Bac +5 : Master Droit international – Université de Bordeaux

Objectifs et compétences

L’objectif est de donner aux étudiants une connaissance approfondie du droit international, dans ses différents aspects, qu’ils soient rattachés au droit public ou au droit privé.

L’objectif consiste à les préparer à des recrutements du secteur public et du secteur privé dans les domaines du droit international : administrations publiques étatiques (ministères des affaires étrangères et européennes, ministères chargés du commerce extérieur, ambassades, consulats, services de coopération) et internationales (organisations internationales), organisations non gouvernementales, services juridiques des entreprises ayant des activités commerciales, financières ou industrielles internationales, cabinets d’avocats.

Le cas échéant, l’initiation à la recherche se traduit principalement par la rédaction d’un mémoire. Le travail permet aux étudiants de se familiariser avec les instruments de la recherche juridique en droit international. Il s’agit de s’initier à l’utilisation de la littérature juridique. La rédaction du mémoire est également l’occasion de consolider l’appareil critique des juristes et de mesurer la capacité d’apport créatif.

 

Compétences à acquérir :

Recherche

La mention droit international est fortement adossée au CRDEI (Centre de recherche et de documentation européenne et internationale). Les membres du laboratoire ont été associés à l’élaboration de la maquette de la formation. Cette maquette s’articule étroitement avec les axes de recherche du Centre de Recherche. A titre d’exemple, une des caractéristiques de la mention est sa mixité droit international public et droit international privé. Dans le même sens, le laboratoire accueille des enseignants chercheurs et des doctorants en droit international public, et en droit international privé. De plus, le CRDEI organise chaque année des universités d’été sur des thématiques pluridisciplinaires à destination des étudiants de la mention. Autre exemple, les professeurs invités par le laboratoire interviennent essentiellement devant les étudiants de la mention. Enfin, les étudiants peuvent également être associés aux journées d’études organisées par le CRDEI.

International

Erasmus Mundus : Les étudiants du Master Droit international bénéficient largement du programme Erasmus Mundus, comme d’ailleurs d’autres programmes d’échanges internationaux, ce qui leur permet, d’une part, d’accomplir leur dernière année de formation dans une université étrangère partenaire et, d’autre part, ce qui permet à un certain nombre d’étudiants étrangers d’être accueillis, chaque année, au sein de notre formation.

Stage à l’étranger ou semestre de mobilité : Le parcours Droit international valorise les stages effectués à l’étranger. Les parcours Droit des échanges euro-méditerranéens et Droit des relations transatlantiques prévoient obligatoirement un semestre à l’étranger. Les parcours Droit international et comparé des affaires et Droit de la coopération économique et des affaires internationales sont localisés au Vietnam (Ho Chi Min Ville et Hanoï. Oui. Les parcours de masters II droit des échanges euroméditerranéens et droit des relations transatlantiques prévoient chacun un semestre de mobilité, respectivement à Rabat et à Québec. La mention droit international comprend deux parcours de M2 dispensés intégralement à l’étranger (Vietnam) : Master II Droit international et comparé des affaires (Ho Chi Minh Ville) et Master II Droit de la coopération économique et des affaires internationales (Hanoï). Les stages y sont effectués au Vietnam, mais peuvent aussi l’être au Cambodge, au Laos, en Malaisie, à Singapoure…

Autre dispositif d’internationalisation : La mention Droit international valorise particulièrement l’internationalisation de la formation : – Existence en Master 1 d’un UE facultative « internationalisation » Comportant un stage ,5 TD de langues et un cours de droit étranger – Valorisation des stages réalisés à l ‘étranger – Enseignement de 2 langues étrangères obligatoire dans le Parcours Droit international – Enseignements délocalisés en Asie, en Amérique du Nord et en Afrique du Nord Différents dispositifs d’internationalisation sont prévus et peuvent s’appuyer sur le numérique. Les plateformes numériques peuvent être utilisées à cet effet et permettre à l’ensemble des étudiants de la mention, et notamment à ceux qui sont à l’étranger, d’accéder aux mêmes informations et ressources. D’autres dispositifs plus spécifiques peuvent être mis en place et font l’objet d’une réflexion au sein de l’équipe pédagogique ( UNJF, FOAD de l’AUF, Campus numériques francophones de l’AUF…)

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer