Un tsunami en pleine Suisse, cela vous paraît absurde ? Pourtant, des scientifiques affirment que le Lac Léman pourrait bien un jour devenir menaçant pour Genève, capitale de la Suisse romande…

La revue scientifique Nature Geoscience en aura sûrement surpris plus d’un : on y lit qu’au VIème siècle, une vague de 8 mètres issue du Lac Léman aurait balayé Genève et ses habitants. C’est un éboulement né dans les montagnes voisines qui avait provoqué le raz-de-marée.

Et cette catastrophe pourrait bien se reproduire dans le futur, menaçant alors plus de 200 000 personnes vivant sur le bord du lac.

La scientifique Katrina Kremer précise par ailleurs que ce type de phénomène, sous-estimé, pourrait potentiellement toucher « d’autres grands lacs dans le monde. » .

Proches du lac Léman, les villes de Montreux, Lausanne et Thonon-les-Bains seraient, en cas de nouveau tsunami, également menacées.

Le robot Curiosity a découvert des objets aux couleurs vives, que les experts ont d’abord pensé pouvoir avoir été façonnés par l’homme, a annoncé la NASA, jeudi 18 octobre.  Le robot a prélevé des échantillons, qui vont à présent être examiner par des instruments d’analyses placés à l’intérieur du robot.

« Nous avons commencé à voir des taches brillantes à l’endroit où le robot avait aspiré », a indiqué un scientifique de l’équipe. Toutefois, après discussions entre scientifiques et ingénieurs, un « fort consensus » est apparu pour conclure que ces objets provenaient de la planète rouge, d’autant plus qu’ils se trouvaient sous la surface de Mars.

« Pouvoir identifier de manière certaine les minéraux est important parce qu’ils enregistrent les conditions et l’environnement dans lesquels ils se forment », a souligné John Grotzinger, chef de la mission.

 

Félix Baumgartner est entré dans l’histoire dimanche 14 octobre, en sautant en chute libre depuis la frontière de l’espace. Il a pulvérisé avec ce saut trois records du monde.

« Ce saut fut vraiment plus difficile que je ne le pensais » a déclaré hier un Félix Baumgartner évidemment ravi par son exploit.

Il s’est élancé hier de 39 045 mètres… et est devenu le premier être humain à atteindre la vitesse de 1342,8 km/h avec sa combinaison pour unique protection. Pour franchir le mur du son, le parachutiste devait tomber plus rapidement qu’à 1224 km/h, un objectif largement atteint hier.

L’exploit ne s’est pas déroulé sans accroc : quelques minutes après le décollage de son ballon, le parachutiste autrichien a du composer avec un soucis d’alimentation au niveau de sa visière. Un incident technique heureusement sans gravité.

Pendant la chute libre en elle-même, des rotations violentes ont perturbé Baumgartner : «  Après quelques secondes de chute libre, j’ai lentement commencé à tourner. J’ai pensé que c’était normal puisque cela m’était déjà arrivé auparavant. Mais soudainement les choses se sont accélérées et par moment les rotations étaient vraiment violentes. J’ai vraiment cru pendant quelques secondes que j’allais perdre conscience. » . 

Mais l’extrême concentration et le solide entraînement de l’autrichien ont permis une arrivée à Roswell (Etats-Unis) dans les meilleures conditions.

La chute libre de Baumgartner a duré 4 minutes et 20 secondes : le parachutiste laisse donc à l’Américian Joe Kittinger le record du monde de la chute libre la plus longue.

Il a en revanche battu les records de la chute libre depuis le point le plus haut, et l’altitude la plus élevée jamais atteinte pour un ballon habité (en l’occurence, le ballon qui l’a amené jusqu’aux frontières de l’espace, là d’où il s’est élancé pour son saut.)

Après une première annulation le mardi 9 octobre, la mission Red Bull Stratos, dont Baumgartner est le héros, permettra des avancées scientifiques et médicales dans le domaine de l’aérospatial.

Une équipe américano-française d’astronomes a découvert une planète très chaude, d’environs deux fois la taille de la Terre, formée en grande partie de diamant. Elle est en orbite autour d’une étoile visible à l’oeil nu, ont annoncé jeudi ces chercheurs.

« La surface est probablement recouverte de graphite et de diamant plutôt que d’eau et de granite », explique Nikku Madhusudhan de l’Université Yale aux Etats-Unis. « Ceci est notre premier aperçu d’une exoplanète rocheuse (en dehors du système solaire, ndlr) avec une composition chimique radicalement différente de celle de la Terre », ajoute-t-il. D’après l’équipe de chercheur, le diamant pourrait représenter au moins un tiers de cette planète, soit l’équivalent de trois fois la masse de la Terre.

55 Cancri-e – puisque c’est ainsi qu’elle a poétiquement été nommée- a un rayon deux fois plus grand que celui de la Terre, soit 12 747 km, une masse huit fois supérieure, et se situe à 40 années lumière de notre planète

Bien des rêves d’enfants s’achèvent ici. Selon une étude des paléontologues Morten Allentoft (université de Copenhague) et Michael Bunce (Murdoch University de Perth), le clonage de dinosaure est impossible. L’ADN, en effet, est complètement détruite après 6,8 millions d’années, or les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années.

En revanche, les chercheurs du monde entier constituent des banques de données ADN d’espèces en danger, pour le jour où les progrès de la science permettront leurs recréation. Le projet connait cependant des limites : certains estiment qu’il sera impossible de recréer l’écosystème adéquat et que le clone d’un animal éteint ne pourrait vivre que dans un zoo ou un laboratoire.

Selon la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature, inventaire de référence actualisé chaque année, 19 817 espèces sont menacées dans le monde, sur les 63 837 que l’organisme a passées en revue. Selon la classification, 3 947 espèces sont dans une situation critique, 5 766 sont en danger et 10 104 sont vulnérables. 41 % des espèces amphibies, 33 % des barrières de corail, 25 % des mammifères, 20 % des plantes et 13 % des oiseaux sont menacés.

« Il s’agit d’une tendance de fond très inquiétante, qui touche toutes les espèces, tous les milieux et tous les continents, s’alarme Florian Kirchner, chargé du programme Espèces à l’UICN. Chaque année, la Liste rouge s’étoffe, parce que nous évaluons de nouvelles espèces, mais aussi parce que la proportion d’espèces menacées dans le monde ne cesse d’augmenter. »

D’après l’indice Planète vivante du WWF, la biodiversité a diminué de 28 % entre 1970 et 2008.

 

Le Japonais Shinya Yamanaka et le Britannique John Gurdon ont reçu le prix Nobel 2012 de médecine pour leurs recherches sur la reprogrammation nucléaire.

Les deux scientifiques, favoris des médias suédois, ont été récompensés pour leurs recherches sur la reprogrammation nucléaire, technique qui permet de transformer des cellules adultes en cellules souches capables de créer tous types de tissus du corps humain. « Leurs découvertes ont révolutionné notre compréhension de la manière dont les cellules et les organismes se développent », écrit le comité Nobel.

Ils succèdent à l’Américain Bruce Beutler, au Français Jules Hoffmann et au Canadien Ralph Steinman, tous trois récompensés en 2011 pour leurs travaux sur le système immunitaire.

Cette année, du fait de la crise économique, la Fondation Nobel a diminué le montant du prix de 20% le fixant à 8 millions de couronnes suédoises (soit plus de 900 000 euros) contre 10 millions depuis 2011.

Il ne dépassait pas les 30 centimètres pour quelques kilos à peine, était herbivore en dépit de ses quatre imposantes canines, et vivait il y a 200 millions d’années : le Pegomastax africanus vient de faire son entrée dans le bestiaire jurassique.

Cette nouvelle espèce de dinosaure, une des plus petites connue, a été découverte par Paul Sereno, paléontologue à l’Université de Chicago. Le squelette d’un spécimen avait été extrait de la roche il y a soixante ans en Afrique du Sud, sans que personne ne se rende compte de son originalité. « J’ai compris que c’était une nouvelle espèce dès l’instant où je l’ai vue », a raconté Paul Sereno. A l’époque, c’est à dire en 1983, il venait d’être diplômé et effectuait des recherches au laboratoire de l’université Harvard. Il a voulu rendre compte sur le champ de sa découverte par écrit  mais en a été empêché par divers évènements et avait en tête un projet de recherche plus ambitieux.

Les résultats du chercheur, ont été publiés mercredi dans le journal scientifique en ligne ZooKeys.

Le président de l’Association des victimes de ce médicament des laboratoires Servier, qui aurait causé plusieurs milliers de morts, affirme qu’environ 86% des dossiers d’indemnisation ont été rejeté.

L’Office national d’indemnisation des accidents médicaux juge que 86% des dossiers sont sans liens de causalité avec le médicament.

Le scandale du Médiator avait éclaté en juin 2010 lorsque la pneumologue Irène Frachon publia un livre intitulé Mediator 150 mg, combien de morts ?, dénonçant la commercialisation du Médiator – médicament antidiabétique prescrit très souvent comme coupe-faim pour des cures d’amaigrissement – entre 1976 et 2009, qui aurait provoqué la mort de 500 à 2000 personnes, par les laboratoire Servier. Le 11 janvier 2011, le président de l’Association des victimes de l’isoméride et du Mediator (AVIM), Dominique-Michel Courtois, dépose à Paris 116 plaintes pour homicides et blessures involontaires de victimes présumées du Mediator. Un nombre de plaintes qui a depuis largement augmenté pour atteindre aujourd’hui plusieurs milliers.

Depuis septembre 2011, l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) aurait étudié 831 dossiers médicaux : 712 ont été rejetés et 112 jugés recevables. « Nous avons décidé de faire appel sur les dossiers irrecevables. On a deux mois pour le faire. Irène Frachon va se lancer dans un réexamen de tous ces dossiers», a dors et déjà annoncé Dominique-Michel Courtois.

La ministre de la santé Marisol Touraine s’est dite aujourd’hui « très attentive à ce que les victimes » du médicament Mediator « puissent être indemnisées correctement, soulignant que le laboratoire Servier qui le commercialise « devra assumer ses responsabilités » sur ce point.

Après la découverte d’eau sur la lune en 2009, la NASA (National Aeronautics ans Space Administration) en a également détecté…sur l’inhospitalière planète Mars !

L’annonce faite par la NASA jeudi a fait grand bruit : le robot Curiosity aurait découvert les traces d’un très ancien écoulement d’eau sur Mars. Ces conclusions ont pu être tirées de l’observation de petites roches arrondies et sédimentées, qui auraient nécessairement été transportées par la vitesse d’un cours d’eau.

Pour le scientifique William Dietrich de l’université de Berkeley, cette découverte est capitale car l’on sort des « speculations » pour arriver dans « l’observation directe. » .

La découverte de trace d’eau sur mars en appelle evidemment une autre : y a-t-il alors eu de la vie sur cette planète brûlante et aride ? Pour John Grotzinger du California Institute of Technology (CIT),  » il est évident que de l’eau vive constitue un environnement où des micro-organismes ont pu se développer. » .

Toutefois, la simple observation de vestiges d’eau ne permet pas de tirer des conclusions trop rapidement.

La science a encore beaucoup de travail pour pouvoir affirmer qu’il y a eu de la vie sur la planète rouge.

 

95% des citadins de l’Union Européenne sont exposés à des concentrations de polluants atmosphériques nocives pour la santé, selon le rapport 2012 sur la qualité de l’air publié par l’Agence européenne pour l’environnement, lundi 24 septembre.

C’est dans les centres urbains et industriels d’Europe centrale et orientale, mais aussi de l’est de la France ou du nord de l’Italie, que l’air est le plus vicié.

« En dépit de lois et d’un certain nombre de succès en matière de pollution de l’air, des populations en Europe respirent encore de l’air contenant des substances dangereuses », note l’AEE, dont la directrice, Jacqueline McGlade, souligne que « la pollution atmosphérique réduit notre espérance de vie de près de deux ans dans les villes et les régions les plus polluées ».

Le risque sanitaire le plus grave est lié à la concentration des particules fines  inférieures à 10 micromètres (PM10), majoritairement émises par la circulation en ville mais aussi par le chauffage au bois, l’industrie et l’agriculture. Les microparticules peuvent être à l’origine de pathologies cardiaques et respiratoires, ou encore du cancer du poumon.

« Pour le moment, la vigilance s’impose mais pas l’inquiétude. » a déclaré Peter Openshaw, directeur du centre des infections respiratoires à l’Imperial College de Londres. Un virus inconnu a été découvert par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur un patient ayant séjourné récemment en Arabie.

Il y a dix ans, le Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS) tuait 800 personnes. Identifié en Asie, transmis par des volatiles malades, le virus avait créé un début de psychose et aurait pu s’avérer terriblement dangereux s’il n’avait finalement pas été maitrisé.

C’est sur un homme de 49 ans ayant passé quelques temps en Arabie qu’un nouveau coronavirus a été constaté. Des scientifiques ont pu affirmer que la maladie dont est atteint cet homme est identique à celle qui avait tué un saoudien cette année. Peut-on en déduire que ce virus se transmet entre les humains ?

Il est pour l’instant trop tôt pour se prononcer. Les spécialistes prônent la vigilance, mais n’imposent aucune restriction de déplacement vers ou en provenance de l’Arabie Saoudite.

Prudents, les scientifiques se refusent à provoquer une psychose avant d’avoir en mains toutes les données propres à la compréhension de ce nouveau virus.

 

Crédit photo : Sébastian Kaulitzki pour Dreamstime.com

Des biologistes ont découvert un primate encore inconnu dans une forêt de la république démocratique du Congo.

Ce n’est pas une découverte pour tout le monde : les populations du Congo avaient l’habitude de le croiser et l’avaient, quant à elles, baptisé du nom de Lesula; mais ce singe était jusque là inconnu des biologistes. En 28 ans, c’est seulement la deuxième fois que l’on identifie une nouvelle espèce de primate; l’événement a donc de quoi mettre en émoi la communauté scientifique.

C’est dans une école primaire de la ville d’Opala, où le directeur gardait une jeune femelle en captivité, que les biologistes américains John et Teresa Hart, de l’université de Yale, sont tombés dessus. Ils ont ensuite pu l’observer dans son habitat naturel dans une forêt située au centre du Congo.

L’animal, qui répond désormais au doux nom savant de Cercopithecus lomamiensis, vit sur le sol et dans les arbres au sein de groupes qui comprennent au maximum cinq individus. Il se nourrit essentiellement de fruits et de végétaux, et mesure jusqu’à 65 centimètres de haut.

Mais à peine découvert, le singe semble menacé, les populations locales le chassant pour sa viande. L’université Florida Atlantic a proposé de reclasser la zone dans laquelle il vit en parc naturel protégé. La professeur Kate Detwiler a affirmé :« Nous sommes très chanceux d’avoir trouvé le lesula pendant qu’il est encore temps de le sauver. »

Elle s’appelle Kiara et est née en Russie, au zoo de Novosibirsk, il y a un mois. Sa maman était déjà une féline hybride (moitié lionne, moitié tigresse.) Le bébé possède donc trois grands parents lion…et un tigre. 

Ce liligre d’un mois, élevé par le chat du zoo (sa maman biologique ne pouvait pas lui donner suffisamment de lait), est la toute première de sa race.

Les vétérinaires s’interrogent sur l’avenir du jeune félin : pourra-t-il se reproduire, s’intégrer auprès de lions ou de tigres ?

En attendant, l’attendrissante Kiara pourra bientôt aller à la rencontre des visiteurs de zoo russe.

 

Une étude montre que les rats nourris aux OGM meurent plus jeunes et souffrent plus souvent de cancers que les autres.

C’est une nouvelle pierre dans le potager Monsanto. La revue américaine Food and Chemical Toxicology publie les résultats d’une expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen. Les chercheurs ont étudié pendant deux ans 200 rats nourris au maïs transgénique, introduit au sein d’un régime équilibré dans des proportions représentatives du régime alimentaire américain.

