Chine : la fin de la politique de l’enfant unique

Le Parti communiste chinois a annoncé ce jeudi 29 octobre « la mise en place d’une politique permettant à chaque couple d’avoir deux enfants comme réponse active au vieillissement de la population. » Mettant fin à plus de 35 ans de politique répressive sur les naissances.

La décision, attendue ces derniers mois après un article de presse cet été évoquant une réforme avant la fin de l’année, n’en est pas moins historique. Elle a été rendue publique après la clôture d’une réunion de quatre jours au cours de laquelle le Comité central du Parti devait approuver le treizième plan quinquennal, feuille de route économique, politique et sociale héritée de la planification socialiste, qui donne les orientations chinoises jusqu’en 2020.

La politique de limitation des naissances, imposée au tournant des années 1980, s’imposait comme une réponse face à l’augmentation rapide de la population, faisant de la Chine le pays le plus peuplé de la planète. Mais le planning familial local était devenu synonyme de violente intrusion de l’Etat dans la vie la plus intime des citoyens. Obsédés par des statistiques déterminantes pour leurs carrières, ses officiels recoururent aux avortements forcés, selon des procédés barbares.

Et puis les limites de cette politique répressive n’ont pas tarder à se faire sentir, et à laisser place à un évident problème démographique: le veillissement de la population. Ce problème se ressent notamment dans le monde du travail, la main d’oeuvre chinoise est plus âgée et donc moins efficace, et moins compétitive par rapport à la main d’oeuvre mondiale.

Si l’on assiste à une ouverture de la part du gouvernement chinois, avec à sa tête Xi Jinping, le démographe Liang Zhongtang, de l’Académie des sciences sociales de Shanghaï rappelle « ce n’est pas une question d’un ou de deux enfants, il faut se débarrasser entièrement de la politique de planning familial. Le nombre d’enfants qu’a un couple est une décision qui lui appartient, pas au gouvernement.«