Jobs d’été : où faut-il chercher ?

Et voilà, encore une année scolaire qui touche à sa fin ! Pour certains d’entre vous l’été rimera avec vacances, plage et bronzette, alors que pour d’autres il sera plutôt placé sous le signe du travail. Durant toute la saison ou pour un mois seulement, les jobs d’été sont très avantageux. Zoom sur ce bon plan et les secteurs qui recrutent.

Donnons tout de suite bons côtés des jobs d’été. Pour beaucoup d’étudiants c’est une première découverte du marché du travail, dans un univers bien différent de celui des stages que l’on fait au collège ou au lycée. Vous acquerrez de l’expérience, une plus grande autonomie et une ligne de plus sur votre CV. Sans parler de la rémunération qui permet de payer une partie de vos études. A noter que votre salaire minimum devra être égal au Smic (9€ brut/heure, soit 1 365€ brut/mois de 35 heures). Mais ce ne sera pas de tout repos et il faut savoir que vous aller bosser pendant que d’autres lézarderont sous le soleil.

Pour accéder aux différentes offres d’emplois saisonniers, rendez-vous sur les sites de Pôle Emploi, du CIDJ (Centre d’Information et de Documentation Jeunesse) ou des CROUS (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires). Selon l’Enquête BMO 2011 de Pôle Emploi, 600 000 projets d’embauche liés à une activité saisonnière sont prévus en 2011. De nombreux postes restent inoccupés faute de candidats, vous aurez donc de la place !

Hôtellerie, restauration : premier recruteur de main d’œuvre

Les hôtels, les restaurants ou les cafés ont tous un besoin vorace de recruter pendant la pleine saison d’été : selon Pôle Emploi, c’est le secteur qui embauche le plus en France ! Que ce soit femme (ou valet) de chambre, plongeur, serveur, cuisinier, réceptionniste, veilleur de nuit… il y a un large choix de professions. Mais les conditions de travail assez compliquées et pénibles démotivent les éventuels candidats. Et vous, êtes-vous courageux ?

Le secteur agricole

Toujours selon l’enquête de Pôle Emploi, le secteur agricole rassemble à lui seul un quart des projets de recrutement saisonnier (soit environ 150 000 postes). Les jobs de cueilleur, agriculteur salarié, viticulteur, arboriculteur ou maraîcher sont des métiers recherchés. Petit avantage : les activités comme la récolte des pommes ou les vendanges peuvent s’étendre jusqu’à fin-octobre. Ainsi, si votre rentrée est en octobre, vous pourrez partir sous le soleil ET travailler en septembre. Mais soyez prévenus, ce sont des postes physiquement épuisants.

L’animation

Grand classique du travail d’été, les métiers du secteur de l’animation ont toujours du succès. Les animateurs peuvent exercer dans de nombreux établissements : centres de vacances ou de loisirs, clubs du 3e âge, parcs à thème, colonies de vacances ou encore MJC (Maison des jeunes et de la culture). Le BAFA (Brevet d’aptitude à la fonction d’animateur) est indispensable pour s’occuper des enfants, et l’AFPS (Attestation de formation aux premiers secours) est plutôt recommandée.

Sans oublier…

Parmi les autres jobs d’été recruteurs n’oubliez pas les places de vendeurs sur les plages, magasiniers (mise en rayon, gestion des stocks), caissier(e)s, vendeurs ou conseillers clientèle. Pour décrocher le job, allez directement déposer votre CV dans le magasin souhaité. Et si vous êtes détenteur du permis de conduire, les postes de chauffeur, coursier ou  déménageur s’ouvrent naturellement à vous.

Pensez à l’étranger !

Eh bien oui, il est aussi possible de travailler, de faire un stage ou une formation à l’étranger, ce qui enrichira votre CV de manière non-négligeable. Mais c’est une solution à favoriser principalement pour une longue période. Pour l’Europe vous pouvez opter pour une agence de placement spécialisée (qui s’occupera de toutes les démarches administratives), dont vous trouverez les coordonnées sur le site de l’UFAAP (Union française des associations au pair). Si vous visez le reste du monde, demandez un Visa Vacances Travail d’une durée limite d’un an auprès de l’ambassade française du pays dans lequel vous comptez travailler.

On citera également l’Europass Mobilité, qui détaillera vos résultats et compétences acquises durant un stage ou une formation à l’étranger. Il est parfois possible d’obtenir une bourse de la part de votre collectivité locale pour effectuer un stage à l’étranger, renseignez-vous ! Plus d’information sur les expériences professionnelles internationales sur le site de l’Afij.