Ary met la France dans tous ses états !

Ary Abittan, connu pour ses seconds rôles comiques au cinéma et après son succès au petit Palais des Glaces, parcours la France puis reviendra sur la capitale à La Comédie de Paris dès le 13 Janvier. 
Il présente son deuxième et hilarant spectacle, « A la folie ».

Ne croyez pas l’affiche, il ne s’agit pas de folie amoureuse mais bien de folie furieuse : celle de personnages tous plus allumés les uns que les autres…
Avec un réel talent comique, Ary nous transporte dans son univers, voguant à travers les pays, les cultures, les langues et bien sur les névroses ! Un feu d’artifices de rires, de tendresse et de passion partagés. Un pur moment de bonheur !

Rencontre avec Ary Abittan

Raconte-nous ton parcours…
A 16 ans, j’étais animateur dans un club. J’écrivais des sketchs en journée et le soir je les jouais devant public. C’était en quelques sortes mes premiers pas… Plus tard, j’ai été chauffeur de taxi, d’ailleurs l’un des plus jeunes  de France – j’avais entre 19 et 21 ans – mais cela me prenais trop de temps pour mes cours de théâtre ! J’ai donc arrêté pour me consacrer à ma passion. J’ai rapidement eu quelques dates au Trévise et au Splendide par exemple, grâce à Eddie Marouani grand impresario de l’époque. Par la suite j’ai peaufiné mes textes, tourné en province, fais du théâtre… Puis, plus récemment, joué quelques rôles au cinéma. Ce spectacle est mon projet personnel le plus abouti.

Le stand-up est très en vogue et j’ai été agréablement surpris de te voir incarner des personnages dans de vrais sketchs… Pourquoi avoir préféré ce type d’humour ?
Je crois que c’est ce que je sais faire. J’ai du mal à balancer des vannes au public… En fait, j’ai tenté de renouer avec la tradition du one-man show. C’est ce que j’avais vraiment envie de vivre : incarner des personnages, pour que le public entre dans mon monde. On peut toujours mettre des vannes dans les sketchs, mais ils sont habités et ça leur donne une force, une dimension supplémentaire.

D’où viennent tous les personnages que tu interprètes ?
Ils viennent de tout autour de moi. Josiane vient de Sarcelles, le drogué d’en bas de chez moi, le mec jaloux c’est un peu nous tous, l’hypocondriaque c’est moi – je suis quelqu’un de très angoissé – etc…

Il y a de réelles idées de mises en scène dans ton spectacle !
Judith Elmaleh, qui a signé la mise en scène, a effectivement beaucoup travaillé. On a écrit pendant longtemps ce spectacle et, alors qu’on écrivait, on faisait la mise en scène simultanément : elle me demandait de le jouer tout de suite ! Judith a quand même mis en scène Gad Elmaleh, alors honnêtement, lorsqu’elle me dit qu’elle n’aime pas trop une idée, je l’écoute ! Elle a également ajouté des touches très poétiques, qui viennent de l’univers du mime par exemple.

Tu apprécies particulièrement les langues étrangères…
Je suis passionné par les langues. C’est plutôt la torsion des langues qui m’intéresse. Il  faut savoir qu’il n’y a pas un mot de turque, d’espagnol, d’allemand ou d’arabe dans mon spectacle ! Grâce au câble, je peux regarder le journal télé en arabe : je n’y comprends rien mais ça m’éclate de rire ! Ce qui m’intéresse c’est de reproduire l’accent, l’intonation de la lange, sans même en dire un mot… Et ça marche vraiment, cela fait rire les gens ! Le rire te sort de toutes les situations. Plus jeune je n’avais pas la force de mon côté, alors j’ai dû me sortir de problèmes fous uniquement grâce au rire.

Dates du one man show d’Ary Abittan A la folie :
Samedi 6 Novembre : Nice
Du Mardi 9 au Samedi 13 Novembre : Toulouse
Dimanche 21 Novembre : Lyon
Dimanche 27 Novembre : Avignon
Samedi 4 Décembre : Festival de Montreux
Mardi 7 Décembre : Perpignan
Samedi 11 Décembre : Lille
Mardi 14 Décembre : Strasbourg
A partir du 13 Janvier : la Comédie de Paris.

aabittan


« »

  A lire aussi

  • Le Bar de l’Oriental: voyage au temps des colonies - 24 février 2024

    L’auteur Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française, n’a jamais caché son vif intérêt pour la guerre d’Indochine, toile de fond de sa pièce, qui se situe à Langson, dans le nord Tonkin, et rappelle les événements qui ont eu lieu cinq  années avant la fin de l’ère coloniale, dans le Bar de l’Oriental. Il livre ici, […]

    >> Lire la suite

  • Music-Hall Colette - 23 février 2024

    Cléo Senia interprète toutes les facettes du personnage de Colette, la femme ivre de liberté, provocatrice, scandaleuse, la femme qui ose tout, même ce qui est interdit ou malséant…Et quoi de mieux qu’un Music Hall dans un décor de  Belle Epoque avec danse, musique, chant et théâtre pour évoquer la vie tumultueuse de l’écrivain. Aidée […]

    >> Lire la suite

  • Festival du film russe - 21 février 2024

    Sous le label « Une autre Russie », ce festival continue sa route, et c’est tant mieux, car l’Art doit être au dessus de tout jugement politique et doit continuer à traverser les frontières. Il nous propose comme chaque année de découvrir le meilleur du cinéma russe d’hier et d’aujourd’hui, avec des projections de films […]

    >> Lire la suite

  • Le nouveau one-woman show de Caroline Vigneaux - 7 février 2024

    Cela fait près de 15 que l’avocate a quitté sa robe, pour reprendre le titre de son tout premier spectacle, pour devenir humoriste professionnelle et elle a bien fait puisqu’elle réalise son rêve et mène une jolie carrière qui a débuté au Palais des Glaces puis à l’Olympia et joue actuellement les prolongations au Théâtre […]

    >> Lire la suite

© 2024 Planete Campus. Tous droits réservés