Admission post-bac : l’université pour tous !

La dernière ligne droite avant le bac va souvent de paire avec le site des admissions post-bac (APB). Selon Le Parisien, qui révèle ces chiffres, 47% des lycéens de terminale cette année ont choisi l’université comme premier vœu d’orientation dans le supérieur. Une progression de 5,6% par rapport à 2013.

Un moyen de réorientation

L’explication pourrait être toute trouvée puisque pour la première fois, le portail APB sert aussi à se réorienter. Les étudiants qui étaient inscrits en première année dans le supérieur mais qui se trouvaient en situation d’échec, ont pu se trouver une autre formation en passant par APB et la majorité a choisi l’université. Par ailleurs, la réputation des universités ne cesse de croître, que ça soit à l’étranger ou sur le marché du travail français. Les futurs bacheliers y trouvent donc un intérêt.

Quels sont les profils ?

Les littéraires sont les plus intéressés : 60 % se dirigent vers la fac, contre 25 % pour les scientifiques. Les terminales ES sont, quant à eux, près de 40% a choisir des IUT ou des BTS. Parmi les lycéens de sections professionnelle, 8,6% souhaitent poursuivre des études à l’université l’année prochaine. Un chiffre également en augmentation.

Simplification des procédures

Pour Geneviève Fioraso, la secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, La simplification de l’offre de formation qu’elle a initiée l’an dernier y est pour quelque chose « mais il faut poursuivre l’effort ». « On est déjà passé de 1.800 à moins de 200 intitulés de licences générales et, à la rentrée 2014, on passera de 5.500 intitulés de master à environ 400. Dans chaque filière, nous allons aussi faire apparaître le pourcentage de débouchés. Les lycéens pourront comparer les taux d’insertion au bout d’un an, de dix-huit mois, de trente-six mois… », souligne t-elle dans Le Parisien.

Des étudiants « ambassadeurs » pour fédérer ?

Cependant, elle déplore que l’université demeure encore un choix d’orientation par défaut: « Je serai satisfaite le jour où les 63% d’étudiants inscrits à l’université y seront par choix, et non par défaut. Il y aura toujours des élèves qui demandent l’université en deuxième choix parce qu’ils ont d’abord postulé dans une filière très sélective ». Prochainement, une campagne sera mise en place pour valoriser l’université ainsi que le développement d’étudiants « ambassadeurs » chargés de présenter les formations universitaires dans les lycées.