Russie : le contrôle des ONG s’intensifie

Le bureau moscovite de Human Rights Watch (HRW) vient de recevoir une visite, qui n’a rien d’une visite de courtoisie, des sbires de Vladimir Poutine, dans le cadre d’une vague d’inspections d’organisations non-gouvernementales (ONG) en Russie, selon une responsable de l’ONG de défense des droits de l’homme. Bienvenue en Poutinie !

Depuis le retour en mai 2012 de Vladimir Poutine au Kremlin, les contrôles surprises des ONG, partiellement financées par des donateurs occidentaux, se multiplient en Russie. Si les ploutocrates russes disent lutter ainsi contre l’espionnage au profit des puissances étrangères, les anti-Poutine l’accusent de vouloir brider la contestation. Pendant ce temps, les perquisitions qui, selon la chancellerie russe, sont destinées « à s’assurer de la conformité des activités de l’ONG avec ses statuts et avec le droit russe », se poursuivent. En l’espace de quelques mois, plus de cent ONG (Agora, Memorial, Amnesty International…) dans la capitale, Moscou, et en province, préalablement inscrites sur un registre « d’agents de l’étranger », ont reçu la visite des autorités russes.

Dernière en date : l’ONG de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW). « Des représentants du parquet et de l’inspection des impôts sont arrivés dans notre bureau à Moscou à 10h45 », a déclaré la directrice adjointe de HRW pour l’Europe et l’Asie centrale, Rachel Denber, au bureau d’Interfax. « Une grande vague de vérifications est en cours, et nous sommes aussi concernés », a-t-elle poursuivi, vilipendant « la pression sur la société civile en Russie ». La représentante de l’Union européenne pour l’International, Catherine Ashton, s’est déclarée « préoccupée par les actions menées actuellement par les autorités contre le secteur des ONG dans la Fédération de Russie ».

Photo : Vladimir Poutine (c) Reuters.