IRMA Aussi naturelle que charismatique : ça s‘appelle le talent !

IRMA Aussi naturelle que charismatique : ça s‘appelle le talent !0

RédactionPublié le 21 février 2011 - Lu 1 141 fois

My  major company, plate forme collaborative de musique  nous révèle  au fil du temps de très  beaux  artistes ,tous assez différents  et parfois  improbables, qui  sans l’investissement financier possible  en ligne d’internautes , ne seraient peut  être jamais  révélés.

Ici  je vais  vous  parler de LA PERLE :Irma.

Elle a réuni en 48 h cette somme et depuis 2 ans travaille à  affiner ses chansons.

Cette  Belle Camerounaise, de 20 ans continue en parallèle ses études : c’était la condition pour que  ses parents la laisse venir à Paris. ici elle n’est pas seule  puisque  qu’elle cohabite avec frère et sœur, cocon protecteur qui lui gardent, les pieds sur terre.

A l’écoute elle est déjà  stupéfiante mais sur scène c’est encore plus fort : accompagnée de deux musiciens elle déploie  sous son bonnet mignon un charisme tout en douceur  inversement proportionnel.

Sur scène on ne voit  qu’elle  alors qu’elle est toute humilité.

J’ai voulu  savoir qui se cachait  réellement derrière cette modestie  au  talent d’auteur  compositeur impressionnant.

Fabienne : Très  douée pour votre  âge pouvez vous nous dire comment s ‘est déclenché votre amour de la musique ?

Irma : en fait  ça s’est déclenché très très tôt. D’abord j’ai commencé par prendre des cours de piano  à  7 ans , là c ‘était plutôt  la rigueur ; j’avais  une prof très  sévère ce qui arrangeait  ma mère.

C’est  vers 12 ans que l’envie de composer est arrivée quand j’ai trouvé la guitare de mon père qui  voulait s’y remettre ce qu’il na jamais  fait

Au départ j’écrivais en français des chansons avec des paroles très  drôles

Je ne sais  pas ce qui a été  le déclic. C’est  vrai  que  j’ai toujours été  admirative des grands chanteurs à guitare et des grands show man comme Michael Jackson mais  sans  me dire que je le ferai  plus  tard

F/ vous avez vécu  jusqu’à  quel âge au Cameroun ?

I : 15 ans

F : Vous  avez des frères et sœurs ?

I : oui  j’ai une soeur jumelle ,une fausse on ne se ressemble pas du tout , une petite sœur et une grand frère qui sont à Paris, heureusement car ça  aurait  été  plus  dur, et mes parents travaillent encore au  Cameroun

F :que  préférez vous  écrire, composer, être su r scène ?

I : beaucoup la composition , j’ai un petit  penchant  pour la musique  plus que pour les notes . Je suis une fan pour  les textes bien écrits. Tout ce qui  est harmonie, je peux m’amuser avec d’autres notes pendant des heures, en rajoutant des voix . ca  c’est vraiment mon truc

La scène aussi  c’est  fantastique

F : sur scène on a l’impression que  vous n’avez pas conscience de votre talent  et que vous êtes très  humble ?Vous  êtes timide ?

I : oui,  sur la scène il y a un peu  quelqu’un d’autre ; j’ai appris à gérer  ma  timidité ,au début  je venais sur scène je chantais et je repartais . Là j’ai  évolué mais j’ai encore à travaillé ma relation avec le public.Je ne me projette pas dans la vision des autres . J’ai envie que les gens passent un bon moment c’est  juste  ce qui  m’intéresse

F : et vous  pensez que cela arrive car vous leur  envoyez quoi ?

I : parce que je fais ce que  j’aime faire , et ça se voit

F : en plus  ce qua vous nous envoyez, c’est très très  gai, c’est léger

Est ce que  vous  avez des gens dont vous aimez les mots qui  tombent juste ?

I : pour moi il y  a un artiste  français qui a  ça  c’est Brel

F : et en plus  il est belge mais  peu importe

I : ses chansons, les mots  sont …là

J’aime beaucoup Matthieu  Chédid  parce que en plus de jouer avec le sens  des mots, il  joue  beaucoup avec les sonorités.

