Un tramway nommé Désir, entre décors japonisants et jazzmans locaux

Avec Un tramway nommé Désir, Tennessee Williams devient le premier auteur non européen à entrer au répertoire de la Comédie-Française. C’est dire si l’on s’attendait à quelque chose de grandiose ! Et bien personnellement je n’ai pas été déçu même si j’aurais (très modestement !) quelques critiques à émettre.

Je confesse que je n’avais jamais lu la pièce de Tennessee Williams, j’avais vu le superbe film qu’en a fait Elia Kazan avec Brando. Petite piqure de rappel :

Stella, née dans une famille bourgeoise, aime Stanley Kowalski, ouvrier un peu rustre d’origine polonaise. Ils vivent heureux sans enfants dans un appartement minable de la Nouvelle-Orléans. Arrive la sœur de Stella, Blanche, qui contrairement à sa sœur, n’ignore pas d’où elle vient et le fait savoir. Ce qui agace Stanley au plus haut point. Seulement les hommes (et les femmes) étant ce qu’ils sont, une relation ambiguë s’installe entre Blanche et son beau-frère bien que tout les séparent. La pièce raconte sur fond de règlement de compte familial (Blanche a vendu la maison de famille) les aventures de ce trio plutôt baroque et la folie de Blanche qui est internée à la fin de la pièce.

Lee Breuer signe une mise en scène vraiment originale en faisant cohabité décors japonisants et jazzmans locaux. C’est curieux, on ne s’y fait pas tout de suite, mais ça marche ! Le procédé crée une sorte de distanciation pas inintéressante vis à vis du propos de Tennessee Williams. Faut-il y voir une volonté « d’universaliser » la pièce ? Oui ou non, le choix (ambitieux) de Breuer sonne juste.

La distribution, sans surprises, sonne juste elle aussi. Mais je ne peux m’empêcher de reprocher à Eric Ruff de composer un Kowalski assez inégal. Ce qui agace le plus c’est peut être son faux coté Brice de Nice ( ??!) qui l’amène à faire des trucs bizarres sans intérêt ! Cela n’apporte rien et réduit l’épaisseur dramaturgique du personnage. Toute mon admiration va à Grégory Gadebois, gros motard sentimental de son état. Il est tout à fait juste, touchant, sobre. Christian Gonon est parfaitement crédible en latino, la clope au bec, très amusant. Blanche (Anne Kessler) et Stella (Françoise Gillard) sont biens toutes les deux, particulièrement Françoise Gillard qui s’adapte très bien au personnage de la jeune Stella et lui donne du relief.

Au masque et la plume (émission culturelle hebdomadaire sur France Inter) les avis sont assez partagés. Armelle Héliot du Figaro adore : il (Lee Breuer) extrait de la pièce tout ce qui est tragique. Mais pour Jacques Nerson (Figaro), Anne Kessler n’a aucune sensualité. Tous saluent la prestation de Grégory Gadebois.

Un dernier détail, faut-il s’indigner du port de micros hf à la Comédie-Française ? Même si c’est presque invisible et qu’ils ne sont qu’un soutien aux acteurs ; dans une maison aussi à cheval sur la tradition (et avec raison je crois), c’est un peu surprenant.

Un tramway nommé Désir

Jusqu’au 02 juin 2011 salle Richelieu.
Durée du spectacle : 3h10 avec entracte.

Réservations sur le site de la Comédie Française.

Crédit photo: Cosimo Mirco MAgliocca


« »

  A lire aussi

  • Le Bar de l’Oriental: voyage au temps des colonies - 24 février 2024

    L’auteur Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française, n’a jamais caché son vif intérêt pour la guerre d’Indochine, toile de fond de sa pièce, qui se situe à Langson, dans le nord Tonkin, et rappelle les événements qui ont eu lieu cinq  années avant la fin de l’ère coloniale, dans le Bar de l’Oriental. Il livre ici, […]

    >> Lire la suite

  • Music-Hall Colette - 23 février 2024

    Cléo Senia interprète toutes les facettes du personnage de Colette, la femme ivre de liberté, provocatrice, scandaleuse, la femme qui ose tout, même ce qui est interdit ou malséant…Et quoi de mieux qu’un Music Hall dans un décor de  Belle Epoque avec danse, musique, chant et théâtre pour évoquer la vie tumultueuse de l’écrivain. Aidée […]

    >> Lire la suite

  • Festival du film russe - 21 février 2024

    Sous le label « Une autre Russie », ce festival continue sa route, et c’est tant mieux, car l’Art doit être au dessus de tout jugement politique et doit continuer à traverser les frontières. Il nous propose comme chaque année de découvrir le meilleur du cinéma russe d’hier et d’aujourd’hui, avec des projections de films […]

    >> Lire la suite

  • Le nouveau one-woman show de Caroline Vigneaux - 7 février 2024

    Cela fait près de 15 que l’avocate a quitté sa robe, pour reprendre le titre de son tout premier spectacle, pour devenir humoriste professionnelle et elle a bien fait puisqu’elle réalise son rêve et mène une jolie carrière qui a débuté au Palais des Glaces puis à l’Olympia et joue actuellement les prolongations au Théâtre […]

    >> Lire la suite

© 2024 Planete Campus. Tous droits réservés