Nouvel an : le nombre de voitures brûlées doit-il être communiqué ?

Oui, selon le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui l’a réaffirmé ce matin au micro de RTL. En prenant la décision de dévoiler le nombre de voitures brûlées, l’actuel propriétaire de la Place Beauvau désavoue la politique de son prédécesseur, Brice Hortefeux, qui voulait dissimuler une donnée susceptible d’exciter les pyromanes de la Saint-Sylvestre. Car chaque année, c’est plus de 40.000 véhicules qui sont incendiés dans la nuit du 31 décembre. Une bien triste réalité, que la droite avait choisi de taire, que la gauche veut désormais révéler.

L’Etat doit-il recenser publiquement les voitures brûlées la nuit du nouvel an ? Quel est l’impact réel d’une telle communication ? Quelle est la meilleure décision : passer l’information sous silence ou jouer le jeu de la transparence ? Manuel Valls a choisi la seconde option.

Invité de RTL, ce lundi 31 décembre dans la matinée, le ministre de l’Intérieur s’est dit « choqué » par les « plus de 40.000 voitures brûlées chaque année en France, dont un millier pour le 31 décembre », tout en confirmant qu’il en dévoilerait les chiffres « dès qu’ils seront consolidés. » Mais, Manuel Valls n’entend pas pour autant « banaliser des actes qui sont une forme de violence insupportable contre les biens ». Car une communication récurrente sur ces incendies volontaires risquerait de les banaliser aux yeux de l’opinion, voire d’en faire des rituels sinon anodins du moins inexorables.

Le décompte public des « feux de joie » destructeurs de la Saint-Sylvestre avait été abandonné en 2010 par l’ancien propriétaire de la Place Beauvau, Brice Hortefeux, afin « d’éviter toute surenchère ou compétition entre villes. » Mais, la publicisation de telles actions conduit-elle vraiment à leur duplication ? Ce n’est pas ce que pense le ministre socialiste qui plaide pour une transparence totale. « Ce n’est pas parce qu’on cache quelque chose que ça n’existe pas », a-t-il déclaré au cours d’une visite aux douaniers, policiers et gendarmes assurant la sécurité de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Il a poursuivit ainsi son argumentation : « Ce sont souvent des familles modestes, les couches populaires, qui voient leur voiture partir en fumée à cause de gens qui se comportent de manière tout à fait insupportable ». « Je veux là aussi de la transparence (…). Le comptage des voitures brûlées ne s’arrêtera pas, comme ce fut souvent le cas, à 6H00 du matin pour diminuer les chiffres, les Français ont droit à ce chiffre et donc à cette vérité », a estimé Manuel Valls avant de préciser que la donnée controversée sera publiée « dans les jours, dans les heures qui suivront » la nuit du 31 décembre 2012.

Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a annoncé que 53.000 policiers et gendarmes seraient réquisitionnés sur le terrain à l’occasion de la Saint-Sylvestre.

Pendant que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, fêtera l’arrivée imminente de 2013 aux côté des soldats français mobilisés en Afghanistan, Manuel Valls, lui, trinquera avec les « personnels déployés sur le terrain ». Bonne fête de fin d’année messieurs les ministres !

Crédit photo : AFP

Partagez5
Tweetez
Enregistrer
+1