Colocation : mon coloc’ ronfle, que faire ?

colocation

Alors que vous êtes en pleine période de révisions, vous n’arrivez pas à vous concentrer. En cause ? Un cruel manque de sommeil… La faute à des soirées répétées ou des heures passées devant la télé ou l’ordinateur ? Non… Votre coloc’ ronfle et vous empêche de dormir convenablement ! Mais comment lui faire comprendre sans mettre en péril votre colocation ?

 

Au début, vous n’étiez que joie : votre emménagement avec vos ami(e)s d’enfance c’était passé à merveille. Seulement voilà, au bout de quelques nuits, vous avez été réveillé(e) par un bruit assourdissant… Un ronflement ! Qui plus est, celui de votre meilleur(e) ami(e). Tête sous l’oreiller, écouteurs dans les oreilles, bouchons adaptés : rien n’y fait !

 

Vous n’arrivez plus à dormir et supportez de moins en moins cette nuisance sonore. À bouts de nerfs et enchaînant les insomnies, il vous faut trouver rapidement une solution si vous souhaitez terminer l’année. En évitant, bien évidemment, de froisser l’intéressé(e) ! Avouez que ça serait quand même dommage de gâcher votre si belle amitié…

 

Bien vivre sa colocation malgré les ronflements

 

Parler à tête reposée

 

Pour éviter tout incident diplomatique, ne dites rien sous le coup de l’énervement ou de la fatigue ! Vos mots risqueraient de dépasser votre pensée et vous pourriez le regretter très amèrement. Préférez en discuter à tête reposée : vous aurez ainsi pris un peu de recul et réfléchi à la formulation.

 

colocation

 

Choisir le bon moment

 

Inutile de vous dire que pour aborder ce genre de sujet, mieux vaut être en privé avec la personne concernée… Évitez donc de tout balancer lors d’une soirée ou devant son crush ! Profitez d’un instant seul à seul pour évoquer le problème, de manière à ne pas brusquer votre colocataire.

 

Ne pas blesser inutilement

 

Choisissez bien les mots à employer pour être sûr(e) de ne pas pousser votre coloc dans ses retranchements. Au lieu de lui dire « TU ronfles, TU m’empêches de dormir », ce qui lui fera penser à une attaque, préférez des formules comme « JE suis fatiguée, JE n’arrive plus à dormir ».

 

Formuler avec diplomatie

 

Plutôt que de lui rentrer dedans directement, essayer de souligner les côtés positifs de la colocation. Ensuite, vous pourrez dériver subtilement vers le sujet principal : les ronflements incessants ! Vous arriverez plus facilement à vos fins avec finesse et tact qu’en étant brut de décoffrage…

 

Trouver une solution ensemble

 

Une fois que le message est bien passé, alliez vos forces pour trouver une solution qui convienne à tous ! Changer de chambre si c’est possible, consulter un médecin spécialiste des troubles du sommeil, acheter des bouchons, changer de position pour éviter de ronfler… C’est vous qui voyez !

 

Une fois cette mise au point faite, vous vous sentirez beaucoup plus léger(e) ! Même si votre coloc’ continue de ronfler, il vous sera bien plus simple de le lui rappeler gentiment et sans pression. De son côté, il ou elle pourra également faire des efforts pour que cela se produise moins souvent.

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer