Mariage pour tous : le Sénat adopte le premier article du projet de loi

A l’issue de deux jours de discussions passionnées – plus que raisonnées –, le Sénat vient d’adopter l’article premier du projet de loi de Christiane Taubira ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels. Une belle victoire pour le Gouvernement socialiste… Alors que les pourfendeurs de l’union pour tous, qui descendront une nouvelle fois dans la rue le 26 mai, ne désarment pas.

Au terme de deux jours de délibération et sous un tonnerre d’applaudissements, assourdissant les quelques huées des élus UMP, « le Sénat a adopté l’article premier du projet de loi » qui, porté par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, ouvrira l’union civile aux couples de même sexe. Dans la nuit de mardi, vers 23h30, 179 élus de la République ont voté « pour » (contre 157) l’article 1 du projet de loi sur le « mariage pour tous ». Un article adopté « conforme » ou sans modification par rapport au vote de l’Assemblée nationale. Qu’est-ce que cela implique ? Que, même si l’ensemble du projet de loi Taubira est rejeté à l’issue de son examen au Sénat, l’article 1, qui autorise l’union civile entre les personnes de même sexe, entrera dans la loi. Autrement dit, que les homosexuels pourront bientôt se marier.

Pourquoi ce premier (et principal) article a-t-il été adopté si tardivement ? Parce que les sénateurs de l’opposition, parmi lesquels de farouches détracteur du « mariage pour tous », ont voulu faire traîner le débat. En focalisant celui-ci autour de la filiation, et notamment de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) qui, si elle n’entre pas dans le cadre de la loi Taubira, a récemment été défendue par la ministre des Droits des femmes et porte-parole du Gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. « Nous voulons ouvrir la PMA aux couples homosexuels. C’est une question d’égalité », avait-elle déclaré au début de l’année, provoquant la colère de certains députés UMP, mais donnant l’occasion aux sénateurs de l’opposition d’harceler la Garde des Sceaux sur les déclarations « malvenues » de sa camarade socialiste.

« Les propos de Najat Vallaud-Belkacem, les désavouez-vous ou sont-ils exacts ? », l’a harangué le sénateur de droite Bruno Retailleau. « Nous avons posé une question à Madame Vallaud-Belkacem, qu’elle vienne nous dire vraiment ce qu’elle a dit ! C’est ce que nous voulons, c’est ce que nous attendons », s’est exclamé de son côté, Jean-Claude Gaudin, le président du groupe UMP. Mais, Christiane Taubira ne s’est pas laissée démonter. « Vous n’êtes pas sans savoir que le gouvernement est déjà représenté ! Nous avons un texte sur le mariage et l’adoption, il s’agit de ça. Quand nous aurons un texte sur la PMA, vous discuterez », a-t-elle prophétisé en préférant le « quand » au « si ».

Les opposants au « mariage pour tous », dont les efforts semblent de plus en plus vains, ont tenu à rappeler aux sénateurs socialistes « l’inquiétude de nos concitoyens », selon les termes de Michel Bécot : « Pourquoi persister alors qu’une grande partie des Français ne se reconnaissent pas dans ce texte ? » Mais de quels Français parle l’élu de droite ? Des quelques centaines de milliers (de millions si l’on se réfère aux propos pas du tout outranciers de Christine Boutin et ses sbires en soutane) de Français qui manifestent depuis plusieurs mois ? Ou des 53% de Français qui, selon une enquête CSA pour BFMTV publiée jeudi dernier, se disent favorisent au mariage homosexuels ?

Photo : Christiane Taubira, hier, devant les sénateurs. (Photo Marc Chaumeil pour Libération)