Mort de Margaret Thatcher : bon débarras pour les britanniques ?

La disparition de la Dame de Fer ne provoque pas que des larmes chez nos voisins d’outre-Manche. Bien au contraire… Lundi soir, ce sont des milliers de britanniques qui se sont réjouis de la mort de Maggie, silencieusement en se souvenant  des mineurs qu’elle a violemment réprimé et des prisonniers nord-irlandais qu’elle a laissé mourir de faim, ou bruyamment en descendant dans la rue.

Ce mardi, plus d’éclats de joie que d’éclats de larmes noircissent les colonnes des journaux (français et britanniques). Et la presse dont le cœur balance du côté des travaillistes ne pleure pas sur le sort de la Dame de Fer qui, selon elle, n’a eu pour seule qualité que son cœur d’acier. Ainsi, en Une, Le Daily Mirror rappelle que Thatcher est « une femme qui a divisé la nation » avant de se lancer dans une bien cruelle tirade : le journal de centre-Gauche salue la mort d’une « fanatique de droite » qui s’est entourée de valets sans morale et qui déchiré le cœur de l’Angleterre. Le Guardian explique de son côté que l’ancien Premier ministre britannique s’est trouvée du mauvais côté de l’histoire.

Clare Truscott célèbre la mort de la Dame de Fer dans une rue de Brixton. AFP

Clare Truscott célèbre la mort de la Dame de Fer dans une rue de Brixton. AFP

Quant aux citoyens britanniques, ils sont nombreux à être descendus dans la rue pour exprimer leur joie. A Brixton, une centaine d’entre eux sont sortis trinquer sur le pavé pour dire « bon débarras » à « la sorcière » Margaret Thatcher. « Je suis là pour rappeler aux jeunes les dommages qu’elle a causés à la société. Je viens du nord où il n’y avait pas de travail. Ou l’industrie a vite disparu et où sa politique [ultra-libérale, ndlr] a fait en sorte que ce soit encore plus rapide », explique Clare Truscott à l’AFP.

Celle dont la mort à plusieurs fois été chantée, voire invoquée, par les rockeurs des années 80 et 90 (Pink Flyod, The Clash, les Smiths…), s’est finalement éteinte lundi 8 avril 2013.

Crédit photo : AFP