Réforme des Collèges : le décret publié au JO

La grève des professeurs du mardi 19 mai n’a pas empêché le gouvernement de publier le texte de la réforme des collèges au Journal Officiel le lendemain. Najat Vallaud-Belkacem s’est dite décidée à accélérer le processus.

La réforme des collèges a provoqué la colère de nombreux professeurs, syndicats, hommes politiques et intellectuels… D’après une enquête, près de 60% de la population seraient contre cette fameuse réforme. Pourtant, la grève du mardi 19 mai a été peu suivie (seulement 27,61% des professeurs des collèges publics étaient grévistes).

Depuis quelques temps, la réforme des collèges occupe une place importante dans les médias et dans le débat politique. Si on peut considérer cela comme un débat. Comme souvent, les politiques simplifient le problème.

Il existe un gros problème au niveau du collège, il est vrai. L’écart entre les bons et les mauvais élèves se creuse à ce moment-là. Il faut donc le réformer. Jusque-là, tout le monde semble d’accord.

La réforme est loin d’être parfaite. Certains l’accusent d’être trop égalitariste, d’autres la taxent d’être trop inégalitaire, de provoquer une compétition entre professeurs et établissements

Malheureusement, le débat n’atteint pas les sommets. Certains arguments des opposants ne tiennent pas debout comme celui de la suppression du latin et du grec au collège. En effet, le collégien pourra opter pour l’EPI « langues et cultures de l’Antiquité » où il se familiarisera avec le grec ou le latin. Ces deux langues mortes sont actuellement choisies par très peu de collégiens… La perception de ces deux cultures anciennes sous un autre angle ne pourrait-il pas déclencher quelques vocations ?

Autre point de désaccord, les modules interdisciplinaires (EPI) nuiraient aux élèves les plus en difficulté, notamment à cause de la réduction du nombre d’heures de cours fondamentaux. Peut-être, mais l’intérêt de ces EPI est de réutiliser ces savoirs fondamentaux et de comprendre leur utilité dans la vie actuelle afin de mieux les assimiler.

Nous terminerons par un dernier point de désaccord, la suppression de l’Allemand en LV1 en 6ème. L’élève pourra choisir l’Allemand en LV2 en 5ème (4ème actuellement). Au vu des niveaux LV1 et LV2 à la fin du lycée,  il est discutable de constater une baisse de performance dans la langue de Goethe… Cependant, l’acte est symbolique.

Quant à la suppression du programme de la période des Lumières, elle n’est pas encore actée. Le débat sur la réforme des programmes est toujours d’actualité. Les professeurs sont d’ailleurs invités à apporter leur contribution sur une plate-forme prévue par le ministère.

D’autres éléments polémiques de la réforme visent la suppression des classes bilangues, des classes relais ou encore des classes européennes… Que pensez-vous de la réforme du collège ? Quels sont les éléments positifs et négatifs d’après vous ?