau IAE France, certifiée qualité de services Qualicert, et est adossé au laboratoire de recherche MRM.

Objectifs

Le parcours Administration des Entreprises a pour objectifs de proposer une formation généraliste solide en sciences de gestion destinée à des diplômés des filières de gestion souhaitant compléter leur formation, mais également à des diplômés d’autres filières désireux de développer leurs compétences en management des entreprises. Les connaissances à acquérir couvrent les différents aspects du management et de la gestion des organisations.

Les enseignements sont très ouverts sur le monde entrepreneurial et managérial. Ils sont dispensés par des professionnels et par des universitaires à partir d’outils pédagogiques variées combinant cours théoriques, séminaires, études de cas, serious game, … De plus, le master Administration des Entreprises s’inscrivant dans une logique d’internationalisation, une partie de ses enseignements est dispensée en anglais.

Les connaissances acquises en Master 2 Administration des Entreprises se caractérisent par des savoir-faire professionnels : prise de décision stratégique et de gestion, management d’une équipe de travail, réalisation d’études et mise en œuvre de techniques qualitatives et quantitatives de gestion, utilisation d’outils de gestion, d’outils juridiques, fiscaux…

Alliant culture managériale générale et compétences plus spécifiques en gestion, les enseignements permettent aux étudiants diplômés d’accéder à des emplois comportant d’importantes responsabilités managériales :

responsable administratif et financier d’une entreprise, directeur général, dirigeant de PME et TPE, gérant de société, consultant financier et juridique ; contrôleur de gestion, auditeur, responsable des ressources humaines, responsable d’un service marketing, chargé de mission, d’étude, de projet…

Savoir-faire et compétences

Les étudiants issus du Master 2 Management disposent de compétences communes ainsi que de compétences propres à chacune des options :

Ces compétences communes consistent à :

Suivant l’option choisie, les étudiants sont en capacité de :

En matière de savoir-faire, ils sont en capacité de :

 

Débouchés professionnels

Les enseignements allient culture managériale générale et compétences spécifiques en gestion, du fait de la spécialisation par option choisie au semestre 4. Ceci permet aux étudiants diplômés d’accéder à des emplois comportant d’importantes responsabilités managériales telles que directeur général, gérant d’entreprise, responsable administratif et financier d’une entreprise, consultant financier et juridique, contrôleur de gestion / auditeur, responsable marketing, créateur / repreneur d‘entreprise, responsable des ressources humaines, chef de projet . . .

Résumé

Le Master « Administration publique, parcours Droit et transformations de l’action publique », prépare à la recherche et forme aux différentes carrières d’encadrement, de direction ou d’expertise ouvertes aux juristes spécialisés en droit public. En synergie avec les thématiques de recherche définies au sein de l’unité de recherche (CDED), les thématiques pédagogiques mettent en avant les droits de la gouvernance, de la démocratie participative et du développement durable dans un contexte d’ouverture des marchés, les politiques publiques qui s’y rapportent, leur évaluation et le contentieux de leur responsabilité. À travers ces thématiques, l’accent est mis sur les nouvelles modalités de gestion publique et de régulation, notamment en matière d’administration publique locale ainsi que dans une perspective transfrontalière et internationale.

Objectifs

Le master Droit et Transformations de l’Action Publique a pour ambition de doter les étudiants d’une solide formation juridique en droit public orientée vers les grandes tendances contemporaines de la discipline. Tout en actualisant et en spécialisant le savoir juridique acquis au cours des années précédentes, le parcours s’ouvre sur le management public, l’ingénierie politico-administrative et la formation qualifiante par la recherche.

La formation permet d’approfondir les principales disciplines du droit public dans un environnement juridique ouvert, d’acquérir une méthodologie de la recherche et d’offrir une préparation générale aux emplois publics.

Aussi les diplômés sont-ils en mesure de maîtriser aussi bien le droit public interne que son européanisation avec une attention toute particulière pour les questionnements transfrontaliers et comparatistes auxquels invitent l’environnement géographique de l’UPVD et les liens étroits que le département entretient avec l’Espagne.

Savoir-faire et compétences

La formation a pour objectif de créer des réflexes méthodologiques permettant en toute situation aux étudiants de mettre leurs connaissances en relation avec les réalités de terrain, et ceci dans un esprit de rigueur, de clarté, d’exactitude et de précision conforme à la tradition juridique.

Il s’agit donc pour les étudiants d’acquérir une vision d’ensemble du droit public en sollicitant de nombreuses disciplines (droit constitutionnel, droit administratif, droit des finances publiques, droit de l’Union européenne, science politique, science administrative) tout en étant sensibilisés aux problématiques plus spécifiques qui traversent ce droit dans une logique de transformation structurelle et opérationnelle de l’action publique (transversalité, décentralisation, construction européenne, réforme des moyens d’action de l’Etat). De plus, cette spécialité s’efforce d’allier une approche théorique indispensable à la compréhension de notre système juridique à la dimension pratique et effective du droit.

In fine, il s’agit pour l’étudiant d’acquérir les savoir-faire suivants :

 

Débouchés professionnels

À côté de l’entrée traditionnelle dans la fonction publique par la voie du concours, les diplômés peuvent envisager un recrutement au sein des collectivités territoriales par la voie contractuelle. A cet égard, l’organisation d’un stage professionnel permet aux étudiants de tisser des liens avec les différentes collectivités environnantes. Le développement constant du contentieux de droit public ouvre également une opportunité de carrière dans le secteur privé au sein d’un cabinet d’avocat spécialisé en droit public. Enfin, la recherche en droit public, à laquelle prépare la rédaction d’un mémoire, permet, au-delà de l’accès à une carrière d’enseignant-chercheur, de réunir des compétences et un haut niveau de savoir, gages d’une compétitivité accrue sur le marché du travail.

Le Master « Administration publique, parcours Droit et transformation de l’action publique », de l’Université de Perpignan Via Domitia permet donc aux étudiants d’envisager les débouchés suivants :

Objectifs :

Le parcours Ethnologie générale
La première année de cette licence est commune avec la Sociologie. Les étudiants acquièrent ainsi les compétences théoriques et méthodologiques au fondement de ces deux disciplines. L’approche est bi-disciplinaire aux semestres 1 et 2 et favorise le choix pour l’une ou l’autre discipline au semestre 3. En deuxième année, les étudiants sont initiés aux cadres généraux de la discipline ethnologique. Ils se familiarisent avec une culture disciplinaire, ses outils et ses principales théories. Ils acquièrent aussi des bases solides pour le travail de terrain et des enseignements de méthodologie propre à assurer celui-ci. En troisième année, les enseignements initient les étudiants aux principes de l’expertise ethnologique et à la recherche. Une attention particulière est portée au travail de terrain (stage sur un terrain ou en entreprise) depuis sa mise en place jusqu’à sa restitution. Les étudiants acquièrent ainsi les bases pour envisager leur orientation vers les différents Masters qui leur sont proposés.
Le parcours Ethnologie des Arts Vivants
Le parcours Ethnologie des arts vivants est le second parcours de la Licence d’Ethnologie au sein du Département de Sociologie-Ethnologie et des Licences de Musique et d’Arts du Spectacle au sein du Département des Arts. Unique en France, ce parcours délivre une double Licence (Licence Ethnologie et Musique ou Licence Ethnologie et Arts du spectacle). Cette formation associe de façon paritaire des enseignements d’Anthropologie et Ethnologie « générales » et d’Ethnologie des Arts vivants. Ce parcours, dont le volume horaire est celui d’une double licence (environ 1700 heures sur les trois années de licence), offre à l’étudiant une large culture générale, théorique (histoire des disciplines) mais aussi pratique et méthodologique, insistant sur les méthodes d’enquête de terrain. Il permet l’inscription dans trois Masters de l’UFR LASH : Anthropologie, Ethnologie et Arts vivants).

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

La Licence permet la poursuite d’études en Master en ethnologie et anthropologie, Masters orientés vers la formation aux métiers de la recherche ou vers une spécialisation professionnelle. La spécificité du parcours EAV permet la poursuite en master en Arts Vivants, comme en master ethnologie ou anthropologie.

La formation prépare également des professionnels destinés à devenir des chargés d’étude dans des organisations non gouvernementales, dans des organismes internationaux, des cabinets de consultants, des municipalités ou des conseils généraux ou régionaux. Nombre d’ethnologues travaillent également dans le secteur social.

Emplois et métiers possibles :Métiers de l’enseignement, de la recherche et de la formation, concours dans les domaines des métiers du patrimoine, de la muséographie, du développement local, du tourisme et de la fonction publique, animation socio-culturelle ou à caractère patrimonial : postes de chargés de mission en « musiques et danses traditionnelles » , postes de chargés de mission en « musiques et danses traditionnelles » (associations et institutions), métiers relevant du patrimoine (collectivités territoriales, institutions, associations), de l’édition, de la vente de disques, du journalisme spécialisé,

 

 

Activités visées

· Apporter un conseil juridique auprès des Etats côtiers, des organismes maritimes publics internes et internationaux, mais également des armateurs et opérateurs économiques privés
· Diriger des services de contentieux maritimes
· Manager des équipes de juristes spécialisées en Droit maritime et océanique
· Piloter des services administratifs tournés vers les activités maritimes et portuaires
· Veiller au respect des règles nationales, internationales et communautaires imposées aux navires et au personnel maritime
· Contrôler le respect des réglementations en matière de délimitation des frontières et espaces maritimes, mais aussi en matière d’exploitation des ressources de la mer (pêche, pétrole, etc) et en matière de protection de l’environnement marin

Secteurs d’activité visés à l’issue du diplôme

Poursuites d’études

  • Thèse de doctorat en droit, à finalité professionnelle ou universitaire.
  • Écoles d’avocats. École des affaires maritimes par le concours des administrateurs des affaires maritimes.

 

Emplois, métiers possibles à l’issue du diplôme

Codes métiers (ROME) les plus proches

  • Défense et conseil juridique
  • Gestion des opérations de circulation internationale des marchandises
  • Exploitation des opérations portuaires et du transport maritime

Objectifs

Le Master 1 Politiques et société en Europe est une formation à dominante Sciences Humaines et Sociales (science politique, philosophie, histoire, civilisation) dont la science politique constitue le pivot.

Le parcours « L’Europe et le monde » conduit au master 2 spécialité « Ingénierie en projets européens et internationaux » dont l’objectif est de former des cadres experts en ingénierie de projets à dimension européenne et/ou internationale avec des compétences en conception, direction  et gestion de projets, une bonne connaissance des acteurs institutionnels internationaux, européens et français qui interviennent dans les domaines du développement local et des projets de partenariat, de coopération et de solidarité internationale.

Semestre 1

UE Tronc commun Politique et société en Europe (90 h CM, 10 ects)
EC 1 : Europe et sociétés (30 H CM)
EC 2 : Gouvernements comparés en Europe (30 h CM)
EC 3 : Histoire de l’Union européenne depuis 1989 (30 h CM)

UE spécifiques au parcours L’Europe et le monde

UE 1 : Le monde contemporain (72 h CM, 7 ects)
EC 1 : Institutions et droit international (24 h CM)
EC 2 : Etats et sociétés en mutation : Afrique subsaharienne et monde arabe (24 h CM)
EC 3: Etats et sociétés en mutations : Amériques et Asie (24 h CM)

UE 2 : L’Europe dans les relations internationales (72 h CM, 7 ects)
EC 1 : Droit de l’Union européenne (30 h CM, )
EC 2: L’Europe et les grands enjeux du monde contemporain (24 h CM)
EC 3 : Action extérieure et politiques de coopération de l’UE (24 h CM)

UE F 3 : Langues vivantes (72 h TD, 6 ects)
EC 1 : Anglais (48 h TD)
EC 2 : Espagnol ou Allemand ou FLE (24 h TD)

Semestre 2

UE 6 : Mobilité internationale (10 ects)
Les étudiants français passent le semestre 2 à l’étranger. Cette mobilité est obligatoire, et s’effectue dans le cadre d’une convention ERASMUS ou d’un autre partenariat international. Chaque étudiant doit suivre des cours sur place, représentant 10 ECTS. En cas de projet professionnel bien  identifié et bien déterminé, un stage volontaire à l’étranger de trois à quatre mois et la rédaction d’un rapport de stage peuvent se substituer au TER et aux heures d’enseignements.
Les étudiants étrangers restent à Nantes. Chaque étudiant doit suivre des cours représentant 10 ECTS, choisis parmi les enseignements proposés dans l’un des Masters 1 disciplinaires ou dans les enseignements des parcours Europe de Licence 3.

UE 7 : Travail d’étude et de recherche (20 ects)
Les étudiants choisissent un directeur d’études parmi les enseignants-chercheurs de M1, et définissent un sujet de TER réalisable dans le pays où s’effectue le semestre, dans l’une des disciplines enseignées (20 ECTS). Le TER d’environ 50 pages fait l’objet d’une soutenance devant un jury composé de deux enseignants-chercheurs.
NB : En cas de projet professionnel bien  identifié et bien déterminé, un stage volontaire en France ou à l’étranger de trois à quatre mois et la rédaction d’un rapport de stage peuvent se substituer au TER et aux heures d’enseignements.

Objectifs et compétences

La formation a pour objectif de développer une culture de haut niveau qui articule les dimensions professionnelles, scientifiques et technologiques (ingénierie) dans les domaines de la formation en entreprise, de l’innovation pédagogique (université), de la formation et de la diffusion des savoirs dans les champs artistiques et de la santé.

Deux parcours sont ouverts.

1. Parcours « Éducation et Médiation des pratiques et des savoirs »

Ce parcours forme des professionnels de haut-niveau, cadres et intervenants, spécialistes dans les domaines de l’éducation, du travail social, de la santé, des champs artistiques et du champ universitaire. Il permet d’approfondir et diversifier les connaissances de l’étudiant aux plans épistémologique, méthodologique et professionnel dans les champs socio-professionnels visés.

La formation s’appuie sur des enseignements dans les grands domaines de référence en SHS (sociologie et anthropologie de l’éducation, psychologie sociale, histoire, principalement). Elle vise à fournir des ancrages théoriques et des outils méthodologiques, articulant des approches qualitatives et quantitatives, nécessaires à l’élaboration d’un véritable travail de production de connaissances en accordant une place importante à l’analyse et à l’étude des fonctionnements et des transformations des situations éducatives, pédagogiques et des phénomènes culturels.

La formation a pour but d’atteindre des objectifs qualifiant et professionnalisant :

– Etre capable d’analyser des situations éducatives et des phénomènes culturels en les situant dans les environnements éducatif, social et politique.

– Développer une culture scientifique opérante dans les champs visés par la formation et une maîtrise pratique des éléments méthodologiques contribuant à la production des connaissances sur les situations éducatives et les phénomènes culturels

– Elaborer et concevoir des dispositifs de médiation entre acteurs, institutions et divers environnements socio-professionnels

2. Parcours « Formation – Insertion »

Ce parcours forme des professionnels de haut niveau, cadres spécialistes de la formation et de l’insertion (INSEE 372d / ROME M1502). Les étudiants doivent être en situation d’objectiver les fondements et les enjeux des situations professionnelles dans lesquelles ils sont ou seront impliqués, et de situer leur action dans des environnements économiques, politiques et sociaux en constantes mutations. Il s’agit de développer une véritable culture scientifique et pratique, avec la maîtrise des méthodologies adéquates. Les étudiants devront être capables d’élaborer des politiques de formation, au sein de l’entreprise ou de structures publiques ou privées en charge de l’insertion professionnelle des publics en difficulté, basées sur une maitrise de l’ingénierie de formation et des principaux dispositifs règlementaires. Ils auront aussi la capacité de gérer des relations avec les différents acteurs et partenaires professionnels, sociaux et institutionnels.

La formation a pour but d’atteindre des objectifs qualifiant et professionnalisant

– Etre capable d’analyser des situations professionnelles en les situant dans les environnements économique, social et politique

– Développer une culture scientifique opérante dans les champs concernés (champs socio-professionnels visés par la formation) et une maîtrise pratique des éléments méthodologiques adéquats

– Elaborer, opérationnaliser et mettre en oeuvre des politiques de formation et des dispositifs d’insertion

Compétences à acquérir :

 

Débouchés professionnels / Métiers

 

Secteurs d’activités

Présentation et objectifs

Il s’agit de dispenser un niveau de connaissances permettant une réflexion d’ordre théorique et pratique sur les Arts du spectacle, en liaison avec les Arts et les Lettres ; acquis pouvant rendre accessibles différentes professions, dans le domaine de l’enseignement et de la recherche sur les Arts du spectacle, comme dans le domaine du spectacle lui-même.

 

Savoir-faire et compétences

L’université ne donne pas accès de droit à une carrière artistique mais délivre une formation permettant une approche historique, théorique et pratique des arts du spectacle, elle donne de ce fait des atouts (culture générale, connaissance des milieux du spectacle, capacité de rédaction, d’analyse et de synthèse, ouverture d’esprit).

Le parcours Cinéma comporte en outre :

– un volet théorique : histoire, esthétique, sémiologie, sociologie du cinéma

– un volet pratique : réalisation, prise de vue, de son, montage, écriture de scénario, analyse de films

– des contacts avec le milieu professionnel.

 

Insertion professionnelle

– métiers de l’enseignement et de la recherche
– métiers des arts du spectacle (artiste, agent artistique, directeur technique, relations publiques…)
– métiers de la fonction publique d’Etat ou Territoriale (professeur de conservatoire, Technicien Supérieur territorial, conseiller culturel)
– métiers de l’animation culturelle (chargé de projet, animateur ou directeur adjoint d’établissement à caractère culturel)
– métiers de l’audiovisuel et du cinéma.
– métiers de la communication (chargé de communication, chargé de relations publiques, attaché de presse, organisateur d’événements)
– métiers de la documentation (documentaliste , bibliothécaire)
– métiers du journalisme et de l’édition (journaliste, assistant d’édition, rédacteur, attaché de presse, responsable éditorial)
– métiers de la vente (libraire, chef de rayon livres, CD, DVD ou vidéo)

 

Ce master, à vocation essentiellement professionnelle (mais aussi recherche), aborde l’événementiel dans ses différentes dimensions : organisation, ressources humaines, logistique, sponsoring, commercial, juridique, sportif.
Centré sur les méthodologies liées à la conduite de projet, il vise à former de futurs managers à la tête de projets sportifs, capables de mobiliser une équipe de spécialistes, afin de concevoir, de développer et de mener à bien ces projets, dans les délais impartis et dans un environnement complexe.Ce Master permet de développer des connaissances dans plusieurs domaines d’apprentissage :

1. Le développement des facultés d’analyse de l’environnement d’un projet sportif (économique, organisationnel, juridique, politique et socioculturel) et de positionnement stratégique.

2. L’acquisition de connaissances disciplinaires et transversales relatives à la conception et à la gestion de projets sportifs : connaissance des différentes étapes du déroulement d’un projet (études, réalisation, évaluation) et des différentes dimensions de la gestion de projet (humaine, technique, juridique, financière, commerciale, …).

Ce master permet également l’acquisition de compétences relatives à l’encadrement d’une équipe-projet, composée d’intervenants aux profils variés (leadership, décision, négociation, communication, motivation, …) et à la gestion des relations avec différents partenaires intervenant dans la mise en oeuvre des projets.

Débouchés professionnels


Secteurs d’activité :

Secteurs d’activité économique liés aux loisirs sportifs // Entreprises du secteur privé marchand // Organisations non-marchandes ou institutions publiques // Recherche et Développement.Métiers :
Concepteur de projets sportifs événementiels // Directeur général ou opérationnel d’une organisation sportive événementielle // Directeur commercial, marketing ou sponsoring d’une organisation sportive événementielle // Responsable de la communication ou des relations presse d’une organisation sportive.

