Des tickets de métro 2.0

tickets de métro sur smartphone

On en a beaucoup parlé, et c’est désormais une réalité : les tickets de métro sur smartphone vont bientôt faire leur arrivée ! Ils sont même déjà testés depuis le début de l’été par une centaine de personnes en Ile-de-France…

 

On vous avait déjà montré les sneakers titres de transport, lancées en Allemagne par Adidas il y a quelques mois. Cette fois-ci, c’est bien à Paris que ça se passe, et, contrairement aux baskets, la durée d’utilisation de ces nouveaux billets dématérialisés ne sera pas limitée dans le temps. À terme, le but est en effet de convaincre les usagers du métro d’avoir recours à leur téléphone pour composter leurs tickets. Une opération derrière laquelle se cache la société Ritmx, filiale de la SNCF spécialisée dans la billettique.

 

Comment ça fonctionne ?

 

Pour l’instant, seule une petite centaine de « béta-testeurs » est en mesure de badger avec un smartphone. Agents SNCF et RATP, ces derniers stockent donc des tickets T+ sur la puce de leur appareil. Une nouveauté leur permettant de valider leur entrée en station avec leur mobile, comme s’il s’agissait d’un pass Navigo classique. Un test qui, d’après Eric Mallet, directeur commercial de Ritmx, se passe plutôt bien.

 

« Pour l’instant, le test se limite aux tickets T + mais il sera étendu à partir du mois d’octobre aux forfaits Navigo mois et semaine », confiait-il à nos confrères du Parisien. « Et le nombre de testeurs va passer d’ici quelques semaines d’une centaine d’utilisateurs avertis (des salariés SNCF, RATP et Ile-de-France Mobilités) à un millier, parmi lesquels des utilisateurs traditionnels des transports en commun ».

 

Un nouveau système à apprivoiser

 

Afin de profiter de ces nouveaux tickets de métro sur smartphone, il faudra passer par NavigoLab. Une application mobile qui servira à acheter les titres de transports, mais aussi à envoyer les documents nécessaires à la création d’un compte client (photos, coordonnées, etc.), ainsi qu’à consulter le solde du compte (nombre de tickets restants ou validité).

 

Toutes les données de transports, quant à elles, seront directement stockées dans le téléphone lui-même et/ou dans la carte SIM. Un système avantageux puisqu’il fonctionne même si la batterie du smartphone est à plat !

 

Il va falloir attendre encore un peu

 

Mais avant que tout le monde puisse y avoir recours, il va falloir encore être un peu patient. En effet, cette technologie n’est pas encore compatible avec tous les téléphones. Tout dépend de l’opérateur – propriétaire de la carte SIM, du modèle de smartphone – savoir s’il est équipé ou non d’une puce NFC permettant le sans contact, et du bon vouloir des constructeurs. « C’est le cas notamment pour Apple, qui refuse d’ouvrir sa technologie à d’autres services que ceux qu’il propose, comme Apple Pay », souligne Eric Mallet.

 

De ce fait, le smartphone ne risque pas de remplacer définitivement les tickets de métro ! Il sera donc toujours possible d’acheter des carnets et d’avoir sa carte d’abonnement Navigo, Améthyste ou Imagine R. Et puis le but principal de l’opération est surtout de désengorger les guichets, pris d’assaut par les utilisateurs de tickets à l’unité et de pass Navigo…

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1