Dsk : Il va pouvoir s’exprimer avec Tristane Banon

L’ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn, débarrassé des charges pénales pesant contre lui aux Etats-Unis, va bientôt être confronté en France à Tristane Banon, la jeune femme qui l’accuse de tentative de viol, a annoncé vendredi le parquet de Paris. La confrontation devrait avoir lieu en milieu de semaine prochaine.

La jeune écrivaine avait demandé cette confrontation et avait déclaré jeudi sur RTL qu’elle voulait un face-à-face pour qu’il lui « dise droit dans les yeux » que les faits qu’elle dénonce sont « imaginaires ». Dans sa confession dimanche soir sur TF1, DSK avait affirmé qu’« aucune violence » n’avait été portée sur Tristane Banon. « J’ai été entendu comme témoin. J’ai dit la vérité que dans cette rencontre, il n’y avait eu aucun acte d’agression, aucune violence, je n’en dirai pas plus », avait-il dit. Dans le cadre de l’enquête préliminaire a donc décidé d’organiser une confrontation entre les deux concernés. L’ancien patron du Fonds monétaire international et ex-favori pour la présidentielle de 2012 a fait savoir au service en charge du dossier qu’il se tenait à sa disposition pour participer à cette confrontation, ont répondu ses avocats.

Selon Tristane Banon, «il y a d’autres victimes. Je ne peux pas donner des noms. Elles parleront devant un juge d’instruction mais ne veulent pas vivre la guerre médiatique que je subis». Son avocat David Koubbi a réclamé des auditions anonymes pour permettre à ces victimes de témoigner. La jeune femme avait affirmé avoir « été contactée par ces femmes » et indiqué avoir échangé avec elles, « notamment par e-mail » et leur avoir « évidemment conseillé de porter plainte ».

Dans son combat contre les violences faites au femmes, Tristane Banon a par ailleurs appelé à une manifestation ce samedi devant le Palais de Justice de Paris.