683 condamnations à mort en Egypte : un procès expéditif ?

Le tribunal de Minya, en Moyenne-Egypte, a requis la peine de mort, lundi 28 avril, contre six cent quatre-vingt-trois partisans du président islamiste déchu, Mohamed Morsi, pour des actes de violence et le meurtre de policiers. Ces peines doivent désormais être approuvées par le mufti égyptien, une étape considérée comme une formalité. Ces condamnations suscitent la réaction de la communauté internationale.

Un procès de quelques heures

Les personnes étaient accusées d’avoir participé à des manifestations violentes à Minya, le 14 août, le jour même où quelque sept cents partisans du président islamiste tombaient sous les balles de policiers et de soldats au Caire. Selon l’organisation non gouvernementale de défense des droits humains Human Rights Watch, citée par la BBC, le procès n’a duré que quelques heures, et le tribunal a empêché les avocats de la défense de prendre la parole.

La communauté internationale réagit

Lundi 28 avril, la Maison Blanche a condamné ces 683 condamnations à mort, jugées « totalement incompatibles avec les obligations de l’Egypte en matière de droits de l’Homme », et appelé les autorités à les annuler. Londres et Paris rejoignent l’avis de la Maison Blanche. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est dit pour sa part « préoccupé », estimant que ces condamnations « ne semblent clairement pas respecter les règles de base d’un procès équitable ».

« Où est la justice ? »

A Mynia, à l’énoncé du verdict, plusieurs femmes se sont évanouies devant le tribunal encerclé par les forces de l’ordre. « Où est la justice? », s’est écriée l’une d’elles. « Beaucoup de condamnés n’étaient même pas dans la manif », a assuré au téléphone à l’AFP Gamal, 25 ans, professeur d’arabe condamné à mort lundi mais en fuite, et qui revendique son appartenance aux Frères musulmans et sa participation à la manifestation. « C’est le procès politique de ceux qui s’opposent au régime militaire ».

Un juge déjà connu 

Le juge du procès, Saïd Youssef Sabry avait déjà prononcé 529 peines capitales après une seule journée d’audience le 24 mars 2014. L’ONU avait dénoncé ce jugement expéditif en « violation du droit international des droits de l’Homme ».


« »

  A lire aussi

  • BON-PLAN: Achetez militant et solidaire sur Label Emmaüs ! - 22 novembre 2023

    Si vous ne connaissez toujours pas le site label-emmaus.co, découvrez-le vite, vous serez surpris des trouvailles que vous pouvez faire, à tout petits prix, tout en participant à l’insertion de personnes socialement éloignées de l’emploi. Vêtements, high-tech, électroménager, livres…une fois votre choix fait, vous pouvez soit être livré soit retirer la marchandise en boutique. Le […]

    >> Lire la suite

  • La « Paris Burger week » 2023, c’est parti ! - 22 novembre 2023

    Vous avez trois semaines pour élire le meilleur burger de Paris, du 23 novembre au 10 décembre 2023. Le principe est simple : les restaurants participants au concours présenteront leurs meilleurs burgers, la liste et les photos sont sur le site parisburgerweek.fr. Il vous suffit de vous rendre dans ces restaurants pour goûter les burgers, […]

    >> Lire la suite

  • RESTO: Zapi ouvre une nouvelle pizzeria à Paris ! - 17 novembre 2023

    Zapi, c’est la référence en matière de pizzas authentiques, et chaque ouverture est  une bonne nouvelle pour les parisiens ! De la Margarita à la Diavola, en passant par la Quattro formaggi, elles sont toutes à pâte fine et croustillante, garnies de produits veramente italiani ! Vous y trouverez également de nombreuses salades de produits […]

    >> Lire la suite

  • yoga

    Yoga : 5 bonnes raisons de s’y mettre - 24 juin 2020

    Ça fait un bon moment que vous pensez à vous mettre au yoga, sans jamais trouver la motivation d’essayer. Pourtant, ce sport doux a de nombreux bienfaits pour le corps et la santé ! Voici donc 5 bonnes raisons qui devraient vous aider à vous lancer pour de bon !   Contrairement aux idées reçues, le yoga […]

    >> Lire la suite

© 2024 Planete Campus. Tous droits réservés