F : la guitare est votre instrument de prédilection ?

I : oui, c’est là que  je compose 95% de mes chansons

F : venez vous d‘une famille d’artiste ?

I : mon père était  guitariste dans un groupe avec une histoire terrible  autour de ça puisque sa mère a cassé sa guitare car elle trouvait que les études c’était plus important.  Ma mère est choriste ma famille assez dans la musique

F : comment êtes vous  arrivée à  my  major company

I :  A 15 je viens faire mes études à Paris .  je fais  la prépa HEC et actuellement  je suis à  l’ESCP  depuis  3 ans . Je viens d’une famille de bossuer, de scientifique  .. Je  me dis  ouf , vais  prendre une voie   plus facile .

juste à la fin de mes concours ,  je mets quelques vidéo s sur you tube et j’ai des gens qui m’en demandent plus. On m’en demandait de plus en  plus  et une communauté se créait .

F : comment êtes vous venue  à poster des vidéos  il ya déjà une démarche semi pro, non ?

I : c’est marrant  car au début j’ai postait la toute première  vidéo , réalisé face à ma webcam, pour  une de mes amies qui  était  loin  et à l ‘époque je ne les montrait  qu’à elle . Je me rendais pas du compte de l’impact je me disais  je mets la vidéo   elle  la voit  et 3 mn après  je la retire ..

Comme j’étais encore pudique je mettais  des lunettes un bonnet  c’est marrant de me revoir  maintenant.

En 2008  je tombe sur un message de  Michael Goldman – fondateur de my major company- qui me dis on aime ton travail,  j’aimerai qu’on se rencontre et  si ça te dis  qu’on travaille ensemble

Il y avait des messages d’autres producteurs mais lui je connaissais son nom ça m’a rassurée d’autant plus  que je ne pensais pas à ce moment là  m’engager professionnellement dans la musique

F : my major company vous  intégre ? et ?

I : j’ai  416  producteurs (70000 €) en 48h ce qui  finançait   a réalisation de l’album

F : et là ?

I ouh lala je me dis ; il  va falloir bosser là . je  ne me rendais pas vraiment compte.Je ne me suis pas posée de questions, sur  le coup  j’ai rien compris et j’y suis allée.

F : Votre famille réagit comment ?

I  mes parents sont très  présents et rassurés par le fait que je continue  mes études. Ils me soutiennent très  fort ma mère est venue  pour  mon passage à  taratata

F : Comment ressemblez vous aux jeunes de votre public ?

I : je ne sais pas  si au fond ils sont comme moi  , mais on a l’insouciance en commun . my major a préservé ça durant  nos  2ans de travail

F : petite fille vous  étiez comment ?

I : très  stressée pour rien,  hyper anxieuse

F :on vous  sent sur scéen méga cool

I :  petite non et il fallait toujours qua je fasse le justicier,  ça ça  m’est resté ;

F ; vous sentez vous Africaine ?

I je me sens Africaine occidentalisée. L’Afrique c’est un continent que  j‘aimerai  voir aller bien. Il y a tant de ressources c’est injuste et tant d’injustice

F : est ce que vous  vous projetez maintenant ?

I : je me préserve encore beaucoup et non car naturellement je ne me projette pas.

F : ce qui  vous  a le plus  impressionnée

I  c’est me dire qu’il ya deux ans ces gens  là  (comme taratata) je les voyais à la TV et je els croyais  inaccessibles  et deux avant encore j’étais au  Cameroun bien loin de tout  cela

F :  avec qui   aimeriez vous  chanter ou jouer ?

I : M

F : votre single sort le 28  février. Est ce qua après  cela  my  major company, vous suivent encore ?

I : ils sont très protecteur notamment avec les artiste là dès le départ (dont je fais partie) j’étais chez avant  Grégoire. Au  début ont étaient 12 artistes avec qui ils sont restés très protecteurs

F : le plus  difficile à exprimer  pour vous ? l’amour ? la tristesse

I : Rien,  tout  est venu  naturellement et puis en chantant en anglais on met un écran  c’est plus  facile

F : et le bonnet ?

