Front National : le parti lance son propre réseau social

Seulement deux semaines avant les élections européennes, le parti d’extrême droite a créé en toute discrétion son propre réseau social le 8 mai dernier. En effet, l’interface nommée « lespatriotes.net » n’a fait l’objet d’aucune communication hormis un tweet passé (presque) inaperçu de Marion Marchal LePen. C’est le Huffington Post qui a été le premier média à révéler l’existence de la plateforme sur la toile.

Capture d’écran 2014-05-13 à 17.38.00

L’objectif du Front National est simple : il désire séduire au-delà de son électorat habituel. La page d’accueil du site explique clairement l’intention du réseau social du parti : «Cette plateforme a pour vocation de réunir toutes les personnes souhaitant agir sur la toile au service de la cause commune chère à ceux qui disent Oui à la France». La plateforme est d’ailleurs présentée comme «le premier réseau social militant».

Florian Philippot, vice-président du FN a confirmé cette intention du parti d’agrandir son emprise électorale en déclarant au Huffington Post « Avec ce site, on ne touche pas seulement des militants du parti». Il poursuit, confiant, «Je pense que le nombre d’inscrits sur le site dépassera le nombre d’encartés».

Pourtant, le site ne présente presque aucun élément visuel du parti d’extrême droite. Le lien avec le FN est simplement rappelé par une photographie de la dirigeante frontiste, Marine Le Pen, les bras ouverts.

Le projet a été développé en collaboration avec Riwal, une agence de communication de Frédéric Chatillon, ancien président du GUD, qui collabore régulièrement avec le FN. La page comporte cependant encore actuellement quelques bugs comme des problèmes d’affichages notamment.

Comme dans un réseau social classique, les utilisateurs doivent créer leur profil. Et pour inciter les échanges, le Front a mis en place un système de points. Par exemple, l’inscription rapporte 10 points, partager un contenu 8… Les membres les plus actifs se retrouveront dans le « Top 5 des volontaires ». Ainsi, Wilson Roux, responsable du FN Jeunesse, a par exemple déjà récolté 435 points.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1