L’université Paris-Ouest-Nanterre prépare les étudiants aux métiers de la conservation du patrimoine en offrant des enseignements sur deux semestres (de septembre à juin), prioritairement en soirée (généralement de 18h à 20h) et adaptés au calendrier des concours. Cette formation qui vise à l’excellence ouvre l’accès aux postes de responsabilités dans les musées français et les collectivités territoriales.

Menée depuis près de deux décennies en collaboration avec l’université Paris 1, cette formation propose aux candidats des concours un panel large de spécialités et d’enseignants spécialistes pour la préparation des diverses options.

Une double visée :

Le parcours, accessible aux étudiants ayant validé un M1 en Histoire de l’art / Archéologie, (ou équivalent) permet de se préparer aux concours :

– de conservateur du patrimoine organisés par l’Institut National du Patrimoine (INP) en collaboration avec le Centre National de la Fonction Publique Territoriale.

– d’assistant de conservation du patrimoine des collectivités territoriales
et d’attaché de conservation du patrimoine des collectivités territoriales organisés par les centres départementaux de gestion.

A l’issue d’une année de formation et de la rédaction d’un mémoire sur un sujet patrimonial ou muséal en lien avec un stage, la formation permet en outre de valider un Master 2 intitulé « Master 2 mention Archéologie, parcours Préparation aux concours de la Conservation du Patrimoine ».
Ce Master peut ensuite permettre l’inscription en thèse de doctorat.

L’organisation de cette année préparatoire met l’accent sur :

l’importance des cours de méthodologie des épreuves des concours (entraînement à la dissertation générale en histoire de l’art et en archéologie, au commentaire d’œuvre ou de documents, préparation aux entretiens oraux).

l’importance de l’immersion dans le monde patrimonial et muséal, son actualité et ses questionnements grâce à des intervenants professionnels (conservateurs, professionnels des musées et structures culturelles…), à des cours spécifiques (histoire des institutions et des politiques patrimoniales), à des rencontres immersives dans les institutions patrimoniales et grâce à la réalisation d’un stage dans une structure patrimoniale suivi de la rédaction d’un mémoire en articulation étroite avec l’expérience théorique et pratique acquise.

la spécialisation chronologique dans l’option retenue pour les concours par le biais du suivi d’un séminaire spécialisé dispensé par les enseignants-chercheurs de Nanterre.

le perfectionnement des langues grâce à des apprentissages dédiés aux métiers de la Culture et du Patrimoine (Anglais pour Histoire de l’Art et Archéologie) et à un large choix d’enseignements de langues proposées (allemand, chinois, espagnol, grec ancien, italien, latin, russe).

Spécificités

Structuration générale de la Mention « Histroire de l’art »:

En M1 : Un parcours unique («Histoire de l’art ») vous offre deux choix en vue de la spécialisation de M2.
En M2 : Vous pouvez, au sein de la mention, vous spécialiser dans un des 2 parcours suivants :
1/ « Histroire de l’art »
2/ « Préparation aux concours de la conservation du patrimoine »

Débouchés professionnels

Secteurs d’activités

Administration publique

Secteurs d’activité:

  • Filière d’Etat recherche (Ministère de la Culture et de la Communication), Catégorie A : conservateur du patrimoine (formation INP pendant 18 mois), ingénieur de recherches (en externe nécessite en sus d’être titulaire d’une thèse), ingénieur d’études, assistant ingénieur.
  • Filière territoriale culturelle (Collectivités territoriale et Ville de Paris), Catégorie A : conservateur territorial du patrimoine formation INP pendant 18 mois), attaché territorial de conservation du patrimoine.

Résumé

Les filières Lettres et Langues se sont associées pour créer, grâce à la collaboration de trois disciplines, Lettres, Etudes hispaniques et Etudes anglophones, une formation attractive et diversifiée, qui tirera profit d’une approche pluridisciplinaire. L’étudiant de master spécialisé en études hispaniques approfondira ses connaissances dans le domaine en accédant à une initiation à la recherche en études hispaniques, et il élargira son horizon culturel en s’initiant aux littératures et civilisations française, francophones et anglophones grâce à un enseignement dispensé par des spécialistes de ces disciplines.

Dans le M1, les trois départements proposent une approche méthodologique de la recherche littéraire, dans la perspective spécifique de chacune des trois spécialités. A partir du second semestre, l’étudiant pourra concevoir son propre parcours (deux choix sur trois propositions), ce qui l’amènera à étudier une même question dans sa spécialité et hors de sa spécialité (sur l’histoire de la Raison, sur la question des comparatismes, par exemple). Dès ce second semestre est interrogée la relation de la littérature et des différentes disciplines ou supports (arts plastiques, arts sonores, arts visuels, arts de vie).

Le M2 consiste en un renforcement de la spécialisation progressive : le S3, toujours selon le principe de deux enseignements sur trois au choix, aborde la relation de la littérature et de questions sociologiques, anthropologiques ou culturelles, autour des notions de « Trajectoires », « Marges », et dans le champ de « l’Écocritique » ou des « Études post-coloniales ». Le S4 comprend des cours de spécialité et est orienté vers la rédaction du Mémoire auquel est consacré un « atelier de rédaction ».

Conçue de façon de façon cohérente et progressive (S1 méthodologie ; S2 rapports entre les arts ; S3 rapports entre les arts et la société ; S4 recherche spécialisée), la formation permet des passerelles : les étudiants qui le souhaitent pourront changer de spécialité en cours de Master après délibération du Conseil des Masters.

L’intervention d’enseignants de chaque composante dans presque toutes les UE assure une complémentarité. Elle confronte les lettres françaises à la littérature et la langue anglaises, la littérature et la langue hispaniques, et aux autres arts et aux autres champs de l’esprit et de l’activité humaines (l’environnement, l’urbanisme, l’identité culturelle, la traduction, etc.) Ainsi, loin d’isoler, de manière artificielle, une seule aire linguistique, ce master aborde les relations culturelles entre les Amériques et l’Europe, par exemple, dans toute la complexité de leur tissage langagier.

Le volume horaire global de la formation est de 450 heures/étudiant. Les crédits sont répartis en fonction du volume horaire des enseignements.

Objectifs

Les étudiants relevant de ce parcours doivent donc être en mesure de se forger une solide culture disciplinaire conjointement avec une culture littéraire et « de civilisation » envisagée selon l’optique des « Etudes culturelles » émanant des enseignants venus d’autres voies. L’étudiant sera donc incité à la prise en charge d’une interdisciplinarité, qui constitue en soi un véritable défi et permet d’appréhender à sa juste mesure l’univers d’une culture globalisée. C’est sans aucun doute là la meilleure des façons de le préparer à la fois à une certaine polyvalence – qu’il pourra mettre à profit en tant qu’enseignant du secondaire ou du supérieur et dans tout l’éventail des métiers de la culture – et à la recherche, sur un bon socle de compétences théoriques et méthodologiques.

Spécificité du parcours Espagnol

La conception générale du Master est pluridisciplinaire et transversale, fortement liée aux orientations du Master Mundus « Crossways in Cultural Narratives ». Il existe au sein de la maquette des options correspondant au parcours « Etudes hispaniques ».

Ainsi, au semestre 2 du Master 1, la notion de fantastique a été retenue, dans la mesure où elle irrigue tout particulièrement la littérature latinoaméricaine contemporaine en raison du croisement des cultures et des imaginaires qui s’opère sur ce continent, et dont se sont nourris par la suite les auteurs péninsulaires (espagnols) les plus contemporains.

De même, l’enseignement de traduction est envisagé dans une optique disciplinaire.

Au semestre 4, trois enseignements sont délivrés selon cette même optique disciplinaire. En effet, l’accès à un doctorat spécialisé « Etudes ibériques et latinoaméricaines » nécessite une formation adaptée, en lien avec les axes de l’équipe de recherche CRESEM (équipe CRILAUP) qui est censée accueillir les titulaires du Master. Trois thèmes sont abordés, ayant trait : à la littérature hispanique, de manière panoramique ; aux rapports entre les arts et le pouvoir ; aux nouvelles formes de revendication et de pouvoir qui s’exercent en Amérique latine en provenance/au nom des minorités ethnoculturelles.

Savoir-faire et compétences

En plus des compétences générales attendues d’une formation BAC +5 dans chaque domaine concerné, les étudiants à l’issue de cette formation véritablement comparatiste bénéficieront d’un panorama de plusieurs disciplines, appuyé sur les textes et les concepts propres à leur spécialité d’origine comme à ceux des deux autres spécialités. Ces croisements perpétuels entre les trois spécialités, conçus dans une même cohérence et une même progression, doivent donner une vaste perspective d’analyse, permettre une réflexion approfondie sur les différents domaines linguistiques, les différentes disciplines, et favoriser une véritable transdisciplinarité par l’ouverture à d’autres champs artistiques, d’autres medias, d’autres secteurs de l’activité humaine. Une telle polyvalence structurée par la cohérence d’ensemble de la formation ne peut que favoriser une intégration dans la vie professionnelle ; grâce au décloisonnement des secteurs, à l’approche des outils intellectuels et des contextes dans lesquels ils opèrent, l’étudiant ayant suivi cette formation disposera d’une vision étendue et d’une large faculté d’adaptation.
Résumé des outils et compétences acquis à l’issue de la formation :

 

Débouchés professionnels

La vocation professionnelle d’une telle formation est multiple : recherche et développement dans les domaines littéraires, linguistiques, culturels ; recherche doctorale, enseignement secondaire et supérieur ; recherche et développement dans les secteurs des médias, du management culturel, de grandes organisations internationales, des ressources humaines, etc.

Résumé

Depuis la rentrée 2010 la formation aux Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation, requiert un niveau bac+5. Aujourd’hui l’UPVD, dans le cadre de l’ESPE LR propose deux mentions de Master MEEF visant la maîtrise des savoirs disciplinaires voire pluridisciplinaires et la maîtrise des compétences didactiques et pédagogiques :

Les étudiant(e)s intéressé(e)s ont connaissance des réalités de l’enseignement dans le primaire ou le secondaire grâce aux stages effectués durant leur cursus. Ces stages assurent la dimension professionnelle de ce master et permettent la pratique des savoirs et du savoir-faire pendant la formation universitaire.

Objectifs

Ce master vise à former les futurs enseignants en 2 années.
La première année (M1) est consacrée essentiellement à l’acquisition des connaissances disciplinaires et à la préparation aux concours. Elle comporte une part de formation au métier, notamment autour du stage d’observation et de pratique accompagnée.
La deuxième année (M2) se fait pour les lauréats du concours sous le statut rémunéré de fonctionnaire stagiaire (avec un mi-temps d’enseignement) et une formation qui accompagne le développement des compétences professionnelles.

Débouchés professionnels

La formation en M1 a pour objectif essentiel la préparation des concours de recrutement d’enseignants dans le 2nd degré des établissements scolaires.
Le concours de recrutement des professeurs des collèges et lycées (CAPES/ CAPLP) se déroule pendant l’année de M1 :

L’inscription au concours est indépendante de l’inscription en Master.
Lien vers les concours du 2nd degré : Voir les informations sur les CAPES et concours 2nd degré

Le Master professionnel Métiers du livre et de l’édition de Paris Ouest s’adresse aux étudiants soucieux d’acquérir une connaissance approfondie des savoirs et des techniques des milieux professionnels du livre (édition, bibliothèque et librairie).

L’année de Master 1 est centrée sur une formation à des savoir-faire spécifiques liés à l’un des trois métiers du livre. Elle comprend un stage de 13 semaines, un projet tutoré et la réalisation d’un projet de mémoire professionnel portant sur une problématique liée au métier choisi en option. Le domaine de la bibliothèque exige des savoirs spécifiques : les enseignements débutent par une formation aux problématiques traditionnelles de la profession de bibliothécaire (politique documentaire, acquisition, catalogage, gestion d’un fonds et de collections, conseil, action culturelle, connaissance des publics). Il vise ensuite à la construction d’une culture professionnelle spécifique de la conception de projets bibliothécaires (enjeux, acteurs, outils, organisation, cadre juridique, stratégie).

En Master 2, les enseignements sont transversaux : à la fois théoriques, liés à la recherche autour du livre aussi bien qu’aux réalités nouvelles des métiers du livre (numérique et Europe), et fondés sur des enseignements pratiques, liés au métier choisi et à la finalisation du mémoire de fin d’étude. L’année de Master 2 comprend un stage de 16 semaines et la réalisation d’un mémoire professionnel. Elle offre la possibilité d’effectuer un semestre à l’étranger.

 

Débouchés professionnels

 

Secteurs d’activité :
Le titulaire peut travailler dans différents types de bibliothèques (municipales, départementales, universitaires, établissements d’État, voire bibliothèque du tiers secteur) , ou dans des institutions dédiées au livre (CNL , Agences régionales du livre, Ministère de la culture…).Métiers :
Gestion de patrimoine culturel // Gestion de l’information et de la documentation // Direction de bibliothèque // Bibliothécaire-adjoint

CONNAISSANCES À ACQUÉRIR

Ce Master SCL présente les connaissances actuelles permettant d’accéder à la recherche dans les divers champs de la linguistique représentés par les différentes spécialités concernées : didactique des langues, analyse et description des structures linguistiques, pratiques de l’expérimentation et l’instrumentation scientifique, maîtrise des nouvelles technologies appliquées au langage.

Il forme également aux compétences professionnelles attachées à l’enseignement du français langue étrangère, au traitement automatique des langues, à l’interprétariat en langue des signes française, et à l’expertise dans la coopération, la politique et la planification linguistique.

COMPÉTENCES VISÉES

Selon les spécialités de ce master, divers compétences sont particulièrement ciblées par notre formation, entre autres :

· développer une ingénierie pédagogique

· concevoir et développer des dispositifs et matériels pédagogiques

· mettre en place et évaluer des dispositifs de formation en présentiel et/ou à distance

· évaluer des enjeux sociaux liés aux questions linguistiques

· suivi de projets bi/multilatéraux en matière de coopération linguistique et éducative

· mettre en place des politiques linguistiques

· concevoir un protocole expérimental

· maîtrise de diverses techniques et instrumentations de recherche comportementale

· analyse quantitative et statistique des données

· analyse et description de la grammaire des langues

· construire une méthodologie de recherche sur le terrain

· préparation d’enquête et gestion des corpus

· être capable de comprendre et de restituer fidèlement un message (d’un type et d’un registre variables) d’une langue et d’une modalité à l’autre

· suivre et faire évoluer des glossaires, des bases de données et des outils d’aide à la traduction

 

 

LISTE DES SPÉCIALITÉS

 

DÉBOUCHÉS PROFESSIONNELS

L’obtention d’un master recherche avec mention ouvre les portes à une inscription en doctorat.

POURSUITE D’ÉTUDES

Objectifs :

Développer chez des étudiants en langues étrangères (filières LLCE et LEA + autres sur dossier) titulaires des 60 crédits de M1 (ou équivalent) les compétences traductionnelles propres à la traduction-adaptation audiovisuelle. Leur fournir en complément le bagage culturel (histoire et esthétique du cinéma, économie de l’audiovisuel) technique (maîtrise de logiciels spécialisés, nouvelles technologies), juridique (connaissance du statut professionnel des auteurs) utiles à une insertion immédiate dans ce secteur d’activité.

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

S’agissant d’un Master professionnalisant, les débouchés professionnels ont priorité. Toutefois, la possibilité d’une poursuite d’études en doctorat est prévue par le programme d’études (UE d’initiation à la recherche en traduction audiovisuelle au dernier semestre de formation).

Emplois et métiers possibles :

Emplois et métiers possibles :Les titulaires du Master TSD travaillent, principalement en qualité de free lance, dans le domaine de la traduction et de l’accessibilité des médias (sous-titrage pour sourds et malentendants, audiodescription). Des carrières sont également constatées dans les métiers de la réalisation de contenus multimédia, de la formation ou de la recherche en sciences de l’homme.

 

 

RÉSUMÉ DE LA FORMATION

Vous vous intéressez à l’image que ce soit d’un point de vue historique, artistique, culturel ou documentaire ?

La licence professionnelle métiers de l’information : archives, médiation et patrimoine parcours Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels (GEFIA) vous propose de mieux appréhender la spécificité de ce type de média et d’approfondir les questions liées au traitement documentaire et à la mise en ligne d’un support visuel.

COMPÉTENCES ET SAVOIRS ENSEIGNÉS

 

SECTEURS D’ACTIVITÉ ET MÉTIERS VISÉS

Secteurs d’activité :

Métiers :

 

La culture est un processus dynamique qui se génère elle-même dans et par ce processus. La compréhension de l’aspect transformationnel de la culture a placé au centre des sciences des médias et de la culture l’analyse des pratiques performatives ainsi que de leur empreinte médiale.
C’est justement l’orientation médiale de ce processus qui permet d’engendrer des  concentrations et des liens transnationaux. Le cursus « Analyse des Pratiques Culturelles : Cultures scéniques et médiatiques dans l’espace transnational » intègre cette évolution. Des processus culturels – comme perception de la différence ou
objet hybride – sont placés au centre de ce cursus trinational.
La relation entre expérience sensorielle et langage, l’influence culturelle et médiale sur les affects, la transculturalité intrinsèque à tout processus culturel seront thématisées à Dusseldorf. Vienne se consacre aux questions de subjectivité, à leurs altérations culturelles et leurs idiosyncrasies ainsi qu’ à des processus transnationaux des arts performatifs. Nantes place au centre de son offre les techniques et l’épistemologie de la traduction, les transferts culturels et la sociologie de la culture (film / théâtre / performances).
Le cursus offre des possibilités de stages afin de permettre un lien direct avec les différents concepts et procédés interculturels.

Objectifs

Ouverture dans la spécialité suivante : allemand

Offrir à des étudiants titulaires d’une licence LLCER, LEA, sociologie ou histoire un parcours transdisciplinaire initiant à une recherche théorique dans le domaine encore assez peu théorisé en France  des pratiques culturelles, mais ayant déjà trouvé sa place dans le monde universitaire européen et nord-américain (Kulturwissenschaften, Cultural studies).

 

Ce master est uniquement ouvert en allemand. Il s’agit d’un master trinational de l’Université de Nantes, de Düsseldorf et de Vienne. C’est un master intégré franco-allemand qui s’effectue dans le cadre du double diplôme « Analyse des pratiques culturelles » Nantes / Medienkulturanalyse » Düsseldorf. Les étudiants obtiendront également un diploma supplement de l’Université de Vienne.
Le premier semestre de l’année M1 s’effectue obligatoirement à l’Université de Düsseldorf, le deuxième semestre à l’Université de Vienne. Le premier semestre de l’année M2 se passe obligatoirement à l’Université de Nantes. Le quatrième semestre se fait au choix.

 

Rythme de la formation

Du premier au troisième semestre, les participants du cursus forment une « cohorte » de 5 à 15 étudiants issus de chaque université partenaire.

Au quatrième semestre, les participants du cursus rédigent leur mémoire de recherche, de préférence dans leur université d’origine. Ils organisent une journée d’études (lieu au choix) et participeront à un atelier de recherche mis en place par l’une des institutions partenaires.

Le déroulement géographique du cursus est fixe. Le Master trinational débute à Dusseldorf, continue à Vienne puis à Nantes et se termine (en règle générale) à l’université d’origine.

