Parcoursup : suite et fin… pour l’instant

parcoursup

Fin septembre, 955 bacheliers étaient toujours sans affectation, bien que la procédure Parcoursup soit close. C’est en tout cas ce qu’a indiqué Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, lors de sa conférence de rentrée. Malgré cela, elle affirme que la plateforme a parfaitement fonctionné…

 

Lors de sa conférence de presse de rentrée, la ministre a en effet défendu la plateforme Parcoursup, en la comparant à feu APB. « Admission post-bac voulait faire le plus vite possible avec le plus grand nombre possible. Et s’il échouait, on arrivait au tirage au sort ». Une situation belle et bien révolue puisqu’aujourd’hui, et grâce à Parcoursup, « l’ambiance est différente dans les facs, tout simplement parce que les étudiants sont là où ils ont envie d’être ».

 

Un bilan positif ?

 

Si le bilan dressé est donc très positif, la réalité, elle, a été toute autre. De nombreux lycéens ont en effet eu l’impression d’être laissés pour compte, et se sont vus dans la presque obligation d’accepter des places qu’ils ne voulaient pas vraiment. Le calendrier de la plateforme, quant à lui, a largement été décrié par les élèves, mais aussi par les établissements !

 

Une grogne que Frédérique Vidal a entendue et souhaite éviter l’année prochaine : « Le calendrier de Parcoursup est le point majeur d’amélioration », a-t-elle déclaré. « Nous réfléchissons à revoir le calendrier de clôture de la plateforme et les délais de réponse », a-t-elle précisé lors d’un entretien avec le JDD.

 

La ministre a d’ailleurs annoncé que dès l’an prochain, la phase principale de la procédure s’achèverait au plus tard fin juillet, et non plus début septembre comme ce fut le cas cette année. Voilà qui devrait éviter bien des désagréments et des plans de dernière minute ! Nombreux sont en effet les étudiants à avoir fait leur demande de logement et/ou de bourses au tout dernier moment. Ce qui, il faut bien l’admettre, n’est pas l’idéal.

 

Les vœux resteront tels quels

 

Si la ministre se dit prête à travailler sur l’anonymat des candidatures – ce qui éviterait les inégalités entre les élèves venant d’établissement, de département ou de régions différentes, rien ne changera concernant la hiérarchisation des vœux.

 

Frédérique Vidal a en effet totalement écarté la possibilité d’un retour à un classement selon les préférences de chacun. Selon les détracteurs de ce système, une telle hiérarchisation induirait un phénomène d’autocensure…

 

Reste maintenant à voir comment tout cela va réellement se passer lors de la prochaine procédure. Espérons que, cette fois-ci, tout le monde y trouvera son compte !

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1