Mort à Sivens : la récupération politique est en marche !

Suite à la mort d’un manifestant de 21 ans sur le site du barrage de Sivens dans le Tarn, chaque politique est allé de son commentaire. Droite, gauche, centre, ils s’y mettent tous.

« C’est une situation intolérable qui fait une tache indélébile sur l’action du gouvernement ». C’est en ces termes que Cécile Duflot a jugé l’action de l’Etat dans cette triste histoire. Tous les élus écologistes se sont unis pour pointer du doigt l’action du ministère de l’Intérieur après le décès de Rémi Fraisse. L’ex-ministre de l’écologie va plus loin en mettant en cause les forces présentes sur les lieux du drame. «  Les forces de l’ordre sont intervenues dans des conditions qui posent lourdement question ». La députée écologiste demande ce mardi une enquête parlementaire pour soulever le voile sur cette affaire.

Le leadeur altermondialiste José Bové rejoint Duflot sur l’implication des forces de l’ordre dans le décès du jeune homme. Au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce mardi, Bové accuse Beauvau. « Il est évident que le ministre de l’Intérieur a une responsabilité. Pourquoi mettre des policiers sur ce site alors qu’il n’y a rien à protéger ? C’est une provocation ». a lancé le militant anti OGM.

Face à cette fronde, le gouvernement n’a pas tardé à répliquer. « Un certain nombre de propos tenus ce matin m’ont choqué et relèvent d’une instrumentalisation politique sans vergogne d’un drame. Cela n’est pas acceptable et doit être condamné ». s ‘est insurgé Bernard Cazeneuve.

 

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1