Une femme passe six mois avec une pince dans l’abdomen !

 Une lyonnaise de 31 ans a passé plus de six mois avec une pince médicale dans son abdomen, oubliée par son médecin, lors d’une opération de chirurgie esthétique.

 10 centimètres ! C’est la taille de la pince médicale oubliée dans l’abdomen de cette jeune femme, une pince de Halstead, en forme de ciseaux. « J’avais l’impression qu’on me déchirait le ventre (…) tout le monde me disait que c’était normal d’avoir des douleurs postopératoires » a-t-elle confié à Reuters.

 Tout le monde… même son médecin ! Depuis le mois de septembre, cette lyonnaise a pourtant tenté d’exprimer son mal être auprès d’une clinique réputée de Lyon, sans succès. « Ma cliente était malade la semaine dernière, et en toussant elle a vu une pointe métallique sortir de son nombril » assure son avocat, Maître Jean Sannier.

 Soudain prise d’une violente quinte de toux, elle voit sortir de son nombril un morceau de métal. Totalement paniquée, cette mère de famille décide de se rendre à la clinique la plus proche de son domicile.  Ne possédant d’aucun service d’urgence, elle est restée pendant trois jours sans la moindre assistance médicale. « Je craignais que la pince ne provoque une hémorragie interne ». explique-t-elle.

 C’est seulement hier après-midi, alors qu’elle se rendait à la clinique avec son avocat, que le chirurgien a enfin accepté de la réopérer afin de retirer la pince.

 La patiente envisage donc logiquement de déposer plainte pour « blessures involontaires et négligence ». Son avocat a d’ores et déjà assuré que des expertises médicales étaient en cours.

 Le chirurgien, pourtant très réputé, aurait oublié de recompter ses instruments après l’opération. « C’est un incident anormal et rarissime » a reconnu la direction de la clinique avant d’ajouter « En 25 ans d’activité, c’est la première fois que cela arrive ».

 La jeune femme, désireuse de se faire retendre le ventre après deux grossesses, avait subi une abdominoplastie.

 Ce cas n’en demeure pas moins inédit. Dans la plupart des cas(69%) les chirurgiens oublieraient des compresses. Les localisations les plus courantes étant l’abdomen, le pelvis, le vagin et le thorax…

 Une enquête a été ouverte par la police lyonnaise.

Photo: France 3


« »

  A lire aussi

  • BON-PLAN: Achetez militant et solidaire sur Label Emmaüs ! - 22 novembre 2023

    Si vous ne connaissez toujours pas le site label-emmaus.co, découvrez-le vite, vous serez surpris des trouvailles que vous pouvez faire, à tout petits prix, tout en participant à l’insertion de personnes socialement éloignées de l’emploi. Vêtements, high-tech, électroménager, livres…une fois votre choix fait, vous pouvez soit être livré soit retirer la marchandise en boutique. Le […]

    >> Lire la suite

  • La « Paris Burger week » 2023, c’est parti ! - 22 novembre 2023

    Vous avez trois semaines pour élire le meilleur burger de Paris, du 23 novembre au 10 décembre 2023. Le principe est simple : les restaurants participants au concours présenteront leurs meilleurs burgers, la liste et les photos sont sur le site parisburgerweek.fr. Il vous suffit de vous rendre dans ces restaurants pour goûter les burgers, […]

    >> Lire la suite

  • RESTO: Zapi ouvre une nouvelle pizzeria à Paris ! - 17 novembre 2023

    Zapi, c’est la référence en matière de pizzas authentiques, et chaque ouverture est  une bonne nouvelle pour les parisiens ! De la Margarita à la Diavola, en passant par la Quattro formaggi, elles sont toutes à pâte fine et croustillante, garnies de produits veramente italiani ! Vous y trouverez également de nombreuses salades de produits […]

    >> Lire la suite

  • yoga

    Yoga : 5 bonnes raisons de s’y mettre - 24 juin 2020

    Ça fait un bon moment que vous pensez à vous mettre au yoga, sans jamais trouver la motivation d’essayer. Pourtant, ce sport doux a de nombreux bienfaits pour le corps et la santé ! Voici donc 5 bonnes raisons qui devraient vous aider à vous lancer pour de bon !   Contrairement aux idées reçues, le yoga […]

    >> Lire la suite

© 2024 Planete Campus. Tous droits réservés