Corruption au PS : la fédération du Pas-de-Calais dans le viseur de la justice

Le parquet de Lille a ouvert une information judiciaire contre X pour des faits de corruption et d’abus de biens sociaux. 

Décidément la corruption est la même à droite qu’à gauche. Une information judiciaire contre X a été ouverte le 28 juin pour corruption active, corruption passive, abus de biens sociaux et recel d’abus de biens sociaux au sein de la fédération socialiste du Pas-de-Calais.

L’enquête préliminaire, visant notamment l’ancien député-maire de Liévin (Pas-de-Calais) Jean-Pierre Kucheida, avait été ouverte à la suite de dénonciations de l’ancien maire (PS) d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville. Ce dernier avait adressé en décembre 2010 des lettres à la juge chargée d’instruire un dossier de détournements de fond publics (pour lequel Dalongeville a comparu devant le tribunal correctionnel du Pas-de-Calais de mai à juin). Dans la lettre, il décrivait des malversations destinées, selon lui, à financer la fédération PS. Il y dénonçait également un système de financement occulte organisé autour de deux organismes, le bailleur social Soginorpa et la société d’économie mixte Adévia.

Et puis la fédération Pas-de-Calais, qui est la plus puissante (10 000 adhérents) a été placée en juin 2012 sous tutelle par la direction du PS.
Comme quoi, on peut être au parti socialiste et être accusé de corruption, ce n’est pas incompatible ! Une affaire qui touche encore un peu plus le parti majoritaire en France.