Kezako : Alternance ou stage alterné ?

Alternance, stage alterné ? Beaucoup d’étudiants semblent perdus et ne savent pas faire la différence entre ces deux «écoles de professionnalisation ». Quelles sont les différences sur les plans juridique, financier et professionnel ? Quels sont les avantages et inconvénients recouvrant l’alternance et le stage alterné ? La rédac’ a décidé de répondre à vos questions en sondant quelques étudiants par rapport à leurs expériences.

Alternance ou stage, que choisir pour bien préparer son insertion dans le monde du travail ? C’est la question que se posent de nombreux étudiants hésitant dans leurs choix de formation.

L’alternance : que dit la loi ?

L’alternance, également appelée le contrat d’apprentissage se définit comme étant « un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est de permettre à un jeune de suivre une formation générale, théorique et pratique, en vue d’acquérir un diplôme d’État (CAP, BAC, BTS, Licence, Master,…) ou un titre à finalité professionnelle inscrit au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), dont l’ensemble des titres professionnels relevant du ministère chargé de l’emploi. » C’est la définition qu’en donne le Ministère du Travail. Selon ce dernier toujours, le temps de travail de l’apprenti est identique à celui des autres salariés. L’employeur doit permettre à l’apprenti de suivre les cours théoriques professionnels. Ce temps est compris dans le temps de travail effectif et rémunéré comme tel. Pour ce qui est de la rémunération, l’apprenti bénéficie « d’une rémunération variant en fonction de son âge ; en outre, sa rémunération progresse chaque nouvelle année d’exécution de son contrat. Le salaire minimum perçu par l’apprenti correspond à un pourcentage du Smic ou du SMC (salaire minimum conventionnel de l’emploi occupé) pour les 21 ans et plus. »

Le stage, lui, permet au stagiaire de dégager des indemnités et non une rémunération.

Contrairement à l’alternance, le stage alternée «ne relevant ni du 2° de l’article L. 4153-1 du code du travail ni de la formation professionnelle tout au long de la vie telle que définie par le code du travail font l’objet entre le stagiaire, l’organisme d’accueil (entreprise, association, etc.) et l’établissement d’enseignement d’une convention tripartite et doit être intégré à un cursus pédagogique scolaire ou universitaire. Lorsque leur durée au sein d’une même entreprise (ou d’un autre organisme d’accueil) est supérieure à deux mois consécutifs ou, au cours d’une même année scolaire ou universitaire, à deux mois consécutifs ou non, le ou les stages font l’objet d’une gratification versée mensuellement.
Les dispositions présentées ici sont celles relatives aux stages en entreprise effectués par des étudiants. » (Ministère du Travail). Aussi, la durée d’un stage ne peut excéder six mois par année d’enseignement.

L’alternance : « la meilleure école professionnalisante » selon des étudiants

Et si l’alternance paraît plus plébiscitée par les étudiants, ce n’est pas pour rien, au vu des nombreux avantages qu’elle présente comparés à ceux du stage. Pour Manon, l’alternance « c’est la meilleure école professionnalisant ! Ça devrait se démocratiser davantage. » Aucun doute pour Sarah qui a déjà était en alternance l’an passé, dans le cadre de son Master 2 en Gestion des ressources humaines, « C’est un fait ! L’alternant est davantage considéré comme un professionnel qu’un stagiaire. »

Alexia considère que « parfois, l’alternant et le stagiaire ont la même quantité de travail mais l’alternant demeurera mieux payé qu’un stagiaire ».

Pour plus d’infrmations sur l’alternance, rendez-vous sur http://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-en-alternance/contrat-apprentissage

Partagez1
Tweetez
+1
Enregistrer