Logements étudiants : une crise qui s’amplifie

Logements étudiants : une crise qui s’amplifie1

RédactionPublié le 5 octobre 2011 - Lu 683 fois

A chaque rentrée, le problème du logement devient le casse-tête des étudiants. Cette année, le marché de l’immobilier explose, les retards dans la construction des logements du CROUS s’accumulent et les aides proposées aux étudiants sont souvent insuffisantes ou mal adaptées. Autant dire que trouver un logement décent à l’approche de la rentrée se révèle être un parcours du combattant. Quelles sont les difficultés auxquelles sont aujourd’hui confrontées les étudiants pour se loger ? Comment y remédier?

Une situation qui se dégrade

Les diverses mesures prises par le gouvernement pour aider les jeunes à se loger demeurent insuffisantes pour compenser l’explosion des prix sur le marché locatif. En 2011-2012, le coût de la vie étudiante augmente de 4,1% soit deux fois plus vite que l’inflation (2,1% selon l’INSEE). Entre la flambée des loyers et l’absence de revalorisation réelle des aides au logement (APL/ALS), la galère pour se loger s’est donc aggravée.
En France sur plus de 2,3 millions d’étudiants, les 1,5 millions qui cherchent à se loger sont les premières victimes de la hausse spectaculaire des prix du marché locatif. Entre 2010 et 2011, la moyenne nationale du prix des locations a augmenté de 3,5%. En province, les loyers avoisinent 440 euros pour les studios/T1, et sans surprise c’est l’île de France qui détient tous les records: comptez en moyenne 566 euros en banlieue et 648 euros à Paris pour un studio/T1 soit une hausse de 6% pour la capitale avec des pics à 700 euros pour un 15 m² dans les quartiers les plus en vogue. Face à un marché spéculatif et à la pénurie de l’offre, la masse de prétendants se livre une véritable  «guerre» pour obtenir un toit. Alors que les garanties exigées par le propriétaire ou les agences sont toujours plus nombreuses et contraignantes, le statut d’un étudiant séduit moins que le dossier solide d’un salarié.

Les résidences universitaires

La crise de logement étudiant s’explique aussi en partie par la pénurie de logements sociaux publics (logement CROUS). Avec des loyers peu chers, les résidences universitaires ont un grand nombre de prétendants. Néanmoins le nombre de places est limité. Une minorité chanceuse d’étudiants boursiers obtient cet avantage. C’est finalement seul 7% d’étudiants qui vivent en chambre universitaire. De plus, les objectifs de construction et de rénovation ont pris beaucoup de retard accentuant la crise actuelle. Entre 2004 et 2010, c’est 2720 logements universitaires qui ont été construit chaque année. Or, le plan Anciaux en prévoyait 5000 et selon les objectifs fixés par Valérie Pécresse (doubler le nombre de places disponibles d’ici 2020), il faudrait construire 14 179 logements par an afin de créer 323 000 places en résidences universitaires. Un objectif loin d’être rempli !

Les aides proposées

Le loyer représente en moyenne la moitié du budget d’un étudiant. De nombreux organismes tels que la CAF, l’ALS, le dispositif du Loca Pass, les prêts étudiants ou le passeport logement étudiant (expérimenté cette année), aident à financer l’installation, la caution et le loyer. Mais depuis l’an dernier, la part du loyer qui reste à la charge des étudiants a augmenté de 11% à Paris et de 2,5% en Province.

Des alternatives existent

Vous voulez vivre en communauté et économiser sur le loyer? La colocation, très à la mode, allie intimité et amitié. Partager un appartement entre amis ou rencontrer des colocataires via un site internet, c’est l’avantage de profiter d’une chambre dans un appartement plus spacieux. Louer un appartement dans une résidence étudiante, permet de s’installer dans un logement meublé avec un loyer raisonnable et de toucher l’APL (aide personnalisée au logement). 650 résidences privées en France accueillent les étudiants près des pôles universitaires. Des groupes comme University, Les Estudines, Studélites résidences, offrent la possibilité aux étudiants de s’installer dans des appartements tout équipés (studios, T1/T2). Comme dans une location classique, des garants sont demandés. Un autre phénomène, revenu au goût du jour avec la crise, est de s’installer chez un particulier qui sous-loue un espace privé à l’étudiant. Pour mettre toutes les chances de son côté et se trouver un nid douillet, le bouche à oreille est aussi une solution intemporelle !

Sites utiles

Les services de la vie étudiante : www.cnous.fr
Sites de logement étudiant : www.logementetudiant.fr ; http://www.adele.org/
Le portail du logement étudiant : www.infologement.org

 

Tags: , , , ,

Be Social,
Share !

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Newsletter

Inscrits toi à la newsletter, reçois le magazine et les derniers actus dans ta boîte mail pour profiter ainsi des bons plans chez nos partenaires !