Juliet, Naked de Nick Hornby

Juliet, Naked de Nick Hornby0

yanick casquettePublié le 12 mai 2010 - Lu 950 fois

De l’humour tout en sensibilité

C’est avec sincérité, humour et sensibilité que Nick Hornby raconte l’histoire de trois personnages dévoilant plusieurs aspects des comportements sociaux d’aujourd’hui.

«Annie, tu as l’appareil photo ?  demanda Duncan.
– Oui. Mais tu veux faire une photo de quoi ?
– Eh bien, tu sais…
– Non.
– Eh bien… les toilettes.
– Quoi, les… Comment on appelle ça ?
– Les urinoirs. Ouais.
– Tu veux être sur la photo ?
– Je devrais faire semblant de pisser ?
– Si tu veux. »

C’est bien dans des toilettes que le roman plante son décor. Mais pas n’importe quelles toilettes. Ce sont les toilettes d’un Bar de Minneapolis, petite ville perdue d’Amérique, où Tucker Crowe, ancien chanteur oublié des eighties, serait venu avant d’arrêter sa carrière. Ce sont des toilettes basiques et sans intérêt pour une grande majorité de personnes, cependant pour Duncan c’est bien plus que cela. Duncan est ce qu’on peut appeler un fanatique démesuré se proclamant expert mondial de la musique de Tucker Crowe. Depuis toujours, tout son temps libre est consacré au site qu’il a créé pour tous les fans de cet ex-chanteur américain. Il passe ses journées à écrire des théories sur la vie de son idole et échanger avec ses semblables toutes sortes de commentaires concernant les œuvres de l’ancien rockeur. Et c’est depuis Gooleness, une petite station balnéaire surannée du Nord de l’Angleterre, qu’il a entrepris avec sa compagne Annie ce pèlerinage à travers les endroits clefs de la carrière de Tucker Crowe.
Mais c’est à leur retour à Gooleness que l’histoire prend forme.

Annie et Duncan sont ensemble depuis quinze ans maintenant, et pourtant ce n’est pas l’amour qui les a soudé. C’est ce qu’on pourrait appeler un couple vivant ensemble par défaut. Et ce n’est qu’à leur retour de vacances qu’Annie le réalise vraiment. A quarante ans, sans enfant, responsable d’un musée d’une ville morte et oubliée, elle observe les quinze dernières années de sa vie en se demandant comment a-t-elle bien pu perdre tout ce temps.
Mais c’est à la sortie inattendue de « Juliet, Naked », le nouvel album de Tucker, que ce couple jusqu’alors stable va voir son destin changer de cap.

Duncan complètement excité par ce dernier opus, qui n’est rien d’autre que la version non travaillée de l’album « Juliet » à l’origine du succès du chanteur, poste aussitôt une chronique outrageusement élogieuse sur son site. Annie qui s’y connait tout de même un peu en matière de « Tucker Crowe » après avoir côtoyé Duncan pendant quinze ans, n’est pas du tout du même avis que son compagnon. Elle ne voit en « Juliet, Naked » qu’un basique brouillon qui ne dégage en rien les émotions que libérait l’autre album.
Elle décide donc de publier, elle aussi, une critique de l’opus sur le site de Duncan. Mais jamais elle n’aurait imaginé recevoir un email de l’artiste lui-même après la publication de son billet. Après un échange de mails devenant de plus en plus personnel, Annie se décide une fois pour toute à se reprendre en main afin de ne pas gâcher les quinze prochaines années de sa vie.

« Juliet, Naked », naked comme mise à nu est tout simplement un petit bijou. Que ce soit l’histoire de ce couple platonique, les pensées d’Annie ou la réelle vie de cet ancien chanteur de rock, « mise à nu » est exactement l’expression qui désigne ce roman.
Le décor est bien planté, on se plonge directement dans l’histoire, les personnages sont tellement bien décrits qu’on arrive à s’identifier à eux et une fois la dernière page tournée on en ressort avec une leçon de vie qui mérite d’être appliquée. Ce qui est d’autant plus surprenant, c’est que malgré tous les regrets et les apitoiements que nous révèle chaque héros de sa propre histoire, l’écriture et la mise en scène cassent cette apparence de roman mélodramatique. Il y a de l’humour, de l’ironie et du décalage, qui amènent le lecteur à beaucoup rire et à passer un réel et sincère bon moment.

Nick Hornby a choisi d’écrire son roman à la première personne en transférant alternativement  la narration à chacun des trois héros. Un bonne méthode pour comprendre et ressentir les obsessions et les comportements de tous les personnages. Personne ne peut être indifférent à la subtilité de cette exploration des sentiments humains car tout le monde s’y retrouve que ce soit de près ou de loin.
A lire et à relire.

Auteur : Nick Hornby
Editeur : 10/18

Océane Debert



Tags: ,

Be Social,
Share !

Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Newsletter

Inscrits toi à la newsletter, reçois le magazine et les derniers actus dans ta boîte mail pour profiter ainsi des bons plans chez nos partenaires !