« Après moins d’un an de menus différenciés au maïs OGM, confie le professeur Séralini, c’était une hécatombe parmi nos rats, dont je n’avais pas imaginé l’ampleur« . « Le premier mâle nourri aux OGM meurt un an avant le premier témoin. Le première femelle huit mois avant. Au 17e mois, on observe cinq fois plus de mâles nourris avec 11% de maïs (OGM) morts« , détaille-t-il.

La militante écologiste Corinne Lepage a annoncé sa volonté d’exiger des comptes auprès des politiques et des experts, des agences sanitaires et de la Commission de Bruxelles, qui se sont longtemps opposés et par tous les moyens au principe d’une étude de longue durée sur l’impact physiologique des OGM.

 

Bernard Debré, député de Paris et Philippe Even, président de l’institut Necker, affirment, dans un livre choc, que 50% des médicaments vendus en France sont inutiles.

Déjà auteurs en 2011, suite à l’affaire du Médiator, d’un rapport au vitriole sur la réforme du système du médicament, Bernard Debré et Philippe Even, lancent une nouvelle charge contre l’industrie pharmaceutique, dans un livre dont le Nouvel Obs révèle les bonnes feuilles.

Pour mener à bien cette étude, 4000 médicaments ont été expertisés. Si l’on en croit les auteurs, 50% seraient inutiles, 20% mal tolérés et 5% seraient « potentiellement très dangereux ». Dans le même temps, 75% de ces médicaments sont remboursés par l’Etat, pour un gaspillage de l’ordre de 10 à 15 millions d’euros par an.

Se défendant de tout parti pris, le Dr.Even affirme que le Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux est « un livre d’information, pas d’opinion ». L’ouvrage de 900 pages se veut un contre-pouvoir face à l’industrie pharmaceutique et à ses messages de désinformation. Cette dernière a dénoncé, par l’intermédiaire du Leem (la fédération professionnelle des industriels du médicament), un livre rempli d’«amalgames et approximations». Ce livre « contribue à alarmer inutilement les malades et risque de les conduire à arrêter de leur propre chef des traitements pourtant adaptés aux maladies dont ils souffrent », a déclaré le Leem mercredi soir dans un communiqué.

En mars 2011, les deux professeurs estimaient déjà que l’affaire du Médiator était « beaucoup plus qu’un accident isolé ».

18 mois après la désastre de Fukushima, le gouvernement japonais devrait annoncer sous peu l’abandon de l’énergie nucléaire d’ici aux années 2030.

Ce n’est pas encore officiel, mais lundi dernier le Premier ministre Yoshihiko Noda a annoncé son intention d’entériner cette nouvelle politique énergétique dans le courant de la semaine.Si l’Allemagne a d’ors et déjà décidé de fermer ses 17 réacteurs d’ici à 2022, la décision japonaise aurait une toute autre ampleur : le Japon ne comptait pas moins de 54 réacteurs avant le Tsunami.

Cette décision intervient alors que les problèmes posés par la centrale de Fukushima sont loin d’être réglés. Au contraire.  Selon un universitaire cité par le Nouvel Obs, « A la centrale de Fukushima, le pire est peut-être à venir » . La fameuse piscine du réacteur 4, remplie de centaines de tonnes de combustible radioactif, est toujours à la merci d’un tremblement de terre ou d’un typhon. Dans le cas où cette conjecture se réaliserait, l’atmosphère pourrait recevoir dix fois plus de radioactivité que lors de l’accident de Tchernobyl. Une éventualité qui doit donner des sueurs froides aux habitants de l’archipel…

La France et la Grande-Bretagne ont pour l’instant choisis une tout autre stratégie : les deux puissances sont décidées à lancer une nouvelle génération de réacteurs, plus sûrs et plus performants. Jusqu’à la prochaine catastrophe ?

Au pays de la gastronomie, les 21-34 ans ne mangeraient pas sainement. Pire : ils équilibreraient encore moins leurs repas que les Américains du même âge, malgré la réputation de malbouffe qui suit le pays de l’Oncle Sam. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude menée par le Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie (CREDOC). 

Trop de sandwichs, de charcuterie, de fromage et pas assez de fruits et légumes : voilà ce qui perd les jeunes français selon le CREDOC. La richesse du terroir culinaire tricolore (spécialités de viandes dans chaque région, autant de fromages différents que de jours de l’année, plats en sauce de réputation mondiale… ) porte préjudice à la santé des jeunes adultes.

Au pays des MacDonalds, KFC et autres Quick, on mange peu équilibré et très sucré (principalement à cause d’une forte consommation de sodas), mais les acides gras saturés et le cholestérol sont beaucoup moins ingérés qu’en France.

Ce constat inquiète les scientifiques du CREFOP qui craignent qu’à long terme le modèle alimentaire français prenne du plomb dans l’aile.

Avec toutes les émissions culinaires diffusées en France (Masterchef, Top Chef, Un dîner presque parfait,… ), qui vantent la créativité et l’équilibre dans les plats, espérons que les habitudes alimentaires des jeunes adultes se modifieront progressivement…

 

Alors que le projet de la mise en place de la 3G et la 4G dans les lignes du métro devait faire oublier à la RATP les scandales à caractère sexuel qui la rattrape, la polémique sur les risques sanitaires ne cesse d’enfler mettant à mal le projet. Détails.

Les yeux rivés sur son smartphone avec une connexion internet haut débit, voilà le projet de la RATP pour vous. Après la mise en place du wi-fi gratuit dans une quarantaine de stations la semaine dernière, la RATP s’apprête à passer à la 3G et à la 4G, des dispositions qui permettront aux nombreux voyageurs d’avoir accès à une connexion fluide sans interruption.

Le projet est déjà bien entamé puisqu’un premier opérateur, SFR, a déjà signé avec la RATP. Les abonnés de SFR pourront  dès le premier octobre se connecter à Internet en 3G autour de deux nœuds principaux, Châtelet et la gare de Lyon alors que la ligne 1 et le RER B devront attendre 2013 pour être desservis.  « Nous pensons fondamentalement que la connectivité fait partie du service des transports », assure Pierre Mongin, PDG de la RATP.

Toutefois, les bonnes intentions ne suffisent pas et la RATP devra fournir des éléments d’explication quand aux risques des ondes émises par la 3G.  Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des Toits, interpelle les responsables et assure que le projet « c’est n’importe quoi » avant d’expliquer que « Dès qu’on se trouve dans une cage en métal, le rayonnement est concentré ». D’autant que s’ajoute un phénomène de « handover », le passage d’une antenne à une autre, lorsque le métro est en mouvement. « On privilégie les bénéfices commerciaux à la santé publique », conclut Etienne Cendrier.

 

Les spéculations vont bon train sur la date de sortie du nouvel iPHone. Le smartphone d’Apple serait présent sur les étagères des magasins en Octobre. Détails.

« L’iPhone 5 est susceptible d’être constitué à partir de composants en métal liquide : un alliage de zirconium, de titane, de nickel, de cuivre … et bénéficiant d’une surface externe lisse comme un liquide » écrit le site coréen IT News citant des sources anonymes de l’industrie.

Après une longue attente, les amateurs d’Apple ne risque pas d’être déçus une fois l’iphone 5 sur le marché. Le smartphone d’Apple tiendrait l’intégralité des promesses au niveau du design : Il sera doté d’un écran plus fin et surtout plus grand, une nouvelle technologie concernant le tactile et une compatibilité avec des réseaux mobiles 4G.  L’attendu smartphone sera plus léger et solide que l’iPHone 4s.

« La demande est allé si loin de la disponibilité que nous avons décidé de commencer à dépenser plus d’argent pour obtenir plus d’approvisionnement dès que possible » a déclaré le directeur général de Qualcomm Paul Jacobs. Une déclaration qui vient confirmer notre information. L’iPHone 5 sortira certainement en Octobre.

 

Nul ne l’ignore. Le président candidat a été chahuté par des indépendantistes basques lors de son déplacement à Bayonnes au Pays Basque jeudi après midi.

Une occasion à tous les dérapages et depuis hier , les déclarations se succèdent. Sarkozy accuse  le candidat socialiste d' »échauffer les esprits ».«Hollande a annoncé l’épuration s’il était élu, de tous les magistrats, de tous les fonctionnaires et de tous les ambassadeurs qui ne pensaient pas comme lui, alors forcément, ça échauffe les esprits des gens de la base.»

Epuration? Une expression qui indigne la gauche  qui riposte «C’est un peu hallucinant quand même: François Hollande a simplement indiqué qu’un certain nombre de hauts fonctionnaires mis en place par Nicolas Sarkozy avaient vocation à changer. De là à parler d’épuration… Il faudrait que le président de la République tienne un peu ses nerfs », a déclaré le secrétaire national du PS Jean-Christophe Cambadélis.

Les réactions de la classe politique ne finissent pas de tomber, Dominique de Villepin a martelé ce matin que les « Les deux principaux candidats prennent les Français pour des couillons ».

Une seule chose est sure , on a pas fini d’entendre parler de la visite agitée de Nicolas Sarkozy à Bayonnes.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=T9foXTtJxY4[/youtube]

Un petit coup de spray nasal et c’est bon ! Des chercheurs canadiens ont découvert une nouvelle hormone qui serait capable de lutter contre la timidité voire l’autisme.

Des chercheurs de l’université canadienne Concordia de Montréal, ont découvert une hormone naturelle qui permettrait de lutter contre la timidité. Avec cette hormone fini la voix tremblante, les mains moites ou le trac lorsque vous abordez une inconnue dans la rue ou quand vous passez un entretien d’embauche.

Les propos de Mark Ellenbogen, l’un des responsables de l’étude publié dans L’express confirme que « Sous l’effet de l’ocytocine, certaines personnes deviennent plus extraverties, plus ouvertes aux idées nouvelles et plus confiantes », « l’administration d’ocytocine a notamment amplifié des traits de personnalité comme la cordialité, la confiance, l’altruisme et l’ouverture. » Les effets de cette hormone sont également étudiés pour traiter les phobies sociales et l’autisme car elle facilite la perception de sentiments.

Cette étude a été mené auprès d’une centaine d’hommes et de femmes âgés de 18 à 35 ans et l’hormone a été injecté par voie nasale pour améliorer les résultats.

 

Source : L’Express

Jeudi, Français Hollande a accusé Nicolas Sarkozy d’être le commanditaire des attaques portées à son égard par les disciples du président.

« Ces messages sont organisés, partent du plus haut niveau, ils sont répétés, scandés, quand ils ne sont pas préparés au QG de campagne du président qui n’est pas candidat« , a dénoncé François Hollande lors d’une conférence de presse dans un établissement scolaire de Bondy, en Seine-Saint-Denis. Il fait référence aux attaques lancées récemment contre lui, comme les propos de Fillon qui l’accusent d’être un menteur sur la question de la retraite à 60 ans.

« Moi je ne tomberai pas dans ces travers, je n’utiliserai pas de mots qui peuvent abaisser le niveau de la politique« , a ajouté François Hollande. « Je ne voudrais pas que la campagne (soit) simplement organisée autour des formules et des dénigrements des uns et des autres« .

« Les mots qui sont utilisés, les formules qui sont prises, ça ne m’atteint pas, en aucune façon. Moi, je conduis mon parcours avec sérénité et avec le sens des responsabilités », a assuré le candidat socialiste.

Alors qu’à cinq mois des élections présidentielles, Nicolas Sarkozy ne s’est toujours pas déclaré président. Mais les attaques lancées contre François Hollande montrent bien qu’il l’est déjà.

Les médias ne parlent plus beaucoup du candidat du Parti socialiste… François Hollande aurait-il disparu du paysage politique ?

Pas vraiment. Actuellement, Nicolas Sarkozy occupe beaucoup les médias puisqu’il est omniprésent sur la scène européenne et internationale, laissant peu de place aux autres candidats. Mais ceci est aussi un réajustement, suite aux primaires socialistes qui avaient concentré l’attention médiatique.

Le Parti socialiste a accumulé une avance considérable vis-à-vis du temps de parole sur les autres partis politiques. Les primaires socialistes ont été un succès, à la fois médiatique et en terme de mobilisation. Aujourd’hui, François Hollande paie cette avance, soit par une absence médiatique, soit par une présence moins importante.

Néanmoins, cette absence médiatique n’est pas synonyme d’absence politique. François Hollande est bien présent et communique sur l’actualité. Selon un sondage BVA pour Le Parisien/Aujourd’hui en France, François Hollande devance toujours largement Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote du premier tour de la présidentielle de 10,5 points, c’est-à-dire 35% contre 24,5% seulement pour le président sortant.

 

 

Eva Joly, candidate d’Europe Ecologie-Les Verts aux élections présidentielles de 2012, a été Miss dans sa jeunesse ! A 18 ans, elle a été élue deuxième dauphine (3ème place) de Miss Norvège.

Voilà une carrière pleine de contrastes ! Née en 1943 à Oslo, Gro Eva Farseth, de son nom de jeune fille, quitte la Norvège pour la France, peu de temps après l’élection Miss Norvège. Elle devient fille au pair, et fait des études en droit public et en sciences politiques. Après ses études, elle devient conseillère juridique d’un hôpital psychiatrique avant d’intégrer la magistrature, comme Substitut du Procureur de la République d’Orléans puis d’Evry.

Devenue juge d’instruction au pôle financier au Palais de justice de Paris, elle instruit « certaines des principales affaires politico-financières des années 1990 », notamment les affaires Tapie et Elf

Eva Joly se lance ensuite dans une carrière politique et est élue députée européenne en 2009. Entre 2005 et 2009, elle travaille comme Conseillère du gouvernement norvégien, avant d’être élue au Parlement européen.

Aujourd’hui, elle est la candidate écologiste aux élections présidentielles de 2012 face à, entre autres, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=mz08oF5nCtU[/youtube]

 

 

Jeudi, Eva Joly a présenté lors d’une conférence de presse les personnes qui feront partie de l’équipe de campagne pour les élections présidentielles de 2012, qu’elle a appelé la ruche . Après les deux semaines chaotiques, la candidate écologiste s’est efforcée de faire passer un message de rassemblement au sein du Parti Europe Ecologie – Les Verts.

Les députés européens José Bové, chef de file des anti-OGM, ancien syndicaliste paysan et candidat indépendant en 2007, Dominique Voynet, maire de Montreil, et Michèle Rivasi sont porte-paroles de la campagne. L’ancien porte-parole Yannick Jadot, qui avait démissionné de son poste lorsqu’Eva Joly avait tergiversé pour dire si elle voterait ou non pour François Hollande au second tour en 2012, est présent dans l’équipe de campagne, mais à une place secondaire au sein du conseil stratégique. Stéphane Sitbon-Gomez, 24 ans, est directeur de campagne. Cécile Duflot et Noël Mamaire animeront quant à eux le « conseil stratégique. »

Xavier Emmanuelli est l’invité surprise de cette campagne présidentielle. Le fondateur du Samu Social, qui a démissionné de la présidence de l’organisme en juillet dernier, sera chargé des « urgences sociales. »

«C’est une nouvelle étape de ma campagne, toute la famille est là. Si vous avez pu penser qu’il y a eu des moments de solitude, tout cela est bien terminé», a lancé la candidate d’Europe Ecologie – Les Verts en présentant cette équipe dans un café parisien.

Pour voir l’organigramme de l’équipe de campagne d’Eva Joly, cliquez ici.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=jEM_KjhSOPU[/youtube]

Mardi, la cellule de chiffrage de l’Institut de l’entreprise a publié sur son site Internet Débat&co une estimation des coûts que représenteraient certaines propositions de Marine Le Pen.

Le création de 40 000 places de prison supplémentaires

Samedi 19 novembre, Marine Le Pen a rendu public son projet de compagne. Le création de 40 000 places de prison fait partie de ses propositions. Selon les estimations de l’Institut de l’entreprise, cette proposition coûterait entre 4,3 et 5,8 milliards d’euros sur la période du quinquennat en dépenses d’investissement, et 1,2 milliards d’euros par en dépenses de fonctionnement. Par ailleurs, le coût de détention par détenu était en 2009 de 82,77 euros par jour en moyenne.

