Salons de massage à Paris, repère de la prostitution chinoise ?

Le 27 mars, un important réseau de prostitution chinois a été démantelé par la police. Pas moins de huit salons de massage ont été perquisitionnés et au total, douze femmes ont été interpellées.

Ce sont des courriers anonymes qui ont fait débuter l’enquête. Destinés à la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire parisienne, l’affaire impliquait également l’action du Groupe d’intervention régional (GIR) de la capitale.

Douze femmes chinoises ont donc été arrêtées et placées en garde à vue pour «proxénétisme aggravé, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs». Ces femmes étaient chargées de la réception ou de la gestion des huit salons de massage clandestins éparpillés dans Paris.

Au final, dix d’entre elles ont été libérées. Seul deux femmes (48 et 35 ans) ont été déférées au parquet de Paris jeudi matin. Les enquêteurs les soupçonnent de jouer un rôle important dans ce réseau de proxénétisme.

D’autres perquisitions ont eu lieu dans des salons de massages chinois de plusieurs arrondissements de la capitale dans le IIe, IIIe, IVe, IXe, Xe et XVIIIe arrondissements.