Secteurs d’activité visés à l’issue du diplôme

Métiers de l’enseignement, de la recherche, de la culture.

Poursuites d’études

Poursuite d’études à Nantes : Master 2 Analyse des pratiques culturelles

Objectifs de la formation 

Le but de ce diplôme est de former des spécialistes du droit et de l’économie des établissements sanitaires du secteur privé (cliniques, assurances, cabinets libéraux). L’idée générale consiste à répondre aux besoins des structures professionnelles (praticiens sociétés et associations du secteur sanitaire et social) en profitant de la complémentarité des cultures juridiques et économiques.
Débouchés

La forte implication de nombreux intervenants de terrains (directeurs de cliniques, avocats, représentants de l’ARS, de la CRAM, des ordres professionnels) et l’expérience des stages et débouchés professionnels passés sont un gage frappant de l’adéquation d’une telle formation avec le marché de l’emploi

Objectifs de la formation
Le M2 « Droit public général » représente une rénovation en profondeur de l’ancien M2 Droit public-Science politique. Désormais centré sur le Droit public l a t o s e n s u , il entend proposer aux étudiants une offre généraliste de haut niveau en vue, d’une part, de la formation de futurs enseignantschercheurs, mais aussi, d’autre part, de l’adaptation des étudiants à une offre professionnelle en droit public en expansion, aussi bien au niveau national qu’au niveau international.
Cette rénovation est aussi justifiée par la nécessaire mise en concurrence locale et nationale des spécialités de master. Les étudiants doivent ainsi pouvoir choisir une formation spécifique en fonction de son caractère innovant, de son attractivité et de sa capacité d’insertion professionnelle. C’est la raison pour laquelle l’acquisition des connaissances doit privilégier une approche globale du droit public contemporain. Mais le M2 « Droit public général » doit aussi permettre aux étudiants de valoriser les connaissances acquises en fonction d’un projet professionnel précis.

 

Programme et points forts Programme et points forts
L’originalité de la nouvelle offre du M2 « Droit public général » apparaît à travers l’organisation de deux parcours :   

Ces deux parcours se trouvant eux-mêmes rapportés à un enseignement de Droit public général commun, qui donne son unité à l’ensemble de la formation en fonction d’une triple préoccupation :   privilégier une dimension comparative du droit public, trop peu développée dans les Facultés de droit françaises. Tel est l’objet de l’un des trois cours communs à la formation : « Droit public comparé » ;   insister sur l’interpénétration des ordres juridiques nationaux, européens et international, de manière à inscrire le droit public dans la perspective d’un monde globalisé. D’où le second cours commun : « Rapports entre ordres juridiques » ;   souligner l’apport de la doctrine du droit public à travers les grands auteurs et leur influence sur les transformations contemporaine du droit public. D’où le troisième cours commun : « Culture doctrinale du droit public »

 

Débouchés 
Concours de la fonction publique nationale ;  Administration d’assemblées parlementaires et européennes ;  Organisations internationales et européennes ;  Collectivités locales. La dimension recherche concerne les métiers de l’enseignement supérieur (université, CNRS), voire la recherche dans certains établissements publics administratifs, secteur parapublic, entreprises publiques).

Objectifs de la formation 
Le Master 2 Analyse et Développement de l’Entreprise a pour objectif de dispenser une formation  dans les domaines suivants :

 

Débouchés 

 

Objectifs de la formation

La formation prépare à la maîtrise de la gestion du parc immobilier locatif, tant dans le secteur privé des agences immobilières que dans le secteur des HLM.  Les compétences des gestionnaires d’immeubles à usage d’habitation portent sur :
- les aspects juridiques fiscaux et comptables ;
- la réglementation des professions et la connaissance des outils professionnels des secteurs concernés ;
- la pratique opérationnelle des baux ;
- la sociologie de la médiation et la psychologie des relations sociales en matière d’habitat ;
- le vocabulaire technique du bâtiment.

MODALITÉS DE RECRUTEMENT

- de plein droit : Bac + 2 ou diplôme équivalent.
En formation initiale : la licence s’adresse à des étudiants au moins titulaires de la deuxième année de licence de droit, d’AES, d’économie ; d’un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations, Gestion Administrative et Commerciale ou Carrières Juridiques ; d’un DEUST immobilier ; d’un BTS Professions Immobilières. D’autres cursus pourront être pris en considération.

En formation continue : une procédure de validation d’acquis relevant du SEFCA peut être envisagée pour accueillir des personnels salariés du secteur de l’habitat locatif en fonction de leur expérience professionnelle.
Le dépôt des candidatures est à effectuer auprès du secrétariat de la scolarité. L’admission est prononcée par une commission pédagogique, après examen des dossiers et entretien.

- par validation d’acquis ou équivalence de diplôme
en formation initiale : s’adresser à la scolarité organisatrice de la formation
en formation continue : s’adresser au service de formation continue de l’université (03.80.39.51.80)

ORGANISATION DE LA FORMATION

Site de localisation de la formation : Dijon

Contenu de la formation

- UE 1 – Introduction au droit de l’habitat
- UE 2 – Droit
- UE 3 – Gestion
- UE 4 – Communication
- UE 5 – Projet tuteuré
- UE 6 – Stage
En formation initiale, la formation pluridisciplinaire, spécialisée et dédiée à la gestion locative de locaux d’habitations ne comporte pas d’option et exclut en principe toute dispense d’enseignement.
En formation continue, en revanche, des adaptations sont envisageables pour des professionnels qui peuvent ne pas suivre toutes les UE ou être dispensés d’effectuer le stage ; elles sont précisément préconisées dans le cadre de la procédure de VAE.

STAGE

- UE 5 • Projet tutoré : il consiste en un travail encadré d’observation, de réflexion et de synthèse sur une thème relatif à l’habitat locatif et porte sur des aspects théoriques ou pratiques relevant de plusieurs disciplines. Il se réalise en deux temps. Au cours du premier semestre, un dossier est élaboré en commun par groupes de 4 ou 5 étudiants qui traitent ensuite individuellement une question particulière dans un mémoire personnel. L’encadrement est assuré par un membre de l’équipe pédagogique, enseignant ou professionnel, au cours de sessions hebdomadaires.

- UE 6 • Stage pratique : sa durée est fixée à douze semaines, avec présence obligatoire tous les jours ouvrables de la période déterminée. Pour chaque étudiant, un maître de stage est désigné au sein de l’équipe pédagogique. Le suivi du stage se réalise par contact entre le maître de stage et un tuteur professionnel désigné dans la convention de stage dont un avenant précise, le cas échéant, les tâches ou missions particulières confiées à l’étudiant. Ce stage fait l’objet d’un rapport présenté oralement devant le jury de mémoire, en présence du maître de stage et du tuteur professionnel.

COMPÉTENCES ACQUISES

- Compétences en organisation
Analyse des besoins et de l’offre de logements ; recherche et estimations de biens, négociation d’engagements de location et de baux ; participation à la définition de la politique d’attribution de logements ou à la sélection de locataires ; recherche de prestataires, emploi et gestion de personnels.

- Compétences juridiques, fiscales, comptables et financières
Analyse de la situation économique et financière de la clientèle (emprunts et garanties) ; application des textes relatifs aux contrats de location, mandat, cautionnement ; gestion des contras de location (baux de droit commun et dérogatoires) ; perception de loyers et répartition des charges ; maîtrise de la comptabilité générale et de méthodes spécifiques de gestion ; prévention et règlements de litiges, suivi des procédures judiciaires.

- Compétences en communication
Capacité d’écoute, d’analyse et de traitement des demandes générales et particulières ; appréciation des situations précaires en matière de logement et proposition de solutions ; capacités de négociation et de communication.

- Compétences informatiques
Utilisation de logiciels et outils multimédias professionnels (comptabilité, réseaux et sites web).

DÉBOUCHÉS

Les débouchés professionnels portent sur des emplois de cadres chargés de gestion en immobilier : gestion de copropriétés, gestion de logements sociaux, ou administration de locaux pour le compte d’une clientèle individuelle d’entreprises ou de particuliers.
Ces métiers de collaborateurs d’organismes HLM et d’agences immobilières peuvent comporter des spécialisations et revêtent en pratique les appellations d’administrateur de biens, de syndic ou de responsable d’unité de gestion d’immeubles.

Objectifs de la formation

Cette licence a pour finalité professionnelle de préparer les étudiants à occuper des responsabilités commerciales dans des entreprises diffusant des produits présentant un caractère technique. Le but de cette formation est de permettre à des étudiants titulaires d’une formation scientifique ou technique d’acquérir une solide formation commerciale leur permettant d’accéder à des fonctions de technico-commerciaux et d’évoluer ensuite dans la structure des entreprises. Ce profil à double compétence répond à un besoin de la profession désireuse de recruter des collaborateurs maîtrisant parfaitement les processus de production des produits ou services mais également capables d’intégrer dans leur démarche une approche commerciale permettant de dialoguer avec les différents partenaires de l’entreprise.

Cette formation par alternance est organisée en partenariat avec la branche professionnelle UIMM (Union des Industries et Métiers de la Métallurgie) dans le cadre de l’ITII-Bourgogne (association regroupant l’Université de Bourgogne et les quatre chambres syndicales de la Métallurgie en Bourgogne).

Les étudiants sont simultanément inscrits à la licence professionnelle et à la préparation d’un Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie (CQPM), titre reconnu par la profession : Technico-commercial industriel MQ 88 10 69 0027 révisée le 13 janvier 2004.

ORGANISATION DE LA FORMATION

Site de localisation de la formation : Auxerre ou Mâcon (locaux de l’IUFM)

CONTENU DE LA FORMATIONLa formation compte 398 heures d’enseignements de spécialité, techniques et humains. Le programme général est le suivant :

UE 1 : L’entreprise et son environnement
UE 2 : La communication avec les clients
UE 3 : Management de l’activité commerciale
UE 4 : Management des équipes et des projets technico-commerciaux
UE 5 : Projet tuteuré
UE 6 : Stage

STAGE

Stage de 20 semaines (700h) : Mise en situation du CQPM dans l’entreprise choisie.

Pendant les séquences en entreprise, l’étudiant est sous la responsabilité d’un tuteur d’entreprise, en liaison avec l’équipe pédagogique.

COMPÉTENCES ACQUISES

Les étudiants titulaires de cette licence seront aptes à occuper des postes d’encadrement, notamment conduire des équipes dans les P.M.I. et P.M.E.
Ils auront les compétences nécessaires pour assurer le management des démarches de progrès au sein de l’entreprise.

Ils se démarquent des techniciens par une formation complémentaire dans le domaine commercial et une compétence de management d’équipe.
Ils se distinguent des diplômés de niveau Bac+2 par une double compétence (technique et commerciale), un vécu commercial plus important, une dimension plus « managériale » et une capacité à appréhender la dimension financière des décisions prises.

DÉBOUCHÉS DU DIPLOME (métiers ou poursuite d’études) :

- Représentant technico-commercial
- Responsable clientèle
- Directeur des ventes
- Ingénieur commercial
- Responsable de service après-vente

Objectifs de la formation

Cette licence professionnelle “Gestion des Ressources Humaines et Management des Compétences” proposée uniquement en alternance avec contrat de professionnalisation, répond à plusieurs objectifs, qui sont notamment :
- répondre aux besoins des entreprises car elles disposent toutes de cette fonction,
- participer à l’essor économique en proposant une formation en adéquation avec la demande du marché,
- initier le développement d’une filière professionnelle courte “Ressources Humaines” en partenariat avec tous les secteurs de l’économie, notamment l’industrie,
- offrir à des diplômés Bac+2 une diversification à leur orientation en proposant un nouveau cursus attractif, permettant une sortie diplômante et professionnalisée,
- offrir à des diplômés Bac+2, une insertion professionnelle immédiate par l’intermédiaire du contrat de professionnalisation, tout en les formant de façon adéquate vis-à-vis du marché du travail,
- permettre à des salariés d’entreprises ou à des demandeurs d’emploi d’avoir la possibilité de conceptualiser les savoir et savoir-faire acquis en entreprise et d’avoir une vision globale de leur fonction en mettant en œuvre si nécessaire la validation des acquis d’expériences,
- professionnaliser des formations supérieures dans un contexte européen avec pour objectif prioritaire l’insertion directe dans le monde du travail.

MODALITÉS DE RECRUTEMENT | ORGANISATION DE LA FORMATION | COMPÉTENCES ACQUISES et DÉBOUCHÉS

MODALITÉS DE RECRUTEMENT

La formation s’adresse aux étudiants issus des diplômes de formation initiales BAC+2 correspondant à 120 crédits validés dans un cursus niveau Licence, DUT et BTS, ainsi qu’au public de formation continue.
L’inscription est effective à la condition de la signature avec une entreprise d’un contrat de professionnalisation. Les procédures de sélection sont de nature pédagogiques ; celles de recrutement sont propres aux employeurs. Le recrutement d’un candidat admis pédagogiquement détermine son statut.
Les admissions sont effectives à la date de signature du contrat de professionnalisation dans la limite de la capacité d’accueil de la licence professionnelle.

ORGANISATION DE LA FORMATION

La formation d’une durée de 392 heures (hors période en entreprise) est effectuée par alternance d’environ une semaine en formation académique pour 3 semaines en entreprise.
Les enseignements sont organisés sous la forme d’unités d’enseignement , ou « UE ». Les enseignements peuvent se faire sous la forme de cours, de travaux dirigés et de travaux pratiques selon les matières.

Présentation des UE
SEMESTRES 5 ET 6
- UE 1 Gestion de la communication
- UE 2 Gestion et administration des ressources humaines
- UE 3 Environnement juridique, administratif et financier des ressources humaines
- UE 4 Aptitudes transversales liées au projet
- UE 5 Projet tuteuré
- UE 6 Alternance (contrat de professionnalisation : période en entreprise 39 semaines)

COMPÉTENCES ACQUISES et DÉBOUCHÉS

Le titulaire de la licence intervient, sous l’autorité d’un responsable, dans le champ des ressources humaines et dans un contexte industriel ou connexe.

Il est en mesure de mettre en œuvre et/ou de choisir des méthodes et outils utilisés dans ce domaine et adaptés à des objectifs liés à la gestion administrative et à la gestion des compétences professionnelles, ainsi que d’accompagner différents interlocuteurs internes ou externes dans des démarches connexes à ces champs des RH, en favorisant les échanges.

Ses activités, qu’il mène de manière autonome, contribuent à la mise en œuvre de la politique de gestion des ressources humaines de l’entreprise.

Il intervient sur les champs suivants : le développement des ressources humaines et la gestion et l’administration des ressources humaines.
Les métiers visés par cette formation sont : Coordinateur du développement des ressources humaines et Technicien en gestion et administration des ressources humaines

Cette licence est délivrée en formation initiale et continue.

La Licence Professionnelle Intervention sociale : accompagnement social – Parcours : Assistance sociale, permet aux étudiants d’acquérir méthodes et techniques d’intervention sociale d’aide à la personne, afin de répondre aux besoins et aux demandes d’une population vulnérable. A l’issue de la licence professionnelle, les compétences acquises par les stagiaires sont :

 

Attention : la licence professionnelle Intervention sociale accompagnement social, parcours assistance sociale permet l’obtention d’un diplôme universitaire et non d’un diplôme d’Etat d’assistant de service social que seules les DRJSCS peuvent délivrer.

PRATIQUES PÉDAGOGIQUES
L’équipe pédagogique est composé à la fois d’enseignants universitaires, de formateurs en travail social et de professionnels.
La licence professionnelle se déroule sur 35 semaines à temps plein et comprend un volume horaire global de 450 heures d’enseignement auquel s’ajoutent 18 semaines de stage.

Description

La mention Management général fait partie du Groupe de Formation et de Recherche (GFR) en Management & Organisation. Elle comprend cinq parcours, dont trois en formation continue. Son responsable est Emilie CANET.

Pour tous renseignements et contacts par M1 et par M2, se rendre dans l’onglet PROGRAMME et cliquer sur le M1 ou M2 de votre choix, puis sur « cliquez ici pour afficher la description du parcours »

Objectifs

Le cursus se caractérise par la place accordée à une vision globale de la gestion et de l’organisation à travers notamment la place qu’ont les sciences sociales dans les parcours (M2) et par le fait qu’elles sont en lien avec des questions essentielles de la gestion et des organisations.

Connaissances scientifiques à acquérir

OBJECTIFS, COMPÉTENCES DÉVELOPPÉES
– Répondre aux attentes des professionnels de l’immobilier dans les domaines de promotion, transaction et gestion immobilière.
– Obtenir des connaissances juridiques et comptables, en plus des compétences commerciales.
– Acquérir une double compétence commerciale et technique essentielle à l’évolution des métiers de l’immobilier.
DÉBOUCHÉS
Les diplômés pourront prétendre exercer des fonctions très diverses dans le secteur immobilier : chargé de gestion en immobilier, négociateur immobilier, commercial immobilier, commercial en promotion immobilière, vendeur en maisons individuelles, prospecteur ou chargé de recherche foncière, chargé du service de gérance locative, chargé de copropriété, conseiller en immobilier d’entreprise, responsable des ventes de programmes immobiliers…
CONDITIONS D’ACCÈS
Bac+2 technologique ou universitaire dans les secteurs tertiaires ou les sciences commerciales. Validation des acquis possible.
Pré-sélection sur dossier et entretien. Admission définitive pour les places proposées après validation du projet confié par l’entreprise partenaire.
Il est indispensable que les candidats cherchent de leur côté une entreprise susceptible de les accueillir pendant l’année de formation pour la prise en charge des frais de la formation et leur rémunération (contrat de professionnalisation/OPCA, CIF ou plan de formation).

La Licence professionnelle Métiers de la gestion et de la comptabilité spécialité Comptabilité et paie parcours Gestion des Rémunérations proposée par l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense est un diplôme national de niveau II. Elle est inscrite au RNCP. Elle comporte 60 ECTS (European Credits Transfer System).
Elle peut être suivie en formation initiale, en alternance avec un contrat de professionnalisation et en formation continue.

Objectifs

Métiers actuels et futurs visés (Niveau II) en regard, en particulier, de la nomenclature INSEE :

– Gestionnaire de paies en cabinet d’expertise comptable
– Administrateur paies en entreprise
– Responsable du pôle social dans les cabinets d’externalisation de la paie (cabinets d’expertise comptable, cabinets de juristes, cabinets de consultants en RH…)
– Auditeur légal et/ou contractuel de la paie et des rémunérations dans les cabinets d’audit, auprès des commissaires aux comptes
– Responsable de produit (produit paie) dans les sociétés de traitement informatique
– Conseiller ou consultant spécialisé dans les rémunérations dans les cabinets de conseil en RH
– Responsable d’une structure de contrôle de gestion opérationnelle concernant les ressources humaines

Compétences visées (en référence à la fiche RNCP) :

– Assurer la gestion administrative des contrats de travail et la paie, y compris dans les cas de détachement et d’expatriation
– Assurer toutes les déclarations sociales et fiscales de la paie et les analyses comptables des rémunérations
– Maîtriser et développer des applications informatiques et des tableaux de bord sociaux
– Connaître et rechercher efficacement les informations réglementaires françaises et européennes du travail pour répondre aux principaux problèmes juridiques sociaux.
– Effectuer les contrôles réglementaires et contractuels
– Optimiser les charges sociales (assurer la meilleure la meilleure protection au moindre coût)
– Anticiper les évolutions à moyen terme compte tenu des contrats, des statuts, des conventions
– Prévoir les budgets de rémunérations, les suivre (tableaux de bord), analyser et contrôler les réalisations, animer les dialogues de gestion concernant les mesures correctives à mettre en place le cas échéant
– Maîtriser l’anglais RH pour traduire tous les documents de paie

Spécificités

Cette Licence professionnelle est accessible en formation initiale / formation continue.Le partenariat avec les professionnels se concrétise par :

-La présence dans l’équipe pédagogique de la licence professionnelle de tuteurs de stage et de nombreux professionnels spécialisés dans la gestion des rémunérations
-La présence de professionnels dans le Conseil de perfectionnement de la formation
-Une participation significative à l’enseignement (plus de 50% des enseignements)
-L’animation de conférences RH ponctuelles
-La direction de projets tuteurés
-Des offres de stage
-L’aide à l’embauche puisque la formation correspond à une attente forte des entreprises et des cabinets d’expertise comptable.

 

Débouchés professionnels

L’activité de gestionnaire de paie peut être exercée dans un service des Ressources Humaines, du pôle social, du contrôle de gestion d’une entreprise ou d’un cabinet d’expertise comptable.

Les métiers accessibles à l’issue de la formation :
– responsable paie et gestion du social
– gestionnaire de la paie et du temps de travail
– assistant de ressources humaines
– responsable des ressources humaines
– collaborateur comptable ou social en cabinet d’expertise comptable

Le Master Cadres d’intervention en Terrains Sensibles (CITS) propose une spécialité professionnelle et recherche, reliant les problématiques éducatives et territoriales. La formation porte sur les questions scolaires, socioéducatives et de jeunesse.

Les étudiants développent leurs compétences théoriques, méthodologiques et techniques sur le diagnostic, la conception, la conduite et l’évaluation de projets impliquant une approche territoriale et partenariale. Ils ont une vue d’ensemble des grandes problématiques de la relation Ville / École / Santé. Ce dernier axe est particulièrement présent à travers la convention établie avec l’IFCS (Institut de Formation des Cadres de Santé) et le Pôle de formation Sainte-Anne.

Ce parcours s’adosse à l’équipe de recherche « Crise, École, Terrains sensibles », qui travaille sur la pédagogie en terrains sensibles, la lutte contre la violence et l’absentéisme, l’inscription des jeunes dans la cité, les actions participatives, les expérimentations sociales, l’interculturalité, la politique de la Ville et les territoires pris en charge par des politiques spécifiques.

Spécificités

Structuration générale de la Mention « Sciences de l’éducation » :

En M1 : 4 parcours vous permettent de commencer la spécialisation qui sera parachevée dans un des parcours de M2 :

1/ « Cadres d’intervention en terrains sensibles (CITS) »
2/ « Clinique de la formation »
3/ « Education familiale et interventions sociales en Europe (EFISE) »
4/ « Ingénierie pédagogique en formation d’adultes (IFPA) »

En M2 : Vous pouvez, au sein de la mention, vous spécialiser dans un des 4 parcours suivants :

1/ « Cadre d’intervention en terrains sensibles (CITS) » (parcours décrit sur la fiche)
2/ « Clinique de la formation »
3/ « Education familiale et interventions sociales en Europe (EFISE) »
4/ « Ingénierie pédagogique en formation d’adultes (IFPA) »

 

Débouchés professionnels

 Secteurs d’activité :
Politique de la ville // Animation // Intervention et action sociale // Prévention et médiation // Enseignement et Formation // Éducation sous contrainte // Recherche en sciences humaines et sociale.Métiers :
Intervenant socio-éducatif // Chargé/Chef de projet en interventions territorialisées // Responsable de services municipaux de la jeunesse et de services scolaires // Concepteur d’animation urbaine et scolaire // Coordonnateur de réseaux d’éducation prioritaire // Coordonnateur du Programme de Réussite Éducative// Chargé de développement local // Responsable de structures d’accueil et d’orientation de jeunes (BIJ, PIJ) // Responsable de dispositifs locaux de prise en charge de publics particuliers (élèves exclus, décrocheurs, enfants en « situation de fragilité »…) // Chargé d’études et d’évaluations

Le Master « Aménagement et urbanisme » prépare aux métiers de la ville et de l’aménagement. Il offre des enseignements diversifiés et pluridisciplinaires, garantissant une ouverture globale des étudiants aux problématiques de la ville, du territoire et de l’environnement par l’acquisition d’un socle de connaissances théoriques, de savoir-faire pratiques et d’études de terrain. Le master est co-habilité avec l’Ecole d’Architecture de Paris Val de Seine.

En M1, le premier semestre est destiné à l’acquisition des savoirs fondamentaux dans les différentes disciplines qui concourent à l’aménagement urbain. Il permet également une première mise en pratique de ces savoirs à partir de l’analyse de cas concrets. Un choix de cours permet à l’étudiant de s’orienter vers les parcours de M2. Le second semestre est consacré à la maîtrise des outils (SIG…) et méthodes (réalisation d’un diagnostic territorial…). Un séminaire de professionnalisation accompagne le stage.

En M2, le parcours forme les étudiants aux questions de l’aménagement des espaces périurbains en relation avec les problématiques du développement durable et les « nouvelles » manières de faire la ville étalée : repenser les équilibres fonciers (l’agricole et l’urbain)… Le premier semestre comporte des cours, un atelier « Projet urbain» à visée professionnelle encadré par des enseignants et des praticiens. Le second semestre est centré sur un travail collectif de réponse à une commande réelle venue du milieu professionnel et préparant l’étudiant à son stage obligatoire de 6 mois.

 

Débouchés professionnels


Secteurs d’activité :

Urbanisme et aménagement urbain // Gestion de l’espace et mise en oeuvre de projets // Développement local // Consultance // Fonction publique territoriale // EnvironnementMétiers :
Responsable de projet d’aménagement dans le secteur privé (chez des promoteurs, des bailleurs, dans les services « foncier » ou « patrimoine » de diverses entreprises) ou en collectivité locale // Chargé de mission, d’études ou de projet au sein d’ établissements publics d’aménagement et établissements fonciers, de Parcs Naturels Régionaux ou en Agences d’Urbanisme, ou encore au sein de cabinets paysagers ou de bureaux d’études en aménagement et stratégies territoriales

Objectifs

Ce Master a pour objectif de former des archéologues, dotés d’une culture archéologique approfondie et d’une bonne expérience de terrain et de laboratoire, ce qui les rend capables de prendre part à des opérations archéologiques de terrain en tant que responsables de secteur ou chargés d’études, mais aussi de rédiger des rapports de fouille ou de prospection et de mettre en oeuvre des publications scientifiques ou de vulgarisation.

Pour cela, l’année est divisée en deux semestres, le premier consacré à des enseignements théoriques (octobre à février), le second à des stages de fouille et de laboratoire (février à septembre) :

– le premier semestre est axé sur une formation théorique dense qui porte autant sur la culture archéologique générale que sur la connaissance des disciplines archéométriques et des techniques et méthodes de l’archéologie.

– le second semestre vise à immerger les étudiants dans le milieu professionnel par le biais de stages de laboratoire et de fouille, collectifs et individuels, dont la durée totale atteint près de 5 mois.

Secteurs d’activité visés à l’issue du diplôme

Après obtention du diplôme, les étudiants peuvent être recrutés par l’Inrap, Institut national qui exécute l’ensemble des recherches archéologiques préventives menées sur le territoire national, mais aussi par les Services régionaux de l’archéologie (carte archéologique, postes d’ingénieurs) et les Services territoriaux d’archéologie (attachés de conservation, animateurs du Patrimoine). Ils peuvent également envisager de passer le concours de l’École Nationale du Patrimoine.Les principaux métiers identifiés sont les suivants :
– Assistant d’études, INRAP
– Chargé d’études INRAP
– Attaché de conservation, spécialité patrimoine ou archéologie, Collectivités Territoriales
– Chargé de mission, Archéologie, Collectivités Territoriales
– Ingénieur d’Études, spécialité archéologie, ministère de la Culture et CNRS.

Dans le contexte actuel, il faut ajouter à ces possibilités, celles offertes par l’ouverture de l’archéologie préventive au secteur privé et par le développement prévisible des services d’archéologie des collectivités territoriales (réforme, en juillet 2003, de la loi du 17/01/2001 sur l’archéologie préventive).

Présentation

La spécialité Discours, textes, communication (DiTeCom), de la mention du master Sciences du langage propose un cursus associant Sciences du langage, Sciences de l’Information-Communication et Sciences des Textes dans une formule qui vise un équilibre des disciplines et des relations entre connaissances et activités.
Les fondamentaux en sciences du langage sont dispensés au sein d’un tronc commun au premier semestre de M1 (commun avec la spécialité Didactique du FLE), les contenus théoriques sont articulés aux champs d’activité professionnelle dans la conception des unités disciplinaires, des intervenants professionnels en dialogue avec le monde universitaire participent à la formation.
La spécialité forme à la recherche dans les domaines des Sciences du langage et de la Communication et prépare à des missions de conception, de rédaction et d’analyse dans les domaines de la culture, des médias, de l’édition et de la communication.
La spécialité bénéficie de l’adossement à la recherche du laboratoire ELLIADD (EA 4661) et des partenaires de recherche de celui-ci. (elliadd.univ-fcomte.fr/)

Parcours

Les enseignements théoriques de haut niveau sont assurés par les spécialistes des disciplines au sein de l’équipe pédagogique et articulent de façon originale des perspectives complémentaires (Sciences de l’Information-Communication/Sciences du langage, exploration informatisée/analyse sémiotique, discours/pratiques sociales/dispositifs techniques et communicationnels).
La perspective professionalisante est en harmonie avec la dimension proprement universitaire.
Sur trois semestres une formation dense et équilibrée est dispensée aux étudiants qui ont la possibilité de mener à bien un projet personnel et de se former à la recherche, tout en acquérant des savoirs et des savoirs faire. Le quatrième semestre est tout entier consacré au stage en terrain professionnel ou en laboratoire de recherche qui débouche sur la rédaction d’un TER (travail d’études et de recherches), pièce maîtresse de la formation.
Trois unités disciplinaires fondamentales assurent un socle solide en sciences du langage dans la continuité du cursus de licence Sciences du langage et de l’Information Communication et dans une promotion qui rassemble les deux spécialités de Sciences du langage.
Sept unités disciplinaires de spécialité se partagent entre trois unités fondamentales et quatre unités mixtes définies en dialogue avec les champs d’activité professionnelle. Deux unités d’ouvertures professionnelles font appel à des intervenants extérieurs du monde socio-professionnel tout en assurant la préparation de la méthodologie de l’observation et de la rédaction nécessaire à la conduite du stage et du mémoire de TER.
Trois unités transversales sur les trois premiers semestres assurent une formation en langue vivante et un renforcement ou une ouverture disciplinaire complémentaire sciences du langage ou sciences humaines en fonction de l’offre de l’UFR
L’ouverture vers des « bouquets de métiers » se fait en relation étroite avec les contenus scientifiques. dans le cadre des unités d’ouverture professionnelle et du semestre consacré au stage et à la rédaction du mémoire.
Les étudiants de la spécialité bénéficient d’un suivi personnalisé pour élaborer et mener à bien leur projet qui oriente leur choix d’un terrain de stage et d’un sujet de mémoire (TER) et les travaux qui leur sont demandés leur permettent d’acquérir ces compétences d’analyse et de rédaction.
Des projets pédagogiques sont mis en place. Pour 2012-2013 par exemple : visite de la Bibliothèque Nationale de France à Paris, ateliers de formation en relation avec l’exposition « Cartes postales anciennes » à Besançon.

Objectifs

Objectifs scientifiques
Grâce à une double formation aux sciences du langage et de la communication et à leurs méthodes qualitatives et quantitatives, l’étudiant diplômé est à même d’aborder la variété des formes et fonctions des discours dans la vie sociale et de mettre en rapport les dispositifs, les supports et les pratiques de production-réception du sens. Il dispose d’une expertise dans la prise en compte de la matérialité des textes (verbaux, iconiques, plurisémiotiques), des stratégies de communication et de la portée idéologique des discours. Il est particulièrement initié à l’analyse des discours et circuits médiatiques, à la problématique de la médiation et à celle de l’archivage et de l’exploration des corpus à l’ère numérique. Il met en œuvre selon les objets et les objectifs des méthodes d’observation linguistique et sémiotique des discours et des pratiques de communication et d’exploration informatisée des textes et des documents.
Objectifs professionnels
• conduire des projets de recherche, réaliser des études, participer à des activités de formation
(sélectionne la documentation existante, mettre en place une problématique, structurer et analyser des corpus de données, rendre compte de ses travaux par divers moyens de diffusion).
conduire ou assister des projets éditoriaux (collecter les textes, contrôler, vérifier la conformité et la fiabilité, corriger et réécrire, concevoir des supports de présentation).
conduire ou assister des actions de communication y compris dans la promotion publicitaire (réaliser en collaboration avec d’autres professionnels les produits et supports de communication, développer une stratégie de communication adaptée aux publics visés).
conduire ou assister des activités rédactionnelles médiatiques (recueillir et vérifier l’information,mettre en forme et rédiger en fonction du type de média, du support, du genre et du public, animer des discussions).
conduire ou assister des activités de médiation (programmer des manifestations et évènements, dans les champs de l’art, de la culture, du sport, concevoir des dispositifs de médiation, organiser la diffusion, évaluer la réception).

Compétences

L’étudiant diplômé a reçu une formation solide dans les disciplines des sciences du langage (linguistique, pragmatique, sémiotique, rhétorique) des sciences des textes (philologie numérique, archivistique) et des sciences de la communication (analyse des médias, médiations culturelles, dispositifs et processus de communication) . La diversité des approches théoriques, l’attention fine aux contextes sociaux et culturels et à la matérialité des discours (écrits, oraux, iconiques, mixtes) lui permettent de développer à la fois une réflexion critique, une capacité d’analyse et/ou d’élaboration de contenus adaptés aux situations, supports et modalités de la communication contemporaine.

Sur le plan des compétences générales, le titulaire du diplôme est capable, de
– s’adapter rapidement et efficacement à des contextes variés et à des exigences d’analyse et de production de contenus spécifiques
– sélectionner une documentation adaptée en fonction d’une thématique et en rendre compte dans une forme adaptée aux objectifs de la restitution (résumés, synthèses, rapports, confrontation)
– consulter les experts et les personnalités compétentes dans un domaine déterminé
– faire des analyses fines de documents complexes de différentes natures (écrits, oraux, visuels, multi médiatiques) afin d’en dégager le sens, et de les situer par rapport à d’autres documents contemporains ou non
– exploiter les bases de données documentaires avec une bonne connaissance des méthodes de l’ère du numérique
– décrire, interpréter, critiquer des données, et / ou des interprétations de manière constructive
– prendre une distance critique et développer un argumentaire,
– s’exprimer oralement en public pour exposer des raisonnements complexes de façon structurée
– maîtriser les normes de la rédaction académique, scientifique ou professionnelle et mener à bien la production de textes variés tant sur le plan de l’expression que de l’argumentation, de la rhétorique, et de la mise en forme écrite et /ou plurimodale
– travailler en équipe et coordonner un projet, décider et mettre œuvre ses décisions, gérer son rôle dans une hiérarchie de positions de discours et d’autorités
– percevoir et articuler des environnements multi-(pluri)lingues et multi-(pluri)culturels, intégrer la dimension internationale
Plus spécifiquement, le titulaire du diplôme est capable de
– situer et analyser les pratiques contemporaines académiques et professionnelles de l’écriture et de la lecture (ex : actualité des revues, lecture traditionnelle ou électronique, circuits de diffusion des documents écrits et numériques) , dans des domaines linguistiques et culturels différents.
– porter un regard averti sur les discours et les dispositifs de communication dans différentes sphères d’activité sociale
– maîtriser l’analyse et la production de contenus selon les normes en vigueur, dans les domaines journalistique, artistique, culturel, en les adaptant aux supports, aux genres et aux publics
– maîtriser les outils bureautiques
– maîtrise les outils logiciels spécialisés dans l’exploration textuelle, la recherche documentaire, l’établissement des bases de données, l’archivage, l’édition et la valorisation de textes
– maîtriser l’anglais ou une langue vivante étrangère à des fins de communication écrite/orale, de transmission et de traduction

Description du master

 

    La spécialité « Psychologie cognitive et neuropsychologie » a vocation à former des psychologues spécialisés dans la prévention, l’évaluation et la prise en charge des dysfonctionnements cognitifs, qu’ils résultent de lésions cérébrales, de maladies génétiques ou de troubles du développement chez l’enfant et l’adulte.

   Les étudiants formés dans le master recevront une formation étendue dans la connaissance des mécanismes cognitifs (langage, lecture, attention, mémoire, apprentissage…) et leurs dysfonctionnements (troubles du langage, dyslexie, dyscalculie, démences, pathologies psychiatriques, …). Parallèlement, ils seront formés aux outils de diagnostic, avec notamment une formation approfondie aux tests mentaux. La prise en charge de ces particularités sera également abordée.

   L’objectif est l’acquisition des compétences professionnelles théoriques et pratiques, en conformité avec les exigences de la profession (Accès au titre de Psychologue et observance du Code de déontologie des Psychologues). Le stage professionnel (500h) s’impose comme un élément majeur professionnalisant pour la future formation du psychologue.

   La spécialité intègre une « finalité professionnelle » et une « finalité recherche ». La distinction entre « finalité professionnelle » et « finalité recherche » s’opère par l’obligation de suivre l’UE de Méthodologie de la recherche pour les étudiants inscrits dans la filière Recherche. Un stage d’insertion en Laboratoire caractérise également la «finalité recherche ».

   Le module qualifiant du stage en institution pour la finalité professionnelle est couplé avec de l’analyse de la pratique (séances de supervision).

   Les enseignements sont dispensés par des professionnels (70% des enseignements dispensés par des psychologues spécialisés en neuropsychologie, neurologues, orthophonistes, gériatres, psychiatres, neuropédiatres), des enseignants chercheurs (25%)  et des représentants d’associations.

Unités d’enseignements

   

L’année universitaire est organisée sous la forme d’une alternance de périodes de cours et de stages (à chaque semestre: deux mois de cours puis deux mois de stage).

Semestre 1

UE1: Handicap et troubles mentaux : étiologie, descriptions, interventions (24h CM, 24h TD)

UE2: Apprentissage et mémoire (24h CM, 24h TD)

UE3: Neuropsychologie des fonctions executives (24h CM, 24h TD)

UE4: Stage et TER (24 h de supervision de stage, 24 h mémoire)

UE5: Unité transversale (18 h langue vivante, 18h accompagnement au projet professionnel)

UE filière recherche

Semestre 2

 

UE1: Neurosciences affectives (24h CM, 24h TD)

UE2: Vieillissement cognitif (24h CM, 24h TD)

UE3: Approche cognitive et neuropsychologique de la perception et de la motricité (24h CM, 24h TD)

UE4: Langage, lecture et troiubles associés (24h CM, 24h TD)

UE5: Stage et TER (24 h de supervision de stage, 24 h mémoire)

UE filière recherche

Stage (500h minimum)

   Le stage se déroule conformément à l’Arrêté du 19 mai 2006 relatif aux modalités d’organisation et de validation du stage professionnel prévu par le décret n° 90-205 du 22 mars 1990 modifié fixant la liste des diplômes permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue.

   Il s’agit d’un stage d’autonomisation et de pratique avec implication active du stagiaire aux activités du psychologue en institution, suivis de prise en charge, participation et animation de réunions avec les équipes …

  Deux mois sont consacrés au stage lors de chaque semestre. L’étudiant peut choisir d’effectuer tout son stage auprès du même professionnel, lors des deux semestres, ou d’effectuer deux stages différents (un à chaque semestre). En parallèlle, les étudiants bénéficieront de séances de supersivion de stage, assurée par des psychologues spécialisés en neuropsychologie.