I : Ah  ç a  c’est resté de l’époque you tube je me cachais et puis  j’i enlevé  des trucs au fur et à mesure pour ne garder qua le bonnet

F : pensez vous  que vous aurez la grosse tête ?

I : je ne pense pas grâce à mon entourage

F quelle amoureuse êtes vous ?

I : trop  romantique ,  si , si j’idéalise l’amour . J’ai  besoin qu’il se passe des trucs , que  ce soit  un peu conflictuel

F : qu’avez vous envie de dire aux jeunes 18- 25 ans parfois pessimistes ?

I : malgré tout   à cet âge là  il ne faut  pas se mettre de barrières  ou  de bâton dans les roues
Avec un peu de travail et de la passion on peut  arriver à tout. Y  a pas de secret il faut  travailler !

F : et la guitare vous aller reprendre des cour s ?

I : en fait  je n’ai jamais pris de cours je vais  m’y  mettre par exemple à la guitare jazz

F : on dit que la guitare est l’un des instruments les plus difficile à apprendre vous êtes d’accord ?

I : non, je pense que  le piano est plus  difficile  , car une fois qu’on connait  à la guitare 3, 4  accords on se débrouille  Alors qu’au piano  chaque  accord a sa position

F : avoir appris seule   est ce un handicap ?

I : en fait  il ya plusieurs phases. au début  c’est l ‘euphorie on apprends beaucoup, après on stagne Par exemple les musiciens de solo y  pas plus libres mais avant ils ont appris  les bases Ils connaissent toutes les gammes par coeur et donc être libres en solo.  A un moment quand on a appris seul on stagne un peu et il faut apprendre la technique   et cette base qui fait qu’on peut tout faire .

F : Quel sont vos  rapports avec  vos  musiciens plus  âgés que  vous ?

I : ça fait  pas très  longtemps qu’ils m’accompagnent seulement depuis 2 mois . J’ai été  amenée très  vite à  cotoyer des gens beaucoup plus  âgés que moi donc, ça n’est pas du  tout un problème .  C’est pas du  tout un barrière on s’entend mais c’est moi la chef (sourire)

C’est  drôle d’être la patronne de trois grands gaillards qui ont  joué avec Kéziah Jones et de leur  dire « là  ç a va pas «

En plus  ce sont des musiciens qui te portent en 3 semaines de répétitions ils  m’ont appris énormément de choses

C’est  dur de passer de jouer seule à avec des musiciens

F : Votre meilleur souvenir ?

I : mon enregistrement à  NY   parce que c’était la première fois  que j’allai s au  1ère fois aux état unis et dans quelles conditions

F : le pire ?

I : pareil à  NY  pourquoi ? parce que parfois le mec me poussait  à  tout donner .Je me disais   mais qu’est ce que je fais là , j’ai pas le niveau  , c’est pas possible . Comment ils ont pu  croire que  je sois  au niveau ?et je déprimais , bon 24 H. Après  faut y aller

F : quel rapport avez vous avec les autres artiste de my  major ?

I : je suis  très copine avec Jonathan Joyce on sort ensemble en soirée , on est arrivée ensemble  dans my  major , ç a crée un lien. Grégoire il m’a donné la chance de faire sa 1ère partie

Les artistes qui  étaient là au  début  sont restés soudés avec les nouveaux, qui  sont plus  nombreux  c’est différents.

F :  et la tournée ? ç a vous fait peur  de partir comme ça sur les routes ?

I : elle va  commencer mi  mars ,  ça me fait un peu peur , mais  c’est très excitant  aussi

F :de quoi avez vous peur  aujourd’hui ?

I J’ai peur  de ne plus arriver à créer, du manque d’inspiration

F : vous sentez vous artiste ?

I : oui un peu

Trop modeste Irma, au talent si grand

Pour en savoir plus :

http://www.mymajorcompany.com/Artistes/irma

Fabienne Prevot

Tags: , , , , ,

Be Social,
Share !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Newsletter

Inscrits toi à la newsletter, reçois le magazine et les derniers actus dans ta boîte mail pour profiter ainsi des bons plans chez nos partenaires !