Belgique : Une publicité aux alentours de l’Université Libre de Bruxelles incite les étudiantes à avoir recours aux « sugar daddy »

Une publicité ambulante aux alentours de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) incite les étudiantes à se faire entretenir par un « sugar daddy ».

Détails.

Ce lundi, les étudiants de l’ULB ont été choqués. Et ce, dès le matin. En effet, un panneau publicitaire ambulant promouvant un site internet pour les « sugar daddies » a arpenté les alentours de l’université. L’objectif du site ? Mettre en relation de jeunes femmes, surnommées « sugar babies », et des hommes assez aisés – les « sugar daddies » (comprenez « papas gâteaux »). Via ce site, les parties peuvent, par la suite, discuter et décider des termes de leur relation. Pour certains, il ne s’agit, ni plus ni moins, que de prostitution déguisée.

 

Une mobilisation contre ce genre d’incitation

Le Jury d’éthique publicitaire (JEP) a été saisi, dans la foulée,suite à une plainte contre le site de rencontre en question.  Selon les propos rapportés par nos confrères de la RTBF, « Le jury se penchera sur cette plainte mardi prochain« , a indiqué lundi Piet Moons, président de l’instance.

Par ailleurs, des ministres ont, également, tenu à porter plainte contre le site à l’initiative de cette publicité : la ministre des Droits des femmes en Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis,  le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, ainsi que la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances, Bianca Debaets.

Partagez7
Tweetez
+1
Enregistrer