                                                   ———-  Débouchés et / ou poursuites d’études———-

    Les secteurs d’activité dans lesquels les diplômés sont susceptibles d’apporter leurs compétences originales et spécifiques sont par exemple :

-Le secteur hospitalier (services de neurologie, neuropédiatrie, neurogériatrie, pédiatrie, psychiatrie…)

-Les établissements spécialisés pour enfants (CMP, CMPP, IME, centre de rééducation fonctionnel…)

-Les établissements spécialisés pour adulte (maison de retraite médicalisées, CAT…)

-Les structures d’accompagnement (SESSD, …)

-L’exercice en libéral

   La poursuite d’étude peut se faire vers un Doctorat en Psychologie. Les lieux d’activité pour le psychologue chercheur peuvent encore être : Organisme public d’études et de recherche (CNRS, INRA…), laboratoires universitaires, services d’études de l’administration publique et des collectivités territoriales, services d’études d’une grande entreprise ou d’organismes professionnels, cabinets d’études et de conseil.

Les organisations ont besoin de gestionnaires susceptibles de comprendre les données de l’environnement, de s’appuyer sur un socle large de connaissances, de langages et de techniques, tout en développant une spécialisation dans un des trois grands domaines de la gestion : gestion des systèmes d’information, gestion des activités ou gestion des ressources humaines.

Le Diplôme Universitaire de Technologie « Gestion des Entreprises et des Administrations » (DUT GEA) répond à cette exigence en proposant un enseignement fondamental en gestion durant les deux premiers semestres, puis un choix d’option pour les semestres 3 et 4 permettant de se spécialiser dans l’un de ces trois domaines :

 

Poursuite d’études

Le DUT GEA offre une solide formation générale et une bonne connaissance des environnements économique, social, juridique et numérique des entreprises et administrations, constituant un socle permettant à l’étudiant d’envisager s’il le souhaite une poursuite d’études. Les parcours spécifiques de modules complémentaires mis en place à partir du semestre 3 favorisent cette préparation et ouvrent les possibilités suivantes :

Les objectifs
Cette spécialité professionnalisante se propose de former des étudiants intéressés par les carrières liées à la vie et à la communication politiques, aux niveaux local et national (assister les élus, rédiger des discours, préparer des réunions et projets, rencontrer les électeurs, orchestrer la communication des élus en lien avec différents types de médias). Au-delà, la formation permet d’acquérir des techniques de rédaction et de communication (aussi bien orale, écrite que numérique), nécessaires en vue d’intégrer les services communication des collectivités (publication de bulletins, newsletters, blogs, forums, débats, événementiel) ou autres structures. Sont ainsi jointes des compétences rédactionnelles et une capacité de réflexion sur les enjeux de la communication et du conseil politique. Pour ce faire, la formation associe l’acquisition de connaissances en histoire culturelle, politique et juridique, en droit, gestion des collectivités territoriales et la maîtrise de techniques de la communication et du journalisme. La formation fait ainsi part à des interventions de professionnels des secteurs politiques et communication (élus, journalistes, personnels de cabinet). Ces compétences sont utilisables dans plusieurs organisations de la société civile (partis politiques, syndicats, associations, ONG), en relation avec des structures publiques. L’apprentissage ou un stage (obligatoire) de longue durée en M2 favorise l’insertion professionnelle.

 

Les métiers envisagés
Métiers envisagés : – métiers de l’administration nationale et territoriale – journalisme – conseiller politique – communicant – chargée de presse et de communication

Les objectifs
La formation Pouvoirs, Cultures et Sociétés (PCS) constitue l’une des spécialités du Master d’Histoire piloté par des enseignants du Collegium Lettres, Langues et Sciences Humaines, avec la participation d’enseignants du Collegium Droit, Économie et Gestion. Appuyée sur le laboratoire POLEN et l’IRAMAT, elle a pour principale ambition de donner une formation de haut niveau disciplinaire et d’initiation à la recherche aux étudiants se destinant à des carrières de chercheur et d’enseignant en Histoire dans l’enseignement supérieur et secondaire. Elle vise ainsi à : • Préparer aux carrières de la recherche et de l’enseignement supérieur et secondaire en Histoire, voire à d’autres carrières professionnelles (métiers du patrimoine, des archives et des bibliothèques) • Approfondir les connaissances acquises en Licence dans des domaines fondamentaux en Histoire politique, culturelle, sociale et économique • Initier au travail en équipe au sein des organismes de recherche, des établissements d’enseignement ou de conservation, par des stages • Apprendre les techniques de la recherche documentaire et bibliographique.
Les métiers envisagés
Cette formation s’adresse en priorité aux étudiants d’histoire, intéressés par la vie politique, l’histoire culturelle et la communication, et qui se destinent aux métiers de l’enseignement, de la recherche, du patrimoine et de la conservation. Ses débouchés professionnels, directs ou indirects, sont les suivants : – Enseignement – Recherche – Patrimoine, Archives, Bibliothèques.
Les métiers : – Enseignant-chercheur dans une université – Enseignant dans le second degré – Chargé de recherche et Directeur de recherche – Ingénieur de recherche ou d’études – Métiers du patrimoine, des archives et des bibliothèques.

 

 

Résumé

Le Master LEA-LAI est une formation approfondie en anglais et en espagnol, dans laquelle l’accent est mis sur les compétences de communication en situation professionnelle internationale, mais aussi sur les connaissances de la civilisation et de l’économie des pays concernés. « Marketing », « Techniques de négociation », « Droit commercial », « Stratégie de l’entreprise », « Gestion des ressources humaines », « Economie » et « Management » (optionnel) constituent le domaine d’application. Hors option (36 heures), les deux tiers du volume horaire (310 heures) de la spécialité sont consacrés aux cours de langues : « Langue des affaires et pratiques professionnelles », « Traduction spécialisée » et « Culture et civilisation ». Le dernier tiers (104 heures) regroupe les matières appliquées.

Les étudiant(e)s intéressés peuvent approfondir, par le choix d’options, leur connaissance du catalan, langue officielle en Catalogne du Sud, en Andorre, au Pays de Valence et aux Baléares. L’originalité de choisir d’effectuer son Master LEA-LAI à l’UPVD tient à la situation géographique, historique, culturelle et politique de la ville de Perpignan qui se situe à la fois dans l’espace catalan et dans l’Eurorégion comprenant le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées ainsi que la Catalogne et les Iles Baléares. La connaissance des réalités culturelle, économique et politique de l’espace catalan et des enjeux économiques de la Catalogne, de l’Eurorégion et de l’espace transfrontalier franco-espagnol constitue un atout. En effet, cette aire constitue un marché potentiel pour les entreprises françaises. Elle est également créatrice d’opportunités professionnelles grâce à son dynamisme économique.

Par ailleurs, la formation comporte deux stages (en S2 et S4) qui assurent la dimension professionnelle de ce Master. Ils permettent aux étudiant(e)s de mettre en pratique les savoirs et le savoir-faire acquis pendant la formation universitaire. Ces stages donnent lieu à la rédaction et à la soutenance d’un rapport.

Objectifs

S’adressant à des étudiant(e)s ayant déjà un très bon niveau en anglais et espagnol, ce Master a pour objectif de former des cadres généralistes capables d’évoluer, notamment grâce à leurs excellentes connaissances en langues étrangères, dans le monde des entreprises et des échanges internationaux. Cette formation permet l’accès à des débouchés professionnels internationaux en général et transfrontaliers en particulier. Elle vise à ce que les diplômés puissent s’adapter aux situations complexes auxquelles ils seront confrontés dans un monde des affaires internationales soumis à la mondialisation. Cette formation permettra aux étudiant(e)s d’acquérir des performances linguistiques exceptionnelles et des connaissances solides dans un nombre important de domaines d’application. Elle les sensibilisera, en outre, à certains enjeux comme le développement durable, l’environnement, le commerce équitable, la dette des pays en développement et la lutte contre la corruption.

Les cours de langues visent un approfondissement maximal des compétences linguistiques, notamment des capacités d’expression. L’accent est mis sur la connaissance des civilisations et des économies des aires culturelles anglophones et hispanophones. Les matières d’application ont pour objectif de permettre aux étudiant(e)s de renforcer leurs compétences dans les domaines économiques, juridiques et des affaires.

De surcroît, pour répondre aux exigences d’une formation tournée vers le monde du travail, des professionnels viennent enrichir de leur expérience et de leurs témoignages les cours dispensés par les enseignant(e)s de langues et de matières d’application.

Savoir-faire et compétences

La formation du Master LEA-LAI permet aux étudiant(e)s d’acquérir les compétences et connaissances suivantes :

Au-delà de l’acquisition de ces connaissances, l’objectif de tous les enseignements est de permettre aux étudiant(e)s de développer des compétences transversales (capacité de réflexion, sens de l’analyse, esprit critique, faculté de synthèse, etc.) qui leur seront nécessaires sur le marché du travail. Pour cela, ils doivent s’investir pleinement dans des travaux personnels et de groupe. Pendant leurs deux stages en entreprise (d’une durée totale de huit mois), les étudiant(e)s mettent en application les compétences et connaissances acquises à l’université. Alliées à la polyvalence de la formation LEA-LAI, ces dernières leur permettront de faire face à des situations professionnelles très diverses.

Résumé

La mention de master « droit de l’immobilier » est proposée sur le site de Narbonne dans le cadre du département Urbanisme et Immobilier implanté depuis de nombreuses années en partenariat avec des professionnels locaux et nationaux.

L’équipe pédagogique est constituée de professeurs et maîtres de conférences des universités et de professionnels de haut niveau, qui sont avocats, experts judiciaires, notaires, urbanistes, cadres nationaux, responsables de bureaux d’études, hauts fonctionnaires, élus…

La formation est dispensée sur le site de Narbonne en formation initiale et à l’École supérieure de l’immobilier (FNAIM) située à Paris en formation par alternance.

Objectifs

Le diplôme a pour objet de donner aux étudiants les connaissances juridiques spécialisées dans les secteurs professionnels liés à la règlementation du foncier, et des qualifications juridiques et managériales essentielles au niveau des méthodes et des concepts spécialisés de la promotion immobilière.

Savoir-faire et compétences

 

Débouchés professionnels

Présentation générale du parcours

Le parcours « Relations Publiques » est constitué d’enseignements de tronc commun, principalement au premier semestre, et d’enseignements spécialisés, au second semestre, en Master 1, puis en Master 2.

Les enseignements de tronc commun, en Master 1 et en Master 2, donnent aux étudiants les moyens de s’approprier les outils conceptuels, méthodologiques et technologiques, nécessaires à l’exercice, en responsabilité, de métiers dont les pratiques sont en mutation permanente. Ils entretiennent les liens entre pratique et théorie, situations professionnelles et recherche fondamentale selon un rapport réciproque dynamique.

Objectifs du parcours Relations Publiques

Le parcours « Relations Publiques » est né, d’une part, comme réponse à la demande de formations spécialisées et spécifiques pour les sites-antenne et, d’autre part, à la demande croissante des organisations, des étudiants aux niveaux local, régional, national et même international, et d’autres publics intéressés par une professionnalisation ciblée aux métiers de la communication. Ce parcours a comme mission la formation des compétences professionnelles dans le domaine des relations publiques en lien étroit avec les milieux professionnels locaux, régionaux, nationaux et internationaux dans les secteurs de la communication sociale et du marketing afin de donner aux étudiants une approche globale du domaine et une bonne compréhension du contexte professionnel. Les cours magistraux seront dispensés par des enseignants-chercheurs qui ont une expérience avérée, nationale et internationale, dans ce domaine. Des intervenants professionnels assureront les TD et tout enseignement qui nécessite de manière directe et même indirecte la mise en situation professionnelle. Les collaborations existantes avec les universités étrangères qui ont l’expérience des formations licence et master en relations publiques depuis des années (Université de Timisoara, Université de Bucarest, Université Babes Bolyai de Cluj) constituent une base solide pour les échanges d’étudiants, d’enseignants, la réalisation des stages à l’étranger, etc.

Le parcours s’attache à tous les champs des relations publiques en conjuguant la théorie et la pratique, les interventions universitaires ainsi que celles des professionnels. Les relations publiques seront abordées dans leurs formes classiques et dans leurs formes évoluées spécifiques au développement des NTIC.

Ce parcours a pour objectif de former les étudiants à travailler dans le domaine des relations publiques dans les institutions publiques (ministères, agglomérations, mairies…), les entreprises, les agences de communication, régies publicitaires, services de communication  ou services commerciaux et d’autres organisations. Le but du parcours consiste à offrir une large compréhension de l’industrie des relations publiques et du rôle de la communication dans la société contemporaine. Le parcours se focalise également sur l’approfondissement des relations publiques classiques et 2.0, du marketing et du branding, du management des relations publiques, de la communication de crise et de la recherche en relations publiques.

Pour la poursuite d’études en doctorat, le parcours accorde une attention particulière à la recherche en R.P et branding dans la perspective de la communication symbolique, notamment dans le cadre de l’EA Corhis, axe communication et transformation sociale.

Modalités d’enseignement

Un stage obligatoire d’une durée de 2 mois doit être réalisé en Master 1, au second semestre.

La formation est offerte en alternance pour tous les parcours en Master 2, et selon différentes modalités : en formation initiale, en formation continue, en contrat d’apprentissage et en contrat de professionnalisation selon un rythme d’alternance identique.

La formation est fondée, en M1 et en M2, sur un tronc commun au premier semestre puis une spécialisation au deuxième semestre. La mutualisation d’un certain nombre d’interventions se fera également lors de séminaires transversaux intéressant plusieurs parcours au second semestre du M2. L’insertion dans les organisations, en stage ou en alternance, apporte les compléments nécessaires à une maîtrise des questions organisationnelles et techniques tout en offrant des objets de réflexion pour le mémoire d’études.

Conditions d’accès

En Master 1

Les étudiants ayant obtenu la licence information communication, à l’université Paul-Valéry Montpellier et à l’antenne Du Guesclin à Béziers, sont admis de droit en Master 1 information Communication de cette même université. Peut par ailleurs postuler en Master 1, tout étudiant venant d’une formation Sciences Humaines, sur validation d’acquis. Un dossier comportant un ensemble de critères est demandé en vue d’être examiné par la commission pédagogique dans les conditions prévues aux articles D613-38 et suivants du code de l’Éducation. Le dossier de candidature sera constitué des justificatifs de diplômes et de niveaux requis et sera accompagné d’une lettre de motivation expliquant le projet, les compétences et les motivations.

Le parcours R.P s’adresse à des étudiants disposant des connaissances solides et vastes en sciences de l’information et de la communication, pouvant justifier de connaissances théoriques et pratiques sur les nouvelles technologies.

Le parcours est ouvert aux candidatures internationales et à tous programmes d’échanges internationaux (Erasmus+, Crepuq, programmes anglophones, etc.).

Compétences attendues en fin de Master 1

Compétences transversales

Compétences spécialisées du parcours R.P

Formation théorique et pratique de cadres moyens dans le domaine du Génie Electrique, polyvalents et adaptables à la rapide évolution de la technologie actuelle.
Cette filière permet :
– L’amélioration des qualifications des personnels salariés dans ce secteur.
– Une intégration rapide dans l’entreprise.
– L’acquisition des connaissances scientifiques et techniques nécessaires aux futurs enseignants de Génie Electrique.
– Aux titulaire d’un BTS ou d’un DUT une insertion dans le cursus EEA classique.

Les diplômés de la LP Electricité Electronique «Systèmes industriels» sont des professionnels des secteurs de l’Electricité, Electronique, Electrotechnique, Automatique, Informatique Industrielle et ENR ; les diplômés de la LP EE SI sont aujourd’hui confrontés à un nécessaire élargissement de leur champ de compétence.

 

Métiers visés

Domoticien Technicien de maintenance

Ce diplôme permettra d’exercer, dans le domaine de l’ingénierie électrique, de l’électronique, de l’informatique industrielle de l’automatique et des énergies renouvelables, les fonctions suivantes – Gestionnaire de projets – Technicien de maintenance – Technico-commercial – Technicien de bureaux d’études – Agent de développement dans les collectivités locales

Compétences visées

Compétences spécifiques

– Concevoir une installation électrique;
– Maintenance d’une installation électrique;
– Concevoir et réaliser un système électronique / électrotechnique;
– Dépanner une carte électronique
– Intervenir dans la maintenance et le dépannage des systèmes de production;
– Concevoir et réaliser l’automatisme d’une tâche;
– Pré-diagnostiquer et argumenter au plan technique et économique des solutions rationnelles en matière d’alternatives énergétiques.

 

Poursuites d’études à l’Université de Corse

Diplôme visant l’insertion professionnelle mais possibilité de poursuivre des études en Master et en Ecoles d’Ingénieurs.
Pour en savoir plus sur les poursuites d’études possibles avec ce diplôme, contactez notre Plateforme d’Orientation et d’Insertion Professionnelle.

Débouchés professionnels

Les diplômés de cette Licence sont des professionnels des secteurs de l’Electricité, Electronique, Electrotechnique, Automatique, Informatique Industrielle et ENR.

L’objectif de la formation

L’objectif du master sciences du management du Campus Fonderie est de former des cadres ayant les compétences requises pour aspirer à des fonctions de responsabilités au sein des structures managériales en entreprise.

Ces compétences  conduisent à :

Les profils issus de cette formation sont ainsi en parfaite harmonie avec les exigences du monde professionnel.

Ces objectifs sont atteints grâce à la composition de l’équipe pédagogique, formée d’universitaires et de professionnels experts reconnus dans leur domaine respectif, associés aux modes d’acquisition des connaissances, enseignements académiques et mise en situation d’entreprise (étude de cas, simulations, stages…).

 Les spécialités du master Sciences du Management

A partir de la 2 ème année , le Master Sciences du management du Campus Fonderie propose une formation avec 3 spécialités  :

La crise actuelle conduit les entreprises de tous secteurs et les organisations publiques à recruter des cadres spécialistes dans ce domaine.
La recherche de compétitivité, l’optimisation des performances opérationnelles, la réduction des coûts, l’amélioration de la performance sociale, et la diminution des financements suscitent des besoins importants de spécialistes du contrôle de gestion et de l’audit.
Le Master CGA vise à former des cadres de haut niveau souhaitant réaliser une carrière en France comme à l’international grâce à des compétences élevées en :

  1. Contrôle de gestion,
  2. Comptabilité,
  3. Système d’information
  4. Et en langues.

La gestion des flux dans l’entreprise nécessite une vision globale des organisations et une étroite collaboration entre les services de l’entreprise, ses fournisseurs et clients, dans un contexte le plus souvent international.
La fonction achat constitue l’interface entre l’entreprise et ses fournisseurs. Elle représente une source essentielle de réductions de coûts de revient et son management nécessite des compétences techniques et relationnelles élevées.
La spécialité Management des Achats et de la Logistique Industrielle forme des spécialistes en gestion de la chaîne logistique et de la fonction achat (supply chain management) dans les entreprises industrielles, ainsi que des responsables de plate-formes logistiques dans des entreprises de service et dans la grande distribution.

La spécialité Management de Projet forme des managers aptes à planifier et piloter des projets industriels, de services ou encore culturels. Le développement de l’organisation par projets dans de nombreuses entreprises et organisations publiques ou privées nécessite en effet des compétences accrues en termes de responsables d’équipes projets.

RÉSUMÉ DE LA FORMATION

Le Master Psychologie parcours Neuropsychologie clinique, évaluation périchirurgicale et réhabilitation cognitive vous permet d’analyser et de prendre en charge   les difficultés cognitives et émotionnelles consécutives à l’apparition d’un dysfonctionnement ou d’une lésion cérébrale d’origine neurologique, développementale  et/ ou psychiatrique.

Dans le cadre de votre activité, vous serez amené-e à diagnostiquer et suivre l’évolution des troubles cognitifs et affectifs et à mettre en place des programmes de  réhabilitation de ces déficits. Il vous sera également possible de réaliser des essais thérapeutiques pour tester l’effet de médicaments ou d’une prise en charge non médicamenteuse sur la cognition et les émotions dans le cadre de recherche clinique en lien avec l’industrie (pharmaceutique, technologique…).

SPÉCIFICITÉS

Ce Master, organisé en 6 semaines de cours et 8 semaines de stage par semestre, donne accès au titre professionnel de psychologue, sous réserve d’avoir acquis précédemment la Licence et le Master 1 de psychologie et d’avoir effectué un stage de 500h encadré par un psychologue référent.

COMPÉTENCES ET SAVOIRS ENSEIGNÉS

 

SECTEURS D’ACTIVITÉ ET MÉTIERS VISÉS

SECTEURS D’ACTIVITÉ

MÉTIERS

Codes des 5 principales fiches ROME associées au master mention Psychologie (communes à l’ensemble des parcours).

Les fiches emploi/métier du Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois (ROME) permettent de mieux connaître les métiers et les compétences qui y sont associées.

POURSUITES D’ÉTUDES

Ce Master intégrant une formation à la recherche, vous pouvez, sous certaines conditions, poursuivre vos études en Doctorat (accès sur dossier).

Objectif général

L’objectif de la Spécialité de Psychologie Clinique en TCC est d’assurer une formation professionnelle poussée dans le domaine de la psychologie clinique à des psychologues pouvant intervenir à différents niveaux institutionnels ou associatifs pour une prise en charge individuelle ou collective sous-tendue par la démarche comportementale et cognitive. La palette d’enseignement très large ainsi que les lieux de stage diversifiés proposés dans le cadre de cette Spécialité permettront aux candidats à la formation d’acquérir de solides compétences dans les stratégies et techniques propres aux TCC et dans la prise en charge comportementale et cognitive de la majorité des grandes pathologies psychiatriques (phobies, troubles anxieux, dépression, psychoses…), ainsi que de la médecine comportementale (insomnie, douleur…). L’initiation aux méthodes de recherche en TCC sera également favorisée  avec un accent particulier sur l’articulation avec les neurosciences et la prise en charge TCC des patients cérébrolésés.

 

Objectifs en termes de connaissances scientifiques

Les orientations scientifiques de la formation visent la connaissance des grands courants actuellement développés au sein de la communauté scientifique dans le domaine des TCC.

Les connaissances acquises au sein de la Spécialité de Psychologie Clinique en TCC viseront à former les futurs psychologues à la démarche cognitivo-comportementale dans le domaine de la psychothérapie. Celle-ci implique non seulement une parfaite connaissance des lois de l’apprentissage, mais également des différentes techniques permettant d’opérationnaliser ces lois. En effet, cette formation permettra aux étudiants d’acquérir une bonne pratique des méthodes et techniques utilisées dans le domaine des TCC : exposition, relaxation, méditation, affirmation de soi pouvant s’appliquer dans des domaines très divers de la psychiatrie et de la psychopathologie. Dans ce cadre, tous les grands syndromes de la nosographie psychiatrique seront abordés au cours de cette formation (troubles anxieux, troubles de l’humeur, psychoses…). Le cursus permettra également d’aborder des prises en charge plus spécifiques mais dont la prévalence est cependant très forte dans la population générale constituant souvent un réel problème de santé publique : addictions, troubles du comportement alimentaire, troubles des comportements sexuels, insomnie, traitement de la douleur…

La plus-value apportée par l’adossement Recherche au Laboratoire de Psychologie des Cognitions, entre autres, permettra en outre à cette formation de s’appuyer sur les compétences locales dans le domaine de la psychologie cognitive et des neurosciences cognitives de façon générale. L’objectif est de développer l’enseignement des connaissances sur l’ancrage des TCC dans le domaine des neurosciences et de la neuropsychologie.

Une place relativement importante sera aussi accordée à la Méditation de Pleine Conscience (MBSR) de plus en plus utilisée dans le cadre des TCC. L’objectif est de découvrir les éléments de base du protocole de réduction du stress basé sur la pleine conscience MBSR et du protocole d’intervention de thérapie cognitive basé sur la pleine conscience MBCT sur le plan théorique et expérientiel à titre personnel

 

Objectifs en termes de compétences professionnelles

Sur le plan des compétences, l’objectif de la Spécialité Psychologie Clinique en TCC vise à :

– Former des psychologues disposant des moyens théoriques, méthodologiques et pratiques leur permettant d’exercer les TCC dans le domaine de la santé, du handicap et de l’éducation.

– Leur faire acquérir la capacité à déterminer les indications, d’établir et de mettre en oeuvre un programme de développement de la thérapeutique et d’en évaluer les résultats.

– Leur transmettre les connaissances nécessaires à la coordination des différents dispositifs d’aides qui peuvent être entrepris dans le cadre de la prise en charge globale des patients et de leur famille.

– Les former à la recherche dans le domaine des TCC dans le but de faire évoluer les concepts théoriques et leur modalité d’application clinique.

– Avoir acquis la compétence d’une expérience débutante pour soi de ce qui est proposé comme éléments d’exercices pratiques formels et informels de méditation aux patients en thérapie cognitive basée sur la pleine conscience, étape préalable indispensable à un éventuel apprentissage ultérieur spécialisé destiné à utiliser le protocole MBCT en thérapie.

DEBOUCHES EN TERMES D’INSERTION PROFESSIONNELLE

Les débouchés professionnels qu’offre la formation en TCC sont actuellement de plus en plus nombreux. Sur le plan tant institutionnel que privé, de nombreux services hospitaliers, instituts médico-psycho-pédagogiques ou cabinets libéraux en association cherchent à recruter des psychologues (et/ou psychiatres) ayant une compétence en TCC.

Les psychothérapeutes issus de cette formation pourront s’intégrer dans des organismes publics ou privés dans différents domaines tels que :

–          la santé mentale (établissements psychiatriques publics et privés, centres d’intervention d’urgence et cellules de crise) grâce à une formation poussée dans le domaine de la prise en charge cognitivo-comportementale des troubles anxieux, du stress post-traumatique, des phobies, des TOC, de la dépression et des troubles psychotiques ;

–          la santé en général (installation en libéral, divers services du secteur hospitalier publique et privé, services de post-cure) dans le cadre de la prise en charge de l’insomnie, de l’alcoolo-dépendance et addictions de façon générale, de la douleur, des troubles liés au vieillissement ;

–          les troubles de l’enfance et de l’adolescence (IMPP, CMPP, pédopsychiatrie) notamment dans la prise en charge des troubles du comportement alimentaire, du TDA/H, de l’éducation, de la prise en charge des familles…

Présentation

La licence professionnelle « management des organisations, option : management de la qualité » vise à proposer aux étudiants titulaires d’une deuxième année validée (120 ECTS), L2, de toutes les composantes du campus (économique, scientifique, juridique, littéraire ou commerciale), aux étudiants titulaires d’un BTS de quelque nature que ce soit, aux titulaires d’un DUT, ainsi qu’aux étudiant ayant validé 120 crédits, une intégration dans le LMD de niveau II à finalité professionnelle.

Sont aussi concernés, les étudiants des autres universités européennes ayant validé au moins 120 crédits.

Objectifs

La vocation de cette licence professionnelle « management des organisations, option : management de la qualité » est de permettre aux étudiants qui l’auront décidé, d’obtenir les moyens d’une insertion immédiate en acquérant les connaissances de base sur le management de l’entreprise en général (économie et gestion de l’entreprise, statistiques…), la maîtrise des outils de la qualité (l’assurance qualité, la certification…), l’apprentissage de langages fondamentaux (anglais, informatique…)

La Mention Droit notarial a pour ambition de former des professionnels de haut niveau souhaitant exercer la profession de notaire.

A titre principal, la formation doit permettre d’exercer une activité professionnelle en qualité de notaire. Mais elle permet aussi, a fortiori, d’accomplir d’autres tâches au sein d’une étude notariale. L’objectif de la formation est à la fois de fournir aux étudiants un solide bagage technique de sorte qu’ils soient immédiatement opérationnels dans une étude notariale, mais aussi de leur permettre d’acquérir une culture générale, une méthode d’analyse, un esprit critique ; gages d’une parfaite intégration et d’une capacité à progresser tout au long de sa vie professionnelle.

Dès le Master 1, la perspective professionnelle a pour conséquence logique de centrer les enseignements sur l’ensemble des matières qui sont traitées par les études notariales : droit des régimes matrimoniaux, droit des successions et libéralités, droit des obligations et des sûretés, droit commercial, droit immobilier, droit international privé.

En Master 2, les disciplines notariales fondamentales sont approfondies. L’obtention du Master 2 permet aux étudiants de préparer le Diplôme supérieur de notariat, lequel, après la validation de 4 semestrialités auprès d’un Centre de formation professionnelle notariale, permet d’exercer en qualité de notaire, de notaire assistant ou de notaire salarié.

 

Débouchés

Débouchés professionnels

 

Secteurs d’activité :
Notariat // Gestion de patrimoine

Métiers :
Notaire individuel, associé, salarié // Collaborateur de notaire // Gestionnaire de patrimoine (banque,
assurance)

Objectifs pédagogiques

La licence professionnelle « Commercialisation des Aliments de Santé » a pour objet de former des cadres Technico-commerciaux de niveau intermédiaire disposant de la double compétence : scientifique et commerciale spécifiques à ces produits. Ces compétences leur permettent d’intervenir sur la maîtrise de la qualité, la négociation et la distribution des Aliments ayant une allégation « santé », « forme » ou « bien être » pour les entreprises agro-alimentaires et pharmaceutiques de la production ou de la distribution.

Admission

Régime d’inscription : Formation initiale, Formation continue

Places : 28

Capacité d’accueil : 28 étudiants.

Le recrutement se fait sur dossier de candidature.

Cette licence est accessible à des étudiants ayant des pré-requis dans les disciplines scientifiques (biologie, biochimie, diététique), ou dans des disciplines de gestion des entreprises (techniques de gestion, techniques commerciales). Ces étudiants seront principalement titulaires de DUT (GB-GC-TC), de BTS et de BTSA (ANABIOTEC-IA-TCPA-AC…) de L2/DEUG et autres titres homologués de niveau III (nutrition…).

Débouchés

  • Chargé d’étude et de développement commercial d’aliments affichant des allégations «santé», «forme» ou «bien-être».

  • Chargé de la communication et de à la mise en place des bonnes pratiques de distribution contribuant à l’assurance qualité des aliments.

  • Responsable des ventes en IAA, en grande distribution, en magasins spécialisés,…..

Organisation

La formation est localisée au département Génie Biologique de l’IUT d’Amiens.

Elle est conduite en partenariat avec trois autres composantes associées :

– le département Techniques de Commercialisation,

– l’UFR de Médecine,

– le LEGTA Le Paraclet.

Elle comprend un volume horaire de 530h de formation (hors projet tuteuré -150h- et hors stage) et se déroule sur 9 mois.

Elle repose sur 5 unités d’enseignements orientés vers la professionnalisation des savoirs. A cet effet, 25% du temps de formation est dédié à la conduite de projet, 14 semaines au stage en entreprise et 30 % des heures d’enseignement assurées par des professionnels.

Objectifs pédagogiques

Cette licence professionnelle s’inscrit dans un contexte d’évolution des métiers de la grande distribution et à pour objectif de former des responsables de rayon ou encore appelés manager de rayon ayant une double compétence commerciale et managériale.

Il s’agit de former de former des personnels sachant gérer un linéaire, accueillir, conseiller les clients, animer un point de vente et gérer les opérations commerciales et événementielles.

Elle a pour objectif de former des responsables de rayon ou encore appelés Managers de rayon ayant une double compétence commerciale et managériale. Il s’agit de former des personnels sachant gérer un linéaire, accueillir, conseiller les clients, animer un point de vente et gérer les opérations commerciales et événementielles. La vente et la relation avec le client constituent le coeur de cible de ce métier auquel se conjuguent des compétences managériales.

Grâce à un partenariat local et national avec les grandes enseignes de la distribution, cette licecne professionnelle se propose de former des personnels compétents qui trouveront facilement un débouché professionnel. Cette intégration est garantie par un stage de longue durée et un solide accompagnement pédagogique, qui permettent à chaque étudiant d’établir une relation de confiance avec l’entreprise et de concrétiser son projet professionnel. Ce préalable ouvre la voie à un recrutement potentiel de qualité puisque ce secteur, certes exigeant, offre de réelles perspectives d’embauches et d’évolution de carrière.

Admission

Régime d’inscription : Formation initiale, Formation continue, Alternance

La licence est accessible sur dossier à télécharger ici

Les décisions du jury d’admission sont visibles sur ce site.

Elle s’adresse aux étudiants titulaires d’un DUT TC, GEA, BTS MUC et NCR et aux étudiants en sciences économiques et de gestion ayant validé leurs 4 premiers semestres de formation.

De façon générale elle concerne les filières tertiaires de niveau bac+2 ou équivalent dont les titulaires souhaitent opérer une orientation dans les carrières commerciales et managériales. De plus, elle se propose d’accueillir les salariés de la grande distribution désirant obtenir un diplôme de niveau II et les demandeurs d’emplois dont l’expérience professionnelle pourra donner lieu à une validation d’acquis.

Débouchés

Dans un environnement économique et commercial en pleine mutation, les métiers évoluent. Le chef de rayon de jadis est devenu en quelques années un véritable manager. Désormais, l’étendue des fonctions qu’il assure lui confère la dénomination de Responsable univers de consommation. Il est en effet capable de mobiliser de multiples compétences dont les dominantes sont commerciales et managériales.

Il apparaît désormais comme l’un des acteurs essentiels de la grande distribution par sa présence déterminante sur le terrain et sa capacité à mobiliser son équipe de vendeurs dans a réalisation des objectifs de l’entreprise.

Les évolutions futures d’un responsable univers de consommation sont en fonction de ses compétences et de sa formation, manager de département ou manager de secteur. Il peut évoluer avec son ancienneté vers les postes de Direction et notamment celui de directeur de magasin.

Organisation

La formation est organisée de septembre à juin :

Volume horaire global étudiant de la formation (hors projet tutoré et hors stage) : 500 h

Volume horaire du projet tutoré (méthodologie et suivi) : 150 h

Durée du stage : 12 semaines

650 h de formation

Objectif

Ce master est organisé autour d’une approche théorique et méthodologique – l’approche ergologique – qui appréhende le travail en tant qu’activité humaine socialisée dans toutes ses dimensions et qui considère qu’aucune intervention envisageable dans ce champ (organisation du travail, relations sociales, performance économique, gestion des compétences, communication, santé et sécurité, conduite du changement, etc.) ne peut se dispenser de faire appel à l’expérience et aux savoirs des travailleurs concernés. Il conjugue, sur la base de cette approche, le souci d’utilité et d’efficacité de l’intervention professionnelle avec les exigences de rigueur et d’ouverture d’esprit de la recherche.

 

Connaissances à acquérir

Les objectifs de la mention en termes de connaissances sont explicités par l’intitulé des principaux enseignements :

Quatre principes assurent l’efficacité de la formation dispensée et en constituent la spécificité.

La pluridisciplinarité, fondée sur les apports des diverses sciences humaines et sociales à la connaissance du travail et leur mise en synergie.

Le dialogue des savoirs, permis par une large participation de professionnels, en formation continue et dans l’équipe enseignante, qui apportent leurs savoirs et leurs expériences, et les mettent en dialogue avec les savoirs académiques des étudiants en formation initiale et des universitaires.

Une logique de professionnalisation qui associe exigence théorique et conceptuelle et ancrage dans les réalités concrètes, dans l’intervention sociale comme dans la recherche.

Une réflexion méthodologique et épistémologique approfondie à partir du questionnement de l’ergologie sur le travail en tant qu’activité humaine.

Compétences visées

A partir d’une vision large et généraliste de la professionnalisation, les compétences visées reposent sur l’idée que les problèmes d’organisation du travail, de gestion des relations sociales, de communication, de sécurité et de prévention, d’insertion et de formation, ne peuvent être envisagés séparément. Répondre à la « demande sociale » sur ces questions nécessite par ailleurs une démarche conceptuelle critique qui ressortit d’une posture de chercheur. De la sorte, le Master mention Ergologie associe étroitement le souci d’efficacité de l’intervention professionnelle et la nécessité de la curiosité et de la rigueur de la recherche.

 

Débouchés professionnels

Ce Master peut ainsi déboucher sur des emplois de chargé d’études, de consultant ou de responsable fonctionnel dans les domaines de l’organisation, de l’aménagement des conditions de travail, de la prévention des risques, ou dans les différents métiers de la gestion des ressources humaines aussi bien que sur la préparation d’un doctorat.

Objectifs :

L’animateur social et socio-culturel a pour fonction de favoriser le développement du lien social et l’expression, d’animer, de gérer, de former et d’écouter.
Ses fonctions les plus fréquentes sont la coordination d’activités socio-culturelles, la gestion d’équipements, l’animation du cadre de vie, la formation permanente et la mise en œuvre de projets s’appuyant sur les ressources des personnes et de l’environnement.

Savoir-faire et Compétences :

 

Poursuite d’études :

Emplois et métiers possibles :

Les étudiants du département Carrières Sociales, futurs travailleurs sociaux, sont appelés à travailler dans des milieux divers en évolution constante et à y promouvoir, par des activités multiples, l’épanouissement des personnes au milieu desquelles ils auront à s’insérer : fonction publique territoriale, secteur associatif, MJC, institutions culturelles (théâtre, musée, …)

 

 

Connaissances à acquérir

La licence Humanités propose une formation résolument interdisciplinaire dans le domaine des sciences humaines. Elle s’adresse à tout étudiant souhaitant acquérir des savoirs et des compétences d’analyse et de synthèse de différents types de documents, ainsi que de rédaction de textes à caractère argumentatif et littéraire. Le développement d’une approche critique de la connaissance est au centre du dispositif d’enseignement, et devrait mettre les étudiants en condition de pouvoir maîtriser aussi des disciplines différentes de celles étudiées dans le domaine plus vaste des sciences humaines et sociales.
Les thèmes abordés par les divers enseignements proposent une vision actualisée des humanités, capable de s’insérer dans le monde contemporain et dans ses enjeux, donnant une flexibilité considérable à la formation pour qu’elle puisse s’adapter à des contextes différents dans le prolongement des apprentissages universitaires ou des formations professionnalisantes.

 

Compétences à acquérir

– Identifier au sein d’un document écrit, d’une image, ou d’un objet les grandes périodes de l’histoire.
– Mobiliser une intelligence critique pour évaluer la diversité de l’approche historique et situer la réflexion au sein des débats historiographiques contemporains.
– Repérer une progression chronologique et une problématique historique et analyser l’information historique dans des documents divers.
– Décrire l’évolution de ces grandes périodes dans le cadre d’une étude, présentation écrite ou orale, analyse de texte ou de document écrit ou iconographique.
– Identifier les éléments d’analyse linguistique, thématique, culturelle permettant de décrire le fonctionnement des systèmes socio-politiques, de l’Antiquité classique au monde contemporain, en s’appuyant sur les liens et évolutions qui existent entre eux.
– Maîtriser les démarches et pratiques disciplinaires et interdisciplinaires pour appréhender la dimension visuelle des objets.
– Se servir des mécanismes de la traduction pour analyser des situations concrètes (document écrit ou communication orale ressortissant des aires culturelles concernées) et des situations linguistiques et/ou culturelles.
– Mobiliser les méthodes et outils de l’analyse littéraire, de la rhétorique, de l’analyse de discours pour étudier des textes et documents écrits.
– Repérer les éléments linguistiques, littéraires, philosophiques et culturels des civilisations actuelles dans leurs relations entre elles et avec les sources classiques.
– Discerner les éléments essentiels d’une culture matérielle dans un cadre chrono culturel.
– Maîtriser les concepts et problématiques scientifiques nécessaires à l’approche d’un site archéologique.

 

Débouchés

– Poursuite des études en master dans les disciplines concernées ;
– Métiers de l’enseignement ;
– Journalisme ;
– Métiers de la documentation publique et privée ;
– Médiation culturelle ;
– Tourisme ;
– Patrimoine ;
– Edition ;
– Concours administratifs.

OBJECTIF DE LA FORMATION

La licence IC-Culture et Médias vise à former les futurs acteurs de la société de communication telle qu’elle a été radicalement transformée dans la dernière décennie. Elle couvre en particulier les domaines médiatique et culturel et convoque une grande diversité de champs disciplinaires – sciences humaines et sociales, langues, lettres, informatique, gestion, droit – en vue de rendre les étudiants aptes à s’employer dans ces secteurs en perpétuelle évolution. Par son ouverture et son adaptation constante aux nouvelles contraintes du monde environnant, cette licence est le préalable nécessaire et adéquat aux masters et aux carrières dans la communication, les médias ou la culture.

 

COMPÉTENCES VISÉES

La compréhension du monde de la culture et des sciences humaines ; une solide connaissance du contexte culturel contemporain et de l’univers médiatique ; la maîtrise des nouvelles technologies en vue de la rédaction d’articles, de la présentation de structures ou d’événements culturels, ou de la constitution de réseaux sociaux.

 

POURSUITES D’ÉTUDES ET DÉBOUCHÉS

La licence IC-Culture et Médias vise à former des étudiants polyvalents, ayant la possibilité de suivre des études en Master ou d’intégrer le marché de l’emploi grâce à une bonne maîtrise des compétences langagières et en s’appuyant sur une solide culture générale. La construction généraliste de cette formation oriente les étudiants vers les grands types d’emploi des services, des équipements ou du monde associatif de la culture, vers les métiers de la communication et ceux des médias.

 

ORGANISATION PÉDAGOGIQUE

La licence comprend trois années, chacune divisée en deux semestres. Elle équilibre les cours magistraux en amphithéâtre et les travaux dirigés en groupes restreints. La spécialisation y est progressive et attentive au niveau initial des étudiants dont la provenance est très diverse. Elle met en place tous les dispositifs de soutien prévus par l’ULCO dont un tutorat aidant les étudiants en difficulté.

Programme

Les 441 heures d’enseignements académiques, que comporte la formation, sont effectuées par alternance : 1 semaine au centre académique à Auxerre (de début octobre à début juillet) pour 3 semaines en entreprise.
La durée du contrat d’alternance passé entre l’étudiant et son entreprise est d’une année complète.
La formation académique est délivrée par l’Université (IUT de Dijon, site d’Auxerre) en partenariat avec la Maison de l’Entreprise – Yonne (AFPI-CFAI).

UE 1 Entreprise dans son environnement (98h)

– Droit du commerce international
– Marketing international
– Enjeux stratégiques contemporains

UE 2 Langues et Cultures (112h)

– Anglais
– Langue vivante 2
– Fondements interculturels
– Communication Commerciale

UE 3 Prospection – Négociation (126h)

– Prospection à l’international
– Négociation à l’international
– Techniques de la vente et des achats à l’international

UE 4 Management (63h)

– Gestion de projets
– Communication comportementale
– E-business
– Management d’équipe
– Intelligence Economique / Veille
– Gestion de projets / Leadership

UE 5 Projet tutoré (140h) et stage (20 semaines en alternance)

 

 

Débouchés

La Licence Professionnelle « Commerce – spécialité : Management des Activités Internationales des PME-PMI » a pour vocation de former de futurs responsables d’encadrement en commerce international pour les PMI et PME, ainsi que pour le management des démarches de progrès au sein de leur entreprise.
L’approfondissement linguistique et les questions interculturelles sont centraux à l’approche commerciale pour permettre l’appréhension de la plupart des situations professionnelles du secteur visé.

Les diplômés contribueront à :
– initier et gérer la politique internationale des PMI PME absente sur les marchés étrangers,
– structurer la politique d’exportation des entreprises sur les marchés internationaux,
– développer les activités internationales des PMI PME déjà présentes à sur les marchés mondiaux.

Métiers visés : Responsable de service export / Responsable de zone géographique / Assistant de service export / Gestion de clientèle export / Technico-commercial export sédentaire / Responsable d’administration des ventes / Collaborateurs des transitaires, des services export, des services achats / Commerciaux export /Responsable de marchés.

 

 

 

Le master Droit social – Gestion des Ressources Humaines (DS-GRH) permet aux étudiants d’acquérir une double compétence combinant l’expertise technique en droit social et la maîtrise des concepts propres aux Ressources humaines afin de répondre aux problématiques actuelles des entreprises telles que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, la prévention des risques psychosociaux ou la promotion de la diversité en entreprise.

Pour atteindre cet objectif, le master 2 DS-GRH propose à ses étudiants une formation scientifique solide ouverte sur le monde professionnel, par la voie du stage en première année (fortement conseillé) puis de l’apprentissage en deuxième année.

 

Savoir-faire et compétences

Savoirs transmis :

– Connaissances théoriques et pratiques à mobiliser

-Techniques de recrutement et de négociations collectives

– Rédaction des contrats de travail

– Règles sur l’information et la consultation des institutions représentatives du personnel et sur l’organisation des élections du personnel

– Règles régissant la négociation des accords collectifs de travail

– Procédés de prévention des conflits individuels et collectifs et de lutte contre les discriminations

– Connaissance de la durée et de l’aménagement du travail

– Techniques de communication

– Techniques de gestion prévisionnelle sur les besoins de main d’oeuvre dans les entreprises

– Gestion de la mobilité internationale des salariés

– Droit du licenciement et autres modes de rupture du contrat de travail

– Droit de la santé au travail.

Savoir-faire techniques et méthodologiques transmis :

– Préparer et coordonner une négociation collective

– Informer et consulter les instances représentatives du personnel

et des syndicats

– Anticiper les besoins en formation et en compétence dans l’entreprise

– Recruter les salariés

– Mener une rupture d’un contrat de travail

– Maîtriser les règles juridiques en droit du travail

– Maîtriser les méthodes de l’analyse et du raisonnement juridique

– Travail en équipe.

 

 

Débouchés professionnels

Secteurs visés :

– Entreprises du secteur privé (PME et grandes entreprises)

– Collectivité territoriale et fonction publique hospitalière

– Administration du travail

– Justice

– Organismes professionnels et syndicats

– Conseil en ressources humaines et expertise en droit social.

 

Métiers visés :

– Juriste d’entreprise en droit social

– Responsable des Ressources humaines dans une collectivité territoriale

– Responsable ou assistant spécialisé en formation, recrutement, gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, etc.

– Avocat spécialisé en droit social (après le concours du CRFPA)

– Inspecteur du travail ou contrôleur du travail (après concours)

– Auditeur social

Codes ROME

K1502 Contrôle et inspection des affaires sociales

K1903 Défense et conseil juridique

M1501 Assistant en ressources humaines.

Formation initiale, formation continue, contrat de professionnalisation

Le professionnel de l’Intervention Sociale construit des interventions collectives à partir des besoins des publics. Il met en œuvre une démarche de diagnostic et d’analyse de problématiques sociales à partir desquelles il élabore des projets, des dispositifs, des activités. Il en assure la réalisation, l’animation avec une fonction de coordination tout en développant le réseau de partenaires.

Le Parcours « Education familiale et Implication dans la Cité » renforce les connaissances liées aux publics et à leur mobilisation. Il forme des professionnels capables de développer, à chacune des étapes du cycle de vie familiale, la capacité des familles et de leurs membres à agir en autonomie et à élargir leur rayon d’action via leur implication dans la cité.

 

puce Enseignements

TRONC COMMUN

Semestre 5

Intervention Sociale et Grands enjeux sociétaux > Intervention sociale, éducation populaire et éducation familiale ? L’évolution des publics et de leurs besoins

Conduite de Projets > Etude d’opportunité et de faisabilité

Anglais Professionnel et TIC > Anglais professionnel ? Multimédias Pratiques professionnelles – Projet tutoré

Semestre 6

Analyse des champs professionnels > Les métiers de l’intervention sociale

Pratiques professionnelles – stage > stage ? analyse de la pratique ? construction de projets professionnels

Parcours Education Familiale et Implication dans la Cité

Faire famille aujourd’hui > Familles et éducation familiale

Université des familles : démarche de recherche appliquée en Education Familiale

Quels citoyens pour demain ? > Familles et acteurs éducatifs ? Implication citoyenne

Apprendre et agir ensemble > Techniques d’intervention ? Partenariats et réseaux

 

puce Public visé

• Titulaires d’une qualification de niveau III (DUT, BTS…) ayant une expérience dans le domaine de l’intervention sociale,

• L2 ou supérieur en sciences humaines et sociales,

• Salariés ou demandeurs d’emploi relevant de la formation continue pour lesquels la validation des acquis est possible.

• Possibilité de suivre la formation en contrat de professionnalisation.

 

puce Insertion professionnelle

? Agent de développement social local

? Animateur, coordinateur de secteurs (jeunesse, petite- enfance, enfance, familles), responsable d’activités périscolaire

? Animateur, coordinateur de dispositifs auprès d’un public famille (RAM, LAEP , PRE …)

? Animateur, coordinateur d’un Réseau d’Ecoute, d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAAP)

? Animateur technique en action sociale

? Référent famille

? Conseiller technique en action sociale (spécialités : parentalité, vie sociale, logement, petit enfance, jeunesse, temps libre)

? Animateur coordonnateur auprès de publics spécifiques en institutions (Ehpad, IME, ESAT…), en structures associatives (APF, office, demandeur d’asile…)

? Conseiller d’insertion

? Conseiller, coordinateur en gérontologie

? Responsable de secteur, aide à domicile

? Chargé de projets, chargé de missions : animation territoriale en santé (personnes âgées), animation territoriale petite enfance et enfance

? Chargé d’intervention sociale

? Directeur de structures sociales et culturelles (CSSC, Maison de quartiers…)

? Mandataire judiciaire à la protection des majeurs (sous réserve d’une formation complémentaire)

:: Description de la formation :

Ce Master, pluridisciplinaire aborde tous les aspects de la gestion territoriale, de la connaissance et de la restauration des milieux aquatiques continentaux, et de la valorisation de ces espaces. Il a vocation de former des spécialistes qui sauront aborder de façon globale la gestion des hydrosystèmes continentaux. C’est une réponse en terme de formation à une démarche collective plus globale s’appuyant sur la DCE 2000/60/CEE et de la LEMA 2007 qui impose une prise en compte transversale des problèmes de l’eau au sein d’entités spatiales fonctionnelles et cohérentes.

Elaborer des projets, savoir les dimensionner, des plans de gestion (SAGE, Contrats de rivières, Plans pluriannuels d’entretien…), en évaluer la cohérence vis-à-vis des cadres législatifs, économiques et sociaux tout en tenant compte des impératifs environnementaux, animer des équipes de travail, savoir mobiliser et gérer les capitaux qui sont nécessaires à la conduite de ces projets, tels sont les objectifs professionnalisant de ce master.

 

:: Poursuites d’études et débouchés :

Dotée d’un double dispositif professionnalisant, la formation permet également de former à la recherche qu’elle soit fondamentale ou appliquée en préparant au doctorat :

– ED483 « Sciences Sociales »,

– ED341 « Evolution, Ecosystèmes, Microbiologie, Modélisation » (E2M2)

– ED 488, « Sciences, Ingénierie, Santé »  (SIS)

 

Types d’emplois accessibles (secteurs public et privé)

Chargé de missions, chargé d’études, ingénieur environnement, chargé de recherche, chercheur en environnement, consultant indépendant, agent de développement, animateur ou coordinateur scientifique, technicien de rivière, animateur territorial…

Types d’employeurs

Conseils régionaux ou généraux, Structures Intercommunales, Parcs Naturels Régionaux, Parcs Nationaux, bureaux d’études, cabinets d’expertises ou de conseil, DREAL, DDT, ONF, CREN, Agences de l’Eau, VNF, Réserves Naturelles, CNRS, IRSTEA, CNR, ONEMA, EPTB, Fédérations de Pêche…

 

:: Liste des Parcours :

Connaissance, gestion, mise en valeur des espaces aquatiques continentaux Ingénierie de la restauration des milieux et de la ressource en eau

L’ensemble de la formation s’appuie sur plusieurs UMR et laboratoires de site (à l’échelle de l’Université de Lyon) :

– UMR5600 Environnement, Ville, Société (tutelles : Lyon 3, Lyon 2, ENTPE, ENSLyon, INSA, Ecole des Mines et Univ. Fourier de St. Etienne) ;

– UMR5023 Laboratoire d’Ecologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés (Tutelles : Lyon 1, ENTPE, INRA, ISARALyon) ;

– LGCIE Laboratoire de Génie Civil et Ingénierie Environnementale (EA 4126 – INSA de Lyon) –

– Institut du Droit de l’Environnement (EA 666 – Lyon 3)

Par ailleurs des structures fédératives comme la ZA Bassin du Rhône, l’OTHU, le GRAIE, l’OHM Vallée du Rhône auxquels appartiennent les enseignants chercheurs et chercheurs enseignants dans la formation sont autant de structures d’appui opérationnelles.

L’ensemble de la formation DUT comporte 1800 heures de cours , travaux dirigés et travaux pratiques (TP), 300 heures de projet tuteuré et au moins 10 semaines de stage en entreprise.

La durée de la formation est de quatre semestres, chacun étant doté de 30 crédits européens (ECTS). Dans chaque semestre, l’enseignement est organisé en deux unités d’enseignement (UE) : Chimie et Technologie (UE1), Formation Générale et Scientifique (UE2).

Chaque UE est constituée de modules dont 85 % correspondant au cœur de compétence et des modules de complément permettant à l’étudiant une insertion professionnelle immédiate (IPI), une poursuite d’études courte en Licence Professionnelle (LP) ou une poursuite d’études longues (PE) en Licence, Masters ou Ecoles d’Ingénieurs.

Ainsi, pour le semestre 4, les étudiants devront choisir une voie d’orientation parmi les 2 proposées : IP/LP et PE. Les enseignements de ce semestre comportent un tronc commun aux deux options ainsi que des enseignements particuliers à chaque option.

 

Contenu

Horaire

Semestre 1

 

Chimie et technologie : découverte (environ 225h)

Chimie en solution

TP chimie générale : techniques de base 1

Atomistique et liaisons chimiques

Chimie organique : concepts généraux

TP chimie organique : techniques purification

Hygiène-Sécurité-Environnement

Génie Chimique : mécanique des fluides

TP Génie chimique : mécanique des fluides

38h

28h

30h

32h

40h

14h

27h

14h

Formation générale et Scientifique (environ 170h)

Expression et communication

Langue vivante : Anglais

Projet tutoré

Projet Personnel Professionnel

Electricité

TP électricité

Mathématiques

Bureautique

24h

28h

4h

11h

38h

21h

27h

18h

Semestre 2

 

Chimie et technologie : approfondissement (environ 295h)

Thermodynamique et cinétique chimique

TP chimie générale : techniques de base 2

Chimie inorganique 

TP chimie inorganique

Chimie organique : fonctions 1

TP chimie organique : initiation synthèse

Génie Chimique : transferts thermiques

TP Génie chimique : transferts thermiques

Chimie analytique : méthodes séparatives

48h

40h

28h

28h

32h

40h

27h

14h

37h

Formation générale et Scientifique (environ 150h)

Expression et communication

Langue vivante : Anglais

Projet tuteuré

Projet Personnel Professionnel

Optique

TP optique

Mathématiques

Perfectionnement bureautique et programmation

24h

28h

 

6h

27h

21h

27h

18h

Semestre 3

 

Chimie et technologie : perfectionnement (environ 290h)

Chimie analytique : méthodes séparatives

TP chimie analytique :  techniques instrumentales 1

Chimie inorganique : solides et matériaux

TP chimie inorganique : solides et matériaux

Chimie organique : fonctions 2

TP chimie organique : synthèses

Génie Chimique : opérations unitaires

TP Génie chimique : opérations unitaires

39h

36h

27h

50h

35h

32h

30h

40h

Formation générale et Scientifique (environ 140h)

Expression et communication

Langue vivante : Anglais

Projet tuteuré

Projet Personnel Professionnel

Electricité

TP électricité

Mathématiques

Statistiques

21h

29h

 

18h

15h

18h

20h

20h

Semestre 4

 

Chimie et technologie : expertise (environ 175h)

Chimie analytique : techniques spectrométriques

TP chimie analytique : techniques instrumentales 2

Matériaux et applications industrielles

Chimie organique industrielle – chimie verte

TP chimie organique : synthèses multi-étapes

Génie Chimique : réacteur – régulation

TP Génie chimique : réacteur – régulation

19h

36h

26h

20h

30h

24h

22h

Formation générale et Scientifique (environ 130h)

Expression et communication

Langue vivante : Anglais

Projet tuteuré

Electronique

TP électronique

Chimiométrie – qualité – secourisme

Module orientation (IPI / PE)

12h

22h

 

13h

18h

22h

40h

Stage

Stage professionnel

10 semaines minimum

Présentation

Cette licence professionnelle répond à une forte demande des entreprises du secteur bancaire et de l’assurance souhaitant recruter des diplômés ayant une double compétence, commerciale et technique. Les métiers visés sont principalement des postes de technico-commerciaux aux métiers de chargé de clientèle, particuliers et professionnels, de conseiller en assurance, attaché commercial ou conseiller financier.

La licence professionnelle a pour vocation de former des technico-commerciaux aux métiers de chargé de clientèle (particuliers ou professionnels), conseiller en assurance, attaché commercial, conseiller financier.

 

Programme

 

Secteurs d’activité

Compte tenu de l’actuelle pyramide des âges, les secteurs de l’assurance, de la banque et de la finance seront amenés à embaucher de nombreux collaborateurs diplômés à bac + 3 dans les années à venir.

Cette formation managériale (ouverte en formation initiale et en formation continue) forme des cadres capables :
–    d’intégrer les nouvelles technologies de l’information et de communication dans la stratégie commerciale de l’entreprise et les enjeux de l’économie numérique mondialisée
–    de concevoir, développer, planifier et gérer les projets commerciaux ou de création de services en ligne (e-commerce),
–    de manager une équipe pluridisciplinaire impliquée dans des projets de commerce électronique en facilitant la réalisation d’objectifs tant qualitatifs que quantitatifs
–    d’étudier l’ensemble des aspects managériaux et techniques liés à l’utilisation des TIC en tenant compte d’une approche responsable et durable et d’un cadre légal conforme et pertinent.

