Année de césure : Bonne ou mauvaise idée ?

Très ancrée dans les sociétés anglo-saxones, le Gap Year – comprenez l’année de césure – est un phénomène naturel chez la jeunesse américaine, anglaise ou encore australienne. En France, alors qu’il était mal vu, il devient à la mode chez nos 18-26 ans. Pourtant, l’année de césure peut-être valorisante dans votre parcours !

Qu’elle intervienne juste après le bac, entre deux diplômes d’études supérieures ou entre l’obtention du diplôme et l’insertion dans le monde du travail, l’année de césure  devient de plus en plus fréquente chez les jeunes français ! En effet, elle leur permet d’affiner leurs aspirations futures et de réfléchir à leur avenir professionnel.

Voyages, job alimentaire ou service civique ?

Qui dit année de césure, dit moment de break. Plusieurs possibilités s’offrent aux jeunes souhaitant intégrer un « Gap Year » dans leur parcours. Incertains parfois par ce qui nous, jeunes gens, nous attend, c’est l’année parfaite pour se recentrer sur ce que l’on souhaite faire plus tard sur le plan professionnel mais pas que ! Quand certains s’attèlent à faire le maximum de voyages en baroudant et se contentant du peu avec leurs maigres économies, ou en travaillant sur place, d’autres décident de rester en France, tout en trouvant un job alimentaire et de réaliser des rencontres, ou encore un volontariat en service civique, une mission de 6 à 12 mois permettant au jeunes âgés entre 16 et 26 ans de s’engager dans une association, un projet ou une cause.

Gap Year : objectif, trouver sa voie

Plein d’alternatives s’offrent aux jeunes souhaitant faire une année de césure au milieu de leur parcours universitaire ou à un moment charnière de leur vie. Toutes leurs proposent la même chose : trouver leurs voies professionnelle et personnelle. En France, bien que la société et que certains parents ne soient pas encore prêts à accepter cette idée d’année « sabbatique », cette dernière s’inscrit davantage chaque année dans le parcours des nouvelles générations. Des générations aspirant à plus qu’avoir un travail et une situation stable sans en obtenir une satisfaction personnelle.


  Article publié le 26 mai 2017         Auteur: Planete Campus
« »

  A lire aussi

  • erreurs à éviter sur un CV

    Top 4 des erreurs à éviter sur un CV - 19 avril 2018

    Que ce soit pour un stage, un job étudiant ou un premier emploi, il va vous falloir passer par la case Curriculum Vitae. Et lorsqu’on est peu expérimenté(e), les erreurs peuvent facilement s’accumuler. Pour ne pas commettre d’impair et ne pas compromettre votre avenir professionnel, voici les 4 erreurs à éviter sur un CV !   […]

    >> Lire la suite

  • Service civique : L’expérience de Latifa à l’Afev 92 - 26 septembre 2017

    L’an dernier, après l’obtention de mon master, j’ai décidé de réaliser un service civique en relation avec le monde de l’enseignement, en cohérence avec mon projet professionnel, mais aussi, parce que j’avais besoin d’apporter ma pierre à l’édifice à cette cause du fait de mon histoire personnelle (ayant été dans des établissements situés en zone […]

    >> Lire la suite

  • [Témoignage] ZUPdeCO : Élodie, 22 ans, revient sur son volontariat en service civique au sein de l’association - 8 juin 2017

    Elodie, 22 ans, a décidé de réaliser un service civique. C’est à la suite d’un redoublement qu’elle souhaite faire une pause dans ses études et se rendre utile. Cette étudiante en première année de Master de psychologie choisit donc de faire un volontariat au sein de l’association ZUPdeCO.   Rencontre.   Planète Campus : Quelles sont […]

    >> Lire la suite

  • [Vidéo] Motivation : Quelques conseils pour rester motivé ! - 6 juin 2017

    Avoir des projets, souhaiter entreprendre des choses ne suffisent pas à ce que ceux-ci se réalisent. Vous le savez, l’une de nos citations préférées à la rédac’, c’est celle d’Einstein : « Il n’y a pas d’échec, il n’y a que des abandons. » Parfois pour mener à bien ses projets, il ne suffit pas d’être animé par […]

    >> Lire la suite