Nord-Mali : Hollande réaffirme sa volonté d’intervention

François Hollande, interrogé hier par RFI/France24/TV5Monde sur la position de Ban Ki-Moon, le secrétaire général des Nations Unies, qui avait plaidé mercredi, dans un entretien avec l’AFP, pour qu‘ »avant toute opération militaire [au Nord-Mali], il y ait des négociations politiques et un dialogue », a répondu « Discuter avec qui ? Avec Aqmi? Qui peut imaginer qu’il puisse y avoir là des conversations qui puissent être utiles? »

Il a de nouveau plaidé, « au nom de la paix, au nom des droits humains« , pour « une résolution aux Nations unies, au Conseil de sécurité, dans les jours qui viennent sur le principe d’une force qui pourrait être déployée si les Africains en décidaient« . « Et ensuite il y aurait une autre résolution du Conseil de sécurité pour mettre en oeuvre ce que pourrait être cette force », a-t-il ajouté.

Le chef de l’Etat a rappelé sa position : la France offrira, si on lui demande, un « soutien logistique », « mais pas d’hommes au sol« .

François Hollande débute aujourd’hui sa première visite en Afrique en tant que chef de l’Etat.