Hollande: pourquoi la courbe du chômage ne s’inverse-t-elle pas ?

C’était une promesse phare du président français. Malheureusement, elle n’a toujours pas été tenue: la courbe du chômage ne s’est pas inversée. Bien au contraire, le nombre de chômeurs a augmenté. Mais pourquoi?

Lors de sa campagne présidentielle, François Hollande avait affirmé qu’il réussirait à inverser la courbe du chômage. Mais c’est un défi perdu. Les chiffres parlent d’eux-même : en décembre 2012, la France comptait 3 132 900 chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) selon Pôle emploi. Un an plus tard, en décembre 2013, elle en comptait 3 300 200, soit une hausse de 5,7 % en 2013 (+ 177 000 chômeurs). Ce recul peut-t-il réellement être expliqué ?

Pour comprendre la courbe, il faut s’intéresser à une décomposition par catégories d’âge des chômeurs.  Selon l’agence France presse , « pour les jeunes de moins de 25 ans, c’est pour le 8e mois consécutif une baisse, et pour les adultes entre 25 et 50 ans, l’inversion est engagée au 4e trimestre 2013, mais pour les 50 ans et plus, il y a une augmentation ». Ainsi, la mauvaise nouvelle ne serait pas d’actualité selon ces catégories: les adultes seraient les moins touchés et plus en vue d’une amélioration d’ici peu. L’inversion de la courbe ne peut être possible si l’on considère la situation économique de la France. La croissance doit être un pilier pour l’emploi. Or, elle est en mauvais état. Le président a même affirmé « Je pourrais prétendre que jamais des réformes n’ont été menées en si peu de mois (…), mais je préfère regarder la réalité en face : la croissance reste faible. Trop faible pour créer durablement des emplois » lorsqu’il a adressé ses voeux aux acteurs économiques et de l’emploi. François Hollande a alors trop eu confiance en la croissance de la France, ce qui l’avait amené à faire des promesses qu’il n’a pu tenir jusque là. Alors son pacte de responsabilité permettra-t-il de remédier à cela ?