Arrêt d’études : comment rebondir ?

arrêt d'études

Quelle qu’en soit la raison, vous avez décidé – ou êtes obligé(e)s – d’arrêter vos études. Une situation dans laquelle se retrouvent plus de lycéen(ne)s et d’étudiant(e)s qu’on veut bien le dire ou le croire. En effet, interrompre sa scolarité n’est pas une fatalité et il existe de nombreuses pistes à explorer : des solutions permettant de rebondir après un arrêt d’études.

 

Réorientation, année sabbatique, alternance, premier emploi… Pour vous aider à ne pas perdre de temps et/ou trouver une voie qui correspond davantage à vos envies, nous avons fait le point sur les différentes options s’offrant à vous.

 

Que faire après un arrêt d’études ?

 

Prendre une année sabbatique

 

Parfois, prendre le temps de réfléchir est nécessaire. Sans vous tourner les pouces, profitez de cette pause pour réfléchir à votre avenir. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé(e)s à arrêter vos études ? Que voulez-vous faire ? Quels sont les domaines qui vous intéressent ? Posez-vous les bonnes questions avant de vous renseigner sur les possibles solutions de réorientation. Une période pendant laquelle il vous est également possible de trouver un job alimentaire, afin de payer votre loyer et vos frais quotidiens, si vous en avez.

 

Voyager en travaillant

 

Vous êtes jeune, n’avez aucune attache et la vie devant vous. Pourquoi ne pas sauter sur l’occasion de parcourir le monde ? Vous aurez ainsi la possibilité d’en apprendre plus sur vous-même, peut-être même découvrir de nouvelles facettes de votre personnalité, qui vous aideront à mieux vous orienter par la suite. Et pour que le voyage ne vous coûte pas trop cher, pensez au PVT (permis vacances travail), vous permettent de faire plein de petits boulots dans les pays que vous visitez.

 

Opter pour la professionnalisation

 

Si vous n’aimez pas rester assis(e)s à « rien faire » sur les bancs du lycée ou de la fac, ça ne veut pas dire pour autant que les études ne sont pas votre truc. Peut-être devriez-vous apprendre un métier, grâce à une formation professionnelle. Pourquoi pas vous diriger vers l’artisanat, pour devenir fleuriste, boucher, ou menuisier, ou vers les métiers de la cuisine et de la restauration ? L’alternance est également une bonne solution pour conjuguer études et vie professionnelle, tout en vous assurant – le plus souvent, un emploi stable à la sortie.

 

Créer votre entreprise

 

Il n’y a pas d’âge pour devenir entrepreneur ! Si vous avez une idée qui tient la route, lancez-vous : en micro-entreprise, ou tout autre statut qui convienne à votre projet, n’hésitez pas à monter votre boîte. Après tout, vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. Si ça fonctionne, c’est jack pot assuré, et si votre boite ne décolle pas, il ne sera pas trop tard pour vous réorienter. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, rapprochez-vous de la CCI de votre région, du site Kangea.fr où vous trouverez de nombreuses informations, ou encore de Cap’Jeunes, vous permettant de bénéficier d’un accompagnement, ainsi que d’aides financières, si vous avez moins de 26 ans.

 

Profiter des aides et structures mises à disposition

 

Connaissez-vous la Garantie Jeunes, un contrat signé avec la mission locale de votre ville/région vous permettant de percevoir une allocation mensuelle allant jusqu’à 484€ ? En échange, vous devez accepter les missions que vous proposera votre conseil, dans le but de trouver un emploi : stages, formations, mises en situation professionnelles, etc. Autre condition, ne pas vivre chez vos parents et/ou ne recevoir aucune aide financière de leur part. Si vous n’êtes pas éligible, vous pouvez enfin postuler dans un Epide, un établissement pour l’insertion dans l’emploi, qui vous guide et vous accompagne pendant huit mois.