EMMANUEL MACRON : LA NOUVELLE STAR DU GOUVERNEMENT ?

Nouvelle figure phare du gouvernement Valls II, Emmanuel Macron est au cœur de toutes les interrogations. L’ancien banquier a accordé sa première interview en tant que ministre de l’économie au quotidien régional Ouest-France .

Après le numéro de charme de Manuel Valls pendant l’Université du MEDEF, Emmanuel Macron se positionne également en faveur des entreprises. Dans un entretient au journal Ouest France, le ministre de l’Economie affiche sans aucune honte son combat pour la compétitivité des entreprises.

« Sur le plan de la fiscalité, les choses ont beaucoup changé en faveur des entreprises. Mais la compétitivité ne se réduit pas aux charges et aux impôts. (…) La compétitivité, c’est l’organisation de l’entreprise, son financement, la montée en gamme et en qualité, la meilleure adaptation du droit du travail, l’investissement productif. »

Raillé pour son penchant libéral, l’ancien banquier se défend en affirmant qu’il  « n’est pas interdit d’être de gauche et de bon sens : si on ne produit pas, ma grand-mère m’a toujours dit qu’on n’avait pas grand-chose à distribuer ».

Sa vision de la gauche se veut moderne et assumée. « Etre de gauche, pour moi, c’est en effet être efficace, recréer les conditions pour investir, produire et innover (…), être juste pour que les efforts comme les gains soient équitablement répartis. Etre de gauche, c’est être responsable, ce n’est pas prendre une posture, c’est essayer de faire bouger les choses (…), être davantage du côté du risque que de la rente. » souligne-t-il

« J’ai 36 ans. J’ai des convictions et je suis aujourd’hui en responsabilité, mais je ne me vois pas comme un homme politique. Je ne sais pas ce que je ferai demain. Ce que je sais simplement, c’est que ma génération aura à rendre des comptes longtemps. »

Avec son parcours atypique, Emmanuel Macron fait parler de lui à droite comme à gauche. Près de deux semaines après son élection, le jeune homme déchaîne les passions. Il ne reste plus qu’à attendre les sondages d’opinion pour savoir si Macronmania a opéré chez les Français.