Affaire Georges Tron : les victimes présumées témoignent

Virginie, 34 ans, et Eva, 36 ans, les anciennes employées de mairie qui avaient porté plainte contre Georges Tron pour agression sexuelle ont témoigné pour la première fois à visage découvert le jeudi 9 juin.

Le Parisien révèle le jeudi 9 juin une interview des deux femmes et une photo où elles apparaissent clairement. Eva y raconte ce qu’elle a subi : « J’ai raconté le rituel de Georges Tron. […] Il me prenait le pied, le massait puis le portait à sa bouche. Il me disait : « Décrispez-vous. Décroisez les jambes. » Il me plantait les doigts partout « pour dégager les fluides ». Il ne me déshabillait jamais. Au final, il remontait sa main dans ma culotte… Je ressortais par la petite porte. »

Dans un autre entretien avec Paris Match, Virginie tente de décrire comment une assistante de Georges Tron aurait pris part aux attouchements. »J’étais tétanisée. Il n’a pas été violent, j’étais là sans y être… J’avais la poitrine serrée, l’impression que j’allais mourir d’une crise cardiaque […] », explique t-elle.

Les jeunes femmes se montrent déterminées et semblent prête à aller au bout de leurs démarches. »Pour se reconstruire et tourner la page, il faut que Georges Tron se retrouve dans le box des accusés aux assises pour répondre des viols qu’il nous a fait subir », annonce Virginie. Eva est au chômage et dit vouloir porter plainte pour licenciement abusif.

Jusqu’à présent, le maire de Darveil nie les accusations tout comme les femmes visées par les plaintes des présumées victimes.

Crédits photo : Associated Press

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer