Lycéens en colère après une nouvelle agression

Alors qu’une nouvelle agression a eu lieu dans un lycée du Val-de-Marne, à Thiais, le ministre de l’Education Nationale, Luc Châtel a annoncé la tenue d’« états généraux sur la sécurité à l’école ».

«Je réunirai, au début du mois d’avril rue de Grenelle au ministère, des états généraux de la sécurité à l’école parce qu’il faut qu’à un moment les représentants des collectivités locales, les sociologues, l’Observatoire de la délinquance, l’Observatoire de la violence à l’école, puissent plancher avec un peu de recul sur la question de la violence à l’école, a déclaré le ministre de l’Education mardi matin, sur France 2. Il faut que l’ensemble des acteurs puisse travailler avec du recul sur ces phénomènes nouveaux (…), le racket à l’école, les jeux dangereux dans les cours de récréation, les sanctions à l’école».

Lundi, au lycée Guillaume-Apollinaire de Thiais, un élève de 17 ans a été attaqué au cutter et frappé à coups de battes de base-ball par six personnes qui ont fait irruption pendant le cours de sport, dans un gymnase attenant au lycée. Le visage masqué par des capuches et des écharpes, six individus se sont introduits dans le gymnase et ont foncé sur leur victime. Selon les témoins, le jeune homme aurait d’abord été attaqué au visage, en se faisant asperger de gaz lacrymogène. Alors que l’élève tentait de s’enfuir, ses agresseurs l’ont poursuivi et rattrapé, puis l’ont blessé à coups de cutter.

Le garçon de 17 ans, qui a été transporté à l’hôpital, n’est pas en danger. La gardienne du gymnase, dont le témoignage a été recueilli par Le Parisien, a déclaré que «la victime avait du sang partout sur ses bras», et ajouté que les agresseurs étaient entrés «en sautant par dessus les grilles».

C’est le troisième incident grave qui a lieu dans le département du Val-de-Marne depuis le début de l’année. Il y a un mois, le lycée Darius-Milhaud avait été endeuillé par le décès tragique du jeune Hakim, poignardé à mort par un autre lycéen au Kremlin-Bicêtre. Toujours dans le Val-de-Marne, un jeune de 14 ans s’était fait agresser au couteau par une bande à la sortie de son lycée de Vitry. Les enseignants d’Adolphe-Chérioux qui avaient décidé d’exercer leur droit de retrait, en réclamant plus de moyens pour assurer la sécurité de leurs élèves et la leur, ont finalement repris le travail après plus d’une semaine d’arrêt de cours.

C’est dans ce contexte de malaise et de contestation du monde enseignant que Luc Châtel a convoqué les états généraux sur la sécurité et la violence dans les écoles, pour le mois d’avril.

A Thiais, le lycée de 1500 élèves est équipé d’une vidéo-surveillance, mais les effectifs d’encadrement et de surveillants ne sont pas suffisants. Les élèves de l’établissement se sont mis en grève et, massés à l’entrée du lycée, ils en interdisent l’accès. Les professeurs ont eux aussi refusé de reprendre le travail.