Municipales 2014 : ce qu’il faut retenir du premier tour

Un taux d’abstention historique

A 22 heures 30, le taux d’abstention calculé par le ministère de l’intérieur sur plus de 28 millions de bulletins affichait le taux record de 37,09 % en métropole. Un chiffre supérieur de quatre points à 2008. Une part d’abstention record non négligeable qui représente le taux de participation le plus faible à un premier tour d’élection municipale depuis 40 ans !

Un score tout aussi historique pour le FN

Les listes du Front National réalisent des scores historiques dans plusieurs villes moyennes, emportant même dès le premier tour la ville d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais, 25 000 habitants), il s’agit d’une première historique. Steve Briois a remporté 50,26 % des voix, battant le maire sortant divers gauche Eugène Binaisse (32,5 %) et l’ancien maire Gérard Dalongeville (9,5 %). Le FN est également en tête dans plusieurs autres villes moyennes

Marine Le Pen a annoncé que le FN maintiendrait ses candidats au second tour partout où il en a « la possibilité », mais a laissé entendre que des réexamens ou des retrait étaient possible. 

David Assouline, le porte-parole du PS a appelé à « tout faire pour empêcher » le FN « de conquérir des villes. Contrairement à Jean-François Copé qui quand à lui a confirmé que l’UMP ne demanderait pas de « voter pour le PS, allié du front de gauche » en cas de triangulaire au second tour.

Le PS en difficulté dans plusieurs communes

A Pau (Pyrénées-Atlantiques), le PS se trouve en mauvaise posture. François Bayrou (Modem, soutenu par l’UMP et l’UDI) récolte 41,85% des suffrages devant David Habib, le candidat PS qui rassemble 26,8% des votes. Le cas de figure est le même à Amiens. La ville, tenue par la gauche depuis 2008, affiche au premier tour 45,7% des voies pour la candidate UMP, Brijitte Four, contre 24,5% pour le PS et 14,9% pour le FN.

Ces élus du premier tour

Affichant un score supérieur à 50 % des suffrages, des personnalités ont été élu dès le premier tour dans plusieurs communes. Ainsi, Jean-François Copé, Laurent Wauquiez, Alain Juppé, François Baroin, Christian Jacob, Patrick Balkany, Eric Woerth…en tout une quinzaine de grandes figures de l’UMP sont devenus maire de leur commune des le premier vote. Ils rejoignent quelques centristes Hervé Morin, Yves Jégo et André Santini, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignant, l’écologiste Noël Mamère et quelques socialistes de premier plan comme François Pupponi.