Le pantalon pour les femmes : hors-la-loi en France

Une loi datant de 1799 interdisant aux femmes de porter le pantalon est toujours en vigueur en France.

A l’heure où la question de l’interdiction de la burka devient européenne (la Belgique ayant été la première a voté la loi, et une eurodéputée allemande souhaitant qu’elle soit généralisée en UE), c’est une autre loi concernant l’habillement des femmes qui fait jaser aujourd’hui.

Mesdames et mesdemoiselles, sachez que vous êtes tenues de demander l’autorisation de la police si vous voulez porter… un pantalon. Selon la loi du 26 brumaire de l’an IX, il est stipulé que « toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation ». Nous voilà prévenues.

Il y a tout de même des exceptions. Si si. Selon les circulaires de 1892 et de 1909, nous sommes autorisées à porter des pantalons si nous tenons une bicyclette par le guidon ou si nous tenons les rênes d’un cheval. Ouf, quel soulagement ! Non, vraiment, la loi n’est pas si mal faite – moi qui m’apprêtais à être légèrement sarcastique… A l’époque des Vélo’v, des Vélib’, et de la multiplication des chevaux sous les capots de voitures, cela permet quand même aux femmes de jouir d’une autonomie certaine.

Sachez tout de même, mesdames, mesdemoiselles, que des dérogations sont acceptées. Celles-ci s’appellent des « Permissions de travestissement ». (Faut dire aussi, quelle idée de vouloir nous déguiser en ces étranges créatures que sont les mâles…) Le site CFO-news met d’ailleurs en ligne le document officiel permettant à Rosa Bonheur, peintre et première femme à recevoir la Légion d’Honneur en 1865, de porter des pantalons « pour raisons de santé », mais attention, sans paraître accoutrée ainsi dans les « lieux de réunion ouverts au public ». (Faudrait faire gaffe à ne pas choquer, hein.)

permissiontravestissement

« Paris, le 12 Mai 1852 – Nous, Préfet de Police. […] Autorisons la demoiselle Rosa Bonheur demeurant à Paris, rue … n° 320 à s’habiller en homme ; pour raison de santé sans qu’elle puisse, sous ce travestissement, paraître aux Spectacles, bals et autres lieux de réunion ouverts au public. La présente autorisation n’est valable que six mois, à compter de ce jour. »

Si cette loi est tombée en désuétude depuis longtemps (voir cette vidéo issue des archives de l’INA), elle n’a toujours pas été annulée. Juridiquement, nous nous promenons donc le plus souvent dans la rue en toute illégalité. Voilà donc une formidable chance de renflouer les caisses de l’Etat : imaginez un peu ! Une journée suffirait à éponger la dette de la France si on demandait à chaque agent de police de verbaliser ces femmes impies.

Manquerait plus qu’une femme en burka portant un pantalon chevauche un Vélib’, et vous avez le jackpot.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !