Manuel Valls : ses premiers caprices à Matignon

Une semaine seulement après sa nomination entant que nouveau premier ministre, Manuel Valls commence les caprices…culinaires ! L’ex ministre de l’intérieur à déjà demandé le « remaniement » des menus de la rue de Varenne et impose aux cuisiniers un régime strict.

Dans les cuisines de Matignon, l’arrivée de Manuel Valls est perçue comme un véritable défit. En effet, le Figaro a révélé dans un confidentiel, les exigences nutritionnelles du premier ministre qui a complètement chamboulé les menus en fonction de ses goût précis. Car si ce dernier a indiqué ne pas vouloir vivre à Matignon, il faut croire qu’il a tout de même décidé d’y manger.

Les chefs de la rue de Varenne devront oublier le gluten pour cause d’allergie, ce qui s’avère être une tâche compliquée surtout concernant les desserts. Terminé les incontournables pâtisseries françaises comme la tarte au citron meringuée ou encore le Saint-Honoré, les cuisiniers devront se montrer créatifs pour donner satisfaction à Manuel Valls. Le premier ministre a également indiqué ne manger que de la viande rouge et ne pas aimer le poisson. Une exigence qui met encore une fois à l’épreuve les plats traditionnels de Matignon.

Premier Chef étoilé de Matignon, Christophe Langrée, devra s’adapter au régime spécial imposé par Manuel Valls. Les précédents ministres ne semblaient pas si compliqué en matière de cuisine. François Fillon était «un premier ministre gourmet, facile, qui aime tout» d’après Christophe Langrée qui témoignait à l’époque au Télégramme. Jean-Marc Ayrault était lui aussi moins exigeant et avait même adressé un message de confiance au chef étoilé. «Il m’a tout de suite dit, je vous fais confiance, ce qui m’a fait plaisir» a-t-il ajouté dans le magazine spécialisé L’Hôtellerie-Restauration.

Espérons que ces requêtes peu banales ne découragent pas les cuisiniers de Matignon, qui surpassent jusqu’ici les cuisines de l’Elysée d’après Nicole Bricq. L’ex ministre du commerce extérieur, non reconduite à ses fonctions dans le nouveau gouvernement de Valls, avait effectivement déclaré que les mets de l’Elysée étaient « dégueulasses ». Une critique que l’équipe de la rue de Varenne ne veut pas recevoir malgré leurs nouveaux interdits. Une raison de plus pour les chefs de se surpasser.