Revalorisation du budget de la justice

Parmi les propositions de Marine Le Pen, on trouve la revalorisation du budget de la justice de 25%, afin d’attendre, par exemple, la ration de 20 magistrats pour 100 000 habitants en 2017, contre 12 pour 100 000 à l’heure actuelle. Mais cette revalorisation coûterait environ 1,1 milliard d’euros sur 5 ans, c’est-à-dire 219 millions par an.

Reconstitution des effectifs de police et de gendarmerie supprimés depuis 2005 

Après une hausse des effectifs de sécurité en 2006 et 2007, le nombre de gendarmes étaient passés de 100 410 à 95 883 postes équivalents temps plein en 2007, et le nombre de policiers de 148 410 à 143 714. Marine Le Pen propose de récréer 9 223 postes sur 5 ans, ce qui coûterait 242 millions d’euros sur la période du quinquennat.

Au total, en matière de sécurité et de justice, le programme du Front national et de Marine Le Pen pourrait coûter 7 à 8 milliards d’euros par an !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=WEltlXMvKuY[/youtube]

Mercredi, lors d’un meeting avec les maires de France, Nicolas Sarkozy s’est exprimé sur la proposition de loi socialiste visant à autoriser les étrangers hors-UE résidant en France à voter aux élections municipales. Alors qu’il s’était déclaré partisan pour le droit de vote des étrangers dans son livre « Libre » publié en 2006 et en tant que chef de l’État en 2008, le président s’est déclaré défavorable. Le Sénat devrait examiner la proposition de loi en décembre.

« Une telle proposition me semble hasardeuse (…) parce qu’elle risque de diviser profondément les Français au moment où, plus que jamais, nous avons besoin de les rassembler« , a déclaré le président de la République devant les 3.000 maires réunis à l’Elysée.

« Les traités européens qui s’appliquent en France ont prévu que les citoyens de l’Union européenne résidant en France peuvent participer aux élections municipales et aux élections européennes, nous avons une communauté de destin« , a justifié le chef de l’Etat.

« Mais je suis très attaché à ce que notre Constitution n’aille pas au-delà, parce que je crois depuis longtemps que le droit de voter et le droit d’être élu dans nos territoires doit demeurer un droit attaché à la nationalité française, étendue pour les élections municipales et européennes aux citoyens européens qui partagent avec nous une communauté de destin », a-t-il ajouté.

« Si une personnalité de nationalité étrangère qui réside dans notre pays, qui respecte nos lois et nos valeurs, veut participer aux choix politiques de notre nation, alors mesdames et messieurs les maires, une voie lui est ouverte, cette voie c’est l’accès à la nationalité française« , a insisté Nicolas Sarkozy sous les applaudissements d’une salle largement acquise à sa cause. « Il n’y a, me semble-t-il, rien de choquant, rien d’anormal à ce que les électeurs et à ce que les élus des territoires de France soient Français« , a-t-il conclu.

Le PS propose dans son projet pour 2012 d’étendre le droit de vote aux étrangers hors Union européenne valable « uniquement pour les municipales« , sans réellement préciser les conditions. Suite à la proposition de loi, la présidente du FN Marine Le Pen et le ministre Thierry Mariani sont montés au créneau et ont lancé une pétition pour s’y opposer.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=GNee9NEw3HA[/youtube]

Arnaud Montebourg, troisième homme de la primaire socialiste, a fait une proposition écrite à Martine Aubry : il souhaite que le PS n’investisse pas des candidats âgés de plus de 67 ans à l’Assemblée nationale, afin de laisser de la place aux « plus jeunes » lors des prochaines élections législatives.

Arnaud Montebourd a écrit, dans une lettre adressée à Martine Aubry, première secrétaire du PS : « Je te propose donc de demander au Bureau national de demain, mardi 8 novembre 2011, de fixer l’âge limite à l’investiture à 67 ans révolus. » Mais sa proposition n’a pas fait l’unanimité au PS. «Est-il acceptable que des députés socialistes ayant accompli parfois leur 7e ou 8e mandat, élus depuis 1978 ou 1981, atteignant l’âge respectable de 68, 69, 70, 71, 72 ou 73 ans, déclarent vouloir se représenter dans une période où le monde ne vit plus sur les mêmes règles qu’il y a ne serait-ce que 10 ans?», explique-t-il dans sa lettre adressée à la première secrétaire.

Le chantre de la démondialisation et de la VIe République s’est trouvé une nouvelle bataille : le rajeunissement de la classe politique française. Pour le député de Saône-et-Loire, « l’Assemblée et le Sénat sont deux chambres de retraités. » Les soutiens sont rares, mais Malek Boutih (47 ans) et Lorianne Deniau (29 ans), présidente des Jeunes socialistes, défendent cette idée.

Mercredi, sur le site Internet de L’Express, il s’interrogeait : « Quelle est la légitimité de certains députés qui se présentent à un 7e ou à un 8e mandat? Certains de mes collègues à l’Assemblée étaient députés alors que je n’étais qu’au collège. Pourtant, j’ai presque 50 ans. »

 

 

 

Un astéroïde de 400 mètre de diamètre se dirige vers la Terre… Mais pas de panique, 2005 YU55 passera le 8 novembre à 324 600 kilomètres de la Terre, ce qui représente 3/4 de la distance qui sépare la Terre de la Lune.

Ce type d’astéroïde géocroiseur, ou ECA pour Earth-Crossing Asteroids, n’est pas une menace pour la Terre. Même si la distance est relativement proche à l’échelle astronomique, il n’y a aucun risque pour qu’il choque la Terre.

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que ce type d’astéroïde croise la planète bleue : en 1976 déjà, un astéroïde de cette taille avait croisé la Terre. Un astéroïde similaire sera au voisinage de la Terre en 2028.

C’est une bénédiction pour les astronomes, qui pourront observer de prêt l’astéroïde, grâce au Deep Space Network de la NASA et du radiotélescope d’Arecibo situé à Porto Rico.

Les amateurs équipés d’un bon télescope pourront également le voir. Il faudra néanmoins être équipé d’un télescope avec une ouverture de 6 pouces (15 centimètres) ou plus.

 

 

Ce n’est encore qu’une rumeur mais une nouvelle version de l’iPad d’Apple devrait sortir en mars 2012. L’information vient du site japonais Macotakara qui affirme que Apple serait actuellement en pleine préparation de la production de sa 3ème  génération de iPad.

Quoi d’neuf dans cette nouvelle tablette ?  La vraie nouveauté viendrait en fait du dock connector, qui n’est autre que la prise qui permet au câble USB de connecter la tablette à son ordinateur et qui aurait été repensé par Apple pour être plus petit. D’après ce détail, la volonté de la firme pourrait être de réduire l’épaisseur de sa tablette. Il ne sera donc plus compatible avec les anciens accessoires…

L’iPad 3 devrait donc faire son apparition à peine 1 an après la sortie de l’iPad 2, ce qui le relèguera vite au rang d’obsolète.

Einstein et sa théorie de la relativité ont été dépassés par… les neutrinos ! C’est ce qu’ont annoncé jeudi des physiciens du CNRS, qui, d’après leurs recherches, ont démontré que les particules élémentaires de la matière (neutrinos) voyageaient plus vite que la vitesse de la lumière, jusqu’alors considérée comme la limite infranchissable.

«Si c’est vrai, c’est une véritable bombe pour la physique, c’est une découverte comme il en arrive tous les siècles», commente Thibault Damour, grand spécialiste de la relativité d’Einstein à l’Ihes (Institut des hautes études scientifiques à Bures-sur-Yvette). Si des particules ont effectivement circulé à une vitesse supérieure à celle de la lumière, c’est incompatible avec les grandes théories de la physique actuelles, dont la relativité d’Einstein, et cela remet en question leur « domaine » de validité, explique Pierre Binetruy, directeur du Laboratoire Astroparticule et cosmologie à Paris.

La violation de la vitesse de la lumière a été observée sur un faisceau de neutrinos, des particules ultralégères qui n’interagissent presque pas avec la matière, produits par l’accélérateur du Cern, près de Genève, et détectés sous la montagne du Gran Sasso, dans les Apennins, au centre de l’Italie. On s’attendait à ce que les neutrinos traversent sans encombre les 731 kilomètres de croûte terrestre qui séparent les deux installations scientifiques à une vitesse proche de celle de la lumière, soit un trajet d’au moins 2,5 millièmes de seconde. Mais à l’immense surprise de Dario Autiero et de ses collègues lyonnais, les neutrinos arrivaient sur le détecteur Opera, dans le laboratoire du Gran Sasso, en moyenne avec 60 nanosecondes (60 milliardièmes de seconde) d’avance par rapport à la lumière. Un décalage qui paraît infime, mais qu’aucune théorie actuelle n’est capable d’expliquer.

« Compte tenu de l’énorme impact qu’un tel résultat pourrait donc avoir pour la physique, des mesures indépendantes s’avèrent nécessaires afin que l’effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi », souligne le CNRS.

Nikola Tesla avait donc raison quand il réfutait la théorie d’Einstein sur la vitesse de la lumière. Il avait également découvert l’énergie libre grâce aux neutrinos, une énergie propre et gratuite ! Cependant les lobbyings du monde entier ont toujours préféré l’utilisation du pétrole et des ressources de la nature pour créer de l’énergie… Cette (re)découverte pourrait donc être une véritable révolution technologique.

Source : Le neutrino, la particule qui va détrôner le pétrole

Je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous pour comprendre cette passionnante découverte

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=wbvN-5saWuc[/youtube]

L’association Prévention Routière se félicite de la parution du décret d’application des articles de la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure du 14 mars 2011 (LOPPSI) relatifs aux éthylotest anti-démarrage. Kézako ?

Les auteurs de délits de conduite en état d’ivresse* devront conduire un véhicule équipé d’un éthylotest d’anti-démarrage comme peine complémentaire ou comme mesure de composition pénale. Ainsi, pour démarrer la voiture, il faudra ne pas être en état d’alcoolique*.

Depuis 2004, l’association Prévention Routière et le Centre d’Études et de Recherches en Médecine du trafic (CERMT) ont expérimenté l’installation d’éthylotests anti-démarrage dans le cadre de peines alternatives aux poursuites judiciaires pour alcoolisation délictuelle au volant.

L’intérêt de l’éthylotest anti-démarrage pour la justice est de réduire le taux de récidive constaté chez les conducteurs ayant fait l’objet de sanctions classiques. C’est aussi une façon d’offrir la possibilité aux participants de sauvegarder leur insertion professionnelle et sociale par une suspension de permis plus courte.

Le décret n’évoque cependant pas la mise en place d’un programme de contrôle et d’accompagnement. Celui-ci sera laissé à l’appréciation des juridictions locales.

* Alcoolémie supérieure ou égale à 0.8g/l d’alcool dans le sang.

 

Le premier astéroïde troyen de la Terre a été découvert, il accompagne la Planète bleue dans sa rotation autour du Soleil.

Encore une découverte en astronomie pour l’année 2011! Le premier astéroïde troyen de la Terre a été découvert en 2010 par la NASA, mais c’est seulement en avril dernier qu’il a été confirmé comme « troyen » par l’observatoire Canada-France-Hawaï. C’est le magazine Nature, paru hier, qui officialise l’information. Un astéroïde troyen est positionné sur l’orbite d’une planète proche, qu’il précède ou suit dans sa rotation autour du soleil. Celui de notre orange bleue la précède. Il ne risque pas d’entrer en collision avec car son orbite est stable.

Mars, Neptune et Jupiter étaient jusqu’en 2010 les seules planètes connues pour avoir un astéroïde troyen. Celui de la Terre -nommé TK7-2010 – est de petite taille, il mesure environ 275m de large comme le rapporte le Figaro. Il se situe à environ 80 millions de kilomètres de la Terre. TK7-2010 « est stable pour au moins dix mille ans», affirme Martin Connors professeur à l’Université Athabasca au Canada, relayé par 20 minutes.

« Quand vous regardez autour de Jupiter, vous n’avez pas de vrais problème pour trouver ses astéroïdes » car la plupart du temps ils se situent dans une portion de ciel où il fait nuit lorsqu’ils sont observés de la Terre, explique Martin Connors, comme le rapporte news.discovery.com. « Mais pour nos [astéroïdes] troyens, ils sont plutôt proches du Soleil donc c’est le genre de chose que vous ne pouvez voir qu’une heure le soir et le matin, c’est votre seule occasion de les chercher. C’est pourquoi aucun [astéroïde troyen] n’avait été trouvé avant« .

Voir la vidéo du Figaro montrant la trajectoire de l’astéroïde troyen de la Terre :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=0ZfRP9z6k1M[/youtube]

Crédit photo : extrait de la vidéo.

Le 19 juillet on entendait parler d’une détonation dans le ciel breton. Aujourd’hui, la caméra d’un particulier révèle les images de l’explosion d’une météorite. 

Cette année est riche en évènement pour les astronomes. Après la découverte de la possible entrée du soleil en hibernation et celle d’une nouvelle galaxie, des images de l’explosion d’une météorite sont offertes sur un plateau. Le 19 juillet dernier, vers 5h15 du matin, une météorite a explosé dans le ciel breton. « Je me suis précipité dehors pour voir ce qui se passait. J’ai vu une énorme boule orange dans le ciel« , témoigne un tourier pour Ouest France. Un autre breton explique que l’explosion était si forte qu’il a pensé au crash d’un avion.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xk5aao_une-meteorite-survole-la-bretagne_news[/dailymotion]

L’espace des sciences de Rennes a récupéré les images de l’explosion filmées par la caméra de surveillance d’un particulier. « Cette vidéo nous prouve que le phénomène est bien lié à la chute d’une météorite. On y voit très bien la trace que l’on nomme le météore, générée par la météorite. Nous avons l’heure exacte du phénomène, sa durée, son identification, une idée de sa trajectoire et l’altitude à laquelle il disparaît. Environ 10.000 mètres d’altitude« , explique Priscilla Abraham à Ouest-France.

Il n’y a plus qu’à récupérer des fragments de la météorite, ce qui ne sera pas la tâche la plus aisée pour les scientifiques à cause des amateurs qui eux aussi, veulent leur bout de roche extraterrestre. Les occasions de récolter une telle matière sur le sol français sont rares.

Crédit photo : extrait de la vidéo.

Les Corses ont eu la mauvaise surprise de sentir la terre trembler jeudi soir peu après 21h15. L’Ile de Beauté a en effet été touchée par un séisme de 5,3 sur l’échelle de Richter qui n’a heureusement fait aucune victime ni dégât matériel. L’épicentre du séisme était situé en Méditerranée (photo), à 20km de profondeur et à seulement 187 kilomètres de Toulon et 100 kilomètres d’Ajaccio.

La secousse a été ressentie en Corse, sur la Côte d’Azur et à Marseille, mais de nombreux habitants de Toulon ou de Nice, voire même d’Ajaccio, indiquaient n’avoir rien constaté d’inhabituel. Les pompiers corses ont tout de même reçu 1 200 appels téléphoniques, et une centaine pour leurs homologues marseillais.

L’activité sismique de cette résulte du choc entre la plaque tectonique africaine qui monte peu à peu vers la plaque eurasienne. Ainsi, le 11 juin 1909, un séisme de 6 degrés avait frappé les Bouches-du-Rhône faisant 46 morts et détruisant 1 500 habitations.

Si le séisme de jeudi soir est moins fort que ceux qui touchent régulièrement le Japon, une telle intensité de secousse n’est pas si rare en France : environ deux séismes de cette force sont enregistrés par an dans l’Hexagone. Dans le cas où l’épicentre est situé en pleine terre, une secousse de 5 sur l’échelle de Richter peut être dévastatrice. Ainsi, le 11 mai dernier, l’Espagne a été touchée par un séisme de 5,1, faisant 9 morts, 75 blessés et d’importants dégâts matériels.

Selon la nouvelle carte de zonage sismique en France, entrée en vigueur en mai 2011, le risque de fort tremblement de terre dans cette zone reste tout de même assez faible. Seule la région des Antilles est classée catégorie 5, le niveau de risque le plus élevé. Hormis le sud de l’Alsace et les massifs des Alpes et des Pyrénées, classés zone 4, le reste de la métropole se situe entre les zones 1 (bassins aquitain et parisien) et 3.

