Barrage de Sivens : l’Etat doit-il renoncer à sa construction ?

Suite au décès d’un manifestant au abord du chantier de construction du barrage de Sivens dans le Tarn, l’Etat se questionne sur le potentiel arrêt du projet.

Le projet de barrage-réservoir de Sivens dans le Tarn doit faire face à deux problèmes majeurs qui remettent en cause sa légitimité. Dans la nuit de samedi à dimanche, un jeune homme est décédé sur le site du barrage contesté quelques heures après que des incidents aient éclaté entre les gendarmes et les manifestants. « Vers 2 heures du matin, le corps d’un homme a été découvert par les gendarmes sur le site de Sivens. Les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement mais n’ont pu que constater le décès de la victime » avait annoncé le procureur d’Albi dimanche dernier. Cependant, il s’est refusé à tout commentaire « avant les résultats de l’autopsie qui aura lieu (lundi) dans l’après-midi ».

Un rapport commandé par le ministère de l’Ecologie met également à mal la construction du barrage. Deux ingénieurs généraux, des ponts, eaux, et des forêts critiquent le projet de barrage de Sivens dans le Tarn : besoins surestimés, une étude d’impact « de qualité très moyenne », « un financement fragile ».

Le projet de barrage-réservoir d’1,5 million de m3 d’eau stockée est soutenu par le conseil général du Tarn juge indispensable pour irriguer les terres agricoles au alentour.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1