 

Débouchés possibles

Les métiers visés sont repérables dans les fiches ROME dont les plus proches sont en priorité

E1101 – Animation de site multimédia
E1402 – Élaboration de plan média

Le master complète ce type de profils :

M1801 – Administration de systèmes d’information

M1802 – Conseil et maîtrise d’ouvrage en systèmes d’information

M1803 : Direction des systèmes d’information

 

 

Le Master 2 Commerce Electronique s’organise autour de 7 UE (unités d’enseignements) comportant plus de 400 heures de cours et représentant 60 ECTS).

 

 

S3 UE1 : Introduction à l’économie numérique
(unité mutualisée avec le M2 Droit de l’Economie Numérique)  – 72 h

 

 

S3 UE 2 : Enjeux et cadre juridiques du commerce électronique et de l’Internet – 48 h  (cette unité s’adresse à des non juristes en priorité)

 

 

S3 UE 3 : Plateforme et services E business  1 : 54 heures

 

 

S3 UE 4 : Plateforme et services E business  2  – 48 h

 

 

S3 UE 5 : Marketing Management – 48 heures

 

 

S4 UE 1 : Cybermarketing – 54 heures

 

 

S4 UE2 Insertion professionnelle  : Projet ETENA
(« Étudiants entreprenants en Alsace »)
Unité mutualisée avec le M2 droit de l’Economie numérique  – 102 h

ETENA 1 : Gestion de projet TIC, communication de projet TIC et veille technologique
ETENA 1 : Approche juridique de l’entreprise
ETENA 1 : Stratégie, business plan, plan de financement, positionnement d’entreprises

 

ETENA 2 : Gestion de projet
ETENA 2 : Plan média
ETENA 2 : Intelligence économique et veille technologique
ETENA 2 : Encadrement de la pratique juridique du Web 2.0

 

Projet en groupe avec usage des outils collaboratifs comme :

Anglais glossaire des termes techniques du numérique
Anglais de l’économie numérique

Semaine internationale :

La semaine internationale, est un module pluridisciplinaire permettant aux étudiants des M2 AES de la Faculté de Droit de l’Université de Strasbourg de développer leurs compétences tant en anglais qu’en gestion de projet ou encore en développement personnel.

Encadrés par des universitaires et professionnels français, allemands et anglais, les participants suivront tout au long de la journée des ateliers pratiques, des conférences et des séances de travaux de groupe. L’expression anglaise sera de rigueur ainsi que la collaboration et le partage.

Les principaux thèmes abordés seront l’innovation, l’entrepreneuriat, le numérique, le développement durable et l’achat équitable.

Le Master « Théâtre et patrimoine : textes, théories et représentations » de l’Université d’Avignon est un Master pluridisciplinaire qui est spécialisé dans l’étude du théâtre européen de l’Antiquité au XXIe siècle. Il est centré sur le texte théâtral. Il propose également une réflexion sur le passage à la scène et sur les rapports entre le théâtre, le roman et la poésie.

 

Objectifs de la formation

Le master est conçu pour donner aux étudiants les outils et les connaissances indispensables à un travail de recherche dans le domaine du théâtre.

Compétences visées

Esprit de synthèse et d’analyse ; connaissance du patrimoine théâtral français et européen ; connaissance des grands textes dramatiques, de l’Antiquité au XXIe siècle.

 

Fonctions et métiers

Enseignement
Recherche
Traduction
Métiers du spectacle (metteur en scène, animateur culturel, directeur de théâtre ou de compagnie – surtitreur)
Ecrivain dramaturge
Documentaliste, bibliothécaire
Médiateur culturel
Journalisme
Edition

 

 

Objectifs

Ce M2 apporte une spécialisation juridique dans le domaine des médias et de la communication, concernant l’ensemble des secteurs, de la communication audiovisuelle à la communication électronique, du droit de la presse écrite au droit du cinéma, du droit de la propriété intellectuelle au droit des contrats…

Les débouchés possibles sont tous les métiers du droit dans les secteurs visés (conseils, contentieux, élaboration des contrats, organismes de régulation…).
L’emploi concerne l’ensemble des entreprises publiques et privées du secteur de la communication, les collectivités territoriales et de nombreux organismes confrontés aux problématiques en cause.
L’expérience atteste d’une insertion professionnelle réussie dans la presse écrite, le secteur de l’audiovisuel – producteurs, diffuseurs … -, les sociétés d’auteurs, les télécoms et les services multimédias des grandes entreprises (opérateurs de télécommunications, du câble, de l’Internet…).

Si nombre de lauréats du DEA des années passées exercent des fonctions de responsabilité au niveau des directions juridiques et contentieuses des grands opérateurs des différents secteurs de la communication, il n’en reste pas moins que chaque année, plusieurs thèses en droit de la communication sont soutenues. Il est même assez significatif que trois des enseignants du Master soient d’anciens étudiants du DEA.

 

 

Organisation générale des études

SEMESTRE 1 – 40 crédits

UE1 – Enseignements fondamentaux – 110h – 25 crédits
– Droit de la propriété littéraire et artistique – 20h
– Droit de la communication audiovisuelle – 25h
– Droit de la presse écrite – 20h
– Droit du cinéma – 20h
– Droit de la communication électronique – 25h

UE2 – Enseignements complémentaires – 130h – 15 crédits
– Droit international économique – 15h
– Droit de la concurrence – 15h
– Droit communautaire – 15h
– Droit de la culture – 25h
– Droit à l’image – 25h
– Droit et pratiques de la régulation des activités économiques – 10h
– Méthodologie des contrats – 10h
– Droit de l’informatique et de l’Internet- 15h

SEMESTRE 2 – 60 crédits

UE3 – 20 crédits
Choix n°1 : voie professionnelle :
– Initiation technique au projet professionnel – 20h
– Stage : l’étudiant doit effectuer un stage de 3 mois minimum donnant lieu à la rédaction d’un rapport de stage. Il réalise aussi un projet professionnel qu’il soutient devant un jury.
Choix n°2 : voie recherche :
– Séminaire méthodologique – 15h
– Rédaction d’un mémoire de recherche donnant lieu à une soutenance.

Débouchés professionnels

Les débouchés possibles sont tous les métiers du droit dans les secteurs visés (conseils, contentieux, élaboration des contrats, organismes de régulation…).

Le Master Civilisation Histoire Patrimoine et Sources de l’Université de Poitiers s’articule autour de 4 disciplines : Histoire, Histoire de l’art, Archéologie, Musicologie. Il se décline en 4 spécialités :

Civilisation antique et médiévale :

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1re année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.
Ce Master est ouvert également aux étudiants de la Faculté des Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.
Mondes modernes et contemporains

La spécialité Mondes modernes et contemporains est un master recherche qui regroupe des étudiants d’histoire, d’histoire de l’art et de musicologie.
Il s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.

L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1re année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.
Patrimoines, musées et multimédia

La spécialité Patrimoines, Musées et Multimédia est un master ouvert en 2e année seulement.
Musique : Recherche et pratiques d’ensemble

La spécialité Musique : Recherche et pratiques d’ensemble est un nouveau master qui s’adresse aux étudiants désireux d’associer un parcours de musicien interprète à une formation à la recherche.
Il s’articule en deux années et propose 2 domaines d’études différents :

Orchestre classique et romantique
Abbaye aux Dames de Saintes

Musique ancienne
Centre d’études supérieures musique et danse

 

Toutes les spécialités comportent une initiation à la recherche en Master 1. En Master 2, chaque étudiant oriente son parcours en fonction de la spécialité choisie.

 

Objectifs

L’objectif est double :

D’une part ouvrir des possibilités d’accès aux emplois contractuels et à la fonction publique de l’Etat, des collectivités territoriales et des hôpitaux (catégories A et B).

D’autre part, grâce à des bases solides, permettre également l’accès aux masters du domaine droit, économie gestion, en particulier en droit public, administration publique, management public, politiques publiques, etc.

Pour qui ?

Conditions d’admission

L’accès en licence 1 est ouvert aux titulaires du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent (DAEU, Capacité en Droit).

L’accès en licence 2 et 3 est de droit pour les étudiants inscrits dans la mention. Il est subordonné à l’accord de l’équipe pédagogique pour les étudiants issus d’une autre filière.

Et après ?

Poursuite d’études

Débouchés

Objectifs

L’objectif fondamental est de mobiliser systématiquement les étudiant-e-s autour de travaux, visant, d’une part, l’appropriation des outils épistémologiques, théoriques et méthodologiques et, d’autre part, l’accès à une réflexivité, dans des dispositifs pédagogiques encadrés.

La formation est porteuse d’une approche innovante dans la formation des étudiants et privilégie :

Des conférences internationales complètent l’offre en enseignements spécialisés.

 

 

Les savoirs

  • Connaître l’épistémologie de la géographie, tant française qu’étrangère-notamment anglophone-rapportée à l’articulation de la discontinuité et de la territorialité dans l’approche culturelle (mise à niveau éventuelle et/ou approfondissement).
  • connaître les théories et concepts de la géographie actuelle dans le champ des sciences sociales.
  • connaître les approches thématiques et théoriques de la discontinuité spatiale et spatio-temporelle, dans ses dimensions politiques, socio-culturelles et environnementales.
  • approfondir ses connaissances des langues étrangères assurant l’appréhension via les corpus ad hoc, des dimensions épistémologiques, théoriques et méthodologiques de la géographie la plus contemporaine: allemand, anglais, espagnol, néerlandais,etc.

 

Présentation

La spécialisation en « droit du numérique » va de la maîtrise des technologies de l’information et de la communication à la capacité, sur le plan juridique, de prendre en charge les problématiques de faisabilité juridique des montages innovants. Elle trouve des applications dans toutes les branches du droit (qu’il s’agisse de dématérialisation des procédures , signature électronique, criminalité informatique, confidentialité, saisie en ligne, preuve, protection des données personnelles ou constitution de site), dans tous les métiers qui recrutent des juristes formés à celles-ci (avocats, notaires, huissiers, conseils, vente à distance, etc..) mais également de l’assistance en entreprise à toutes les branches « Recherche innovation ».. La mise en place de l’administration électronique (dématérialisation des marchés publics, du contrôle de la légalité, forums de discussion, cartes de vie quotidienne..) entraîne une demande spécifique de la part de l’administration de l’Etat et des collectivités territoriales. Le recours au numérique conduit à la création  de nouveaux métiers (correspondants Informatique et Libertés, modérateurs de sites publics, rédacteurs de contrats informatiques, services d’imageries médicales, droit et télé-médecine), mais aussi à un développement nouveau des fonctions  d’assistance juridique à la réalisation de projets de recherche et d’innovation (problématiques de la Privacy by Design, du Data Mining, de conformité aux lois informatiques et liberté, Loppsi2, transferts transnationaux de données, sécurité, conflits de lois, etc..) que ne maîtrisent pas toujours les structures juridiques traditionnelles.

 

Objectifs

Évoluer, développer et promouvoir les capacités de synthèse, capacités rédactionnelles des étudiants sélectionnés – les amener à maîtriser des techniques de recherche et leur application aux exigences du milieu professionnel concerné par l’usage des TIC ; étude de faisabilité juridique, conformité CNIL. L’ambition fondamentale de la formation tend à former des généralistes aptes à s’adapter aux contraintes professionnelles des différents métiers ayant recours aux technologies de l’information et de la communication et aux usages numériques dans leur dimension juridique.

Compétences acquises

La formation tend à mettre l’accent sur l’obtention et au développement des: – connaissances du droit du numérique validées par le certificat complémentaire du C2I niveau 2 « métiers du droit ». – connaissance de l’anglais, de l’espagnol (le M2 se développe en un double master franco-espagnol qui mène les étudiants sélectionnés à passer un semestre à l’université de Murcie où ils préparent en même temps le master Bio Droit de cette université). – aptitude à développer l’étude de faisabilité juridique de projets industriels – à la détermination des verrous juridiques  et des moyens d’assurer la conformité au droit. – assurer le traitement juridique des dossiers internationaux – définir des politiques juridiques (e-commerce, e-health, protection des données, sécurité…).

Poursuite d’études

M1 Droit du numérique : débouchés privilégiés vers le M2 Droit du cyberespace: Technologies et innovation numérique (DCTIN).Le M2 indifférencié peut amener en fonction des résultats obtenus à une labellisation  « professionnel » ou « recherche » (susceptible de conduire à des études de doctorat).

Insertion professionnelle

Métiers visés d’une manière générale: – tous le métiers du droit traditionnels (publics ou privés) confrontés à l’irruption du numérique dans le développement de leurs activités (habitats intelligents, médecine personnalisée, dématérialisation des actes juridiques..) – organisateur des systèmes d’informations – gestion de la sécurité des données d’e-Santé (sécu, carte vitale, DMP) – responsable des sites des collectivités territoriales (démocratie locale, guichet unique, etc…).
  • Berlin, Berlin : une comédie virevoltante des deux côtés du mur! - 11 octobre 2022

    C’est la nouvelle comédie de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleras, déjà récompensée (2 Molières meilleure comédie 2022), aussi rythmée et burlesque que leurs précédentes pièces comme « t’es à la menthe ou thé citron ». C’est le talentueux José Paul qui assure la mise en scène. Berlin Est. Emma et Ludwig veulent s’enfuir et passer à l’Ouest. […]

    >> Lire la suite

  • BÉRÉNICE de Jean Racine à la Scala Paris - 28 septembre 2022

    La tragédie de Racine est proposée dans une mise en scène de  Muriel Mayette-Holtz, telle que créée au Théâtre National de Nice la saison dernière. Avec Carole Bouquet dans le rôle de Bérénice,  Frédéric De Goldfiem dans celui de Titus et   Jacky Ido dans celui d’Anthiochus. Titus et Bérénice sont amoureux de longue date. Titus […]

    >> Lire la suite

  • pandémie

    Pandémie : prendre soin de soi malgré les circonstances - 10 janvier 2022

    A l’aube d’un cinquième confinement, il est important de savoir prendre du recul, et ne pas s’oublier. En effet, la pandémie de la Covid-19 a eu de nombreuses conséquences sur nos vies. Il est donc important de prendre soin de soi, pour supporter au mieux la situation ! Alors que tout le monde attend la […]

    >> Lire la suite

  • Parcoursup

    Parcoursup : c’est l’heure des inscriptions ! - 20 janvier 2021

    Bien que la plateforme soit accessible depuis le mois de décembre dernier, c’est aujourd’hui que les choses sérieuses commencent : la phase d’inscription Parcoursup est lancée, et se déroulera jusqu’au 8 avril prochain. Ça y est, nous y sommes : l’heure des inscriptions a sonné, et vous avez jusqu’au 8 avril pour compléter votre dossier. Si tout […]

    >> Lire la suite

  • recettes de pâtes

    Recettes de pâtes : comment varier les plaisirs ? - 13 janvier 2021

    Les pâtes, c’est la vie. Surtout quand on est étudiant ! Mais à toujours les cuisiner de la même façon, on finit par se lasser. Afin de savourer chacun de vos repas, voici donc 4 recettes de pâtes à tester absolument ! Vous ne serez pas déçus. Cette année, vous avez pris comme résolution de cuisiner davantage […]

    >> Lire la suite

  • bonnes résolutions

    Les meilleures résolutions à prendre en 2021 - 6 janvier 2021

    Chaque année, vous n’y coupez pas ! Fin décembre ou début janvier, vous devez y passer et dresser la liste de vos bonnes résolutions. L’année précédente ayant été plus que particulière, voici quelques idées pour prendre les meilleures résolutions qui soient pour l’année 2021. Coutume de la civilisation occidentale, les bonnes résolutions consistent à prendre un […]

    >> Lire la suite

  • thym

    Le thym : un allié à ne pas négliger ! - 18 décembre 2020

    Bien qu’il soit arrivé tardivement, l’hiver est bel est bien présent. Et, comme tous les ans, il a amené avec lui toute une panoplie de maladies… Il existe heureusement des trucs et astuces pour passer au travers, et le thym en fait partie. Explications ! Bien que la covid-19 soit le centre des conversations, les autres […]

    >> Lire la suite

  • économiser pendant les fêtes

    Budget : comment économiser pendant les fêtes ? - 15 décembre 2020

    Noël est bientôt là, et il ne vous reste que peu de temps pour trouver vos cadeaux. Problème, vous avez un budget limité. Solution : nos conseils pour économiser pendant les fêtes ! Suivez le guide… Il n’est pas toujours facile de faire de beaux cadeaux quand on a un budget serré. Sauf si vous mettez en […]

    >> Lire la suite

  • pain d'épices maison

    Pain d’épices maison : la recette facile - 3 décembre 2020

    Bien que la situation soit un peu particulière, ça commence à sentir Noël un peu partout. Et à l’approche du jour J, vous aimeriez vous mettre un peu plus dans l’ambiance. Pour cela, rien de tel que de se mettre aux fourneaux pour préparer un délicieux pain d’épices maison ! En cette période, rien de tel […]

    >> Lire la suite

  • cours à distance

    Cours à distance : prendre soin de son corps - 25 novembre 2020

    S’il n’est pas facile de travailler de chez soi, ça l’est encore moins pour notre corps qui a tendance à s’avachir sur la chaise ou le canapé au fil de la journée. Afin de vous soulager, voici donc quelques exercices faciles à réaliser, pour que les cours à distance ne deviennent pas un calvaire ! Que […]

    >> Lire la suite

  • survivre au confinement

    Survivre au confinement dans un petit espace - 18 novembre 2020

    En ce moment, tout le monde trouve le temps long. Et c’est encore plus vrai quand on est confiné dans un petit appartement ou un studio. Afin de vous aider à survivre au confinement, voici donc quelques astuces pour rendre votre petit espace plus vivable. Pas facile d’être confiné, encore moins dans un tout petit […]

    >> Lire la suite

  • activités pendant le confinement

    Confinement : les activités créatives pour s’occuper - 12 novembre 2020

    Voilà maintenant plus de deux semaines que nous sommes de nouveau confinés chez nous. Et pour certains, le temps commence à être long ! Nous vous avons donc sélectionné plusieurs activités créatives pour vous occuper pendant ce second confinement. Rien de tel que de se retrouver enfermé(e) chez soi pour tester de nouvelles activités ! Après tout, […]

    >> Lire la suite

  • shampoing solide

    Shampoing solide : comment le faire soi-même ? - 9 novembre 2020

    Facile, rapide et pas chère, la recette du shampoing solide est à la portée de tous. Pourquoi ne pas mettre votre temps libre à profit pour vous lancer ? De quoi prendre un peu plus soin de vous et de la planète, tout en respectant votre budget serré ! Et si vous profitiez de ce second confinement […]

    >> Lire la suite

  • reconfinement

    Reconfinement : comment garder le moral en cette période ? - 29 octobre 2020

    L’annonce est tombée : l’heure est au reconfinement. Bien que l’on s’y attendait un peu (beaucoup), la nouvelle ne fait pas franchement du bien au moral… Un mal une fois de plus nécessaire, que nous allons vous aider à traverser en vous donnant quelques astuces pour garder la pêche en cette période compliquée ! La faute […]

    >> Lire la suite

  • masques

    Santé : éviter l’acné causée par les masques - 20 octobre 2020

    Au-delà de l’inconfort provoqué par le port du masque barrière, il n’est pas rare d’être touché par un autre désagrément : l’acné. Beaucoup de personnes ont en effet vu apparaître nombre de petits boutons sur leur visage, après avoir mis un masque. Fort heureusement, il est tout à fait possible de minimiser ce phénomène plutôt indésirable, […]

    >> Lire la suite

© 2022 Planete Campus. Tous droits réservés