Otages français : que veulent-ils en échange ?

Une famille française est prise en otage par un groupe terroriste au Cameroun depuis mardi. Trois adultes et quatre enfants ont été conduits au Nigeria et les autorités françaises soupçonnent le groupuscule islamiste Boko Haram d’être derrière cet enlèvement.

Même si le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a déclaré que le rapport entre ce rapt et l’intervention au Mali « n’était pas établi », depuis l’engagement de la France pour chasser les terroristes islamistes qui semaient le chaos au Mali en imposant une application rigoureuse de la charia, il ne fait pas bon d’être Français dans certains pays d’Afrique. L’enlèvement est survenu dans le nord du Cameroun où une famille française passait ses vacances. Les premières informations révèlent que le père employé chez GDF Suez depuis plusieurs années au Cameroun, la mère, l’oncle et les quatre garçons de 12, 10, 8 et 5 ans étaient partis visiter le parc naturel de Waza. Ils auraient été repérés à ce moment-là avant d’être capturés le lendemain matin après une nuit dans un campement à Dadanga.

La prise d’otage d’une famille française n’est pas anodine et fait échos aux menaces des groupuscules terroristes islamistes qui s’opposent pas les armes et les rapts à l’influence occidentale dans cette région. Les ravisseurs n’ont encore rien demandé en échange des otages, mais il y a fort à parier qu’ils demanderont de l’argent, une somme probablement colossale au regard du nombre d’otages attrapés dans leur filet, en échange de la libération. Les sommes obtenues permettent principalement l’achat de véhicules et d’armes de plus en plus sophistiquées leur permettant de semer toujours plus la terreur et de gagner du terrain. Les preneurs d’otage pourraient également demander la libération d’un de leurs membres emprisonné.

Pour l’heure l’implication de Boko Haram n’est pas officielle, il pourrait s’agir d’un autre groupuscule djihadiste comme Ansaru, une branche dissidente de Boko Haram, qui retient des employés étrangers de la société Setraco depuis le week-end dernier.

Les autorités françaises travaillent main dans la main avec les Camerounais pour retrouver les otages, mais il va être très difficile de les libérer maintenant qu’ils sont entre les mains de personnes déterminées ayant une grande expérience de ce type d’enlèvement.


« »

  A lire aussi

  • yoga

    Yoga : 5 bonnes raisons de s’y mettre - 24 juin 2020

    Ça fait un bon moment que vous pensez à vous mettre au yoga, sans jamais trouver la motivation d’essayer. Pourtant, ce sport doux a de nombreux bienfaits pour le corps et la santé ! Voici donc 5 bonnes raisons qui devraient vous aider à vous lancer pour de bon !   Contrairement aux idées reçues, le yoga […]

    >> Lire la suite

  • fêtes des pères 2020

    Fête des pères 2020 : 4 idées cadeau maison - 10 juin 2020

    Cette année, vous voulez gâter votre papa avec des cadeaux originaux ? Découvrez vite notre sélection de produits cosmétiques faits maison, naturels et zéro déchet ! Car votre père aussi a le droit de prendre soin de lui…   Des cadeaux maison pour la fête des pères   Crème de rasage   Bien qu’elle ne mousse pas, […]

    >> Lire la suite

  • fête des mères 2020

    Fête des Mères 2020 : 3 idées cadeaux DIY ! - 27 mai 2020

    La fête des mères approche à grands pas et vous aimeriez gâter votre maman adorée sans pour autant vous ruiner ? Découvrez vite nos 3 idées cadeaux DIY, rapides et pas chères mais qui lui feront fondre le cœur à coup sûr !   Vous avez jusqu’au 7 juin prochain pour préparer un cadeau digne de ce […]

    >> Lire la suite

  • déconfinement

    Déconfinement : ce qu’on peut faire ou pas - 20 mai 2020

    Depuis la semaine dernière, nous avons de nouveau l’autorisation de sortir de chez nous pour autre chose que les courses, et il faut bien l’admettre, ça fait un bien fou ! Toutefois, le déconfinement ne veut pas dire que le virus a disparu. Il y a donc toujours quelques règles à respecter, et nous allons faire […]

    >> Lire la suite

© 2023 Planete Campus. Tous droits réservés