Cinq questions à Ingrid, étudiante en droit international

Ingrid a 23 ans et elle est en ce moment même étudiante en Master 2- Droit des Relations Internationales à l’Université de Nanterre. Rencontre en cinq questions !

Raconte-nous ton parcours scolaire.

J’ai obtenu mon baccalauréat section Littéraire après avoir suivi ma scolarité au Lycée La Bruyère de Versailles. Directement après le bac donc, je me suis inscrite en droit à Nanterre. J’avais envie de changer de décor et la fac de Nanterre avait ceci de plaisant que le campus, loin d’être un bel endroit, était réellement différent de ce que je connaissais jusqu’alors. Et puis, je dois dire que je m’étais aussi renseignée sur des forums à propos des profs, qui se sont révélés pour la plupart très reconnus dans leurs domaines.

Après une licence de droit privé, je me suis orientée vers un master 1 Droit International et européen mais surtout parce que j’étais très intéressée par des matières telles que le droit pénal ou l’humanitaire et le droit des relations internationales. Et là, cette année je suis passée en master 2 – Droit des Relations Internationales toujours dans la même université

.

Parle-nous de ton master.

Ce master est plutôt coté dans le monde du droit international. On approfondit  principalement les notions qu’on a apprises en master 1. L’année se divise en séminaires et en périodes de cours. Les matières principales sont le droit international économique et les rapports entre droit interne, droit européen et droit international.

Cette année, l’apprentissage est tourné vers le travail en groupe. Une grande majorité des devoirs sont à faire à plusieurs et on a même fait une revue juridique européenne et des procès fictifs pour nous entraîner à travailler avec d’autres personnes et c’est très faisable du fait qu’on soit 25 personnes  seulement dans ce master.

A côté de ça, les matières restent très théoriques ! C’est le principe d’un master recherche. Et il faut faire un mémoire de 80 pages avant la fin de l’année ainsi qu’un exposé-discussion où l’on est interrogé sur nos connaissances depuis la licence jusqu’à aujourd’hui.

Quelles sont tes matières préférées ?

Ce que je préfère ce sont mes options ! Les cours du droit humanitaire et du droit international pénal sont véritablement passionnants !

Quelles sont les compétences selon toi pour suivre cette voie ?

En premier je pense qu’il faut être organisé et pragmatique pour faire du droit. Pour le droit international, et ce master en particulier, il faut avoir une bonne base en anglais et la maitrise d’une autre langue est un plus. Il faut aussi avoir l’esprit de groupe et aimer le côté rédactionnel et le travail théorique. Après, je dirais qu’il faut être doué à l’oral mais bon, finalement je n’étais pas très à l’aise et j’ai appris à surmonter mes peurs.

Tu t’espères où dans 5 ans ?

En principe je suis diplômée à la fin de l’année, je veux prendre du temps pour découvrir le monde en faisant des missions humanitaires.

Pour les diplômés de ce master, les choix sont nombreux mais pas faciles. Il nous est possible de faire des stages dans les institutions internationales ou de passer les concours de la fonction publique internationale ou celui du ministère des Affaires Etrangères. Mais ils restent ultra sélectifs !

Pour l’heure je pense que je vais passer le CRSPA (diplôme d’entrée à l’école d’avocat) et ensuite essayer de trouver des missions dans les juridictions internationales ! Mon but ultime ? Travailler à la Cour Pénale Internationale.