Manga : les nouveautés de novembre

manga

Avis aux fans de manga : nous vous avons dégotté quelques nouveautés qui valent le détour ! Manga chinois, japonais ou encore taïwanais, vous allez faire de belles découvertes en ce mois de novembre…

 

Ma Maman

 

On commence avec un manga signé Li Kunwu, à paraître aux éditions Kana le 22 novembre prochain. Un one shot dans lequel l’auteur nous raconte l’histoire d’une Chine qui n’est plus, au travers du portrait de sa mère. L’œuvre nous plonge ainsi dans la période pré révolutionnaire, à l’heure où la colère paysanne commence à gronder. On voit apparaître sous le dessin impeccable de Li Kunwu un décalage immense entre les villes et les campagnes, particulièrement édifiant. On y découvre le peuple, les petites gens dans cette Chine de la fin des années 1930, leurs croyances, la manière dont ils vivaient… Un document rare et poignant sur la grande Histoire de la Chine, que nous offre l’auteur par le biais de la petite histoire de sa maman, alors ballotée entre le village de sa mère et la maison du seigneur où travaille son père. Une petite histoire de relations maritales, mais aussi familiales, ainsi que sur la place de la femme à l’époque.

 

Demande à Modigliani

 

À paraître le 8 novembre prochain aux éditions Naban, Demande à Modigliani est une œuvre d’Ikue Aizawa. On peut y rencontrer Chiba, Motoyoshi et Fujimoto, trois étudiants inscrits dans une modeste école d’art, située dans les montagnes du nord-est du Japon. La particularité de cette école ? Tout le monde peut s’y inscrire, même les imbéciles ! Au cours de leurs études, les trois amis vont devoir faire face aux difficultés que peut entraîner la création artistique, mais aussi à l’incertitude quant à leur avenir professionnel, ainsi qu’au froid insoutenable de l’hiver. Fort heureusement, leur vie étudiante leur apportera aussi quelques joies, comme le fait d’être trois garçons dans un établissement essentiellement fréquenté par des jeunes filles…

 

Elle qui se laissait dévorer

 

De nouveau un one shot signé 61Chi, à paraître aux éditions H. Elle qui se laissait dévorer nous raconte l’histoire de Shih-Jhen, une jeune fille au bord du désespoir. Et pour cause : elle est constamment en proie aux brimades et au harcèlement de ses « camarades » de classe. Jusqu’à ce qu’une nuit, un étrange tapir au langage fleuri lui apparaisse. Plus étrange encore, l’animal est un dévoreur de cauchemars… Quelles sont donc ses intentions ? Comment va réagir Shih-Jhen ? Réinterprétation d’un mythe chinois, cette histoire, portée par le graphisme et la narration exemplaires de 61Chi, permet à l’auteure de s’interroger sur la place des rêves dans le monde scolaire à Taïwan. Elle laisse également entrevoir que le harcèlement scolaire n’est pas une fatalité…

 

Un monde transformé

 

On termine avec une série en trois tome, dont le premier paraîtra le 15 novembre prochain aux éditions Ototo. Un monde transformé est un manga signé Kanako Meiji, se déroulant dans une forêt dense, où monstres et humains coexistent. Dans cette région, appelée « la forêt des dieux », on trouve le temple de la déesse Gardelan, aka Dela, reconnaissable grâce à ses nombreuses statues de pierre. Puryo, destinée à devenir la grande prêtresse des lieux, s’applique jour et nuit à suivre un apprentissage rigoureux. Et il va lui falloir beaucoup travailler pour tenter de maîtriser l’étrange pouvoir résidant dans le temple de Dela…