Alain Vernon, le journaliste qui tacle Nelson Monfort

Nelson Monfort est toujours dans la tourmente. Le journaliste sportif, déjà suspendu d’antenne par France Télévisions, ne fait pas l’unanimité au sein de sa rédaction. Alain Vernon, également journaliste sportif de France Télévisions, accuse Nelson Monfort d’être un « menteur » et un « pleurnichard. »

Alain Vernon, également délégué SNJ-CGT du service des sports du groupe, a accordé une interview pour le magazine Télé Star, dans laquelle il accuse Nelson Monfort d’être « un menteur ». « Il a enfreint les lois, poursuit-il, car il n’a pas demandé d’autorisation à la direction pour collaborer à ce site [Athlenergy.com, ndlr], même s’il dit le contraire ». Avant d’estimer que son collègue « se sert de sa notoriété pour faire des affaires personnelles. »

Ce qui est reproché à Nelson Monfort, c’est d’avoir accepté un « ménage » avec Athlenergy.com, un site internet appartenant au groupe Areva. Dans le jargon, un ménage c’est quand un journaliste vend son image à un média, tout en étant salarié d’un autre média. Il doit évidemment faire une demande à l’entreprise qui l’emploie, qui décidera si elle accepte ou non ce ménage. Dans cette histoire, Nelson Monfort explique qu’il « a fait la demande » mais que « par malchance, son acheminement ne s’est pas bien fait » et que « cette demande d’autorisation a été retrouvée, mais trop tard. »

« J’attends que la direction assume ses responsabilités », tranche Alain Vernon, qui déclarait fin février pour Télé 2 Semaines que Nelson Monfort était « un pleurnichard qui a été pris la main dans le pot de confiture ». La première décision de la part de France Télévisions a été de suspendre d’antenne le journaliste, qui ne commentera pas les championnats d’Europe d’athlétisme (du 4 au 6 mars). Selon Télé 2 Semaines, Nelson Monfort ne devrait pas toucher les 5 000 à 10 000 euros pour sa collaboration avec le site internet. Même s’il assure avoir « la conscience tranquille » et qu’il n’a « rien fait de mal. »

Selon Le Point.fr, Nelson Monfort sera convoqué le 10 mars par la DRH de France Télévisions pour décider d’une éventuelle sanction. Surtout que ce n’est pas la première fois que le journaliste est impliqué dans une affaire de ce type : après avoir participé à une manifestation pour Disneyland Paris, il avait invité Mickey sur le plateau d’une émission, faisant ainsi de la publicité gratuite pour Disney.