Une nouvelle galaxie – appelée un quasar – vieille de 13 milliards d’années vient d’être découverte par les astronomes. Cette découverte est un événement pour l’histoire de l’astronomie.

Une équipe d’astronomes européens a réussi à identifier une sorte de galaxie à noyau actif, s’appelant un quasar, qui serait la plus vieille connue à l’heure actuelle. Selon les experts, la lumière du quasar aurait mis 13 milliards d’années à arriver jusqu’à la Terre. Ce qui veut dire que lorsque l’univers avait seulement 770 millions d’années, cette galaxie existait déjà.

Un quasar est une source d’énergie électromagnétique. Son énergie est sûrement formée par de la matière qui tombe sur un trou noir. Un quasar émet beaucoup plus de lumière que les autres formes de galaxie. Ils sont situés à des milliards d’années de la Terre.

Le petit dernier de la collection des quelques 20 000 quasars découverts, se nomme ULAS J1120+0641. Il apporterait de nouvelles informations sur la création de l’univers. « En regardant attentivement l’époque de la réionisation (ndlr : formation d’ions grâce au rayonnement intense de la première génération d’étoiles), ce quasar donne l’occasion unique d’explorer une fenêtre de 100 millions d’années de l’histoire du cosmos qui était auparavant hors d’atteinte« , s’enthousiasme Bram Venemans, l’auteur de l’étude qui parait aujourd’hui dans Nature, comme le rapporte science20.

Ce quasar permettra de comprendre comment les trous noirs se sont formés. Les scientifiques estiment sa masse à deux milliards de fois celle du Soleil. Pour grandir un trou noir se nourrit des étoiles. Or selon les astronomes, le quasar qui vient d’être découvert contient un amas d’énergie trop important pour une galaxie datant des premiers millions d’années de l’univers. Comme le rapporte Le Point, les scientifiques sont si enthousiastes parce que ULAS J1120+0641 représente la preuve que les trous noirs, à leur tout début, ne se nourrissaient pas uniquement d’étoiles.

Cette nouvelle galaxie, découverte grâce à un télescope d’Hawaï, nous permettra d’apprendre plus sur la célèbre question « D’où venons nous? »

Crédits photo : Credit: ESO/M. Kornmesser

Vous l’aurez sans doute remarqué, le soleil est de retour et amènent avec lui une vague de chaleur très élevée. Tout le territoire est en alerte afin de protéger au mieux les plus fragiles contre ces 36°C abrutissants !

Dès aujourd’hui, plusieurs régions, départements ou communes ont mis en place des plans canicule spéciaux, destinés à suppléer le plan canicule gouvernemental 2011, démarré le 1er juin dernier.

Les prévisions météo de l’été 2011 sont disponibles sur le site de Météo France. Il semblerait qu’il y ait une tendance générale à la sécheresse et côté soleil, températures, l’été risque d’être rude.

Du 10 mai au 15 juillet 2011 : «  Période durant laquelle les vagues de chaleur vont se succéder. Peut-on parler de canicule ? On peut craindre en effet une période de temps caniculaire sans en prévoir la durée »

Du 15 juillet au 30 août 2011 : « peu de records mais toujours des à-coups excessifs. D’une manière générale, une impression de temps sec et ensoleillé prévaudra. »

Toutefois les prévisions à longue échéance ne sont pas très sûres, il va falloir patienter pour qu’elles s’affinent.

Pour l’heure, il est important de connaître les gestes qui sauvent en cas de canicule. Tout d’abord, assurez-vous bien de conserver vos aliments à basse température pour éviter la croissance de micro-organisme et donc l’intoxication alimentaire. Plutôt utile quand on sait que la bactérie E-coli continue à faire des victimes à travers l’Europe. Pour éviter la déshydratation, buvez 1.5 litre d’eau par jour même si vous n’avez pas spécialement soif, évitez les boissons alcoolisées, caféinées ou avec une forte teneur en sucre et mangez le plus possible de fruits ou crudités contenant beaucoup d’eau (melons, pastèques, concombres, tomates etc…). Pour finir, habillez-vous léger et ample, préférez l’ombre au soleil et passez le plus de temps possible dans des endroits climatisés (cinémas, grandes surfaces etc …).

Pour connaître tous les conseils du gouvernement, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du plan canicule 2011. Dernier conseil ? Faite attention aux personnes fragiles dans votre entourage !

Il n’y aura pas de scénario digne d’Armageddon pour cette fois! L’astéroïde qui a frôlé la Terre aux alentours de 15h30 aujourd’hui n’a eu aucune incidence sur notre planète. Néanmoins, cela reste un événement rare.

L’astéroïde baptisé 2011 MD devait passé à seulement 12 300 kilomètres de la Terre, selon la NASA. Il a été repéré il y a quelques jours et mesure entre 5 et 20 mètres. Il n’était pas assez grand pour susciter la moindre inquiétude. Quand bien même il se serait trop rapproché de la Terre, il aurait été pulvérisé en entrant dans l’atmosphère. Les morceaux aurait été de trop petite taille pour avoir des conséquences notables. Pas de scénario catastrophe pour cette fois. Les amateurs d’astronomie ont dû apprécié l’événement, qui ne se produit que tous les 6 ans environ, car il devait être suffisamment éclairé pour être visible avec un télescope.

Crédits photo : AFP

Le Solar Impulse a pu faire sa démonstration hier soir. La vedette du salon du Bourget est un avion nouvelle génération qui vole grâce à une énergie renouvelable.

Le Solar Impulse (HB-SIA) est un avion de 63 mètres de long qui fonctionne à l’énergie solaire. Pour pouvoir s’envoler l’appareil a besoin de conditions météorologiques particulières : le vent doit être supérieur à 12 kilomètres/heures et le soleil présent. L’aviation commence à se tourner vers les énergies renouvelables. Après le Zehst, le Solar Impulse marque une nouvelle fois une volonté de polluer moins, voir pas du tout. Comme le rapporte le Nouvel Observateur, à défaut de pouvoir transporter des passagers, le Solar Impulse fait germer des idées dans l’esprit des gens, avec cet appareil voler sans polluer devient possible.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=L1MLqLNXI0g[/youtube]

Le Solar Impulse fonctionne grâce à presque 12000 cellules photovoltaïques qui alimentent quatre moteurs électriques, rapporte BFM TV. « Plus il vole, plus l’énergie s’accumule dans l’avion », se réjouit Bertrand Piccard, une des personnes travaillant sur son prototype.

« Solar Impulse symbolise le rêve et la passion de l’aéronautique au Salon du Bourget… Mais au-delà des symboles, il y a des questions concrètes, et aussi des solutions. L’industrie aéronautique offre des opportunités formidables ; c’est l’avenir, la passion et l’embauche. Il ne faut pas passer à côté », a affirmé Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l’écologie selon le site technologicvehicles.

L’équipe travaillant sur le Solar Impulse voudrait réaliser le tour de la planète en cinq étapes d’ici quelques années. Un second avion de ce type entrera en production début juillet. Pour les créateur du Solar Impulse, la devise relative au concept est celle de Jules Vernes : « Tout ce qui est impossible reste à accomplir ».

Crédits photo : extrait de la vidéo de BFM TV.

Selon un rapport du Nothern Sky Research, 1600 satellites devraient être envoyés sur orbite au cours des 15 ans à venir. Tout ça pour la maudite somme de 250 milliards de dollars. Arianespace participe à ce défi.

Avec un moyenne de 110 satellites lancés par an, les experts du Nothern Sky Research (NSR) espèrent que l’industrie ré atteindra son apogée vers 2016. Le groupe Arianespace participera à l’envoi des 1600 satellites, tous types confondus : civils, militaires, météorologiques ou de télécommunications. Au cours de ces 15 prochaines années, l’Ariane 5 continuera d’être envoyée en orbite car jusqu’à présent, elle incarne le succès. Depuis 8 ans, la fusée a rempli 44 missions avec succès. Sa particularité c’est qu’elle est la seule fusée capable de lancer 2 satcom de 5 tonnes en même temps. « Elle couvre, à raison de 6 à 7 tirs par an, plus de la moitié du marché mondial qui tourne autour de 20 à 25 satellites« , souligne François Auque, le PDG d’Astrium et le maître d’œuvre de la fusée Ariane, dans une interview du Figaro.

Le PDG d’Astrium espère que Ariane 5 aura d’ici 2025 une petite sœur pour la compléter. En attendant cette innovation, une Ariane 5ME sera lancée d’ici 2016. « Sa capacité d’emport de 12 tonnes en orbite géostationnaire sera améliorée de 20 % […]. Ariane 5 ME pourra placer plusieurs satellites sur différentes orbites, envoyer des sondes vers d’autres planètes et participer à un éventuel programme d’exploration spatiale et de vols habités« , explique François Auque au quotidien.

Comme le rapporte Libération, Ariane 6 pourrait être un lanceur modulaire, capable de lancer de 2 à 8 tonnes en orbite géostationnaire. Ariane 5 « est surdimensionnée dès qu’il s’agit de placer, généralement sur orbite basse, des satellites scientifiques ou d’observation qui sont, en outre, de plus en plus petits« , explique François Auque. Ariane 6 devrait avoir le profil approprié.

Crédits photo : Reuters.

EADS travaille sur un nouveau modèle d’avion qui irait plus vite, ne polluerait pas et volerait au dessus de l’atmosphère.

Le groupe EADS (European Aeronautic Defense and Space) présentera son projet d’avion au salon du Bourget le lundi 19 juin, grâce à une maquette de 4 mètres de long.

Nommé Zehst (Zero Emission HyperSonic Transportation), son principal avantage c’est qu’il ne pollue pas. Comme le rapporte le Nouvel Observateur, l’engin cousin de la fusée aura des moteurs qui fonctionneront à l’hydrogène et à l’oxygène, dégageant de la vapeur d’eau pour seule pollution. Il volera à plus de 32 kilomètres au dessus de la mer, contre 11 kilomètres pour les avions classiques. A cette altitude l’appareil ne pollue plus l’atmosphère.

Autre avantage incontestable : sa vitesse. Comme le rapporte Le Parisien, l’avion serait hypersonique puisqu’il pourrait aller à Mach 4, l’équivalent de quatre fois la vitesse du son. L’appareil comportant entre 60 et 100 places pourrait effectuer un vol Paris/Tokyo en 2h30, avec une allure de presque 5000 km/heures. Aujourd’hui un tel voyage nécessite 11 heures.

Pour l’instant le possible successeur du Concorde n’est qu’un projet. Le prototype devrait voir le jour vers 2020, le premier vol d’essai aurait lieu en 2030 et la mise en circulation serait pour 2050.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=zFVK7a-Tekc[/youtube]

Crédits photo : extrait du reportage de BFM TV.

Et si les ados pouvaient déterminer le potentiel d’une chanson avant tout le monde? C’est ce qui a été prouvé par une étude d’un neurologue américain, parue dans le Journal of Consumer Psychology.

En 2006, 27 adolescents entre 12 et 17 ans ont été sélectionnés pour que des chercheurs puissent étudier comment la pression du groupe pouvait avoir un impact sur leurs opinions. Pour cela on leur a fait écouter 120 chansons d’artistes inconnus, en enregistrant les réactions de leur cerveau grâce à des IRM et en leur demandant de mettre une note à la chanson de 1 à 5.

En 2009 Gregory Berns, le directeur du centre de neuropolitique de l’Université Emory à Atlanta à l’initiative de l’étude, découvre qu’une des chansons de sa précédente étude est devenue un succès. « C’est alors que j’ai réalisé que nous avions ce groupe de données unique portant sur les réponses du cerveau de ces jeunes quand ils écoutaient les chansons avant que certaines ne deviennent populaires, et commencé à me demander si on aurait pu prévoir laquelle deviendrait un succès », raconte-t-il, comme le rapporte l’AFP.

Il décide de comparer les résultats des IRM et les ventes des tubes des années qui ont suivies. Les résultats se sont révélés significatifs. Comme le rapporte The Wall Street Journal, cinq des morceaux « de leur top 10 cérébral » ont ensuite été vendus à plus de 50 000 exemplaires chacun.

« Cette étude montre que l’activité cérébrale est capable de prévoir si une chanson va devenir populaire deux ou trois ans en avance« , annonce un professeur de Stanford University. Les résultats prouvent que les réponses cérébrales positives peuvent prévoir 1/3 des succès. Quant aux chansons créant des réponses négatives, près de 90% d’entre elles ne réaliseront pas de bonnes ventes.

Voilà des résultats qui peuvent compter puisque les adolescents représentent 20% des acheteurs de disques.

Crédits photo : D.R.

Une éclipse de Lune a lieu mercredi 15 juin aux alentours de 22 heures. Elle sera visible presque partout en France.

Ce phénomène se produit 2 fois par an. Pour cela la Lune, la Terre et le Soleil doivent être presque alignés. Lorsque le Soleil se couche, la lune passe alors dans la zone d’ombre de la terre. La lune va d’abord progressivement disparaître (vers 21h20 selon BFM TV) et apparaîtra totalement noire durant quelques secondes. Ensuite, lorsqu’elle sera totalement cachée par l’ombre de la Terre, elle prendra des teintes de rouge à cause des rayons du Soleil. En plus d’une lune rousse, vous pourrez apercevoir des milliers d’étoiles dans le ciel.

En fonction du lieu d’observation, la Lune sera partiellement ou totalement éclipsée. Les plus chanceux sont ceux qui seront dans le Sud de la France où le spectacle sera à son comble, car la Lune y sera plus haut dans le ciel. Comme il s’agit d’une éclipse de Lune, aucun matériel n’est nécessaire pour l’observer, car les rayons du Soleil ne présenteront aucun danger pour les yeux.

« L’intérêt de l’observation est de suivre le lever de Lune, sa progression de sortie de l’ombre, la voir passer de l’orangé à des nuances de bleu, voire de vert sur la périphérie en fin d’éclipse.  La Lune sera ce soir très proche de la Terre puisqu’elle se trouvera entre 350000 et 380000 km de notre planète, contre 400000 km lors de la précédente éclipse», explique Michaël Leblanc, de l’Association française d’astronomie, comme le rapporte le Parisien.

Cette éclipse lunaire sera la plus grande depuis plus de 100 ans et selon l’observatoire de Zurich, la prochaine de ce genre n’aura pas lieu avant septembre 2015.

Crédits photo : Reuters.

Alors que depuis des années des scientifiques prévoient un réchauffement climatique qui aurait des conséquences énormes pour la Terre, des chercheurs américains découvrent qu’il pourrait en fait en être tout autrement.

Les résultats de trois recherches ont dévoilé mardi 14 juin aux États-Unis que le Soleil pourrait connaître une longue période d’inactivité. Ces études sont basées sur différentes observations et arrivent toutes à la même conclusion : le Soleil rentrerait dans une période d’hibernation qu’il n’aurait pas connu depuis le 17ème siècle. « Si nous avons raison, ce cycle pourrait être le dernier d’activité solaire intense pour plusieurs décennies. Cela affecterait tout de l’exploration de l’espace au climat terrestre », affirme Frank Hill le co-directeur du National Solar Observatory, comme le rapporte le Daily Telegraph.

L’activité solaire est cyclique et s’accroit et retombe tous les 11 ans. Actuellement l’astre est dans son 24ème cycle. Il serait possible que le Soleil retombe dans une période d’inactivité. Les scientifiques évoquent la possibilité d’un second « Minimum de Maunder », qui s’était déjà produit entre 1645 à 1715. Durant cette période aucune tâche solaire n’avait été observée et en même temps on avait constaté une sorte de petit âge glaciaire où l’Europe avait connu des températures peu élevées.

Rasmus Benestad annonce que « les données historiques rappellent cependant que l’activité solaire ne semble avoir qu’un faible effet sur notre climat ». Deux écrivains notent qu‘un « nouveau « minimum de Maunder » ne peut pas compenser le réchauffement climatique causé par les émissions humaines de gaz à effet de serre ».

