DSK : sa lettre choc au FMI, révélatrice de sa détermination

Une semaine après la première lettre qu’il avait adressée à la direction du Fonds Monétaire International, Dominique Strauss-Kahn a envoyé un mail à tous les membres de l’ancien organisme qu’il dirigeait. Cette missive est révélatrice de l’état d’esprit actuel de DSK : il répète qu’il est innocent et reste persuadé que « la vérité va jaillir ».

L’avant-dernière lettre envoyée au FMI par Dominique Strauss-Kahn était aussi sa dernière en tant que directeur de l’institution puisqu’il y annonçait sa démission. C’était alors dans un climat tendu, DSK étant encore dans la sombre prison de Rikers Island. Aujourd’hui en résidence surveillée, l’ancien patron du FMI a tenu à envoyer un mail à ses anciens collègues et ses anciens employés dimanche soir.

C’est CNN qui publie la longue lettre en anglais sur son site internet, qui commence solennellement ainsi : « Chers collègues. Vous avez déjà vu ma lettre de démission de mon poste de directeur du Fonds – une des décisions les plus dures de ma vie. Je voulais maintenant vous écrire, personnellement et directement, pour vous exprimer ma profonde tristesse et ma frustration d’avoir dû quitter le Fonds dans ces circonstances. Je le fais uniquement car je pense que c’est la meilleure chose à faire pour le FMI, qui compte beaucoup pour moi, et pour vous, l’équipe, que j’aime énormément et que j’admire. »

La suite est plus intéressante, car le directeur du FMI se livre comme cela n’avait jamais été le cas depuis le début de l’affaire. « Ces derniers jours ont été extrêmement douloureux pour ma famille et moi, et j’imagine que ça l’a été aussi pour chacun d’entre vous au FMI. Je suis vraiment désolé si ça a été le cas.  Je nie de la manière la plus forte possible les accusations qui pèsent contre moi. Je suis très optimiste sur le fait que la vérité va jaillir et que je serais innocenté. » On peut donc voir que DSK n’est pas abattu, mais terriblement confiant. Le serait-il autant s’il était effectivement coupable ? Etrange.

DSK conclut de manière assez forte : « Mes chers collègues je vous dis merci, bonne chance pour le futur », avant de terminer sur un « au revoir. » en français dans le texte et de signer « Dominique ». Il ne fallait pas moins qu’un mail aussi personnel pour contrer l’autre information – qui n’a pas été officiellement confirmée – de la journée : l’ADN de Dominique Strauss-Kahn aurait bien été retrouvé sur les vêtements de la victime présumée. Cependant, un détective privé américain expliquait pour Le Parisien que « ces fuites sont organisées par la police pour justifier l’arrestation d’un suspect et convaincre la population qu’il est coupable. » Cela ne prouve donc rien. Pour l’instant, en tout cas.

Image de prévisualisation YouTube

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer