Benjamin Paulin : « élégant, brillant, pas distant »

Juste  avant  notre interview je lis sur sa page facebook : « ce qui est bien avec les interviews par téléphone,  c’est qu’on peut les faire en robe de chambre »

Oups !! je rêve : dans 5  minutes nous allons faire une itw « par téléphone »

Oh non! c’est moi  qui  souffrante lui  ai proposé ça,  après   avoir remise à deux reprises nos rendez vous   prévus de visu  ôoooooo !!!

Comment ? je ne vais pas découvrir  ce superbe jeune homme en robe de chambre ? Juste  entendre le velours de sa voix  répondre à mes questions …

OK

Fabienne Prevot : Benjamin pourquoi  l’Homme moderne comme titre de votre album ?

Benjamin Paulin : d’abord pour la musique du mot et puis dans le sens de désuet, post modernité  (pour  son amour  des codes des années 70 )

FP : On retrouve chez vous une forme d’humour noir , de cynisme cela vous ressemble ?

BP : oui je suis  un joyeux pessimiste , et je pense vraiment que l’humour est la politesse du  désespoir. Je vais  puiser cela dans mes tripes

FP : le fait que tes origines soient multiples ( du  sang Polonais, Suisse, Italien, et Allemand)  te donne quelle  sensation?

BP : en fait je me sens de partout et partout  un peu chez moi

FP : que l’on dise toujours fils de (Pierre Paulin un immense designer reconnu  mondialement)  ça t’énerve, t’amuses ou tu  comprends ?

BP : j’assume pleinement   d’autant  plus que  je me suis tout seul, sans jamais profiter de cela . J’avais  avec mon père des rapports conflictuels même si  nous nous sommes retrouvés avant  sa mort . j’ai  hérité de lui l’amour  du beau  et un certain regard sur le monde

FP : ton pire souvenir ?

BP : le dernier concert de rap son groupe  s’appellait puzzle)  où mes acolytes ne sont pas venus  et je me suis retrouvé seul sur scène , un peu  dur

FP : une bonne surprise ?

BP : ma copine m’as fait découvrir « Belle du  seigneur » très  beau livre

FP : Ce  qui dans ta vie t’as fait le plus avancer ou  permis de mieux te connaître ?

BP : la souffrance

FP : ce vers quoi tu  tends ?

BP : sortir de plus loin ce que j’ai en moi . Passer du cérébral à  l’animal . que mon prochain album , soit plus instinctif que je parvienne a libérer l’animal qui  dort au  coin du bois ..

FP :musicalement avec qui aimerais tu  travailler ?

BP : difficile à dire mais j’adore Léonard Cohen , Antony  & the johnsons….

FP :ce que tu ressens de notre époque ?

BP : elle manque de respect, d’écoute

FP : ce que tu regrettes de l’époque  Denise  Glaser (mythique  présentatrice de tv « Discorama » auquel il fait une belle référence dans son clip  «  Dites le avec des flingues « ) ?

BP : le respect, l‘élégance, plus  d’écoute . on était alors  dans la valorisation des artistes

FP : Tu es un peu rebelle mais  édité chez Universal un vrai paradoxe non ?

BP : en apparence car j’ai envoyé ma maquette à  Valérie Zeitoun qui l’ aimé et c’est donc avec elle ‘manageuse chez Universal ) que j’ai  signé plus qu’avec le label . Les rapports entre personnes sont très  importants dans nos métiers .

FP : et les filles ? quel sont tes rapports avec elles ? rappelons aussi, que  Benjamin outre qu’il est beau  (si si ) est un vrai dandy d’aujourd’hui dont les filles  raffolent ;  en plus il est dandy  dans toutes ses attitudes alors là  carrément craquant

BP : Ma vison du  couple a beaucoup  évolué. Je me suis d’abord marié très  , trop  vite . Je suis maintenant  moins emballé mais  plus du  tout dans le mensonge , les tromperies . j’ai aussi  appris à  gérer ma très,  trop grande capacité à  l’empathie .

FP : amoureux now ?

BP : oui  dans un beau couple

Ok mes illusions ravalées je le quitte et nous nous promettons un RV physique autour d’un verre  « friendly »

Je souhaite bonne route  à Benjamin : il ira loin……

Pour ne savoir plus allez sur : http://www.myspace.com/benjaminpaulin et http://www.benjaminpaulin.com

Fabienne Prevot


« »

  A lire aussi

  • Le Bar de l’Oriental: voyage au temps des colonies - 24 février 2024

    L’auteur Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française, n’a jamais caché son vif intérêt pour la guerre d’Indochine, toile de fond de sa pièce, qui se situe à Langson, dans le nord Tonkin, et rappelle les événements qui ont eu lieu cinq  années avant la fin de l’ère coloniale, dans le Bar de l’Oriental. Il livre ici, […]

    >> Lire la suite

  • Music-Hall Colette - 23 février 2024

    Cléo Senia interprète toutes les facettes du personnage de Colette, la femme ivre de liberté, provocatrice, scandaleuse, la femme qui ose tout, même ce qui est interdit ou malséant…Et quoi de mieux qu’un Music Hall dans un décor de  Belle Epoque avec danse, musique, chant et théâtre pour évoquer la vie tumultueuse de l’écrivain. Aidée […]

    >> Lire la suite

  • Festival du film russe - 21 février 2024

    Sous le label « Une autre Russie », ce festival continue sa route, et c’est tant mieux, car l’Art doit être au dessus de tout jugement politique et doit continuer à traverser les frontières. Il nous propose comme chaque année de découvrir le meilleur du cinéma russe d’hier et d’aujourd’hui, avec des projections de films […]

    >> Lire la suite

  • Le nouveau one-woman show de Caroline Vigneaux - 7 février 2024

    Cela fait près de 15 que l’avocate a quitté sa robe, pour reprendre le titre de son tout premier spectacle, pour devenir humoriste professionnelle et elle a bien fait puisqu’elle réalise son rêve et mène une jolie carrière qui a débuté au Palais des Glaces puis à l’Olympia et joue actuellement les prolongations au Théâtre […]

    >> Lire la suite

© 2024 Planete Campus. Tous droits réservés