Comme a chaque découvertes, de nombreuses théories se dévoilent. D’autres scientifiques sont plus sceptiques quant aux résultats des enquêtes et pensent que l’on ne connait pas assez bien le fonctionnement du soleil pour déterminer son activité lors du cycle 25.

La tempête solaire du mardi 7 juin était peut-être la dernière manifestation du Soleil avant longtemps.

Crédits photo : AFP

Surpopulation, surproduction, gaspillage, famine, malnutrition : nous sommes confrontés à une équation difficile pour nourrir la planète. Alors qu’une bactérie tueuse touche(rait) les légumes et que les farines animales pourraient faire leur retour, la solution serait de se tourner vers les insectes.

Si pour nous, Occidentaux, manger des insectes semble être quelque chose de répugnant – combien d’entre vous ont des haut-le-cœur en regardant les candidats de Koh Lanta avaler des larves aussi grosses que nems ? -, ce n’est pas le cas dans certaines cultures où l’insecte est, au même titre que le singe ou le serpent, un met commun. Un responsable de l’ONU au Laos soutient un projet d’élevage d’insectes à des fins alimentaires pour nourrir les quelque 10 milliards d’habitants.

L’intérêt principal des insectes, c’est qu’ils sont très riches en protéine. Et Serge Verniau, responsable de l’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Laos, souligne que « la majorité de la population mondiale va vivre en ville et essayer de nourrir en protéines la planète entière avec des élevages de bovins ne fonctionnera pas. » D’où l’idée de remplacer nos steaks de bœufs par des criquets, grillons et autres larves. Une infographie du Parisien illustre le fait que 150g de steak haché à 12% de matières grasses (soit 30g de protéines et 15g de lipides) est égal à 17 criquets, 24 grillons ou 220 larves d’abeilles. Miam !

Benoit Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement ajoute même que « les protéines contenues dans certains insectes ont 75% d’efficacité en plus que celles présentes dans la viande. Si l’on développait des élevages d’insectes, le rendement sous serre et à l’hectare serait bien meilleur que celui d’un élevage de bœufs ou de porcs qui nécessite énormément d’espace. » Que des avantages, on vous dit.

« Ce n’est pas inscrit dans nos pratiques alimentaires, regrette Benoit Hartmann qui est un grand fan de sauterelles frites, mais une culture, ça se renverse à coup de mode. » Même son de cloche pour Bruno Comby, auteur du livre Délicieux insectes, qui assure que « la moitié de la planète consomme déjà des insectes et on ne parviendra pas à nourrir 10 milliards d’êtres humains si l’on se cale tous sur le régime alimentaire des Américains. Sur les 30 millions d’espèces d’insectes qui peuplent la planète, 95% seraient comestibles. »

Si vous aussi vous êtes des adeptes de ces bestioles croquantes, vous pouvez en commander sur internet ou vous fournir à la ferme tropicale de Paris. Bon appétit !

Le Parisien

Une tempête géomagnétique a frappé la Terre le 8 juin au soir. A l’origine de cette événement une éruption solaire.

A en voir les images du soleil (voir vidéo) enregistrées par un observatoire de la NASA, il y avait de quoi redouter le moment où la terre serait touchée. Comme l’explique Etienne Pariat de l’observatoire de Paris à BFM TV, cette éruption solaire est due  » à la libération d’énergie qui vient du champs magnétique du soleil et qui va être éjectée de l’ordre de 1000 kilomètres par secondes vers la Terre. Cette quantité d’énergie correspond à 1000 milliards de fois l’énergie de la bombe thermonucléaire la plus puissante ».

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=W9_BEi8Rm8w[/youtube]

Le mardi 7 juin, l’éjection de masse coronale (amas de tonnes de particules électromagnétiques) partait du soleil et elle touchait la Terre le 8 juin au soir. La planète, protégée par un champs magnétique, n’avait pas grand chose à craindre mais les satellites et les astronautes, pouvaient encourir des risques. La brouille des télécommunications et des réseaux électriques étaient les principaux problèmes attendus.

Hormis le déclenchement des sirènes de Castelnaudary, dans le sud de la France, pendant une dizaine de minutes à cause des perturbations de l’ordinateur qui les commande, rien de bien alarmant n’a été signalé.

Après plus de 4 ans d’activité faible, le Soleil a offert son plus beau spectacle depuis des années.

Les rumeurs courent depuis plusieurs années. Et hier, l’Organisation Mondiale de la Santé l’a confirmé : les téléphones portables sont dangereux pour la santé ! Leur utilisation pourrait être cancérigène selon l’organisation internationale. Un constat qui fait froid dans le dos quand on sait que la France compte plus de 61,5 millions d’abonnés (nombre de cartes sim activées). D’après l’OMS, les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables ont été classés dans la catégorie 2b du Centre international de recherche sur le cancer, tout comme le plomb, le chloroforme, le café (LE CAFE ?), les vapeurs d’essence, la fibre de verre et le styrène.

Pour l’heure, les scientifiques restent toutefois prudents quant à ces résultats et prônent davantage de recherches sur les possibles liens qui existeraient entre l’utilisation du portable et l’apparition de gliomes, les tumeurs au cerveau les plus fréquentes. L’OMS rappelle que les risques sont plus élevés lors des appels et recommande aux utilisateurs l’utilisation des kits mains libres et des SMS.

La réaction des opérateurs ne s’est pas fait attendre ! La Fédération Française des Télécoms estime que le classement dans la catégorie 2b indique « que le lien entre cancer et ondes radio n’est pas démontré : les ondes radio n’ont pas la même classification que, par exemple, l’alcool, le tabac et l’amiante (catégorie 1) ».

Outre-Atlantique, les professionnels du téléphone portable, regroupés au sein de l’association CTIA, ont dénoncé cette étude et la crédibilité même de l’OMS. Selon CTIA, l’agence de recherche sur le cancer de l’OMS, qui a publié ces résultats polémiques, «procède à de nombreux examens et a, par le passé, classé dans cette même catégorie les légumes marinés ». Ah bon.

Déjà en Allemagne, plusieurs personnes sont mortes à cause dune souche particulièrement virulente d’E. Coli, bactérie présente dans des légumes crus ou par certaines viandes, et 214 cas de malades ont été déclarés. Cette bactérie  provoque des hémorragies dans le système digestif. Mais l’Allemagne n’est pas le seul pays touché par l’E.coli enterohémorragique ! Alors que la Suède a signalé 10 cas, le Danemark 4, le Royaume-Uni 3 et les Pays-Bas 1, Bruxelles lance une alerte aux concombres contaminés qui pourraient être un des vecteurs de transmission de la bactérie, qui se propage à travers l’Europe. Les fruits et légumes qui transitent à travers le marché européen sont sous haute surveillance.

Cependant, la présence de la bactérie tueuse a été signalée en Allemagne dans trois concombres en provenance d’Espagne et dans un quatrième qui pourrait venir des Pays-Bas, selon la Commission Européenne. Du coup, l’exécutif européen a sonné jeudi l’alerte pour mettre en garde contre les concombres importés d’Espagne qui seraient l’un des vecteurs principaux de transmission de la bactérie jusqu’à présent. Les autorités espagnoles cherchent aujourd’hui à localiser précisément l’exploitation contaminée afin de découvrir la cause de cette contamination.

Outre cette alerte sur les concombres, Bruxelles met aussi en garde aux voyageurs qui ont pu aller récemment en Allemagne. Ils doivent rester attentifs aux symptômes de la maladie : des diarrhées et du sang dans les selles, des maux de tête et de vives douleurs au ventre.

Rappelez-vous, l’année dernière, le volcan Eyjafjöll situé dans le sud de l’Islande, à seulement 160 km au sud-est de la capitale Reykjavik, entrait en éruption provoquant un nuage de cendres qui a paralysé le trafic aérien de l’Europe du Nord pendant plusieurs semaines avec plus de 100.000 vols annulés et plus de huit millions de passagers bloqués.

Et bien, rebelote. L’Islande est de nouveau la proie d’une éruption volcanique. « Une éruption a commencé au volcan Grimsvoetn et un avion est en route pour aller là-bas recueillir davantage d’informations », a indiqué un météorologue islandais, Haraldur Eirkisson. Conséquence directe, hier déjà, l’espace aérien islandais était temporairement fermé selon les autorités aéroportuaires (Isavia). « L’aéroport de Keflavik, notre principal aéroport international ferme. L’espace aérien ferme », a déclaré hier la porte-parole d’Isavia, Hjordis Gudmundsdottir à l’AFP. Grimsvoetn est le volcan le plus actif de l’Islande. Il est entré en éruption neuf fois en 90 ans. L’éruption a déclenché un immense panache de fumée, qui s’élevait, samedi, à une altitude d’au moins 20 kilomètres au-dessus du cratère situé au cœur du plus grand glacier d’Islande dans le sud-est de l’île.

Interviewé sur Radio J hier matin, la ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet n’a pas nié qu’il pourrait y avoir des «conséquences sur le trafic aérien. » La ministre a néanmoins estimé qu’il était encore trop tôt pour « dire si il y aura des conséquences et lesquelles elles seront. » «C’est un volcan qui est sous glacier comme l’était celui qui a posé des problèmes de fermeture de l’espace aérien il y a un an, donc ce n’est pas très favorable», a estimé NKM, ajoutant cependant que « toutes les éruptions sont différentes ».

Dès ce matin, une partie de l’espace aérien du Groenland et de la Norvège ont été fermé pour une durée encore indéterminée. En France, rien d’inquiétant pour le moment même si les spécialistes attendent l’arrivée du nuage pour la journée de jeudi. Selon le secrétaire d’Etat aux transports, Thierry Mariani, interrogé au micro d’Europe 1, a déclaré que « si les cendres ne sont pas nocives, on fera voler les avions. Si les cendres sont nocives ou qu’elles présentent un risque, on ne fera pas d’avions ». De quoi rassurer les anxieux ? Pas sûr.

Révolution annoncée dans le monde médical. Des chercheurs franciliens et alsaciens ont en effet mis au point une technique capable de déceler par fluorescence d’infimes traces d’ADN tumoral dans les fluides biologiques de patients atteints d’un cancer.

« Dans un avenir proche, il sera peut-être possible de détecter un cancer par une simple analyse de sang ou d’urine » rapportent aujourd’hui ces biologistes du CNRS, de l’Inserm et des Universités Paris Descartes et de Strasbourg.

La méthode consiste à réaliser des analyses moléculaires ultrasensibles dans des gouttelettes microscopiques. « Lorsque les cellules tumorales meurent, elles déversent leur contenu dans le milieu extracellulaire. Ce contenu, en particulier l’ADN des cellules, se retrouve ensuite dans les liquides biologiques du patient : le sang, la lymphe, l’urine… explique-t-on à l’Inserm. Comme le développement de la plupart des cancers fait intervenir des facteurs génétiques, une simple analyse de sang ou d’urine pourrait en théorie révéler la présence d’ADN tumoral et donc d’un cancer. Et ce dès la mort des premières cellules cancéreuses, donc à un stade très précoce. »

« Notre méthode, 20  000 fois plus sensible que celle appliquée dans les cliniques, permet d’isoler des gouttelettes de sang [par exemple] ne contenant qu’un seul gène », explique Valérie Taly du CNRS à Strasbourg. Le gène prélevé est amplifié et analysé par laser afin de voir s’il est ou non porteur de la maladie. Les premiers tests effectués sur des cas atteints de cancer du côlon et des poumons se sont révélés très concluants pour les biologistes.

Pour être adoptée, cette technique doit passer une étude clinique dès l’été 2011 et si les résultats sont probants, elle sera pratiquée à l’hôpital Pompidou à Paris dans une poignée d’années, avant une généralisation espérée dans l’ensemble des établissements hexagonaux d’ici à 10 ans. « Si elle réussit, les médecins disposeront d’une « arme anti-cancer » efficace, non seulement pour détecter la présence de tumeurs mais également pour proposer des traitements mieux adaptés à chaque patient, conclut-on à l’Inserm. L’agressivité du cancer, sa sensibilité aux traitements existants et son risque de récidive après un traitement local : toutes ces informations sont en partie écrites dans l’ADN tumoral. En les lisant avec la technique des microgoutelettes, l’oncologue pourrait bénéficier d’un outil d’aide au diagnostic efficace, pour prévoir l’évolution de la maladie comme pour élaborer une stratégie thérapeutique. »

Neuf semaines après le séisme et le tsunami qui ont ravagé le territoire japonais, la centrale de Fukushima Daiichi où plusieurs réacteurs ont été endommagés n’est toujours pas sous contrôle. Sur place, sept tonnes d’eau sont toujours injectées tous les jours pour refroidir les réacteurs. Et une enceinte de béton est mise en place pour éviter les fuites vers la mer.

Hier encore, près de 7 700 personnes ont été évacuées de deux villes qui se trouvent au-delà du rayon de prévention de 30 km établi autour de la centrale.

De plus le blog {Sciences²} de Libération, annonce que le gouvernement japonais avait prévu d’abattre le bétail se trouvant encore dans la zone d’exclusion, ce qui équivaut approximativement à 3.400 vaches, 31.500 porcs et 630.000 poulets.

Mais ce n’est pas tout ! Une nouvelle fuite a été découverte ce qui mettrait en péril les actions prévues pour la décontamination bien Tepco, l’opérateur en charge de la centrale, mise toujours son calendrier initial : décontamination d’ici juillet 2011 et mise à l’arrêt des réacteurs d’ici début 2012. Rappelons que trois personnes ont perdu la vie en aidant simplement à la décontamination de la zone depuis le début des mesures de décontamination. A suivre donc.

Votre plus gros cauchemar ? Sony l’a réalisé. Entre le 17 et le 19 avril, « des données personnelles de comptes utilisateurs de PSN et de Qriocity » ont été « compromises » suite à une « intrusion illégale et non autorisée ».

Dans un communiqué adressé aux utilisateurs Sony explique que le mystérieux pirate serait en possession d’informations personnelles des utilisateurs de ces services : « nom, adresse (ville, état, code postal), pays, adresse email, date de naissance, logins et mots de passe du PlayStation Network et des services Qriocity, et PSN ID ».

Rappelons au passage, que le réseau Sony compte pas moins de 77 millions d’utilisateurs. Un intéressant jackpot pour l’ auteur de l’ intrusion, qui pourra avec toutes ces données envoyer des demande de confirmation en se faisant passer pour PlayStation Network.

Dans ce même communiqué on apprend  « qu’il est possible » qu’il détiennent également « l’historique de vos achats et des adresses de facturation […] ainsi que la question de sécurité de votre mot de passe ». Un pillage des numéros de cartes bancaires est donc possible. « Bien qu’il n’y ait aucune preuve que des données de cartes bancaires aient été volées, nous ne pouvons écarter cette possibilité » admet la société Sony Computer Entertainement (SCE), qui met en garde l’utilisateur ayant confié les données de sa carte bancaire.

Si on doit attendre l’utilisation des millions de codes par les pirates avant de confirmer le problème, les 77 millions d’utilisateurs ne sont pas encore sortis de l’auberge.

En attendant Sony conseille aux personnes qui auraient enregistré leurs coordonnées bancaires sur PSN ou Qriocity de surveiller leur compte en banque.

L’urgence est bien sûr pour chaque utilisateur de modifier ses données… ce qui est impossible puisque le service est indisponible depuis le 20 avril. Sony recommande « fortement » de le faire dès que le service sera réouvert. Une réouverture qui ne concernera qu’une partie du réseau d’ici une semaine. Ici la FAQ sur cette affaire

Peut-on détruire l’environnement au nom d’une énergie ? C’est le débat qui avait commencé dans l’indifférence générale avant d’être massivement repris dans les médias. Les gaz de schiste sont en plein boom depuis quelques années, notamment aux Etats-Unis, et on les présente comme étant l’avenir des énergies. Sauf que l’extraction est extrêmement nocive pour l’environnement.

Petit constat pour commencer : les réserves mondiales de gaz de schiste étaient évaluées à 900 téramètres cubes en 2010, c’est plus de 4 fois plus que les réserves de gaz traditionnel. Et le grand avantage de ces gaz de schiste, c’est qu’il y en a presque partout sur le globe (Asie, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique, Europe, Australie) [taches rouges sur la photo]. On notera que la France possède les 12emes réserves mondiales, loin derrière le trio de tête Chine, Etats-Unis et Argentine. A l’heure où l’Europe, et particulièrement la France, est dépendante de la Russie pour le gaz, rien d’étonnant à ce que ces réserves fassent tourner des têtes.

