Congés bien mérités

Fin d’année 2009, enfin! Je rentre chez moi, prêt à festoyer, manger comme un cochon, et  enrichir ma garde robe de quelques pull-overs supplémentaires, offerts par tonton francky. Pour ça, je termine ma mission, ferme le bureau. Je sors, un froid de canard me gèle immédiatement les doigts, sortis naïvement sans leurs gants. Je fais trois pas et dérape sur une plaque de verglas. Une cabriole plus tard je décide de me réchauffer au café d’à côté. Va pour une cigarette en terrasse chauffée, que voilà une fanatique de la lutte anti-tabac qui manifeste en face de moi! « C’est une honte! C’est illégal, les cafés ne respectent pas la réglementation! » La mâchoire encore congelée, je ne peux répondre, enfile mon bonnet et m’enfuis lâchement. Arrivé à ma station, on me met un tract dans la main. La RATP est en grève et ils ne sont pas contents du tout. Ca crie, ça bloque surtout. Cinq minutes, pas plus, et déjà une embrouille. Deux hommes, en excès de testostérone, bien trop pressés de monter dans une rame qui se fait toujours attendre. Bonne ambiance. J’esquive le pogo du quai, me faufile entre une vieille dame et son chien et parviens à intégrer le wagon. Encastré, je suffoque mais je tiens bon. Sortie de station, je me souviens que les soirées parisiennes ne sont pas gratuites et pars prendre un peu de liquide. « Distributeur, hors service » C’est la grève des « dabistes », c’est vrai. La goutte au nez, pas un flèche en poche, je décide donc de rentrer chez moi. La neige continuant de tomber, chaque passage piéton est un pari sur sa vie. Je parviens tout de même à me hisser jusqu’à chez moi, lieu devenu sacrô-saint puisque chauffé. Ma voisine se plaint encore du voisin qui fait sa prière, sa famille est venue le voir pour les vacances. « Quand il est tout seul ça va, mais quand ils sont plusieurs… » Je sais, je sais. L’impression d’avoir déjà entendu ça quelque part m’envahit soudain… Je fais la sourde oreille, trop impatient de retrouver mon canapé. Avachis, je contemple Nikos faire combattre les générations par chansons de variétés interposées. Horrible spectacle de ce qu’est la culture pour TF1. Consterné, je tire un petit bilan, histoire de savoir si quoi vendre au père Noël pour le convaincre d’être une nouvelle fois généreux. J’ai évité la grippe, combattu le RER, bravé la neige et le verglas, et dois maintenant m’atteler à digérer l’échec de Copenhague et à oublier l’odeur xénophobe qui plane dans mon pays. Ah et aussi,  ayant rejoint ce groupe si populaire et en pleine expansion – une troupe de 2,6 millions de personnes! – je dois trouver un job! Non franchement, les congés me semblent bien mérités… 

 

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer