Appli Smartphone : WhatsApp roule vers le milliard

La route vers le milliard continue et s’accélère. L’application de messagerie instantanée WhatsApp, qui a moins de cinq ans, vient d’atteindre 500 millions d’utilisateurs.

25 millions de nouveaux membres par mois

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook qui a racheté WhatsApp en février dernier pour 19 milliards de dollars, doit être en train de déboucher le champagne. La croissance de sa dernière acquisition est phénoménale. Chaque mois, 25 millions de nouveaux membres débarquent sur WhatsApp : 430 millions à la mi-janvier, 450 millions lors du rachat par Facebook et 475 millions à la mi-mars. D’après la société, ces nouveaux utilisateurs seraient tous actifs.

« Nous avons progressé très vite »

« Au cours des derniers mois, nous avons progressé très vite dans des pays tels que le Brésil, l’Inde, le Mexique et la Russie », explique le blog de l’application. Chaque jour, les utilisateurs échangent plus de 700 millions de photos et 100 millions de vidéos ont-ils ajouté.

Une concurrence rude

Sur le marché des applications de messageries instantanées, la bataille fait rage. Line, WeChat ou Kakaotalk, les principaux concurrents de WhatsApp n’ont pas dit leurs derniers mots. Ainsi, l’application chinoise WeChat affirme qu’elle compte chaque jour un million d’utilisateurs supplémentaires et que chaque mois 600 millions d’utilisateurs sont actifs. Un certain flou demeure sur le dynamisme des personnes ayant téléchargé l’application car la messagerie instantanée ne compterait que 400 millions de membres véritablement actifs, dont les trois quarts en Chine.

Un modèle économique fragile

Mais ces applications de messageries instantanées ont un modèle économique fragile et peu défini. WhatsApp n’a toujours pas publié son chiffre d’affaires. Mais par certains experts, il est estimé à seulement 20 millions de dollars sur l’année 2013. Gratuite la première année, l’application demande ensuite 99 centimes par an pour continuer à fonctionner. Mark Zuckerberg est très attaché au modèle du gratuit, modèle qu’il pourrait revoir en profondeur si les chiffres ne sont pas bons.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1