Aux Etats-Unis, la production de gaz de schiste représente environ la moitié des besoins des Etats-uniens. Déjà. Et cette part pourrait être d’au moins 60% en 2020. Le problème, dont les Américains n’ont visiblement que faire, c’est l’impact environnemental désastreux de la technique d’extraction de ces gaz. Car les schistes (ce sont des roches), sont à la fois la source du gaz et son réservoir. Autrement dit, il est très difficile d’extraire ce gaz qui, en plus, n’est présent qu’en faible concentration dans un énorme volume de roche.

Il faut pour cela injecter de grandes quantités d’eau dans la roche, afin de faire exploser la réserve de gaz. Sauf que l’eau est mélangée à des produits chimiques, pour beaucoup toxiques, qui peuvent se répandre dans les nappes phréatiques et les polluer. On estime entre 7 et 28 millions de litres d’eau utilisés pour chaque fracturation de puits de gaz de schiste, dont on ne récupère qu’une partie. En plus de détruire la biodiversité, une partie des gaz de schiste s’échappe dans l’atmosphère sous forme de méthane. Sa combustion génère donc des gaz à effet de serre, participant ainsi au réchauffement climatique. Vous voulez voir la conséquence directe de la présence de gaz de schiste dans l’eau ? Regardez le film-documentaire Gasland de Josh Fox. En voici un extrait – à part la voix du commentateur québécois – réalisé sans trucages :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=yioB8iQfMVw[/youtube]

Revenons à la France, qui possède trois gros gisements de gaz de schiste, un dans le bassin parisien et deux dans le sud-est. Les premiers forages devaient commencer aujourd’hui en Seine-et-Marne, mais le Premier ministre François Fillon a pris une  bonne décision. Il a suspendu les autorisations accordées aux industriels – par Jean-Louis Borloo – pour l’exploitation des gaz de schiste en France, et a annoncé la mise en place d’une étude sur les risques des prospections des gaz. Car, selon le Premier ministre, « il n’est pas question de sacrifier notre environnement, mais il n’est pas question, non plus, de fermer la porte à des progrès technologiques qui permettraient demain d’accéder à de nouvelles ressources énergétiques. » Ce n’est pas encore une interdiction de l’exploitation des gaz, mais c’est un bon début. De nombreuses manifestations anti-schistes sont prévues en France ce weekend. Pour rigoler un peu, regardez le sympathique lapsus de François Fillon a propos des gaz de shit schiste :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=4492zdXJS58[/youtube]

« Notre code source a été consulté et copié »  révèle Matt Mullenweg fondateur de WordPress.com sur son blog.

Conséquences : d’autres données privées seraient potentiellement à la merci des pirates. L’intrusion a eu lieu sur les serveurs de la société Automattic, chargé de la maintenance de WordPress.com.

Ce code source est celui de la plateforme blog et celui de ses utilisateurs. Aucune information n’a été donnée sur les moyens utilisés par les hackers. Bien qu’une grande partie du code soit open-source, ce dernier contient également des données privées concernant les partenaires de WordPress, tels que New York Times, CBS ou encore la NASA. La plateforme hébergerait 30 millions de blogs avec en moyenne 300 millions de visiteurs uniques par mois.

L’ensemble des utilisateurs sont donc invités à modifier leurs mots de passe, préférez les complexes composés de chiffres et de caractères spéciaux.  Ce n’est qu’une mesure préventive puisque Matt Mullenweg explique qu’aucune preuve de l’exposition de ces mots de passe n’a encore été fournie et, ces derniers seraient « difficiles à craquer ».

On espère qu’ils, le sont un peu plus que le serveur piraté. On commence à prendre l’habitude des intrusions sur le réseau. En 2009 déjà, un ver avait été introduit dans le système, causant la perte de 2 mois de données pour le blogueur Robert Scoble. En mars dernier, la plateforme avait plié sous le poids d’une attaque par dénis de service (DDOS), rendant temporairement les publications de contenus en ligne impossibles.

On connaissait déjà Robonaut 2, le robot qui pourrait remplacer les astronautes, voici maintenant le dernier-né des robots humanoïdes, j’ai nommé Acroban. A peine plus petit qu’un enfant, il incarne une certaine prouesse technologique : il est capable d’apprendre de façon autonome comme ses homologues humains.

Ce petit tas de ferraille de 40 cm de haut a vu le jour en Gironde grâce à l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) et a été présenté du 23 au 25 mars au salon international de la robotique InnoRobo à Lyon. On peut dire que « le premier robot humanoïde que l’on peut prendre par la main », a fait sensation !

Il marche à vos côtés quand vous lui donnez la main, il a deux bras, deux jambes, une colonne vertébrale… on oublierait presque que c’est un robot ! Surtout que ce petit bonhomme – coiffé d’un adorable bonnet péruvien sur la photo – a la capacité d’assimiler les nouveaux gestes qu’on lui apprend, tel un enfant. « Nous travaillons à ce qu’Acroban puisse évoluer par lui-même, sans avoir besoin d’être reprogrammé », explique Pierre-Yves Oudeyer, responsable scientifique de l’unité des 12 créateurs d’Acroban. Pour le « père » de ce bébé, « l’objectif est qu’il découvre son corps, le monde qui l’environne. Nous cherchons à créer une curiosité artificielle. »

Mais ce n’est pas son seul atout : « il a été conçu à l’aide de matériaux simples et peu onéreux », ajoute Pierre-Yves Oudeyer. Ainsi, rien n’empêcherait sa commercialisation à grande échelle, dans le cadre d’un éventuel usage à domicile. Imaginez un jour les Acroban assistant les personnes âgées ou les personnes à mobilité réduite… C’est en tout cas ce que souhaite l’un des créateurs du robot. Futuriste, non ?

De nombreuses vidéos sont disponibles sur le site de l’Inria, ou sur leur chaine YouTube.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=zHbl-ozA_h0&feature=player_embedded[/youtube]

Décidemment, il semble que l’on ne puisse plus manger grand-chose sans prendre le risque de s’empoisonner. Alors que la presse multiplie les dossiers sur les dangers de notre alimentation industrialisée, une équipe de chercheurs suisses pointe du doigt les effets potentiellement nocifs des emballages alimentaires en carton recyclé.

A la demande des autorités allemandes, les chercheurs du Food Safety Laboratory de Zurich ont en effet analysé 119 produits vendus dans des supermarchés germaniques. Sur l’ensemble de l’échantillon étudié, 89 aliments se sont révélés contaminés par des huiles minérales à des taux souvent nettement supérieurs à la limite recommandée par l’Union européenne, qui est de 0,6 milligramme par kilogramme.

A en croire l’étude, publiée la revue américaine Packaging Technology and Science, ces substances, qui proviendraient de l’encre de papier imprimé tels les journaux, seraient capables de migrer progressivement du carton vers les aliments, y compris lorsque ceux-ci sont protégés par de fins sachets de plastique. La contamination augmentant avec le temps de conservation dans l’emballage, certains produits consommés pourraient contenir 50 à plusieurs centaines de fois la dose maximale recommandée.

Là où les choses deviennent inquiétantes, c’est que d’après, des études menées sur des rongeurs, ces huiles minérales peuvent être à l’origine de cancers mais aussi d’inflammations chroniques de différents organes. Selon l’équipe du Dr Koni Grob qui a piloté cette étude, l’exposition résultant de la seule consommation de céréales au petit déjeuner ne présenterait toutefois pas de risques réels pour la santé. Reste que la question d’une exposition à long terme mérite d’être posée, d’autant plus que les céréales ne sont pas les seules concernées : des aliments courants tels que les pâtes et le riz pourraient également être affectés.

Les chercheurs suisses estiment que seuls des emballages épais, en plastique ou en aluminium, pourraient constituer une barrière suffisante pour éviter la contamination des aliments par les huiles minérales contenues dans le carton recyclé. Une solution que certaines firmes, et notamment Kellogs, auraient mise à l’étude. Le fabriquant de céréales Jordan a pour sa part préféré abandonner complètement ses emballages en carton recyclé, comme il l’a annoncé le 8 mars sur son site officiel.

Depuis décembre 2010, on observe une multiplication des morts massives d’animaux majoritairement volatiles ou marins. Etats-Unis, Europe, Amérique du Sud, Australie, Asie, Afrique, tous les continents sont touchés par des « suicides d’animaux » très souvent inexpliqués.

Dernier évènement en date : des millions de sardines mortes ont été retrouvées en Californie, dans la marina King Harbour de Redondo Beach (près de Los Angeles). Les scientifiques pensent qu’un orage a poussé les poissons vers une zone aquatique contenant moins d’oxygène. Ils assurent qu’aucune trace quelconque de pollution n’a été retrouvée, et avancent l’hypothèse d’une sélection naturelle.

Si encore il n’y avait que ça. Mais non : des cygnes, des phoques, des dauphins, des calmars, des oiseaux ( étourneaux, merles, corbeaux et autres), des poissons, des crevettes, et même des baleines… On retrouve presque 200 évènements tragiques touchant des animaux en remontant seulement à décembre 2010.

Si certains cas sont la cause d’une pollution avérée de l’homme (comme les millions d’animaux aquatiques retrouvés morts dans une rivière au Kenya, certainement suite à des produits chimiques), ce n’est pas le cas pour tous. Souvent, les explications sont floues : feu d’artifice qui aurait effrayé des volatiles, chute de grèles en altitude, refroidissement de la mer, tempêtes, hiver rigoureux, chocs contre des maisons (pour les oiseaux) ou des rochers (pour les phoques)… Et encore, lorsque les scientifiques trouvent d’éventuelles hypothèses pour expliquer ces morts dramatiques.

Sur le net, certains avancent même l’hypothèse du rapprochement fatidique de la fin du monde, le 21 décembre 2012. Plus sérieusement, les ondes magnétiques qui traversent la planète pourraient expliquer certaines morts de volatiles. Pour les animaux aquatiques, le réchauffement climatique qui entraine le refroidissement des eaux semble être important dans ces phénomènes.

La situation semble inquiétante, mais ne tombons pas dans le catastrophisme exagéré.  La « patte » de l’homme serait faible dans la plupart des cas observés (même s’il y a quand même des progrès à faire à ce niveau). Et peut-être qu’effectivement, seule la sélection naturelle est impliquée, qui sait ?

Pour sa dernière mission, la navette spatiale Discovery a décollé jeudi en direction de la station spatiale internationale. A son bord, des astronautes et… un robot. Qui pourrait remplacer les astronautes lors de missions spatiales.

Décollage réussi jeudi soir pour Discovery, qui effectuait son 39e et dernier lancement. Maintenant en orbite vers l’ISS, la station spatiale internationale, Discovery devrait s’y amarrer samedi vers 19h. Elle apporte le module Leonardo, qui sera ensuite attaché définitivement à la station et qui lui permettra d’avoir un volume de stockage supplémentaire.

Mais elle transporte également un robot baptisé Robonaut-2, surnommé R2 (non, non, pas R2D2), fabriqué par General Motors. Ce robot aux caractéristiques très humaines (torse, tête façon Power Ranger avec caméra intégrée, bras et mains articulés) a pour but d’aider les astronautes dans les missions de réparations.

Ses grands avantages sont ses membres articulés, qui lui permettent de saisir les objets comme les humains, sans oublier qu’il n’a besoin ni d’eau, ni de nourriture. Encore en phase de test, ces robots pourraient bien être l’avenir des missions spatiales. Il faudra d’abord que R2 se montre convainquant.

Après presque 30 ans de service, c’est donc la retraite pour Discovery à cause de ses coûts élevés. Une fois de retour sur Terre, la navette sera placée dans un musée.

Sciences et Avenir

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=V7tWkgnx_Bk&feature=player_embedded[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Yadj3asTyc0[/youtube]

200e lancement réussi pour Ariane 5 ! La fusée a décollé mercredi soir de Guyane en direction de la station spatiale internationale.

Après la déception, la joie. La fusée Ariane 5 a réussi son 200e décollage mercredi soir à 22h50 heure de Paris (18h50 à Kouru en Guyanne). Le tir aurait dû avoir lieu mardi soir, mais il a été reporté d’un jour en raison d’un problème technique réglé hier (niveau d’oxygène liquide trop élevé).

La fusée a servi à faire décoller Johannes Kepler vers la station spatiale internationale (ISS). Non, il ne s’agit pas d’une personne physique, mais de l’ATV 2 (automated transfer vehicule), un vaisseau-cargo destiné au ravitaillement de la station. L’ATV s’est séparé de la fusée une heure après le décollage, et se dirige maintenant avec nourriture, eau, équipement scientifique… à son bord.

Une fois l’opération réussie, le PDG d’Arianespace Jean-Yves Le Gall a estimé que « l’Europe vient de connaître un nouveau succès avec ce vol exceptionnel ». « C’est une grande fierté pour la France et l’Europe », ajoute Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. « Avec ce 200e vol, Ariane est devenue une référence », a-t-elle félicité.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xh2f05_lancement-de-l-atv-2-le-16-fevrier-2011_tech#from=embed&start=1[/dailymotion]

… Mais Tyche. Ce nom ne vous dit probablement rien, mais cela pourrait bien être la neuvième planète de notre système solaire. Et la plus grosse, dépassant largement Jupiter.

Les scientifiques américains de la NASA ont annoncé récemment avoir découvert ce qui pourrait être la neuvième planète de notre système solaire*. Baptisée Tyche, le Daily Mail explique qu’elle serait des centaines (voire des milliers) de fois plus éloignée du Soleil que notre planète, dans le nuage d’Oort. D’où sa découverte tardive.

Pour le moment, les éléments manquent pour en savoir plus sur cette éventuellement planète. Mais les astrophysiciens s’accordent à dire qu’elle serait gigantesque : elle ferait au moins quatre fois la taille de Jupiter, la plus grande planète actuelle de notre système solaire, soit 44 fois plus que la Terre !

Le professeur Daniel Whitmire pense même qu’elle aurait une atmosphère semblable à Jupiter, composée d’hydrogène et d’hélium. Quant à la température sur sa surface, on imagine bien qu’elle doit être très faible compte-tenu de sa distance par rapport au soleil.

De nouvelles découvertes concernant Tyche (qui vient de Tyché, la déesse grecque de la fortune) devraient être réalisées d’ici deux ans.

* Pluton ne fait plus partie des planètes de notre système solaire depuis août 2006. Elle est alors considérée comme une planète naine, ou plutoïde depuis 2008.

Le premier bébé médicament est né le 26 janvier dernier, à l’hôpital Antoine Béclère à Clamart (92). Logiquement, il devrait être donneur compatible avec l’un de ses ainés, atteint d’une grave maladie génétique (bêta-thalassémie).

Umut-Talha, l’espoir en turc, à croire qu’il porte visiblement très bien son nom. Ce bébé de 3,650 kilos, devrait pouvoir sauver la vie de ses ainés. « Il est en très bonne santé » ont assuré les professeurs, René Frydman et Arnold Munnich, responsables de l’opération.

Ce « bébé du double espoir » a été conçu par fécondation in vitro avec une méthode permettant de choisir les embryons.

Ce nouveau né dont les parents sont d’origine turque, devrait permettre d’envisager une greffe de sang du cordon ombilical, prélevée juste après sa naissance, afin de soigner son frère malade.

Des « bébés docteurs » ont déjà vu le jour dans le monde, mais c’est la première fois qu’une telle expérience est réalisée dans l’hexagone.

Les Etats-Unis ont commencé il y a déjà plus de dix ans. Quant aux européens, quelques naissances ont été signalées plus récemment dont notamment en Belgique à l’hôpital universitaire de Bruxelles en 2005.

En 2008, le premier « bébé médicament », Javier est né en Espagne. Il a permis grâce au sang de son cordon ombilical, de guérir son ainé, Andrés, souffrant également d’une bêta- thalassémie majeure, maladie dont souffrent les frères d’Umut-Tahla.

