Soutiens scolaires avant le bac : une solution miracle ?

En cette fin de mois de février, beaucoup d’élèves de terminales réalisent que le bac n’est plus très loin. Entre le stress de rater le coche et le désir de faire le mieux possible, certains se tournent vers les soutiens scolaires privés, pour préparer au mieux cette épreuve cruciale. Le phénomène de ces organismes de cours particuliers a connu un véritable boom ces dernières années. Qui sont-ils? Comment fonctionnent-ils? Sont-ils fiables? Autant de questions qu’élèves et parents se posent au moment d’arrêter leur choix sur un organisme. Voici quelques éléments de réponse.

Les grandes enseignes de soutien scolaire
Impossible de rater le célèbre slogan d’Acadomia, «Devenez bacheliers ou soyez remboursés!» placardé dans le métro et sur les autobus. Cet organisme privé fait payer 2 940 € par an pour 80 heures de cours à domicile et un stage avec des professeurs présentés comme très qualifiés. En cas d’échec, Acadomia s’engage à rembourser près de la moitié de la somme versée, le solde étant défiscalisé.
Le prestigieux cours Legendre (numéro 3 du secteur) propose une offre du même type. Anacours a aussi lancé sa formule, mais n’offre pas le  remboursement en cas d’échec… Cependant, les taux de réussite sont en général très élevés pour ses organismes de premier ordre.
Complétude reste attaché au modèle traditionnel des cours à la carte, à 40 € de l’heure en moyenne, sans remboursement en cas d’échec à l’examen.

Quelles sont les qualités pédagogiques des professeurs?

Les professeurs sont en large majorité des étudiants diplômés de niveau bac + 3, ou de « vrais » enseignants. Avoir un étudiant pour professeur n’est pas, au contraire, une source d’inquiétude pour des parents qui voudraient avoir à faire à de vrais professionnels. Car ces étudiants ont souvent une approche de la pédagogie intéressante, et n’étant pas si loin de leur propre bac, ont acquis des méthodes de travail. Ils savent comment intéresser leur élève et ce qui l’aide et le motive. Se nourrissant de leur propre expérience, ils apportent beaucoup à des élèves de terminale pas beaucoup plus jeunes qu’eux.Les qualités pédagogiques des professeurs ne sont donc pas à remettre en cause, même s’il arrive que certains recruteurs fassent des erreurs d’appréciation.

Le soutien scolaire : une solution de plus en plus prisée ?
Avant, le soutien scolaire était réservé aux élèves qui avaient des problèmes au lycée. Mais le soutien scolaire englobe aujourd’hui tout ce qui relève de  l’assistance donnée aux élèves afin de renforcer leurs connaissances et leur niveau scolaire. Il peut se faire temporairement avant les examens, tout au long de l’année scolaire, ou pendant les vacances sous forme de stages intensifs. Ce soutien aide l’élève sur une ou plusieurs matières. Plusieurs raisons peuvent amener les parents à envisager des cours particuliers. Cela peut être un manque d’autonomie, le besoin de renforcement sur des matières  dont la maîtrise est nécessaire pour l’atteinte d’un objectif professionnel. Certains élèves ont aussi du mal à travailler seul, à organiser leur travail et leurs révisions. Un soutien peut les y aider de manière efficace.

Malgré les très bons résultats des élèves de terminale au bac 2009 (86% de réussite), les parents qui en ont les moyens ont quand même besoin de se rassurer en garantissant (ou presque) le succès de leur enfant à un examen indispensable pour se lancer dans les études supérieures et dans la vie active. Il y a donc bien eu une forte croissance de la fréquentation de ces organismes de soutien privés, que les déductions fiscales ont bien aidé. Employer un professeur à titre privé pour dispenser des cours à domicile permet de bénéficier d’une réduction fiscale égale à 50 % de la facture réglée à l’organisme choisi. Si les entreprises ont rencontré quelques difficultés en 2009, la demande reste malgré tout importante, et ces organismes n’ont de cesse de vanter leurs mérites par de grandes campagnes publicitaires.

De très bons résultats : 92 à 95 % de réussite au bac
Pour une grande majorité de parents et d’élèves, le recours à des cours privés à domicile s’avère concluant. 92 à 95 % des élèves de terminale inscrits à ces organismes de soutien scolaire ont obtenu leur baccalauréat. Certains voient leur note doubler au cours de l’année, grâce à l’aide de leur professeur particulier. Chez KeepSchool, les responsables assurent que les notes des élèves montent en moyenne  de 3 points entre le premier et le troisième trimestre.
Certains sceptiques expliquent ce très bon taux de réussite par le fait que la grande majorité des élèves ayant suivi des cours particuliers n’était pas des élèves en difficulté, mais voulant plutôt s’assurer une mention, et simplement rassurer des parents un peu trop angoissés…
Cependant, il serait illusoire de croire qu’un simple recours à un professeur particulier quelques semaines avant les échéances du bac suffit à combler les lacunes de plusieurs années de difficultés. Le bac ne s’achète pas, mais ces organismes, ou des réseaux d’enseignants indépendants peuvent malgré tout en aider certains.