La béta-thalassémie est une malade génétique très grave qui engage des transfusions sanguines à répétitions.

Une conférence de presse se tiendra aujourd’hui, mardi à 10h00 à la maternité de l’hôpital Antoine Béclère, à Clamart (92)

Imaginez  que pendant quelques semaines la Terre ait deux soleils, et que la nuit ne soit plus qu’une pénombre. C’est ce qui pourrait se passer « bientôt ». Enfin, c’est une façon de parler, puisque ce phénomène aurait des chances de  se produire d’ici… quelques milliers d’années, au moins. Mais une chose est sûre, il se produira.

Dans sa saga Star Wars, George Lucas avait imaginé des planètes éclairées par deux soleils (comme Tatooine, là où habite Luke Skywalker). De la pure science-fiction pour l’instant, mais qui deviendra réalité sur notre chère planète bleue dans « quelques années ».

Le docteur Brad Carter, cité par un site d’information australien, a provoqué un buzz la semaine dernière. Ce professeur de physique indiquait pour le média australien qu’un second soleil apparaitra dans le ciel « d’ici à 2012 ». Avec l’atmosphère qui flotte autour de cette année – on vous rappelle que la fin du monde serait prévue pour le 21 décembre 2012 – les hypothèses les plus farfelues ont été ravivées. Pour les fervents défenseurs de cette « théorie », apocalypse rimerait maintenant avec « deux soleils ».

Sauf qu’en fait, le site internet a mal interprété les propos du scientifique, qui expliquait que ce phénomène se produira « bientôt ». La nuance est là : à l’échelle de l’astronomie, « bientôt » signifie au moins des milliers d’années, des centaines de milliers, voire même des millions. On va dire qu’on a encore du temps devant nous.

Explication du phénomène

Cependant, les scientifiques sont sûrs que cela arrivera. La cause ? L’explosion de l’étoile Bételgeuse, une supergéante rouge ; et l’une des plus grandes étoiles connues. Tout comme notre Soleil, qui est condamné à disparaitre, Bételgeuse se transformera en supernova avant de s’éteindre totalement. La lumière qu’elle émettra alors sera « des milliards de fois ce que brille le Soleil » explique Alain Cirou, directeur de la rédaction de la revue Ciel et espace.

L’astronome Jean-Louis Heudier détaille le phénomène : « Il y aura comme un très gros flash. L’étoile sera visible en plein jour et cela pourra durer quelques semaines ». Conséquence directe : la nuit ne sera plus vraiment la nuit. Mais plutôt « un long clair de lune », selon Alain Cirou.

Bételgeuse n’est d’ailleurs pas la seule étoile qui pourrait se muer en deuxième soleil. Sirius, l’étoile la plus brillante dans notre ciel, provoquera le même phénomène à sa mort. Peut-être même avant Bételgeuse.

Le Parisien, Europe 1

 Un nouveau signe astrologique vient de faire son apparition, le serpentaire, selon une étude publiée sur le site américain Startribune.com.

 Vous vous imaginiez Taureau, Balance ou encore Scorpion, et chaque matin vous adorez lire votre horoscope dans le métro, dans les bouchons ou à la radio…. Une thèse non officielle vient totalement remettre vos prévisions en question.

 Le « Serpentaire » serait en effet le 13ième signe du zodiaque selon Parke Kunkle, un scientifique du Minesotta Planetarium Society.

 Ce nouveau signe du zodiaque, également appelé « Ophiuchus » concerne les personnes nées entre le 29 novembre et le 17 décembre. Dès lors l’astrologie est donc logiquement totalement bouleversée. Tout serait décalé d’un mois.

 Selon l’ancienne astrologie, les sujets nés durant cette période ont les caractéristiques du Scorpion.

 Les Serpentaires sont des personnes sages, énergiques et aiment apprendre. Ils ont de la précision dans leurs idées et dans leurs gestes. Ils ont de l’autorité, mais n’aiment pour autant pas commander. Très humains, ils adorent communiquer avec autrui et transmettre leurs savoirs. Tenaces et patients, ils n’abandonnent jamais une idée. Détestant les liens stables, ils adorent donc logiquement s’entourer de personnalités multiples et dérouter les autres.

 Selon la thèse de ce scientifique, les signes du zodiaque ont été établis il y a des milliers d’années par les Babyboniens, or depuis l’axe des astres a diamétralement changé ; les positions relatives du soleil et de la terre ne sont donc plus les mêmes. « L’astrologie cherche à établir un lien entre la position des planètes et notre personnalité ». explique Parke Kunkle.

 L’opposition entre astrologues et astronomes ne datent pas d’hier et les astrologues restent dubitatifs quant à la théorie du scientifique.

 Selon cette théorie de quel signe êtes-vous ?

Capricorne: Du 20 Janvier au 16 Février.
Verseau: Du 16 Février au 11 Mars.
Poissons: Du 11 Mars au 18 Avril.
Bélier: Du 18 Avril au 13 Mai.
Taureau: Du 13 Mai au 21 Juin.
Gémeaux: Du 21 Juin au 20 Juillet.
Cancer: Du 20 Juillet au 10 Aout.
Lion: Du 10 Aout au 16 Septembre.
Vierge: Du 16 Septembre au 30 Octobre.
Balance: Du 30 Octobre au 23 Novembre.
Scorpion: Du 23 au 29 Novembre.
Ophiuchus (Serpentaire): Du 29 Novembre au 17 Décembre.
Sagittaire: Du 17 Décembre au 20 Janvier.

Représentation du Serpentaire

serpentaire

Les plus courageux ont pu observer ce matin vers 8h40 et pendant quelques minutes une éclipse lunaire. Ce phénomène s’est traduit par une pleine Lune… rouge.

On appelle éclipse lunaire quand la Lune passe dans l’ombre de la Terre, et quand les deux astres sont alignés avec le Soleil. La couleur rouge de la Lune est donnée par les rayons de Soleil. C’est ce qui s’est produit ce matin, jour du solstice d’hiver.

Le phénomène a commencé vers 7h33 pour arriver à une éclipse totale à 8h41 qui n’était visible que quelques minutes en France. Une éclipse totale de Lune ne s’était pas produite depuis plus de 450 ans et la prochaine est prévue pour le 21 décembre 2094. C’était donc l’occasion ou jamais.

Cette éclipse était observable dans une grande partie de l’hémisphère Nord : Amérique, Europe de l’Ouest, une partie de l’Asie. L’Amérique du Nord a pu profiter de l’éclipse totale pendant une heure, tandis que les Japonais se sont contentés de la fin du phénomène.

Contrairement à une éclipse solaire, vous pouvez observer une éclipse lunaire sans lunette, il n’y a aucun danger. A noter que la prochaine éclipse partielle de soleil aura lieu le 4 janvier 2011. Attention à ne pas la regarder à l’œil nu !

Pour les malheureux qui n’ont pas pu assister à l’éclipse, voici une vidéo de la Nasa de l’éclipse de ce matin.

Et une vidéo d’une éclipse lunaire:

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=Tw_dHy6bQcc&feature=player_embedded[/youtube]

C’est à la suite d’un pari anodin entre chercheurs qu’une surprenante découverte vient d’être faite dans un lac californien. Des travaux publiés jeudi révèlent qu’une bactérie capable de se développer à partir de l’arsenic a été trouvée.

Les scientifiques ont toujours considéré que six éléments seulement permettaient à la vie de se développer : l’azote, le carbone, l’oxygène, le phosphore, l’hydrogène et le souffre. Mais ça, c’était avant de découvrir une bactérie qui s’est développé à partir du poison mortel l’arsenic. Elle en incorpore même dans son ADN !

Il y a quelques années, trois chercheurs se lancent le pari de trouver une forme de vie qui se développe avec l’arsenic en remplacement du phosphore. Felisa Wolfe-Simon, l’une des scientifiques financée par la Nasa, a fait des prélèvements dans le lac Mono en Californie. C’est un lac très hostile, qui comporte des taux élevés de sel et d’arsenic, et peu de phosphore. Et une bactérie y a survécu, dont la souche a été nommée GFAJ-1.

Le professeur Ariel Anbar, co-auteur des travaux révélés jeudi, explique que « c’est une bactérie connue, mais personne n’avait encore réalisé qu’elle pouvait faire ceci ». « Ce qui est nouveau ici, c’est que l’arsenic est utilisé comme bloc de construction pour un organisme », ajoute-il.

Les hypothèses les plus folles sont déjà évoquées, notamment de concernant la vie extraterrestre. Si une forme de vie est capable de se développer dans un environnement néfaste, pourquoi ne serait-ce pas identique sur une autre planète aux conditions aussi difficiles ? « Nous avons ouvert la porte vers la possibilité d’une vie ailleurs dans l’univers. C’est fondamental », s’est ainsi réjouie Felisa Wolfe-Simon.

Plus réalistes, certaines hypothèses évoquent un futur usage médical.

Un espoir pour les personnes atteintes d’un cancer du poumon « avancé et non-opérable » ? Des chercheurs de l’institut Gustave Roussy,Villejuif, viennent de lancer la phase 2 d’un essai clinique visant à tester l’efficacité d’un potentiel vaccin contre les cancers bronchiques.

Ce nouveau traitement est un vaccin thérapeutique, qui ne vise pas à empêcher de développer un cancer, mais travaille au contraire à combattre une tumeur déjà existante. Baptisé Dex2, il repose sur le principe de l’immunothérapie anti-tumorale. Cette stratégie vise en quelque sorte à « rééduquer » le système immunitaire pour l’aider à combattre une tumeur.

Elaboré à partir des propres cellules de chaque patient, le traitement est censé faire régresser ou stabiliser la tumeur en stimulant les défenses naturelles de l’organisme. Le docteur Benjamin Besse, qui participe à cette étude, reste toutefois prudent : « Notre travail est encore très préliminaire, insiste-t-il. Il ne s’agit que d’une première étape ».

Testé pour le moment sur trois patients de l’institut Gustave Roussy et de l’institut Curie, le vaccin devrait être expérimenté au cours des deux prochaines années sur 41 volontaires atteints d’un cancer inopérable avancé.

Rappelons que le cancer du poumon tue chaque année plus de 22.000 hommes et près de 6.500 femmes. Selon une étude récente, la mortalité pour ce type de cancer a été divisée par deux en dix ans chez les hommes de 40 ans, mais a été multipliée par quatre en quinze ans chez les femmes du même âge. Le principal facteur de risque reste bien entendu le tabagisme.

Le dernier ours des Pyrénées, une femelle surnommée Camille, serait apparemment décédé. Le plantigrade, âgé d’une trentaine d’années, avait été pris en photo pour la dernière fois le 5 février dernier dans la vallée d’Anso, en Aragan. Il y apparaissait affaibli par une maladie de la peau, la sarna, qui lui découvrait l’échine.

Des appareils à déclenchement automatique éparpillés dans la montagne prenaient chaque année quelques dizaines de clichés de l’ours. Etant donné l’absence de nouveaux signes de vie depuis des mois, il est fort probable que Camille ait succombé.

Avec elle, c’est l’espèce des ours pyrénéens, dont elle était le dernier représentant, qui s’éteint. Cannelle, la dernière ourse de souche pure, avait été abattue par un chasseur en novembre 2004.

Toutefois, les ours slovène relâchés dans la chaine montagneuse depuis quelques années sont identiques biologiquement à la souche autochtone qui y était présente depuis 250 000 ans. Une nouvelle ourse issue d’Europe de l’Est devrait à ce propos être relâchée dans une vallée du Béarn au cours du printemps prochain.

…plus ou moins.

Le séquençage complet du génome d’Ozzy Osbourne, chanteur du mythique groupe de heavy-metal Black Sabbath, a révélé une semi-surprise : une filiation génétique avec l’homme de Neandertal. Une découverte sur laquelle s’est bien entendu goulûment jetée la presse anglaise, qui ne s’est pas privée d’établir une relation de cause à effet entre l’ascendance du chanteur et le caractère primitif de ses performances scéniques.

Si l’hypothèse est tentante, elle se révèle pour moins inexacte, puisqu’une étude scientifique publiée en mai montre que 1% et 4% de l’ADN des actuels Européens et Asiatiques est en réalité issu du génome de cet Homo neanderthalensis. Mieux, il n’existe bien entendu aucun lien entre la quantité d’ADN en question et la sophistication de son possesseur : le fondateur de l’entreprise Knome présente ainsi un pourcentage néandertalien trois fois plus élevé que celui du chanteur croqueur de poussins

Il faut dire qu’en dépit de sa réputation, due à son aspect un peu frustre, Néandertal était un homme d’une grande intelligence. Ce cousin éloigné d’Homo Sapiens, qui a vécu en Europe et en Asie occidentale entre -120 000 et -30 000 ans, enterrait ses morts, avait développé un art mobilier, et possédait de manière générale des aptitudes cognitives et une industrie qui n’avaient rien à envier à celles de Sapiens.

L’une des hypothèses les plus probables pour expliquer son extinction serait celle d’une « assimilation partielle » des Neandertal par l’homme moderne, et la disparition des individus non-assimilés pour une raison inconnue. En somme, nos ancêtres se sont arrangés pour mettre les Néandertaliens dans leur pieu, et malheur aux réfractaires.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=xtqy4DTHGqg[/youtube]

Le président du groupe UMP a annoncé aujourd’hui le lancement au sein de la majorité parlementaire d’une réflexion en vue d’interdire le blocage des « fonctions vitales du pays » (raffineries de pétroles, ports et autres) lors des grèves.

La proposition fait bien sûr suite aux blocages de dépôts de carburant qui ont eu lieu durant la mobilisation contre la réforme des retraites. Jean-François Copé a ainsi dénoncé l’attitude complaisante des syndicats face à ce genre de pratique : « on ne peut plus continuer de mener des réformes dans notre pays avec un corps syndical qui utilise des méthodes d’un autre temps ! C’est le seul pays d’Europe où les syndicats se conduisent comme cela ».

« S’il s’agit de manifester, de faire grève dans les conditions prévues par la loi, je n’ai aucun problème avec ça. Ce sont des principes fondamentaux de la République qui doivent être préservés. En revanche, bloquer les dépôts de carburants, les ports, c’est toucher au nerf vital du pays, aux fonctions vitales du pays. Et là, je dis: ça, ce n’est pas possible », a-t-il ajouté.

Le patron des députés UMP n’a toutefois pas donné plus de précision, affirmant que « pour l’instant, la copie est vierge ». Profitons-en pour suggérer une mesure qui devrait ravir la majorité présidentielle et faire le lien avec la politique du secrétaire d’Etat à la Justice : pourquoi ne pas instituer un repérage précoce des futurs bloqueurs, mettons vers 2-3 ans ?

La question peut sembler provocante, à l’heure où des millions de français envahissent les rues pour protester contre le recul de l’âge du départ à la retraite. Elle est cependant légitime, puisque le New York Times et le Figaro relatent cette semaine les résultats deux études pointant les effets négatifs du départ à la retraite sur la santé.

Le quotidien américain se réfère ainsi à une étude internationale montrant l’existence d’un lien direct entre l’arrêt de l’activité professionnelle et la baisse des performances cognitives (se traduisant notamment par une perte de mémoire). Ainsi, les sexagénaires habitant aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou au Danemark obtiennent de meilleurs résultats aux tests que ceux vivant en France, où l’âge de départ à la retraite est inférieur. Un phénomène qui s’expliquerait par la baisse de la stimulation intellectuelle et de l’interaction sociale souvent consécutive au départ en retraite. Plus inquiétant, la pratique de jeux de réflexion tels que les mots croisés ou le Sudoku n’infléchirait nullement cette baisse de performances globales. Les chercheurs se veulent toutefois prudent, en soulignant que ces résultats pourraient être liés au fait que « les gens dont la mémoire et les capacités de réflexion sont déclinantes ont peut-être d’avantage tendances à partir à la retraite que ceux dont les performances cognitives restent affutées ». Enfin, l’article reste muet sur le sujet des travaux physiquement demandeurs, qui peuvent avoir à terme des répercussions négatives sur la santé.

Quant au Figaro, il rapportait hier les résultats d’une recherche menée par l’Institut allemand pour l’étude du travail. Des chercheurs de l’université de Zurich ont ainsi étudié les effets sur la santé d’une politique de départ à la retraite mise en place par le gouvernement autrichien à la fin des années 80. Ils ont alors constaté que les ouvriers masculins qui ont bénéficié de ces mesures ont vu leur taux de mortalité s’accroitre : partir à la retraite un an plus tôt augmenterait ainsi de13,4% les chances de mourir avant 67 chez les sujets étudiés. Entre autres causes probables, les chercheurs citent l’arrêt de l’activité physique quotidienne et parfois la dépression. De manière intéressante, les femmes sont épargnées par ce phénomène car, « à cause de la répartition traditionnelle des rôles, elles sont plus actives car plus impliquées dans les tâches ménagères». Ce que l’étude ne dit pas, c’est si partir après l’âge légal de la retraite augmente l’espérance de vie des ouvriers.

En somme, ces deux études montrent que le monde du travail, en gardant les individus actifs et impliqués dans la vie sociale, les aident à rester en bonne forme. Rien ne garantit toutefois que l’univers du travail soit le seul à même de fournir ce cadre de stimulation intellectuelle.

Peut-être avez-vous déjà rêvé de recevoir un jour le Prix Nobel… C’est en effet un Graal pour les chercheurs du monde entier, sélectionnés pour avoir apporté « le plus grand bénéfice à l’humanité » dans 6 disciplines distinctes : Physique, Chimie, Paix, Littérature, Physiologie ou Médecine, et enfin Economie. Le Prix Nobel représente la consécration ultime d’une carrière de chercheur, et notamment l’assurance d’une reconnaissance internationale.


Alors que les cinq premières disciplines ont cours depuis la création du Prix Nobel en 1901, le prix d’Économie a été ajouté en 1968 et n’est pas formellement considéré comme un Prix Nobel.

La cérémonie de remise des prix a lieu le jour d’anniversaire de la mort d’Alfred Nobel (1833-1896) , soit le 10 décembre de chaque année. C’est en effet à l’initiative posthume (!) du célèbre chimiste suédois, inventeur de la dynamite, que l’on doit cette cérémonie. Sans héritiers à sa mort, Alfred Nobel a souhaité, à travers son testament, que soit créée avec son leg considérable une institution récompensant les chercheurs les plus marquants de l’année.

Résultats des premières délibérations de 2010 :

Les lauréats de chaque prix Nobel se partageront cette année un montant de près d’un million d’euros.

Les prochains rendez-vous :

Jeudi 7 octobre : Prix Nobel de Littérature.

Vendredi 8 octobre : Prix Nobel de la Paix.

Lundi 11 octobre : Prix Nobel des Sciences Economiques.

Liens :

Site officiel de l’institution décidant de l’attribution du prix Nobel (en anglais).

Un diaporama présentant toute l’histoire du Prix Nobel.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=XASscAuBKlE[/youtube]

Prix Nobel de Physique 2010

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=lCE8r-h08BI[/youtube]

Prix Nobel de Médecine 2010

carte du ciel

Comment utiliser cette carte du ciel ?

Imprimez la carte et placez-la au-dessus de votre tête en orientant le repère « Horizon Nord » de la carte vers le Nord. Observez le ciel, essayez de vous repérer et de reconnaître les constellations : c’est très joli, et voilà. Vous pouvez embrassez votre copain/copine si il/elle se trouve dans les parages. En général ça marche, mais n’essayez pas non plus avec n’importe qui.

Vous pouvez visiter le site de Stelvision pour avoir une carte actualisée de la disposition des constellations et des planètes, où que vous soyez sur Terre. Vous pouvez aussi choisir la date et l’heure à laquelle vous souhaitez voir le ciel. Une bonne occasion de lever le nez de nos trottoirs, et se perdre le temps d’une rêverie dans les poussières d’étoiles qui nous surplombent de toute leur majesté céleste. Attention néanmoins, la méditation stellaire peut rendre abusivement poétique.

[poll id= »43″]

Voilà un très beau titre pour le tout premier article scientifique de Campus Mag’, certes, mais qu’est-ce que ça veut dire ?

En bons chercheurs, commençons par définir les termes.

Si vous pouvez facilement déduire de son nom ce qu’est une exoplanète (du préfixe grec ἔξω (éxo) qui signifie « hors de » et qui donnera « exode », « exotérique », « exotisme », etc.) , « Gliese 581g » évoque davantage un groupe de Rock alternatif suédois qu’un astre céleste. Et pourtant, il s’agit bel et bien d’une planète extérieure au système solaire (d’où « exoplanète », qui tourne autour d’une étoile autre que notre soleil) que les astronomes ont découverte récemment, tel qu’ils l’annoncent aujourd’hui dans la presse.

Ce n’est pas la première fois qu’une exoplanète est mise à jour. Dans l’état actuel de nos connaissances, on en recense pas moins de 490, et on découvre chaque année entre 70 et 90 nouvelles planètes extra-solaires.

Que diable donc, me direz-vous, cette découverte a-t-elle de si particulier qu’elle mérite d’être traitée avec insigne honneur dans votre rubrique préférée de Planète Campus ? Et bien voilà : c’est actuellement la planète connue la plus susceptible d’abriter une forme de vie ! Toutes les conditions sont réunies : sa température moyenne (entre -31° et -12°), sa masse (3,1 à 4,3 fois celle de la Terre), sa possibilité de retenir une atmosphère, et surtout sa position dans la zone habitable (région spatiale favorable à l’apparition de la vie) font d’elle la meilleure candidate comme planète habitable !

Gliese 581g a été découverte ce mardi 29 septembre 2010 par les mesures indirectes du télescope Keck, situé à Hawaï. Ce télescope hyper-puissant scrute depuis 11 ans la naine rouge (étoile de masse et de luminosité très faibles) Gliese 581, autour de laquelle g

ravitent Gliese 581g et ses 5 consœurs connues : Gliese 581b, Gliese 581c, Gliese 581d, Gliese 581e, et Gliese 581f. Ce système solaire se  situe dans la constellation de la Balance, à une vingtaine d’années-lumière de la Terre [une année-lumière équivaut à 9 460 milliards de km]

. Ce système stellaire, âgé de 4,3 milliards d’années (estimation) et relativement proche de nous, est une mine d’informations qui recèle encore maints secrets à découvrir.

A vos télescopes !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=KX8KZs_lbdM&feature=related[/youtube]

SYstème stellaire Gliese 581

Mars 500 : une expérience scientifique hors du commun.

Six hommes vont s’enfermer aujourd’hui dans une fausse navette spatiale pour une durée d’un an et demi. Le but : déterminer si l’homme pourrait être capable de supporter physiquement et mentalement un voyage sur Mars.

Un Italien, un Français, trois Russes et un chinois ont été sélectionnés parmi des milliers de candidats. Ils vont être enfermés dans 180 m²  divisés en cinq modules durant 520 jours. La fausse navette restera pourtant bien sur Terre, près de l’Institut pour les problèmes médicaux et biologiques(IBMP) dans la banlieue de Moscou.

Pour ce voyage imaginaire, toutes les conditions d’un vol en direction de la planète rouge ont été reproduites jusque dans les moindres détails. Une phase de vol de 250 jours (voyage aller), puis 30 jours durant lesquels les astronautes pourront se rendre dans un module reproduisant le sol de la planète Mars. L’équipage simulera le retour  sur Terre en 240 jours. Leurs journées seront organisées entre sommeil, temps libres, travaux et tests psychologiques. Les portions de nourritures et de vêtements ont été rationnées comme c’est le cas pour de réelles excursions spatiales. Enfin pour rendre l’expérience la plus réelle possible, les délais de transmission des e-mails et messages radio que les spationautes enverront à leurs proches et au centre de contrôle s’allongeront au fur et à mesure. Jusqu’à 20 minutes d’attentes dans les deux sens comme se serait le cas pour une véritable expédition vers Mars.

« Mars 500 » permettra d’évaluer les effets psychologiques d’un confinement d’une telle durée. Cette « mission » est organisée par l’IBMP et l’Agence spatiale européenne (ESA) qui décrivent l’expérience comme visant à « imiter une mission vers Mars et son retour de la manière la plus précise possible sans y aller« . Un voyage réel vers la planète rouge pourrait ben se révéler possible d’ici une trentaine d’année.

Au-delà de l’absence d’air frais et de lumière naturelle, l’absence de leurs proches pour une telle durée risque d’être difficile pour les six volontaires. « Ce sera un défi pour nous tous. Nous ne pourrons pas voir nos familles, nos amis, mais je pense qu’il s’agit tout de même d’un moment glorieux dans nos vies », estime le Chinois Wang Yue, 27 ans. C’est également l’avis du Français Romain Charles pour qui le plus difficile sera l’absence de contacts avec « la famille, la petite copine et les amis« . Cet ingénieur français originaire de Saint est un passionné. La tête dans les nuages depuis sa plus tendre enfance, le rêve de devenir astronaute ne l’a jamais quitté. Aujourd’hui il se dit « prêt à disparaitre du monde » (Le point). A leur sortie, les six hommes recevront un chèque de 75 000 euros.

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter (@PlaneteCampus) et soyez les premiers informés !

  • Berlin, Berlin : une comédie virevoltante des deux côtés du mur! - 11 octobre 2022

    C’est la nouvelle comédie de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleras, déjà récompensée (2 Molières meilleure comédie 2022), aussi rythmée et burlesque que leurs précédentes pièces comme « t’es à la menthe ou thé citron ». C’est le talentueux José Paul qui assure la mise en scène. Berlin Est. Emma et Ludwig veulent s’enfuir et passer à l’Ouest. […]

    >> Lire la suite

  • BÉRÉNICE de Jean Racine à la Scala Paris - 28 septembre 2022

    La tragédie de Racine est proposée dans une mise en scène de  Muriel Mayette-Holtz, telle que créée au Théâtre National de Nice la saison dernière. Avec Carole Bouquet dans le rôle de Bérénice,  Frédéric De Goldfiem dans celui de Titus et   Jacky Ido dans celui d’Anthiochus. Titus et Bérénice sont amoureux de longue date. Titus […]

    >> Lire la suite

  • pandémie

    Pandémie : prendre soin de soi malgré les circonstances - 10 janvier 2022

    A l’aube d’un cinquième confinement, il est important de savoir prendre du recul, et ne pas s’oublier. En effet, la pandémie de la Covid-19 a eu de nombreuses conséquences sur nos vies. Il est donc important de prendre soin de soi, pour supporter au mieux la situation ! Alors que tout le monde attend la […]

    >> Lire la suite

  • Parcoursup

    Parcoursup : c’est l’heure des inscriptions ! - 20 janvier 2021

    Bien que la plateforme soit accessible depuis le mois de décembre dernier, c’est aujourd’hui que les choses sérieuses commencent : la phase d’inscription Parcoursup est lancée, et se déroulera jusqu’au 8 avril prochain. Ça y est, nous y sommes : l’heure des inscriptions a sonné, et vous avez jusqu’au 8 avril pour compléter votre dossier. Si tout […]

    >> Lire la suite

  • recettes de pâtes

    Recettes de pâtes : comment varier les plaisirs ? - 13 janvier 2021

    Les pâtes, c’est la vie. Surtout quand on est étudiant ! Mais à toujours les cuisiner de la même façon, on finit par se lasser. Afin de savourer chacun de vos repas, voici donc 4 recettes de pâtes à tester absolument ! Vous ne serez pas déçus. Cette année, vous avez pris comme résolution de cuisiner davantage […]

    >> Lire la suite

  • bonnes résolutions

    Les meilleures résolutions à prendre en 2021 - 6 janvier 2021

    Chaque année, vous n’y coupez pas ! Fin décembre ou début janvier, vous devez y passer et dresser la liste de vos bonnes résolutions. L’année précédente ayant été plus que particulière, voici quelques idées pour prendre les meilleures résolutions qui soient pour l’année 2021. Coutume de la civilisation occidentale, les bonnes résolutions consistent à prendre un […]

    >> Lire la suite

  • thym

    Le thym : un allié à ne pas négliger ! - 18 décembre 2020

    Bien qu’il soit arrivé tardivement, l’hiver est bel est bien présent. Et, comme tous les ans, il a amené avec lui toute une panoplie de maladies… Il existe heureusement des trucs et astuces pour passer au travers, et le thym en fait partie. Explications ! Bien que la covid-19 soit le centre des conversations, les autres […]

    >> Lire la suite

  • économiser pendant les fêtes

    Budget : comment économiser pendant les fêtes ? - 15 décembre 2020

    Noël est bientôt là, et il ne vous reste que peu de temps pour trouver vos cadeaux. Problème, vous avez un budget limité. Solution : nos conseils pour économiser pendant les fêtes ! Suivez le guide… Il n’est pas toujours facile de faire de beaux cadeaux quand on a un budget serré. Sauf si vous mettez en […]

    >> Lire la suite

  • pain d'épices maison

    Pain d’épices maison : la recette facile - 3 décembre 2020

    Bien que la situation soit un peu particulière, ça commence à sentir Noël un peu partout. Et à l’approche du jour J, vous aimeriez vous mettre un peu plus dans l’ambiance. Pour cela, rien de tel que de se mettre aux fourneaux pour préparer un délicieux pain d’épices maison ! En cette période, rien de tel […]

    >> Lire la suite

  • cours à distance

    Cours à distance : prendre soin de son corps - 25 novembre 2020

    S’il n’est pas facile de travailler de chez soi, ça l’est encore moins pour notre corps qui a tendance à s’avachir sur la chaise ou le canapé au fil de la journée. Afin de vous soulager, voici donc quelques exercices faciles à réaliser, pour que les cours à distance ne deviennent pas un calvaire ! Que […]

    >> Lire la suite

  • survivre au confinement

    Survivre au confinement dans un petit espace - 18 novembre 2020

    En ce moment, tout le monde trouve le temps long. Et c’est encore plus vrai quand on est confiné dans un petit appartement ou un studio. Afin de vous aider à survivre au confinement, voici donc quelques astuces pour rendre votre petit espace plus vivable. Pas facile d’être confiné, encore moins dans un tout petit […]

    >> Lire la suite

  • activités pendant le confinement

    Confinement : les activités créatives pour s’occuper - 12 novembre 2020

    Voilà maintenant plus de deux semaines que nous sommes de nouveau confinés chez nous. Et pour certains, le temps commence à être long ! Nous vous avons donc sélectionné plusieurs activités créatives pour vous occuper pendant ce second confinement. Rien de tel que de se retrouver enfermé(e) chez soi pour tester de nouvelles activités ! Après tout, […]

    >> Lire la suite

  • shampoing solide

    Shampoing solide : comment le faire soi-même ? - 9 novembre 2020

    Facile, rapide et pas chère, la recette du shampoing solide est à la portée de tous. Pourquoi ne pas mettre votre temps libre à profit pour vous lancer ? De quoi prendre un peu plus soin de vous et de la planète, tout en respectant votre budget serré ! Et si vous profitiez de ce second confinement […]

    >> Lire la suite

  • reconfinement

    Reconfinement : comment garder le moral en cette période ? - 29 octobre 2020

    L’annonce est tombée : l’heure est au reconfinement. Bien que l’on s’y attendait un peu (beaucoup), la nouvelle ne fait pas franchement du bien au moral… Un mal une fois de plus nécessaire, que nous allons vous aider à traverser en vous donnant quelques astuces pour garder la pêche en cette période compliquée ! La faute […]

    >> Lire la suite

  • masques

    Santé : éviter l’acné causée par les masques - 20 octobre 2020

    Au-delà de l’inconfort provoqué par le port du masque barrière, il n’est pas rare d’être touché par un autre désagrément : l’acné. Beaucoup de personnes ont en effet vu apparaître nombre de petits boutons sur leur visage, après avoir mis un masque. Fort heureusement, il est tout à fait possible de minimiser ce phénomène plutôt indésirable, […]

    >> Lire la suite

© 2022 Planete Campus. Tous droits réservés